Les Forces aérospatiales russes sont devenues plus meurtrières que jamais, ce qui panique Kiev et l’OTAN

Analyses:

Depuis le début de l’opération militaire spéciale, la supériorité aérienne russe sur l’Ukraine est incontestable. Les forces du régime de Kiev ont perdu la plupart de leurs avions au sol lorsque les missiles de croisière russes à longue portée ont plu, rasant les bases aériennes et détruisant les avions de combat déployés. Cela a contraint la junte néo-nazi à non seulement restaurer les avions retraités de l’ère soviétique, mais également à acquérir ceux qui appartenaient auparavant aux anciens États membres du Pacte de Varsovie. Comme tous ces pays font désormais partie de l’OTAN, leurs avions de combat ont été jugés particulièrement importants, car ils ont été réadaptés pour utiliser les armes de l’OTAN, à la fois air-air et air-sol, y compris des missiles anti-radiations tels que l’AGM-88 HARM et des missiles de croisière à lancement aérien comme le franco-britannique «Storm Shadow/SCALP EG».

Afin d’utiliser avec succès ces armes, les pilotes ukrainiens sont obligés de voler extrêmement bas pour éviter d’être détecté par les défenses aériennes à longue portée sans égal de la Russie et par les avions de combat à supériorité aérienne inégalée. Alors que les Forces Aérospatiales Russes (VKS) emploient des avions monstres tels que les intercepteurs ultra-rapides et volants à haute altitude MiG-31, les Su-35S à la pointe de la technologie et les avions de combat multirôles Su-57 de nouvelle génération, les chances pour les moyens aériens du régime de Kiev de survivre à des altitudes supérieures à 1000 mètres sont pratiquement nulles. Outre leurs avantages évidents en matière de technologie, de formation des pilotes et de logistique, les chasseurs russes utilisent également des missiles air-air qui ont littéralement des décennies d’avance sur ceux utilisés non seulement par la junte néo-nazi, mais aussi par ses suzerains de l’OTAN. Cependant, cet avantage s’est encore accru ces derniers jours.

Selon des sources russes, les systèmes SAM (missile sol-air) S-400 «Triumph» sont désormais utilisés en coordination avec les avions Beriev A-50/A-50U AEW&C (alerte précoce et contrôle aéroporté) pour abattre les avions de combat du régime de Kiev. Apparemment, la fusion des capteurs avancés des deux systèmes fonctionne si parfaitement qu’elle a effectivement contribué à l’abattage de 24 avions ennemis en seulement cinq jours1. Et même si les données concluantes sur ces affirmations n’ont pas encore été publiées, il y a peu ou pas de raisons de douter de ces rapports, car la junte néonazie et ses marionnettistes de l’OTAN sont dans un mode panique. En effet, selon le colonel Yurii Ihnat, l’un des porte-parole des forces du régime de Kiev, elles auront besoin d’environ 150 F-16 ou avions occidentaux similaires pour «contrer» le VKS.

Il s’agit d’un bond considérable par rapport aux demandes précédentes. Le leader de la junte néo-nazi, Volodymyr Zelensky, a également lancé des appels similaires plus récemment, indiquant que les problèmes majeurs de ses forces sont même antérieurs aux derniers rapports russes. Diverses sources militaires et observateurs ont également publié des vidéos du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou discutant avec des militaires qui ont accompli les exploits susmentionnés, ce qui renforce encore la véracité de ces informations. Certains analystes ajoutent même que la plus grande interaction et la fusion des capteurs de diverses plates-formes incluent désormais également les avions de combat russes tels que le Su-35S et le Su-57. Ceux-ci sont également armés de nouveaux missiles air-air meurtriers que les forces du régime de Kiev ont beaucoup de mal à détecter, ce qui entraîne de nombreuses pertes parmi les pilotes ukrainiens.

À savoir, les équipes S-400-A-50 sont organisées de manière à permettre la transmission directe des informations sur le champ de bataille entre les plates-formes, de sorte que les avions de combat et/ou autres avions ennemis ne peuvent même pas détecter les missiles entrants. Normalement, les récepteurs d’avertissement radar (RWR) des avions hostiles détectent simplement qu’ils sont suivis et/ou ciblés par les radars sophistiqués de surveillance et de suivi du S-400 qui émettent des fréquences puissantes. Cela empêche l’utilisation des missiles à plus longue portée du S-400, tels que le 40N6E (portée maximale de 400 km) ou le hypersonique 48N6 (selon la variante, portée maximale jusqu’à 250 km), car l’avion de combat ennemi est plus susceptible d’échapper au SAM entrant à des distances aussi extrêmes. En outre, cela expose également le S-400 aux avions espions de l’OTAN.

À savoir, les plates-formes ISR (renseignement, surveillance, reconnaissance) de l’OTAN continuent de survoler les espaces aériens russe et biélorusse et de recueillir des informations sur les capacités de leurs défenses aériennes et d’autres moyens. Il serait tout simplement impossible que le radar de poursuite du S-400 fonctionne dans ce que l’on appelle le mode «réserve de guerre» (cachant des caractéristiques telles que la largeur d’impulsion que l’ennemi utilise pour analyser sa signature radar) sans révéler ses fréquences de collecte radar, en particulier tout en essayant d’engager des cibles à des distances les plus longues possibles. Et même si cela prive l’OTAN de la capacité d’analyser les défenses aériennes russes et éventuellement de concevoir des contre-mesures avancées susceptibles de compromettre la sécurité de Moscou à long terme, c’est précisément à cause de cela que le géant eurasien n’a pas pu utiliser tout le potentiel de ses défenses aériennes.

Ainsi, l’armée russe a dû trouver des solutions de contournement non conventionnelles et innovantes, ce qui a conduit à l’association S-400-A-50, ce dernier utilisant ses radars et capteurs avancés pour repérer les missiles 40N6E qui sont tirés dans le cadre de ce que l’on appelle le «verrouillage» après le lancement». L’A-50/A-50U fournit des données de guidage et de ciblage qui sont ensuite reçues à mi-parcours et stockées dans le système de navigation du 40N6E. La partie russe refuse de divulguer les informations exactes pour des raisons purement pratiques, car celles-ci pourraient ensuite être utilisées pour déterminer l’emplacement de ses batteries de défense aérienne. De plus, ne pas révéler trop d’informations sur ce couple permet de continuer à cibler les avions du régime de Kiev sur les plus longues distances possibles, même lorsqu’ils volent extrêmement bas pour éviter d’être détectés par les avions de combat russes.

Cependant, même cela devient désormais un problème majeur, car les intercepteurs et les avions à réaction de supériorité aérienne tels que les MiG-31BM, Su-30SM, Su-35S et/ou Su-57 pourraient très probablement être utilisés de manière similaire. De plus, ces avions peuvent utiliser des missiles tels que le R-37M et des variantes du R-77 qui ont des portées maximales allant respectivement jusqu’à 400 km et 200 km. Le premier est particulièrement dangereux car il transforme sa plate-forme de lancement en un «S-400 volant», tandis que le second est plus petit, ce qui signifie qu’un chasseur peut en transporter davantage et ainsi abattre un demi-escadron d’avions ennemis en un éclair en  une seule sortie et à des distances bien au-delà de la portée des défenses aériennes de la junte néonazie. Ces développements ne font que renforcer les conclusions de certains groupes de réflexion militaires occidentaux qui reconnaissent les performances du VKS.

Drago Bosnic

 

Image en vedette : InfoBrics

Article original en anglais : Russian VKS just became deadlier than ever as Kiev regime in full panic mode, InfoBRICS, le 1er novembre 2023.

Traduction :  La Cause du Peuple

 

Note :

1.FrankenSAM : Pourquoi ces armes chimériques américaines ne combleront pas les lacunes critiques de la défense aérienne ukrainienne Les soudaines et catastrophiques pertes aériennes de l’Ukraine sont probablement dues à de nouveaux missiles russes



Articles Par : Drago Bosnic

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]