Les forces spéciales italiennes à Camp Darby

L'art de la guerre

La nouvelle n’est pas officielle mais on en parle déjà : à partir d’octobre le tricolore (drapeau italien, ndt) flottera sur Camp Darby. Les États-Unis sont-ils sur le point de fermer leur plus grand arsenal dans le monde en dehors de la mère-patrie, en rendant à l’Italie les environ 1000 hectares de territoire qu’ils occupent entre Pise et Livourne ?

Pas du tout. Ils ne sont pas en train de fermer, mais de restructurer la base pour pouvoir y stocker encore plus d’armes et pour augmenter les liaisons avec le port de Livourne et l’aéroport de Pise.

Dans la restructuration restait inutilisée une petite portion de l’aire de détente : 34 hectares, à peine plus de 3% de la totalité du Camp. C’est elle que le U.S. Army Europe a décidé de restituer à l’Italie, plus précisément au Ministère italien de la Défense, pour en faire le meilleur usage. Ainsi a-t-il été stipulé un accord qui prévoit le transfert dans cette aire du Commandement des forces spéciales de l’armée italienne (Comfose) actuellement hébergé dans la Caserne Gamerra de Pise, siège du Centre d’entraînement parachutiste. Ce ont les forces de plus en plus employées dans les opérations secrètes : elles s’infiltrent de nuit en territoire étranger, repèrent les objectifs à frapper, les éliminent par une action foudroyante en se parachutant des avions ou en sautant des hélicoptères, puis se retirent sans laisser de traces sauf les morts et les destructions.

L’Italie, qui les avait surtout utilisées en Afghanistan, a accompli un pas décisif dans leur potentialisation quand, en 2014, elle a rendu opérationnel le Comfose qui réunit sous un commandement unifié quatre régiments : le 9ème Régiment d’Assaut Col. Moschin et le 185ème Régiment acquisition objectifs Folgore, le 28ème Régiment communications Pavie et le 4ème Régiment parachutistes Rangers.

Dans la cérémonie d’inauguration en 2014 on annonça que le Comfose allait garder une “liaison constante avec le U.S. Army Special Operation Command”, le plus important commandement étasunien pour les opérations spéciales composé d’environ 30 mille spécialistes employés surtout au Moyen-Orient.

À Camp Darby -a spécifié l’an dernier le colonel Erik Berdy, commandant du US Army Italy- se déroulent déjà des entraînements conjoints de militaires étasuniens et italiens. Le transfert du Comfose dans une aire de Camp Darby, appartenant formellement à l’Italie, permettra d’intégrer complètement les forces spéciales italiennes avec les étasuniennes, en les utilisant dans des opérations secrètes sous commandement USA. Le tout sous la chape du secret militaire.

Difficile alors de ne pas penser à l’histoire des opérations secrètes de Camp Darby : les enquêtes des juges Casson et Mastelloni ont révélé que Camp Darby a joué depuis les années Soixante la fonction de base du réseau putschiste constitué par la CIA et par le Sifar dans le cadre du plan secret Gladio. Les bases USA/Otan -écrivait Ferdinando Imposimato, président honoraire de la Cour Suprême de Cassation- ont fourni les explosifs pour les massacres de Piazza Fontana, Capaci et Via d’Amelio. Dans ces bases “se réunissaient des terroristes d’extrême-droite, des officiers de l’Otan, des mafieux, des hommes politiques italiens et des franc-maçons, à la veille des attentats”.

Personne cependant, ni au parlement ni dans les collectivités locales, ne se préoccupe des implications du transfert des forces spéciales italiennes de fait à l’intérieur de Camp Darby sous commandement USA.

Les municipalités de Pise et Livourne, passées respectivement du Pd à la Lega et au M5S, ont continué à promouvoir, avec la Région Toscane, “l’intégration de la base militaire USA de Camp Darby avec la communauté qui l’entoure”.

Il y a quelques jours a été décidée l’intégration des sites Web des administrations locales avec ceux de Camp Darby. Le réseau de Camp Darby s’étend de plus en plus sur le territoire.

Manlio Dinucci

Article original en italien :

A Camp Darby le forze speciali italiane

Édition de mardi 5 mars 2019 de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio.



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste, ex-directeur exécutif pour l'Italie de l'International Physicians for the prevention of Nuclear War, association qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1985. Porte-parole du Comitato no Guerra no Nato (Italie) et chercheur associé de Global Research (Canada). Prix international de journalisme 2019 pour Analyse géostratégique du Club de Periodistas de México.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]