Print

Les « Jeunes leaders mondiaux » du Forum économique mondial sont dévoilés
Par Jacob Nordangard
Mondialisation.ca, 12 février 2022
Pharos
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/les-jeunes-leaders-mondiaux-du-forum-economique-mondial-sont-devoiles/5665155

Grâce à son programme Young Global Leaders [Jeunes Leaders mondiaux], le Forum économique mondial a contribué à façonner un ordre mondial qui sape tous les principes démocratiques. Pendant plusieurs décennies, ce programme a formé des leaders élogieux agissant comme des agents du FEM dans les gouvernements du monde entier. Les conséquences sont considérables et peuvent s’avérer dévastatrices pour l’humanité.

Je dois dire que lorsque je mentionne des noms comme Mme Merkel, même Vladimir Poutine et ainsi de suite, ils ont tous été des Jeunes Leaders Mondiaux du Forum économique mondial. Mais ce dont nous sommes vraiment fiers maintenant avec la jeune génération comme le Premier ministre Trudeau, le Président de l’Argentine et ainsi de suite, c’est que nous pénétrons les cabinets… C’est vrai en Argentine et c’est vrai en France maintenant… (Klaus Schwab)

Cliquez ici ou sur l’image pour accéder à la vidéo

En 1992, Klaus Schwab et le Forum économique mondial ont lancé un programme initialement appelé Global Leaders of Tomorrow [Leaders mondiaux de demain].

En 2004, ce programme a été transformé en Forum des jeunes leaders mondiaux (dont je parle dans mon livre The Global Coup D’Etat) – un programme de 5 ans d’endoctrinement aux principes et objectifs du FEM.

L’objectif était – et est toujours – de trouver les futurs dirigeants appropriés pour la société mondiale émergente. Depuis sa création, le programme a inclus des hommes politiques, des chefs d’entreprise, des membres de la famille royale, des journalistes, des artistes et d’autres personnalités influentes dans le domaine culturel qui ont excellé dans leur domaine mais n’ont pas encore atteint l’âge de 40 ans (43 ans à l’origine afin d’inclure Angela Merkel). Il s’est depuis transformé en un vaste réseau mondial de dirigeants dévoués disposant d’énormes ressources et d’une grande influence, qui travaillent tous à la mise en œuvre des plans technocratiques du Forum économique mondial dans leurs nations et domaines respectifs.

Le réseau crée une véritable force d’influence mondiale grâce à la combinaison des compétences et des ressources individuelles de ses membres.

Comme le dit Klaus Schwab dans la citation d’introduction, ce réseau a connu un grand succès.

Dès la première année, en 1992, un certain nombre de candidats très influents ont été élus. Parmi les 200 sélectionnés figuraient des personnalités mondiales telles qu’Angela Merkel, Tony Blair, Nicolas Sarkozy, Bill Gates, Bono, Richard Branson (Virgin), Jorma Ollila (Shell Oil), et José Manuel Barroso(Président de la Commission européenne 2004-2014)[1].

Autres exemples de jeunes leaders mondiaux influents [2] :

La princesse héritière Victoria de Suède
Prince héritier Haakon de Norvège
Le prince héritier Fredrik du Danemark
Prince Jaime de Bourbon de Parme, Pays-Bas
La princesse Reema Bint Bandar Al-Saud, ambassadrice d’Arabie Saoudite aux États-Unis.
Jacinda Arden, Premier ministre, Nouvelle-Zélande
Alexander De Croo, Premier ministre, Belgique
Emmanuel Macron, Président, France
Sanna Marin, Premier Ministre, Finlande
Carlos Alvarado Quesada, Président, Costa Rica
Faisal Alibrahim, Ministre de l’Economie et de la Planification, Arabie Saoudite
Shauna Aminath, ministre de l’environnement, du changement climatique et de la technologie, Maldives
Ida Auken, députée, ancienne ministre de l’environnement, Danemark (auteur du tristement célèbre article « Welcome To 2030 : I Own Nothing, Have No Privacy And Life Has Never Been Better »)
Annalena Baerbock, ministre des Affaires étrangères, leader de l’Alliance 90/Die Grünen, Allemagne
Kamissa Camara, ministre de l’économie numérique et de la planification, Mali
Ugyen Dorji, ministre des affaires intérieures, Bhoutan
Chrystia Freeland, vice-première ministre et ministre des finances, Canada
Martín Guzmán, ministre des Finances, Argentine
Muhammad Hammad Azhar, ministre de l’Énergie, Pakistan
Paula Ingabire, ministre des technologies de l’information et des communications et de l’innovation, Rwanda
Ronald Lamola, ministre de la justice et des services correctionnels, Afrique du Sud
Birgitta Ohlson, ministre des Affaires européennes 2010-2014, Suède
Mona Sahlin, chef du parti social-démocrate 2007-2011, Suède
Stav Shaffir, chef du parti des Verts, Israël
Vera Daves de Sousa, ministre des finances, Angola
Leonardo Di Caprio, acteur et militant pour le climat
Mattias Klum, photographe et environnementaliste
Jack Ma, fondateur d’Alibaba
Larry Page, fondateur de Google
Ricken Patel, fondateur d’Avaaz
David de Rothschild, aventurier et environnementaliste
Jimmy Wale, fondateur de Wikipédia
Jacob Wallenberg, président d’Investor
Niklas Zennström, fondateur de Skype
Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook

Depuis le début, l’objectif est « d’identifier et de faire progresser un programme mondial tourné vers l’avenir, en se concentrant sur les questions à l’intersection des secteurs public et privé ».

Les partenariats public-privé sont l’une des pierres angulaires de la philosophie du Forum économique mondial. C’est-à-dire une fusion entre l’État et les grandes entreprises (également connue sous le nom de corporatisme) dans le but de résoudre les problèmes mondiaux d’une manière plus « efficace ». Le choix des dirigeants reflète clairement cette aspiration.

Le groupe des Jeunes leaders mondiaux a d’abord été chargé d’identifier les grands défis du 21e siècle. Il s’agissait notamment de la paix, de l’environnement, de l’éducation, de la technologie et de la santé – des domaines que ces futurs dirigeants pourraient exploiter sur le plan politique, économique et culturel au cours du nouveau millénaire.

Les partenaires de Jeunes leaders mondiaux en 2000 étaient de grandes entreprises mondiales telles que The Coca Cola Company, Ernst & Young, Volkswagen et BP Amoco. Celles-ci pouvaient contribuer au programme en « jouant un rôle actif dans le développement et la mise en œuvre du concept du projet GLT ». Les partenaires peuvent donc participer activement au développement des programmes GLT ; les représentants des entreprises partenaires ainsi que leurs invités sont conviés aux réunions GLT … « Depuis que le programme Jeunes leaders de demain a été transformé en Jeunes leaders mondiaux 2004, des partenaires tels que la Fondation Bill & Melinda Gates, Google et JPMorganChase (avec des anciens du programme) ont également participé en tant que sponsors.

La conséquence ultime des partenariats public-privé et de ces domaines cibles est la création d’un contrat social largement tyrannique dans lequel l’individu est devenu subordonné à ces puissants intérêts. Les nobles objectifs de création d’un monde meilleur ont également été kidnappés. Cela est particulièrement évident dans le contexte du partenariat entre le WEF et l’ONU et de la mise en œuvre des objectifs mondiaux (Agenda 2030) par l’application des technologies de la quatrième révolution industrielle.

Cela signifie que les principes démocratiques et la division du pouvoir du 20e siècle ont été en grande partie complètement sapés et remplacés par une nouvelle classe mondiale qui façonne notre avenir commun en fonction de ses propres intérêts.

Cela a conduit à une privatisation de facto des gouvernements nationaux et des organisations internationales, où les lobbyistes ne sont plus confinés dans le lobby mais ont investi le siège du pouvoir, façonnant des politiques qui affectent directement nos vies. Ce que cela signifie est devenu particulièrement évident depuis que la pandémie a été déclarée en mars 2020. En outre, les grandes sociétés multinationales de gestion des investissements, telles que BlackRock, dirigée par Larry Fink, membre du Forum économique mondial, n’ont cessé de faire évoluer leurs positions.

L’économiste et journaliste allemand Ernst Wolff pense que bon nombre des dirigeants nationaux inclus dans le programme Jeunes leaders mondiaux ont été sélectionnés pour leur volonté de mener à bien le difficile programme de verrouillage de ces dernières années sans poser de questions, et que leur échec imminent (comme en témoigne le mécontentement croissant des masses) servira d’excuse pour créer une nouvelle forme de gouvernement mondial où les anciens États-nations deviennent grandement obsolètes.

Une nouvelle monnaie numérique mondiale avec un revenu de base universel (UBI) pourra alors être progressivement introduite pour remplacer notre système monétaire condamné.[3] Cette conclusion coïncide en partie avec la mienne.

Elle est également confirmée par les scénarios de Paul Raskin de The Great Transition Initiative [Initiative pour la Grande Transition] sur la façon dont un « Nouvel Ordre Planétaire » totalitaire est établi, pour être remplacé à long terme par un gouvernement démocratique mondial (Fédération de la Terre – (Earth Federation) avec une Constitution mondiale[4].

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence l’échec catastrophique d’une approche de la santé publique basée sur le chacun pour soi, et les intérêts économiques nationaux, plutôt que les besoins mondiaux, continuent de dominer les discussions sur la politique climatique, ouvrant la voie au chaos climatique.

Sous le Parlement mondial tricaméral se trouvent les quatre principales agences du gouvernement de la Fédération de la Terre : le système de la Cour suprême mondiale, l’exécutif mondial, le système d’application mondial et le médiateur mondial[5].

Glen T. Martin, La grande transition exige la constitution de la Terre

La vision [perspective] est qu’un monde pacifique et harmonieux en équilibre est créé par l’établissement d’une Fédération Mondiale avec un Parlement Mondial, un Gouvernement Mondial et une Cour Mondiale. Ce sont des idées qui circulent depuis longtemps dans le Club de Rome et dans les cercles New Age étroitement liés.

La question est de savoir comment un tel nouveau système mondial de pouvoir pourrait échapper au destin d’être kidnappé par les mêmes intérêts qui ont créé notre système actuel corrompu et défaillant.

C’est ce que se demandent ceux qui soutiennent des projets tels que la Grande Transition (initiée avec un capital de départ de Steven Rockefeller). Ce qui se passe est plutôt une méthode pour nous amener à leur solution ultime sous la forme d’un système de contrôle technocratique mondial.

Cependant, il est très peu probable que ce plan réussisse. La prise de conscience se répand comme une traînée de poudre et la panique de l’élite augmente à mesure que leur récit s’effrite et que les gens deviennent de plus en plus immunisés contre la propagande. D’où la présence d’inquisiteurs et de « vérificateurs de faits » qui veillent sur le récit et aident à orienter l’opinion publique dans la « bonne » direction. On peut certainement leur faire confiance puisque, par exemple, David Roy Thomson, président de Thomson Reuters Corporation, est un ancien élève de Jeunes Leaders de Demain promotion 1993.

Il est maintenant temps de prendre en main notre propre destin et d’éviter de tomber dans de nouveaux pièges.

Jacob Nordangard

 

Merci au journaliste d’investigation Cory Morningstar pour le vidéo-clip qui a inspiré cet article de blog. Suivez son blog Wrong Kind of Green.

Notes

[1] World Economic Forum, GLT Class of 1993.pdf

[2] World Economic Forum, Young Global Leaders Community (searchable list over YGL alumni)

[3] Michael Lord, “Exposed: Klaus Schwab’s School For Covid Dictators, Plan for ‘Great Reset’“, RAIR Foundation, November 10, 2021

[4] Paul Raskin, Journey to Earthland: The Great Transition to Planetary Civilization.pdf, Tellus Institute, Boston, 2016

[5] Glen T. Martin, The Great Transition Requires the Earth Constitution“, Great Transition Initiative, November 2021

 

Source de toutes les photos de cet article : Pharos

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.