Les jours du latifundium sont comptés

EVO Morales tient ses promesses, l’une après l’autre, depuis ce mois de décembre de l’an dernier où il a conquis le siège de l’exécutif du Palais Quemado, après avoir recueilli 53,7% des suffrages, ceci malgré des pronostics peu favorables. Ce 28 novembre, il vient de porter un nouveau coup au néo-libéralisme et aux intérêts qui se sont enrichis dans son ombre : malgré l’opposition de la droite, la réforme de la Loi agraire a été approuvée, et les jours du latifundium sont désormais comptés.

En moins d’un an, accompagné par son parti, le Mouvement  au socialisme (MAS) et le gigantesque mouvement indigène et populaire sur lequel se base son gouvernement, il a renationalisé les hydrocarbures, il a remporté la majorité des sièges à l’Assemblée constituante et, il y a à peine quelques semaines, il a pris le risque d’exiger des  transnationales, pratiquement propriétaires des richesses énergétiques du pays, qu’elles signent de nouveaux contrats en vertu desquels l’Etat bolivien assume la commercialisation, la définition des conditions d’exportation, l’industrialisation et fixe les prix du gaz et du brut pour réinvestir les bénéfices dans des programmes sociaux.

On avait du mal à croire qu’un gouvernement populaire puisse mettre fin à la prétendue «capitalisation» à laquelle avait procédé Sanchez de Lozada sans mettre en danger les investissements étrangers et provoquer le retrait des entreprises étrangères auxquelles tout le patrimoine énergétique de la nation avait été cédé en vertu de l’application du modèle néo-libéral imposé par Washington dans toute la région.

Cette fois, de sérieux affrontements eurent lieu dans les journées qui ont précédé la signature de la réforme de la Loi agraire: l’opposition de droite, représentant les intérêts des propriétaires terriens et de l’oligarchie, a boycotté la discussion au Sénat et abandonné les lieux dans l’intention d’empêcher l’approbation du texte qui était déjà passé à la Chambre basse.

Le président Evo avait accusé les sénateurs des partis Pouvoir démocratique et social (PODEMOS), de l’ex-président Jorge Quiroga, et Unité nationale (UN) d’« attenter contre la démocratie»  en privant l’instance législative du quorum nécessaire pour l’approbation de la Loi sur la reconduction communautaire de la Réforme agraire. Il les avait avertis  «Le peuple et le monde vous jugeront.»

Entre temps, depuis le 31 octobre, des milliers d’indigènes avaient entrepris une longue marche de colonnes silencieuses qui convergeaient vers la capitale, venant des terres basses du Beni, des hauteurs d’Oruro, de Pando, de Potosi, des hauts plateaux, de Santa Cruz et d’ailleurs.

Bon nombre d’entre eux, informe l’Agence bolivienne de nouvelles, ont réussi à pénétrer au Palais du gouvernement tandis que d’autres, depuis la place Murillo, ont suivi la réouverture des débats jusqu’au moment où aux 12 législateurs du MAS se joignirent, en un geste tout à fait inédit, deux autres de PODEMOS et un de UN.  C’est ainsi que s’effondra la résistance de la droite, pour le bien des paysans et de tout le pays.

L’explosion de joie fut spectaculaire lorsqu’après avoir signé la nouvelle loi approuvée par le Sénat, le président Morales a annoncé qu’ « à partir de l’approbation de cette loi, le latifundium est mort en Bolivie»

Il a précisé que la réforme agraire ne consistera pas seulement à remettre des terres aux paysans mais aussi à leur fournir du matériel comme des tracteurs et d’autres machines agricoles et aussi des marchés.

Le président a fait une remarque: «Nos marches n’ont jamais été vaines. Il y a eu la marche pour les hydrocarbures et maintenant la marche pour la terre. Nous aurons sans doute besoin d’autres marches pour continuer d’avancer et ouvrir la voie à l’élimination définitive du néo-libéralisme dans le pays.»

PRIVATE UNE LOI NECESSAIRE tc  \l 4 « UNE LOI NECESSAIRE « 

Les gouvernements précédents de la Bolivie en ont fait un des pays les plus pauvres d’Amérique latine, où l’injustice était encore plus flagrante qu’ailleurs. D’où la portée de cette nouvelle loi qui met fin au latifundium constitué de terres improductives, objets de spéculation, en offrant la possibilité de distribuer les terres à ceux qui la travaillent.

Une étude menée par la Commission spéciale des affaires indigènes et des peuples autochtones a révélé que 91% des terres cultivables du pays étaient aux mains de grands propriétaires qui, en même temps, appartenaient aux partis politiques traditionnels, ou se faisaient élire sénateurs, à moins qu’ils  n’aient été de hauts fonctionnaires des gouvernements passés ou des patrons des médias.

Ces latifundistes qui représentent 5% de la population possédaient 89% des terres ; les propriétaires d’exploitations moyennes, 15% du total, disposaient de 8% des surfaces cultivables alors que le reste des producteurs, soit 80%, n’en détenait que 3%.

Ce n’et pas un hasard si à Santa Cruz et à Beni, des départements où se concentrent d’importants secteurs opposés au changement, 14 familles sont propriétaires absolues de 3 millions d’hectares. Parmi elles figure le sénateur Walter Guiteras, un des détracteurs les plus acharnés du gouvernement d’Evo Morales.

Au coup porté au latifundium suivra la nationalisation des mines, en 2007. Cette même année, la nouvelle Constitution sera achevée et soumise à un référendum. Son approbation ouvrira la voie à la refondation de la Bolivie.

En une seule année d’exercice, le gouvernement d’Evo Morales a avancé à pas de géant. Les obstacles ne manqueront sans doute pas, mais il est certain que le peuple bolivien a démontré qu’il est prêt à prendre en mains son destin qui n’est pas précisément celui auquel il se voyait jusque là condamné.



Articles Par : Nidia Diaz

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]