Print

Les opérations de l’armée arabe syrienne après la libération de Palmyre
Par Valentin Vasilescu
Mondialisation.ca, 05 avril 2016
ziaruldegarda.ro 3 avril 2016
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/les-operations-de-larmee-arabe-syrienne-apres-la-liberation-de-palmyre/5518722

Les ingénieurs et les équipements de plusieurs régiments de l’armée arabe syrienne ont été déployés à Palmyre, pour commencer les réparations et la reconstruction de l’aéroport de Palmyre (Tadmor) libéré des mains de l’Etat islamique. Compte tenu de la proximité de la Deir Ez-Zor et de Raqqa, cela jouera un rôle important dans une offensive de l’armée arabe syrienne contre l’état islamique. Il va y avoir, à l’aéroport situé à l’Est de Palmyre, un déploiement de l’aviation et des hélicoptères d’attaque russo-syriens, capables d’intervenir rapidement dans les opérations, pour appuyer les offensives des forces terrestres, des avions et des hélicoptères de transport pour les opérations aéroportées.

Pour soulager les ingénieurs de l’armée arabe syrienne pour cette tâche, une compagnie de génie pour le déminage du centre de formation de Moscou a rejoint Palmyre,  le 31 Mars 2016, et a pris le relais de l’armée arabe syrienne, avec pour mission de détecter et d’éliminer les engins explosifs posés par l’État islamique avant de quitter Palmyre. L’opération, qui durera plusieurs mois, impliquera des robots de déminage Uran-6 et des équipes de chiens dressés pour détecter des explosifs. Le robot sur chenilles blindé Uran-6 qui pèse 12 tonnes, est contrôlé à distance par le biais de plusieurs caméras de télévision. Les ingénieurs qui opèrent avec ces robots peuvent commander le transport des engins improvisés dans des endroits isolés éloignés de l’endroit d’extraction de l’explosif ou de procéder à une explosion contrôlée. Jusqu’à présent, 3000 de ces engins explosifs ont été désamorcés.

Comme je l’ai dit dans un article précédent, l’armée arabe syrienne a commencé la phase préparatoire de la bataille pour Palmyre le 7 Mars 2016, réussissant à encercler les flancs d’un avant-poste du groupe de l’Etat islamique, composé de 1500 combattants, situé à 50 km à l’ouest de Palmyre, coupant les voies de retraite vers le nord (Raqqa) et vers l’est (Deir Ez Zor) des combattants de l’Etat islamique encerclés dans le district de Al-Qaryatayn et Mahsaași [1].

 

Al-Qaryatayn et Mahsaa.

Pendant que des unités de la 18ème division de chars effectuaient la phase finale de l’opération de libération de Palmyre (zone 2), elless sont remplacées dans les quartiers de Al-Qaryatayn et Mahsaa par 6 000 soldats syriens des 43ème et 63ème brigades et la 4ème division mécanisée, renforcées par les vétérans des commandos Faucons du Désert. Ils ont commencé l’offensive contre les 1500 combattants du groupe Etat islamique, pour les encercler dans les villes antiques chrétiennes de Al-Qaryatayn et Mahsaa (zone 1 ).

 

Al-Qaryatayn est un nœud important du réseau d’oléoducs et de gazoducs de la Syrie. L’appui aérien a été assuré par la Syrie avec des avions Su-22 et des hélicoptères d’attaque Gazelle SA-342, et par les Russes avec des Su-25 et des hélicoptères d’attaque Mi-28 N.

 

Après la libération de Qaryatayn, la 4ème Division mécanisée se déplacera au nord de Palmyre pour contrôler les sommets des montagnes al-Mar’eh (1129 m), Khashabiyah (995 m) et Jabal al ‘Asab (625 m), d’où elle se dirigera vers la plaine Maskaneh pour surveiller toute tentative de prise de contrôle de la route Khanaser-Alep par les combattants de l’Etat islamique. La 4ème Division mécanisée a également pour mission la libération de la base aérienne de Tabqa, située à 35km à l’ouest de Raqqa. La reconquête de cette base aérienne permettrait à l’armée arabe syrienne d’interdire toutes manœuvres des forces de l’État islamique de Deir Ez-Zor sur la rive ouest de l’Euphrate.

As-Sukhnah et Arak

Une deuxième direction offensive contre l’État islamique suivie par l’armée arabe syrienne est la libération des villes d’As-Sukhnah et Arak, situées 30-40 km à l’est de Palmyre, où se sont repliés environ 2000 combattants de l’Etat Islamique qui contrôlaient Palmyre (zone 4). Les installations pétrolières à Al-Sukhnah avaient constitué un point logistique important pour l’Etat islamique, d’où il tirait de l’argent à partir de la contrebande de pétrole. L’offensive est portée par la 18ème division de chars, le bataillon Tigre des forces pour les opérations spéciales de l’armée arabe syrienne, des soldats de Qods (forces spéciales iraniennes), le Hezbollah libanais et les groupes paramilitaires irakiens Harakat Al Nujaba, Liwa Imam Ali, Kata’eb Hezbollah. Les deux localités As-Sukhnah et Arak sont placées au milieu du désert, entourées de champs de pétrole exploités par l’État islamique sur l’autoroute M20, qui relie Deir ez-Zor à Palmyre. Après la libération de As-Sukhnah et Arak, l’armée arabe syrienne ne rencontrera plus aucune résistance sur les 80 km qui la sépareront de Deir ez-Zor, pour faire la jonction avec les défenseurs de cette ville, c’est-à-dire la 104ème Brigade de parachutistes, la 137ème brigade d’artillerie, et des combattants des forces de la Défense nationale.

 

Deir ez-Zor

Pendant ce temps, la base aérienne Hmeymim a constitué un pont aérien, formé d’avions de transports militaires syriens Il-76 escortés par des avions de chasse russes Su-30 SM2 et Su-35 qui larguent des palettes quotidiennes de nourriture pour les 200 000 habitants de la ville Deir ez-Zor.

 

Au niveau de la troisième direction de l’offensive, grâce à des informations obtenues par les satellites multi spectres et des avions sans pilote russes, la 104ème Brigade Aéroportée a mené, le 30 Mars 2016, un raid éclair dans l’ancien aéroport situé dans le quartier d’al-Ashari au sud de ville de Deir ez-Zor. Ils y ont découvert et neutralisé un groupe de combattants de l’État islamique infiltré dans la ville par un tunnel possédant l’électricité, des conduites d’eau et la ventilation. A cette occasion, le commandant de l’Etat islamique à Deir ez-Zor été tué. Il s’agissait du citoyen belge Salahiddeen Al-Beljiki. Le tunnel a été utilisé à la fois pour l’infiltration de l’Etat islamique et pour stocker des armes, des munitions et des explosifs (zone 4).

 

Un bataillon de la 104ème Brigade aéroportée, embarqué dans une voiture légère blindée, a effectué un raid sur les positions de l’État islamique dans les villes d’al-Mayadeen et al-Ashari, situées à 20- 25 km au sud de la ville de Deir ez-Zor, sur l’autoroute M4 (zone 5). La jonction de la 18ème division avec les forces de défense de la ville de Deir ez-Zor permettra l’isolement de la totalité du groupe de l’Etat islamique, composé de 3000 combattants disposés au nord de la ville de Al Bukama.

Les combattants kurdes de l’YPG ont coordonné leurs efforts avec la 104ème Brigade aéroportée, avançant au sud et libérant les champs de pétrole de Maliha et de multiples objectifs dans la localité de Rwaished, située à 48 km au nord de Deir ez-Zor. Ils ont libéré la raffinerie, la gare et le pont sur la rivière Al Khabur. Ces actions kurdes permettent à l’armée arabe syrienne de commencer le confinement du groupe Etat islamique de 2500 combattants qui contrôle les champs de pétrole du nord la Syrie, à la frontière avec l’ Irak (zone 5 ).

Valentin Vasilescu

 

 

Article original en roumain : Operatiile armatei siriene dupa eliberarea Palmyrei, Ziarulgarda, 3 avril 2016

Traduit du roumain par reseauinternational.net

Note

[1]. Plan des opérations anti-État islamique de l’armée arabe syrienne (http://www.voltairenet.org/article190941.html ).

 

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.