Les paladins de l’antiterrorisme

L’art de la guerre

A Tunis, comme à Paris en janvier, une manifestation de peuple qui, en disant « stop à la haine et à la mort », refuse non seulement le terrorisme mais la guerre dont il est le sous-produit. Au cortège de Tunis, comme à celui de Paris, ont cependant participé certains des principaux responsables des politiques de guerre qui alimentent la spirale de haine et de mort.

Au premier rang Hollande, président de cette France qui a jusqu’au bout soutenu la dictature de Ben Ali, garant des intérêts néo-coloniaux français en Tunisie, qui sous la présidence de Sarkozy (aujourd’hui à nouveau en vogue) a contribué avec la guerre de Libye à la diffusion du terrorisme. Ce n’est pas un hasard si les auteurs de l’attaque contre le musée du Bardo ont été entraînés en Libye. Et, à côté de Hollande, il y a avait à Tunis le premier ministre italien Renzi, représentant de cette Italie qui a contribué à incendier l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient en participant à la démolition de l’état libyen. Opération pour laquelle des groupes islamistes, auparavant qualifiés de terroristes, ont été armés et entraînés par les USA et l’Otan, qui aujourd’hui expriment à Tunis leur appui à la lutte contre le terrorisme. Présent aussi à la marche de Tunis contre le terrorisme le vice-premier ministre Kurtulmus, représentant le gouvernement turc qui – en plus de fournir aussi au groupe État islamique des armes et des voies de passage pour la guerre en Syrie et Irak- a signé le 19 février un accord avec les Etats-Unis pour entraîner et équiper chaque année 5mille « rebelles » (c’est-à-dire terroristes) « modérés »  à infiltrer en Syrie, et dont la préparation est assurée par 400 spécialistes des forces spéciales étasuniennes. Aux côtés de la Tunisie contre le terrorisme se trouve aussi la monarchie saoudienne, notoirement premier financeur
de groupes terroristes : son ministère des affaires étrangères a envoyé un message dans lequel il souligne que « les principes de tolérance de la religion musulmane prohibent de tuer des innocents ». Tandis que Human Rights Watch documente en 2015 que « les nouveaux règlements anti-terrorisme, introduits par Ryad, permettent de criminaliser comme acte terroriste toute forme de critique pacifique contre les autorités saoudiennes », dans un pays où -rapporte The Telegraph (16 mars 2015)- sont exécutées chaque année environ 80 condamnations à mort par décapitation et où de nombreux autres condamnés sont punis par la fustigation, comme le blogueur Raif Badawi condamné à mille coups de fouet (50 chaque vendredi).

La façon dont l’Arabie Saoudite évite de tuer des innocents est confirmée au Yémen, où elle est en train de massacrer des civils avec ses bombardiers fournis par les USA : sur la base d’un contrat de 30 milliards de dollars, conclu en 2011 dans le cadre d’un plus ample de 60 milliards, Washington  est en train de fournir à Ryad 84 nouveaux F-15, avec leur armement de bombes et missiles, pendant qu’il procède à la modernisation de 70 autres.  Avec ces bombardiers et d’autres made in Usa, l’Arabie Saoudite et les membres de sa coalition conduisent, au nom d’« un engagement commun contre le terrorisme », une guerre sous gestion et commandement étasunien pour le contrôle du Yémen, pays de première importance stratégique sur le détroit de Bab al-Mandab (27 Km) entre Arabie et Afrique, où passent les voies maritimes pétrolifères et commerciales entre l’Océan Indien et la Méditerranée. Et Washington,  alors qu’il cherche par tous les moyens à bloquer le programme nucléaire iranien, ignore que l’Arabie Saoudite a officiellement déclaré (The Independent, 30 mars 2015) par la bouche de son ambassadeur aux USA, qu’elle n’exclut pas de construire ou acheter des armes nucléaires, avec l’aide du Pakistan dont elle finance 60% du programme nucléaire militaire.

Au nom, évidemment, de la lutte contre le terrorisme.

Manlio Dinucci

Edition de mardi 31 mars 2015 de il manifesto

http://ilmanifesto.info/i-paladini-dellantiterrorismo/
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire « L’art de la guerre » au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres:  Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.


Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]lobalresearch.ca