Les pays non alignés: Pour une utopie vers la science et la technologie

17e Conférence ministérielle du mouvement des pays non alignés

«Il est trop facile de faire des suggestions et d’essayer par la suite de se soustraire à leurs conséquences.» Nehru

La 17e Conférence ministérielle du mouvement des pays non alignés s’est tenue les 28 et 29 mai, à Alger, dans un climat empreint de nostalgie. Le Palais des nations du Club des Pins avait abrité, il y a quarante et un ans, le 4e Sommet de l’organisation, incarnation du tiers-monde. Une organisation conçue il y a près de soixante ans en 1955 à Bandung, en Indonésie, sous la houlette de l’Indien Nehru, de l’Égyptien Nasser, ou encore de l’Indonésien Soekarno et née, en 1961, à Belgrade sous l’impulsion du président de la Yougoslavie, Tito.

Cet anachronisme a pour nous un air de déjà-vu. L’Algérie ambitionne de donner un nouveau souffle au mouvement des Non-alignés. Le sommet ministériel qui a eu lieu au Palais des nations à Alger s’est fixé comme objectif, justement, d’identifier de nouvelles mission:

 «Nous espérons que cette conférence donnera un nouvel élan au mouvement pour qu’il soit une force qui s’impose au sein de la communauté internationale», a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra. Cette conférence se veut aussi une impulsion à la capacité de proposition et d’action du mouvement sur les grandes questions internationales, en particulier celles touchant à la paix et à la sécurité, au développement et aux droits de l’homme. Dans le contexte mondial actuel, le chef de la diplomatie algérienne estime que le mouvement se doit de redoubler de vigilance et de vision pour être partie prenante aux changements qu’il est nécessaire d’opérer et aux nouveaux équilibres qu’il est indispensable d’édifier.»

«Les réponses aux grands déséquilibres économiques et financiers ne peuvent se concevoir que dans le cadre d’une approche globale prévoyant des mesures concertées en matière d’aide au développement, d’allégement de la dette, d’accès aux marchés, d’emploi, d’environnement et de transfert de technologies», a-t-il soutenu.

«La Conférence d’Alger, écrit Chérif Ouazani, a fait le plein: 106 pays représentés sur les 120 membres, 90 chefs de la diplomatie et d’éminentes personnalités, tels l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki, Lakhdar Brahimi, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil el Arabi, le Suisse Jean Ziegler, ex-rapporteur spécial de l’ONU pour l’Alimentation.

Les revendications sont toujours les mêmes, mais demeurent assez revendicatives: réforme de la gouvernance mondiale et du système des Nations unies, élargissement du Conseil de sécurité à de nouveaux membres permanents issus des ´´continents oubliés´´, refondation des relations financières avec remise en cause des institutions de Bretton Woods. Le thème de la Conférence ´´Solidarité renforcée pour la paix et la prospérité´´ a très vite imposé présent et avenir.(…) La Déclaration d’Alger insiste sur une ´´préparation minutieuse des échéances à venir: le 70e anniversaire de l’ONU, en septembre 2015, et l’évaluation des Objectifs du Millénaire pour le développement humain (OMD) à la même date. Le rendez-vous est pris, la Bolivie d’Evo Morales accueillera le sommet du G 77+ la Chine, le 14 juin.» (1)

Pour l’histoire, le mouvement des Non-alignés est une organisation internationale regroupant 120 États en 2012, qui se définissent comme n’étant alignés ni avec ni contre aucune grande puissance mondiale Le but de l’organisation défini dans la «Déclaration de La Havane» de 1979 est d’assurer: «l’indépendance nationale, la souveraineté, l’intégrité territoriale et la sécurité des pays non alignés dans leur lutte contre l’impérialisme, le colonialisme, le néocolonialisme, la ségrégation, le racisme, et toute forme d’agression étrangère, d’occupation, de domination, d’interférence ou d’hégémonie de la part de grandes puissances ou de blocs politiques» et de promouvoir la solidarité entre les peuples du tiers-monde.

Le MNA: combien de divisions?

Lors du Sommet de Téhéran de 2012, c’est surtout les intérêts de l’Iran qui ont été débattus.

«On se souvient que les membres du MNA ont été, pendant la guerre froide, majoritairement alignés plutôt sur les positions soviétiques. Pour autant, et surtout passées les périodes de la décolonisation et de la Guerre froide, le MNA n’a jamais été plus qu’un forum réunissant un nombre conséquent de pays (…) Désormais, dans un monde plus multipolaire, où les organisations régionales se sont multipliées, chacun des grands Etats «émergents» a ses propres stratégies régionales et globales: Le MNA en a été affaibli d’autant, certains de ces pays se contentant désormais du statut«d’observateur au MNA». (…) La question: «les Non-alignés, combien de divisions?» doit donc se comprendre dans les deux acceptions du mot «division»: la force numérique apparente, si l’on s’en tient à la seule liste des adhérents; mais aussi les clivages et les affrontements internes (…)» (2)

La réalité du monde; les vrais décideurs:

Le monde est devenu fébrile. Chaque pays en fonction de son poids réel cherche des alliance. Nous allons dans ce qui suit lister quelques ensembles, tous nés après la chute de l’Empire soviétique. Ces ensembles sont économiques et militaires ce qui n’est pas le cas du MNA qui continue à ronronner et à vivre dans le passé où il avait une légitimité au sortir des décolonisations.

*L’Organisation de coopération de Shanghai est une organisation intergouvernementale régionale asiatique qui regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. Elle a été créée à Shanghai les 14 et 15 juin 2001 par les présidents de ces six pays. Elle avait pour but d’améliorer les relations entre membres: régler les problèmes de frontière sur l’ancienne frontière sino-soviétique, faciliter la coopération économique. L’OCS rassemble le pays le plus vaste du monde (la Fédération de Russie) et le plus peuplé (la Chine) au total. 32,3 millions de km². La population des six pays et quatre États observateurs est de 2 milliards 755 millions d’habitants (40% de la population mondiale). Les membres de l’OCS regroupent 20% des ressources mondiales de pétrole, 38% du gaz naturel, 40% du charbon, et 50% de l’uranium. Parmi les forces militaires mobilisables, on trouve notamment: Russie: 1,1 million d’hommes, 10.000 ogives nucléaires 70 sous-marins; République populaire de Chine: 2,25 millions d’hommes, 402 ogives nucléaires, 70 sous-marins. (3)

* Le Marché commun du Sud, couramment abrégé Mercosur, est une communauté économique qui regroupe plusieurs pays de l’Amérique du Sud. Il est composé de l’Argentine, du Brésil, du Paraguay actuellement suspendu, de l’Uruguay, du Venezuela. Il fut créé le 26 mars 1991. Le Mercosur représente 82,3% du PIB total de l’Amérique du Sud, et d’autre part, se constitue comme la zone économique et la plateforme industrielle la plus dynamique et compétitive de tout l’hémisphère Sud. Il est considéré comme le 4e bloc économique du monde en termes de volume d’échanges.

* L’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna, Nafta, Tlcan) est un traité, entré en vigueur le 1er janvier 1994, qui créé une zone de libre-échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique. Il est en partie une réponse au Traité de Maastricht qui a été signé le 7 février 1992

*La zone de libre-échange transatlantique (Tafta) ou partenariat transatlantique de commerce et d’investissement est un accord commercial et d’investissement en cours de négociation entre l’Union européenne et les États-Unis, envisagé pour 2015. Si le projet aboutit, il s’agira de la plus importante zone de libre-échange de l’Histoire, couvrant plus de 46% du PIB mondial, et même 51,3% si elle s’étend à l’ensemble des membres de l’Aléna. Serge Halimi nous remet en perspective la réalité du monde et le danger de ce traité pour les peuples d’Europe. Il écrit à propos de ces ensembles nouveaux qui se mettent en place en prenant exemple du traité Europe-Etats-Unis: «Un aigle libre-échangiste américain traverse l’Atlantique pour ravager un troupeau d’agnelets européens mal protégés. L’image a envahi le débat public dans le sillage de la campagne pour les élections européennes. Frappante, elle est politiquement périlleuse. D’une part, elle ne permet pas de comprendre qu’aux Etats-Unis aussi des collectivités locales risquent demain d’être victimes de nouvelles normes libérales qui leur interdiraient de protéger l’emploi, l’environnement, la santé. D’autre part, elle détourne l’attention d’entreprises bien européennes et tout aussi empressées que les multinationales américaines à poursuivre en justice les Etats auxquels il prendrait la fantaisie de menacer leurs profits (…) Dans cette affaire, mieux vaut donc se méfier des couples qu’on prétend liés pour l’éternité.». (4)

Pierre Bourdieu avec sa lucidité coutumière a raison d’écrire: «L’Europe ne dit pas ce qu’elle fait, elle ne fait pas ce qu’elle dit. Elle dit ce qu’elle ne fait pas. Cette Europe qu’on nous construit est une Europe en trompe-l’oeil».

 Le nouveau rapprochement russo-chinois

Il n’est un secret pour personne que les relations vont mal entre un Ouest sur le déclin et capable de tout et un Orient qui émerge inéluctablement. Le différend avec la Russie, mais aussi avec la Chine est dû à un problème de leadership que les Etats-Unis ne veulent pas perdre. Nous l’avons vu avec l’affaire ukrainienne et syrienne, la Russie s’est chaque fois dressée contre. Malgré les sanctions, Poutine noue des nouveaux liens.

«La Chine et la Russie écrit Michel L’homme ont conclu à Shanghai un méga-contrat d’approvisionnement gazier, fruit d’une décennie de négociations. La Russie fournira en gaz la deuxième économie mondiale à partir de 2018, et le volume livré gonflera «pour atteindre à terme 38 milliards de mètres cubes par an». Le prix total du contrat conclu pour 30 ans se chiffre à 400 milliards de dollars. (…) La signature de ce mégacontrat intervient, alors que les relations entre la Russie et les pays occidentaux connaissent une période de vives tensions sur fond de crise ukrainienne et syrienne. (…) Après cette conférence, des exercices militaires conjoints russo-chinois ont été décidés et programmés pour 2015. Pourquoi? Pour obliger l’Amérique à «jouer selon les règles des pays civilisés», a estimé mardi, Igor Korottchenko, directeur du Centre d’analyse du commerce mondial des armes (Tsamto Ainsi, la participation de la Chine à ces exercices montre une fois de plus que Moscou et Pékin ont des objectifs communs et partagent les mêmes positions sur les événements en cours dans le monde. Il est, en effet, devenu nécessaire d’empêcher les Etats-Unis de décider seuls des destinées du monde, ont estimé ensemble la Russie et la Chine. (…)»(5)

Les tensions avec la Chine commencent à devenir sérieuses si l’on lit ce communiqué chinois:

«(…) La construction du nouveau modèle des relations sino-américaines exige des deux pays qu’ils se respectent et se traitent d’égal à égal (…) Or, le discours du secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, va à l’encontre de la construction de ce modèle, a indiqué à la presse, Wang Guanzhong, chef adjoint de l’état-major général de l’Armée populaire de libération (APL), après le discours de M.Hagel lors du Dialogue de Shangri-La, qui se tient à Singapour». M.Hagel a porté des accusations sans fondement contre la Chine sur la question de sa souveraineté en mer de Chine méridionale, ajoutant que ´´la Chine a mené des opérations déstabilisantes et unilatérales pour défendre ses revendications en mer de Chine méridionale (…) L’année dernière, au cours d’une réunion entre le président chinois, et son homologue Barack Obama, les deux parties étaient parvenues à un consensus sur la création d’un nouveau modèle entre les deux grandes puissances, fondé sur le respect mutuel et une coopération mutuellement bénéfique».(6)

De même, la Russie a signé le 29 mai avec le Bélarus et le Kazakhstan la création d’une Union économique eurasiatique ´´Aujourd’hui, nous allons créer ensemble un centre puissant et attractif de développement économique, un marché régional important qui unira 170 millions de personnes´´, a déclaré M.Poutine, ces trois pays disposaient d’´´énormes ressources naturelles´´, avec 1/5 des ressources mondiales en gaz et presque 15% de celles de pétrole.

Tous les traités et associations sont nés il y a moins de vingt ans après la chute du mur de Berlin. Le Mouvement des Non-alignés auquel personne ne prête plus attention n’a pas réussi en 70 ans d’existence  à peser durablement  sur le mouvement du monde. En fait et dans ce début de troisième millénaire, quelle ressemblance y a -t-il entre les dragons de l´Asie du Sud-Est avec une croissance à deux chiffres et qui ne rêvent que d´un cybermonde où l´informatique ; les multimédias gouvernent le monde et les pays africains qui croulent sous le fardeau de la dette, qui sont en voie de disparition et dont les deux-tiers de 800 millions n´ont pas accès à l´électricité et à l´eau? Les problèmes des pays en développement restent entiers et les actions de l´ONU, ce grand machin comme disait, en son temps,   le président français Charles de Gaulle , sont plus que jamais indexés sur les  désidératas puissants. Le néolibéralisme prédateur, la mondialisation – laminoir, la fin inéluctable des énergies fossiles et les changements climatiques achèvent de neutraliser les dernières défenses immunitaires des pays du Sud qui sont tributaires des Clubs de Paris et de Londres du FMI, de la Banque mondiale, affament encore plus, les plus vulnérables.» (7)

Le Mouvement des Non-alignés, est devenu, au fil des ans, un héritage encombrant car, de notre point de vue il n’a pas su ou pas pu prendre le train des rapides mutations du monde. Ainsi, même l’altermondialisation, mouvement de la société civile qui conteste le modèle libéral est devenue inaudible. Plus que jamais, les pays du Sud, surtout les plus faibles, sont livrés à eux-mêmes. Ils se doivent d´inventer un autre dialogue et de ne pas regarder uniquement vers le Nord. Les pays du Sud qui auraient pu constituer des «locomotives» comme l´Inde, la Chine, voire le Brésil ne coopèrent pas avec les pays du Sud tout occupés à sauter dans un nouveau moule: «les pays émergents» et avoir une légitimité décidée par les pays riches du G7, en leur créant un espace approprié: le G20.

Il y aurait une nouvelle utopie si le MNA s’attaquait à des dossiers aussi vitaux que les changements climatiques le déclin des énergies fossiles,   la formation des hommes . On l’aura compris cela passe   par   une vraie coopération Sud -Sud dans l’économie de la connaissance en mutualisant les moyens en créant des universités dignes de ce nom pour les jeunesses des différents pays. C’est peut-être cela qui va permettre au MNA, à l’instar du Phoenix, de renaître de ses cendres… et de continuer à être une boussole ; celle d’un magister moral celui de l’égale dignité pour tous les hommes  Amen!

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

 

1.Cherif Ouazani, http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140530104428 /onu-alger-evo-morales-ayma-pays-non-alignes-algerie-retour-a-la-case-alger-pour-la-17e-conference-des-pays-non-alignes.html

2.https://sites.google.com/site/questionsdorient/chroniques-d-actualite/5-septembre-2012-iran- sommet-des-non-alignes

3.L’Organisation de coopération de Shanghai:: Encyclopédie Wikipédia

4. Serge Halimi Les puissants redessinent le monde: Le Monde diplomatique juin 2014

5. http://metamag.fr/metamag-2066-20-MAI-2014-Le-jour-o%C3%B9-les-USA-ont-perdu-la-ma%C3%AEtrise-du-monde….html

6.http://www.chine-informations.com/actualite/le-nouveau-modele-des-relations-sino-americaines-repose-sur-le_66778.html 31 05 2014

7. http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_chitour/37145-Le-d%C3%A9c%C3%A8s-annonc%C3%A9-d%E2%80%99un-mouvement.html

 

 

 



Articles Par : Chems Eddine Chitour

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]