Les prochaines guerres contraires au droit international seront-elles menées au nom de l’environnement?

Commentaire

Depuis quelque temps déjà, nous observons un déplacement des valeurs, également au plan juridique. La justice sociale, fondement de l’économie sociale de marché et par conséquent des démocraties stables, n’est plus en vogue. Ce que l’ont veut, c’est «une politique libérale aux accents écologistes». «En Finlande, comme dans d’autres Etats occidentaux, la justice sociale ne figure plus en tête des objectifs politiques, elle fait place à la sauvegarde de l’environnement et à la lutte contre le changement climatique.» Ce qui s’est passé en Finlande pour la première fois au niveau d’un Etat, fait, à entendre Madame Merkel, apparemment partie du programme pour toute l’Europe. Une politique néoconservatrice, qui, dans sa brutalité, ne se soucie plus de la dignité de l’homme telle quelle est garantie par les droits de l’homme, inscrite dans la nature humaine et affirmée par toutes les grandes religions. Sa composante la plus importante est l’idée que tous les êtres humains, de par leur nature, naissent égaux en droits. Elle nous oblige tous à pratiquer la justice sociale et à respecter l’autre parce que chaque être humain est unique.

Quiconque abandonne dans son programme politique la justice sociale au profit de la protection de l’environnement transgresse le principe du respect de la création et de la dignité de l’homme. On tente ainsi fondamentalement de dénaturer notre système de valeurs en le rendant inhumain.

On ne parle plus du tout des quatre principes énoncés lors de la fondation du parti des Verts: écologie, Etat social, refus de la violence, démocratie de base. Ce qui a commencé au niveau gouvernemental avec ­Joschka Fischer et sa guerre au Kosovo, menée en violation du droit international, se poursuit aujourd’hui. Depuis quelque temps déjà, on débat en Allemagne de projets constitutionnels qui font passer l’environnement et sa protection avant la protection de l’homme. Chacun devrait se demander à quoi cela nous mènera et nous a déjà menés. En Allemagne également, il y a des hommes politiques influents au sein de la CDU (Union chrétienne-démocrate) qui rêvent depuis quelque temps déjà d’une coalition entre la droite et les Verts. La politique du parti «Bündnis 90 / Die Grünen» (Alliance 90 / Les Verts), dont la capacité à participer à des crimes de guerre a été prouvée par Joschka Fischer, n’est pas en contradiction avec cette idée. Pourtant ce sont les hommes qui font la politique.

Apparemment, il faudrait quand même disposer d’un droit de grève générale politique, comme l’avait demandé le groupe parlementaire «Die Linke / PDS» (La gauche / PDS) au Bundestag, pour faire barrage au projet inhumain consistant à remplacer la justice sociale par une fallacieuse politique de l’environnement, l’objectif étant de soumettre l’homme à une dictature.

Nous, citoyens, devons être conscients que dans le monde entier, une paix juste n’est pas possible sans justice sociale. N’est-ce pas cette paix que les mouvements de citoyens commençaient à demander au début des années 80? Eh bien, le moment est venu! 

Rainer Rothe, avocat à Radolfzell, est membre fondateur du GAL Hamburg ­Altona (= groupement politique faisant partie du Bündnis 90 / Die Grünen). A 18 ans, il était le plus jeune député de l’assemblée de l’arrondissement d’Altona. Plus tard, il entra au SPD (Parti social-démocrate) et s’occupa pendant quelque temps de la politique sociale au Bureau régional des Jeunes socialistes à Hambourg jusqu’à ce qu’il décide de travailler comme juriste puis comme avocat.



Articles Par : Avocat Rainer Rothe

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]ch.ca