Les protestations contre la crise économique font chuter le gouvernement islandais

Région :

Le gouvernement d’Islande est tombé lundi, en devenant ainsi le premier régime à s’effondrer comme conséquence directe de la crise économique mondiale et de la résistance populaire. Des mois de manifestations de rue contre l’impact social catastrophique de la dépréciation de la monnaie nationale et de l’effondrement du système bancaire ont atteint la semaine dernière leur zénith lorsque des milliers de manifestants se sont rassemblés devant le bâtiment du parlement et ont jeté des œufs, de la peinture et des rouleaux de papier toilette, et que la police a répliqué en tirant du gaz lacrymogène. C’est la première fois depuis 1949 que du gaz lacrymogène a été utilisé contre la population en Islande.

Vendredi, Geir Haarde, avait annoncé qu’il démissionnerait en tant que premier ministre, en mentionnant un récent diagnostic de cancer de l’œsophage et il avait accepté d’organiser des élections anticipées qu’il avait fixées au 9 mai. Sa coalition gouvernementale avec l’Alliance sociale-démocrate devait rester au pouvoir jusqu’aux élections de 2011.

Toutefois, Haarde a insisté que son gouvernement ne démissionnerait pas, en affirmant que l’instabilité politique aggraverait la crise économique qui a fait que les prix et le chômage ont fortement augmenté et que les économies d’une grande partie des 320.000 habitants du pays se sont évaporées. Une nouvelle manifestation anti-gouvernementale de samedi, forte de quelque 5.000 personnes, a entraîné la dislocation de la coalition dirigeante et obligé Haarde à faire marche arrière. Lundi, il annonçait officiellement la démission de son gouvernement.

Mardi, le président Olafur Ragnar Grimsson, a demandé à l’Alliance sociale-démocrate de former un nouveau gouvernement intérimaire et de gouverner jusqu’aux prochaines élections qui se tiendront en mai voire même plus tôt. L’on s’attend à ce que les sociaux-démocrates forment un gouvernement minoritaire en alliance avec le Mouvement Gauche-Verts qui avait soutenu les manifestations anti-gouvernementales.

Il y a peu de chance que le nouveau gouvernement de centre-gauche stabilise l’économie ou fasse taire l’opposition grandissante des travailleurs, des jeunes et des gens de la classe moyenne qui sont appauvris par l’effondrement de l’économie lourdement endettée. Les sociaux-démocrates sont pleinement impliqués dans la politique de « libre marché » spéculative qui a ruiné l’économie du pays et le Mouvement Gauche-Verts a manifesté sa loyauté envers l’Etat et l’élite dirigeante capitaliste en proposant de rejoindre un gouvernement national quand, en octobre dernier, les trois principales banques du pays avaient fait faillite.

Il existe aussi des différends politiques non résolus entre les deux partis. Les sociaux-démocrates préconisent des liens plus étroits avec l’Union européenne, y compris une demande éventuelle d’adhésion, ils ont accepté les sévères mesures d’austérité du plan de sauvetage organisé en octobre par le Fonds monétaire international. Gauche-Verts a lancé un appel en faveur d’une renégociation d’un prêt de 2,1 milliards de dollars du FMI en se prononçant contre une entrée dans l’UE. Toutefois, le dirigeant de Gauche-Verts, Steingrimur Sigfusson, a précisé qu’il serait prêt à modifier ces positions en échange d’une entrée au gouvernement.

L’effondrement du gouvernement du droitier Haarde est l’expression la plus nette à ce jour du bouleversement social et politique grandissant créé par la crise économique qui traverse l’Europe. L’Islande a été le pays le plus durement touché par l’écroulement qui a suivi la faillite de la banque d’affaires Lehman Brothers de Wall Street en septembre dernier parce que l’application pendant presque deux décennies d’une politique de « libre marché » et de spéculation financière et qui a transformé le pays en un centre « d’argent chaud » provenant d’investisseurs internationaux avait fortement assujetti son système bancaire à l’effet de levier en le rendant entièrement dépendant de capital étranger.

Toujours est-il que des conditions identiques existent dans de nombreuses économies européennes et l’on a assisté ces dernières semaines à une vague de protestations parfois violentes attisées par l’impact de l’éclatement économique. Au début du mois, en Grèce, les étudiants et les jeunes avaient monté des manifestations de masse quotidiennes durant plusieurs semaines après le meurtre d’un jeune de 15 ans. Les manifestations grecques étaient sous-tendues par la colère contre les conditions de chômage de masse et de pauvreté, notamment parmi les jeunes, et qui ont été renforcées par la crise économique.

Les manifestations de masse et les émeutes ont ébranlé un certain nombre de pays d’Europe de l’Est qui ont été dévastés par la crise financière, à savoir la Lettonie, la Lituanie, la République tchèque, la Hongrie et la Bulgarie. La Hongrie et l’Ukraine ont tous deux fait appel aux prêts du FMI pour tenter d’éviter la faillite nationale.

Dans tous ces pays, les gouvernements ont imposé une politique d’austérité dans le but de réduire les dépenses et d’être en mesure de rembourser la dette aux banques et aux créanciers internationaux. En Lettonie, par exemple, le gouvernement a annoncé ce mois-ci des réductions de salaire et des coupes dans les dépenses sociales accompagnées d’une hausse des impôts.

D’autres pays européens ont également connu des protestations de masse. En Espagne, qui a été lourdement impliquée dans les bulles immobilières et du crédit qui ont explosé à présent, des dizaines de milliers de travailleurs et de jeunes ont manifesté la semaine dernière à Zaragoza pour réclamer une aide contre le chômage croissant suite à l’effondrement de ses industries du bâtiment et de la distribution.

Parmi les autres économies européennes ayant des systèmes bancaires énormes et qui sont immédiatement menacés on compte l’Autriche et l’Irlande. Même en Grande-Bretagne, dont la monnaie a chuté de 30 pour cent ces derniers mois, les spéculations grandissent quant à la perspective d’une faillite d’Etat.

Simon Johnson, l’ancien économiste en chef du FMI et expert au Peterson Institute for International Economics à Washington, a dit au Washington Post au sujet de la chute du gouvernement islandais, « Je pense que ça va s’étendre. Nous sommes à présent dans une phase où il va y avoir des retombées politiques. »

Dans son article sur la crise islandaise, le New York Times, soucieux, a qualifié les manifestations qui ont éclaté en Europe comme étant « dans tous les cas anticapitalistes. »

La crise économique mondiale a de façon générale discrédité l’idéologie du marché capitaliste et, peut-être nulle part ailleurs, de manière plus soudaine et plus explosive qu’en Islande. Le Parti de l’Indépendance est au pouvoir depuis 1991 et David Oddsson, aujourd’hui gouverneur de la banque centrale, était à la tête du gouvernement jusqu’en 2004. Sous le gouvernement Oddsson, les opérations internationales des principales banques ont considérablement augmenté en générant un endettement dépassant plusieurs fois le rendement économique du pays. Au début de cette décennie, les grandes banques du pays ont emprunté 120 milliards de dollars sur les marchés internationaux, soit cinq fois la valeur du produit intérieur brut (PIB) d’Islande. La dette extérieure du pays a culminé à dix fois son PIB.

La politique de spéculation du gouvernement et des banques a attisé un boom économique qui a fait passer en Islande le PIB par habitant à l’un des plus élevés du monde. L’Islande a pris la tête de l’indice annuel de développement humain des Nations unies.

Mais, quand la crise du crédit a éclaté, les banques n’ont pu assurer leurs paiements et la banque centrale a manqué de devises étrangères pour les renflouer. L’effondrement des banques a provoqué le départ en chute libre du Krona, la monnaie islandaise. Vu que la plupart des marchandises sont importées, une flambée des prix en a résulté. Le chômage a fait un brusque bond en avant. Les statistiques gouvernementales indiquent un taux de chômage en hausse de 45 pour cent en décembre par rapport au mois précédent. Le ministère des Finances prévoit cette année une contraction de 9,6 pour cent du PIB et qui devrait demeurer inchangé en 2010 et pour l’année prochaine un taux de chômage de 8,6 pour cent, bien que ce chiffre soit jugé largement sous-évalué.

Une étude récente a montré que 70 pour cent des entreprises islandaises sont techniquement en faillite, ce qui entraîne une plus grande probabilité de l’augmentation explosive du chômage. La même étude révèle un taux de faillites personnelles de 40 pour cent au sein de la population. L’on croit qu’environ un tiers de la population a perdu tout ou partie de ses économies.

Dans un article publié lundi, le Guardian a qualifié l’Islande de « plus grand hedge fund du monde » en remarquant : « L’Islande avait des taux d’intérêt relativement élevés, c’est pourquoi les investisseurs ont massivement emprunté en yen japonais pour acheter des bons du trésor islandais. L’argent coulait à flot vers l’Islande…Le krach financier a mis fin au projet islandais de fortune rapidement acquise, connu sous le nom de commerce du yen, et a laissé l’Islande criblée de dettes qu’elle n’a aucune chance de rembourser sans appauvrir sa population pour les décennies à venir. »

Article original en anglais, WSWS,paru le 28 janvier 2009.

© WSWS.



Articles Par : Barry Grey

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]