L’État islamique, le « Projet Califat » et la « Guerre mondiale contre le terrorisme »

La légende d’al-Qaeda et la menace d’un « Ennemi Extérieur » est entretenue par de nombreux médias et par la propagande gouvernementale.

Dans l’ère post-11 septembre 2001, la menace terroriste d’al-Qaeda constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire des USA/OTAN. Elle justifie – sous un mandat humanitaire – la conduite « d’opérations anti-terroristes » à travers le monde.

Connues et documentées, des entités affiliées à al-Qaeda ont été utilisées par les USA/OTAN dans de nombreux conflits comme des « membres actifs du renseignement » depuis les grandes heures du conflit entre l’Afghanistan et l’Union Soviétique. En Syrie, les rebelles d’al Nusrah et d’ISIS sont les fantassins de l’alliance militaire occidentale, qui à son tour supervise et contrôle le recrutement et l’entraînement de forces paramilitaires.

Tandis que le Département d’État US accuse plusieurs pays « d’héberger des terroristes », les États-Unis sont, au niveau mondial, le « Sponsor Étatique du Terrorisme » Numéro Un: l’État Islamique de l’Irak et d’al-Sham (ISIS, Islamic State of Iraq and al-Sham, ndlr) – qui sévit à la fois en Syrie et en Irak – est secrètement soutenu et financé par les USA et leurs alliés, dont la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar. De plus, le projet de califat sunnite de l’État Islamique de l’Irak et d’al-Sham coïncide avec un vieil agenda US visant à découper l’Irak et la Syrie en territoires distincts: un Califat Islamique Sunnite, une République Arabe Chiite, une République du Kurdistan, entre autres.

La Guerre Mondiale contre le Terrorisme emmenée par les USA constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire états-unienne. « Faire la chasse aux terroristes »  est un élément central de la guerre non-conventionnelle. L’objectif sous-jacent est de justifier la conduite d’opérations anti-terroristes à travers le monde, permettant aux USA et à leurs alliés de s’ingérer dans les affaires de nations souveraines.

Beaucoup d’auteurs progressistes dont des médias alternatifs, tout en concentrant leur attention sur les développements récents en Irak, ne parviennent pas à comprendre la logique derrière la « Guerre Mondiale contre le Terrorisme ». L’État Islamique de l’Irak et d’al-Sham (ISIS) est souvent pris pour une « entité indépendante » plutôt qu’un instrument de l’alliance militaire occidentale. Par ailleurs, beaucoup d’activistes pacifistes engagés – qui s’opposent aux éléments de l’agenda militaire de l’OTAN – approuveront néanmoins l’agenda  de Washington dirigé contre al-Qaeda. La menace terroriste mondiale est considérée comme « réelle »: « Nous sommes contre la guerre, mais nous soutenons la Guerre Mondiale contre le Terrorisme ».

Le projet Califat et le Rapport du Conseil National du Renseignement US

Un nouveau flot de propagande a été mis en mouvement. Le chef du désormais défunt État Islamique de l’Irak et d’al-Sham (ISIS),  al-Baghdadi, a annoncé le 29 juin 2014 la création d’un État Islamique:

Les combattants fidèles au « Calife Ibrahim ibn Awwad » du groupe, ou Abu Bakr al-Baghdadi tel qu’il était connu jusqu’à l’annonce du dimanche 1 juillet, sont inspirés par le califat Rachidun, qui a succédé au Prophète Mahomet au septième siècle, et est vénéré par la plupart des Musulmans. » (Daily Telegraph, 30 juin 2014)

C’est d’une ironie cruelle, le projet califat en tant qu’instrument de propagande a été dans les tiroirs du renseignement US depuis plus de dix ans. En décembre 2004, sous l’administration Bush, le Conseil National du Renseignement (NIC, National Intelligence Council, ndlr) avait prédit que d’ici l’année 2020, un Nouveau Califat s’étendant de la Méditerranée Occidentale à l’Asie Centrale et à l’Asie du Sud-Est émergerait, menaçant la démocratie et les valeurs occidentales.

Les « découvertes » du NIC ont été publiées dans un rapport de 123 pages accessible au public intitulé « Tracer l’Avenir Mondial » (« Mapping the Global Future« , ndlr).

Un Nouveau Califat fournit un exemple de la façon dont un mouvement mondial alimenté par des politiques radicales d’identité religieuse pourrait constituer un défi aux normes et aux valeurs occidentales comme fondation du système mondial. (emphase de l’auteur)

Le rapport du NIC de 2004 frise le ridicule; il est dénué de renseignements, tout comme d’analyse historique et géopolitique. Son récit inventé en rapport au califat, cependant, est doté d’une ressemblance troublante avec l’annonce de com’ hautement relayée de la création du Califat par le chef de l’ISIS, Abu Bakr al-Baghdadi.

Le rapport du NIC présente un soi-disant « scénario fictionnel d’une lettre écrite par un petit-fils fictionnel de ben Laden à un membre de la famille en 2020. » C’est sur cette base qu’il fait des prédictions pour l’année 2020. S’appuyant sur un récit de lettre d’un petit-fils de ben Laden inventé de toutes pièces plutôt que sur des renseignements et une analyse empirique, la communauté US du renseignement en conclut que le califat représente un réel danger pour le monde occidental et la civilisation occidentale.

D’un point de vue de propagande, l’objectif qui sous-tend le projet Califat – tel qu’il est décrit par le NIC – est de diaboliser les Musulmans en vue de justifier une croisade militaire:

Le scénario de fiction dépeint ci-dessous fournit un exemple de la façon dont un mouvement mondial alimenté par un communautarisme religieux radical pourrait émerger.

Selon ce scénario, un nouveau Califat est proclamé et parvient à faire avancer un puissante contre-idéologie qui rencontre un intérêt répandu.

Il est mis en scène sous la forme d’une lettre hypothétique d’un petit-fils fictionnel de ben Laden à un membre de la famille en 2020.

Il relate les luttes du Calife pour essayer d’arracher le contrôle aux régimes traditionnels et les conflits comme la confusion qui s’ensuivent à la fois au sein du  et à l’extérieur, entre les Musulmans et les États-Unis, l’Europe, la  et la Chine. Alors que la réussite du Calife à mobiliser un soutien varie, des lieux loin du cœur musulman au Moyen-Orient – en  et en Asie – se convulsent à la suite de ses appels.

Le scénario se termine avant que le Calife ne réussisse à établir à la fois l’autorité spirituelle et temporelle sur un territoire – ce qui a été historiquement le cas pour les Califats précédents. À la fin du scénario, nous identifions les leçons à retenir. (« Mapping the Global Future », p.83) (emphase de l’auteur)

la page 90 du rapport

la page 90 du rapport

Ce rapport « d’autorité » du NIC « Mapping the Global Future » n’a pas seulement été présenté à la Maison Blanche, au Congrès et au Pentagone, il a aussi été envoyé aux alliés des USA. La « menace émanant du Monde Musulman » à laquelle se réfère le rapport du NIC (comprenant la section sur le projet de califat) est fermement installée dans la doctrine militaire des USA/OTAN.

L’intention était que le document du NIC soit lu par des responsables de haut rang. En gros, il faisait partie de la campagne de propagande « TOPOFF » (« Top Official », responsable de haut rang, ndlr) qui cible les hauts fonctionnaires qui prennent les décisions en politique étrangère et militaire, sans oublier des intellectuels, des chercheurs et des « activistes » d’ONG. Le but est de s’assurer que les « responsables de haut rang » continuent de croire que des terroristes islamistes menacent la sécurité du monde occidental.

La base théorique du scénario du califat est le « Choc des Civilisations », qui fournit une justification, aux yeux de l’opinion publique, à ce que les USA interviennent à travers le monde dans le cadre d’un agenda mondial anti-terroriste.

D’un point de vue géopolitique et géographique, le califat s’étend sur une vaste région dans laquelle les USA cherchent à accroître leur influence économique et stratégique. Selon les termes de Dick Cheney en relation au rapport du NIC de 2004:

Ils parlent de vouloir rétablir ce que vous pourriez appeler le Califat du septième siècle. C’est le monde tel qu’il était organisé il y a 1200, 1300 ans en fait, quand l’Islam ou des gens islamiques contrôlaient tout depuis le Portugal et l’Espagne à l’Ouest; à travers la Méditerranée vers l’Afrique du Nord; toute l’Afrique du Nord; le Moyen-Orient; en remontant dans les Balkans; les Républiques d’Asie Centrale; l’extrémité sud de la Russie; une bonne partie de l’Inde; et jusqu’à ce qui est l’Indonésie aujourd’hui. En un sens de Bali et Djakarta à un bout, à Madrid à l’autre. – Dick Cheney (emphase de l’auteur)

Ce que décrit Cheney dans le contexte d’aujourd’hui, c’est une vaste région s’étendant de la Méditerranée à l’Asie Centrale et à l’Asie du Sud-Est dans laquelle les USA et leurs alliés sont directement impliqués dans diverses opérations militaires et d’espionnage.

Le but avoué du rapport du NIC était « de préparer la prochaine administration Bush aux défis qui vont l’attendre en faisant des projections à partir de tendances actuelles pouvant poser une menace aux intérêts US ».

Le document de renseignement du NIC était basé, ne l’oublions pas, sur « une lettre hypothétique d’un petit-fils fictionnel de ben Laden à un membre [fictionnel] de la famille en 2020. » « Les leçons à retenir » telles qu’elles sont ébauchées par ce document « d’autorité » de renseignements du NIC sont les suivantes: (emphase de l’auteur)

  • le projet de califat « constitue un défi sérieux à l’ordre international ».
  • « La  des technologies de l’information va probablement amplifier le choc entre le monde occidental et le monde musulman… »

Le document se réfère à l’appel aux Musulmans lancé par le Califat et conclut que :

la proclamation du Califat n’amoindrirait pas les risques du terrorisme et la provocation de nouveaux conflits [sic] (emphase de l’auteur)

 

"Leçons à retenir"

« Leçons à retenir »

L’analyse du NIC suggère que la proclamation d’un califat génèrera une nouvelle vague de terrorisme issue de pays musulmans, justifiant ainsi une escalade dans la Guerre Mondiale contre le Terrorisme de la part des USA:

la proclamation du califat … pourrait alimenter une nouvelle génération de terroristes résolus à l’attaque contre ceux qui s’opposent au califat, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du monde musulman. (emphase de l’auteur)

Ce qu’omet de mentionner le rapport, c’est que les renseignements US, en liaison avec le MI-6 britannique et le Mossad israélien, sont secrètement impliqués dans le soutien à la fois aux terroristes et au projet califat.

À leur tour, les médias se sont embarqués dans une nouvelle vague de mensonges et d’inventions, se focalisant sur « une nouvelle menace terroriste » émanant non seulement du monde musulman, mais de « terroristes islamistes domestiques » en Europe et en Amérique du Nord.

Michel Chossudovsky

Article original en anglais :

 isis-caliphatemapO Estado Islâmico, o “Projeto do Califado” e a “Guerra Global ao Terrorismo, publié le 4 juillet 2014.

Traduction : reseauinternational.net



Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal, Editor of Global Research.  He has taught as visiting professor in Western Europe, Southeast Asia, the Pacific and Latin America. He has served as economic adviser to governments of developing countries and has acted as a consultant for several international organizations. He is the author of eleven books including The Globalization of Poverty and The New World Order (2003), America’s “War on Terrorism” (2005), The Global Economic Crisis, The Great Depression of the Twenty-first Century (2009) (Editor), Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011), The Globalization of War, America's Long War against Humanity (2015). He is a contributor to the Encyclopaedia Britannica.  His writings have been published in more than twenty languages. In 2014, he was awarded the Gold Medal for Merit of the Republic of Serbia for his writings on NATO's war of aggression against Yugoslavia. He can be reached at [email protected]

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]