Liban, Palestine : « Il y a aussi des armes interdites dans le massacre des civils »

Israël défend ses armes. Ses bombes, tient à préciser le porte-parole militaire de Tel Aviv dans un communiqué envoyé à l’Irin, une agence de presse de l’Onu, sont « conformes aux législations internationales ». Pour Israël tout est ok, on peut continuer. Les civils libanais sont exterminés mais, rigoureusement, dans le respect des conventions internationales.

Les médecins libanais cependant n’en restent pas là et annoncent que seront pratiquées à Beyrouth les analyses des échantillons de tissu humain prélevés sur les corps des morts et des blessés pour vérifier l’utilisation d’armes interdites de la part d’Israël. Si le résultat des tests de laboratoire est positif, les échantillons seront envoyés dans un pays européen pour une confirmation indépendante. C’est la décision prise hier (jeudi 27 juillet) par l’Ordre des médecins libanais.

L’emploi du phosphore blanc est la crainte de beaucoup d’entre eux, même si jusqu’à présent il n’y a pas de preuves qu’il ait effectivement été utilisé par les forces armées israéliennes. Cependant, les déclarations de Timor Goksel, porte-parole pendant 20 ans des observateurs de l’Unifil, qui a dénoncé l’usage systématique des bombes au phosphore pendant les batailles menées, dans le passé, par Israël au sud du Liban, pèsent de tout leur poids. Il a ajouté que ce type d’armes a été, selon toute probabilité, la cause de la mort de personnes qu’il a pu examiner à la morgue de l’hôpital de Tyr.

De son côté, le docteur Ghassan Nakib, chirurgien pédiatre (diplômé de l’université de Pavie) de l’hôpital « Rafik Hariri » de Beyrouth, a exhorté la communauté internationale à considérer aussi les fameuses armes « conventionnelles » israéliennes, qui ne laissent aucune chance même quand elles explosent à une distance notable des gens. « J’ai opéré des enfants avec des blessures épouvantbles, ils avaient le corps rempli de morceaux de métal : pas des éclats, mais des clous et autres objets en pointe qui ont probablement été diffusés par l’explosion des bombes lancées par les israéliens », a expliqué Nakib.

En début de semaine, Human Rights Watch avait dénoncé l’emploi de bombes à fragmentation par Israël. Sur le terrain, des experts ont dit qu’une attaque de ce type a été menée contre le village de Blida le 19 juillet dernier. « Les bombes à fragmentation ont des effets dévastants quand il y a des civils dans les alentours », a dit Kenneth Roth, directeur exécutif de Hrw, « nos recherches en Irak et au Kosovo ont montré que ces bombes ne peuvent pas être employées dans des zones habitées sans faire de nombreuses victimes » (cette déclaration est un peu triviale, Ndt) La tête d’une bombe à fragmentation fait exploser sur la cible une myriade d’autres petites munitions sous forme de petits projectiles, destructeurs pour tout ce qui se trouve dans les alentours.

A propos de cette usage possible d’armes interdites par Israël et sur les démarches que le Liban a l’intention de faire au niveau international, nous avons interrogé le docteur Aoun, président de l’Ordre des médecins libanais, qui coordonne les enquêtes de laboratoire pour déterminer les cause mystérieuses de la mort d’un nombre important de civils dans les régions méridionales du pays.

Docteur Aoun, où en sont les analyses et autres tests que vus êtes en train de réaliser ?

Nous n’avons pas encore de résultats définitifs, ce sont des enquêtes qui requièrent des instruments et des connaissances particuliers et nous avons besoin de quelques jours encore. Dans tous les cas nous avons pris une décision. Si le résultat des tests est positif, c’est-à-dire confirme l’emploi par Israël d’armes interdites, nous enverrons alors les échantillons de tissus prélevés sur les corps de victimes de bombardements à un centre spécialisé en Europe, pour confirmation ultérieure. Il est évident que si ces résultats sont confirmés, nous porterons notre dénonciation dans toutes les instances internationales compétentes.

Quand vous parlez d’armes interdites vous vous référez à des bombes au phosphore blanc ?

L’emploi par Israël de ces armes a été dénoncé aussi par l’ex porte-parole de l’Unifil au Liban, Timor Goksel. Nous avons des soupçons quant à cet usage de phosphore blanc, mais à la vérité, jusqu’à présent aucune preuve n’a été mise en évidence. Je me réfère, quand je parle d’engins interdits, à l’usage de bombes et missiles qui pourraient être revêtus ou chargés de substances chimiques létales, dans le but de potentialiser l’explosion ou la pénétration d’édifices.

Le docteur Bachir Cham, directeur de l’hôpital Assairan de Sidon, spécialiste du système vasculaire, a examiné ces derniers jours huit corps de civils libanais tués à Rmelleh. Quand une personne est victime d’une explosion ou d’un incendie, on constate sur le cadavre des brûlures gravissimes et du sang. Ce n’est pas le cas à Rmelleh. Les corps sont noirs, comme carbonisés, mais dessous, la couche cutanée et les muscles sont intacts et c’est ça qui est surprenant. C’est comme si une substance avait pénétré dans l’organisme en provoquant tout ça. Le docteur Cham a déjà procédé à l’envoi d’échantillons de tissu humain et de photos à l’Organisation mondiale de la santé, mais nous n’avons pas obtenu de réponse.

Croyez-vous que tout ce qui est possible a été fait pour enquêter sur les cas que vous dénoncez ?

Non, nous attendons une attitude responsable des institutions internationales qui ne peuvent pas rester silencieuses devant la possibilité que soient utilisées des armes interdites contre des populations désarmées. Je souhaite en outre que le gouvernement libanais assume sa part et demande la confirmation de la vérité au nom et à la mémoire de tous les libanais tués jusqu’à ce jour par les israéliens.


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio.


http://ilmanifesto.it



Articles Par : Michele Giorgio

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]