« Liberté pour la blogueuse Amina ». Mais « Amina » n’existe pas

« Libertà per tutte le Amina » (« Liberté pour toutes les Amina »). C’est le slogan que scandaient hier (vendredi 10 juin 2011), avec leurs pancartes pendues au cou devant l’ambassade syrienne de Rome, Marco Pannella et autres Radicaux toujours prompts à dénoncer les crimes des dictateurs arabes mais qui sont muets sur le droit à la liberté (et tous les autres droits, NdT) pour les Palestiniens qui sont depuis des décennies (6 décennies, NdT) sous occupation israélienne. Un sit-in au nom d’Amina Arraf Abdallah, 35 ans, alors que les doutes se renforcent non seulement sur l’arrestation mais sur l’existence même de cette enseignante d’anglais syro-étasunienne, auteur du fameux blog « A gay girl in Damascus » et qui sera aujourd’hui célébrée à l’Europride (11 juin, Rome, NdT).

Que la blogueuse soit un fantôme, même la presse occidentale commence à le croire, presse qui a fait la plus grande publicité ces dernières semaines aux comptes-rendus de massacres attribués aux forces de sécurité du régime de Bachar al-Assad ; massacres référés par des cyberactivistes et, donc, aussi, par la « fille gay de Damas ». Lundi, la presse avait rapporté, dans le monde entier, la nouvelle de l’arrestation d’Amina, enlevée, selon sa (présumée) cousine Rania Ismail, par trois jeunes énergumènes du Baath[1], le parti au pouvoir. L’énorme couverture journalistique avait été accompagnée par une photo de la jeune femme. Mais il s’est ensuite avéré qu’en réalité la personne de la photo est une jeune femme croate, Elena Lecic, qui vit à Londres, et pas Amina que personne n’a jamais pu rencontrer, officiellement pour des raisons de sécurité. « Je ne l’ai jamais vue » dit au manifesto la journaliste italienne free-lance Martina Iannizzotto qui, comme les autres (rares) reporters étrangers présents en Syrie, n’a pu interviewer la blogueuse qu’en lui envoyant ses questions par email.  Iannizzotto  ajoute qu’un jeune Syrien appartenant à la communauté gay de Damas, qu’elle a rencontré, dit n’avoir jamais vu la jeune syro-étasunienne. En outre, Sandra Bagaria, habitant à Montréal, qui s’était d’abord présentée sur Internet comme la partenaire d’Amina, a finalement déclaré ne l’avoir jamais rencontrée et n’avoir même jamais entendu sa voix.

La « fille gay de Damas » est une fiction.

Edition de samedi 11 juin 2011 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110611/manip2pg/08/manip2pz/304754/


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

[1] NdT : On appréciera le récit fait par la « cousine », et publié sur plusieurs sites (sans rectificatif à ce jour) : « Rania O. Ismail, une jeune fille se présentant comme sa cousine, raconte l’évènement le jour même sur le blog d’Amina. « Aujourd’hui, à environ 6 heures du soir heure de Damas, Amina (…) était allée rencontrer une personne qui faisait partie du Comité local de coordination (…) C’est à ce moment qu’un groupe d’hommes, âgés d’une vingtaine d’années, l’a enlevée (…). Selon le témoin (qui veut rester anonyme) ces hommes étaient armés (…) L’un des hommes a alors bâillonné Amina avec sa main et elle a été violemment poussée dans une Dacia Logan rouge arborant un autocollant de Basel Assed [frère aîné du président syrien Bachar al-Assad mort en 1994, NDLR](surlignage en gras NdT) (…) Les hommes sont présumés faire partie d’un des groupes des services secrets ou de la milice du parti Baas. On ne sait pas où est Amina, si elle est en prison ou détenue ailleurs à Damas. »… « On ne sait pas » grand-chose, dans le fond, dans ces récits de « cyberactivistes »… Le lecteur admirera en tous cas la perspicacité de la cousine blogueuse qui ne néglige pas l’indice crucial (repéré par le « témoin qui veut rester anonyme ») et fatal aux (« présumés ») « services secrets syriens » : l’autocollant sur le pare-briseEt la photo de DSK, tant qu’on y est, non ?

Article sur Jeuneafrique.com : Syrie : Amina Arraf, la blogueuse fantôme | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Apostille de la traductrice.

Dimanche 13 juin :

« Syrie : la bloggeuse Amina n’existait pas »

Après une semaine de controverse, coup de théâtre dimanche soir : dans un post intitulé « Excuses aux lecteurs », Tom MacMaster a confessé dimanche soir être le seul auteur de tous les posts du blog A Gay girl in Damascus, présenté depuis des mois comme celui d’une opposante syrienne homosexuelle. Lundi, un post du blog avait semé la panique puis le trouble sur la toile. L’auteur se présentait comme la cousine de la blogueuse. D’après elle, la jeune femme avait été kidnappée en pleine rue quelques heures plus tôt par trois hommes armés, « des membres des forces de sécurité ». Depuis, des doutes étaient nés sur l’identité de la blogueuse ».

http://www.lejdd.fr/International/Depeches/Syrie-la-bloggeuse-Amina-n-existait-pas-329253/

 

Lundi 13 juin 2011:

Haaretz (reçu de Michele Giorgio, NdT) rapporte les « excuses » de Tom MacMaster déclarant (extrait) qu’ « il ne pense pas avoir fait de tort  à qui que ce soit [… mais] avoir créé une voix importante pour des questions qu’il pense essentielles [… et] espère que les gens auront plus d’attention envers le peuple du Moyen-Orient et leurs luttes en cette année de révolutions ».

Commentaire du journal : « Le véritable auteur du blog « A gay Girl in Damascus », T. MacMaster, qui est basé en Turquie (mais adresse ses messages depuis Edimburg, d’après le Washington Posdt, NdT), a présenté ses excuses mais affirme que son récit fictif est une véritable réflexion sur la situation sur le terrain en Syrie ».

 

La véritable réflexion sur « la situation en Syrie » a des chemins « really », « truly » tortueux. L’essentiel étant, comme dit l’autre, de n’avoir fait de tort à personne. Et surtout pas à la réalité « sur le terrain ».



Articles Par : Michele Giorgio

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]