L’Iran rappelle le principe de la liberté des mers

En droit international, tout navire peut librement circuler sur toutes les mers à l’exclusion des zones périphériques : eaux territoriales (ET) et zones économiques exclusives (ZEE) des états côtiers sur lesquelles ceux-ci exercent leur souveraineté totale (ET)  ou partielle (ZEE).

Ce principe est utilisé « ad nauseam » par les Etats-Unis qui patrouillent lourdement sur tous les océans du globe au plus prés des eaux souveraines des autres et certainement à l’intérieur de celles-ci mais  avec des sous marins.

Depuis deux ans déjà l’Iran annonçait qu’il allait envoyer des navires de guerre patrouiller au large des côtes étasuniennes.

Le projet vient de prendre corps.

En Janvier le vice-amiral Habibollah Sayyari a annoncé le départ de deux navires de guerre de la 29° flotte: la frégate SABALAN et le navire de ravitaillement KHARG vers l’océan atlantique  où ils doivent aujourd’hui se trouver.

En permettant  le ravitaillement en carburant  de la flottille, le Kharg en garantit l’autonomie, l’Iran n’ayant pas à solliciter d’escales dans un port étranger pour  faire le plein.

Cette modeste flottille  composée de deux navires de plus de 20 ans d’âge ne peut évidemment prétendre impressionner militairement la gigantesque flotte guerrière étasunienne mais la démonstration d’indépendance politique dans le respect du droit international est, elle, d’une grande force.

Elégante façon de rappeler qu’en permanence depuis la base de Bahreïn la V° flotte US  et ses alliés des l’OTAN viennent parader, tous missiles dehors, au large des côtes iraniennes sur fond d’annonces de bombardements de l’Iran qui n’ont cessées que depuis l’accord transitoire sur le nucléaire iranien.

On sourit en imaginant l’intense mobilisation et  l’extrême nervosité des services d’écoute et de surveillance aériens, terrestres et sous marins de l’OTAN  face à l’arrivée de ces deux navires à proximité du  « sanctuaire » !

Nouvel accès de fièvre face à des navires de guerre « non OTAN et non occidentaux ». Cette fois la fièvre saisit un allié très fidèle des Etats-Unis : l’Australie.

Imaginez : deux navires de guerre chinois viennent de faire un périple dans les eaux internationales qui les a conduits à proximité des côtes  nord de l’Australie.

Passés par le détroit de la  Sonde entre Sumatra et java, ils ont longé Java par le sud avant de remonter vers le nord en passant par le détroit de Lombok à l’Est de Bali. Pas d’émotion en Indonésie qui entretient des très bonnes relations avec la république populaire depuis la récente visite de Xi Jinping à Djakarta

Voir la carte ci-dessous

Pour mémoire, les Etats-Unis ont 6 flottes de guerre complètes en service avec porte-avions (en principe deux par flotte mais ils sont en retard sur cet objectif), bombardiers stratégiques, missiles nucléaires, sous marins, tout le nécessaire du tueur mondial.

Numérotées de 2 à 7 elles sont basées

 

Deuxième flotte (Atlantique) : Norfolk (Virginie)

Troisième flotte (Pacifique est) : Pearl Harbour

Quatrième flotte (Caraïbes, Amérique centrale et Amérique du sud) Mayport (Floride)

Cinquième flotte (Moyen Orient) : Manama (Bahreïn)

Sixième flotte (Méditerranée) : Naples (Italie)

Septième flotte (Pacifique Ouest –Océan Indien) : Yokosuka (Japon)

Cette dernière est chargée de traquer la marine chinoise dans son périmètre d’action et doit être de plus en plus sur les dents.

 


Articles Par : Comaguer

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]rch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]