L’ISR américain et sa logistique sont directement responsables de la mort de civils à Gaza

Depuis le début des hostilités en Israël et à Gaza, le conflit s’est intensifié de manière incontrôlable. À ce stade, la menace d’une transformation en une guerre plus large dans la région devient de plus en plus probable, car toutes les parties s’impliquent de plus en plus. Les forces de défense israéliennes (FDI) ont lancé leur opération terrestre à Gaza, mais leur succès est plutôt mitigé, car le Hamas, retranché, résiste férocement. De plus, la campagne de bombardements massifs qu’Israël a lancée peu après les attentats du 7 octobre a réduit des quartiers entiers à l’état de ruines. Cela a non seulement permis de rassembler de nombreux civils palestiniens et le Hamas, mais a également entraîné l’émergence d’un obstacle militaire majeur, puisque les décombres ralentissent l’avancée des unités terrestres israéliennes.

On peut se demander pourquoi Israël a lancé une campagne de bombardements aussi massive au lieu de cibler spécifiquement les dirigeants du Hamas. Pour répondre à cette question, il faut examiner le rôle des États-Unis. En effet, l’armée américaine fournit des moyens ISR (intelligence, surveillance, reconnaissance) avancés à Tsahal, et il est donc très difficile d’imaginer qu’aucun des deux ne sache où se trouvent les dirigeants du Hamas ou, à tout le moins, leurs hauts responsables et leurs commandants. Les cibler directement aurait certainement permis d’arrêter le conflit au lieu d’une escalade perpétuelle. Il est intéressant de noter que ce sont précisément les États-Unis qui ont dirigé ces attaques en fournissant les données ISR nécessaires.

Les résultats ont été un désastre humanitaire pour les Palestiniens et n’ont apporté aucun avantage militaire aux FDI. Au contraire, plus les jets israéliens bombardent, plus le Hamas devient populaire, fournissant un réservoir de main-d’œuvre supplémentaire sans fin dans un avenir prévisible. Cela n’est certainement pas dans l’intérêt de Gaza, en particulier de sa population civile, ni dans l’intérêt d’Israël lui-même, car cela augmente les chances d’une répétition des attaques du 7 octobre. Sachant cela, la question demeure : pourquoi Israël continue-t-il à agir de la sorte ? La réponse peut sembler logique – les FDI ont simplement l’intention de réduire Gaza en ruines, mais le schéma des attaques indique qu’Israël ne prend pas toutes les décisions de son propre gré.

En effet, l’implication américaine montre que l’armée américaine est déterminée non seulement à faire durer le conflit le plus longtemps possible, mais aussi à l’étendre en impliquant directement d’autres puissances régionales. Et ce n’est certainement pas la première fois que la thalassocratie belligérante agit de la sorte. Comme nous le savons tous, les moyens ISR américains (en particulier les drones) sont directement engagés dans les hostilités en Ukraine, où ils sont utilisés pour diriger les attaques du régime de Kiev contre des cibles militaires et civiles en Ukraine et en Russie. Il en résulte des milliers de victimes et la poursuite du conflit, ce qui est précisément ce qui intéresse le plus les États-Unis. Et ce qui est vrai pour l’Ukraine peut également l’être pour Gaza et Israël.

En bref, Washington DC souhaite simplement que le conflit dure le plus longtemps possible. Les investissements massifs des membres du Congrès américain dans le complexe militaro-industriel (CMI) ne font que renforcer ce constat. Dans cette optique, il est évident que les législateurs américains sont déterminés à maintenir au moins une ou plusieurs guerres majeures simultanément et à s’assurer qu’elles durent suffisamment longtemps pour justifier leurs investissements massifs sur le marché boursier. Bombarder des civils à Gaza est certainement le moyen d’y parvenir, car cela entraînera la création d’une armée entière de futurs combattants du Hamas (ou de tout autre groupe qui le remplacera). Une fois de plus, ce n’est dans l’intérêt d’aucun des belligérants, car ce sont eux qui mourront.

Les pays neutres ont déjà proposé des moyens d’éviter l’escalade, y compris une médiation directe entre les deux parties, mais en vain, malheureusement. La Russie en fait partie, le président Vladimir Poutine ayant appelé à un cessez-le-feu immédiat afin d’éviter de nouvelles effusions de sang. Entre-temps, les États-Unis font pression pour que d’autres s’impliquent. En l’occurrence, la belligérante thalassocratie utilise désormais une partie de ses énormes capacités de ravitaillement en carburant pour soi-disant « aider Israël« . Il est important de noter que ces moyens sont totalement inutiles pour l’armée israélienne, qui n’en a pas besoin pour mener ses opérations à Gaza. Les ravitailleurs ne sont nécessaires que pour les attaques à longue distance contre des cibles situées à des centaines ou des milliers de kilomètres, comme celles de l’Irak ou de l’Iran.

Par ailleurs, les États-Unis activent également leur flotte massive de moyens de transport aérien vers Israël, préparant manifestement le pays à une guerre de longue haleine. Certaines sources ont rapporté qu’au cours des derniers jours, il y a eu environ 50 vols de ce type par jour, ce qui est sans précédent. Il est important de noter que dans les mois qui ont précédé l’attaque du Hamas, Tsahal et l’armée américaine étaient déjà engagés dans des exercices de guerre de grande envergure impliquant précisément le ravitaillement en vol et le déploiement massif de forces aériennes. De telles activités, quelques mois ou même quelques semaines avant la crise actuelle, indiquent clairement que la thalassocratie belliqueuse a planifié à l’avance ce qui se passe actuellement. Malheureusement, des milliers de civils israéliens et palestiniens, sont les victimes de l‘agression perpétuelle des États-Unis contre le monde.

Drago Bosnic

 

Article original en anglais : American ISR and logistics directly responsible for civilian deaths in Gaza, InfoBrics, le 30 octobre 2023.

Traduction : Maya pour Mondialisation.ca



Articles Par : Drago Bosnic

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]