L’Italie aussi est en guerre contre la Syrie

Alors que le ministre Emma Bonino assure d’un ton tranquillisant que l’Italie ne participera pas à l’opération militaire contre la Syrie sans mandat ONU, le grondement de la guerre résonne déjà sur Pise : ce sont les C-130 italiens, et probablement aussi étasuniens, qui ont intensifié les vols vers les bases méditerranéennes. L’aéroport –où on est en train de réaliser le Hub aéroportuaire de toutes les missions militaires à l’étranger, mis également « à la disposition de l’OTAN »- se trouve dans les environs de Camp Darby, la grande base logistique étasunienne qui approvisionne les forces aériennes et terrestres dans l’aire méditerranéenne et moyen-orientale.

Comme preuve de la volonté de paix du gouvernement italien, le ministre Bonino annonce que le 4 septembre se réunira le groupe des « Amis de la Syrie » (celui qui soutient les « rebelles » et donc la guerre intérieure), auquel participe l’Italie avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Arabie saoudite, qui s’apprêtent maintenant à frapper la Syrie même de l’extérieur. Bonino oublie la rencontre qui a eu lieu le 27 août à Istanbul (rapportée par Reuters), dans laquelle les « Amis » ont communiqué aux « rebelles » que l’attaque pourrait avoir lieu dans quelques jours.

Le gouvernement n’explique pas pourquoi l’Italie a envoyé le chef d’état-major à la réunion, convoquée par le Pentagone en Jordanie les 25-27 août, à laquelle ont participé les chefs militaires des USA, Grande-Bretagne, France et Arabie saoudite, qui préparent l’attaque contre la Syrie. Pendant ce temps un porte-parole du ministère de la défense, cité par la presse étasunienne, explique que les bases aériennes et navales italiennes pourraient être utilisées pour l’attaque contre la Syrie avec le consensus du parlement, non nécessaire par contre pour les bases étasuniennes comme Camp Darby ou Sigonella (Sicile). Le ministre de la défense Mauro laisse la porte ouverte à la participation directe de forces italiennes, en affirmant que le gouvernement donnera « sûrement son assentiment aux orientations qui sont celles de la communauté internationale ». C’est-à-dire de l’OTAN qui tient aujourd’hui une « réunion d’urgence » sur la Syrie, pour épauler l’attaque même sans intervenir pour le moment en tant que telle comme elle avait fait en Libye.

Selon Il Sole 24 Ore d’hier, « les bases italiennes sont superflues » car les raids seront limités dans le temps, effectués avec des missiles lancés des navires et vélivoles, et que les avions n’auront pas besoin de bases avancées. Tous éléments qui « semblent exclure un rôle même marginal de l’Italie ». En réalité c’est encore l’Italie qui est base de lancement de la guerre. Les opérations contre la Syrie, comme celles contre la Libye en 2011, sont dirigées depuis Naples, où se trouve le commandement des Forces navales USA en Europe, comprenant la Sixième Flotte, aux ordres d’un amiral étasunien qui commande en même temps les Forces navales USA pour l’Afrique et les Forces conjointes alliées.

C’est donc de Naples que partirait l’ordre d’attaquer la Syrie depuis la Méditerranée orientale. C’est là, à distance rapprochée (environ 200kms) de Damas et d’autres objectifs, que sont déployés au moins quatre contre-torpilleurs lance-missiles : le Barry et le Mahan, déjà utilisés dans l’attaque contre la Libye, le Gravely et le Ramage. Ils peuvent lancer des centaines de missiles Cruise, qui, en survolant à basse altitude le profil du terrain, frappent l’objectif avec des têtes pénétrantes ou à fragmentation (chacune avec des centaines de munitions), contenant de l’uranium appauvri. On a aussi sûrement déployé des sous-marins, comme le Florida, d’attaque nucléaire, armé, au lieu de 24 missiles balistiques, de plus de 150 missiles Cruise. Dans la seule nuit du 19 mars 2011, il en lança 90 contre la Libye (en pleine nuit, de quoi rassurer la population sur notre « responsabilité de [la] protéger », NdT). Le déploiement comprend aussi le groupe d’attaque du porte-avions Harry Truman (doté de 90 chasseurs-bombardiers), comprenant deux croiseurs et deux contre-torpilleurs lance-missiles, que la Sixième Flotte a transféré en Mer Rouge, aire de la Cinquième Flotte. S’ajoutent à tout cela les unités navales alliées, dont peut-être le porte-avions français Charles de Gaulle.

En soutien de ce déploiement se trouve la base navale (étasunienne) de Sigonella, spécialisée dans l’approvisionnement de la Sixième Flotte et dotée d’avions USA et OTAN de tous types, dont les espions Global Hawks. La base, où sont cantonnés 7mille militaires (étasuniens), constitue pour le Pentagone « le centre stratégique de la Méditerranée ». Cette base et quelques autres, comme celle d’Aviano (région Frioul), ne pourraient pas fonctionner sans le support des forces et infrastructures italiennes.

L’Italie n’a donc pas à attendre le mandat ONU pour participer à cette nouvelle guerre sous commandement du Pentagone.

 

Edition de jeudi 29 août 2013 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20130829/manip2pg/02/manip2pz/345061/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

 

Manlio Dinucci

Rubrique de mardi 30 avril de il manifesto

 

 

 



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]