L’Italie sous l’emprise USA/Otan

L'art de la guerre

Dans la première moitié du mars, sont simultanément en cours deux grands exercices de guerre -l’un en Méditerranée devant les côtes siciliennes, l’autre en Israël- tous deux dirigés et soutenus par les commandements et par les bases USA/Otan en Italie.

Au Dynamic Manta 2018 -exercice de guerre sous-marin, appuyé par les bases de Sigonella et Augusta et par le port de Catane- participent des forces navales des Etats-Unis, Canada, Italie, France, Belgique, Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne, Grèce et Turquie, avec 5000 soldats, navires de surface, sous-marins, avions et hélicoptères. L’exercice est dirigé par le Commandement Otan de Lago Patria (Jfc Naples), aux ordres de l’amiral étasunien James Foggo. Nommé par le Pentagone comme ses prédécesseurs, il commande en même temps les Forces navales USA en Europe et les Forces navales USA pour l’Afrique, dont le quartier général est à Naples Capodichino.

C’est l’amiral Foggo lui-même qui explique à quoi sert le Dynamic Manta 2018 : la “Quatrième bataille de l’Atlantique” a commencé, après celles des deux guerres mondiales et de la guerre froide. Elle est menée contre “des sous-marins russes de plus en plus sophistiqués qui menacent les lignes de communication maritime entre les Etats-Unis et l’Europe de l’Atlantique Nord”. L’amiral accuse la Russie de conduire “une activité militaire de plus en plus agressive”, en citant comme exemple des chasseurs russes qui survolent à basse altitude des navires USA. Mais il ne dit pas que ces navires de guerre croisent dans la Baltique et en Mer Noire tout près du territoire russe. Même chose pour les drones-espions USA Global Hawk qui, décollant de Sigonella, volent deux ou trois fois par semaine le long des côtes russes au-dessus de la Mer Noire.

L’amiral Foggo, tandis qu’avec sa casquette de commandant Otan il prépare en Italie les forces navales alliées contre la Russie, avec celle de commandant des Forces navales USA en Europe envoie depuis l’Italie la Sixième Flotte au Juniper Cobra 2018, exercice conjoint USA-Israël dirigé principalement contre l’Iran.

Partant de la base de Gaeta, est arrivé à Haifa le Mount Whitney, navire amiral de la Sixième Flotte, accompagné du navire d’assaut amphibie Iwo Jima. Le Mount Whitney est un quartier général flottant, relié au réseau mondial de commandement et contrôle du Pentagone y compris à travers la station Muos de Niscemi (Sicile).

Le Juniper Cobra 2018 -auquel participent 2500 militaires USA et autant d’Israéliens- a commencé le 4 mars, alors que le premier ministre Netanyahu, dans sa rencontre avec le président Trump, soutenait que l’Iran “n’a pas renoncé à ses ambitions nucléaires” (sans dire qu’Israël est l’unique puissance nucléaire au Moyen-Orient) et concluait : “l’Iran doit être stoppé, c’est là notre devoir commun”.

L’exercice simule la riposte israélienne au lancement simultané de missiles depuis Liban, Iran, Syrie et Gaza. Le scénario réel peut au contraire être celui d’un lancement de missiles faussement attribué aux Hezbollah libanais alliés de l’Iran, comme prétexte pour attaquer le Liban en visant l’Iran. Au maximum 72 heures plus tard, déclarent des officiers étasuniens et israéliens, arriveraient d’Europe (en particulier des bases en Italie) des forces étasuniennes pour épauler Israël dans la guerre.

La présence au Juniper Cobra du général Scaparrotti, chef du Commandement Européen des Etats-Unis, confirme ce plan, qu’il a défini dans une rencontre avec l’état-major israélien le 11 mars. Comme Scaparrotti est aussi Commandant suprême allié en Europe (charge qui revient toujours à un général USA), le plan prévoit une participation Otan, surtout italienne, en soutien à Israël dans une guerre à grande échelle au Moyen-Orient.

Manlio Dinucci

Article original en italien :

A Itália nas garras dos USA/NATO

Edition de mardi 13 mars 2018 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/litalia-nella-morsa-usanato/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste, ex-directeur exécutif pour l'Italie de l'International Physicians for the prevention of Nuclear War, association qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1985. Porte-parole du Comitato no Guerra no Nato (Italie) et chercheur associé de Global Research (Canada). Prix international de journalisme 2019 pour Analyse géostratégique du Club de Periodistas de México.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]