Livraison d’armes à l’Ukraine: Qu’est-ce qui se passe avec l’Allemagne ?

Pourquoi l’Allemagne envoie-t-elle des armes à l’Ukraine ? Ne se rendent-ils pas compte que ces armes seront utilisées pour tuer des soldats russes ? Ne se rendent-ils pas compte que ces armes seront données à des combattants nazis qui se tatouent des croix gammées sur les bras et défilent dans des parades aux flambeaux ? Le peuple allemand ne se soucie-t-il pas de cela ?

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Wehrmacht allemande a tué 27 millions de Russes. N’est-ce pas suffisant ? Combien de Russes doivent mourir pour satisfaire la soif de sang de l’Allemagne ? Un autre million environ ? 5 millions ? 27 millions ? Combien ?

Et, comment un pays avec l’histoire de l’Allemagne justifie-t-il le meurtre de plus de Russes aujourd’hui ? Beaucoup de gens aimeraient avoir une réponse à cette question ? Je sais que moi, je le voudrais.

Le chancelier Olaf Scholz pense que l’Allemagne a une obligation morale de soutenir l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie. Dans un discours télévisé à la nation, il a déclaré : « Nous défendons le droit et la liberté du côté de la partie attaquée. Nous soutenons l’Ukraine dans sa lutte contre l’agresseur. »

Ce que Scholz a omis de mentionner, ce sont les nombreuses provocations (ukrainiennes) qui ont eu lieu avant l’invasion russe. Il n’a pas mentionné l’intensification des bombardements de Kiev dans l’est de l’Ukraine, où 14 000 Russes ethniques ont été tués au cours des huit dernières années. Il n’a pas mentionné les quelque 30 laboratoires ukrainiens de fabrication d’armes biologiques où des agents pathogènes mortels – qui ciblent des ethnies spécifiques et propagent des maladies hautement contagieuses dans le monde entier – sont secrètement développés. Il n’a pas mentionné que le président Zelensky avait menacé de relancer le programme d’armes nucléaires de l’Ukraine, ce qui permettrait de placer des missiles nucléaires à la frontière occidentale de la Russie. Et il a omis de mentionner que l’Ukraine est devenue un membre de facto de l’OTAN par le biais de ses exercices militaires conjoints, du soutien logistique, de la formation et des livraisons d’armes de l’Alliance. Tous ces éléments ont créé une grave menace pour la sécurité nationale de la Russie. Mais Scholz n’a mentionné aucun de ces éléments. Au lieu de cela, il a utilisé toute la présentation pour susciter le soutien à un autre bain de sang dirigé par les États-Unis.

« Nous ne pouvons pas nous permettre d’être paralysés par la peur », a déclaré Scholz avec emphase. « Nous avons donc décidé de livrer des armes. »

Scholz ne fait que reconnaître ce que tout le monde sait déjà, à savoir qu’il a reçu ses ordres de Washington, et qu’il se conforme à ces ordres. C’est évident. Voici comment le World Socialist Web Site résume la situation dans un article récent :

« La décision historique de laisser les chars allemands rouler une fois de plus contre la Russie n’est pas motivée par « la sécurité et la paix » et encore moins par la protection de la population ukrainienne. Au contraire, l’Allemagne et les autres puissances de l’OTAN ont systématiquement provoqué l’invasion réactionnaire de la Russie pour leur permettre de mener une guerre par procuration contre la Russie sur le dos de la population ukrainienne. …

Dans les mois précédant l’invasion russe, le gouvernement ukrainien, avec le soutien massif des États-Unis et de l’Allemagne, s’est préparé à placer sous son contrôle militaire les zones tenues par les séparatistes pro-russes dans l’est du pays. Une guerre contre la Russie en Crimée était également prévue… Toutes les restrictions imposées à l’Allemagne après la guerre mondiale doivent être supprimées, et la Bundeswehr sera reconstruite pour devenir la plus grande armée européenne. …

Le gouvernement allemand a déjà livré à l’Ukraine des chars provenant des anciens stocks de l’Allemagne de l’Est et a annoncé d’autres livraisons d’armes lourdes. Il s’agit notamment de chars anti-aériens et d’obusiers automoteurs capables d’une énorme destruction. L’Allemagne et l’OTAN sont prêtes à dévaster l’Ukraine afin de vaincre la Russie. …

Avec ses armes lourdes, l’Allemagne équipe le bataillon Azov et d’autres unités néonazies. Ces groupes sont les descendants politiques de l’Organisation des nationalistes ukrainiens de Bandera, responsable du meurtre de milliers de juifs ukrainiens »1.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment en sommes-nous arrivés à un point où personne ne s’inquiète de la réémergence du militarisme allemand ?

Tout cela remonte au président russe Mikhaïl Gorbatchev.

En 1990, après la chute du mur de Berlin, Gorbatchev a levé ses objections à la réunification allemande et « a accepté qu’une Allemagne unifiée soit libre de choisir l’alliance à laquelle elle appartiendra, et le chancelier Helmut Kohl a dit à Gorbatchev que l’Allemagne voulait rester dans l’OTAN. »

Compris ? Gorbachev a donné le feu vert à l’Allemagne pour rejoindre l’OTAN.

Vous voyez quelle terrible erreur c’était ? Pouvez-vous voir que la réunification allemande et l’entrée de l’Allemagne dans une alliance militaire hostile et russophobe (l’OTAN) ont ouvert la voie à la conflagration actuelle ?

L’entrée de l’Allemagne dans l’OTAN a été suivie de trois vagues d’expansion qui ont poussé l’Alliance de plus en plus vers l’est jusqu’à ce qu’aujourd’hui, les troupes de combat, les bases militaires et les systèmes de missiles de l’OTAN se trouvent aux portes de la Russie, à quelques centaines de kilomètres de Moscou.

Et la poussée de l’OTAN vers l’est ne s’arrêtera pas non plus à l’Ukraine, pas plus qu’Hitler ou Napoléon ne s’y sont arrêtés. L’Ukraine n’est que le dernier sifflet sur la route de Moscou. C’est le véritable point final stratégique : Moscou. Donc, finalement, l’OTAN s’enfoncera de plus en plus profondément dans le territoire russe, détruisant tout sur son passage et tuant tous ceux qui se trouvent sur son chemin. C’est vers cela que tout se dirige, en fait, les chefs de guerre du Pentagone n’essaient même plus de le cacher. « Nous voulons affaiblir la Russie », disent-ils. « Nous voulons briser le dos de la Russie ». Et, c’est le plan. Ils veulent écraser la Russie et s’emparer de ses ressources. Rien n’est caché. Tout cela est déclaré publiquement.

Et c’est entièrement la faute de Gorbatchev. La crise à laquelle la Russie fait face aujourd’hui, peut être retracée jusqu’à Gorbachev.

À quoi pensait-il ? Pensait-il que l’OTAN allait honorer sa parole et ne pas « bouger d’un pouce vers l’est » comme elle l’avait promis ? Pensait-il que l’Allemagne ne finirait pas par « retomber sur ses pieds » et ne reprendrait pas sa marche habituelle vers l’est ? Pensait-il que les dirigeants occidentaux avaient miraculeusement changé d’avis et étaient devenus plus dignes de confiance, plus désintéressés et plus pacifiques ?

Le libéralisme désinvolte de Gorbatchev a amené les systèmes d’armes et les troupes de choc de l’OTAN aux portes de la Russie. Il a ouvert la voie à un autre conflit angoissant et sanglant qui plongera toute la région dans le chaos et la ruine. Faut-il s’étonner que les dirigeants occidentaux chantent les louanges de Gorbatchev à chaque occasion ? Voici un extrait d’un article de RT :

« Des exercices militaires de l’OTAN à grande échelle ont débuté lundi en Estonie. L’exercice baptisé « Hedgehog 2022 » est l’un des plus importants de l’histoire de la nation balte, selon le bloc militaire. Les exercices impliqueront quelque 15 000 soldats de 14 nations, y compris les membres du bloc militaire et leurs partenaires. …

Des soldats de Finlande, de Suède, de Géorgie et d’Ukraine sont parmi ceux qui prendront part à l’exercice… Selon le radiodiffuseur, les exercices feront intervenir toutes les branches des forces armées et comprendront des exercices aériens, maritimes et terrestres, ainsi qu’un entraînement à la cyberguerre. Selon une déclaration de l’OTAN, le navire de débarquement de classe Wasp de l’US Navy, le Kearsarge, participera également à ces exercices. …

Les exercices ont débuté un jour seulement après que la Finlande et la Suède ont officiellement annoncé leur intention de rejoindre l’OTAN. …

Les exercices en Estonie ne sont toutefois qu’une partie des activités militaires à grande échelle de l’OTAN près de la frontière russe. Un autre État balte, la Lituanie, accueille l’exercice « Iron Wolf », auquel participent 3000 soldats de l’OTAN et 1000 équipements militaires, dont des chars Leopard 2 allemands. …

Deux des plus grands exercices de l’OTAN – « Defender Europe » et « Swift Response » – se déroulent en Pologne et dans huit autres pays, avec la participation de 18 000 soldats de 20 pays, selon la déclaration de l’OTAN vendredi. …

La Force de réaction de l’OTAN participe actuellement à l’exercice « Wettiner Heide », qui rassemble 7500 hommes en Allemagne. La mer Méditerranée est sur le point d’être le théâtre d’exercices navals de la « série Neptune » auxquels participera le groupe d’attaque de porte-avions USS « Harry S. Truman », qui sera placé sous le commandement de l’OTAN. Ce sera seulement la deuxième fois depuis la fin de la guerre froide qu’un groupe de porte-avions américains passe sous le commandement du bloc militaire, a déclaré l’OTAN. …

En juin, les États baltes et la Pologne accueilleront ce que l’OTAN décrit comme « le plus grand exercice intégré de défense aérienne et antimissile d’Europe », auquel participeront 23 pays. Fin avril, la Finlande a accueilli des exercices navals de l’OTAN. Aujourd’hui, elle accueille également un exercice terrestre conjoint, auquel participent des troupes des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Estonie et de la Lettonie. …

Ces exercices militaires massifs se déroulent dans un contexte de tensions accrues entre la Russie, l’OTAN et certains des partenaires du bloc militaire. La Finlande, qui partage une longue frontière avec la Russie, et la Suède ont décidé de reconsidérer leur politique de non-alignement de longue date à la suite d’un changement majeur de l’opinion publique après le lancement de l’attaque de la Russie en Ukraine »2.

Que faudra-t-il pour que le peuple américain voie ce qui se passe sous ses yeux ?

L’OTAN et les États-Unis simulent une guerre contre la Russie parce que c’est le plan. Il s’agit d’exercices massifs, intégrés, d’armes combinées qui sont structurés de manière à répondre au mieux aux forces d’un ennemi particulier. Et cet ennemi est la Russie. Ne le voyez-vous pas ?

Et avez-vous remarqué qu’il est soudain normal de parler ouvertement de guerre avec la Russie ? Parmi les cadres de généraux à la retraite qui apparaissent régulièrement sur les chaînes d’information câblées et leurs alliés du parti démocrate, tout sens de la prudence a été complètement abandonné. Ils ne sont plus dissuadés par la menace d’une guerre nucléaire parce que – selon eux – les États-Unis l’emporteront dans une guerre nucléaire et, en outre, ils sont tous d’accord pour dire que le jeu en vaut la chandelle. Vous pensez peut-être que je plaisante, mais je ne plaisante pas. L’opinion dominante parmi les élites de l’establishment a fondamentalement changé. Ces gens veulent une guerre avec la Russie et ils la veulent maintenant. Leur soif de guerre a complètement éclipsé leur peur de l’annihilation nucléaire. C’est de la folie.

Et l’Allemagne a rejoint la ruée vers la guerre en dépit du fait qu’elle déclenchera une crise énergétique sans précédent suivie d’un grave marasme économique qui pourrait durer des années. En bref, Scholz a commis un hari-kari économique pour apaiser ses maîtres à Washington. Voici d’autres extraits du WSWS :

« L’Allemagne utilise la guerre pour lever tous les obstacles qui se dressaient auparavant sur la voie d’un réarmement effréné… Tout d’abord, le gouvernement allemand a augmenté le budget d’armement de 100 milliards d’euros… et a abandonné le principe de ne pas fournir d’armes aux zones de guerre. L’Ukraine a d’abord été approvisionnée en armes légères, puis en armes lourdes. Entre-temps, les soldats ukrainiens sont également formés sur le sol allemand. …

Les préparatifs du gouvernement allemand en vue d’une troisième guerre mondiale ne se limitent pas à l’armement de la Bundeswehr (forces armées) et au soutien militaire de l’Ukraine… L’ancien rédacteur en chef du quotidien financier Handelsblatt, Gabor Steingart, en parle sans détour dans son « Pioneer Briefing » de mardi. Sans le moindre scrupule, il aborde la question de ce qu’il faut pour rendre une guerre mondiale « gérable » :

« La conduite d’une troisième guerre mondiale n’est pas seulement une question militaire », proclame-t-il. C’est « d’abord et avant tout une question économique. Car sans désenchevêtrement économique le long des blocs de puissance et des blocs militaires, une guerre efficace et soutenable sur une longue période est impossible, comme on le voit déjà avec la dépendance de l’Allemagne au gaz naturel russe. » …

« Celui qui veut rendre la guerre mondiale gérable doit d’abord dégrouper le commerce mondial », souligne Steingart. « L’indépendance économique est plus importante que des milliards supplémentaires pour la Bundeswehr. Ainsi, ce ne sont pas seulement les soldats et leur équipement militaire qui doivent être rassemblés en une formation offensive, mais aussi les ressources économiques. » …

« Vu sous cet angle économique », déclare-t-il ensuite, « les préparatifs pour rendre gérable une troisième guerre mondiale battent leur plein. » …

La politique insensée consistant à préparer une troisième guerre mondiale et à la rendre « gérable » est soutenue par tous les partis représentés au Bundestag… L’Allemagne doit « définir d’urgence ses intérêts nationaux dans le contexte de la nouvelle réalité » et « adopter une démonstration de force nationale pour les mettre en œuvre et les sauvegarder », dit-il. « Pour relever ce défi, des capacités militaires complètes sont nécessaires, ce qui impliquera également de nombreux sacrifices et charges »3.

Pensez-vous toujours que l’idée d’une troisième guerre mondiale soit farfelue ?

Bien sûr que non. Les préparatifs sont déjà en cours. Les élites veulent la guerre parce qu’elles ne voient aucun autre moyen de préserver l’ordre mondial centré sur l’Occident. C’est pourquoi la menace du militarisme allemand a été ignorée par les médias et les chefs d’État étrangers. Parce qu’ils pensent maintenant que le militarisme allemand peut être utilisé pour défendre la primauté mondiale de l’Amérique. Et c’est ce qu’ils veulent.

Voici un peu plus de contexte tiré d’une interview de Norman Finkelstein :

« On a promis aux Russes qu’il n’y aurait pas d’expansion de l’OTAN à l’Est, c’était la contrepartie de la réunification de l’Allemagne après la décomposition de l’Union soviétique. Nous parlons des années 1990 : les promesses ont été faites, mais l’Occident est allé de l’avant et a commencé à étendre l’OTAN … Il y a eu la première tranche, puis la deuxième … Ensuite, l’OTAN a commencé à s’étendre en Géorgie et en Ukraine (qui a franchi) une ligne rouge. …

Pour arrêter cela, (la Russie) propose une résolution parfaitement raisonnable : il suffit de rendre neutre l’Ukraine comme nous avons rendu neutre l’Autriche après la Seconde Guerre mondiale, ni alignée sur un bloc de l’Est ni alignée sur un bloc de l’Ouest. Cela m’a semblé parfaitement raisonnable. …

Et puis le caractère raisonnable de ces demandes,… doit toujours être vu dans le contexte. Alors, quel est le contexte ? Le contexte est celui de l’Union soviétique, l’ancienne Russie, qui a perdu… les estimations sont d’environ 30 millions de personnes pendant la Seconde Guerre mondiale. …

Et maintenant il y a l’Ukraine, où les nazis jouent un rôle important. Ils sont alignés avec un formidable bloc militaire appelé OTAN et l’OTAN a continué d’avancer et d’avancer et d’avancer, se rapprochant de la Russie, essayant de l’étouffer… Et à partir de 2016 environ, sous Trump, a commencé l’armement de l’Ukraine, déversant des armes, s’engageant dans des exercices militaires avec l’OTAN, se comportant de manière très provocante. Et le ministre des Affaires étrangères Lavrov a fini par dire que nous avions atteint le point d’ébullition. …

… Donc, pendant plus de 20 ans… la Russie a essayé de s’engager dans la diplomatie ; (de rendre l’Ukraine neutre) comme l’Autriche après la Seconde Guerre mondiale… (Donc) si vous convenez que c’était une demande légitime, et si vous convenez que l’Occident était en train d’étendre et d’élargir l’OTAN, et si vous convenez que l’Ukraine était devenue de facto un membre de l’OTAN, avec des armes qui affluent et s’engageant dans des exercices militaires avec l’OTAN ; et si vous convenez… que la Russie a perdu 30 millions de personnes pendant la Seconde Guerre mondiale à cause de l’invasion nazie,…, alors la question simple est : Que devait faire la Russie ? …

… Je ne suis pas un général et je ne suis pas un diplomate, donc, je ne vais pas dire que c’était la chose la plus sage à faire… Mais je dirai… qu’ils avaient le droit de le faire… Ils avaient … le droit historique de le faire. 30 millions de personnes (tuées pendant la Seconde Guerre mondiale), et maintenant vous recommencez, vous recommencez ? Non, non,… Je ne suis pas d’accord avec ceux qui reconnaissent la légitimité des arguments de Poutine mais qui qualifient ensuite l’invasion de criminelle. Ce n’est pas ce que je vois »4.

Oui, Poutine a parfaitement le droit de protéger son pays d’une autre invasion étrangère. Et il serait stupide de penser que ce n’est pas ce que Washington a en tête, car c’est précisément ce qu’ils ont en tête. Ce que Washington veut vraiment, c’est une Russie soumise, languissant en permanence sous la coupe de l’Oncle Sam.

Donc, Poutine doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher que cela n’arrive. Et, jusqu’à présent, c’est exactement ce qu’il a fait.

Bravo, Vladimir.

Mike Whitney

 

Article original en anglais : What’s the Deal with Germany?, UNZ Review, le 18 mai 2022

Version française publiée sur le site Réseau international.

 

Notes :

1.« Sur l’anniversaire de la défaite du régime nazi, le chancelier allemand Scholz prononce un discours sur la guerre », World Socialist Web Site

2.« L’OTAN commence des exercices près de la frontière russe », RT

3.« Les préparatifs de l’Allemagne pour une troisième guerre mondiale battent leur plein », World Socialist Web Site

4.« Norman Finkelstein : La Russie a le droit historique d’envahir l’Ukraine » ; Écoutez l’intégralité de l’interview, The Saker



Articles Par : Mike Whitney

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]