L’Occident  est gravement malade

Les USA font tout ce qu’ils peuvent pour provoquer une nouvelle guerre mondiale, comme en témoignent les graves événements qui se déroulent actuellement en Syrie, les déclarations sur la péninsule coréenne, l’intensification de la guerre en Ukraine, dans le Myanmar (Birmanie), au Yémen et toute cette agitation autour de l’Iran dont c’est manifestement le tour d’être réduite à néant par les actions conjuguées de la même « coalition occidentale de Doha » qui a fait de la Syrie un champ de ruines fumantes. L’État profond étasunien exerce une pression déterminée sur Moscou et sur la Chine, son alliée, afin que ces pays se plient d’une manière ou d’une autre à sa loi de domination mondiale, car ce sont eux les empêcheurs de danser en rond !

En fin de compte, il s’avère que ce sont les USA eux-mêmes, par leurs mensonges concertés et leurs provocations et menaces répétées, qui perpétuent délibérément les tensions sur la péninsule coréenne. C’est le vice-président Mike Pence qui s’est détourné lorsque les dirigeants de la Corée du Nord et de la Corée du Sud ont échangé des salutations aux Jeux olympiques d’hiver de cette année. Ce sont aussi les États-Unis qui contrecarrent intentionnellement toute tentative de la Corée du Nord et de la Corée du Sud de tirer profit des rencontres historiques qui ont eu lieu pendant la manifestation sportive.

Ce n’est pas une apocalypse nucléaire sur leur territoire provoqué par les missiles balistiques intercontinentaux nord-coréens que les États-Unis craignent. Ce qu’ils craignent, c’est que la paix sur la péninsule coréenne soit négociée selon les conditions énoncées par la Corée du Nord et la Corée du Sud et qu’on mette les USA à la porte de cette partie de l’Asie.

Washington pratique ses guerres illégales et hautement criminelles en violant la Charte des Nations Unies et une multitude d’autres lois internationales. L’État profond étasunien se comporte avec une arrogance sans borne et comme un « régime voyou », sans le moindre scrupule, n’hésitant pas à donner des leçons de morale au monde entier, lui qui est le premier violeur de la morale et le plus grand criminel de tous les temps, aucune civilisation dans l’histoire de l’humanité n’ayant jamais atteint le niveau de criminalité des USA. La France considère actuellement ces délinquants du droit international, comme leurs amis et alliés, complices et compères dans le Mal pour une cause qui échappe complétement aux intérêts de notre pays trahi et vassalisé…

La Russie est l’alliée importante de l’Iran dans le collimateur actuel de Tel-Aviv et de la Maison Blanche qui ont décidé ensemble d’entrer en guerre contre la puissance iranienne se trouvant en ce moment-même aux portes d’Israël grâce à la Syrie.

Moscou est de plus en plus néfaste au projet atlantiste.

Les efforts du « Global Engagement Center » GEC, seront désormais dirigés contre les informations émanant de Russie. C’est dans ce but qu’en janvier, la Commission sénatoriale des Affaires étrangères US avait rédigé le rapport : Putin’s asymmetric assault on democracy in Russia and Europe : implications for U.S. national security (L’assaut asymétrique de Poutine sur la démocratie en Russie et en Europe : implications pour la Sécurité nationale des États-Unis).

Le Conseil de l’Atlantique  a été fondé en 1961. Son but actuel est d’attaquer directement la Russie, via les médias sociaux. Il s’agit de donner à ces réseaux un revenu garanti pour qu’ils puissent tranquillement se consacrer à ce travail de destruction arbitraire, sans avoir à se soucier du paiement de leurs factures. Ils doivent également promouvoirl’idée que la Russie est une menace existentielle pour l’Europe et les États-Unis, justifiant le bien fondé et la raison d’être de l’occupation de l’Union Européenne par l’OTAN.

Le Centre d’analyse des politiques européennes (CEPA) créé en 2005.

Basé à Washington, et non sur le territoire de l’UE, il a un avant-poste à Varsovie. Cette organisation travaille à la promotion de l’agenda de l’armée américaine et de la politique étrangère étasunienne. Il s’agit pour elle de créer une «Europe centrale et orientale en lien étroit et durable avec les États-Unis». Le CEPA réunit des personnalités médiatiques qui consacrent leur vie dans l’opposition à la Russie. Il attise les tensions, ou les invente lorsqu’elles n’existent pas, dans le but de susciter des affaires pour ses sponsors issus de l’industrie militaire.

German Marshall Fund des États-Unis
Fondation créé en 1972
 : cette organisation n’a rien d’allemande mais elle a vue le jour en Allemagne occupée par les USA et inspirée du plan Marshall pour l’Europe. Elle se consacre à organiser le pillage et la domination de l’Europe en l’obligeant à orienter ses lois au profit exclusif des multi nationales étasuniennes.

Institute for the Study of War créé en 2007.Ce groupe de pression pourrait s’appeler «The Institute for the Promotion of War» (L’Institut pour la promotion de la guerre). Il travaille à pousser à plus de conflits au Moyen-Orient. L’arrivée récente et puissante de Moscou dans cette zone a conduit cette organisation à penser massivement la provocation pour la guerre contre la Russie.

L’IFTSOW multiplie les agressions américaines. Il a soutenu la « surenchère » irakienne et a encouragé une plus grande implication des USA et de leurs alliés en Afghanistan. L’IFTSOW se concentre en ce moment sur la Syrie, la Libye et l’Iran. L’une de ses lobbyistes, Jennifer Cafarella, a demandé tout récemment que l’armée américaine envahisse carrément Damas, afin d’entraîner volontairement  Washington dans un conflit direct avec la Russie et l’Iran !

L’Occident est devenu un ensemble de sociétés coercitives et faussement consensuelles. L’Union Européenne s’est dotée d’une bureaucratie plus lourde et plus oppressante que celle de l’ancienne Union soviétique. Tandis que la Russie est devenue la championne du Droit international.

Dans le cadre de la « surveillance et de la répression », il y a la militarisation de l’UE. Pour cela, l’UE vient récemment de lancer son programme d’espace Schengen pour les forces d’occupation de l’OTAN, le 28 mars 2018.

Ce qui vient immédiatement à l’esprit entre Emmanuel Macron et l’Angleterre est la banque. Or, la banque, c’est la City et la City, c’est Rothschild. Là où il y a Rothschild, il y a domination financière de la City et de Wall Street.

Ce qui voudrait dire que l’attaque contre la Russie a quelque chose à voir avec la tentative de la Russie et de la Chine de se libérer, par les BRICS et son CIPS (8 octobre 2015), de la tutelle du dollar, ce que n’ont pas réussi des petits États dirigés par Kadhafi et par Saddam Hussein. Aujourd’hui c’est Bachar El Assad, Maduro et l’Iran, qui sont dans le collimateur des prédateurs de l’Empire. C’est afin d’échapper à la tenaille de la finance anglo-saxonne et au règne de la City, que l’alliance de la Chine et de la Russie a été enfin réalisée, jusqu’à prévoir, par eux-mêmes, leur propre régulation du marché de l’or. Voilà qui est insupportable et qui méritait la diabolisation hystérique de la Russie, puisque une confrontation armée directe avec elle lui fait toujours peur! Cet acharnement contre l’alliance russo-chinoise et sa volonté de créer un circuit monétaire indépendant du dollar, justifie toutes les entreprises pouvant faire le Mal et pouvant détruire cette alliance qui sonnera la fin de la prédominance étasunienne directement au service du projet délirant du « grand Israël ».

Le but obsessionnel des USA est de détruire la Russie et la Chine. Le président Vladimir Poutine disait donc que la Russie aurait le droit légitime de riposter en cas d’attaque déclenchée imprudemment contre son pays, en ajoutant que certes, « ce serait une catastrophe planétaire, ce serait une catastrophe absolue pour le monde entier et l’humanité. Mais en tant que citoyen russe et dirigeant de l’État russe, je me pose la question : à quoi bon ce monde s’il n’y a plus de Russie?»

Autrement dit : « Pourquoi le monde devrait-il continuer à exister en ayant décidé arbitrairement la disparition pure et simple de la Russie? Pourquoi la Russie devrait-elle accepter passivement de se faire rayer de la carte pour permettre à des criminels prédateurs d’imposer leur dictature sur le reste des peuples asservis à leur loi de domination? »La France est l’amie de ces gens-là qui fomentent de tels projets au nom de la « liberté » et de la « démocratie »?

Cf. : https://www.rt.com/usa/418035-anti-russia-think-tanks/

Cf. : le film de Vladimir Soloviev : « Le Nouvel ordre mondial », mars 2018.

En guise de conclusion :

Aujourd’hui, Trump a sorti unilatéralement et brutalement les États-Unis des accords sur le nucléaire Iranien, avec comme conséquence directe et absurde, la reprise des sanctions économiques contre l’Iran, alors que rien du côté iranien n’a trahi ces accords! Du coup, Washington envoie un ultimatum aux entreprises européennes et étasuniennes qui travaillent et sont bien installées en Iran. Les Français Total, Airbus, Renault, PSA et d’autres entreprises sont menacés par les USA qui leur donnent 3 à 6 mois pour quitter l’Iran! A l’occasion de ce spectacle pitoyable de « l’amitié franco-américaine », nous pouvons concrètement voir comment les Français sont des laquais aux ordres des USA. Ils ont perdu toute souveraineté et indépendance même économique. En France tout dépend des décisions de Washington et de Bruxelles au service exclusif des intérêts étasuniens.

Derrière tout cela au final, vient se confirmer qu’Israël était bien le principal commanditaire du pseudo « printemps Arabe » qui avait été lancé afin d’assurer son hégémonie en affaiblissant « l’arc syro-iranien » (dixit Fabius)! Aujourd’hui, les faits mettent à jour que les Israéliens étaient bel et bien les principaux belligérants dans la guerre en Syrie, un conflit qu’une exécrable propagande arabo-atlantiste pro-sioniste de la « coalition occidentale de Doha » avait tenté de présenter coûte que coûte comme une « guerre civile » née d’une opposition vertueuse, aux aspirations démocratiques et libérales, à un « Pouvoir dictatorial panarabe ».

L’Occident est gravement malade et puisqu’il s’acharne à se saborder par ses « sanctions » aux effets boomerang répétés, il est sur le point de s’effondrer pour de bon ! RIP !

 Jean-Yves Jézéquel

Le 10 mai 2018

 

 



Articles Par : Jean-Yves Jézéquel

A propos :

Jean-Yves Jézéquel, philosophe et psychanalyste, diplômé du troisième cycle en sciences humaines, est l’auteur d’une vingtaine d’essais en philosophie, spiritualité, religion, psychologie. Il publie également depuis 2014, une série d’analyses sur les grandes questions actuelles de société.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]