L’Occident, n’écoutant que le courage de ses Élites, se fait hara-kiri pour protéger l’humanité

Le bruit circule dans les cercles bien informés que, tout comme sur le chemin de Damas, le Christ est apparu à Saint Paul qui en est tombé de son cheval, les quatre Cavaliers de l’Apocalypse, qui annoncent la fin du monde, sont apparus à nos Élites, dans la lumière du Coronavirus. Elles ont compris le message et se sont réjouies, à l’exception de l’indécrottable Trump qui de toute façon périra en enfer.

Cela fait pas mal de temps qu’elles y travaillent, à la fin du monde occidental, et il est temps que leurs efforts soient récompensés. Il faut être un vieux réactionnaire iconoclaste comme Maffesoli pour oser dire que les Élites (« ceux qui ont le pouvoir de dire et le pouvoir de faire ») sont « en déshérence » et que c’est parce qu’elles ont une peur paranoïaque du peuple, qu’elles gouvernent par la peur. C’est n’importe quoi, nos élites ne songent qu’à nous protéger. Et, loin de paniquer, elles suivent un plan précis. Mais pour le comprendre, il faut remettre les fabuleux évènements que nous vivons actuellement dans leur contexte historique.

Capture d’écran: Macron en visitant une usine. Source : dailysabah.com

Le contexte historique de la Grande Conversion

Autrefois, comme Saint Paul nous suivions Jésus. Il prétendait nous guider vers l’Amour, l’amour agapé, l’amour don de soi. Nous savons désormais que ce n’était que des sornettes pour grenouilles de bénitier, des enfantillages sortis tout droit du Moyen-Age, cette époque obscurantiste qui n’a laissé derrière elle que quelques stupides cathédrales que nous allons pouvoir finir de bruler maintenant que le bienheureux COVID-19 a chassé les touristes.

Aujourd’hui, enfin, nous avons vu la lumière et nous adorons la Nouvelle Sainte Trinité : le PROGRÈS, la SCIENCE et le CAPITAL. Désormais, grâce au Progrès et à Google, nos enfants ont un accès direct à la pornographie. C’est moderne, efficace et rentable.

Nos Nouveaux Bons Dieux, nous promettent, dans leur évangile, d’éradiquer totalement le démon de l’insécurité afin de faire advenir, sur terre, le paradis du Risque Zéro. Il n’a pas été difficile de faire adhérer les peuples à cette perspective, infiniment plus enthousiasmante que celle du paradis après la mort de l’ancien Dieu des Occidentaux, ou du paradis sur terre, appelé liberté, égalité, fraternité, des révolutionnaires des temps passés.

Tout comme l’ancien Dieu de l’Occident avait ses saints et ses anges ou la Révolution ses héros, nos Dieux ont leurs archanges, leurs anges, leurs saints, leurs héros :

Le plus grand de leurs serviteurs est l’archange FINANCE représenté partout et en tous lieux par ses anges gardiens : les banques, les actionnaires, les percepteurs d’impôts, de taxes et d’amendes. Ils procurent à nos Dieux et nos prêtres, l’argent et le sang des sacrifices humains, animaux et végétaux, nécessaires à leur mission. Nous n’avons plus besoin, comme les Incas, que le sang des sacrifices dégouline le long des escaliers des temples pour nous impressionner. Nous sommes civilisés et nous avons compris qu’il n’y avait pas d’alternative. Nous savons que rationaliser les comportements de toutes les créatures terrestres nécessite un contrôle absolu de leurs mouvements et de leurs esprits, et nous nous plions de bonne grâce aux exigences de nos Dieux, sans qui nous serions soumis à tous les aléas de la vie et de la mort, comme nos malheureux ancêtres. C’est avec joie que nous donnons notre argent et notre sang à l’archange FINANCE.

Il y a encore bien sûr quelques réfractaires, mais nos prêtres (qu’on appelle désormais Élites), combattent les hérétiques, avec un courage que leur immortalité ne suffit pas à expliquer. Ce sont des Saints, ou plutôt des Saintes, car la SCIENCE a vaincu le genre, comme elle est en passe de vaincre la maladie et la mort.

Nos Dieux ont créé ex nihilo la SCIENCE ECONOMIQUE qui régit toute notre vie : de la culture à la santé en passant par la politique, les médias, la justice, la police, l’armée, etc. Ce n’est heureusement plus l’évanescente Vertu qui suscite, parmi les Élites chargées de nous protéger, la saine émulation nécessaire. Le Dieu Capital a développé un système bien plus efficace pour s’assure leur loyauté : le chantage, la menace, l’acharnement judiciaire, le meurtre et surtout la corruption directe ou indirecte (pots de vin, postes, prébendes, sinécures, missions, jetons de présence, clientélisme, privilèges de toutes sortes). Dans ce domaine, comme ailleurs, l’ingéniosité de nos Dieux n’a pas de limites.

Le Dieu Capital déploie, comme la déesse indienne Durga, de nombreux bras armés: Big Finance, Big Industrie, Big Pharma, Big Média, Big Armement, Big Energie, Big Dette.

Leur mission est d’éradiquer les quatre Grand Maux archaïques : Paix, Prospérité, Santé et Vérité, ou plutôt, d’en faire de l’or, en les changeant en leur contraire : Guerre, Misère, Maladie et Propagande. L’histoire a appris à nos Saintes Élites que l’Amour, la Paix, la Prospérité, la Santé et la Vérité n’apportent que le malheur aux simples humanoïdes que nous sommes. Comme elles nous l’enseignent, dans l’ancien monde, après la dernière Grande Guerre occidentale, les capitalistes, aveuglés par une idéologie pervertie, ont cru faire le bonheur des peuples en faisant régner la Paix, la Prospérité, la Santé et la Vérité. Eh bien, en 1968, les peuples, furieux, se sont sauvagement révoltés et les ont quasiment assassinés !

Nous fêtons toujours les héros qui ont courageusement combattu ce soulèvement et les rebelles qui, comme Con le Bandit, se sont convertis et sont devenus de grand serviteurs de nos Dieux, montrant l’exemple à ceux d’entre nous qui avaient du mal à voir la lumière. C’est cette première révolte qui a fait comprendre aux bras armés du PROGRÈS, de la SCIENCE et du CAPITAL que tous les efforts qu’ils consentaient en termes de partage des richesses et du pouvoir n’aboutissaient qu’à donner à ces peuples cupides et stupides l’envie d’en réclamer davantage, sans compter que leur irresponsable course au bonheur engendrait la destruction de l’environnement. Ils ont donc ordonné à nos Saintes Élites, lors d’une messe secrète, d’opérer un renversement total des valeurs et des objectifs. En effet, si un cap s’avère mauvais, la sagesse recommande, non pas de le modifier petit à petit jusqu’à trouver la bonne direction, mais de prendre résolument la direction opposée.

Comme l’enseignent encore nos Élites, la Première Illumination issue de la révolte de 1968, à savoir à
la prise de conscience que les peuples préféraient le malheur au bonheur, ne suffit pas, à elle seule, à expliquer l’immense chemin parcouru depuis. C’est la Seconde Illumination, après la révolte des Gilets jaunes de 2018, réprimée dans le sang comme il se doit, qui nous a mis sur le chemin de la Perfection que nous suivons aujoufrd’hui, avec la réalisation que le problème n’était pas le bonheur ou le malheur du peuple, mais le peuple lui-même. Nos Élites n’ont pas eu de mal à nous en convaincre. Il est clair que les peuples occidentaux, et principalement nous les Français, par nos exigences insensées de justice et de liberté, nous sommes la cause du désastre mondial. Et comme dit Brecht, quand un peuple devient toxique, il n’y a plus qu’une solution, en « changer ».

Les Deux Grandes Illuminations sont bien entendu solennellement glorifiées chaque année dans notre liturgie. Alléluia !

Hara-kiri ou l’aboutissement du chemin de Perfection

Lorsque nos Élites nous ont montré à la Sainte Télévision (le seul lien que nous avons désormais avec l’extérieur, afin de protéger nos semblables), les quatre Cavaliers de l’Apocalypse qui leur étaient apparus dans le ciel du Coronavirus, nous avons compris que le moment était venu de nous faire harakiri. Nous sommes tous tombés à genoux. Quelle vision magnifique (nous nous sommes vus à la TV grâce à Big Media qui nous filme en permanence) que ces millions de personnes masquées, agenouillées chez elles à un mètre cinquante les unes des autres, regardant avec reconnaissance, sur leurs écrans, leurs Elites agenouillées elles aussi, mais sans masque, car l’Olympe, où elles résident, est bien ventilé et il n’y a pas de virus !

Nous nous sommes sentis comme les Hébreux qui, après quarante ans passés dans le désert, atteignent enfin la Terre Promise. Nous avons loué nos dieux et nos prêtres de nous avoir si bien préparés à ce moment crucial par quarante ans de renoncements volontaires. Nous pouvons être fiers de nous. En quarante ans, malgré des périodes de doute et de découragement, nous avons réussi à sacrifier, sur l’autel du PROGRÈS, de la SCIENCE et du CAPITAL, notre économie, notre sécurité sociale (retraites, chômage, allocations familiales, santé) nos services publics, notre patrimoine, nos biens communs, nos salaires, nos emplois, nos libertés, nos liens sociaux, notre indépendance, notre souveraineté, notre monnaie, notre défense, notre sécurité, notre éducation, notre culture et notre joie de vivre. Pleins de gratitude, nous attendons avec impatience le signal de nos prêtres, nos Saintes Élites, en nous efforçant de faire le moins de mal possible, pendant qu’elles prennent les dernières mesures pour en finir complètement avec notre civilisation toxique.

Pour ne pas transmettre le virus fantôme et ajouter encore un méfait à tous ceux que nous nous avons déjà commis, nous évitons désormais de respirer (sauf pour consommer des produits taxés, comme les cigarettes ou l’alcool) et de sortir de chez nous (sauf pour ceux qui doivent encore aller travailler). Ceux qui ont encore un commerce, font de leur mieux pour le mettre en faillite, de façon à ce qu’il soit racheté par un des bras armés du Dieu Capital qui en fera meilleur usage qu’eux.

Que nos Dieux soient bénis de pour nous avoir libérés de tout ce que nous possédions, de tout ce que nous étions ! C’était un fardeau trop lourd à porter. Nous sommes prêts pour la Grande Purification. Elle est nécessaire, car malgré quarante ans de prêches progressistes et sociétaux, encore trop d’entre nous doutent. Trop d’entre nous n’ont pas encore entièrement renoncé à ce que, dans l’ancien monde; on appelait des Droits, trop refusent de croire qu’un virus qui ne tue pas est mortel, trop refusent de se faire vacciner avec des vaccins dont le seul effet positif certain sera d’enrichir Big Pharma, trop ne croient pas à la vertu miraculeuse des masques, du confinement, des fermetures de bars, de gymnases, de discothèques. Des milliers d’années de vie sauvage ont rendu trop d’entre nous imperméables au PROGRÈS.

C’est pourquoi nous avons hâte de libérer la terre de notre présence maléfique. Nous ne connaissons pas encore le jour, ni l’heure, du Sacrifice Ultime. Nous attendons, de nuit comme de jour, les anges de la SCIENCE qui viendront nous inoculer le Vaccin de la Vie Eternelle que Big Phama est en train de mettre au point. Alors, dans l’allégresse, nous monterons au ciel en respectant les mesures barrières. Là nous ne craindrons plus rien. La promesse sera accomplie.

Hara-Kiri (Seppuku). source : Flickr

Pour l’histoire nous serons des héros. Des héros dont le sacrifice permettra l’avènement sur terre de la Sécurité Absolue et du Risque Zéro. L’histoire se rappellera aussi de nos Élites. C’est leur adroite instrumentalisation d’une simple épidémie de grippe qui aura permis de faire table rase de l’ancien monde, quand il est devenu clair qu’il résistait toujours au PROGRÈS, à la SCIENCE et au CAPITAL.

Grâce à notre sacrifice, le risque que se lève, d’entre les esclaves consentants de la Propriété Privée des moyens de production et de la Dette, un archange de la Propriété Collective qui envoie les bras armés du Dieu Capital rejoindre Lucifer (et Trump) aux enfers, et que les déesses Partage et Solidarité règnent à nouveau sur le monde, sera complètement éradiqué.

Nos Dieux pourront se consacrer à des peuples plus méritants que nous, des peuples neufs qui n’ont pas besoin de toits, ni de salaires, ni presque de nourriture, et qui n’ont pas encore de dettes. Ces populations, nous n’en doutons pas, seront heureuses et reconnaissantes de servir, comme nous l’avons fait, le PROGRÈS, la SCIENCE et le CAPITAL jusqu’au sacrifice final…

Dominique Muselet

Image en vedette : pixabay.com

Cet article a été publié initialement sur le site salaireavie.fr



Articles Par : Dominique Muselet

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]