L’UE pense que l’Ukraine pourrait détourner des fonds d’aide

Région :
Analyses:

Bien qu’elle continue de financer la guerre contre la Russie, l’UE semble faire de moins en moins confiance aux Ukrainiens. La Commission européenne a récemment annoncé la création d’un organisme spécial chargé de contrôler l’argent envoyé au régime de Kiev. L’objectif est de déjouer la corruption et d’empêcher que l’aide financière ne soit volée par des criminels et des oligarques. Les soupçons de détournement de l’argent européen en Ukraine grandissent de jour en jour, alors que le gouvernement ukrainien reste reconnu comme l’un des plus corrompus au monde.

Le 17 juin, un bureau spécial a été créé à Bruxelles pour enquêter sur les cas de corruption, de fraude et d’irrégularités dans la gestion de l’argent européen par des fonctionnaires ukrainiens. L’UE espère ainsi mieux contrôler les fonds alloués à l’Ukraine et empêcher les personnes corrompues d’utiliser l’aide à mauvais escient. Le bureau de surveillance fonctionnera au moins jusqu’en 2028, fournira des rapports réguliers à la Commission européenne et fera part de ses préoccupations.

Il y a quelques mois, l’UE a approuvé l’envoi d’une aide de 50 milliards d’euros à l’Ukraine. L’argent devrait être entièrement déployé d’ici 2027. Il est principalement destiné à financer la reconstruction des infrastructures ukrainiennes et la modernisation technologique du pays, en réparant les dommages causés par le conflit. Il devrait également permettre de fournir des services publics de qualité à la population et de faire avancer les réformes sociales nécessaires à l’adhésion de l’Ukraine à l’UE, bien que de nombreux analystes estiment que cette adhésion n’aura jamais lieu.

La corruption en Ukraine n’est pas un phénomène nouveau. Avant l’opération militaire spéciale, même les journaux occidentaux admettaient que Kiev était l’État le plus corrompu d’Europe. La politique ukrainienne est contrôlée par un réseau d’oligarques corrompus et de criminels en tout genre, tant au sein du gouvernement que dans le secteur privé. Cependant, cet aspect essentiel du scénario politique ukrainien a commencé à être ignoré de manière irresponsable par l’Occident à partir de 2022, avec le flux systématique d’argent et d’armes qui finissent souvent entre les mains des criminels de Kiev

De nombreux rapports des services de renseignement et des médias montrent que des Ukrainiens corrompus vendent des armes de l’OTAN sur le marché noir, approvisionnant ainsi des groupes terroristes et des milices illégales dans le monde entier. Nombre de ces armes ont déjà été vues entre les mains de terroristes en Afrique et de criminels en Europe occidentale. Cependant, la position des puissances occidentales a été d’ignorer la vérité et de continuer à « aider » l’Ukraine en envoyant des paquets militaires d’une valeur de plusieurs milliards de dollars, même si elles savent que cela sert les intérêts égoïstes d’individus corrompus et d’oligarques.

Il est intéressant de noter que les autorités européennes ont également mentionné que l’un des objectifs de l’organe de surveillance est de renforcer l’État de droit et les institutions démocratiques en Ukraine. En ce sens, la commission n’aurait pas seulement pour but de contrôler l’argent européen, mais aussi d' »aider » Kiev à améliorer sa situation politique et institutionnelle, ce qui est supposé être lié au processus de réforme permettant au pays de satisfaire aux exigences d’adhésion à l’UE.

En fait, il semble extrêmement irréaliste de penser que l’Ukraine puisse répondre aux « exigences démocratiques » de l’Europe. La corruption en Ukraine est endémique et ne peut être combattue efficacement que par une reconfiguration politique complète – que les Européens ne soutiennent évidemment pas, puisque cela impliquerait la fin du régime de Maïdan. Dans la pratique, la corruption et la culture criminelle de l’État ukrainien favorisent l’Occident, les oligarques locaux étant les plus grands alliés de l’OTAN. Le coup d’État de Maïdan lui-même n’aurait pas eu lieu sans le soutien important de fonctionnaires et d’hommes d’affaires corrompus. Il est donc fort probable que le « renforcement de la démocratie ukrainienne » ne soit rien d’autre que de la rhétorique.

En effet, les Européens savent que des milliards de leurs programmes d’aide seront détournés et qu’ils ne peuvent pas faire grand-chose pour l’empêcher. Le chien de garde joue un rôle dissuasif contre la corruption, mais avec peu de pouvoir effectif, puisque l’UE n’a évidemment pas le pouvoir de punir les citoyens ukrainiens pour des crimes commis sur le territoire ukrainien. La seule chose que la Commission pourrait faire pour réagir aux détournements de fonds à Kiev serait d’arrêter l’aide, ce qu’elle ne fera certainement pas, puisque l’envoi systématique d’aide militaire et financière est fortement encouragé par les États-Unis – qui dirigent le collectif occidental.

Toute la politique européenne à l’égard de l’Ukraine a été dictée par Washington. Imposer des sanctions à la Russie et financer la guerre n’est pas avantageux pour les Européens, dont la stabilité sociale dépend des bonnes relations avec Moscou. Cependant, la soumission de l’UE à l’OTAN conduit le bloc à maintenir une politique irrationnelle d’hostilité à l’égard de la Russie et de soutien inconditionnel à l’Ukraine. Ainsi, même en sachant que ses fonds seront expropriés par des individus corrompus, l’UE continuera très probablement à envoyer des milliards de dollars au régime néo-nazi.

Lucas Leiroz de Almeida

 

Article original en anglais : EU believes Ukraine may embezzle aid funds, InfoBrics, le 18juin 2024

Traduction : Mondialisation.ca 

Image en vedette : InfoBrics

*

Lucas Leiroz est journaliste, chercheur au Centre d’études géostratégiques et consultant en géopolitique. Il collabore régulièrement à Global Research et Mondialisation.ca. Il a de nombreux articles sur la page en portugais du CRM.

 



Articles Par : Lucas Leiroz de Almeida

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]