Print

L’Union européenne rejoint le Royaume-Uni en intensifiant la campagne anti-Russie
Par Chris Marsden
Mondialisation.ca, 22 mars 2018
wsws.org 20 mars 2018
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/lunion-europeenne-rejoint-le-royaume-uni-en-intensifiant-la-campagne-anti-russie/5624014

Une réunion de 28 ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne a annoncé hier une « solidarité sans réserve » avec le Royaume-Uni pour condamner l’empoisonnement « imprudent et illégal » de l’agent double Sergei Skripal et de sa fille Yulia le 4 mars à Salisbury.

Le Royaume-Uni a déclaré que le Kremlin et le président russe Vladimir Poutine étaient « très probablement » responsables de l’attaque de Salisbury. Toute leur affaire repose sur l’affirmation non prouvée que les Skripal ont été ciblés avec un agent neurotoxique, « Novichok », « développé » dans l’ex-Union soviétique.

Une déclaration publiée par les 28 ministres des Affaires étrangères de l’UE a utilisé les mêmes phrases soigneusement formulées par le « Foreign Office » britannique et répétées ad nauseam par l’ensemble de l’establishmentpolitique et des médias. Ils ont pris « extrêmement au sérieux » « l’évaluation du gouvernement britannique » qu’il était « très probable » que la Russie soit coupable de l’attaque en utilisant un agent neurotoxique « d’un type développé par la Russie ».

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont accepté l’existence d’un programme dont la Russie nie l’existence. Ils ont exhorté le Kremlin à « fournir une divulgation immédiate et complète de son programme Novichok » à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

Cependant, tout en soutenant la position du Royaume-Uni, la déclaration a évité d’accuser la Russie directement, reflétant des divisions au sein de l’UE sur les relations avec la Russie.

Avant la réunion de l’UE, la ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl, représentant la coalition du Parti populaire autrichien et du Parti de la liberté, a déclaré que les accusations contre Moscou étaient prématurées jusqu’à ce qu’une enquête soit terminée. « À notre avis, il faut d’abord mener une enquête de niveau expert pour dresser un tableau complet des événements avant de formuler des accusations, des idées et des délibérations », a déclaré Kneissl.

Il a fallu onze jours et beaucoup de pression pour que le Premier ministre italien, Paolo Gentiloni, finisse par soutenir la décision du Premier ministre britannique Theresa May d’identifier la Russie comme « coupable » de l’empoisonnement du Skripal. En outre, le gouvernement du Parti démocrate semble prêt à céder la place à une coalition qui inclurait éventuellement le Mouvement 5 étoiles et la Ligue (Liga), anciennement la Ligue du Nord, qui sont tous deux favorables au gouvernement de Poutine.

Même les plus fervents partisans du Royaume-Uni, l’Allemagne et la France hésitent à aller aussi loin que le Royaume-Uni le souhaiterait dans son offensive anti-russe.

L’affaire Skripal a été utilisée par le Royaume-Uni et des voix puissantes au sein de l’establishment politique et militaire américain pour éloigner les deux principaux États européens de la Russie.

Malgré tout, le fait de rompre les relations avec Moscou, alors que Vladimir Poutine a gagné six années de pouvoir supplémentaire, ferait disparaître d’importants intérêts politiques et commerciaux.

Lors de la réunion de l’UE, le vice-ministre polonais des Affaires étrangères Konrad Szymanski a appelé l’Allemagne à annuler la construction du gazoduc « Nord Stream 2 » en cours de construction pour acheminer le gaz russe vers l’Allemagne et l’Europe. L’Allemagne a refusé de discuter de l’annulation de ce projet du secteur privé à 9 milliards d’euros.

Les divisions sur la façon de répondre à la Russie sont évidentes dans les nombreuses déclarations contradictoires de l’Allemagne.

Le nouveau ministre des affaires étrangères du Parti social-démocrate, Heiko Maas, a appelé au soutien du Royaume-Uni, affirmant qu’« il n’y a pas d’autre explication plausible que la coresponsabilité de la partie russe ». Toutefois hier, l’ancien ministre SPD des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, que Maas a remplacé, a soutenu la levée des sanctions contre la Russie et a repris l’offre de Poutine d’autoriser les Casques bleus de l’ONU en Ukraine. La semaine dernière, il a dit de l’empoisonnement Skripal, « Quelqu’un est innocent jusqu’à preuve du contraire », déclarant que les allégations contre la Russie sont des « accusations calomnieuses » et des « théories du complot ».

Maas lui-même décrivait toujours la Russie comme un « partenaire difficile ».

Après l’élection de Poutine, la chancelière Angela Merkel l’a félicité, tout en appelant vaguement à des « solutions durables » aux défis internationaux.

En revanche, le président français Emmanuel Macron a appelé Poutine à « faire la lumière sur les responsabilités de l’attaque inacceptable » à Salisbury et a exhorté Moscou à « reprendre fermement le contrôle de tous les programmes qui n’ont pas été déclarés » à l’OIAC.

Macron emmènera néanmoins une importante délégation commerciale à Saint-Pétersbourg en mai et tiendra des réunions avec Poutine à Moscou.

Malgré ces différences entre les États européens et au sein des États européens, la trajectoire générale des événements est orientée vers une attitude anti-russe de plus en plus belliqueuse.

En prenant ses fonctions après les élections de dimanche, Poutine a déclaré aux journalistes que la Russie « n’a aucune » arme telle que Novichok. « C’est une pure imbécillité, une absurdité que quelqu’un en Russie se permette de faire une telle chose avant les élections et la Coupe du Monde », a-t-il déclaré, ajoutant : « Nous avons détruit tous nos arsenaux chimiques sous le contrôle des observateurs internationaux ».

Si l’agent utilisé avait été de « qualité militaire », « les gens seraient morts instantanément […] Nous sommes prêts à coopérer et nous l’avons dit immédiatement […] mais la volonté de l’autre côté est nécessaire pour cela. Jusqu’à présent, nous n’en voyons aucune ».

Un communiqué publié à l’occasion de la réunion de l’UE par le porte-parole présidentiel Dmitri Peskov a déclaré : « Tôt ou tard, ces allégations non fondées devront recevoir une réponse pour : soit être étayées par des preuves appropriées, soit [nous] présenter des excuses ».

La réponse de Boris Johnson, ministre des affaires étrangères, au nom du gouvernement britannique, a été d’augmenter sa rhétorique et d’embellir ses allégations précédentes.

Johnson a déclaré : « Nous avons des informations indiquant qu’au cours de la dernière décennie, la Russie a étudié les moyens de fournir des agents neurotoxiques susceptibles d’être utilisés dans des assassinats. Et une partie de ce programme a impliqué la production et le stockage de quantités de Novichok. C’est une violation de la Convention sur les armes chimiques ».

L’ancien ambassadeur britannique Craig Murray a qualifié Johnson de menteur. Si le gouvernement britannique était en possession d’une telle information du MI5, du MI6 ou du GCHQ, il serait légalement tenu de le signaler à l’OIAC. La source doit donc être peu fiable.

L’affirmation de Johnson concernait aussi un temps non spécifié « au cours de la dernière décennie », ce qui, a souligné Murray, est une manière de « tordre les mots pour donner l’impression que nous étions informés depuis une décennie, alors qu’en fait la déclaration ne le dit pas du tout ».

« Nous devrions être extrêmement sceptiques face à cette nouvelle information que Boris Johnson a sorti de son chapeau », écrit Murray, étant donné que « l’ambassadeur du Royaume-Uni, Sir Geoffrey Adams, félicitait l’OIAC pour avoir achevé la destruction du stock d’armes russes, sans un seul indice ou une réserve que la Russie peut avoir des stocks non déclarés ou secrets ».

À chaque révélation d’un mensonge, les médias répondent avec des affirmations plus infondées.

Le Sky News de Rupert Murdoch a annoncé hier une « exclusivité » qui prétend maintenant que l’agent neurotoxique a été administré sous forme gazeuse par le système de ventilation de la voiture de Sergei Skripal, contredisant les rapports précédents de la découverte d’une « poudre blanche » involontairement introduite au pays par Yulia Skripal.

Le quotidien The Sun de Murdoch a allégué que Yulia, en plus de travailler à l’ambassade des États-Unis à Moscou, avait une liaison avec un agent de sécurité russe « haut placé » non identifié « appartenant au réseau de renseignements de Vladimir Poutine ». On dit que la mère de l’agent est un agent de « haut rang » encore plus important qui « a peut-être planifié l’attaque au gaz de Novichok ».

Telle est l’accumulation constante d’affirmations contradictoires, de rebondissements et de mensonges que le Financial Times d’hier s’est senti obligé de publier un article de fin de soirée, « Questions sans réponse sur l’empoisonnement de Sergei Skripal ».

Sa phrase d’accroche était : « Deux semaines après l’attaque, très peu de détails de l’enquête ont été communiqués ».

C’est un euphémisme. Plus l’affaire Skripal se déroule, moins, semble-t-il, les faits sont réellement connus. Seules des allégations non fondées contre la Russie sont émises par le gouvernement du Royaume-Uni, régurgitées sans réserve et amplifiées par un média flexible et les alliés impérialistes britanniques aux États-Unis et en Europe.

Pourtant, chaque jour, les demandes deviennent plus stridentes pour une action « décisive » contre la Russie. Et, inévitablement, les appels à des mesures diplomatiques, des sanctions et autres, se répercutent dans les discussions sur d’éventuels affrontements militaires avec la Russie, surtout en Syrie.

Chris Marsden

 

Article paru d’abord en anglais, WSWS, le 20 mars 2018

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.