Menace sioniste contre le Venezuela

Il fallait s’y attendre [0]. Les profondes convictions humanistes et la solidité morale du commandant Chávez,  rayonnantes lorsqu’il dénonce les atrocités que commet systématiquement l’État d’Israël contre les peuples arabes, ont énervé les cerbères de l’enfer, l’impérialisme et le sionisme international. Les sionistes du monde entier ont réagi face à la stature politique internationale imposante du président Chávez en l’accusant de « démoniser l’État d’Israël », comme ils disent, et de « déguiser son antisémitisme en termes d’antisionisme » (Déclarations de l’agence sioniste internationale de l’Anti Defamation League, dont le siège est à New York, 09/08/2006). C’est de la même façon, et bien plus tôt, qu’avait réagi la Confédération d’Associations Israélites du Venezuela, le conclave sioniste local. Ces deux organisations ont évoqué la possibilité que ces positions constituent une importation du conflit dans le pays. L’ADL est allée encore plus loin, précisant que « ces positions pourraient être utilisées par d’autres comme prétexte pour justifier la violence contre les juifs au Venezuela ».  Voilà plusieurs fois que le sionisme international fait ce genre de déclarations. Il faut se souvenir que, dans un passé récent, le Centre Simon Wiesenthal (instrument du sionisme international qui siège à New York [1]) avait osé accuser le commandant Chavez d’antisémitisme. Voilà donc plusieurs fois que le sionisme international pratique l’absurdité avec ce genre de déclarations.

Le 2 décembre 2004, cette même organisation avait émis un communiqué dans lequel ils condamnaient la perquisition coordonnée par les services de renseignement de l’État vénézuélien contre le Club Hébraïque de Caracas, parce qu’il y avait des indices très sérieux qui impliquaient des membres sionistes dans l’assassinat du courageux procureur Danilo Anderson [2].


Le procureur Danilo Anderson, victime du terrorisme antibolivarien 

Dans le même communiqué, ils accusaient également le gouvernement bolivarien de persécutions contre les juifs du Venezuela. Mais ils devaient bientôt se faire plus discrets lorsqu’il fut prouvé que dans l’assassinat du procureur Anderson, ce sont exactement les méthodes du Mossad (Service de renseignements israélien) contre les dirigeants de la résistance palestinienne qui avaient été  appliquées. Il n’était pas de l’intérêt pour l’organisation sioniste en question de se voir impliquée à ce moment dans les faits. Il ne faut pas oublier non plus la participation active de membres de cette organisation dans les journées sombres du coup d’État des 11 et 12 avril 2002, particulièrement le rabbin Pinchas Brenner[3] et le trafiquant d’armes et de mercenaires colombiens Isaac Pérez Recao [4].


Isaac Pérez Recao  

Mais la nouvelle menace entraîne des actions dangereuses qui s’insèreraient parfaitement dans le plan de déstabilisation et de diffamation du commandant Chávez, d’autant plus que dans cette année électorale l’opposition servile fait feu de tout bois pour porter atteinte à la révolution. L’accusation d’antisémitisme contre le dirigeant bolivarien cache un plan macabre.  Les actes terroristes perpétrés par le Mossad israélien pour justifier sa cause criminelle, et portant atteinte à la communauté juive elle-même sont suffisamment connus. Et le présent, étayé par un leur recours systématique au crime, nous rappelle l’alliance historique du sionisme allemand avec le nazisme [5]. Les attentats en Irak, en Europe et ceux qui ont été perpétrés en Argentine récemment [6] comportent des indices prouvant qu’ils ont été provoqués par le Mossad. En conclusion, la communauté juive du Venezuela, tant en la personne de membres de l’opposition que de révolutionnaires [soutenant le gouvernement de Chávez], pourrait être bientôt la victime directe d’une action de déstabilisation.

Notes de la traductrice

[0] Les phrases en gras, communiquées par l’auteur, correspondent à celles qui ont disparu de la version publiée en espagnol par www.aporrea.org et www.rebelion.org. Or elles sont importantes pour bien comprendre le raisonnement de l’auteur.
[1] Le Centre Simon-Wiesenthal a esssaimé depuis Los Angeles à New York, Tel Aviv, Paris et Buenos Aires. C’est de là qu’était partie en 2005 la campagne contre Hugo Chávez l’accusant d’antisémitisme. Le centre a par la suite présenté ses excuses à Chávez. Voir l’article de Viktor Dedaj.
[2] « Le procureur général du Venezuela, Danilo Anderson, a été assassiné le 19 novembre 2004 à Caracas. Il instruisait le coup d’État manqué d’avril 2002 et venait de mettre à jour les responsabilités des USA, de l’Espagne et de plusieurs États étrangers. Quelles que soient les personnes qui l’ont éliminées, il est peu probable qu’elles aient agi sans l’aval, sinon les ordres, de la CIA. Pour l’opinion publique latino-américaine, ce crime marque le retour aux assassinats politiques que la CIA avait abandonnés depuis la présidence Carter » in : La CIA derrière l’assassinat de Danilo Anderson ? par Marcelo Larrea .
[3] Grand rabbin de Caracas ; son fils est importateur d’armes israéliennes. On peut lire au sujet de Pynchas Brenner ceci : « Among those making statements was the president of the Active Consciousness Foundation, the rabbi and highest representative of the Jewish faith in the country, Pynchas Brenner. According to El Nacional, Brenner declared from Maracaibo that respect for private property has existed since ancient times, otherwise the sacred scriptures would not have mentioned respect for this right in one of the main commandments: « you shall not steal ». And he added: « this is a commandment of God which implicitly recognises the right of private property as a basic human right which cannot be taken away ». As always, this is part of the strategy of the ruling class to try and present this system of oppression we live under, as one that has always existed and that shall exist forever, like a kind of law of God” (résumé rapide : le rabbin considère que le commandement biblique “tu ne voleras point” signifie que la propriété privée est sacrée, ce qui justifierait son opposition “religieuse” aux nationalisations des resources pétrolières du Venezuela, par exemple) .
[4] Isaac Pérez Recao est l’héritier d’un magnat du pétrole vénézuélien. Le procureur Danilo Anderson le poursuivait pour avoir financé le coup d’Etat de 2002, destiné à renverser le président Chávez. On avait saisi un arsenal conséquent chez lui.Pérez Recao est maintenant dans le collimateur de la justice vénézuélienne pour sa participation à l’attentat meurtrier contre le procureur Danilo Anderson, tué dans l’explosion de sa voiture. En savoir plus
[5] Pour un exposé simple et documenté sur l’étape de collusion entre le mouvement sioniste européen et le gouvernement hitlérien, voir Alain Coutte, Hitler, la marionnette des sionistes, éditions eurominorités 2005.
[6] Il s’agit des attentats contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires en 1992 et contre le centre communautaire AMIA en 1994. Voir sur Tlaxcala.

Traduit par Maria Poumier, membre de Tlaxcala , le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en copyleft : elle est libre de reproduction, à condition d’en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs



Articles Par : Basem Tajeldine

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]