Print

Menaces de mort contre le journaliste dissident israélien Shraga Elam
Par Anis Hamadeh
Mondialisation.ca, 30 novembre 2006
Tlaxcala 30 novembre 2006
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/menaces-de-mort-contre-le-journaliste-dissident-isra-lien-shraga-elam/4013

Shraga Elam, un journaliste d’investigation résidant à Zürich a été menacé de mort au téléphone. Les 16 et 17 novembre il a reçu plusieurs appels d’un inconnu. Pour finir cet homme qui parlait allemand avec un accent russe, a laissé un message sur la boîte vocale Internet d’Elam. Le journaliste a envoyé à quelques internautes, qui l’ont réexpédié entre autres à des organes de presse, le fichier audio contenant le message d’une durée de 25 secondes : «  Allo Shraga, pourquoi ne réponds-tu pas aux appels sur ton mobile ? Les Brigades Henryk-M.-Broder t’ont condamné à mort. Tu seras abattu dans le hall d’entrée de ta maison (adresse suit), comme Politovskaïa, traître, salaud ! » Anna Politovskaïa ,journaliste russe d’opposition a été assassinée en octobre par un sbire. Notre rédaction détient le fichier audio de Shraga. Ce dernier a ajouté qu’on avait sonné à sa porte un peu plus tard, mais qu’il n’avait pas ouvert.

Shraga Elam, l’auteur de „Le Faussaire de Hitler“ et coauteur « La Suisse au pilori- Banques, patrons et nazis » est un partisan d’un État unique en Palestine/Israël. C’est un militant pacifiste et un adversaire du sionisme. On peut dire sans exagération aucune qu’il consacre sa vie à éradiquer la violence des relations internationales.Le journaliste Henryk Broder, résidant à Berlin, s’est opposé plusieurs fois à Shraga Elam via Internet. Il n’est certes pas responsable de ceux qui prétendent parler en son nom ou se réclament de lui, mais les propos agressifs de Broder contribuent à un climat dont les conséquences peuvent être les faits rapportés plus hauts ; Broder passe son temps à justifier publiquement le meurtre ciblé de Palestiniens, de Libanais et d’autres. C’est ainsi que les schémas des conflits moyen-orentaux s’exportent vers l’Europe.

Il y a des années que des internautes inquiets donnent l’alerte contre les excès de zèle des pourfendeurs de l’antisémitisme, mais le grand public ne s’est guère soucié de ce phénomène, sans doute par crainte de se voir embarqué dans un conflit de valeurs. Lorsque des zélateurs de l’islamisme profèrent des menaces analogues, tous les journaux en parlent, et même donnent souvent des informations sur les buts et la stratégie de l’idéologie qui les sous-tend. La liberté de la presse est en danger ! crie-t-on aussitôt et : Nos journalistes sont en danger , parce que ceux d’en face ne respectent pas les règles démocratiques qui garantissent le droit à la critique et interdisent d’y répondre par la violence.- Il est temps de parler des limites à ne pas franchir. L’intimidation se situe en-dehors des limites démocratiques, même si elle se donne pour justification le « combat contre l’antisémitisme. »

Quand on en arrive là, le grand public doit réagir et ne pas tolérer l’intrusion dans notre culture d’une politique de dégâts collatéraux et de liquidations. Quand on en est là, il faut faire front très largement.
 

Traduit de l’allemand par Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de reproduction, à condition d’en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.