Print

Mission canadienne en Libye: des coûts sous-estimés?
Par Alec Castonguay
Mondialisation.ca, 10 juin 2011
Le Devoir.com 10 juin 2011
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/mission-canadienne-en-libye-des-co-ts-sous-estim-s/25214

 » alt= »Selon les chiffres d’Ottawa, la mission en Libye a coûté 26 millions de dollars jusqu’à maintenant. 34 millions supplémentaires seraient nécessaires pour la poursuivre jusqu’à la fin septembre.
 » src= »http://www.ledevoir.com/images_galerie/d_92626_77685/image.jpg » width=449 height=281
Photo : Agence Reuters Tony Gentile

Selon les chiffres d’Ottawa, la mission en Libye a coûté 26 millions de dollars jusqu’à maintenant. 34 millions supplémentaires seraient nécessaires pour la poursuivre jusqu’à la fin septembre.

Le gouvernement Harper a annoncé hier que la mission canadienne en Libye a coûté 26 millions de dollars depuis le début de l’opération, le 19 mars dernier. Une autre tranche de 34 millions de dollars serait nécessaire pour poursuivre la mission jusqu’à la fin septembre, a ajouté le ministre de la Défense, Peter MacKay. Des chiffres rapidement remis en question par des spécialistes militaires, qui estiment que le gouvernement sous-estime grandement les coûts. La facture pourrait en réalité être deux ou trois fois plus élevée.

La facture de 26 millions annoncée hier a soulevé bien des doutes. «C’est trop bas et je dirais que c’est intentionnel de la part du gouvernement, qui ne veut pas de controverse autour de cette mission», affirme le colonel à la retraite Michel Drapeau. Ce dernier a été directeur du secrétariat au ministère de la Défense nationale (1988-1993) et connaît bien la manière de comptabiliser du ministère. Il est aujourd’hui avocat et spécialiste de Loi sur l’accès à l’information.

Même réaction chez Philippe Lagassé, professeur et chercheur à l’Université d’Ottawa en matière de défense. «Je crois que le gouvernement met certains coûts dans le budget ordinaire des Forces, ce qui donne l’impression que la mission coûte moins cher. Or, les coûts d’opération et d’entretien de toutes ces unités déployées sont assez élevés. Certainement plus que 26 millions», dit-il, ajoutant: «On a vu le même phénomène avec l’Afghanistan. Kevin Page, le directeur parlementaire du budget, incluait des dépenses que le gouvernement mettait dans le budget ordinaire du ministère.»

À l’Institut Rideau, un organisme sans but lucratif critique des missions militaires, on estime que le gouvernement cache la vérité à la population en lançant des chiffres «visiblement plus bas que la réalité», affirme son directeur, Steven Staples.

Le bureau du ministre Peter MacKay précise qu’il s’agit des coûts «supplémentaires», ce qui exclut les coûts habituels du ministère, comme les salaires. Il a été impossible d’avoir hier la ventilation des 26 millions de la part de la Défense nationale, question de comprendre quel est le montant par exemple lié à l’hébergement des 650 soldats qui participent à la mission, combien coûte l’entretien des six CF-18 qui mènent les opérations, quel montant est attribuable aux avions de surveillance Aurora, etc.

Tout compris?

Michel Drapeau affirme que la manière de calculer a une grande importance. Par exemple, une heure de vol d’un CF-18 coûte près de 12 000 $ dans les livres comptables du ministère de la Défense, ce qui comprend l’entretien et l’amortissement pour l’usure des moteurs. Or, les six CF-18 ont volé 1750 heures depuis le début de la mission. Le coût devrait donc osciller autour de 21 millions de dollars, uniquement pour les avions de chasse.

Le ministère de la Défense affirme que chacune des 270 bombes Paveway II larguées par le Canada coûte entre 25 000 $ et 50 000 $. D’autres spécialistes parlent de 100 000 $. En supposant que c’est 50 000 $, la facture atteindrait 13,5 millions de dollars.

Bref, sans même calculer le coût de la frégate Charlottetown, les heures de vol des avions de surveillance CP-140 Aurora (530 heures), les vols des trois avions de ravitaillement, ainsi que le déplacement et l’hébergement des soldats, on arrive à 34,5 millions de dollars… «Si le gouvernement rend seulement public le coût de l’essence, sans calculer l’entretien et l’usure, c’est là qu’on arrive à des chiffres artificiellement bas. Même chose pour les bombes: on en avait en stock, mais il faudra les remplacer», affirme Michel Drapeau.

L’Institut Rideau, de son côté, a comparé la mission aérienne en Libye avec les premiers jours de l’opération du Canada au Kosovo, en 1999. À l’époque, six CF-18 ont été utilisés au début et le rythme des bombardements ressemblait à celui en Libye, même qu’il était de 25 % inférieur. «En dollars de 2011, les 78 premiers jours de la mission au Kosovo ont coûté 60 millions de dollars, soit le double du chiffre annoncé par MacKay», dit Steven Staples. Selon lui, la mission en Libye, d’ici la fin septembre, va coûter bien plus que les millions annoncés par le gouvernement.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.