Print

« N’oubliez pas Gaza ! »
Par Ziad Medoukh
Mondialisation.ca, 24 septembre 2009
L'Est Républicain 24 septembre 2009
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/n-oubliez-pas-gaza/15363


Ziad Medoukh

Interview publiée par l’Est Républicain le 18 septembre 2009.

Ziad Medoukh, chef du département de français de l’Université Al-Aqsa de Gaza, est venu à Nancy pour témoigner.

– Que vous inspire le récent rapport de l’ONU qui accuse Israël mais aussi le Hamas, d’avoir commis des crimes de guerre à Gaza ?

– Tous les observateurs présents à Gaza pendant la guerre, en janvier, ont pu constater les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis par l’État d’Israël. J’ai vu moi-même les massacres de civils innocents.
Au moins 1 100 victimes sur les 1 400 tués n’appartenaient à aucune faction. Mais je reproche à ce rapport de l’ONU de mettre sur un pied d’égalité les oppresseurs et les opprimés. On ne peut renvoyer dos à dos un État qui s’est rendu coupable de crimes pendant 3 semaines et des résistants qui ont tiré quelques roquettes parce qu’ils n’avaient pas les moyens de se battre à armes égales. Le plus important, c’est de voir à qui va servir ce rapport. Va-t-il être oublié, comme les précédents ? L’État israélien bénéficiera-t-il une fois de plus de l’impunité ?

– Aujourd’hui, plus de huit mois après la fin de la guerre, quelle est la situation à Gaza ?

– Le blocus se poursuit. Le blocus est un crime contre l’humanité, perpétré depuis juin 2007. Rien ne rentre. Les cinq points de passage sont fermés. Ne passe qu’un convoi humanitaire de temps en temps. La reconstruction n’a pas pu commencer. Plus de 20 000 habitants vivent toujours dans des tentes, à côté de leurs maisons détruites. Israël n’a pas fait la guerre pour se débarrasser du Hamas mais pour casser la résistance de la population.

– Que pensez-vous de la guerre fratricide entre le Hamas et le Fatah ?

– Cette division est un drame qui vient aggraver la situation. Aujourd’hui il y a deux projets palestiniens, l’un du Hamas pour Gaza et l’autre du Fatah pour la Cisjordanie. La population souffre de cette division.

– Quel est votre espoir ?

– Je place mes espoirs dans le pression internationale et notamment dans l’Europe qui, actuellement, est absente politiquement dans le conflit. Sur le terrain, les discours d’Obama n’ont rien changé. Les Palestiniens n’ont rien à perdre. Ils resteront sur leur terre.

 

Propos recueillis par Ludovic BASSAND.

Entrevue publié également par Palestine-Solidarité.Site d’information sur la Palestine, le Moyen-Orient et l’Amérique latine

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.