Ni ‘Charlie’… ni un autre que soi-même… et c’est déjà bien suffisant!

A l’instant de lâcher sur la toile un papier (ci-dessous) à propos des conséquences dramatiques du manque de Justice dans nos sociétés et dans le monde, est survenue la tuerie dans les locaux de Charlie-Hebdo. J’ai donc choisi de surseoir à sa diffusion, me demandant si c’était bien le sujet du moment. J’ai attendu. Observé. Écouté… beaucoup d’amalgames.

Puis, j’y suis revenu, me disant que oui, décidément, c’est bien le sujet… pour qui sait canaliser ses émotions que cet acte odieux aura provoquées, et peut établir les liens entre ceci et cela.

Bien sûr que la plupart d’entre nous sommes K.O. Bien sûr que les mots seront toujours trop faibles pour exprimer l’horreur d’une telle agression. Pour exprimer la peine et la douleur. Pour crier le dégoût face à l’ignominie et l’imbécilité d’actes que rien ne justifie ! Il n’y a pas que le nombre de victimes, ni leurs noms, il y a aussi le symbole qu’ils représentent. Et dès lors, ce ne sont pas que les familles, les amis, la presse qui sont en deuil. Ni la France, ni l’Europe… mais une fois encore, la « démocratie » dans l’une de ses valeurs les plus essentielles.

Maintenant, cela suffit-il à l’engouement généralisé dont on peut raisonnablement se demander si les victimes elles-mêmes l’auraient approuvé ?… Je ne partageais pas la ligne rédactionnelle de Charlie-Hebdo, loin s’en faut ! Et n’irai pas clamer « Je suis Charlie » comme je ne suis pas allé brailler que j’étais Américain après le 11 septembre 2001, et n’irais pas hurler que je suis Zemmour, Houellebecq ou Finkielkraut si parfois ces derniers devaient subir quelque agression. Cependant, rien ne justifiera jamais l’usage de la violence et des armes à l’encontre de civils innocents. RIEN ! JAMAIS !… Mais aussi, NULLE PART !!

Par ailleurs, premier enseignement : les médias auraient pu commencer par nous informer de TOUTES les victimes de ce drame, et non les hiérarchiser et ne parler que des figures les plus connues. De la même manière, il faudrait vraiment apprendre à ne pas oublier les évènements souvent tragiques qui font le quotidien de nos semblables. Ni avoir la mémoire sélective pour ne retenir que ce qui nous arrange et nous convient. En oubliant ce qui nous concernerait moins, et dont d’autres paient le prix fort chaque jour. Anonymes qui peuplent nos « faits divers » mais essuient la plupart du temps notre indifférence quand ce ne sont pas nos attaques de toutes les sortes : verbales, écrites, armées…

Ainsi p.ex., comment oublier ces 600.000 enfants irakiens, morts d’un embargo dont les EU clamaient que c’était le prix à payer pour la défense de nos « valeurs ». 600.000 enfants ! De quelles « valeurs » s’agit-il donc… qui autorise la loi du plus fort à décimer ainsi des populations entières dont tant d’enfants !? Que l’on songe à l’Irak, à l’Afghanistan, à la Syrie, au Liban, à la Libye, au Yémen, à la Palestine… – et où certains rêvent d’y ajouter l’Iran – tous pays dont les populations sont littéralement décimées, assassinées par millions sous nos yeux pour la soi-disant défense de nos « valeurs » ! Ou faudrait-il plutôt parler de la défense de nos « intérêts » ?…

Loin de moi l’idée d’innocenter les meurtriers qui ont opéré dans les locaux de Charlie-Hebdo, ni d’en faire des victimes… mais sont-ils seuls responsables de ce type de barbarie ? Cela nous arrangerait bien, sans doute. Et c’est tellement commode… Mais, n’est-ce pas un peu simple sinon simpliste ? Et ne faudrait-il pas se poser d’autres questions ? P.ex. à qui profite ces crimes ? Aux musulmans ? Certainement pas. Ils en sont les premières victimes, une fois de plus ! Et aussi : comment se fait-il que tant d’armes de guerre circulent si aisément ? Ce commerce profite-t-il aux musulmans ou à ceux qui les fabriquent et sont les mêmes qui sont patrons d’une presse soi-disant « libre » !? Et encore, comment se fait-il que des jeunes gens se radicalisent au point d’en arriver à l’irrémédiable ? Quelles sont les carences de nos Etats incapables d’intégrer comme n’importe quel citoyen une partie de sa jeunesse ? N’y a-t-il pas dans nos multiples décisions politiques erronées les germes de ce qui nous revient tôt ou tard en pleine figure ? Derrière les appels pressants à « l’unité nationale », depuis combien de temps ces hypocrites qui d’un coup défilent ensemble, ne se sont-ils pas surpassés les uns les autres, tant à droite qu’à gauche, dans un racisme de plus en plus rampant, masqué, insidieux, pour stigmatiser par lois et décrets la population arabo-musulmane de nos pays européens, relayés en cela par des médias nauséeux aux ordres de ces mêmes patrons, complices du grand capital !? Et enfin, pourquoi donc des unités spéciales des forces de police, surarmées et en surnombre, ne se limitent-elles pas à tirer dans les jambes des criminels au lieu de les liquider et ne plus pouvoir en tirer aucune information ?

Fiers et forts de nos certitudes et de nos technologies mortifères, absolument convaincus de notre supériorité en tous points, pense-t-on vraiment que l’on peut frapper indéfiniment sans la crainte de répliques, des populations humiliées, méprisées, et brutalisées ? Jusqu’à les détruire impunément ? Pense-t-on vraiment que nos alliances et nos guerres abjectes resteront sans réaction de la part de quelques individus rendus fous par la vision de leurs proches, de leurs pays, de leurs cultures saccagées, dévastées, ruinées depuis des décennies sans que cela ne s’arrête et dans l’injustice la plus totale ? Si c’est le cas, l’on se trompe lourdement, et il suffirait d’inverser les rôles pendant un moment pour imaginer quelles pourraient être nos réactions face à tant de saccages, de persécutions, d’inégalités à notre encontre…

Il me paraît dès lors urgent de revoir de fond en comble nos politiques tant intérieures qu’extérieures… sous peine que cette tuerie, qui n’est pas la première, ne soit la suite d’une série dont personne à ce jour ne peut prédire ni l’ampleur, ni la fin… Et pour ma part, aujourd’hui, au lieu de dire, ‘je suis Charlie’, j’aurais tendance à dire ‘je suis musulman’ !

Daniel Vanhove

10.01.15

Ci-après, le papier initial, avant les évènements…

En ce début 2015, la Justice n’existe toujours pas !

Le constat est accablant. Mais sans appel. Et pour tout citoyen lucide et observateur des mœurs politiques dans le monde, loin des cotillons, des bulles et des fêtes consuméristes, ce fait est révoltant. Que ce soit à l’intérieur des Etats, ou à l’extérieur, tout n’est basé que sur un rapport de forces, ce qui a pour conséquences que la Justice n’existe pas. Pire : les injustices s’aggravent !

Malgré les discours grandiloquents des uns et les envolées lyriques des autres sur les valeurs qui fondent une « démocratie », la principale d’entre elles est gravement déficiente : définitivement, la Justice n’existe pas ! Sans compter les manigances des responsables politiques qui sont les premiers à tout faire pour tenter de s’y dérober. L’on comprend d’ailleurs beaucoup mieux pourquoi ils sont presque les seuls à affirmer qu’ils y croient, eux, à la justice de leur pays ! Celle-ci étant à géométrie variable, sûr qu’ils seront épargnés là où le citoyen lambda ne le sera pas. Dès lors, face à cet échec majeur d’une Justice inexistante, ce constat ne peut qu’entraîner un sentiment de dégoût, se transformant lentement en révolte.

Devoir établir un tel constat est terrible. Terrible de conséquences. A tous niveaux. Et en particulier dans la conscience des individus qui se heurtent à cette évidence. Et en restent souvent désemparés. Rien d’étonnant d’en voir certains se tourner vers les religions pensant y trouver les derniers repères leur paraissant stables, dans l’illusion d’une justice divine qui viendrait tout régler après la vie… Quand d’autres choisissent de se radicaliser et parfois même, de prendre les armes et aller jusqu’à les retourner contre eux, estimant qu’ils n’ont plus rien à perdre…

L’on m’objectera peut-être que par le passé la Justice n’existait pas plus que maintenant. La différence  est qu’aujourd’hui les citoyens en sont informés. Les moyens de communication devenus prodigieux transforment le monde, et beaucoup n’en prennent pas encore la mesure. Et la Justice n’existe toujours pas. Dès l’instant où l’on  voudrait commencer à en énumérer les exemples, on ne sait par où commencer… Que ce soit la différence inacceptable et totalement injustifiée entre les revenus de certains patrons et ceux de leurs salariés contraints de mendier une paie à peine décente pour des conditions de travail toujours plus précaires. Que ce soit les multiples discriminations en fonction de la couleur de la peau. Ou les cachets exorbitants de certains sportifs. Ou l’inéquitable répartition des richesses qui fait qu’une planète qui produit plus qu’il n’en faut pour nourrir tous les individus qui la peuplent, en laisse plus d’un milliard sur le carreau et manquer de tout, simplement par une injuste répartition des richesses. Un milliard !… Et il en va de même pour l’eau potable. Ou pour les soins. L’hygiène élémentaire. L’éducation. Un logement décent. Et j’en passe… Des populations écrasées, asphyxiées, manquant du plus élémentaire, dormant entre des cartons, grattant dans les poubelles ou les décharges pour y trouver quelques restes à manger, vivant dans la fange, tentent de survivre quand une poignée de nantis se prélasse dans un luxe d’une indécence sans nom dont les médias dominants – la presse « libre » ! – n’ont de cesse de nous raconter les banalités, de nous ressasser les médiocrités. Selon Oxfam, 67  personnes (!) détiennent autant de richesse que la moitié de l’humanité la plus pauvre, soit 3,5 milliards d’individus ! (levif.be)… Ceux-là pensent-ils qu’ils resteront pour toujours à l’abri d’une insurrection de la part de ceux-ci ? Ils se trompent… Et le moment pointe où le renversement arrive. Sans doute dans la violence, dès lors que rien ne leur est concédé alors qu’ils ne réclament qu’à être respectés en tant qu’êtres humains. Il ne leur est donc laissé d’autre choix que de prendre par la force ce qui n’est pas partagé par équité, par solidarité… Démarche que je soutiendrai sans l’ombre d’une hésitation.

Faut-il se pencher sur les multiples injustices causées du fait d’appartenance ethnique à une communauté minoritaire ? Voyez la stigmatisation des Arabo-musulmans, des Roms, des Blacks, … La frileuse UE se débat dans ses habituelles discussions stériles pour quelques milliers de réfugiés de couleurs qu’elle préfère laisser sombrer dans la Méditerranée devenue la plus grande fosse commune moderne… pendant que le populisme d’une extrême-droite xénophobe et décomplexée agite de plus en plus les Etats qui la constituent. Alimentée par quelques sinistres auteurs surfant sur l’islamophobie ambiante, et assurés par des médias complaisants d’en tirer un profit maximum…

De l’autre côté de l’Atlantique, les EU vivent ces derniers mois une résurgence d’actes racistes graves de la part « des gardiens de l’ordre » – quel ordre !? – et la non-inculpation de leurs auteurs… D’ignobles guerres menées en Irak l’ont été au nom de fallacieux prétextes montés de toutes pièces par un Etat yankee qui tente – mais en vain ! – de se présenter aux yeux du monde comme le modèle à suivre. Et dont les instigateurs ne sont aucunement inquiétés, vu qu’ils appartiennent, pour le moment, au camp « des plus forts »… Et que dire de la Syrie, et des collusions de l’Occident avec l’EI qu’il prétend combattre tout en lui acheminant des armes et en lui achetant du pétrole à bas prix ? Ou faut-il regarder du côté de ce qui reste de la Palestine démantelée : terres dévastées, empoisonnées, volées, au profit de l’occupant sioniste ? Population affamée, exterminée par tous les moyens, victime d’un lent génocide jusqu’à les encager dans le camp d’extermination à Gaza sans que cela ne semble émouvoir le moins du monde les suffisants qui nous parlent de « Justice » !? Et où aucune des Résolutions onusiennes n’est appliquée sans que cela n’égratigne la conscience des irresponsables qui en ont la charge. Non, vraiment, la Justice n’existe pas ! Et reste assurément, encore et toujours, celle des plus forts.

Sans parler de l’injustice insidieuse faite aux femmes ? De celle faite aux enfants ? De celle faite aux plus démunis que les mesures d’austérité – toujours prônées par les mêmes arrogants – ne font qu’aggraver encore ? De celle à l’encontre des animaux, dont notre mode de vie décime les espèces dans l’indifférence générale ? De celle d’une biodiversité toujours plus malmenée par une humanité se pensant supérieure, sans voir qu’elle court collectivement à son suicide ? Et là aussi, j’en passe…

Les tensions que ce constat amène lentement mais sûrement semblent ignorées par les représentants de ce monde injuste qu’ils s’échinent à perpétuer, comme s’ils croyaient leur position immuable, pérenne. Pensant qu’il suffit de sévir un peu plus et un peu plus fort pour régler l’affaire.  Et qu’ils peuvent continuer de s’acoquiner les uns aux autres pour assurer impunément cet état des choses. C’est une piètre connaissance de l’âme humaine. Et les évènements qui commencent à secouer une certaine jeunesse devraient les alerter…

Ces pédants, si prompts à évoquer le XXIè siècle triomphant à la moindre occasion, devraient se rendre compte que le déficit flagrant de Justice n’est rien d’autre que le constat terrible d’une faillite de leur « démocratie », dont la Justice est précisément la pierre d’angle, est la condition indispensable pour éclore et se répandre pour le bien de tous.

On en est loin. Très loin, hélas !

Face à ces réalités qui minent de l’intérieur la planète Terre dont l’âge se calcule en milliards d’années mais rendue de plus en plus invivable tant l’espèce humaine l’aura polluée à tous niveaux en seulement quelques dizaines de siècles, nombreux sont ceux qui se passionnent désormais pour l’établissement d’une planète de rechange (!) que ce soit sur Mars ou ailleurs. Ceux-là estiment raisonnable de dépenser des fortunes dans ce type de recherches, pensant que l’espèce humaine pourra en d’autres lieux survivre aux actuels déséquilibres qu’elle a mis en place et entretient obstinément. Ils sont tellement hors des réalités qu’ils imaginent que l’injustice effarante qui prévaut actuellement n’est pas une donnée à prendre en compte dans l’inévitable renversement qui vient. Comme la plupart des « spécialistes & experts » enfermés dans leur bulle, ils sont devenus autistes. Un échec majeur ne leur suffit pas. Il leur faut polluer d’autres lieux encore… Décidément, les lendemains qui s’annoncent sont d’une bien sombre couleur. Car sans véritable Justice, c’est le chaos qui nous arrive !

Daniel Vanhove

05.01.15

Daniel Vanhove : Observateur civil, membre du Mouvement Citoyen Palestine et auteur :

« Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes » – 2005 – Ed. M.Pietteur

« La Démocratie Mensonge » – 2008 – Ed. M.Pietteur

 

Source de la photo: http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20150108_00583315



Articles Par : Daniel Vanhove

A propos :

Daniel Vanhove est Observateur civil et auteur. Son dernier ouvrage La Démocratie Mensonge – 2008 – Ed. Marco Pietteur – coll. Oser Dire.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]