Print

Obama ment: des forces spéciales US sont sur le terrain en Irak
Par Gilles Munier
Mondialisation.ca, 05 septembre 2014
france-irak-actualite.com
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/obama-ment-des-forces-speciales-us-sont-sur-le-terrain-en-irak/5399674

Barak Obama a ordonné l’envoi de 350 soldats supplémentaires pour protéger l’ambassade des Etats-Unis à Bagdad, ce qui porte officiellement à 820 le nombre des GI’s déployés officiellement en Irak depuis le chute de Mossoul en juin dernier. A chaque intervention médiatique, Chuck Hagel –secrétaire d’Etat à la Défense – répète : « no boots on the grounds in Iraq »… qu’il est hors de question d’envoyer des troupes sur le terrain. A d’autres…

Des forces spéciales US interviennent aux côtés des peshmerga. Ford Sypher, journaliste au Daily Beasten reportage au Kurdistan irakien, l’affirme. Il en a vu passer un groupe à bord de Toyota blindées. Ces militaires de type occidental, en tenue de combat mais sans signes distinctifs, se dirigeaient à toute vitesse vers Zumar, petite ville occupée en juin par les djihadistes de l’Etat Islamique.

Peu avant, des militaires kurdes l’avaient bloqué sans explication à un checkpoint, et ses contacts au ministère des Peshmerga à Erbil et sur le front de Zumar refusaient de lui dire clairement pourquoi. Leur réponse était pour le moins énigmatique « Oui, nous voulons vous laisser entrer, mais nous ne pouvons pas… Nous avons des visiteurs, vous les verrez».

Peu après Ford Sypher avaient vu les « visiteurs » et, pour lui, il s’agissait sans aucun doute de membres des forces spéciales US. Selon le Daily Mail, qui reprend l’information, le journaliste sait de quoi il parle car il a servi dans les Rangers en Irak et en Afghanistan.

Des membres des services de renseignements kurdes ont ensuite confirmé au Daily Beast que des forces spéciales américaines… et allemandes avaient aidé les peshmerga à Zumar. Leur rôle était de diriger les tirs des avions américains sur les positions de l’Etat Islamique.

Zumar – située à 60 km au nord-ouest de Mossoul, près du barrage Saddam et d’un puits de pétrole – fait partie des « territoires disputés ». Sa reconquête a été portée au compte des peshmerga.

Gilles Munier

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.