Publicar la verdad sin miedo

mars 8th, 2017 by Julian Assange

En el libro de Proverbios dice que /una casa se construye con sabiduría, y se establece por medio de entendimiento. Sus cuartos se llenan de hermosos tesoros a través del conocimiento/. Pero hay algo más en todo esto.

El siguiente verso es “Los sabios son más poderosos que los fuertes”.El conocimiento es poder.

Tengo el gran honor de dirigirme a ustedes en este aniversario por la muerte de un hombre que ha luchado amplia y aguerridamente contra el imperialismo, el neocolonialismo y otras formas de opresión a los pueblos, especialmente en América Latina.

Chávez tuvo el papel más importante en el escenario global con sus incansables esfuerzos para seguir avanzando en la integración y cooperación regional y construir un mundo multipolar.

Denunció las injusticias tal y como él las veía y en el 2001 fue el único líder que denunció el asesinato de civiles inocentes en Afganistán, cometido por Estados Unidos. “Ustedes no pueden pelear el terrorismo con terrorismo”, indicó Chávez. Poco después de seis meses Estados Unidos apoyó un golpe de estado en su contra que fue revertido cuando cientos de miles de venezolanos tomaron las calles, muchos de ellos con la constitución en sus manos. Como todos nosotros, él no estaba libre de pecado, pero sus virtudes sacudieron la tierra.

Como director de Wikileaks sacamos a la luz los secretos de los poderosos y además construimos una Biblioteca distinta y poderosa, una biblioteca que contiene la información sobre cómo realmente funciona nuestro mundo y sus instituciones, que contiene información que por siglos ha estado solamente en manos de las élites y que ahora –no sin correr riesgos y persecuciones– hemos democratizado y puesto a disposición del pueblo, sin distinción de orientación política o credo.

Es para todos y todas, para que la sociedad de todo el mundo abra los ojos, y con datos irrefutables en la mano, confronte a los poderosos y saque sus propias conclusiones, sin filtros mediáticos, sobre los eventos y decisiones políticas que afectan sus vidas.

El objetivo de Wikileaks, de buscar la verdad en nombre de la humanidad, es hoy más importante que nunca, un objetivo que seguimos buscando a pesar del alto precio que pagamos por ello.

El costo, en mi caso, ha sido alto. He estado perseguido judicialmente y detenido por casi siete años, sin que pese cargo alguno en mi contra.

La persecución se ha extendido a mi familia, a mis hijos, a quienes no he podido ver durante todo este tiempo.

Tanto Naciones Unidas, como numerosas organizaciones de Derechos Humanos y personalidades a nivel mundial han hecho un llamado a Suecia y al Reino Unido para que respeten sus obligaciones internacionales, para que respeten y reconozcan la soberanía del Estado de Ecuador y por tanto reconozcan mi asilo y dejen de bloquear el ejercicio de este derecho humano. Es inconcebible que la actitud imperialista de Reino Unido y de Suecia, en pleno siglo XXI, les permita, con total impunidad, ignorar un acto soberano de un país independiente, Ecuador.

Recuerdo a los presentes que Ecuador pagó y sigue pagando un alto precio al otorgarme el asilo para protegerme de la persecución política por haber expuesto los secretos del imperio. Su embajada en Londres sufrió amenazas de ataque por la policía británica y hasta el día de hoy, es sujeta a niveles de vigilancia que no tienen comparación alguna.

Denegar el salvoconducto para que yo pueda ir a América latina es un acto de imperialismo puro, de países que ocupan altos cargos en Naciones Unidas, y, sin embargo, se rehúsan a reconocer y habilitar el ejercicio de un derecho universal, y lo hacen en total impunidad, burlándose, además, de la soberanía de un país del Sur y de toda la región latinoamericana que respaldó unánimemente mi asilo, constituyendo un grave insulto a la dignidad de nuestros pueblos y al mismo sistema de Naciones Unidas. Hacer esto por años muestra el deterioro y grave retroceso del sistema internacional de protección de derechos humanos para todos.

Ni hablar de mi país, Australia, un sirviente más de los intereses imperialistas, que en siete años no ha abogado por mí ni una sola vez y que además busca criminalizarme para que yo no pueda volver a casa. A pesar de una Resolución firme de la más alta autoridad en temas de Detención Arbitrarias que después de analizar detenidamente mi caso, estableció que mi detención ha sido arbitraria e ilegal y el deber de dejarme en libertad de inmediato e indemnizarme, tanto Suecia como el Reino Unido la ignoran por completo.

Pero a pesar de todo, el imperio no ha logrado silenciarme. Soy libre simplemente porque soy libre de expresarme. Y disfruto de esta libertad gracias al coraje de Ecuador y otros Estados, entre ellos Venezuela, que se han unido para apoyarme. Mi lucha puede convertirse en una historia exitosa para la libertad de expresión y los derechos humanos.

Por lo tanto la concesión de un salvoconducto sería un acto de justicia y dignidad para la región. Permaneceremos fieles a la promesa de publicar la verdad sin miedo o negociaciones bajo la mesa. Seguiremos esforzándonos en nuestro compromiso con la verdad y la justicia social.

La liberación de los pueblos depende de la liberación de la mente de los pueblos. Para ello, necesitamos que esfuerzos revolucionarios pacíficos como el de Wikileaks, florezcan alrededor del mundo. Por esta razón necesitamos detener la persecución contra WikiLeaks y su gente.

Hagámoslo juntos hoy. Mañana puede ser tarde.

Julian Assange

Julian Assange: Fundador de Wikileaks.

Nota del Editor: Mensaje dirigido a Amigos de la Red de Intelectuales, Artistas y Movimientos Sociales por la Humanidad reunidos en Caracas.

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Publicar la verdad sin miedo

Las marchas que retumban en Argentina

mars 8th, 2017 by Maylín Vidal

Los ecos de las movilizaciones aún se sienten mientras muchos piden poner fecha a una huelga general para protestar por las políticas económicas del Gobierno, el desempleo, los tarifazos y la flexibilización laboral, entre otros reclamos.

La multitud aglomerada el lunes y martes últimos en las calles de Buenos Aires, primero en apoyo a los maestros y después para respaldar la convocatoria de la Confederación General del Trabajo, mostró algo de lo que se avecina si el Gobierno no pone freno a sus políticas neoliberales como mismo han afirmado varias voces sindicales.

Muchos, como los maestros y los trabajadores de la Salud, claman desesperadamente por la apertura de paritarias, como se les conoce aquí a las negociaciones salariales, en busca de un sueldo justo que compense la inflación, que en 2016 cerró con poco más del 40 por ciento.

Se cuentan unos 70 mil en la contundente marcha de los docentes, que retumbó con fuerza. Unas 20 cuadras taponadas con carteles y duras consignas contra el presidente Mauricio Macri.

Los educadores, unidos, paralizaron las jornadas durante 48 horas en el mismo día que debió iniciar el ciclo lectivo en las escuelas públicas, dejando a 12 millones de niños sin clases.

Miles de ellos, con sus tradicionales guardapolvos blancos, dieron una lección pero en las calles, porque, como rezaba uno de los tantos carteles ‘hoy no estamos dejando de enseñar, … estamos enseñándolos a luchar por sus derechos’.

El clima precedido por la protesta de los educadores se fue elevando y la víspera, como se esperaba, otros miles y miles de obreros salieron a manifestarse contra los despidos y suspensiones de los últimos meses, contra los tarifazos y políticas antipopulares.

Pero también por caída de la producción industrial y el aumento indiscriminado de importaciones que afectan al sector.

Ayer las calles del centro porteño eran intransitables mientras cientos de personas se desplazaban hacia el ministerio de Producción, donde se realizó el acto, que terminó a gritos y reclamos a los dirigentes sindicales de la Confederación para que ponga fecha a un paro general ya.

Cansados de la burocracia sindical, los manifestantes fueron duros y reclamaron a los líderes poner día y hora a la huelga.

En tanto el ministro de Producción, Francisco Cabrera, salió a refutar las acusaciones formuladas durante la movilización en una entrevista con el programa Va de vuelta, de la Radio Nacional.

‘El año 2016 se crearon 80 mil empleos registrados, no es cierto que haya destrucción del empleo. Hubo siete por ciento menos de importaciones, por lo tanto es falso que haya una lluvia de importaciones’, aseguró.

‘Estamos parados en una economía dañada que además tuvo un 2016 duro, donde estamos tratando de revertir esta situación… No es el momento de tomar una medida de fuerza es el momento para sentarse y seguir adelante con un diálogo’, consideró.

La protesta social crece mientras los docentes aseguran que seguirán dando la pelea con un plan de lucha y las centrales obreras también.

Maylín Vidal

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Las marchas que retumban en Argentina

South Korea President to be Impeached?

mars 8th, 2017 by Seok Jin-hwan

Massive protests in South Korea are barely covered by the Western media. More than 15 million have demonstrated against president Park who is supported by Washington (M. Ch. GR Editor)

Public opinion poll shows that support for Park’s impeachment has remained above 80% since December 

Over eight in ten South Koreans feel prosecutors should conduct a thorough follow-up investigation of President Park Geun-hye even if she leaves office with a Constitutional Court decision upholding her impeachment, a survey shows. 

Opinion poll on President Park’s impeachment

Findings from a Research Plus survey conducted on Mar. 3-4, commissioned by the Hankyoreh and the Hankyoreh Economy & Society Research Institute (HERI), showed 67.8% of respondents answering that prosecutors should “thoroughly investigate [Park] and arrest her if the conditions are met” when asked what judicial measures should be taken if the Constitutional Court confirms her impeachment. Another 17.6% of respondents answered that “prosecutors should investigate thoroughly, but she should not be arrested.”

Beyond the question of arrest, the results showed an overwhelming 85.4% of respondents calling for a thorough investigation by prosecutors, compared to just 9.5% who said prosecutors should halt their investigation if Park’s impeachment is confirmed.

While politicians are likely to unanimously shift course toward early elections if the Constitutional Court does support the impeachment with its anticipated ruling this week, a majority of South Koreans still would like to see an investigation of the government interference scandal and clear punishments resulting from it.“The high level of interest in the prosecutors’ investigation is set to continue even after the impeachment [ruling],” said Han Gwi-young, head of HERI’s social research center.

“There looks to be a serious possibility that prospective candidates in the presidential election will face a backlash if they suggest exempting President Park from judicial handling,” Han said.

Public support for Park’s impeachment, which stood at nearly 80% when the National Assembly voted it through in December, has repeatedly been found remaining at more or less the same level even as the ruling approach. The latest survey showed 75.7% of respondents agreeing that Park “should be impeached,” while just 18.6% said her impeachment “should be overturned.” Another 5.7% said they were “not sure.”

Support for impeachment outweighed opposition across all regions and age groups. Even respondents who voted for Park in the 2012 presidential election supported impeachment by a 48.1% to 43.5% margin. When asked how they would take a Constitutional Court decision that went against their own feelings, 53.9% of respondents said they would “not accept it,” more than the 39.7% who answered that they would “accept it.” When asked whether they thought the ruling should go ahead even if Park resigns beforehand, 63.4% said the Court’s decision should “continue regardless of her resignation,” while 32.9% said the impeachment trial “should be halted.”

By Seok Jin-hwan, staff reporter

  • Posted in English @as @as
  • Commentaires fermés sur South Korea President to be Impeached?

Tous les jours, le sénateur John McCain de l’Arizona promet que le Sénat américain votera pour approuver l’incorporation du Monténégro en tant que 29e membre de l’alliance atlantique. Bien que peu d’Américains sachent situer cette petite nation des Balkans sur une carte, le Monténégro est devenu un autre point de convergence douteux de la nouvelle confrontation de l’Occident avec la Russie.

À première vue, les arguments en faveur de l’extension du parapluie de l’OTAN sur un pays comptant moins de 2 000 soldats ne sont pas évidents. Il est peu probable que ses sept hélicoptères rendent l’Amérique plus sûre. L’administration Obama, qui a défendu cette adhésion après une longue lignée d’ajouts récents à l’Alliance, l’a justifié en disant que le Monténégro avait fait don de mortiers à la coalition anti-ISIS en Irak et donné 1,2 million de dollars aux opérations de l’OTAN en Afghanistan, sur trois ans.

Cette somme représente moins d’un tiers de ce que les contribuables américains dépensent en Afghanistan, par heure. « Si la survie de l’Occident dépend de l’inclusion du Monténégro dans l’OTAN, nous devrions tous nous planquer dans les bunkers », a déclaré un critique de cette adhésion.

Peut-être est-ce la raison pour laquelle les faucons de Washington citent simplement l’opposition prévisible de la Russie comme raison première pour soutenir l’adhésion du Monténégro. « Le soutien de l’adhésion du Monténégro n’est pas seulement la bonne chose à faire pour le Sénat, cela envoie aussi un signal clair qu’aucun tiers n’a de droit de veto sur les décisions d’élargissement de l’OTAN », soutient la Heritage Foundation.

Et deux avocats de la School of Advanced International Studies de John Hopkins, dans un texte publié par  Foreign Affairs, ont déclaré récemment que le Monténégro sera un test montrant si le président Trump et le secrétaire d’État Rex Tillerson « continuent de faire des courbettes à leur ami le président russe Vladimir Poutine » et à « s’engager . . . dans un autre Yalta » ou vont plutôt à chercher à défendre « les intérêts fondamentaux des États-Unis ».

Agiter l’épouvantail de Poutine et de Yalta ne fait que détourner l’attention des questions embarrassantes sur la pertinence politique du Monténégro en tant que partenaire – et si ce pays a quelque avantage militaire à offrir.

L’OTAN conditionne ostensiblement l’adhésion de nouveaux membres à des critères stricts, dont « montrer son engagement envers l’État de droit et les droits de l’homme ; établir le contrôle démocratique des forces armées ; et promouvoir la stabilité et le bien-être par la liberté économique, la justice sociale et la responsabilité environnementale ».

Le sous-secrétaire adjoint à la Défense, Michael Carpenter, a assuré au Comité sur les relations extérieures du Sénat, en septembre dernier, que le Monténégro soutenait les « valeurs démocratique, la liberté individuelle et l’État de droit » de l’OTAN. Il a dû louper le rapport de Freedom House, qui note le pays comme étant « partiellement libre » au niveau des droits politiques et des libertés civiles.

L’organisation a cité « des restrictions à la liberté de réunion pacifique » et « des années de harcèlement et de discrimination à l’égard des personnes LGBT ». Elle remarque aussi « des sujets d’inquiétude . . . au niveau de l’indépendance du pouvoir judiciaire et de la radio publique, ainsi que de nombreux cas d’attaques contre les journalistes non traités par la justice. » Le pays souffre d’un « manque de confiance des électeurs dans le processus électoral », a-t-elle ajouté.

Un bastion de la corruption.

En ce qui concerne la « primauté du droit », considérez que le dirigeant du Monténégro depuis près de trente ans, Milo Djukanović, a reçu le prix de la « Personnalité de l’année »du crime organisé et de la corruption par l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) [Projet de dénonciation du crime organisé et de la corruption], en 2015, organisation dont les membres comptent plusieurs centaines de journalistes d’investigation qui enquêtent sur la corruption en Europe et en Asie centrale (et qui est en partie financée par l’USAID).

Citant son succès à « créer une atmosphère politique oppressive et une économie étranglée par la corruption et le blanchiment d’argent », l’OCCRP a déclaré que Djukanovic « a construit l’un des paradis les plus accueillants pour le crime organisé au monde, une véritable kleptocratie ».

L’organisation a souligné son rôle allégué dans la contrebande de cigarettes avec les plus réputés des syndicats du crime italiens ; dans le rachat par sa famille d’une ancienne banque d’État qui devint une blanchisserie pour le crime organisé ; dans sa vente controversée de grandes étendues du littoral du pays à de discrets oligarques étrangers ; et son offre de citoyenneté à l’un des plus grands trafiquant de drogue de la région.

Djukanovic sait que l’argent est plus vert à l’ouest du Monténégro qu’à l’est. C’est pourquoi c’est un ardent défenseur de l’adhésion à l’OTAN. (Moins de 40% des Monténégrins la veulent selon un sondage récent – en partie parce que les avions de l’alliance ont bombardé le pays pendant la campagne de l’OTAN contre la Serbie en 1999.) Le président Obama a félicité Djukanovic pour sa volonté de rejoindre l’OTAN lors d’une réception officielle en septembre.

Après les élections nationales d’octobre, Djukanovic a finalement démissionné en tant que premier ministre, mais il reste à la tête du parti au pouvoir. Il a choisi son adjoint, Dusko Markovic, pour le remplacer en tant que Premier ministre du pays.

« Markovic, un ancien chef de la sécurité de l’État, est considéré comme l’un des plus proches confidents de Djukanovi, a rapporté l’OCCRP. L’année dernière, il a été accusé publiquement par l’ancien chef de la police anti-crime organisé du pays d’être impliqué dans la contrebande de cigarettes, mais il n’a jamais été inculpé. »

 Markovic a également été accusé par le responsable d’une commission d’enquête du gouvernement d’obstruer une enquête judiciaire sur le meurtre d’un éminent éditeur de journaux et critique de Djukanovic.

Les médias occidentaux ont largement ignoré ces faits troublants. Au lieu de cela, le peu de couverture qui existe sur le Monténégro se concentre sur la déclaration sensationnelle faite par le gouvernement disant que les Russes ont comploté pour assassiner Djukanovic, au moment des élections d’octobre.

Markovic a récemment déclaré au magazine Time que ses services de sécurité ont, à la dernière minute, découvert une « organisation criminelle » formée par deux agents de renseignement militaires russes, qui avaient prévu le jour des élections « de provoquer des incidents . . . et peut-être aussi un conflit armé » comme prétexte pour prendre le pouvoir.

Le procureur chargé de l’affaire affirme que « les autorités de l’État russe » ont soutenu le complot pour « empêcher le Monténégro de rejoindre l’OTAN ». Il s’engage à inculper les deux prétendus comploteurs russes et 22 autres personnes, dont un groupe de nationalistes serbes. Le ministère des Affaires étrangères russe a qualifié ces allégations de « sans fondement », mais refuse d’extrader tout suspect. Un expert indépendant, citant de nombreuses anomalies dans l’histoire officielle, soutient que l’intrigue était une « opération criminelle » lancée par des nationalistes serbes et russes.

La Russie, qui considère depuis longtemps les Balkans comme étant dans sa sphère d’influence, a des antécédents d’intrusion dans les affaires intérieures du Monténégro. Mais, en l’absence de preuves convaincantes à l’appui du dossier du gouvernement, les étrangers devraient tenir compte de l’observation prudente de Freedom House selon laquelle « le service de renseignement [du Monténégro] a fait l’objet de critiques soutenues de la part d’observateurs internationaux pour son manque de professionnalisme ».

Pourtant, cela ne devrait surprendre personne que les faucons anti-russes n’aient pas laissé des preuves ambiguës les dissuader de demander l’expansion de l’OTAN.

Un éditorial de Wall Street Journal a déclaré que la prétendue tentative de coup d’État « a donné un avant goût des ambitions et des méthodes de la Russie en Europe centrale et orientale » et a conclu avec un appel à accepter la candidature du Monténégro dans l’OTAN : « La sécurité occidentale est mieux assurée lorsque des gouvernements de toute taille sont soutenus face à la pression d’intimidateurs régionaux. L’alternative est de livrer un autre pays à l’emprise de Moscou, et d’aiguiser son appétit pour en prendre encore un autre. »

Le Time a commenté avec encore plus de toupet que « Le coup avorté était un rappel qu’une nouvelle bataille pour l’Europe a commencé. De la Baltique aux Balkans et de la mer Noire à la Grande-Bretagne, Vladimir Poutine cherche à reconstruire l’empire russe plus de 25 ans après la chute de l’Union soviétique. » Les vieilles critiques de Trump envers l’OTAN, avertit le journal, « montrent le risque que les États-Unis puissent accepter l’emprise territoriale de la Russie ».

Ces commentaires incendiaires alimentent l’incendie politique qui ravage l’entourage de Trump, y compris les enquêtes sur les contacts avec les Russes pendant sa campagne électorale, les allégations d’ingérence dans les élections de la part de Moscou et les questions sur les relations d’affaires ou les indiscrétions personnelles qui le rendent vulnérable à Poutine. L’opinion de Trump sur le Monténégro – qui reste encore à déterminer – indiquera s’il reste un critique de l’OTAN ou s’il s’est incliné devant les guerriers de la nouvelle guerre froide.

Jonathan Marshall

 

Article en anglais :

John McCain

Geopolitics of the Balkans: NATO’s Strange Addition of Montenegro

Traduit par Wayan, relu par M pour le Saker Francophone

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Géopolitique des Balkans : Pourquoi le Monténégro est-il devenu membre de l’OTAN?

Le 2 mars 2017 nous traduisions un communiqué officiel publié par le « Bureau d’information du Conseil militaire de Manbij » [1] :

« Dans le but de protéger les civils, de leur épargner les horreurs de la guerre, le sang et tout ce qu’elle amène comme tragédies. Afin de préserver la sécurité de la ville de Manbij et sa campagne. Afin de couper la route aux convoitises turques d’envahir davantage de territoires syriens. Et conformément à notre engagement de faire tout le possible dans l’intérêt ainsi que la sécurité de notre peuple et de nos proches à Manbij :

Nous, Conseil militaire de la ville de Manbij et de ses environs, annonçons que nous avons convenus avec la partie russe de remettre les villages, situés sur la ligne de contact avec le Bouclier de l’Euphrate et contigus à la région d’Al-Bab sur le front ouest de Manbij, aux forces des gardes-frontières de l’État syrien, lesquelles se chargeront des missions de protection de la ligne séparant les forces du Conseil militaire de Manbij des régions contrôlées par l’Armée turque et le Bouclier de l’Euphrate ». 

Lequel communiqué a été suivi, ce 5 mars, d’une mise au point signée du « Commandement général du Conseil militaire de Manbij » [2] :

« Suite aux récents développements dans la ville de Manbij et de ses environs, à la publication par le Conseil militaire de Manbij d’un communiqué concernant l’autorisation des gardes-frontières à stationner sur la ligne séparant nos forces de celles des mercenaires du Bouclier de l’Euphrate, aux interprétations différentes qui l’ont suivi, à la grande promotion médiatique de l’événement, et à l’émergence de rumeurs tendancieuses cherchant à falsifier la vérité :

Nous, au Conseil militaire de Manbij et de ses environs, réaffirmons que Manbij et sa campagne sont sous l’égide et la protection du Conseil militaire de Manbij et des forces de la Coalition internationale, que nous ne permettrons à aucune autre force d’y entrer, que c’est le Conseil militaire de Manbij et les forces de la Coalition internationale qui se sont entraidés pour libérer la ville du terrorisme de l’organisation Daech, et que ce sont eux qui la protègent actuellement de toute agression perfide.

Et nous affirmons à nos proches que nous tenons toujours notre engagement quant à leur protection et à leur sécurité, le texte de l’accord mentionné est clair et ne concerne que les régions d’Al-Arima [ville à mi-chemin entre Manbij et Al-Bab, distantes d’environ 40 Kms l’une de l’autre, Ndt] et la ligne de front avec le « Bouclier de l’Euphrate ».

Et c’est sur cette base que nous rassurons nos proches de la ville de Manbij et de ses environs. Ils sont sous la protection du Conseil militaire de Manbij et de la Coalition internationale, laquelle a renforcé sa présence dans Manbij et sa campagne après la montée des menaces turques d’occuper la ville ».

Par conséquent, il n’est apparemment plus question de remettre « le front ouest de la ville de Manbij » aux gardes-frontières syriens, mais il n’est pas exclu de remettre d’autres villages évoqués dans le premier communiqué du 2 mars.

Est-ce parce que cette cession du front ouest de Manbij aux gardes-frontières syriens est incompatible avec l’agenda du Président américain Donald Trump déterminé à se réserver la libération de Raqqa ?

Est-ce parce que les avancées spectaculaires de l’Armée syrienne, soutenue par ses alliés, au nord-est d’Alep – et donc, vers le sud de Manbij- en plus de la libération de Palmyre, pourraient lui permettre d’arriver à Raqqa avant les alliés des USA parmi les Kurdes syriens ? [Voir carte ci-jointe].

Question qui s’impose d’elle-même à la lecture de l’article du Washington Post du 4 mars -la veille du 2ème communiqué- annonçant que « le plan de prise de Raqqa, préparé par le Pentagone, prévoit un accroissement sensible des forces américaines en Syrie et se propose de livrer des hélicoptères d’attaque et des pièces d’artillerie aux forces kurdes et aux détachements de l’opposition syrienne » [3].

Et puis ce matin, 7 mars, est apparu un troisième communiqué daté du 6 mars, intitulé textuellement : « Communiqué de l’administration civile démocratique de Manbij le Conseil législatif » [4] :

« Communiqué à l’intention de l’opinion publique suite aux données récentes sur les plans politique et militaire. Nous, en tant que Conseil législatif de Manbij et des ses environs, nions tout ce qui a été publié par les médias et les réseaux sociaux locaux et étrangers parlant de remettre notre ville à quelque partie que ce soit.

Car nous sommes la seule partie  légitime représentant la volonté du peuple et son droit à décider de son sort, et que notre peuple à Manbij, dans toutes ses composantes, se tient derrière le Conseil militaire et loue le rôle joué par les forces de la Coalition internationale, lesquelles ont participé à la bataille de libération de notre peuple des mercenaires de Daech.

Nous promettons à notre peuple de Manbij que nous ne ferons pas de compromissions au détriment du sang de nos martyrs qui se ont sacrifiés pour cette ville, que nous ne gaspillerons pas les acquis de notre peuple, et que nous résisterons à toute ingérence qui toucherait à la liberté et à la dignité de notre peuple. Vive Manbij, libre et fière ».

Il est donc difficile de savoir ce qui se passe autour de Manbij, des rapports contradictoires circulant sur la remise réciproque de villages entre les gardes-frontières syriens et lesdites « Forces Démocratiques Syriennes » [ou FDS regroupant les Conseils militaires kurdes des villes contrôlées par les Unités de protection du peuple, ou YPG] soutenues par la Coalition internationale menée par les États-Unis.

En revanche, ce qui est certain est que les combats s’intensifient des deux côtés, tandis que le Premier ministre turc tempête et déclare que son pays ne s’oppose pas à l’entrée de l’Armée syrienne dans Manbij « contrôlée actuellement par des éléments kurdes » [5], ajoutant que les territoires syriens doivent être contrôlés par des Syriens ! Faut-il croire qu’il a retrouvé le chemin de Damas ?

En effet, comme le résume la carte ci-jointe expliquée, dans la soirée du 6 mars, par l’ex Général de Brigade Charles Abi Nader sur al-Mayadeen TV [6] :

  • Deux routes lient Raqqa à Deir ez-Zor, toutes deux fiefs de Daech -malgré la résistance héroïque des soldats de l’Armée syrienne toujours encerclés dans Deir ez-Zor et qui continuent à repousser les assauts de Daech depuis bientôt trois ans- l’une à l’Est de l’Euphrate, l’autre à l’Ouest [trajet souligné en rouge].
  • La route à l’Est de l’Euphrate est désormais entièrement coupée à Daech au niveau du cercle rouge sur la carte, par l’avancée des FDS jusqu’à la rive Est du fleuve.
  • Ce qui fait que Daech ne peut plus se ravitailler et rejoindre Deir ez-Zor que par le Sud de Raqqa et par la route à l’Ouest de l’Euphrate. Il est donc sous la pression des FDS soutenues par leurs alliés US, au Nord, et sous la pression de l’Armée syrienne soutenue par ses alliés russes et de l’Axe de la résistance dont le Hezbollah, au Sud.

Les USA auraient-ils finalement opté en faveur de leurs alliés kurdes au détriment de leur allié turc, lequel est écarté de leur course vers Raqqa ? Y’aurait-il des désaccords au sein même des FDS, ou bien leur contrat avec les Russes n’était qu’une manœuvre pour que les USA se décident à intervenir plus efficacement, alors qu’ils piétinent sur place depuis des semaines ? Et enfin, cette intervention musclée des Forces US témoigne-t-elle d’une rivalité affirmée ou d’une entente entre les USA et la Russie ?

Aux dernières nouvelles de 18H, heure locale, le porte-parole du Conseil militaire de Manbij aurait déclaré que 5 villages ont été remis à l’Armée syrienne. Cependant le correspondant d’Al-Mayadeen, à Alep, a précisé qu’il n’y a toujours aucune déclaration officielle de la part du Haut commandement militaire syrien. D’après son exposé, nous comprenons que les 5 villages en question sont vides de combattants de tout bord, et situés à l’extrême sud de Manbij ; autrement dit, ne font pas partie du front ouest de la ville de Manbij.

Par conséquent les FDS restent sur la ligne de contact avec les forces hétéroclites du Bouclier de l’Euphrate soutenues par la Turquie -dont le but déclaré est de les déloger de Manbij-, et l’Armée syrienne n’est toujours pas en situation de se positionner sur une zone de séparation autour du front ouest de Manbij comme prévu par le communiqué du 2 mars.

Quel que soit le dénouement, il est cruel de constater que les kurdes de Syrie qui ont délogé Daech de Manbij en Août 2016, au prix de grosses pertes dans leur rang, servent toujours de chair à canon à ceux-là même qui ont fabriqué Daech, foi de M. Trump en personne [7].

Mouna Alno-Nakhal

07/03/2017

 

[1] Communiqué du Bureau d’information du Conseil de Manbij du 2 mars 2017 http://manbijmc.org/archives/205 

[2] Communiqué du Commandement général du Conseil militaire de Manbij du 5 mars 2017

http://manbijmc.org/archives/263

[3] Le Pentagone veut muscler sa présence en Syrie

https://fr.sputniknews.com/international/201703051030331714-pentagone-accroissement-presence-syrie/ 

[4] Communiqué du Conseil législatif de Manbij et de ses environs du 6 mars 2017

http://manbijmc.org/archives/268 

[5] YILDIRIM : la Turquie ne s’oppose pas à l’entrée de l’Armée syrienne dans Menbij

http://www.almayadeen.net/news/politics/53292 

[6] Vidéo / All-Mayadeen TV, 6 mars 2017,18H

https://www.youtube.com/watch?v=Vj84cCr3tgo

[7] Video / Trump accuse Obama d’avoir « créé » Daech

http://www.dailymail.co.uk/video/news/video-1240964/Donald-Trump-Obama-Hillary-Clinton-created-ISIS.html (en anglais)

https://www.crashdebug.fr/international/12207-trump-accuse-obama-d-avoir-cree-le-groupe-etat-islamique (en français)

***

 

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Syrie : Que signifient les récents développements autour de Manbij ?

Des mouvements tectoniques continuent à se produire dans le paysage politique de l’Ukraine. La semaine dernière, à la suite de l’imposition d’un blocus total contre la Novorossia par les Ukronazis, la Russie a déclaré qu’elle reconnaîtra désormais les documents officiels émis par les autorités de la DNR et de la DLR. Cette semaine, les autorités novorossiennes ont nationalisé toutes les usines importantes du Donbass. En outre, les Novorossiens ont maintenant déclaré que puisque les autorités ukrainiennes ne veulent pas acheter leur charbon et leur anthracite, elles les exporteront désormais vers la Russie. Et juste pour s’assurer qu’ils contrôlent tous leurs arrières, les Novorossiens ont également déclaré qu’à partir de maintenant, seul le rouble russe circulera dans les Républiques populaires de Donetsk et Lougansk.

Pour ne pas être défaits, les Ukronazis ont aussi franchi une étape hautement significative : le Premier ministre ukrainien a déclaré qu’il pense que les forces irrégulières qui font aujourd’hui obstacle au blocus devraient être considérées comme des gardes-frontières officiels (comme pour ceux qui seront bientôt « gardes-frontières », ils ont expliqué que leur poste principal serait nommé « Nachtigall »[rossignol en français, NdT] en l’honneur du bataillon Nachtigall de l’Abwehr nazie).

Résumons tout cela :

  1. Les Urkonazis ferment complètement la frontière non officielle avec la Novorossia.
  2. La Russie reconnaît les documents officiels novorossiens.
  3. La DNR et la LNR nationalisent toute l’industrie ukrainienne dans le Donbass.
  4. Les Ukronazis déclarent que la ligne de contact est maintenant considérée comme une frontière.
  5. Les Novorossiens déclarent que le rouble russe est la seule monnaie légale en Novorossia.
  6. Les Novorossiens exporteront maintenant l’ensemble de leur production de charbon/anthracite en Russie.
  7. Aucune usine en Novorossia ne paiera plus d’impôts à Kiev.

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, cela ressemble assurément à ce que la DNR et la LNR coupent leurs derniers liens avec l’Ukraine et que la junte de Kiev semble accepter ce plan.

En réalité, tout cela est beaucoup plus compliqué. Il y a une guerre secrète entre les oligarques ukrainiens Rinat Akhmetov, Igor Kolomoisky et le président Porochenko, et il y a également une guerre pas si secrète que ça entre l’opposition ukrainienne et Porochenko. Il y a aussi beaucoup de questions qui restent sans réponse, y compris comment et si les Novorossiens vendront leur production de charbon et d’anthracite à la Russie (qui n’en a pas vraiment besoin) ou à travers la Russie (éventuellement en dissimulant sa véritable origine). Cette situation pose aussi la question de savoir ce que les banques russes seront en mesure de faire, et voudront faire, pour aider les Novorossiens. Les sommes d’argent impliquées sont immenses et il y a beaucoup d’intérêts, qui souvent s’excluent mutuellement, en concurrence les uns avec les autres. Mais je ne m’intéresse pas à ce niveau en ce moment – ce qui est le plus important à mes yeux est le tableau d’ensemble, et celui-ci dit « Ukraine, au revoir ».

On peut juger de la gravité de ces développements aux efforts carrément herculéens accomplis par les médias grand public occidentaux pour ne pas en faire mention. Même le secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères, Boris Johnson, qui était à Kiev hier, s’est concentré exclusivement sur le concours Eurovision à venir, et pas sur les importants développements qui se déroulent dans le sud-est.

Dans le contexte ukrainien, l’expression « ne jamais dire jamais » est probablement encore plus importante que d’habitude, mais je dirai que si ce que je pense qu’il se passe se produit, c’est-à-dire si le Donbass coupe actuellement de facto ses derniers liens avec l’Ukraine et s’intègre politiquement et économiquement à la Russie, et si la junte de Kiev semble avoir été incapable d’empêcher les volontaires nazis de déclencher la crise avec leur blocus, alors cela signifie potentiellement des choses très importantes :

  1. Les Ukronazis ont renoncé à l’idée de reconquérir la Novorossia.
  2. L’effondrement de l’Ukraine-croupion a commencé.

Le blocus du Donbass a été décidé par un groupe relativement restreint de dirigeants nationalistes qui n’ont jamais demandé ni reçu d’autorisation pour leurs actions de la part de la junte de Kiev. En plus, la junte n’a jamais officiellement approuvé ou soutenu ce mouvement. Mais, et c’est le plus étrange, la junte n’a jamais envoyé aucune sorte de force officielle de police/militaire/de sécurité pour reprendre le contrôle de la situation. Il y avait un groupe d’hommes, armés de bâtons et de battes de baseball, qui ont essayé de faire sortir les cinglés ukronazis de la piste, mais ils ont été rapidement vaincus. Gardez à l’esprit qu’il y a des dizaines de milliers de soldats et de policiers déployés dans le voisinage immédiat de ces unités de volontaires, mais personne, absolument personne n’a fait un geste pour rétablir l’ordre public.

Évidemment, l’idée même d’« ordre public » est largement dépourvue de sens dans un pays occupé par un régime lui-même totalement illégal. En plus, l’« ordre public » n’a aucun sens dans un pays où la force – habituellement sous la forme d’une bande de voyous armés de kalachnikovs – fait loi. Oubliez l’« Europe centrale », pensez « Somalie » et vous serez beaucoup plus près de la vérité.

L’Ukraine est un État failli, politiquement et économiquement. Et, en tant qu’État défaillant, l’Ukraine a un tas de bandes armées et même des forces armées officielles, mais rien qui ressemblerait à l’armée moderne et civilisée dont on a besoin pour l’emporter sur les Novorossiens qui, loin d’être défaillants, constituent un jeune État qui n’a fait que compléter la modernisation de son armée. La différence entre les forces armées ukrainiennes et novorossiennes n’est pas seulement le résultat de l’aide russe, bien qu’elle ait clairement joué un rôle important, mais le fait qu’avoir une force combattante capable a été pour les Novorossiens une question de survie depuis le premier jour, alors que pour la junte cela n’a jamais été une priorité simplement parce qu’il n’y a jamais eu de menace militaire pour son pouvoir. Les comptables à la petite semaine me diront que les forces ukrainiennes sont à peu près deux ou trois fois plus nombreuses, ce qui est tout à fait vrai. C’est également non pertinent. Ce qui compte est de savoir si elles peuvent monter des opérations interarmes modernes et que c’est quelque chose dont l’armée ukrainienne ne semble pas capable.

Ce que nous voyons aujourd’hui, ce n’est pas seulement une armée ukrainienne qui semble avoir renoncé à l’idée de reconquérir la Novorossia, c’est aussi une armée qui semble renoncer à l’idée de maintenir l’unité du pays. En ce moment, cela ne touche que le Donbass, mais très bientôt d’autres régions pourraient le suivre, en particulier le sud (Odessa, Nikolaev, Marioupol) qui, en soi, pourrait être riche et prospère et qui n’a aucunement besoin de dirigeants néo-nazis. Il y a même quelques mouvements séparatistes en Ukraine occidentale qui veulent se débarrasser de tout le « poids » pseudo-ukrainien et construire un État ukrainien « pur » au seul endroit où un tel État a de véritables racines historiques : à la frontière avec la Pologne.

Tout cela pose la question de l’avenir de Porochenko et, ici, votre supposition est aussi bonne que la mienne. La seule chose qui l’a maintenu au pouvoir aussi longtemps est le soutien des États-Unis et de l’Union européenne, mais avec les crises (au pluriel) entourant l’administration Trump et l’incertitude politique en Europe, ce n’est qu’ainsi que Porochenko peut utiliser ses mentors occidentaux comme base de son pouvoir. Tôt ou tard, quelqu’un quelque part en Ukraine (je parie pour Odessa) comprendra que la forme locale du pouvoir est beaucoup plus importante pour lui/elle que ce que les politiciens occidentaux ont à dire. De nouveau, la Somalie est l’exemple à garder à l’esprit : pendant un temps, les puissances occidentales ont aussi eu beaucoup d’influence là-bas, mais seulement jusqu’à ce que le pouvoir soit contesté avec succès, ensuite tout le monde a proclamé la victoire et s’est enfui.

Inutile de le dire, les Accords de Minsk sont plus loin que jamais de leur mise en œuvre. Pour les Anglosionistes, c’est suffisant pour justifier de continuer à accuser la Russie de tout cela. Cela continuera jusqu’à ce que l’Ukraine finisse par imploser jusqu’au point où la véritable négociation portera sur « Qui va payer les dégâts ? ». À ce moment-là, la Russie déclarera probablement qu’elle est prioritairement responsable pour le Donbass, laissant le reste des dégâts aux Européens qui, contrairement aux Américains, n’auront d’autre choix que de payer. Mais c’est encore loin dans le futur. En ce moment, la question est de savoir combien de temps peut durer l’agonie du régime nazi ukrainien.

Alexander Zakharchenko a prédit hier que l’État ukrainien s’effondrerait dans ces 60 prochains jours. Peut-être. Mon sentiment personnel est que cela pourrait prendre un peu plus de temps, en particulier si on considère la dynamique d’un si grand pays. Nous ne devrions jamais non plus écarter une éventuelle attaque ukronazie de grande envergure contre la Novorossia, en raison seulement de l’expression d’une haine aveugle et imbécile. Si cela devait arriver, le but des Novorossiens sera de libérer les parties des régions de Lugansk et de Donetsk encore sous occupation nazie. Cela pourrait être difficile – les Ukrainiens ont fortifié leurs défenses pendant de nombreux mois – mais je m’attends à ce qu’ils réussissent finalement. À ce moment-là, l’Occident accusera de nouveau la Russie (quoi de nouveau ?).

Indépendamment de combien de temps durera cette agonie, il n’y a aucun doute dans mon esprit qu’elle a commencé et qu’elle est irréversible. Il est en effet tout à fait remarquable que cela ait pris tant de temps pour arriver à cette dernière phase. Il y a de nombreux mois déjà, nous avions beaucoup de petits indices et de signes que les choses ne se passaient pas bien, mais avec la séparation de-facto du Donbass et son intégration progressive dans l’économie russe, nous assistons à une phase qualitativement nouvelle dans le processus de désintégration de l’Ukraine.

P.-S. : Alexander Zakharchenko a annoncé aujourd’hui un blocus total de l’Ukraine par le Donbass. Le résultat pratique sera que la Novorossia cessera totalement de payer des impôts à l’Ukraine occupée par les nazis.

The Saker

Article en anglais :

Map_of_the_Donbass

Donbass Is Breaking Away from an Agonized Ukraine

Traduit par Diane, vérifié par Julie, relu par Michèle pour le Saker francophone

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Le Donbass se sépare d’une Ukraine à l’agonie

O Pentágono de Pinotti

mars 7th, 2017 by Manlio Dinucci

A ministra (da defesa) Pinotti tem um sonho: um Pentágono italiano, a saber, uma única estrutura para as cúpulas de todas as forças armadas, uma cópia em miniatura da estadunidense. O sonho está a ponto de se tornar realidade.

A nova estrutura, anuncia a ministra numa entrevista ao “Repubblica”, já está na fase conceitual e uma primeira locação está prevista no orçamento  da Lei de estabilidade. Surgirá na zona aeroportuária de Centocelle, em Roma, onde existe espaço para construir outros edifícios e infraetruturas. Em Centocelle, para onde também foi transferida a Direção geral dos armamentos com seu staff de 1.500 pessoas, já se encontra o Comando operativo da cúpula inter-forças, através do qual o chefe do Estado Maior da Defesa comanda todas as operações das forças armadas. Antes de tudo, aquelas que estão no exterior: a Itália está engajada em 30 missões militares em 20 países, do Kossovo ao Iraque e Afeganistão, da Líbia à Somália e ao Mali. Considerando que em cada uma dessas missões participam componentes de todas as forças armadas, explica a ministra, é necessário um comando único inter-forças com sede em Centocelle.

Assim, está registrado oficialmente, antes mesmo que seja discutido no parlamento, o projeto de lei  sobre a implementação do “Livro Branco para a  segurança internacional e a defesa”, apresentado em 10 de fevereiro pelo Conselho de Ministros. Portanto, já está em curso o golpe branco que, no silêncio geral, subverteu as bases constitucionais da República italiana, reconfigurando-a como potência que intervém militarmente em áreas próximas ao Mar Mediterrâneo – no Norte da África, Oriente Médio e nos Bálcãs – em apoio aos seus próprios “interesses vitais” econômicos e estratégicos; e por toda a parte no mundo onde estão em jogo os interesses do Ocidente representados pela Otan sob comando estadunidense.

Com esse efeito, são necessários novos armamentos. Por exemplo, os dois primeiros aviões Gulfstream 550 modificados, que a Itália acaba de receber de Israel ao preço de cerca de um bilhão de dólares: verdadeiros comandos voadores, dotados da eletrônica mais avançada, para missões de ataque de longo alcance.

Ao mesmo tempo, são necessários profissionais da guerra, capazes de utilizar as novas tecnologias e de combater em países distantes nas condições ambientais as mais variadas. “Nós temos necessidade de soldados jovens – explica a ministra Pinotti – a chave está no recrutamento de pessoas de 19 a 20 anos, para lhes oferecer um importante pacote de formação durante sete anos de suas vidas, incluindo o ensino de línguas e uma profissão. Se eles estiverem no mercado aos 26 ou 27 anos, não será difícil encontrar outro emprego inclusive porque nós nos comprometemos a construir novas oportunidades de trabalho por vias legislativas”.

Numa situação de desemprego e precarização, oferece-se aos jovens um meio de ganhar a vida e ter um emprego seguro: a guerra. E aos profissionais da guerra, sob as ordens do Pentágono italiano, também está confiado no projeto de lei a “salvaguarda das instituições livres” com “deveres específicos em caso de necessidade extraordinária e de urgência”, fórmula vaga que se presta a medidas autoritárias e a estratégias subversivas.

Tudo isso tem um custo. A Itália, anuncia Pinotti, mesmo se não estiver em condições de suportar a despesa para a “defesa” de 2% do PIB como lhe exige a Otan, está aumentando-a: ‘Este ano estamos com 1,18% do PIB, o que equivale a cerca de 23 bilhões de euros”. A ministra nos informa assim  que a Itália gasta para a “defesa” em média 63 milhões de euros por dia, aos quais se acrescentam as despesas com as missões militares e os principais armamentos, inscritos nos orçamentos de outros ministérios.

Em Roma, enquanto se faz um furioso debate político sobre o impacto ambiental do novo estádio, ninguém se preocupa com o impacto social do novo Pentágono tricolor.

Manlio Dinucci

Artigo em italiano :

Pinotti défense

Il Pentagono della Pinotti

Fonte : il manifesto

Tradução de José Reinaldo Carvalho, para Resistência

 

Manlio Dinucci é jornalista e geógrafo

  • Posted in Português
  • Commentaires fermés sur O Pentágono de Pinotti

Une autre semaine de la campagne du gouvernement Trump contre les sans-papiers a provoqué une autre série de cas atroces où des résidents américains de longue date ont été arrachés à leurs familles et emprisonnés ou déportés.

La litanie d’horreurs a été presque entièrement ignorée par les médias nationaux et le Parti démocrate, qui se concentrent sur une bataille féroce au sein de l’État sur la politique étrangère. Ce n’est pas la répression brutale du gouvernement contre les travailleurs immigrés qui fait l’objet de critiques de la part de l’establishment politique contre Trump, mais ses liens supposés avec la Russie.

Mardi, Romulo Avelica-Gonzalez a été arrété par l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) après avoir déposé sa fille à l’école à Los Angeles. Deux voitures chargées d’agents de l’ICE ont fait arrêter la voiture que conduisait Avelica, 48 ans, et l’ont arrêté devant sa femme et sa fille de 13 ans. Avelica, père de quatre enfants tous citoyens américains, vit dans le sud de la Californie depuis ses 21 ans et a travaillé de façon constante tout au long de ce temps, 60 ou 70 heures par semaine, dans des restaurants locaux.

Dans un acte flagrant de représailles politiques, Daniela Vargas, 22 ans, a été placée en détention par des agents de l’ICE à Jackson, dans le Mississippi, après avoir quitté une conférence de presse où elle a protesté contre la rétention de son père et de son frère le 15 février. La famille Vargas est venu aux États-Unis depuis l’Argentine en 2001, quand Daniela n’avait que sept ans. En tant qu’enfant, Daniela a été exonérée temporairement de la déportation dans le cadre du programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals – mesure différée pour ceux arrivés lorsqu’ils étaient enfants), mais son exemption a expiré alors qu’elle essayait de trouver les 495 dollars nécessaires pour la prolonger. Son avocat a déclaré qu’elle était dans un centre de rétention de l’ICE en Louisiane et serait traitée suivant son statut de personne ayant dépassé la durée de séjour autorisé par son visa et déportée en Argentine sans audience devant un juge.

Jeudi, Juan Carlos Fomperosa Garcia est allé au bureau de l’ICE à Phoenix, en Arizona, pour se présenter à un rendez-vous pour discuter de sa demande d’asile. Il vit aux États-Unis depuis 20 ans et est le père célibataire de trois enfants citoyens américains. Une heure plus tard, des agents de l’ICE ont déposé un sac avec quelques-uns de ses biens à sa maison, le remettant à sa fille de 23 ans, Yennifer Sanchez. Vendredi matin, Fomperosa Garcia a appelé ses enfants pour leur faire savoir qu’il avait été déporté au Mexique, laissant Sanchez comme seul tuteur légal de son frère de 17 ans et de sa sœur de 14 ans.

Il y a beaucoup d’autres histoires comme celles-ci, dont la plupart ne sont même pas couvertes dans les médias locaux.

Une atmosphère de peur et de terreur saisit les communautés immigrées à travers le pays. La cruauté de ces mesures n’a rien d’un accident ou d’un excès, mais est une caractéristique délibérée et intentionnelle du pogrom anti-immigrés déclenché par les ordonnances du président Trump le 25 janvier. Les agents de la Maison Blanche ont déclaré que le but des ordonnances était de « libérer » les agents du service de l’immigration, c’est-à-dire pour les libérer de toute restriction dans le traitement des milliers de personnes qui ont été raflées ou le seront.

Cette réalité est soulignée par un rapport de Reuters selon lequel le Département de la sécurité intérieure (DHS), qui comprend à la fois l’ICE et le Service de protection des frontières, envisage une proposition visant à séparer systématiquement les femmes et les enfants placés en rétention en traversant illégalement la frontière. Les fonctionnaires du DHS auraient informé les responsables de l’asile de ce plan, dont le but, disaient-ils, était de « décourager les mères de migrer vers les États-Unis avec leurs enfants ».

Cette nouvelle politique permettrait aux agents fédéraux maintenir les mères en rétention indéfiniment, tandis que leurs enfants seraient confiés au ministère de la Santé et des Services sociaux, qui les placerait dans « le cadre le moins restrictif possible » avec un tuteur légal financé par l’État. La question de savoir si et comment les mères seraient réunies avec leurs enfants, pendant ou après l’expulsion, reste en suspend.

Cette décision aurait deux objectifs principaux : diminuer l’effet d’une ordonnance du tribunal rendue en juillet dernier interdisant la détention prolongée d’enfants, ce qui a forcé l’ICE à libérer la plupart des mères d’enfants des centres de rétention ; et intimider les futurs réfugiés d’Amérique centrale, d’où proviennent la plupart des familles. Le mot sera répandu dans ces pays que les mères qui viennent aux États-Unis perdront les enfants qu’elles essaient de protéger.

Si Trump intensifie grandement l’attaque contre les immigrants, il s’appuie sur l’appareil monstrueux de répression développé par les gouvernements Bush et Obama, en particulier celui d’Obama.

La continuité des mauvais traitements infligés aux immigrants est démontrée dans le procès intenté contre un important entrepreneur pénitentiaire pour l’ICI, la société GEO Group, à Aurora, Colorado, dans la banlieue de Denver. La poursuite affirme que des dizaines de milliers de personnes ont été contraintes de travailler pour 1 dollar par jour ou pour rien du tout, en violation des lois fédérales antiesclavagistes. Le travail forcé, y compris le service alimentaire, le nettoyage et l’entretien à l’installation, a permis à GEO de diriger la prison avec seulement un concierge unique, empochant ainsi d’énormes profits. Dans de nombreux cas, allègue la poursuite, les immigrants ont été contraints de faire les tâches « bénévolement » avec la menace d’être placés en isolement s’ils refusaient.

Le gouvernement fédéral a mis en place ce qui équivaut à des camps d’internement massifs. Il consacre plus de temps à l’ICE et à la Border Patrol (Patrouille frontalière) qu’à tous les autres organismes fédéraux répressifs : plus de 19 milliards de dollars par année. Le nombre de personnes détenues par les autorités d’immigration, plus de 400 000 par an, est supérieur au nombre total de détenus incarcérés par le Bureau fédéral des prisons pour tous les crimes fédéraux. Trump propose d’ajouter encore 10 000 agents de l’ICE et 5000 agents de la Patrouille frontalière à ce qui est déjà une petite armée.

Les méthodes d’État policier infligées aux travailleurs immigrés sont une répétition générale du sort que l’administration Trump et l’élite dirigeante américaine, démocrates et républicains, réservent pour la classe ouvrière dans son ensemble. Le traitement atroce des immigrants est une préparation pour le déploiement à venir de la vaste machine de répression de l’État contre les luttes des travailleurs, à la fois natifs et immigrés, dans la défense de leur emploi, leur niveau de vie et les droits démocratiques.

Les travailleurs aux États-Unis doivent s’opposer à l’agression contre les immigrés du gouvernement Trump – qui est aidé et encouragé par le Parti démocrate – et défendre le droit des travailleurs de tous les coins du monde de vivre et de travailler dans le pays de leur choix avec tous les droits attachés à la citoyenneté et sans crainte de rétention, de déportation ou de répression.

Patrick Martin

Article paru en anglais, WSWS, le 6 mars 2017

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Le gouvernement Trump intensifie la campagne de terreur contre les immigrés

México – En suspenso el recurso contra la Ley Atenco

mars 7th, 2017 by Mouris Salloum George

En 2016, el jefe del Ejecutivo federal vetó una ley del paquete correspondiente al Sistema Nacional Anticorrupción, que sus propios compañeros de partido habían votado afirmativamente y la devolvió al Poder Legislativo para sus enmiendas.

Los mismos legisladores que habían aprobado esa ley, repusieron el proceso y el ordenamiento corregido se promulgó y se publicó.

En términos generales, segmentos de la sociedad civil reconocieron ese acto de rectificación.

Hay ocasiones en que los poderes Ejecutivo y Legislativo pretenden investirse en México con el don de la infalibilidad. Incluso, en el Congreso de la Unión, determinadas iniciativas de ley pasan por procedimientos arbitrarios en que se niega el uso de la tribuna a los opositores para que expongan sus reservas o impugnaciones.

En algunos de esos casos, la Suprema Corte de Justicia de la Nación, procesa y sentencia recursos de controversia constitucional o de acción de inconstitucionalidad, enmendando la plana a los hacedores de leyes.

Frente a esas referencias, parece fuera de orden que la ministra de la Corte, Margarita Luna Ramos ofrezca esta perla retórica: “De veras no entiendo cómo (legisladores) pueden aprobar una ley y después la misma mayoría venir a decir que es inconstitucional. De verdad eso deja muy mal parada la función legislativa”.

Si a los miembros de un poder constitucional se les cuestiona por su voluntad rectificadora, ¿qué pueden esperar los ciudadanos del llano que objetan una ley por la que se sienten afectados?

Antes de entrar en materia retomemos un caso: El Congreso de la Unión  incorporó a los mandatos de la Constitución el derecho a la consulta popular “sobre temas de trascendencia nacional”.

El propio Congreso de la Unión aprobó la Reforma Energética. En las elecciones intermedias de 2015, partidos cuyos legisladores aprobaron esa reforma, solicitaron la consulta popular en esa materia y otros dos temas.

Al llegar a la Corte el asunto, los ministros denegaron ese derecho, sobreponiendo el interés del Estado al de los ciudadanos, sin alegar que “la función legislativa quedó mal parada”, como ahora argumenta su falta de entendimiento la ministra Luna Ramos.

Los Derechos Humanos, cuestión fundamental

El tema en cuestión no es de poca monta: Se trata de la Ley de Seguridad Pública promovida por el gobernador del Estado de México, Eruviel Ávila Villegas. En efecto, la legislatura estatal aprobó dicha iniciativa.

La reacción pública, que etiquetó como Ley Atenco esa legislación obligó a los diputados mexiquenses a recurrir a la acción de inconstitucionalidad para revertirla. Ley Atenco, se le tipificó, recordando la brutal represión contra la población en esa comunidad mexiquense en el sexenio del gobernador Enrique Peña Nieto.

Lo que está de por medio en ese debate, de acuerdo con sus objetores, son los Derechos Humanos, potencialmente amenazados por dicho instrumento jurídico.

Tan es grave el asunto que, de once ministros, cuatro votaron por la admisión del recurso mientras que otros cuatro emitieron su voto en contra. Tres votos quedaron pendientes para continuar el análisis el próximo lunes.

El quid de la cuestión son los Derechos Humanos. Es el caso que, precisamente la Corte, en esa materia ha fijado una posición de avanzada al conciliar sus fallos con base en la Constitución mexicana y la convencionalidad a la que el Estado mexicano se ha suscrito.

El suspenso eventualmente se resolverá el lunes al continuar el pleno la sesión de ayer jueves. No son reacciones glandulares las que pueden imponer el Estado de derecho en circunstancias como las que actualmente atraviesa el país.

Mouris Salloum George

Mouris Salloum George: Director del Club de Periodistas de México A.C.

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur México – En suspenso el recurso contra la Ley Atenco

Avant le sommet d’hier soir réunissant à Versailles des responsables allemands, italiens, espagnols, et français, François Hollande a accordé une entrevue au Monde et aux autres journaux du groupe Europa (Süddeutsche ZeitungLa Stampa, The Guardian, La Vanguardia, Gazeta Wyborcza). Le président français leur a exposé les perspectives profondément pessimistes qui prédominent dans les milieux bourgeois européens les plus proches de l’Union européenne (UE) et de Berlin.

Hollande a indiqué sans ambiguïté que l’UE est au bord du gouffre, notamment parce qu’une victoire du Front national (FN) aux élections présidentielles françaises d’avril-mai installerait à Paris un gouvernement néo-fasciste qui ferait exploser l’UE. Toutefois, face à cet aveu d’une banqueroute du régime capitaliste français et européen, il n’a rien trouvé d’autre à proposer que de renforcer le militarisme et les mesures d’Etat-policier en Europe.

Interrogé sur une victoire électorale du FN, Hollande a dit :

« La menace existe. L’extrême-droite n’a jamais été aussi haute depuis plus de trente ans ».

Il a ajouté :

« si d’aventure la candidate du Front national l’emportait, elle engagerait immédiatement un processus de sortie de la zone euro, et même de l’Union européenne. C’est l’objectif de tous les populistes, d’où qu’ils soient : quitter l’Europe, se fermer au monde et imaginer un avenir entouré de barrières de toutes sortes et de frontières défendues par des miradors ».

Hollande s’est posé en défenseur de l’UE et de la démocratie. « Mon ultime devoir, c’est de tout faire pour que la France ne puisse pas être convaincue par un tel projet, ni porter une si lourde responsabilité », a déclaré Hollande, qui a pronostiqué :

« Mais la France ne cédera pas. D’abord, parce qu’elle est la France et qu’elle a conscience que le vote du 23 avril et du 7 mai déterminera non seulement le destin de notre pays mais aussi l’avenir-même de la construction européenne ».

Ces prétensions démocratiques sont des mensonges creux. Le danger d’une victoire du FN en France, comme d’autres nationalistes ailleurs en l’Europe, est le produit de la colère populaire contre la politique réactionnaire menée par l’UE et en particulier par le gouvernement PS dirigé par Hollande en France, en matière d’austérité et de guerre.

L’offensive austéritaire poursuivie sans relâche par l’UE depuis le krach de 2008 a saigné la classe ouvrière à blanc, le plus visiblement en Grèce ; Hollande a imposé plus de 100 milliards d’euros de mesure d’austérité en France. La bourgeoisie a réagi à la montée de la colère sociale en renforçant les pouvoirs de police et en incitant les haines antimusulmanes et anti-immigrés afin de diviser les travailleurs.

Avant tout, le PS a imposé puis renouvelé l’état d’urgence face à des attentats en France et en Belgique en 2015-2016. Il a caché puis minimisé l’importance du fait que ces attentats provenaient de réseaux terroristes islamistes instrumentalisés par la France et d’autres puissances de l’OTAN dans leur guerre contre la Syria. Le PS a ensuite imposé une loi sur le renseignement qui permet une surveillance généralisée de la population, et participé à l’hystérie politico-médiatique contre les musulmans qui évoquait une guerre de religion et insistait sur plus de répression policière.

Le PS a non seulement doté l’Etat d’une infrastructure judiciaire et d’espionnage digne d’un régime autoritaire ; sa ruée à droite a ouvert un boulevard au FN, qui a pu se présenter en parti « normal » et, en exploitant la colère sociale avec un discours populiste, se préparer à prendre le pouvoir.

L’idée que les Français rejeteraient un gouvernement FN par amour de l’UE est une fraude politique. L’UE est impopulaire en France, d’abord : dans un sondage l’année dernière, 23 pour cent des sondés ont dit croire que la participation à l’UE bénéficiait à la France. Ensuite, la politique de l’UE sur la guerre et la persécution des immigrés et des réfugiés est de plus en plus difficile à distinguer de celle du FN.

Les propositions que Hollande a faites pour l’UE post-Brexit consistaient en grande partie en l’application à l’échelle européenne des politiques que préconise le FN pour la France. Il voulait développer l’UE en une grande puissance militaire et un appareil policier, fondée sur une prétendue « communauté d’esprit » européenne.

« Ce que demandent les Européens, c’est que l’UE puisse les protéger davantage », a-t-il dit. « Que la souveraineté européenne sécurise leurs frontières, les prémunisse du risque terroriste, et enfin préserve un mode de vie, une culture, une communauté d’esprit. … Aujourd’hui, l’Europe peut se relancer par la défense. A la fois pour assurer sa propre sécurité, mais aussi pour agir dans le monde, pour chercher des solutions aux conflits qui la menacent ».

La montée du FN, comme le Brexit ou l’élection de Trump, reflète l’effondrement des relations et des structures du capitalisme international dévelopées après la Deuxième Guerre mondiale et surtout après la dissolution de l’URSS par la bureaucratie stalinienne en 1991. Après l’élection de Trump, une des fonctions de l’appareil militaire de l’UE serait de rivaliser avec les Etats-Unis, voire à long terme de les menacer directement, et de mener une politique dure contre Londres post-Brexit.

Hollande a souligné à nouveau sa méfiance envers Trump : « Nous connaissons maintenant ses lignes de conduite : l’isolationnisme, le protectionnisme, la fermeture à l’immigration et la fuite en avant budgétaire. Bref l’inquiétude fait face à l’incertitude et l’euphorie des marchés financiers me parait bien prématurée. Quant à sa méconnaissance de ce qu’est l’UE, elle nous oblige à lui démontrer sa cohésion politique, son poids économique et son autonomie stratégique ».

Interrogé sur ce qu’il dirait si le Royaume-Uni voulait garder les avantages de l’UE, Hollande a répondu sèchement :

« Que ce n’est pas possible et qu’il va donc devenir un pays tiers par rapport à l’UE. Tel est le problème du Royaume-Uni : il avait pensé qu’en quittant l’Europe il allait nouer un partenariat stratégique avec les Etats-Unis. Mais il se trouve que l’Amérique se ferme par rapport au monde. Le Royaume-Uni a fait un mauvais choix, au mauvais moment. Je le regrette ».

Les défenseurs de l’UE abandonnent l’idée, répandue à sa fondation en 1992 quand on insistait toujours que l’UE devait empêcher l’éruption d’une Troisième Guerre mondiale en Europe, que l’UE traiterait ses Etats membres de manière égale. Comme le démontre le format à quatre du sommet de Versailles, qui n’a pas publié de déclaration officielle afin de minimiser l’oppositions d’autres Etats membres, Berlin et Paris veulent surmonter la montée des tensions en Europe en isolant les petits pays et en développant une UE « à plusieurs vitesses ».

« Soyons francs : certains Etats membres ne rejoindront jamais la zone euro. Prenons en acte. Et ne les attendons pas pour approfondir l’union économique et monétaire », a déclaré Hollande. « Car à vouloir toujours faire tout à vingt-sept, le risque est de ne rien faire du tout ».

Sur la Russie, finalement, tout en étant assez hostile, Hollande a indiqué de nettes différences avec les fractions du gouvernement américain qui ont adopté une ligne agressiste contre Moscou sous Obama, au point de risquer des affrontements militaires avec la Russie et Syrie et en Ukraine.

La Russie, a dit Hollande, « s’affirme comme une puissance. Elle teste nos résistances et mesure à chaque instant les rapports de force. En même temps, la Russie utilise tous les moyens pour influencer les opinions publiques … Avec une stratégie d’influence, de réseaux, avec des thèses très conservatrices sur le plan des mœurs. C’est aussi la prétention de défendre la chrétienté par rapport à l’Islam. N’exagérons rien mais soyons vigilants ».

Il a ajouté, « On me dit souvent ‘Pourquoi ne dialoguez-vous pas plus souvent avec le président Poutine ?’ Mais je n’ai jamais cessé de dialoguer avec lui ! Avec la chancelière aussi, d’ailleurs. Et c’est bien ».

Dans ce contexte de désintégration et de poussée vers la guerre du capitalisme mondial, les défenseurs de l’UE et aussi l’administration Trump et ses soutiens européens, dont le FN, confrontent les travailleurs en ennemis. La seule voie pour aller de l’avant est la mobilisation et l’unification des travailleurs à travers le monde en lutte contre l’austérité, la guerre, et les mesures d’Etat policier.

Alex Lantier

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Pointant le danger d’une victoire FN, Hollande avance un militarisme européen

Israël aime les guerres

mars 7th, 2017 by Gideon Levy

Il n’y a pas d’autre façon de lire le rapport de la Cour des comptes de l’État sur la guerre de Gaza en 2014 et il n’y a pas de conclusion plus importante à en tirer.

Israël aime les guerres. Il en a besoin. Il ne fait rien pour les empêcher et, parfois, il les provoque. Il n’y a pas d’autre façon de lire le rapport de la Cour des comptes de l’État sur la guerre de Gaza en 2014 et il n’y a pas de conclusion plus importante à en tirer.

Tout le reste – les tunnels, le Conseil national de la sécurité, le cabinet et les services de renseignement –, ce sont des foutaises, rien de plus que des efforts pour nous distraire du principal. Le principal, c’est qu’Israël veut la guerre. Il a rejeté toutes les alternatives, sans même en discuter, sans leur manifester le moindre intérêt, afin de satisfaire sa volonté.

Israël voulait également des guerres, dans le passé. Depuis la guerre de 1948, toutes ses guerres auraient pu être évitées. Elles étaient manifestement des guerres voulues, bien que la plupart n’aient eu aucune utilité et que certaines d’entre elles aient même causé des dégâts irréparables. Tout simplement, Israël les a déclenchées. Parfois, des guerres lui ont été imposées mais, même dans ce cas, elles auraient pu être évitées, comme celle de 1973. Certaines de ces guerres ont mis un terme à la carrière de ceux qui les avaient déclenchées et, pourtant, coup après coup, Israël choisit invariablement la guerre en tant que première option de prédilection. On doute qu’il soit possible de dénicher une explication rationnelle du phénomène, mais le fait est que, chaque fois qu’Israël s’en va en guerre, il reçoit le soutien large, automatique et aveugle de l’opinion publique et des médias. Il n’y a donc pas que le gouvernement et l’armée, qui aiment la guerre. Tout Israël aime la guerre.

La chose est prouvée par le fait que les commissions d’enquête publient des rapports quasi identiques après chaque guerre – le rapport sur la guerre de Gaza est presque un plagiat du rapport de la Commission de Winograd après la deuxième guerre duLiban, en 2006. (« La guerre a été déclenchée à la hâte et de façon irresponsable. ») Une fois qu’on a tout appris et tout oublié, il est clair que quelque chose de fort pousse Israël vers la guerre.

C’est presque de cette façon aussi que cela s’est passé durant l’été de l’opération « Bordure protectrice », alors qu’il n’y avait absolument aucune raison de déclencher cette guerre. Et c’est de cette façon que cela se passera lors de la prochaine guerre qui guette à l’horizon. Quel dommage que l’« alerte rouge » de mardi, dans le sud, ait été une fausse alerte. C’était presque l’occasion de frapper un coup disproportionné sur Gaza, de la façon qu’apprécient tellement le ministre de la Défense Avigdor Liemerman et Israël ; c’était le genre d’incident idéal pour attirer Israël dans une nouvelle guerre.

Son scénario est déjà affiché, ses partisans enthousiastes ne loupent aucune occasion d’y inciter et son histoire est semblable à celle des guerres couvertes par les rapports de la Cour des comptes de l’État. La prochaine guerre fera elle aussi l’objet d’un rapport. Vous et moi et la prochaine guerre, et le prochain rapport.

Il est raisonnable de présumer que la prochaine guerre va éclater à Gaza. Sa justification est déjà toute prête. L’horreur à propos des tunnels, qui a été gonflée dans les proportions grotesques d’une guerre nucléaire mondiale, a été créée dans ce but. Des engins primitifs de combat suffisent pour créer une parfaite justification de la guerre. Et, comme lors de la précédente opération, « Bordure protectrice », personne ne prend le temps de poser la question : Quid de Gaza qui, dans trois ans d’ici, ne sera même plus habitable pour des humains ? Quelle est la réponse que nous attendons de sa part au vu du danger existentiel que courent ses habitants ? Pourquoi se presser ? On a le temps. En attendant, on peut détruire Gaza d’un moment à l’autre.

Gaza gâte Israël avec des guerres de luxe. Israël n’aime rien plus qu’une guerre contre une armée inexistante, contre des gens qui n’ont pas la moindre couverture de zone, pas de blindés, par d’artillerie, rien qu’une armée de gens sans chaussures et de tunnels, ce qui permet à Israël de se lancer dans des histoires grandioses d’héroïsme et de deuil. Des bombardements israéliens contre des gens désarmés, ce que, pour l’une ou l’autre raison, on appelle la guerre, avec un minimum de pertes pour Israëlet un maximum pour les Palestiniens – c’est ainsi que nous aimons nos guerres.

La Cour des comptes de l’État a constaté que le cabinet ne discutait pas d’alternatives à la guerre. Il aurait dû y avoir un cri retentissant d’un bout à l’autre du pays, mais il a été englouti dans l’absurdité de l’histoire des tunnels. Tout enfant de Gaza sait qu’une telle alternative existe, que, si Gaza s’ouvre au monde, ce sera différent. Toutefois, pour cela, de courageux dirigeants israéliens sont nécessaires, mais il n’y en a pas. Des masses entières d’Israéliens sont nécessaires pour dire un « non » sans équivoque aux guerres – mais il n’y en a pas non plus. Pourquoi ? Parce qu’Israëlaime les guerres.

 

Article original : Israel loves wars, Haaretz, 2 mars 2017

Traduction : Jean-Marie Flémal, Pour la Palestine

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Israël aime les guerres

MEXIQUE – Déclaration du Ve Congrès national indien

mars 7th, 2017 by Congreso Nacional Indígena

Luis Hernández Navarro commençait un article publié dans La Jornada (18 octobre 2016) et dont la traduction française (« MEXIQUE – Les zapatistes, le Congrès national indien et les élections ») a été publiée par AlterInfos – DIAL (9 novembre 2016), en écrivant :

L’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) et le Congrès national indien (CNI) ont décidé de consulter les peuples et les communautés, concernant la candidature d’une femme indienne à la Présidence de la République pour les élections de 2018. La décision a suscité une énorme polémique. Les uns voient dans cette décision un virage à 180 degrés dans leur ligne d’action. D’autres, leur entrée en politique. Un certain nombre encore, une manœuvre pour la formation d’une coalition anti-Andrés Manuel López Obrador.

Ces trois opinions, en plus d’être erronées, sont discriminatoires. Elles sont basées sur la désinformation et sur un schéma d’analyse qui a pour point de départ : qui n’est pas avec moi est contre moi. Ces points de vue révèlent une méconnaissance de l’histoire et de la trajectoire politique, aussi bien de l’EZLN que des organisations indiennes qui font partie du CNI.

Pour éclairer les prises de position actuelles de l’EZLN et du CNI, rien ne vaut la parole des intéressés. Nous publions donc ici la Déclaration du Ve Congrès national indien diffusée le 1er janvier 2017.


Aux peuples originaires du Mexique
À la société civile du Mexique et du monde
À la Sexta nationale et internationale
Aux médias de communication libres

Frères, sœurs

Voici venu le moment des peuples, celui de nous semer et de nous reconstruire. Voici venu le moment de passer à l’offensive et c’est l’accord qui se dessine dans nos yeux, dans les individus, les communautés, les peuples, dans le Congrès national indien (CNI) ; voici venu le temps que la dignité gouverne ce pays et ce monde et qu’à son passage fleurissent la démocratie, la liberté et la justice.

Nous annonçons que lors de la deuxième étape du Ve CNI, nous avons minutieusement évalué les résultats de la consultation des peuples que nous formons le Congrès national indien, et qui a eu lieu durant les mois d’octobre, novembre et décembre 2016, durant lesquels de toutes les manières, formes et langues qui nous représentent dans la géographie de ce pays, nous avons émis des accords d’assemblées communales, d’ejidos, de collectifs, d’assemblées municipales, intermunicipales et régionales, qui une fois de plus nous amènent à comprendre et assumer avec dignité et révolte la situation que traverse notre pays, notre monde.

Nous saluons les messages de soutien, d’espoir et de solidarité qu’ont fait parvenir intellectuels, collectifs et peuples qui se font l’écho de l’espoir face à notre proposition, que nous avons nommée « Que tremble la terre en ses centres » et que nous avons rendue publique lors de la première étape du Ve CNI. Nous saluons également les voix critiques, nombre d’entre elles avec des arguments fondamentalement racistes, qui reflètent une indignation rageuse et le mépris à la pensée qu’une femme indienne prétende non seulement concourir à l’élection présidentielle, mais proposer de changer réellement, depuis en bas, ce pays endolori.

À eux tous, nous disons qu’en effet la terre a tremblé et nous avec elle, et que nous prétendons secouer la conscience de la nation, qu’en effet nous prétendons que l’indignation, la résistance et la rébellion figurent sur les bulletins électoraux de 2018, mais qu’il n’est pas pour rien au monde dans notre intention d’entrer en compétition avec les partis et toute la classe politique qui nous doit encore beaucoup ; chaque mort, chaque disparu, chaque prisonnier, chaque expulsion, chaque répression et chaque mépris. Ne vous méprenez pas sur nous, nous ne prétendons pas rivaliser avec eux parce que nous ne sommes pas les mêmes, nous ne sommes pas leurs discours mensongers et pervers. Nous sommes la parole collective d’en bas et à gauche, celle qui secoue le monde lorsque la terre tremble avec des épicentres d’autonomie, et qui nous rend si orgueilleusement différents que :

1. Alors que le pays est submergé dans la peur et la terreur qui naissent des milliers de morts et de disparus, dans les municipalités de la montagne et de la côte du Guerrero, nos peuples ont créé les conditions d’une sécurité et d’une justice véritable ; à Santa María Ostula, dans le Michoacán, le peuple nahua s’est uni à d’autres communautés indiennes pour maintenir la sécurité entre les mains des peuples, où l’épicentre de la résistance est l’assemblée communale d’Ostula, garante de l’éthique d’un mouvement qui s’est étendu aux municipalités d’Aquila, Coahuayana, Chinicuila et Coalcomán. Sur le plateau purépecha la communauté de Cherán a démontré que par l’organisation, en sortant les politiciens de leurs structures du mauvais gouvernement et en exerçant ses propres formes de sécurité et de gouvernement, on peut non seulement construire la justice, mais aussi que, comme dans d’autres géographies du pays, seulement à partir d’en bas, et depuis la rébellion se reconstruisent de nouveaux pactes sociaux, autonomes et justes. Et nous ne cessons et ne cesserons pas de construire à partir d’en bas la vérité et la justice niée aux 43 étudiants de l’École normale d’Ayotzinapa, au Guerrero, disparus, aux 3 compagnons étudiants qui ont été assassinés et aux compagnons blessés, tous par le narco-gouvernement mexicain et ses forces répressives. Pendant ce temps, les mauvais gouvernements criminalisent la lutte sociale, la résistance et la rébellion, en persécutant, harcelant, faisant disparaître, emprisonnant et assassinant des hommes et des femmes accomplies qui luttent pour des causes justes.

2. Alors que la destruction gagne tous les coins du pays, sans connaître de limites, éloignant l’appartenance à la terre et au sacré, le peuple Wixárika, avec les comités de défense de la vie et de l’eau de l’altiplano de San Luis Potosi ont démontré qu’il est possible de défendre un territoire, son environnement et équilibres, en se basant sur la reconnaissance que nous ne formons qu’un avec la nature, avec une vision sacrée qui renouvelle chaque jour les liens ancestraux avec la vie, la terre, le soleil et les ancêtres, incluant 7 municipalités sur le territoire sacré cérémonial de Wirikuta dans l’État de San Luis Potosi.

3. Alors que les mauvais gouvernements déforment les politiques de l’État en matière d’éducation en la mettant au service des entreprises capitalistes afin qu’elle cesse d’être un droit, les peuples autochtones créent des écoles primaires, des collèges, des lycées et des universités avec leurs propres systèmes éducatifs, fondés sur la protection de notre terre mère, la défense du territoire, sur la production, les sciences, les arts, sur nos langues et bien que la majorité de ces processus se développe sans soutien d’aucun niveau du mauvais gouvernement, ils sont au service de toutes et tous.

4. Alors que les médias de communication à gages, porte-voix de ceux qui prostituent chacun des mots qu’ils diffusent et qui trompent les peuples des campagnes et des villes en les endormant, font passer pour des délinquants ceux qui pensent et défendent ce qui leur appartient, qu’ils présentent toujours présentés comme des méchants, des vandales, des inadaptés ; alors que ceux qui vivent de l’ignorance et la petitesse sont présentés comme socialement bons, et ceux qui oppriment, répriment, exploitent et spolient sont toujours les bons, ceux qui méritent d’être respectés et de gouverner pour se servir ; pendant ce temps, les peuples ont créé leurs propres médias de communication inventant des formes diverses pour que la conscience ne soit pas obscurcie par les mensonges que les capitalistes imposent, qu’ils utilisent en plus pour renforcer l’organisation d’en bas, d’où naît chaque parole vraie.

5. Alors que la « démocratie » représentative des partis politiques est devenue une façon de moquer la volonté populaire, où les votes s’achètent et se vendent comme une marchandise de plus et se manipulent par la pauvreté dans laquelle les capitalistes maintiennent les sociétés des campagnes et des villes, les peuples autochtones continuent à prendre soin et à renforcer des formes de consensus et des assemblées comme organes de gouvernement où la voix de toutes et tous deviennent des accords profondément démocratiques, incluant des régions entières par le biais d’assemblées discutant les accords d’autres assemblées qui elles-mêmes surgissent à leur tour de la volonté profonde de chaque famille.

6. Alors que les gouvernements imposent leurs décisions au bénéfice d’un petit nombre, supplantant la volonté collective des peuples, criminalisant et réprimant ceux qui s’opposent à leurs projets de mort qu’ils imposent sur le sang de nos peuples, comme pour le Nouvel Aéroport de la Ville de Mexico, feignant de consulter pendant qu’ils imposent la mort, nous, peuples autochtones pratiquons en permanence la consultation préalable, libre et informée à des échelles petites ou grandes.

7. Alors qu’avec leurs privatisations les mauvais gouvernements remettent la souveraineté énergétique du pays aux mains d’intérêts étrangers et que le coût élevé de l’essence révèle le mensonge capitaliste qui n’ouvre la voie qu’aux inégalités et à la réponse rebelle des peuples indiens et non-indiens du Mexique, que les puissants ne pourront ni occulter ni faire taire ; nous, les peuples, faisons front et luttons pour stopper la destruction de nos territoires par le fracking, les parcs éoliens, les mines, les puits de pétrole, les gazoducs et les oléoducs dans des États comme ceux de Veracruz, Sonora et Sinaloa, de Basse Californie, Morelos, Oaxaca, et du Yucatán, ainsi que tout le territoire national.

8. Alors que les mauvais gouvernements imposent une alimentation toxique et transgénique à tous les consommateurs des campagnes et des villes, les peuples mayas maintiennent une lutte infatigable afin d’arrêter la culture d’OGM dans la péninsule du Yucatán et dans tout le pays afin de conserver la richesse génétique ancestrale, qui représente en outre notre vie et organisation collective, et qui est la base de notre spiritualité.

9. Alors que la classe politique ne fait que détruire et promettre, nous, les peuples, construisons non pour gouverner mais pour exister dans l’autonomie et la libre détermination.

Nos résistances et rébellions constituent le pouvoir d’en bas, elles n’offrent ni promesses ni bonnes idées, mais des processus réels de transformation radicale où toutes et tous participent et qui sont tangibles dans les diverses et gigantesques géographies indiennes de cette nation. C’est pourquoi en tant que Congrès national indien, 43 peuples de ce pays réunis en ce Ve Congrès, nous nous sommes DÉCIDÉS ENSEMBLE de nommer un Conseil indien de gouvernement avec pour représentants des femmes et des hommes de chacun des peuples, tribus et nations qui le composent. Et que ce conseil se propose de gouverner ce pays. Et qu’il aura comme voix une femme indienne du CNI, c’est-à-dire qui ait du sang indien et qui connaisse sa culture. Ou encore qu’il aura comme porte-parole une femme indienne du CNI qui sera candidate indépendante à la présidence du Mexique lors des élections de l’année 2018.

C’est pour cela que le CNI, comme Maison de tous les peuples, nous sommes les principes qui configure l’étique de notre lutte et dans laquelle ont une place tous les peuples autochtones de ce pays, ces principes qu’habite le Conseil indien de gouvernement sont :

Obéir et non commander
Représenter et non supplanter
Servir et non se servir
Convaincre et non vaincre
Descendre et non monter
Proposer et non imposer
Construire et non détruire

C’est ce que nous avons inventé et réinventé non par goût, mais comme l’unique manière que nous avons de continuer à exister, c’est-à-dire que ces nouveaux chemins tirés de la mémoire collective de nos propres formes d’organisation sont le produit de la résistance et de la révolte, du faire front chaque jour à la guerre qui n’a jamais cessé et qui n’a jamais pu en finir avec nous. Ces formes nous ont permis, non seulement de tracer la voie pour la reconstitution intégrale des peuples, mais aussi de construire de nouvelles formes civilisatrices, des espoirs collectifs qui deviennent communautaires, municipaux, régionaux, étatiques et qui apportent des réponses précises aux problèmes réels du pays, loin de la classe politique et de sa corruption.

De ce Ve Congrès national indien nous appelons les peuples autochtones de ce pays, les collectifs de la Sexta, les travailleurs et travailleuses, fronts et comités de lutte des campagnes et des villes, la communauté étudiante, intellectuelle, artistique et scientifique, la société civile non organisée et toutes les personnes de cœur à serrer les rangs et à passer à l’offensive, à démonter le pouvoir d’en haut et à nous reconstituer non seulement comme peuples, mais aussi comme pays, d’en bas et à gauche, à nous unir en une seule organisation où la dignité sera notre dernier mot et notre première action. Nous vous appelons à nous organiser et à arrêter cette guerre, à ne pas avoir peur de nous construire et de nous semer sur les ruines laissées par le capitalisme.

C’est ce que nous demande l’humanité et notre mère qui est la terre, nous comprenons là que le temps de la dignité rebelle est venu et nous le concrétiserons en convoquant une assemblée constitutive du Conseil indien de gouvernement pour le Mexique durant le mois de mai 2017. À partir de ce moment-là, nous établirons des ponts en direction des camarades de la société civile, des médias de communication et des peuples autochtones pour faire trembler la terre en ses centres, vaincre la peur et récupérer ce qui revient à l’humanité, à la terre et aux peuples, par la récupération des territoires envahis ou détruits, la présentation des disparus du pays, la liberté de tous les prisonniers et les prisonnières politiques, par la vérité et la justice pour les assassinés, par la dignité des campagnes et des villes. C’est-à-dire, n’en doutez pas, nous mettrons toutes nos forces dans la lutte, car nous savons que nous avons peut-être ici la dernière occasion, en tant que peuples autochtones et en tant que société mexicaine, de changer pacifiquement et radicalement nos propres formes de gouvernement, en faisant de la dignité l’épicentre d’un monde nouveau.

Depuis Oventik, territoire zapatiste, Chiapas, Mexique
Plus jamais un Mexique sans nous
Congrès national indien
Armée zapatiste de libération nationale


  • Dial – Diffusion de l’information sur l’Amérique latine – D 3400.
  • Traduction française publiée sur le site Enlace zapatista le 10 janvier 2017. Traduction revue et modifiée par DIAL.
  • Source (espagnol) : Enlace zapatista, 1er janvier 2017.
  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur MEXIQUE – Déclaration du Ve Congrès national indien

Dans Le Devoir du 3 mars, nous apprenons que « Justin Trudeau sera le conférencier vedette d’un événement qui réunira, au Texas, les principales multinationales des énergies fossiles, dont celles actives dans l’exploitation des sables bitumineux » et que « M. Trudeau  prononcera le discours principal de la conférence CERAWeek, qui se tient du 6 au 10 mars à Houston, au Texas ».[1] Dans ma naïveté, je croyais que M. Trudeau s’était auto-proclamé un leader dans la lutte aux changements climatiques lors de la Conférence de Paris! Quelle déception de voir ses rêves de jeunesse s’évanouir devant la dure réalité!

De façon cynique, on pourrait dire qu’après les belles promesses du leader libéral, puis la belle répartie du « parce que nous sommes en 2015 », le Canada reprend la politique du business as usual. Et pour la transparence, nous aurions droit à l’évolution normale de la politique canadienne puisqu’une conférence avec M. Trudeau ne coûte plus seulement 1 500 $ à chaque participant comme en 2016.[2] Lorsque que M. Trudeau va à « Trumpland », les participants qui souhaitent assister à l’événement durant toute la semaine doivent débourser l’équivalent de 10 300 $ canadiens. Le beau Justin qui a fait de beaux discours au sujet de la transition énergétique et de la réduction des émissions de carbone recevra des dirigeants de l’industrie des hydrocarbures « le prix du leadership mondial en matière d’énergie et d’environnementpour souligner son engagement envers la durabilité énergétique et environnementale ».

Parler de « durabilité énergétique et environnementale » devant les promoteurs des énergies fossiles non renouvelables lesquels, pour la plupart, sont d’ardents climatonégationnistes, faut le faire! Pourtant, le commissaire de l’Union européenne chargé de l’action pour le climat et de l’énergie, M. Miguel Arias Cañete, déclare : « Le Canada et l’UE sont engagés à mettre en vigueur Paris…Désormais, nous avons une tâche commune — nous devons implanter la convention-cadre de Paris. »[3] Diantre! Est-ce que les dirigeants de l’industrie pétrolière lui décerneraient un prix parce qu’il condamne leur industrie au nom de l’environnement?

Cette conférence de M. Trudeau à Houston le mettrait-elle en contradiction avec tous les objectifs de réduction des GES? Comme le dit un rapport que je traduis, il n’y a aucun scénario où une augmentation de la production des sables bitumineux permette d’atteindre les objectifs de Paris. Malgré une action diplomatique positive à Paris, l’approbation d’un pipeline rend ces objectifs impossibles.[4]

M. Trudeau n’a pas approuvé un pipeline, mais trois! Il a approuvé la réfection de la ligne 3 d’Enbridge, celle de TransMountain de Kinder-Morgan sans oublier le gazoduc Pacific NorthWest LNG. Et voilà qu’il se réjouit de l’approbation de Keystone XL! Il est même tout heureux que l’acier pour les tuyaux ne soit pas soumis aux visées protectionnistes de M. Trump; cela s’appelle branler la queue comme un gentil petit chien devant ses patrons qui ont payé une fortune pour venir le voir faire le pitre durant la grand-messe de l’industrie pétrolière![5]

Avec cette conférence, M. Trudeau semble avoir choisi définitivement son camp; ce n’est plus simplement tenter de réconcilier les intérêts disparates des diverses régions du Canada; ce que j’ai appelé jouer avec la patate chaude. Il choisit de poursuivre la politique de M. Harper tout en y mettant un visage plus photogénique. Toutes les belles paroles en faveur de la lutte aux changements climatiques sont les leurres d’un grand parleur qui n’est qu’un petit (très petit) faiseur.

Les actions concrètes de M. Trudeau en faveur de l’industrie pétrolière peuvent se résumer dans ce vers du dramaturge Jean Racine :

« Je perds trop de moments en des discours frivoles :

Il faut des actions, et non pas des paroles. »[6]

Gérard Montpetit

Le 6 mars 2017

Membre du CCCPEM (Comité des citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain)

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Le Canada et l’industrie pétrolière – Monsieur Trudeau, quand dites-vous la vérité?

Al pueblo de Cuba:

La Revolución cubana representa un hito fundamental en la historia de la Humanidad, pues cuestiona la legitimidad del capitalismo mundial. En las principales regiones del mundo, la Revolución cubana ha sido fuente de inspiración en la lucha implacable contra la dominación neo-colonial y el imperialismo estadounidense.

Hoy el mundo se encuentra en una encrucijada crítica. En este momento de nuestra historia, la mayoría de los movimientos progresistas « auténticamente » comprometidos con el socialismo han sido destruidos y derrotados por Estados Unidos y la Organización del Tratado de Atlántico Norte (OTAN) a través de guerras, intervenciones militares, campañas de desestabilización, cambios de régimen, golpes de Estado, « golpes « blandos ».

Los movimientos progresistas así como « la Izquierda » en Europa Occidental y Estados Unidos, en gran medida han sido cooptados, financiados regularmente por fundaciones empresariales de élite.

El proyecto socialista en Cuba, sin embargo, prevalece a pesar del bloqueo económico impuesto por Estados Unidos, las operaciones de espionaje de la Agencia Central de Inteligencia (CIA, por sus siglas en inglés) y las triquiñuelas políticas.

Mientras el legado de Fidel Castro viva, no nos hagamos ilusiones, la intención de Washington no se restringirá solamente a la destrucción de la Revolución cubana, sino también buscará borrar la historia del socialismo.

Diseño diabólico elaborado en Washington

Actualmente hay indicios de que los políticos de Washington contemplan un « cambio de régimen » en Cuba. La administración Trump ha sido contundente en este sentido. Las repercusiones se harán sentir en toda América Latina.

Durante la campaña electoral, Trump « se comprometió a revertir la orden ejecutiva del presidente Obama presentada como « La normalización Estados Unidos-Cuba » (una misiva conformada por 12 páginas oficialmente conocida como « PPD-43 »). (The Nation, Octubre 2017). Sin declaración alguna sobre el tema tras su inauguración presidencial, Trump aún no lleva a cabo la medida.

Es importante destacar la decisión de Trump de colocar a la doctora Judy Shelton al frente de la Fundación Nacional para la Democracia (NED, por sus siglas en inglés), un ‘think-tank’ financiado y encaminado a incentivar cambios de régimen. Como ex vicepresidente de la NED, Shelton estuvo « directamente involucrada en legitimar el otorgamiento de préstamos respaldados por Estados Unidos para la subversión en Cuba como parte de un plan que durante décadas ha buscado derrocar al gobierno de La Habana y ampliar la hegemonía estadounidense en la región caribeña ».

En cuanto a « La normalización Estados Unidos-Cuba » pensada por la administración de Trump, no cabe duda de que se trata de un intento de restauración del capitalismo a través de actos de sedición, infiltración, etc., combinados a su vez con la imposición de reformas económicas de tipo neoliberal, incluyendo una « poderosa medicina económica » que sería administrada por el Fondo Monetario Internacional (FMI). El aspecto crucial es cómo es que Cuba y el pueblo cubano, en el contexto actual, van a responder a estas amenazas.

¿Cómo planea Washington llevar a cabo este plan? Fundamentalmente a través de:

1) Medidas que contribuyan a desestabilizar la economía cubana y su sistema monetario.

2) Procedimientos que conduzcan a una eventual incrustación de la economía cubana en el entramado del FMI, el Banco Mundial y la Organización Mundial de Comercio (OMC), incluida una serie de condicionamientos políticos que desmantelen los programas sociales en Cuba, el racionamiento de los bienes de consumo esenciales, etc.

3) Para alcanzar sus objetivos, Washington y sus aliados europeos han concebido durante años diversos mecanismos encubiertos de infiltración y cooptación con el fin de influir en los responsables políticos en el gobierno, los directivos de las empresas del sector público, así como en los intelectuales. En este sentido, Washington depende también de sus socios europeos que mantienen relaciones bilaterales con Cuba.

 

Fidel Castro Ruz y Michel Chossudovsky, Octubre de 2010

Este artículo se va a concentrar, fundamentalmente, en las actividades del ala derecha europea a través de fundaciones implicadas en el financiamiento de grupos de expertos y centros de investigación de origen cubano.

El objetivo es la cooptación de investigadores, académicos e intelectuales. El plan consiste en construir una « nueva normalidad » que abonará el camino para la incrustación del socialismo cubano en la lógica del capitalismo mundial. Mientras se mantiene la narrativa socialista, este proceso pretende en último término socavar la Revolución cubana, abriendo la puerta a la desregulación económica, la inversión extranjera y la privatización. El « visto bueno » de esta « nueva normalidad » entre los intelectuales cubanos es crucial para alcanzar el objetivo de la restauración capitalista.

Antecedentes: El intervencionismo de Estados Unidos

En los últimos años, las modalidades de intervencionismo de Estados Unidos han cambiado radicalmente: El impulso de la política exterior de Estados Unidos consiste en buena medida en la desestabilización de países soberanos a través de un proceso de « cambio de régimen » (también conocido como “revolución de color”). Este último consiste en la desestabilización de la economía local, la manipulación de las elecciones nacionales, la cooptación de intelectuales de izquierda, el soborno de líderes políticos, el financiamiento de los partidos de la oposición, violencia y apuntalamiento de los movimientos de protesta.

En América Latina, las dictaduras militares pro-estadounidenses han sido sustituidas por « democracias » pro-estadounidenses. A su vez, las reformas económicas neoliberales, bajo la dirección del Banco Mundial y el FMI, han servido para empobrecer a la población, produciendo así condiciones que favorecen la protesta, así como las luchas sociales y políticas.

Además del fraude en las elecciones en América Latina y el apuntalamiento de los movimientos de protesta, la cooptación de intelectuales de izquierda es financiada tanto por Estados Unidos, fundaciones europeas y Organizaciones No Gubernamentales (ONG), con fuertes vínculos con los aparatos de inteligencia estadounidense.

La Fundación Nacional para la Democracia (NED) creada en 1983 junto con otras fundaciones con sede en Estados Unidos ha tomado la batuta. Oficialmente, el mandato de la NED consiste en promover la democracia y los derechos humanos en los países en desarrollo.

Pero en realidad, la NED es un brazo no oficial de la CIA. Según el ex presidente de la NED, Carl Gershman:

« Sería terrible para los grupos democráticos de todo el mundo ser vistos como entes subvencionados por la CIA… no hemos tenido la capacidad de hacer esto, y es por eso que se ha creado la Fundación ».

En palabras del primer presidente de la NED, Alan Weinstein: « Mucho de lo que hacemos hoy ya se hacía hace 25 años por la CIA pero de forma encubierta » (The Washington Post, 22 de septiembre de 1991).

El Proyecto NED en Cuba: Intromisión a través de la « puerta trasera »

Mientras que la NED está prohibida en Cuba, no obstante realiza operaciones de financiamiento de modo indirecto -a través de fundaciones y diversas ONG ubicadas en Florida- en un gran número de los denominados « proyectos de la democracia ». Muchos de estos socios (localizados en Estados Unidos), que incluyen la Dirección Democrática Cubana (Directorio), el Instituto Cubano por la Libertad de Expresión y Prensa, y el Observatorio Cubano de Derechos Humanos, tienen vínculos con los servicios de inteligencia estadounidense. Históricamente, la NED ha funcionado a través de socios de la Unión Europea con vínculos bilaterales formales con Cuba.

En relación a Alemania, la Fundación Friedrich Ebert (vinculada al Partido Socialdemócrata), el Hans Böll Stiftung (Partido Verde) y la Hanns Seidel Stiftung (vinculada al ala derecha del Partido Demócrata Cristiano de Baviera (CSU)) mantienen acuerdos con Cuba.

Agente de Estados Unidos: La Fundación Hanns Seidel es un instrumento del ala derecha del partido CSU de Baviera

Este ensayo se centrará principalmente en el papel de la Fundación Hanns Seidel, haciendo referencia específicamente al papel que ha desempeñado en Cuba y Venezuela.

La Hanns Seidel Stiftung (HSS), a través de la derecha Baviera CSU, tiene una relación directa con el gobierno de Angela Merkel que, en muchos aspectos, es considerada un agente al servicio de Estados Unidos Históricamente, las actividades de la HSS han abarcado el apoyo a las políticas intervencionistas puestas en marcha por el ala derecha europea.

Muchas de las actividades de la HSS en los países en desarrollo así como en Europa del Este, se efectúan en colaboración con fundaciones estadounidenses, incluyendo la NED y la Fundación Open Society. La HSS también tiene vínculos con una gran variedad de grupos de pensamiento, incluyendo Chatham House (Instituto Real de Asuntos Internacionales) y el American Enterprise Institute. Es organizadora de conferencias, así como de programas de capacitación en colaboración con la OTAN, la Unión Europea y el gobierno alemán.

La Hanns Seidel Stiftung (HSS) ha intervenido en muchos países, de forma regular lo hace en colaboración con la NED y el Departamento de Estado de Estados Unidos. A principios de la década de 1990 participó en la llamada « revolución naranja » en Ucrania, provocando pobreza masiva y desestabilización de la economía ucraniana.

Más recientemente, la Hanns Seidel (HSS) ha construido fuertes vínculos con el régimen actual de Kiev, en gran parte con el fin de hacer frente a Moscú y llevar adelante la desestabilización de Donbass.

La HSS a través de su oficina de Washington realiza consultas de forma recurrente con el gobierno de Estados Unidos, el Congreso, grupos de expertos, incluidas las principales fundaciones asociadas.

La HSS actúa también en colaboración con fundaciones con sede en Estados Unidos, incluyendo la NED, la Fundación Ford y la Fundación Open Society.

HSS sigue manteniendo estrechos vínculos con el régimen de Kiev el cual, hay que decirlo, está integrado por dos bloques neonazis. La CSU y el HSS tienen vínculos informales con el servicio de inteligencia alemán, la Bundes Nachrichtendienst (BND).

Una de las principales actividades de la Fundación Hanns Seidel ha sido la cooptación de intelectuales de izquierda y académicos. Esto se ha llevado a cabo a través del financiamiento de grupos de pensamiento que están detrás de la toma de decisiones políticas clave así como de los institutos de investigación.

La Fundación Hanns Seidel en Venezuela

Es importante destacar que la Fundación Hanns Seidel (HSS) participó activamente en el financiamiento del candidato opositor Henrique Capriles Radonski en las elecciones de Venezuela el año 2012. Sus actividades se extienden mucho más allá de su apoyo a la candidatura de Capriles. En su informe trimestral, la HSS reconoce abiertamente su inconformidad con el proceso bolivariano. En este sentido, el HSS participó en la organización de una serie de conferencias en contra del gobierno [venezolano], en buena medida con el objetivo de defender el capitalismo de libre mercado (neoliberalismo) y desprestigiar al gobierno de Chávez. La HSS se utilizó también para crear vínculos con los partidos de derecha, incluyendo Copei y Primero Justicia.

Vale la pena señalar que hace más de 40 años, los partidos CDU y CSU (a la que la Fundación Hanns Seidel está afiliada) estaban involucrados en el otorgamiento de apoyos financieros a los protagonistas del golpe militar contra el presidente [de Chile] Salvador Allende. Y como consecuencia del golpe, luego proporcionaron ayuda económica al gobierno militar de Augusto Pinochet.

La HSS aún está involucrada en Venezuela, financiando una serie de proyectos. Su objetivo declarado es la desestabilización del gobierno bolivariano.

La Hanns Seidel, en representación de la CSU de Baviera, está metida además en el escenario político de varios países latinoamericanos como Ecuador, Colombia, Argentina y Bolivia. En Ecuador, la CSU a través la Hanns Seidel está cooperando con la Corporación Autogobierno y Democracia, la Fundación Acción y Desarrollo Comunitario (ACDECOM) y otras organizaciones de este tipo.

La Fundación Hanns Seidel en Cuba

Ahora voy a colocar el foco de atención en Cuba, centrándome en una actividad específica de la Fundación Hanns Seidel en la que yo estuve involucrado personalmente.

En octubre de 2015, fui invitado a participar en un evento internacional del Centro de Investigaciones de Política Internacional (CIPI), un centro de investigación y ‘think-tank’ que está afiliado al Ministerio de Asuntos Exteriores. El tema de la conferencia fue analizar el proceso de transición geopolítica de cara a la normalización de las relaciones diplomáticas entre Cuba y Estados Unidos.

El evento llevaba el título: Transición geopolítica del poder global: Entre la cooperación y el conflicto

El evento fue financiado por la Hanns Seidel Stiftung. Se invitó a estudiosos de Europa Occidental, América Latina, África, Estados Unidos y Canadá.

Pocas semanas después de que acepté participar en el evento organizado por el CIPI, recibí un mensaje de la Fundación Hanns Seidel Stiftung informándome que el evento estaba siendo auspiciado por ellos y que estaban dispuestos a financiar la totalidad de mis gastos, incluyendo honorarios. El mensaje señalaba que iban a estar en contacto conmigo para tratar todos los asuntos relacionados con el contrato. También me pidieron que presentara una « propuesta de servicios » (oferta por mis servicios profesionales).

Yo estaba plenamente consciente de la historia detrás de la HSS, especialmente tenía conocimiento de la forma en que habían intervenido en las elecciones presidenciales de Venezuela de 2012 a favor de Capriles Radonski, con el fin de socavar en último término, a Hugo Chávez.

Me quedé muy sorprendido por el hecho de que la CIPI había solicitado fondos de la HSS. La intención de la HSS (actuando en nombre de la CSU de Baviera, un partido de derecha), en colaboración con sus organizaciones asociadas en Washington no era otro sino borrar del mapa el socialismo de Cuba. Todo esto a través de la cooptación de académicos e intelectuales cubanos para, después, dar paso a un proceso de transformación política de gran calado.

Respondí a la invitación HSS señalando tanto a ellos como a los organizadores del CIPI que yo mismo iba a ocuparme del financiamiento de mis gastos de viaje y alojamiento y que no veía ninguna necesidad de recibir financiamiento de parte de la HSS. Esta decisión generó confusión a lo largo de mi participación en la conferencia.

La conferencia de octubre en el año 2015

Lo que ocurrió: Hubieron muy buenas intervenciones de parte de destacados académicos y científicos cubanos y latinoamericanos sobre una gran variedad de temas de relevancia. Pero había varios hoyos negros en el programa [del evento], relacionados sin lugar a dudas con el hecho de que la HSS, vinculada a la CSU de Baviera, era quien estaba financiando el encuentro y, con ello, conseguido imponer sus propias condiciones.

1. Uno de los paneles de discusión tremendamente importante durante la conferencia fue el que abordó la realidad venezolana, centrándose en el futuro del gobierno bolivariano y su relación histórica con Cuba.

Sorprendentemente, ni un solo participante de Venezuela había sido invitado a la conferencia, con lo cual, se saboteó todo diálogo y debate entre los intelectuales de Cuba y Venezuela.

Todas las ponencias sobre Venezuela fueron de estudiosos de origen cubano.

Sin duda, la HSS había bloqueado la invitación de los intelectuales progresistas venezolanos comprometidos con la revolución bolivariana. El tema de la conferencia (es decir, la transición y la normalización con Estados Unidos) es de importancia crucial tanto para Cuba como para Venezuela.

Debe entenderse que, en el contexto actual, el futuro del socialismo cubano depende en gran medida del mantenimiento y la construcción de [buenas] relaciones entre Cuba y Venezuela en el marco de la revolución bolivariana. Así, la HSS se empeñó en negar diálogo político y debate entre los intelectuales de Cuba y Venezuela. El objetivo de la HSS era torpedear y debilitar la larga relación entre Cuba y el gobierno bolivariano de Venezuela. Irónicamente, nadie entre los organizadores y los participantes cubanos estaba al tanto de las triquiñuelas políticas que la Fundación Hanns Seidel había cometido en Venezuela.

En contraste, el panel de discusión sobre México incluyó cuatro distinguidos académicos de México. Había una delegación numerosa de mexicanos, así como de otros países de América Latina. Pero no se invitó a un solo venezolano.

2. En la sesión de la política exterior de Estados Unidos se incluyó al académico israelí Yossi Mekelberg, asociado con Chatham House, Instituto Real de Asuntos Internacionales (Reino Unido), un grupo de pensamiento de origen británico súper reaccionario, vinculado con el Consejo de Relaciones Exteriores (CFR, por sus siglas en inglés) con sede en Washington.

La ponencia del académico israelí puso de relieve una interpretación sesgada de lo que estaba ocurriendo en Siria y Palestina. La insurgencia terrorista comandada por Estados Unidos en Siria se presentó casualmente como una « guerra civil », los palestinos fueron tachados de terroristas, y el presidente Bashar al Assad fue acusado de matar a su propia gente, de la misma forma que lo han venido acusando los medios de comunicación corporativos de Estados Unidos y el Reino Unido.

De acuerdo con Mekelberg, citado por la revista Newsweek, el ISIS « se parece » a los palestinos:

http://europe.newsweek.com/netanyahu-ramming-atttacks-isis-palestinians-inspired-541097?rm=eu

Los académicos cubanos que participaban en este panel de discusión no se tomaron ni siquiera la molestia de responder o expresar su desacuerdo.

La pregunta es ¿Por qué este individuo (afiliado a la Chatham House, de apoyo del régimen sionista de Tel Aviv) es invitado a la Cuba socialista por un centro de investigación asociado con el Ministerio de Asuntos Exteriores de Cuba?

Históricamente, Cuba ha hecho patente su solidaridad con Palestina, lo mismo con las luchas de los pueblos de Siria e Irak, que actualmente son blancos de actos de agresión militar de parte de Estados Unidos y la OTAN.

¿Por qué no invitar a un experto socialista comprometido de origen palestino a debatir la política exterior de Estados Unidos? ¿O es que haberlo hecho contravenía las condiciones impuestas por el ala derecha de CSU de Baviera a través de la Fundación Hanns Seidel (HSS)?

3. Otro panel de discusión se centró en el tema de Ucrania. Entre los participantes se encontraba el presidente del Instituto Internacional para la Paz con sede en Viena, el profesor Hannes Swoboda, un (ex) miembro del Parlamento Europeo. Swoboda esbozó su apoyo a las operaciones de Estados Unidos y la OTAN en Europa del Este dirigidas en contra de Rusia, así como su respaldo al actual régimen de Kiev (integrado por dos bloques neonazis). Tampoco hubo reacción de parte de los intelectuales cubanos que participaron en esta discusión.

No lo olvidemos, el gobierno cubano ha expresado su solidaridad con el pueblo de Donbass y Crimea. A su vez, la gente de Donbass hizo expresa su solidaridad con Cuba y las enseñanzas de Fidel Castro (Véase más adelante). Pero nada de esto fue uno de los temas a discutir dentro de la conferencia organizada por el CIPI.

En palabras de Fidel Castro:

Cuba, que siempre ha destacado su solidaridad con el pueblo de Ucrania, y en los días difíciles de la tragedia de Chernóbil proporcionado atención médica a muchos niños afectados por la radiación nociva producto del accidente, siempre dispuesta a seguirlo haciendo, no puede dejar de expresar su repudio a la acción del gobierno anti-ruso, anti-ucraniano y pro-imperialista [Kiev]. (14 de julio de 2014)

Hannes Swoboda, invitado a Cuba por el CIPI es, ni más ni menos, un « anti-ruso, anti-ucraniano y pro-imperialista ». Como eurodiputado, inició (junto con otros diputados) las gestiones en el Parlamento Europeo para avalar las incursiones de la OTAN en contra de  Rusia, solicitando apoyo para el régimen ilegítimo Kiev. (Véase abajo)

Reflexiones finales: El legado de Fidel Castro                

Deseo sinceramente que los argumentos esgrimidos en el presente artículo sean puestos a discusión en Cuba. El gobierno cubano tiene por misión proteger los logros de la Revolución. En el contexto actual, esta no es una tarea sencilla. Como se ha señalado en la introducción, Washington tiene la intención no solamente de destruir la Revolución cubana, sino de borrar toda la historia del socialismo.

La intención de las fundaciones occidentales -operando directa o indirectamente, en nombre de Washington- no es otra sino la de producir grietas al interior de la sociedad cubana, a través de la infiltración y la cooptación, cuyo objetivo último es la restauración del capitalismo.

Estos mecanismos también se ven facilitados por el sistema de doble moneda en Cuba, situación que ha permitido a la Hanns Seidel y otras fundaciones europeas realizar pagos a grupos de pensamiento e institutos de investigación de origen cubano en moneda convertible (CUC).

El incremento de la « dolarización » entre los precios de consumo al por menor (expresado en CUC) propicia el empobrecimiento y las desigualdades sociales.

Los cubanos están muy conscientes de la escalada de esta crisis: las personas que obtienen ingresos en pesos convertibles CUC han ganado poder adquisitivo. Por el contrario, aquellos cuyos ingresos están denominados en pesos cubanos no convertibles, se han visto marginados de la economía de consumo en CUC.

La estrategia de amplio espectro ejecutada por Washington es la de poner en marcha medidas que contribuyan a desestabilizar la economía cubana y su sistema monetario, es decir, cualquier acción orientada a reintegrar a Cuba en una economía dolarizada mundial.

Las medidas de Washington contemplan además reintegrar a la economía cubana a la larga en el entramado del FMI, el Banco Mundial y la OMC, incluida la imposición de condicionalidades como parte de las políticas dirigidas hacia el desmantelamiento de los programas sociales de Cuba, el racionamiento de los bienes de consumo esenciales, etc.

Es decisivo poner un alto a todas estas iniciativas. El debate y la discusión sobre los mecanismos de la « normalización capitalista » son cruciales, tanto en Cuba como en el plano internacional.

Es que una narrativa revolucionaria en sí misma no puede soportar el legado de Fidel, a menos que esté respaldada por acciones concretas y políticas diseñadas cuidadosamente.

Los mecanismos de la restauración capitalista así como los distintos modos de interferencia política y de ingeniería social deben abordarse con firmeza y seriedad.

La batalla contra la guerra y el neoliberalismo sigue en pie.

Por la erradicación del neoliberalismo y la militarización que destruye las vidas de las personas,

Por la penalización absoluta de las guerras imperiales impulsadas por Estados Unidos,

Por un mundo de justicia social con una auténtica « responsabilidad de proteger » a los demás seres humanos,

Larga vida a Fidel Castro Ruz

Michel Chossudovsky

Artículo original en inglés:

fidelcastro 2

To the People of Cuba: Is Washington Preparing a “Soft Coup”? The Co-optation of Cuban Intellectuals, publicado el 6 de marzo de 2017.

Traducido por Ariel Noyola Rodríguez para el Centro de Investigación sobre la Globalización (Global Research).

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Al pueblo de Cuba: ¿Está Washington orquestando un “golpe blando”? La cooptación de los intelectuales cubanos

Il Pentagono della Pinotti

mars 7th, 2017 by Manlio Dinucci

La ministra Pinotti ha un sogno: un Pentagono italiano, ossia un’unica struttura per i vertici di tutte le forze armate, una copia in miniatura di quello statunitense. Il sogno sta per diventare realtà.

La nuova struttura, annuncia la ministra in un’intervista a Repubblica, è già in fase progettuale ed è previsto un primo stanziamento nel budget della Legge di stabilità. Sorgerà nella zona aeroportuale di Centocelle a Roma, dove c’è spazio per costruire altri edifici e infrastrutture. A Centocelle, dove è stata trasferita anche la Direzione generale degli armamenti con il suo staff di 1500 persone, c’è già il Comando operativo di vertice interforze, attraverso cui il Capo di stato maggiore della Difesa comanda tutte le operazioni delle forze armate. Anzitutto quelle all’estero: l’Italia è impegnata in 30 missioni militari in 20 paesi, dal Kosovo all’Iraq e all’Afghanistan, dalla Libia alla Somalia e al Malì. Dato che in ciascuna partecipano componenti di tutte le forze armate, spiega la ministra, occorre un comando unico interforze con sede a Centocelle.

Viene così attuato, ancor prima che venga discusso in parlamento, il disegno di legge sulla implementazione del «Libro Bianco per la sicurezza internazionale e la difesa», presentato il 10 febbraio dal Consiglio dei ministri. È quindi già in atto il golpe bianco che, nel silenzio generale, sovverte le basi costituzionali della Repubblica italiana, riconfigurandola quale potenza che interviene militarmente  nelle aree prospicienti il Mediterraneo – Nordafrica, Medioriente, Balcani – a sostegno dei propri «interessi vitali» economici e strategici, e ovunque nel mondo siano in gioco gli interessi dell’Occidente rappresentati dalla Nato sotto comando Usa.

Occorrono a tal fine nuovi armamenti. Ad esempio i primi due aerei Gulfstream 550 modificati, che l’Italia ha appena ricevuto da Israele al prezzo di circa un miliardo di dollari: veri e propri comandi volanti, dotati dell’elettronica  più avanzata, per missioni di attacco a lungo raggio.

Occorrono allo stesso tempo professionisti della guerra, capaci di usare le nuove tecnologie e di combattere in lontani paesi nelle più diverse condizioni ambientali. «Abbiamo bisogno di soldati giovani, – spiega la ministra Pinotti – la chiave sta nell’arruolare persone a 19-20 anni, offrirgli un pacchetto formativo importante per sette anni della loro vita, insegnando lingue e professionalità. Se si ritroveranno sul mercato a 26-27 anni non sarà difficile trovare un’altra occupazione anche perché ci impegniamo a costruire nuove opportunità di lavoro con percorsi legislativi».

In una situazione di disoccupazione e precariato, si offre cosi ai giovani il modo per guadagnare e avere un posto sicuro: la guerra. E ai professionisti della guerra, agli ordini del Pentagono italiano, viene affidata nel disegno di legge anche la «salvaguardia delle libere istituzioni» con «compiti specifici in casi di straordinaria necessità ed urgenza», formula vaga che si presta a misure autoritarie e a strategie eversive.

Tutto questo costa. L’Italia, annuncia la Pinotti, anche se non è ancora in grado di portare la spesa  per la «difesa» al 2% del Pil come richiede la Nato, la sta incrementando: «Quest’anno siamo all’1,18% del Pil pari a circa 23 miliardi». La ministra ci informa quindi che l’Italia spende per la «difesa» in media 63 milioni di euro al giorno, cui si aggiungono le spese per le missioni militari e i principali armamenti, iscritte nei budget di altri ministeri.

A Roma, mentre divampa il dibattito politico sull’impatto ambientale del nuovo stadio, nessuno si preoccupa dell’impatto sociale del nuovo Pentagono tricolore.

Manlio Dinucci

 

  • Posted in Italiano
  • Commentaires fermés sur Il Pentagono della Pinotti

Le Pentagone de Pinotti

mars 7th, 2017 by Manlio Dinucci

La ministre (de la défense, ndt) Pinotti a un rêve : un Pentagone italien, à savoir une unique structure pour les sommets de toutes les forces armées, une copie en miniature de l’étasunien. Le rêve est sur le point de devenir réalité.

La nouvelle structure, annonce la ministre dans une interview à Repubblica, est déjà en phase conceptuelle et une première allocation est prévue dans le budget de la Loi de stabilité. Il verra le jour dans la zone aéroportuaire de Centocelle à Rome, où existe l’espace pour construire d’autres édifices et infrastructures. A Centocelle, où a aussi été transférée la Direction générale des armements avec son staff de 1500 personnes, se trouve déjà le Commandement opératif de sommet inter-forces, à travers lequel le Chef d’état-major de la Défense commande toutes les opérations des forces armées. Avant tout celles qui sont à l’étranger : l’Italie est engagée dans 30 missions militaires dans 20 pays, du Kosovo à l’Irak et à l’Afghanistan, de la Libye à la Somalie et au Mali. Etant donné qu’à chacune de ces missions participent des composantes de toutes les forces armées, explique la ministre, il faut un commandement unique inter-forces avec siège à Centocelle.

Ainsi est acté, avant même qu’il ne soit discuté au parlement, le projet de loi sur la mise en oeuvre du « Livre Blanc pour la sécurité internationale et la défense », présenté le 10 février par le Conseil des ministres. Donc est déjà en cours le putsch blanc qui, dans le silence général, subvertit les bases constitutionnelles de la République italienne, en la re-configurant en tant que puissance qui intervient militairement dans les aires donnant sur la Méditerranée -en Afrique du Nord, Moyen-Orient, et Balkans- en soutien à ses propres « intérêts vitaux » économiques et stratégiques ; et partout dans le monde où sont en jeu les intérêts de l’Occident représentés par l’Otan sous commandement étasunien.

A cet effet, il faut de nouveaux armements. Par exemple les deux premiers avions Gulfstream 550 modifiés, que l’Italie vient juste de recevoir d’Israël au prix d’environ un milliard de dollars : véritables commandements volants, dotés de l’électronique la plus avancée, pour des missions d’attaque à longue portée.

Il faut en même temps des professionnels de la guerre, capables d’utiliser les nouvelles technologies et de combattre dans des pays lointains dans les conditions environnementales les plus variées. « Nous avons besoin de soldats jeunes -explique la ministre Pinotti- la clé réside dans l’enrôlement de personnes de 19-20 ans, pour leur offrir un important paquet formatif de sept années de leur vie, enseignant des langues et une professionnalité. S’ils se retrouvent sur le marché à 26-27 ans il ne sera pas difficile de trouver un autre emploi y compris parce que nous nous engageons à construire de nouvelles opportunités de travail avec des parcours législatifs ».

Dans une situation de chômage et précariat, on offre ainsi aux jeunes le moyen de gagner leur vie et d’avoir un emploi sûr : la guerre. Et aux professionnels de la guerre, aux ordres du Pentagone italien, est aussi confiée dans le projet de loi la « sauvegarde des libres institutions » avec des « devoirs spécifiques en cas de nécessité extraordinaire et d’urgence », formule vague qui se prête à des mesures autoritaires et à des stratégies subversives.

Tour cela a un coût. L’Italie, annonce Pinotti, même si elle n’est pas encore en mesure de porter la dépense pour la « défense » à 2% du PIB comme le demande l’Otan, est en train de l’augmenter : « Cette année nous sommes à 1,18% du PIB équivalents à environ 23 milliards ». La ministre nous informe ainsi que l’Italie dépense pour la « défense » en moyenne 63 millions d’euros par jour, auxquels s’ajoutent les dépenses pour les missions militaires et les principaux armements, inscrites dans les budgets d’autres ministères.

À Rome, pendant que fait rage le débat politique sur l’impact environnemental du nouveau stade, personne ne se préoccupe de l’impact social du nouveau Pentagone tricolore.

Manlio Dinucci 

Article en italien :

Pinotti défense

Il Pentagono della Pinotti

Edition de mardi 7 mars 2017 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/il-pentagono-della-ministra-pinotti/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Le Pentagone de Pinotti

Les pays enclavés du Malawi et de la Zambie sont peu connus du reste du monde, mais ils occupent des positions très stratégiques dans les projets d’interconnectivité continentale et les projections de la guerre hybride. La Zambie est située au centre des couloirs nord-sud et est-ouest, tandis que le Malawi – malgré sa pauvreté et son sous-développement – se trouve encore dans un espace stratégique entre les futurs géants gaziers, la Tanzanie et le Mozambique et la future puissance logistique qu’est la Zambie. En raison de l’histoire partagée du Malawi et de la Zambie comme colonies britanniques séparées et en même temps parties de la Fédération de Rhodésie et du Nyassaland, ainsi que leur statut de pays voisins et sans littoral, il convient de discuter des deux dans le même chapitre de la guerre hybride.

Contrairement à la plupart des examens entrepris précédemment, celui-ci sera comparativement plus court en raison de l’absence relative d’informations détaillées sur ces pays. Cela ne devrait cependant pas être interprété comme un indice de leur moindre importance par rapport aux autres États étudiés jusqu’ici. Le Malawi et la Zambie ne sont peut-être pas au centre des préoccupations régionales, mais la tendance a connecter le continent indique qu’ils joueront un rôle stratégique beaucoup plus important à l’avenir, et cela pour deux raisons. La Zambie sera le lieu de transit essentiel entre les couloirs de transport qui s’entrecroisent, tandis que le Malawi restera toujours le perturbateur vulnérable en Afrique australe qui risquerait de gâcher l’ensemble de l’arrangement régional si sa stabilité était remise en cause. Si ce pays reste relativement stable dans l’avenir, il pourrait jouer le rôle de garant géopolitique en empêchant qu’une explosion d’armes de migration de masse fasse dérailler ces projets multipolaires.

La recherche commencera par examiner la position du Malawi entre la Tanzanie, la Zambie et le Mozambique, avant de décrire certains de ses facteurs nationaux et historiques qui pourraient un jour être exploités pour miner sa stabilité. Ensuite, les travaux traiteront de la Zambie et du rôle crucial d’interconnexion qu’elle joue dans le rapprochement des projets de mobilité nord-sud et est-ouest en Afrique. Comme dans le cas du Malawi, la Zambie est également vulnérable à un important scénario de déstabilisation, même si celui-ci risque d’infliger des dégâts encore plus importants que ceux de son voisin et de réduire sérieusement les projets d’intégration transcontinentaux qui devraient traverser le goulet d’étranglement que représente son territoire.

Donner un sens à la géographie du Malawi

Contradictions régionales

Le Malawi pourrait sembler à beaucoup n’être qu’une bande de terre sur la côte occidentale du lac Malawi / Nyasa (s’ils avaient même une vague idée d’où se trouvait le pays), mais il occupe effectivement une position avantageuse au carrefour de trois États très importants. Comme cela a été expliqué dans l’introduction du chapitre, la Tanzanie et le Mozambique sont deux des géants énergétiques les plus prometteurs au monde, tandis que la Zambie est l’emplacement des réseaux de logistique intercontinentale planifiés. Même si le Malawi n’est directement lié à aucun d’entre eux, il est cependant assez proche pour que toute déstabilisation humanitaire dans le pays puisse provoquer une sortie débilitante d’armes de migration de masse qui pourraient interférer avec la viabilité de ces projets en perturbant l’équilibre intérieur de chaque État.

On s’attend à ce que les défis socio-économiques augmentent sensiblement dans cette nation densément peuplée, car sa population devrait exploser, passant de 16 millions de personnes actuellement à 43 millions en 2050 puis à 87 millions au tournant du prochain siècle. Sa minorité musulmane actuelle, concentrée dans le sud, environ 13% de la population, augmentera proportionnellement à cette situation, évidemment, et pourrait même gagner un certain terrain pendant l’accélération démographique du pays. Cela pourrait encourager une rhétorique irresponsable et branlante au sujet d’un « choc des civilisations », et tous les scénarios de conflit qui en découlent. Si l’on se concentre davantage sur cette question du boom démographique du Malawi, il est absolument impossible de prédire comment le pays pourra rester viable même dans son état déjà profondément appauvri. Il ne faut pas non plus oublier que des problèmes humanitaires naturels pourraient se développer, une famine ou des catastrophes naturelles qui mèneraient à un exode massif des Malawiens chez leurs voisins. Selon les scénarios possibles, il pourrait même y avoir des migrations internes entre les régions du Nord, du Centre et du Sud si la population ne quittait pas directement le pays en masse (ou en était incapable parce que les frontières seraient bloquées).

Cela pourrait perturber l’équilibre entre les trois régions. Actuellement les trois régions sont dominées au Centre par Lilongwe, la capitale et plus grande ville du pays, au Sud par Blantyre, la plaque tournante méridionale et deuxième ville du pays, et au Nord par Mzuzu, troisième plus grande ville du Malawi. Il convient de préciser à ce stade que les régions du Centre et du Sud sont les plus peuplées et que, d’une certaine façon, le Nord est situé en périphérie lointaine de ce pays. De plus, Blantyre est reliée aux ports mozambicains de Beira et de Nacala (comme décrit ci-dessous), alors que la capitale nationale de Lilongwe dépend de son homologue régional du sud pour accéder au commerce qui traverse ces routes. Cet état de choses fait de Blantyre la capitale économique du pays et de Lilongwe sa capitale politico-administrative, et la rivalité entre les deux régions et leurs centres-villes pourrait devenir le principal point de discorde en cas de crises humanitaires ou de politiques futures.

Dépendance au Mozambique

Le Malawi n’est pas stratégique uniquement en raison de son potentiel très réel d’effondrement interne, mais c’est certainement une grande partie de son intérêt pour les acteurs étrangers, soit pour renforcer la stabilité de leurs projets régionaux en aidant l’État soit pour gagner de l’influence en le déstabilisant potentiellement afin d’entraîner le reste de ses voisins dans le processus. S’appuyant sur un point de vue positif et multipolaire, le Malawi pourrait également contribuer activement à la connectivité régionale en raison de son emplacement avantageux entre ces pays, à condition bien sûr que cette possibilité soit identifiée et poursuivie par ses partenaires.

La rivière Shire, dans la partie sud du Malawi, relie le Zambèze et Beira, le deuxième port du Mozambique, tandis que les routes internationales sont adjacentes à ce corridor. L’autre vecteur du Malawi pour le commerce international et l’interaction générale avec le monde extérieur vient par le nord-est et le port mozambicain de Nacala, également relié au pays par les routes. Les deux itinéraires pourraient également desservir du fret ferroviaire, mais le réseau domestique du Mozambique a été détruit pendant la guerre civile et est donc incapable de se relier au système ferroviaire Centre Est du Malawi.

Aujourd’hui, le Malawi est totalement tributaire des corridors de transport du Mozambique dans tous les sens du terme et sa vulnérabilité stratégique a été révélé par les récentes offensives de la RENAMO contre le gouvernement mozambicain. Pour rappeler le chapitre précédent sur ce pays et la carte qui a été incluse dans la recherche, la RENAMO revendique tout le territoire par lequel les marchandises malawites doivent transiter sur leur chemin vers le reste du monde. Cela signifie que l’agent non étatique a vraiment la possibilité de tenir un État tout entier en otage s’il décide de cibler ses camionneurs ou si la situation militaire dans ces provinces devient si critique que la plupart des échanges du Malawi doivent être stoppés en conséquence. En tout état de cause, la dépendance du Malawi à l’égard des réseaux d’infrastructure trans-mozambicains fait indirectement du pays un membre de la communauté économique élargie de l’océan Indien et montre ainsi l’importance primordiale, pour Lilongwe, de cet accès à la haute mer pour son commerce international dominé par l’agriculture.

Différend avec la Tanzanie

Bien que sa frontière nord soit située très près du TAZARA, le Malawi ne veut pas ou ne peut pas en profiter, en raison des problèmes territoriaux qu’elle a avec la Tanzanie. Les deux pays sont engagés dans un différend sur leur frontière internationale sur le lac Malawi / Nyasa. Lilongwe revendique l’intégralité de la partie nord-est du plan d’eau jusqu’au littoral tanzanien, tandis que Dodoma soutient que la frontière internationale devrait être répartie uniformément au milieu. Ce désaccord a pris de plus en plus d’importance ces dernières années après la prospection de gisements de pétrole sous le lit d’eau, ce qui signifie que quiconque a le contrôle de ce territoire en surface récoltera les recettes qui en résultent. Le Malawi est beaucoup plus pauvre que la Tanzanie et a une population plus petite, de seulement 16 millions de personnes. Les bénéfices énergétiques à venir pourraient donc être promis à un usage plus concentré et plus efficace par Lilongwe que par Dodoma, même si cela ne veut pas dire que la Tanzanie devrait être automatiquement écartée de toute recette financière.

La question est encore en cours de négociation, bien que pour la raison expliquée ci-dessus, il soit difficile de comprendre pourquoi le Malawi céderait à aucune des revendications ou accepterait de respecter tout arbitrage international qui le priverait de sa part de cette vache à lait potentielle. Du point de vue inverse, une Tanzanie bien plus puissante a toutes les raisons de continuer à appuyer ses revendications, d’autant plus que le corridor de développement Mtwara financé par la Chine va transformer les rives du lac Malawi / Nyasa de Dodoma en un nouveau centre d’affaires et ainsi accroître l’attractivité de la périphérie pour le centre national. Comme les deux parties restent tenaces dans leurs revendications et que les tensions maritimes internationales sont en train de bouillir, il reste une possibilité que la situation puisse exploser en un conflit armé si l’un des deux côtés s’engageait dans une provocation, qui dans ce contexte, pourrait très probablement être mise en scène par les Tanzaniens comme ils ont tout à y gagner, alors que les Malawiens ont tout à perdre si les deux pays devaient s’affronter. C’est probablement en raison de ces tensions frémissantes que le Malawi ne voit pas la Tanzanie comme un partenaire de transit fiable pour diversifier ses itinéraires commerciaux internationaux en plus des ports mozambicains de Beira et de Nacala influencés potentiellement par la RENAMO. Lilongwe continuera donc probablement à dépendre de son voisin oriental dans un avenir prévisible tant que le différend tanzanien ne sera pas résolu.

Le détour zambien ou le détour par la Zambie ?

http://dlca.logcluster.org/download/attachments/852695/Malawi%20railway%20map.jpg?version=1&modificationDate=1382017643000&api=v2

L’opportunité la plus prometteuse que le Malawi a pour atténuer sa dépendance à l’égard du Mozambique est d’étendre son réseau ferroviaire vers la Zambie et l’un des nombreux projets d’infrastructure qui traversent le pays. La première étape dans cette direction a déjà été forgée en 2010 avec la mise en service du chemin de fer Chipata-Mchinji entre les deux États. Jusqu’à présent, le potentiel de cet axe n’a pas été aussi performant que prévu car la plus grande partie du commerce du Malawi est toujours menée par le Mozambique via les ports de Beira et de Nacala. Au lieu d’utiliser le chemin de fer pour diversifier le commerce international du Malawi avec le Mozambique, cela pourrait inversement avoir pour effet d’accroître sa dépendance en raison de la grande stratégie de diversification infra-structurelle de la Zambie.

Lusaka veut se positionner comme le carrefour central du commerce sud-centre africain et, ce faisant, a l’intention d’étendre ses propres réseaux ferroviaires à travers le Malawi et, à partir de là, jusqu’à Nacala. Le problème actuel est que la ligne de chemin de fer pertinente du Mozambique vers ce port n’est plus opérationnelle depuis des décennies. C’est la raison pour laquelle la Banque africaine de développement a approuvé un prêt à long terme de 300 millions de dollars en février pour la restauration de cette voie. Si l’itinéraire est achevé et si la RENAMO ne se comporte pas comme une force obstructive pour inhiber la viabilité économique du corridor, le chemin de fer ZaMM (Zambie-Malawi-Mozambique) pourrait fonctionner comme une route de la soie complémentaire en s’appariant avec la partie tanzanienne en Zambie et en permettant l’existence d’un terminal secondaire dans l’océan Indien pour la Route trans-africaine du Sud (STAR). Il s’agirait donc de relier Nacala au TAZARA, qui à son tour pourrait être relié à la ligne angolaise de Benguela par l’intermédiaire du chemin de fer du nord-ouest qui pourrait bientôt être construit en Zambie.

ZaMM serait un ajout bienvenue au réseau de projets d’infrastructure transnationaux multipolaires si jamais il devait voir la lumière, bien que ce serait tout à fait ironique pour le Malawi étant donné que ses plans pour un détour zambien loin du Mozambique seraient finalement détournés par le propre détour de la Zambie par le Mozambique et la double dépendance du Malawi à l’égard de son voisin.

Des révolutions colorées et des coups d’États le long du lac Malawi / Côte de Nyasa

Les pressions démographiques, « civilisationnelles » et intra-régionales représentent les scénarios de conflits les plus « naturels » pour le Malawi et, comme mentionné ci-dessus, cela pourrait conduire à une sortie d’armes de migration de masse dans les trois États environnants. Cela dit, il existe aussi deux scénarios de déstabilisation beaucoup plus artificiellement construits susceptibles d’éclater au Malawi à tout moment. Ce sont une révolution de couleur et un coup d’État, qui ont tous deux une histoire récente de tentative de déploiement dans le pays. Les spécificités situationnelles de toute répétition future de tentatives d’imposer ces schémas politiques pourraient changer, mais l’idée générale du changement de régime appuyé par l’étranger resterait la même.

Échec de la révolution de couleur

Le Malawi a été secoué par une tentative ratée de révolution de couleur en juillet 2011 qui a finalement couté la vie à une poignée de personnes et a confirmé que le pays, du fait de son orientation vers la Chine, était sur la liste des cibles de changement de régime de l’Amérique. Avant les événements, le Président Bingu wa Mutharika avait reconnu Pékin comme le gouvernement officiel de la Chine en 2008, après quoi les relations bilatérales ont décollé et les deux ont commencé à se rapprocher. Les investissements chinois sont entrés dans le pays et l’influence de Pékin s’est finalement fait sentir dans l’un des rares coins du monde où la Chine avait été absente au cours des dernières décennies. Le renversement de la politique de Mutharika vers la Chine a été significatif parce que le Malawi avait été auparavant totalement aligné sur les politiques occidentales depuis son indépendance en 1964 et la guerre froide, sous le Président Hastings Banda. Le dirigeant du Malawi a essayé d’imiter l’establishment occidental et il a même parfois débordé ses donneurs d’ordre, par exemple lorsque son pays – le seul pays africain entretenant des relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud pendant l’apartheid – a continué à négocier avec Pretoria malgré le fait que la majorité de ses partenaires européens et américains l’ait sanctionné à partir de 1986 et jusqu’à son retrait en 1994. C’est pourquoi la volte-face de Mutharika a tellement surpris, puisqu’il a rompu totalement avec la politique stricte de ses prédécesseurs de reconnaissance de Taïwan.

À la veille de la Révolution de couleur, le gouvernement a expulsé le Haut commissaire du Royaume-Uni en avril 2011, qui avait qualifié le président d’« autocrate », d’« agressif »et d’« intolérant aux critiques » – qualificatifs régulièrement utilisés dans une campagne d’information contre un dirigeant étranger. On ne sera pas trop surpris de découvrir qu’un mouvement de protestation a éclaté quelques mois plus tard, en juillet. Suite aux mesures défensives du gouvernement pour la restauration de l’ordre public, le Royaume Uni et les États-Unis ont suspendu leur aide à ce pays dépendant des pays donateurs en punition du succès de son président à repousser l’opération de changement de régime. Le timing suspect entre les menaces anti-gouvernementales implicites du Royaume Uni et le déclenchement d’une révolution de couleur peu de temps après suffisent à se demander si tout ce gâchis était géré par l’ancien occupant colonial du Malawi, tout comme la coordination étroite entre Londres et Washington pour couper les aides peut laisser penser que les États-Unis pourraient aussi y avoir eu quelque chose à voir. Mutharika n’a pas accusé directement l’un ou l’autre de ces pays d’être derrière cette agitation mortelle, mais il a pointé son doigt début 2012 vers des pays donateurs non identifiés qui travaillaient avec des ONG du pays pour organiser des manifestations contre lui.

« Coup constitutionnel »

Mutharika est décédé subitement en avril 2012 à l’âge de 78 ans, provoquant une brève crise constitutionnelle concernant l’identité de son successeur légal. Par la Constitution, le pouvoir devait être transféré du président au vice-président au moment du décès du premier. Mais la situation est devenue délicate car Mutharika avait désavoué son successeur un an auparavant. Joyce Banda avait affronté Mutharika et avait été renvoyée du parti au pouvoir en 2010, juste un an après qu’il l’eut choisie pour devenir sa co-listière lors des élections de 2009. Banda n’aurait pas soutenu les plans de Bingu pour que son frère et ministre des Affaires étrangères Peter Mutharika lui succède à l’avenir, et ce différend est à l’origine de son renvoi de fait. Le problème, cependant, était que Banda a choisi de ne pas démissionner de son poste et qu’elle est restée obstinément la vice-présidente légale tout au long du reste du mandat de Bingu. Le Parti progressiste démocratique au pouvoir a été fractionné par la controverse et Bingu n’a pas eu assez d’influence au sein de son propre parti pour obtenir son éviction. Par conséquent, quand il est mort brusquement début avril, elle est légalement devenue son successeur, bien qu’il y ait eu une courte période de deux jours où le gouvernement s’est rencontré sans elle et a conspiré pour passer le témoin au frère de Bingu, Peter. L’intrigue n’a pas réussi parce que les militaires n’étaient pas derrière et donc Banda est devenu la première femme présidente du Malawi.

Ce qui est intéressant dans cet épisode, c’est que Banda n’appartenait même pas au parti au pouvoir à ce moment-là, en ayant été expulsée en 2010. Elle a créé son propre « People’s Party » en mai 2011, deux mois avant la révolution de couleur. Cela a évidemment été fait en coordination tactique avec le Royaume-Uni et les États-Unis, qui ont jeté leur poids derrière elle comme ils avaient essayé de renverser Mutharika. Il est révélateur que quelques mois après l’investiture de Banda, les États-Unis aient annulé leur ancienne suspension de l’aide et renouvelé leurs dons au pays, en récompense pour la victoire de leur leader par procuration lors du « coup constitutionnel ». Encore plus curieusement, la revue Forbes, basée aux États-Unis et mondialement connue, a inclus Banda dans la liste des femmes les plus puissantes du monde de 2012 à 2014, lui offrant cette année-là un incroyable classement en 40e position en dépit de l’insignifiance des résultats obtenus dans sa carrière. Il ne faut pas grand-chose pour se rendre compte que ce n’était là qu’une récompense plus personnelle pour la politicienne en échange du retour de l’influence occidentale dans le pays, même si elle n’a jamais été au bout d’un retournement de la reconnaissance de Pékin de son prédécesseur. En dépit de sa « popularité » dans Forbes et du « pouvoir » que l’élite occidentale a soutenu qu’elle avait, Banda a perdu sa première élection en 2014 et a été remplacée par le frère de Bingu, Peter Mutharika, l’empêchant ainsi d’accomplir complètement les politiques envisagées / ordonnées.

Peurs de coup d’État

La présidence de Peter Mutharika a été marquée par un équilibre entre les partenaires traditionnels occidentaux fournissant de l’aide et la Chine, même si cette approche pragmatique à l’égard de Pékin semble avoir déclenché des alarmes dans les capitales occidentales. L’enquête elle-même est toujours en cours, mais le gouvernement affirme avoir déjoué un complot de coup d’État en février de cette année. Selon des informations, l’ambassadeur américain a rencontré le leader de l’opposition, Lazarus Chakwera, lors de sa visite aux États-Unis, et il y a eu un complot de coup d’État qui aurait également été organisé avec d’autres conspirateurs grâce à l’application téléphonique WhatsApp. Les détails précis sur la façon dont les putschistes avaient prévu de prendre le pouvoir n’ayant pas été rendus publics (du moins pas à la connaissance de l’auteur), il est donc difficile de savoir si ce devait être un coup militaire, un coup constitutionnel ou un coup via une révolution de couleur. Dans ce qui pourrait être un événement sans rapport, mais qui pourrait aussi avoir quelque chose à voir avec ce scandale, le président a renvoyé le chef de l’armée fin juillet. Selon un reportage paru dans la presse, c’est parce que le chef du renseignement du pays l’a relié à un coup planifié qui, si c’est vrai, confirmerait que les conspirateurs originaux de février (les États-Unis et leur réseau sur le terrain de représentants politiques et d’ONG) ont renoncé à leur mission de renverser Mutharika.

Tout comme avec son frère Bingu, Peter Mutharika est visé à cause de la décision de son gouvernement de poursuivre les relations de Lilongwe avec Pékin. Banda a été incapable de couper les liens du Malawi avec la Chine parce qu’ils étaient tout simplement trop avantageux pour son pays, comme on l’a vu lorsqu’elle a signé un accord sur la fourniture d’électricité pour 667 millions de dollars avec la banque China’s Export-Import Bank en 2013. On ignore pourquoi elle le ferait sauf à passer pour un modèle de « serpillère »occidentale, mais elle a pu se sentir assez confiante que les États-Unis et le Royaume-Uni ne lui en tiendraient pas rigueur, d’autant plus qu’ils avaient déjà investi pour l’aider à gagner le pouvoir d’abord. Le fait que Banda continue à maintenir les relations du Malawi avec la Chine, alors qu’elle est elle-même un proxy occidental, témoigne de l’importance de la Chine dans le pays depuis moins d’une décennie, depuis que les relations bilatérales ont été établies. Peter, quant à lui, est allé encore plus loin et a récemment accueilli un Forum sur l’investissement entre la Chine et le Malawi où il a invité la Chine à participer à un large éventail de projets dans les domaines de l’agriculture, de l’agro-traitement, de l’énergie, des mines, des TIC, du tourisme, d’industries manufacturières, entre autres. Il a proposé d’ouvrir tout le pays aux  capitaux chinois en échange du développement que cela apporterait et, dans cette optique, il est raisonnable de prédire que les deux derniers complots pro-américains ne seront certainement pas les derniers tentés.

Démystifier la Zambie

Avec la situation stratégique du Malawi et ses vulnérabilités à la guerre hybride, il est maintenant temps de relier la recherche à la Zambie voisine, le pays mystérieux en Afrique Sud-Centrale dont les observateurs occasionnels ne savent absolument rien. Pour donner au lecteur un cours intensif sur les bases de l’importance de la Zambie, il faut commencer par parler de l’ancien président Kenneth Kaunda, l’homme qui est réellement le « père de la nation ». À bien des égards, il était à la Zambie ce que son ami proche et allié Julius Nyerere était à la  Tanzanie, un leader pragmatique, stable, qui a présidé son pays pendant des décennies tout au long de la guerre froide. Tout comme la Tanzanie, la Zambie était un État en première ligne de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud et les gouvernements coloniaux subsistant en Angola, au Mozambique et en Rhodésie. Le pays était un sanctuaire pour les groupes rebelles qui combattaient dans ces conflits voisins. Bien qu’il y ait eu plusieurs incursions importantes sur son territoire – surtout lorsque le gouvernement rhodésien y a attaqué certains insurgés à la fin des années 1970– la Zambie n’a jamais été officiellement impliquée dans une guerre conventionnelle (pas même dans la « guerre mondiale africaine » des années 1990 au Congo). Elle est donc demeurée largement intacte, loin des conflits qui ont ravagé l’Afrique au cours du dernier demi-siècle.

Cela mérite d’être commenté plus avant parce que, comme la Tanzanie, il est très inhabituel qu’un État composé d’autant d’identités puisse échapper à des conflits nationaux et internationaux pendant si longtemps alors que ses homologues semblaient inévitablement devoir s’y prendre les pieds. La Zambie compte 73 groupes ethniques et linguistiques à l’intérieur de ses frontières, ce qui la rend moins diversifiée que la Tanzanie, mais encore relativement éclectique selon toute autre norme (en particulier européenne). Les groupes les plus importants sont les Bembas et les Tongas, composant 21% et 13,6% de la population et concentrés principalement dans le nord et le sud. Il est intéressant de constater que l’ancien président Kaunda est né dans le nord de la Zambie, dans la province de Bemba, de parents Tonga venant du Malawi. Ce statut de « minorité d’une minorité » aurait pu jouer un rôle dans la promotion du tribalisme pendant son règne. Son assimilation et son intégration en tant qu‘« outsider » dans la société locale faisaient partie de son éducation personnelle, et cette expérience pourrait être la source de l’influence qu’il a exercée sur une identité nationale inclusive qui mettait l’accent sur le patriotisme d’État plutôt que sur l’affiliation tribale. Cela a également contribué dans une large mesure à ce que Kaunda soit un anti-impérialiste pacifique et un socialiste robuste, deux matrices idéologiques interconnectées qui ont évidemment eu une forte influence sur ses vues. Bien qu’il soit possible pour un partisan de ces idées d’être aussi un tribaliste paroissial, ce n’était pas le cas avec Kaunda, qui a pratiqué ce qu’il a prêché et l’a mis à l’épreuve en forgeant une identité zambienne unifiée.

La stabilité louable de la Zambie est également due à son alliance avec la Tanzanie et à son étroit partenariat avec la Chine. Sous la domination impériale britannique, tous les projets d’infrastructure connexe de la Zambie ont été construits selon une logique « nord-sud », rendant ainsi le pays entièrement dépendant de la Rhodésie (plus tard le Zimbabwe) et de l’apartheid sud-africain pour sa connexion au reste du marché international. C’est devenu une vulnérabilité majeure après l’indépendance du pays en 1964, lorsque Kaunda a pratiqué activement sa politique anti-impérialiste et a commencé à former et accueillir des groupes rebelles de toute la région. Afin de conserver la souplesse stratégique et empêcher la Zambie de permettre à ses voisins de la faire chanter, elle a regardé vers l’est en direction de la Tanzanie, idéologiquement proche, pour une alternative désespérément nécessaire pour un accès au monde. En 1968, le pipeline TAZAMA, qui reliait les deux pays, a été achevé, suivi par le chemin de fer TAZARA financé par la Chine, le long de la même route en 1975. Ensemble, les projets d’infrastructure liés à la Tanzanie ont permis à la Zambie de pratiquer son anti-impérialisme et le chemin de fer a été particulièrement important dans l’exportation des copieux dépôts de cuivre du pays après que le chemin de fer angolais de Benguela est devenu inopérant pendant la guerre civile post-indépendance du pays en 1975. Lusaka a opté pour la diversification de sa dépendance antérieure en termes d’exportation, loin de la Rhodésie. Sans les options de sauvegarde par la Tanzanie pour l’accès aux marchés des produits énergétiques et des produits de base, la Zambie serait restée entièrement dépendante des États impérialistes et de l’apartheid et aurait donc été bridée au niveau de son influence et de son contrôle sur la région dans le temps.

Zigzag à travers l’espace pivot sud-centrafricain

En ce qui concerne les projets d’infrastructure en zigzag à travers la Zambie, il est évident que le pays sert de jonction de connectivité pour l’ensemble du réseau de transport sous-équatorial en cours d’implantation dans toute la région. Pour cette raison, la Zambie peut être décrite comme l’État pivot de ce vaste espace et un objet de convoitise inestimable dans la Nouvelle Guerre froide :

 

La carte ci-dessus représente visuellement l’importance géostratégique de la Zambie en Afrique à travers la perspective de la connectivité de la Route de la Soie. Ce pays est au centre d’une multitude de projets d’infrastructure qui se croisent et il a le potentiel de les relier tous pour forger un système de transit sous-équatorial intégré entres les deux côtes dans cette partie de l’Afrique. En outre, si une voie d’interconnexion devait être établie entre le TAZARA de la Tanzanie et le corridor LAPSSET du Kenya (c’est-à-dire reliant Dar es Salaam et Lamu via Mombasa), il serait concevable de joindre le marché éthiopien de près de 100 millions d’habitants et le chemin de fer Addis-Abeba / Djibouti à cette ligne transcontinentale de transport. En dépit de l’expansion de ce réseau au-delà de l’équateur et dans la Corne de l’Afrique, la matrice ferroviaire sous-équatoriale en intersection dans la Zambie fait de ce pays du Centre-Sud l’un des espaces pivots les plus influents du continent et, une victime toute désignée de la guerre hybride.

Couper le nœud zambien

La Zambie est la composante clé du grand projet transcontinental d’interconnectivité de la Route de la Soie qui prend forme en Afrique sous-équatoriale et lie tous les projets en un tout intégré. Si la Zambie devait être déstabilisée de manière significative, cela risquerait immédiatement de compromettre cette vision multipolaire, soit en la perturbant partiellement ou totalement, soit en permettant à un État tiers (c’est-à-dire aux États-Unis) d’acquérir une influence ou un contrôle sur l’ensemble de la structure. Pour cette raison, il est essentiel pour la Zambie d’adhérer strictement à ses traditionnelles politiques complémentaires d’indépendance et de stabilité, car toute déviation majeure de l’une ou de l’autre pourrait créer des problèmes pour le reste du réseau international qui traverse le pays. Si on évalue les menaces de guerre hybride pesant sur la Zambie, quatre se détachent en particulier, incluant les scénarios général et « conventionnel » et ceux qui sont plus spécifiques et asymétriques.

Il faut garder à l’esprit en tout temps que les États-Unis sont connus pour leur approche progressive et adaptative à la déstabilisation des pays ciblés, et qu’ils ne visent pas toujours à changer de régime strictement parlant. Parfois, on espère seulement que certains événements (quel que soit le contrôle exercé directement par les États-Unis sur eux) peuvent entraîner une pression suffisante pour que le gouvernement visé ajuste ses politiques conformément aux intérêts des États-Unis. D’autres fois, les USA veulent faire plus que renverser le gouvernement et visent réellement un « redémarrage du régime », ou dans ce cas, un reformatage national complet du pays passant d’une république unifiée à une fédération divisée. Quel que soit le résultat final, la motivation est toujours de perturber, de contrôler ou d’influencer les projets multipolaires transnationaux d’infrastructure connexe en question, dans ce cas les cinq qui traversent la Zambie.

Révolution de couleur

Il était évident que la Zambie était menacée d’une révolution de couleur naissante, même avant que l’élection de l’été 2016 n’aboutisse à une courte victoire pour le parti au pouvoir. Le gouvernement a été forcé de fermer le principal journal d’opposition après que celui-ci avait accumulé des millions de dollars en arriérés d’impôts, le propriétaire bafouant évidemment la loi avec l’espoir que le gouvernement n’oserait pas aller contre lui par crainte d’être accusé d’une « répression anti-démocratique »The Post a très mal jugé les autorités et a été fermé un peu plus d’un mois avant les élections du 11 août. Peu de temps après, des affrontements menés par l’opposition ont tué une personne et en ont blessé plusieurs autres, après quoi le gouvernement a temporairement suspendu la campagne afin de permettre aux deux parties de se calmer et de faire baisser les tensions entre elles.

Cela a fonctionné en empêchant une autre éruption de violence pré-électorale, mais cela n’a pas atténué la grogne de l’opposition « anti-gouvernement » qui a fini par éclater à la suite du vote. Hakainde Hichilema, candidat du Parti pour le développement national (UPND), a allégué que le Front patriotique au pouvoir dirigé par le président sortant, Edgar Lungu, avait fraudé le scrutin et avait illégalement réclamé sa victoire. Il a demandéun nouveau comptage. Le gouvernement a refusé de céder à la pression et a insisté sur le fait que Lungu avait légitimement remporté l’élection avec 50,35% des voix, comparativement au 47,67% de Hichilema, ce qui a incité l’UPND à rejeter les chiffres officiels. La situation nationale reste très tendue à cause de cela, et il est possible que certains éléments de l ‘« opposition » puissent planifier une guerre hybride pour les aider à s’emparer du pouvoir.

Conflit tribal régional

Même si le drame actuel est résolu, il n’empêche que le pays est divisé presque également en deux camps politiques distincts pour la deuxième fois en peu d’années. Lors de l’élection extraordinaire de 2015 organisée en réponse à la mort inattendue du président sortant Sata, Lungu a battu Hichilema 48,33% à 46,67% avec une différence de seulement 27 000 voix et a donc eu le droit de finir le mandat de son prédécesseur avant les prochaines élections, qu’il a gagnées avec une marge un peu plus confortable (bien que toujours étroite). La nature géographique de cette division suit la répartition générale nord-sud entre les zones d’influence Bemba et Tonga, indiquant que le tribalisme pourrait être sur le point de devenir un facteur politique palpable.

Même s’il serait totalement déstabilisant pour l’harmonie sociale et politique traditionnelle du pays – et probablement annonciateur d’un conflit violent qui a été jusque-là un élément essentiel de l’histoire de la plupart des nations africaines – ce ne serait pas surprenant, puisque l’opposition a manifesté son intention de politiser l’identité tribale plus tôt cette année lorsque certains de ses plus hauts représentants ont proposé que la Zambie « choisisse des dirigeants sur la base d’une rotation tribale », ce qui équivaut à « exclure les Bembas et d’autres tribus d’accès à la présidence pour des raisons tribales ». Le Front patriotique au pouvoir a immédiatement réprimandé ses rivaux pour avoir flirté avec une idéologie aussi dangereuse et a averti de son côté « scandaleux et aussi éloigné des principes démocratiques établis sur lesquels notre bien-aimée Zambie est construite ».

De manière rétrospective et à en juger par les résultats de la dernière élection, ce scandale a pu être efficace pour renforcer la naissance d’une politique identitaire tribale régionale qui est pernicieusement en train de s’insinuer au premier plan de la politique zambienne. Si cette tendance se confirme, elle catalysera presque certainement un processus centrifuge plus important, accélérant la décadence du patriotisme zambien inclusif de l’ère socialiste pour devenir une dégénérescence post-moderne rapide et progressive en des identités régionalisées − tribalisées et peut-être même localisées − qui pourrait diviser le pays en deux et peut-être même davantage en un mélange multidimensionnel de variables militantes conflictuelles (« stéréotype de la guerre tribale africaine »). De manière plus que probable cependant, l’effet immédiat de la plongée de la Zambie dans des violences intérieures verrait la partie occidentale et méridionale du pays s’associer contre le nord et l’est. Cependant il se pourrait que ce ne soient pas les Bembas et les Tongas qui finissent par entamer une guerre pour le pouvoir politique, mais les Lozi dans le « Barotseland » qui lancent les hostilités pour leur indépendance ou un fédéralisme identitaire.

Séparatisme du « Barotseland » et fédéralisme identitaire

Les Lozis ne représentent que 5,7% environ des 15 millions d’habitants de la Zambie, mais ils sont éparpillés dans la plus grande partie de la vaste province occidentale et avaient un royaume historique représentant environ 44% du territoire entier du pays si l’on inclut leur empreinte pré-coloniale dans les provinces contemporaines du Nord-Ouest et du Sud. La patrie des Lozi du Bartoseland est devenue un protectorat du Royaume-Uni à la fin du XIXe siècle et a servi de base pour constituer la grande majorité de l’ancienne province du Barotseland-Nord-Ouest de la Rhodésie avant sa fusion avec son homologue de la Rhodésie du Nord-Est en 1911 pour former la Rhodésie, qui deviendra plus tard la Zambie après son indépendance de 1964.

C’est peu avant la libération du pays des Britanniques que la question du Barotseland est revenue sur la scène nationale, puisque toutes les parties ont accepté l’accord du Barotseland cette année-là, ce qui a donné à la région une large autonomie sur ses affaires civiles. Kaunda, cependant, a annulé cet accord en 1969 après un référendum constitutionnel qui a égalisé le statut de chaque province et a donc fini par changer le nom de Barotseland en Province occidentale (son territoire historique dans les provinces modernes du nord et du sud n’a jamais été incorporé administrativement dans son entité homonyme). Le sujet est par la suite resté un non-problème pendant des décennies jusqu’à ces dernières années, lorsque des activistes ont fait mousser une agitation sur ce sujet à plusieurs reprises. Ils ont fini en prison après leurs cascades pour attirer l’attention. Il y a même eu des émeutes dans la capitale régionale de Mungu en 2011 et 2013, mais celles-ci ont été rapidement réprimées par les autorités. Depuis lors, le Barotseland a été un problème frémissant qui menace de remonter à la surface dans le futur et il pourrait recevoir des encouragements de l’étranger en raison des implications géostratégiques.

Bien que le Barotseland n’englobe que la province occidentale, ses revendications historiques s’étendent vers le Nord-Ouest et jusqu’à la frontière de la RDC, ce qui pourrait théoriquement mettre l’entité séparatiste-fédéraliste au milieu du projet de chemin de fer du Nord-ouest vers Benguela en Angola. Cela couperait en son milieu la route sud-africaine trans-africaine (STAR) dite de l’alternative du « détour » par le Congo. La liaison ferroviaire zambienne-angolaise proposée est géopolitiquement beaucoup plus fiable que le couloir du Katanga, en raison de l’instabilité intrinsèque de la RDC et de sa prédisposition à des conflits perturbateurs à grande échelle. De ce fait, l’impossibilité de construire le chemin de fer du Nord-Ouest en raison d’une campagne sécessionniste du Barotseland porterait un gros coup à la sécurité stratégique à long terme du STAR.

De plus, même si un futur conflit dans le Barotseland avec l’Armée de libération de Barotseland nouvellement formée ou avec d’autres groupes n’interfère jamais directement avec le STAR, la configuration politique intérieure qui pourrait en résulter par l’octroi de l’autonomie pour la région ou même un statut fédéral pourrait produire un incontournable effet de contagion qui se répandrait dans tout le pays. Cela pourrait conduire à une déconcentration totale et à l’octroi d’un statut de quasi indépendance, autonomie ou fédéralisme, pour la province du Nord-Ouest. La Zambie donne déjà plus de pouvoir aux gouvernements provinciaux et locaux, conformément à la politique de décentralisation de 2013, et cette initiative pourrait être exploitée par des acteurs tribaux régionaux comme les Barotses ou même les Bembas et les Tongas en cas de catastrophes post-électorales entre eux, afin de favoriser une dévolution du pouvoir à l’échelle nationale qui ferait passer la Zambie d’État unitaire à une série d’États autonomes ou fédérés.

Quoi qu’il en soit, que les séparatistes du Barotseland suscitent ou non l’émergence de ce scénario à l’échelle nationale, ces États identitaires semi-indépendants contrôlant l’interruption, le contrôle et / ou l’influence sur les cinq projets d’infrastructure connexe multipolaires transnationaux distincts qui traversent la Zambie et relient l’ensemble de l’Afrique australe, pourraient désormais créer un cartel cartographique d’opportunités pour les États non régionaux comme les États-Unis pour diviser et régner sur ces corridors de transit vitaux.

Risque ultime : les armes de migration de masse

Il est difficile de prévoir si, ou quand, cela pourrait arriver, mais si une forme quelconque de conflit significatif éclate en RDC, au Malawi, au Zimbabwe, au Mozambique ou peut-être même en Angola ou en Tanzanie, la vague d’armes de migration de masse qui pourrait déferler sur l’État historiquement stable de la Zambie pourrait complètement renverser l’harmonie intérieure qui a régné dans le pays pendant des décennies et pousser le pays au bord de la guerre civile. La tension volontairement « créée » entre les Bembas et les Tongas, sans parler des désirs séparatistes d’un segment des Lozis au Barotseland qui se renforcent, pourrait être enflammée. Chaque groupe identitaire respectif pourrait y voir une précieuse fenêtre d’opportunité pour promouvoir son programme au milieu de la confusion et du désordre que pourrait engendrer un afflux migratoire à grande échelle.

Cela n’implique pas que l’arrivée de milliers de migrants entraînerait instantanément un renversement de l’ordre public dans le pays, mais que cela provoquerait une réaction de division entre les populations locales et entraînerait des pressions budgétaires, administratives et policières imprévues qui pourraient aggraver les tensions institutionnelles existantes. En fonction de l’intensité de l’assaut, cela pourrait rapidement submerger progressivement ces entités, ou au moins contribuer à la perception de la faiblesse de l’État. Les acteurs non étatiques opportunistes et les partis d’« opposition » pourraient être désireux d’en tirer profit. Malgré son emplacement au carrefour de l’Afrique centrale et du Sud, la Zambie n’a pas encore connu d’afflux massif de migrants / réfugiés de ses voisins. Pourtant, elle était beaucoup plus politiquement et socialement capable de cohésion face à une telle éventualité sous la présidence Kauna pendant la Guerre froide. La situation est radicalement différente de nos jours et, comme les élections le montrent clairement, le pays est fortement divisé en deux factions politiques rivales, dont le résultat pourrait être déstabilisé par l’introduction soudaine de cet élément tiers violent et ultra-imprévisible.

 Andrew Korybko

Article en anglais :

the-grand-chess-board 3

Hybrid Wars in sub-Saharan Africa: The Strategic Position of Malawi and Zambia

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par M pour le Saker Francophone

Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie « Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime » (2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Guerre Hybride en Afrique subsaharienne. La position stratégique du Malawi et de la Zambie

Les pourparlers de paix en Syrie ont pour but de mettre fin à une horrible guerre, commencée il y a six ans, mais il s’agit davantage d’une guerre internationale menée sur les champs de bataille de la Syrie, que d’une guerre civile en Syrie elle-même.

Ce fait est souvent ignoré par la presse, mais en vérité, les pourparlers de paix concernent plutôt les puissances étrangères que leurs mandataires qui se tuent entre eux – avec les civils – en Syrie. Ces pourparlers de paix sont internationaux parce que les protagonistes de cette guerre sont internationaux. Et, parce que les principes sont internationaux, les principes qui sont combattus le sont aussi – ils sont si fondamentaux, que le résultat final de ces négociations ne sera pas seulement un genre de nouvelle paix, mais une sorte de nouvelle Constitution pour la Syrie : vraiment une nouvelle nation en Syrie.

Les principales questions qui sont en cours de négociation lors des pourparlers de paix syriens, qui ont repris le 23 février à Genève, sont de nature constitutionnelle : la Syrie doit-elle être régie par la loi de la charia – le Coran –, ou plutôt par une démocratie multiethnique. La charia est soutenue par les États-Unis, la Turquie et les familles royales arabes, qui incluent l’Arabie saoudite, le Qatar, le Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Koweït et l’Oman, qui sont tous des sunnites fondamentalistes. Le parti de la démocratie multiethnique est soutenu par Bashar al-Assad , le leader actuel de la Syrie, la Russie et l’Iran.

Certains partisans de la charia préconisent que la Syrie soit divisée en au moins trois nations, définies ethniquement, qui seraient alors kurdes, sunnites et chiites, dont chacune serait gouvernée uniquement par son appartenance majoritaire, tout comme Israël est gouverné par son ethnie majoritaire, qui dans le cas d’Israël est juive. Un autre exemple récent est l’apartheid en Afrique du Sud, sauf que dans ce cas particulier, c’est la minorité blanche qui a gouverné la majorité des Noirs. Bien sûr, ces lois raciales ont pris fin lorsque les Noirs ont été autorisés à voter.

Issues at Stake in Syria’s Peace Talks

Essentiellement, la polarité contestée dessine l’avenir de la Syrie comme dictature ethnico-religieuse, par opposition à une démocratie multi-ethnique – y compris multi-religieuse.

Tous les sondages effectués auprès du peuple syrien, même pendant la guerre actuelle et même réalisés par des officines de sondages occidentales, montrent une forte préférence des Syriens pour une démocratie multiethnique, entièrement non-sectaire. En outre, lorsqu’ils sont interrogés quant à savoir s’ils croient que cela est encore possible pour la Syrie, une majorité solide répond par l’affirmative. D’une manière générale, ils accusent surtout le gouvernement des États-Unis d’être derrière l’afflux de dizaines de milliers de djihadistes du monde entier en Syrie, pour renverser et remplacer le gouvernement Assad. Peut-être ne blâment-ils pas autant les alliés islamistes américains pour cette invasion par les djihadistes, parce que les Saoud sont musulmans et surtout arabes, comme les Syriens eux-mêmes.

Ces dernières années, les résultats de la principale firme de sondage, WIN / Gallup, peuvent être vus ici : 2014 – 2015 – 2016.

Les Syriens sont la nation la plus laïque de tout le Moyen-Orient. Les efforts des États-Unis et de leurs alliés pour imposer un gouvernement djihadiste n’emportent pas l’adhésion du peuple syrien.

En préparation de la présente série de négociations de paix syriennes parrainée par l’ONU, une conférence préliminaire de paix a eu lieu à Astana au Kazakhstan, où les participants étaient la Russie, l’Iran, la Turquie et la Syrie. Il en est issu une forte déclaration en faveur d’une démocratie multi-ethnique et multi-religieuse, en Syrie. La Russie a également produit, pour examen futur par le peuple syrien, un projet de Constitution de ce type, qui sera discuté et finalement voté par les Syriens.

L’Agence France Presse a signalé, le 12 février – les textes en gras et les liens sont de moi :

L’opposition syrienne a annoncé dimanche sa délégation de 21 membres, dont 10 représentants des rebelles, pour une nouvelle série de pourparlers de paix, parrainés par l’ONU à Genève, prévue pour le 20 février [reportée au 23].

La délégation sera dirigée par Nasr al-Hariri , un membre de la Coalition nationale, remplaçant Assad al-Zoabi, qui a dirigé l’opposition à plusieurs rounds précédents de négociations à Genève l’année dernière.

Le négociateur en chef de la délégation, Mohamed Sabra, a été nommé, c’est un avocat qui faisait partie de l’équipe technique de l’opposition lors des négociations à Genève en 2014.

Il remplace Mohamad Alloush, un rebelle de la puissante faction Army of Islam.

Alloush a servi de négociateur lors de trois séries de pourparlers de paix à Genève, ainsi que lors des négociations dans la capitale kazakhe Astana en janvier, organisées par la Turquie et la Russie.

Ni Allouch, ni l’armée de l’Islam n’ont été inscrites comme membres de la délégation à Genève, bien qu’on ne sache pas si le groupe boycotte les pourparlers ou sera représenté par d’autres délégués.

Aucune raison n’a été donnée pour la décision de remplacer Zoabi ou Allouch.

Allouch avait été choisi par la famille Saoud, et a donc été rejeté par la Russie, l’Iran et la Syrie, lors de la conférence d’Astana. À cette conférence, la Turquie a proposé Sabra, et les autres ont accepté; ce dernier dirige le Parti républicain syrien, parti créé en 2008 simplement pour critiquer Assad, devenu actif uniquement après avoir reçu un financementimportant de la Turquie puis « fondé » publiquement à Istanbul, en 2014, par des membres du Parti de la justice et du développement en Turquie. Donc, maintenant, au lieu que Assad négocie avec un agent de la famille Saoud (Allouch), comme cela avait été le cas lorsque les États-Unis ont mené les préparatifs du processus de paix – processus que le président américain Barack Obama a saboté le 17 septembre 2016, entraînant ainsi son arrêt –, Assad négocie cette fois avec un agent de la famille Erdogan (Sabra), et la Russie, au lieu des États-Unis, mène les préparatifs du processus de paix, actuellement en cours à l’ONU à Genève.

La Coalition nationale a été créée le 12 novembre 2012 par la famille Saoud et son Conseil de coopération du Golfe de toutes les familles royales d’Arabie, qui incluent, en plus de l’Arabie saoudite, le Qatar, Bahreïn, Koweït et Oman. Nasr al-Hariri, qui représente ainsi ces familles, dirige la délégation des « groupes d’opposition syriens » au nom desquels négociera le turc Mohamed Sabra. Donc, en fait, Assad négociera face aux représentants de tous les dirigeants des nations sunnites du Moyen-Orient.

En outre« Nasr al-Hariri a sélectionné 21 délégués de l’opposition lors d’une réunion de l’opposition syrienne à Riyad, en prévision des pourparlers », et ainsi tout le processus de sélection des membres de l’opposition syrienne s’est fait sous les yeux vigilants – et avec l’argent – des Saoud.

Magnanime, un représentant de la Coalition Nationale, parlant du fait que Russie avait permis que les groupes d’opposition syriens soient sélectionnés par la Turquie, les Saoud et les autres puissances sunnites du Moyen-Orient, « l’a qualifié de sacrifice que la Russie, qui soutient le régime syrien, a offert à la Turquie dans l’espoir qu’en retour elle obtiendrait des concessions sur la plate-forme dite de Moscou, nommée ainsi d’après les partis syriens qui sont sous l’influence politique du Kremlin ». Ce sont généralement les plus forts partisans d’une Syrie unifiée laïque et démocratique.

Cependant, il a été rapporté le 24 février que « Hariri a répété, dans sa conférence de presse, que la priorité de l’opposition était d’entamer des négociations sur une transition politique avec un organe directeur transitoire, suggérant qu’il ne reviendrait pas sur sa demande que le chef du régime syrien Bashar al-Assad démissionne ». Les États-Unis et l’Arabie Saoudite ont refusé que la personne majoritairement choisie par les Syriens – la personne qui était préférée par plus de 50% du peuple syrien – Bachar al-Assad, soit admise à se présenter à l’élection présidentielle syrienne. Ils ont refusé d’autoriser la démocratie en Syrie. Ainsi, les puissances sunnites (qui incluent également les États-Unis comme bras militaire principal) sont toujours aussi fermes, dans leur volonté de renverser et de remplacer le gouvernement non-sectaire de la Syrie. Et ils ont tous blâmé la principale nation chiite, l’Iran, pour tous les problèmes : « L’Iran est le principal obstacle à tout type d’accord politique », a déclaré Hariri. Pour eux, c’est vraiment une guerre pour conquérir l’Iran. C’est comme la Guerre de Trente ans de la chrétienté en Europe, dans les années 1600. Mais, bien sûr, c’est aussi ce que Robert F. Kennedy Jr. a, de façon appropriée, appelé « une autre guerre du pipeline en Syrie ». Elle est enracinée à la fois dans la religion et dans l’économie.

Le 24 janvier, à l’issue des pourparlers préparatoires à Astana pour les négociations de paix actuelles à Genève devant mettre fin à la guerre en Syrie, a été publiée une « Déclaration conjointe de l’Iran, de la Russie, et de la Turquie » affirmant que tous :

Réaffirment la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne en tant qu’État multi-ethnique, multi-religieux, non confessionnel et démocratique, comme l’a confirmé le Conseil de sécurité de l’ONU. 

La Russie était la seule de ces trois nations qui a également proposé un projet de Constitution spécifique pour la Syrie d’après-guerre. C’est peut-être parce que la Russie est le seul de ces trois pays dont le gouvernement et la Constitution sont entièrement laïques. Ainsi, l’agent clé de la Turquie lors des pourparlers actuels à Genève, Mohamed Sabra, aurait, selon le journal égyptien Al-Ahram en date du 17 novembre 2016, soit deux mois après que les États-Unis aient mis fin à leur participation au processus de paix en Syrie – notamment critiqué les propositions de la Russie visant à « essayer d’isoler des groupes islamiques qui ne sont pas d’accord avec les principes d’un État démocratique et laïque et les exclure du processus politique. Cela conduira à un réajustement des forces, à changer l’essence du conflit militaire en Syrie et à semer les germes de la guerre civile dans le pays », a déclaré Sabra. En supposant que le principal journal d’Égypte était en train de paraphraser et de traduire exactement ce que le négociateur en chef de l’alliance des États-Unis et des sunnites disait en réalité, la Russie était critiquée pour avoir insisté sur le fait que ce qui suit après la guerre de Syrie doit être entièrement contrôlé par le peuple syrien. Sabra, le négociateur en chef au nom de l’alliance américano-sunnite, s’est effectivement exprimé publiquement là-bas contre l’engagement envers « les principes d’un État démocratique et laïc ».

C’est vraiment approprié : deux fois en une journée, le Secrétaire général de l’ONU a critiqué la position des États-Unis pour leur opposition à la démocratie en Syrie.

Eric Zuesse

 

Article en anglais :

Peace in Syria

Issues at Stake in Syria’s “Peace Talks”

Traduit et édité par jj, relu par nadine pour le Saker Francophone

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Les enjeux des négociations de paix sur la Syrie

Ce week-end, de larges sections de l’appareil de Les Républicains (LR) ont cherché à éjecter François Fillon de sa position de candidat présidentiel de LR dans le contexte de l’affaire des emplois fictifs suspectés de sa femme, Penelope.

Cette affaire, sortie d’investigations d’allégations de liens corrompus entre Fillon et Moscou dans le sillage du débat sur les sympathies prétendument pro-russes du nouveau président américain, Donald Trump, menace de faire exploser le principal parti de gouvernement de la droite française.

Cette crise internationale déclenche à présent une violente guerre de fractions au sein de LR. Ce soir à 18h, une réunion extraordinaire du Bureau politique de LR doit décider du sort de la campagne de Fillon. Face à un tir nourri d’attaques contre lui par des cadres LR, ainsi qu’à une tentative de monter en urgence une campagne de rechange autour d’un candidat malheureux aux primaires LR, Alain Juppé, Fillon a organisé une manifestation dimanche au Trocadéro, à Paris.

Devant une foule de milliers d’électeurs LR, de soutiens du mouvement Sens Commun lié la Manif pour tous anti-mariage gay, et d’élus LR dans un quartier huppé de Paris, Fillon s’est défendu tout en reconnaissant avoir commis des erreurs pour tenter de parer au discrédit grandissant qui pèse sur sa candidature. « Je vous dois mes excuses, dont celle de devoir défendre mon honneur et celle de mon épouse », a-t-il dit.

Dénonçant « la fuite en canard d’un camp vers un autre » de ses anciens collaborateurs, dont une bonne partie de la direction de sa propre campagne, il a dit : « Mon examen de conscience, je l’ai fait. Aux hommes politiques de mon camp je dirai à présent ceci : il vous revient maintenant de faire le vôtre. Laisserez-vous les passions du moment l’emporter sur les nécessités nationales ? Laisserez-vous les intérêts de factions et de carrière et les arrière-pensées de tous ordres l’emporter sur la grandeur et la cohérence d’un projet adopté par plus de quatre millions d’électeurs ? »

Après l’annonce en soirée que plusieurs dirigeants LR dont Xavier Bertrand, Christian Estrosi, et Valérie Pécresse voulaient le rencontrer pour le forcer à effectuer « une sortie respectueuse », Fillon est aussi passé au journal télévisé de 20h sur France2. Il s’est déclaré meilleur opposant de la candidate frontiste Marine Le Pen, pointant le risque d’un second tour opposant Le Pen à l’ex-ministre de l’Economie PS Emmanuel Macron, et d’une éventuelle victoire du FN dans ce scénario.

Il a également menacé LR de continuer sa campagne malgré une décision négative du Bureau politique de LR aujourd’hui, déclarant que sur sa candidature, « Ce n’est pas le parti qui va décider. Ce n’est pas dans les coulisses qu’on va choisir. … Si les électeurs avaient voulu d’Alain Juppé, ils auraient voté pour lui à la primaire ».

Alors que 71 pour cent des Français, dont 47 pour cent des électeurs LR, voudraient le retrait de Fillon, selon un sondage réalisé pour le Journal du Dimanche, il semble peu probable que cet argument fasse taire à lui seul les critiques de Fillon au sein de LR. Car selon d’autres sondages, Juppé accéderait au second tour et battrait Le Pen s’il était candidat. Juppé a annoncé hier qu’il s’exprimerait ce matin sur la campagne ; Fillon doit également s’entretenir avec lui.

L’équipe de campagne de Fillon subit également la désertion en bloc de son personnel dirigeant. Jeudi, le trésorier Gilles Boyer et le directeur adjoint Sébastien Lecornu ont présenté leur démission. Boyer a fait savoir au site d’informations Médiapart qu’il reprochait à Fillon – qui défend l’état d’urgence, un programme d’austérité profonde avec une privatisation éventuelle des soins médicaux, et des mesures sociales marquées par la droite catholique – d’être à droite des néo-fascistes : « On ne combat pas le FN en tentant d’être plus à droite que lui ».

Le porte parole de Fillon, Thierry Solère, a démissionné vendredi, et dimanche c’était le tour du directeur de campagne, Patrick Stefanini. La victoire n’étant « pas certaine », déclarait Stefanini dans sa lettre de démission à Fillon, « Ta défaite au soir du premier tour ne peut donc plus être exclue. Elle placerait les électeurs de la droite et du centre devant un choix cornélien [voter pour un candidat FN ou proche du PS]. Je me refuse à assumer cette perspective ».

Les commentateurs médiatiques soulignent de plus en plus le danger d’une explosion de LR, dans le cas d’une défaite de LR au premier tour. « Si Fillon ne passe pas le premier tour, la droite parlementaire implosera », a confié l’historien Gilles Richard au Monde.

Il en a rendu responsable la banqueroute de la politique menée par le PS et ses alliés politiques depuis des décennies : « Cette division est la conséquence directe de l’échec de la stratégie sarkozyste ou, dit autrement, de l’essor considérable du FN depuis que Marine Le Pen en a pris la direction … Tout cela est lié au profond changement de la vie politique française depuis les années 1980, quand le PCF s’est effondré et que le PS a renoncé à ‘changer la vie’ pour s’adapter à la ‘mondialisation’ néolibérale ».

Ce qui ressort de la profonde crise déclenchée en France par la campagne présidentielle, c’est avant tout la ruée de toute la classe politique vers un Etat policier par lequel la bourgeoisie répudierait toutes les acquis sociaux accordés aux travailleurs après la Deuxième Guerre mondiale. C’est un processus international, que l’on voit également dans l’élection de Trump aux Etats-Unis, et l’effondrement de l’Union européenne représentée par le Brexit.

Tous les sondages indiquent que le FN serait présent au second tour des présidentielles, ainsi que la faiblesse remarquable des candidats que les partis traditionnels, dont LR, le PS, et le Front de gauche, lui opposent. Vu la profonde désillusion des électeurs non seulement vis-à-vis du PS, qui soutient Macron, mais aussi de LR, il est impossible d’exclure un mouvement soudain de l’opinion qui mettrait Le Pen à l’Elysée et pourrait sceller la fin de l’UE. En effet, cette possibilité obsède manifestement les différentes fractions qui s’affrontent au sein de LR.

Selon un sondage Ipsos qui indique un fort intérêt populaire pour la présidentielle (71 pour cent), la population française est profondément hostile aux partis existants. 84 pour cent des sondés estiment que la classe politique est un frein à l’amélioration du pays, 82 pour cent la trouve corrompue, et 83 pour cent ont déclaré leur désaccord avec les déclarations que le système démocratique français fonctionne bien, ou que leurs idées y sont représentées.

En même temps, comme l’indique le commentaire de Boyer contre les vélléités d’extrême-droite de Fillon, de très larges sections de la classe politique adoptent des positions sur l’état d’urgence ou l’austérité qui sont très proches de celles défendues traditionnellement par le FN. Ceci souligne la banqueroute d’une stratégie qui tenterait de défendre les droits démocratiques en France en votant pour les candidats que finiront par adouber les différentes fractions du PS et de LR.

Philippe de Villiers, un nationaliste traditionnellement proche de la droite de LR mais dont Macron a sollicité le soutien lors d’une visite au Puy du Fou à l’été 2016, se range à présent derrière Le Pen. Il l’a applaudie parce que « Sa main ne tremblera pas lorsqu’il faudra prendre des décisions douloureuses », et parce qu’elle aurait absorbé selon lui les idées de Villiers, de l’ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, et du polémiste Eric Zemmour.

Jeudi, de Villiers a écrit dans le magazine d’extrême-droite Valeurs actuellesque grâce à leur travail politique, que Le Pen avait adopté, elle était en passe de rallier l’électorat de droite. Selon lui, elle a « compris qu’il fallait faire une campagne identitaire. Marine, qui a lu nos livres [de Buisson, Zemmour, et de Villiers], a capté notre petite musique. Résultat : notre grande circonscription “lectorale” est en train de lâcher Fillon. La droite votera pour elle au deuxième tour, elle peut même gagner ».

Alex Lantier

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Les Républicains se divisent en se retournant contre la campagne de Fillon

L’afflux de migrants ? Un terrain de jeu pour tester de nouvelles technologies, des barrières « intelligentes » aux chiens robots en passant par les drones douaniers. La montée des droites extrêmes en Europe ? Une aubaine pour bâtir murs et barbelés à trois millions d’euros le kilomètre. Les groupes islamistes extrémistes ? Une perspective de « forts taux de croissance ». Ainsi va le business de la sécurité aux frontières, en plein essor depuis une décennie. Enquête sur ce nouveau complexe militaro-industriel de plus en plus influent en Europe.

Île de Lesbos, Grèce. À une portée de fusil des côtes turques, les flots agités de la mer Égée charrient, ce matin, des dizaines de rafiots surchargés d’hommes, de femmes et d’enfants. Trois bonnes centaines rien qu’en une demi-journée. Cris, embrassades, pleurs… Une matinée habituelle sur cette île à l’extrémité est de l’Europe, depuis que les guerres, les régimes autoritaires et l’instabilité qui a suivi les printemps arabes ont jeté des millions d’errants sur les route de l’exode.

Ces deux dernières années, les médias ont scrupuleusement relaté la plus grave crise migratoire que connaît notre continent depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale. Sous l’angle humain, bien sûr, en couvrant l’odyssée des réfugiés fuyant dictateurs et terroristes. Sous l’angle politique, ensuite, en exposant la difficulté des États de l’Union à agir de concert face à ces afflux massifs. Or, ce phénomène a rarement été traité sous l’angle économique : quel est le coût du renforcement des frontières de l’Union ? Quels industriels se sont révélés les grands gagnants de cette crise ? Les technologies de surveillance qu’ils commercialisent sont-elles même efficaces ?

L’Europe : un marché intérieur des technologies de sécurité

La crise migratoire européenne a révélé l’existence d’une gigantesque industrie de la sécurité des frontières. Elle représentait, en 2016, un marché annuel mondial de 18 milliards de dollars (16,9 milliards d’euros) et devrait totaliser, à l’horizon 2022, la bagatelle de 53 milliards de dollars (49,8 milliards d’euros). De la volonté de décourager l’immigration à la lutte contre les trafics, le terrorisme ou la piraterie, les « menaces » aux frontières sont multiples, et constituent autant de justifications à des dépenses supplémentaires. Une aubaine pour les industriels de la sécurité, américains et israéliens en tête.

La Commission européenne a admis son retard en 2012 dans un « Plan d’action » identifiant le secteur de la sécurité comme particulièrement porteur. Selon Bruxelles, « les entreprises américaines qui dominent le marché demeurent les plus avancées sur le plan technologique ». Il faut donc « établir un marché intérieur européen plus efficace pour les technologies de sécurité » en vue de tirer un meilleur parti, face à la concurrence étrangère, de ce marché en pleine expansion. Ce dernier constitue également, pour la Commission, un axe de relance de l’idéal européen. « Il faut à l’Europe une véritable Union de la sécurité », a martelé Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, devant le Parlement européen en avril 2016.

Le budget de Frontex multiplié par 38

Avec des coûts économiques immédiats pour les contribuables : en renforçant continuellement les moyens d’action de Frontex (l’agence européenne de garde-frontières et garde-côtes), la Commission a fait passer le budget annuel de cette police des frontières de 6,3 millions d’Euros en 2005 à 238,7 millions d’euros en 2016. Plus généralement, les États-membres ont injecté onze milliards d’euros depuis l’an 2000 aux fins de protéger les marges de l’Union [1]. Le résultat le plus flagrant, ce sont les centaines de kilomètres de murs et de barbelés déjà édifiés en bordure de l’espace de Schengen – et en particulier le long de la « Route des Balkans », la voie migratoire qui relie la Grèce à l’ouest de l’Europe.

Mais l’un des premiers murs à avoir été édifiés s’étend sur le versant méridional de l’Europe : la barrière qui materne l’enclave espagnole de Melilla, au Maroc. Depuis 2005, un barrage d’acier et de barbelés, surveillé par 650 agents de la Guardia Civil, serpente le long d’un tracé de onze kilomètres. « Il s’agit d’une triple barrière anti-intrusion. La troisième barrière mesure entre six et sept mètres, elle est inclinée à quinze degrés de façon à décourager quiconque de l’escalader !, explique le Colonel Juan Antonio Rivera, chargé de la visite. Je peux vous dire qu’il y a un “avant” et un “après”, ajoute-t-il. Seules 150 personnes sont passées cette année, contre plus de 2000 auparavant. » Le 17 février, près de 500 personnes ont cependant franchi les barrières qui encerclent l’enclave espagnole voisine de Ceuta.

Barrières anti-migrants : trois millions d’euros au kilomètre

Les autorités communiquent en revanche moins sur les coûts de modernisation de ce dispositif : 33 millions d’euros, soit trois millions d’euros au kilomètre ! Sans compter diverses dépenses de maintenance : un récent rapport du ministère de l’Intérieur espagnol les a évaluées à quatorze millions d’euros depuis 2005, soit 154 000 euros par an et par kilomètre !

Ces dépenses créent d’autant plus le malaise que les routes migratoires ne cessent d’évoluer, rendant souvent les murs obsolètes. Les migrants s’adaptent en effet en permanence au renforcement des contrôles frontaliers. Contrecoup de la fermeture de la route des Balkans suite à l’accord signé en mars 2016 entre l’Europe et la Turquie, l’Italie est ainsi redevenue une porte d’entrée majeure des réfugiés. « Vous ne pouvez pas arrêter les migrants !, confirme Wissam, un jeune réfugié syrien se préparant à traverser la mer Égée depuis la ville turque d’Izmir. Lorsque vous êtes en danger de mort, peu importe que vous empruntiez telle ou telle route, vous voulez simplement atteindre votre but – par tous les moyens. »

Fermer les frontières de l’Europe : 2000 milliards d’euros

Barricader l’Europe de murs ? La solution se révèle dès lors aussi extrême qu’absurde. Étendre l’enceinte de Melilla aux 7700 kilomètres de frontières terrestres de l’espace Schengen coûterait au moins deux mille milliards d’euros, soit l’équivalent du déficit de la dette publique française. Sans compter les 42 000 kilomètres de frontières maritimes et les coûts de maintenance. Un chiffrage sur lequel les partis populistes européens, à commencer par le Front National et sa présidente Marine Le Pen, se sont montrés étrangement silencieux.

Pour pallier les écueils des frontières terrestres, l’Europe a dès lors complété ces dispositifs de frontières d’un nouveau genre : les frontières électroniques. En 2002, l’Europe déployait un véritable « Big Brother des mers » : SIVE, pour « Système intégré de vigilance extérieure ». Le centre de commandement de SIVE se trouve dans la ville andalouse d’Algeciras, à l’ombre du rocher de Gibraltar. Avec ses caméras thermiques, ses capteurs, ses radars et ses satellites, SIVE est la première frontière virtuelle d’Europe, capable de détecter toute tentative d’intrusion à trente kilomètres. « Le dispositif s’étend de la ville de Tarragone, au sud de la Catalogne, jusqu’à la frontière portugaise, et inclut également les îles Canaries », explique Manuel Fuentes, un policier en charge de la surveillance des côtes, en couvant ses écrans de contrôle d’un œil alerte.

Des chiens-robots dotés d’un odorat artificiel

Des centaines de millions d’Euros ont été dépensés pour SIVE. Indra, le groupe d’électronique espagnol chargé d’équiper la Guardia Civil avec ses technologies de surveillance, s’est félicité de la chute de plus de 80% de l’immigration illégale empruntant le détroit de Gibraltar par rapport à l’année 2001 (en une décennie, des centaines de migrants ont également péri aux abords du détroit). Dans le sillage de SIVE, d’autres frontières virtuelles telles que Spationav, en France, le réseau de surveillance finno-suédois SUCFIS ou encore le « Sistema Integrado de Vigilância Comando e Controlo » (SIVICC), le long des côtes portugaises, ont vu le jour. Or, les statistiques compilées par le Conseil de l’Europe [2] démontrent que la majorité des migrants clandestins ont rejoint le continent par la voie aérienne, munis d’un visa, avant de passer dans l’illégalité à l’expiration de leur titre de séjour. À Algeciras, le policier Manuel Fuentes en convient lui-aussi : « Lorsque des gens fuient la famine ou la guerre, peu importent les obstacles que vous mettrez sur leur chemin, ils passeront… »

De nouvelles technologies se profilent pour corriger ces défaillances. L’étude des 321 projets financés, entre 2007 et 2013, sous l’égide du programme de recherche européen FP7-Sécurité est édifiante : ce dernier a promu le développement de chiens-robots dotés d’un odorat artificiel, d’outils d’analyse des comportements suspects, de capteurs de substances chimiques ou encore d’une architecture européenne intégrée de surveillance maritime…

Des drones pour remplacer les douaniers ?

Après les frontières terrestres et électroniques, l’Europe finance également des programmes de frontières aériennes. Ainsi, le programme de recherche Aeroceptor consiste à équiper des drones de surveillance aux frontières d’armes non létales, afin d’« immobiliser des véhicules non coopératifs ». Ses concepteurs n’ont pas souhaité s’exprimer sur la technologie envisagée pour neutraliser les cibles. De même n’ont-ils jamais évoqué les potentielles dérives auxquelles Aeroceptor ouvre la voie : le jour pourrait venir où de tels drones se verraient confiée une autonomie de décision au moment de diriger une arme contre des hommes.

Cette fuite en avant technologique a pourtant peu de chances d’être stoppée, tant les enjeux industriels qui se cristallisent autour des frontières européennes sont considérables. La sécurité des frontières s’affiche clairement comme un nouveau débouché pour les industriels de l’armement. Les budgets de défense des pays membres de l’Union européenne ont stagné voire baissé ces dernières années. En France, les fonds alloués à l’armée ont ainsi chuté de 20% en 25 ans. Or, dans le même temps, les dépenses publiques de sécurité intérieure ont connu un accroissement significatif : le budget hexagonal de sécurité intérieure a atteint plus de douze milliards d’euros en 2016 contre moins de dix milliards en 2003 – soit presque 25% d’augmentation en seulement quinze ans. À l’échelle européenne, le même poste de dépense a, quant à lui, triplé depuis 2010 pour atteindre plus de quatre milliards d’euros en 2016.

« On assiste à un recyclage de toute l’industrie militaire vers le civil »

Les industriels de l’armement ont rapidement saisi les opportunités que représentait cette nouvelle destination des dépenses publiques. « Nos perspectives commerciales avec l’armée française s’avéraient limitées… Nous nous sommes dès lors tournés vers des clients du secteur civil, tels que la police, qui conduit des missions de sécurité similaires. Les projections de croissance y sont considérables, de l’ordre de dix pour cent par an ! », admet un marchand d’armes exposant ses produits à Milipol, l’un des plus grands salons d’armement au monde qui se tient tous les deux ans en région parisienne.

Une lecture des rapports d’activité publiés par l’industriel britannique BAE Systems et l’italien Finmeccanica confirme ce glissement : il y est désormais question de commercialiser des « technologies duales » répondant tant aux besoins de l’armée que des forces de police, et de dégager davantage de « synergies » entre ces deux secteurs naguère cloisonnés. En clair, « on assiste à un recyclage de toute l’industrie militaire vers le civil », explique Claire Rodier, juriste au sein du Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti). Les récentes attaques terroristes, survenues en France, en Allemagne et en Belgique, vont encore amplifier ce phénomène.

Quand les entreprises rédigent les appels d’offres qu’elles remportent

Pour parvenir à leurs fins, les industriels influencent fortement Bruxelles au moyen d’un lobbying aussi discret qu’efficace. Depuis une quinzaine d’années, le monde de l’armement a tout simplement « institutionnalisé » ses méthodes de lobbying. En poussant à la création d’organes officiels au sein de la Commission et en y faisant siéger ses représentants, l’industrie de défense a poursuivi une véritable stratégie de noyautage. Il en va ainsi de l’Agence de défense européenne (EDA), créée en 2004 pour bâtir une Europe de la défense : les principaux lobbies européens de défense, à commencer par la puissante European Organization for Security (EOS, qui regroupe une quarantaine d’entreprises, de l’armement à l’électronique en passant par la cyber-sécurité), se vantent en effet d’avoir été à l’origine de la naissance de cet organisme censé, selon les mots de l’ancien directeur de l’EDA Javier Solana, permettre de « dépenser davantage ensemble » en matière d’armements.

De même pour le FP7-Sécurité : ce programme européen de recherche, doté de 1,4 milliards d’Euros, a été créé en 2004 à l’initiative d’un « Groupe de personnalités » abondamment composé de représentants de l’industrie. Puis en siégeant au sein de des commissions du FP7 entre 2007 et 2013, les industriels ont pu collaborer à l’écriture des appels d’offres… avant d’y répondre.

Les groupes islamistes extrémistes, facteurs de « croissance »

On devine la suite : « Les industriels tels qu’EADS et Thales gagnaient les appels d’offres à l’écriture desquels ils avaient participé ! », dénonce le sociologue autrichien Reinhard Kreissl, qui siégeait alors au sein de l’un de ces groupes d’experts. Il ne faut dès lors pas s’étonner des conclusions d’un rapport sur le fonctionnement du FP7 publié en 2014 à la demande du parlement européen : « La recherche en matière de sécurité a avant tout servi les intérêts de l’industrie plutôt que ceux de la société »dénoncent ses auteurs.

La protection des frontières européennes et la sécurité des cinq cent millions de citoyens qu’elles entourent ne constituent pas, en priorité, un projet politique et sociétal. L’enjeu se révèle avant tout industriel, dans un contexte de compétition économique accrue avec les États-Unis et Israël. Et au-delà de notre continent, c’est le monde entier qui apparaît comme un vaste terrain de jeu. « Des menaces persistantes provenant de groupes islamistes extrémistes vont générer, au cours de la prochaine décennie, de forts taux de croissance sur les marchés du Moyen-Orient et de l’Afrique », prédit déjà le cabinet d’études Strategic Defence Intelligence. Sur ce marché planétaire, les industriels européens peuvent se tailler la part du lion.

Guillaume Pitron

Cette enquête a été réalisée dans le cadre d’un projet associant plusieurs journalistes d’investigation européens, Security for Sale, coordonné par le media néerlandais De Correspondent. Elle a été écrite avec le soutien du Journalism Fund. Voir ici une page en anglais présentant le projet et les articles qui le composent.


Photo : le « centre de situation » de Frontex, à Varsovie / © Frontex

 

[1] Ainsi que l’atteste « The Migrants Files », une enquête diligentée par une équipe de journalistes européens.

[2] [Preventing Illegal Immigration : Juggling Economic Imperatives, Political Risks And Individual Rights, Claude-Valentin Marie, Council of Europe, 2004

 

Macron : le vrai (et vilain) visage du PS

mars 6th, 2017 by Axel Bader

« Comment pouvez-vous titrer ça alors que c’est Hamon qui a gagné la primaire socialiste ? N’avez vous pas entendu Macron lui-même affirmer qu’il n’était ni de droite ni de gauche ? La preuve, il a même le soutien de Bayrou« …  On souffle, on se détend… Mais ça pourrait piquer un peu quand même.

Vendredi dernier, sur France Inter, était reçu Richard Ferrand. Peu de gens le connaissent alors petit rappel : Richard Ferrand est secrétaire général d’En Marche !, le mouvement d’Emmanuel Macron, depuis octobre dernier. Autrement dit, il est le « chef » désigné de ce mouvement. Et il est aussi… membre du PS et député du Finistère. Vous allez me dire : « ok, bon, il partira du PS… » Et bien non ! Car il a été investi par le PS pour être candidat aux prochaines législatives ! Oui, tout comme tout plein d’autres socialistes qui lâchent Hamon les uns après les autres pour afficher leur soutien à Macron tout en continuant à s’afficher PS : Gérard Collomb, le très influent maire de Lyon, Ségolène Royal, Stéphane Travers (un fervent défenseur de la casse du droit du travail), le très en vue Jean-Marie Le Guen qui ne cachait pas sa préférence pour le programme de Macron avant même que ce programme n’ait été dévoilé, ou encore Manuel Valls qui brandit la menace de rejoindre son ancien ministre… Et je pourrais en citer beaucoup d’autres comme mon propre député Jacques Cresta qui a passé le dernier quinquennat à genoux devant Hollande… A ce rythme-là, c’est tout le PS, à part Hamon et deux ou trois lieutenants impopulaires (Myriam El Khomri par exemple) qui rejoindront Macron plus ou moins officiellement.

Une stratégie de longue date

Cela fait au moins un an que le PS sait qu’il ne peut pas, sous sa propre étiquette, garder le pouvoir. Hollande ayant perdu toute crédibilité, il était impératif de trouver un candidat qui ne soit pas directement associé au PS. A ce titre, Macron est idéal. Il n’est plus membre du PS (nb : il l’a été de 2006 à 2009) et, aux yeux du grand public, il est trop neuf en politique pour être catalogué dans tel ou tel parti. De fait, même sa participation au gouvernement de Manuel Valls à un poste pourtant clé (Ministre de l’économie et des finances) est minimisée pour ne pas alerter l’opinion publique…

Il ne faudrait pourtant pas oublier que Macron était dans l’entourage de Hollande dès 2012 en tant que secrétaire général adjoint de l’Elysée. A ce titre, il est l’un des artisans principaux du CICE (crédits d’impôt alloués aux entreprises, sans contrepartie, et proportionnels au nombre de salariés. Les très grandes entreprises étant donc fortement favorisées) et du Pacte de responsabilité qui contient lui aussi des mesures avant tout favorables aux très grandes entreprises, non pas pour encourager les embauches mais, là encore, pour leur permettre d’engranger davantage de bénéfices (dont 80% vont dans la poche des actionnaires). Bref, il est l’un des principaux inspirateurs de la politique économique menée par Hollande pendant 5 ans. Politique dont on connaît le résultat social désastreux : hausse constante du chômage et de la pauvreté, augmentation inquiétante du travail précaire (CDD et temps partiels, aux dépens des CDI qui ne représentent plus que 20% des embauches), conditions de travail dégradées dans les services publics (notamment dans les secteurs de la santé, de l’éducation et la sécurité).

Ainsi, Emmanuel Macron n’incarne pas le moindre changement (encore moins une « révolution », malgré le titre de son livre…), mais au contraire la continuité des politiques d’austérité menées par Sarkozy puis Hollande, sous l’autorité de l’Union Européenne. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si son programme (enfin dévoilé mais rendu volontairement incompréhensible pour la plupart des gens) vante les bienfaits de l’Europe actuelle, et par conséquent des Traités qui nous astreignent à ces politiques d’austérité.

En marche… arrière !

Et là, vous me dîtes :  « Mais si ce que tu écris est vrai, alors pourquoi Bayrou qui est centre-droit a rejoint Macron ? Et pourquoi Hamon est présenté comme le candidat du PS ?« . Revenons donc à l’élection présidentielle de 2007, lorsque Macron est adhérent du PS. Le jeune Emmanuel est alors proche des « Gracques », un lobby mené par Jean-Pierre Jouyet, un énarque qui a travaillé entre autres avec François Fillon et François Hollande ! Jouyet est également un proche de Macron. En 2007 donc, les « Gracques » font campagne pour une alliance François Bayrou-Ségolène Royal. S’il est difficile de connaître avec précision qui composait ce lobby, on connaît tout de même quelques noms :

– Denis Olivennes : aujourd’hui Président de Lagardère Active, pôle médias du groupe Lagardère : 11 chaînes de télévision, 3 radios (dont Europe1) et 37 journaux (dont Paris Match et le Journal du Dimanche), après une carrière aussi remplie qu’agitée : Cour des Comptes, conseiller de Pierre Bérégovoy (lorsque ce dernier fut Ministre de l’économie et des finances puis Premier ministre avant d’être lourdement mis en cause dans une grosse affaire de corruption et retrouvé mort, tué par l’arme à feu de son garde du corps. L’enquête conclura à un suicide), dirigeant successivement de Air France, Numéricable, Canal+, la Fnac, le Nouvel Observateur, Europe1

– Matthieu Pigasse : homme d’affaires proche de DSK, Fabius, Royal ou encore Valls ; actionnaire, entre autres, du groupe Le Monde (la vente avait d’ailleurs été orchestrée par Macron) et du Huffington Post. Il est aussi l’un des dirigeants de la grande banque d’affaires franco-américaine Lazard. Banque privée  qui, malgré un évident conflit d’intérêts, a supervisé la création de la Banque publique d’investissement (qui n’est en fait pas une vraie banque, elle emprunte aux banques privées et son « étrange » fonctionnement pourrait faire l’objet d’une longue analyse critique – que je ne ferai pas, parce que j’ai pas envie !).

– Bernard Spitz :  président de la Fédération Française de l’Assurance qui regroupe la Fédération française des sociétés d’assurances et le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance. Il préside aussi le pôle international et Europe du MEDEF (lui-même dirigé par Pierre Gattaz, soutien affiché de Macron). Avec un tel CV, on comprend pourquoi le programme de Macron insiste autant sur la baisse des cotisations sociales ou la retraite par points qui délèguent une large partie de notre protection sociale (santé, retraites…) aux assurances privées…

– François Villeroy de Galhau : gouverneur de la Banque de France (nommé par François Hollande), il siège aussi (entre autres) au conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne et à la « commission pour la libération de la croissance française » dirigée par… Jacques Attali ! Oui, le fameux Jacques Attali, conseiller des Présidents Mitterrand, Sarkozy et Hollande. Jacques Attali qui fit entrer Macron dans le « grand monde ». D’abord en le recrutant dans la triste « commission Attali » qui inspira la politique de Sarkozy, puis en le faisant entrer à la banque Rothschild (qui fera de Macron un millionnaire)…

Et voilà comment, en tirant fil par fil, on met à nu le réseau de Macron : les grandes banques privées, les médias, les grandes sociétés d’assurances, le MEDEF, la BCE, les hommes d’influence qui ont conseillé nos dirigeants politiques ces 30 dernières années, et la plupart des plus riches hommes d’affaires français… Car il ne faut pas oublier que le réseau de Macron comprend aussi des gens comme François Pinault (multimilliardaire et propriétaire du groupe Artemis qui contrôle, entre autres, l’hebdomadaire Le Point et de nombreuses marques de luxe comme Yves Saint-Laurent), Vincent Bolloré (patron notamment de Vivendi, du groupe Canal+ ou encore de l’institut de sondages CSA et… fossoyeur de I-Télé devenue CNews), Bernard Arnault (deuxième fortune française, patron de LVMH, propriétaire du journal Les Echos, ami proche de Martin Bouygues lui-même patron entre autres de TF1 et LCI…), Xavier Niel (propriétaire de Free), Patrick Drahi (propriétaire entre autres de SFR ; des journaux Libération, L’Express, L’Expansion, L’Etudiant ; de BFMTV et RMC), Claude Bébéar (fondateur d’Axa, banque et surtout plus gros groupe d’assurances au monde)… N’en jetez plus, la coupe est pleine ! Bon ok, un petit dernier pour la route, juste histoire de sourire un peu. L’avocat Jean-Pierre Mignard a également rejoint Macron. Vous ne le connaissez pas ? Mais si… L’affaire des « écoutes de l’Elysée », le naufrage du pétrolier Erika, le procès Clearstream ou encore l’affaire Cahuzac sont quelques-uns des nombreux très gros dossiers dans lesquels il est intervenu. Il est également parrain de deux des enfants de François Hollande et avocat « officiel » de Mediapart

Au secours !

Vous l’aurez compris, les soutiens d’Emmanuel Macron ont un tel poids financier, politique et médiatique qu’ils sont à même de faire plier n’importe qui (y compris Bayrou…) et nous avec…

Voici donc l’histoire « en marche »… Hamon (dont l’épouse est certes une des dirigeantes de LVMH mais qui reste l’employée de Bernard Arnault !) est censé faire diversion, piquer des voix à Mélenchon et perdre dès le premier tour (comme n’importe quel candidat labélisé PS). Pour y parvenir, le PS (dont vous aurez désormais compris que le champion est Macron) met au point une stratégie à tiroirs. D’abord, mettre en scène la déconfiture de Hollande et du PS. Hollande abdique. Valls s’avoue vaincu (peu importe que les urnes de la primaire aient été bourrées, les médias comme les cadres du PS l’ont constaté mais personne ne s’en est inquiété…) et on présente le vainqueur comme un « frondeur » à la gauche du PS, un peu écolo, soi-disant proche des idées de Mélenchon. « Frondeur » qui pourtant n’a jamais voté contre les 49.3 de Valls ou contre la loi travail… Ensuite, on invente une polémique : JLM ne voudrait pas d’alliance et serait donc le responsable d’une éventuelle et terrifiante victoire du FN. Enfin, on négocie discrètement des postes aux législatives avec les dirigeants Verts et Communistes. L’idée est donc d’isoler Mélenchon. Coïncidence ou non, Fillon s’embourbe dans le « Penelope-gate ». Les médias ne parlent que de cette affaire, ce qui permet d’éviter de s’intéresser aux programmes des candidats. Cela tombe bien, celui de Macron tombe sur le tard, reste flou, complexe et brouillon. C’est purement volontaire, pour éviter qu’on le comprenne. Car quand on s’y attarde, on en voit toutes les incohérences et les injustices sociales. Derrière ses airs de jeune paroissien, Macron défend une politique des plus féroces. Tu es malade ? Paye ta mutuelle. Tu veux une bonne retraite ? T’avais qu’à épargner. Tu veux une école correcte pour tes enfants ? Va dans le privé. Ton logement est cher ou pas adapté ? Déménage ! Tu as du boulot ? Consomme et tais-toi. Tu es au chômage ? Tais-toi et meurs…

Voilà, vous êtes prévenus… En 2012, François Hollande disait « Mon ennemi n’a pas de nom, il n’a pas de visage. Mon ennemi c’est la finance« . Il avait tort. L’ennemi a de multiples noms, je vous en ai livré un paquet. Et il a un visage, celui d’Emmanuel Macron.

Axel Bader

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Macron : le vrai (et vilain) visage du PS

Sin pruebas, el establishment, es decir, el gobierno oculto de Estados Unidos, acusa al nuevo presidente, Donald Trump, de haberse beneficiado del hackeo ruso al Partido Demócrata y de estar al servicio del Kremlin.
La campaña contra Trump, cuyo equipo la compara con una “cacería de brujas”, le costó el puesto al consejero de Seguridad Nacional, el general Michael Flynn, y acotó el poder del Fiscal General de la Unión Americana, Jeff Sessions, toda vez que le margina de las investigaciones de este caso.

El ataque político, diplomático y sobre, todo, mediático contra Trump se explica de manera muy sencilla: el sucesor de Barack Obama -empleado del establishment- y vencedor de Hillary Clinton -la candidata de ese gobierno oculto- significa pérdidas billonarias para ese Estado Profundo, que lucra con la guerra, con la especulación financiera, con la educación, con la salud, con la alimentación y aun, con las almas de miles de millones de seres humanos.

Trump “echó las cartas”, como se dice coloquialmente, el jueves 22 de julio de 2016, al pronunciar su discurso de aceptación a la candidatura presidencial republicana. En esa ocasión dijo, entre otras, las siguientes:
⦁ “Si quieren escuchar el discurso manido de las empresas, mentiras cuidadosamente elaboradas y los mitos de los medios, la convención de los Demócratas es la semana que viene.”
⦁ “Las grandes empresas, los medios de comunicación de elite y los mayores donantes se han alineado detrás de la campañaa de mi oponente porque saben que ella mantendrá ese sistema amañado.”
⦁ “Le dan dinero porque tienen control absoluto sobre todo lo que hace. Ella es su marioneta y tiran de los hilos. Por eso, el mensaje de Hillary Clinton es que las cosas nunca van a cambiar. ¡Nunca jamás!”
⦁ “Cuando la misma secretaria de Estado amasa millones y millones de dólares intercambiando favores por intereses especiales y poderes extranjeros sé que ha llegado el momento de actuar.”
⦁ “He bajado a la arena política para que los poderosos ya no puedan golpear a la gente que no puede defenderse por sí misma.”
⦁ “Nadie conoce el sistema mejor que yo, por eso soy el único que puede arreglarlo.”

Luego, el 20 de enero pasado, cuando tomó posesión como Presidente de los Estados Unidos, Trump apuntó:
⦁ “La ceremonia de hoy tiene un carácter especial porque no sólo hacemos una transferencia de poder, sino que estamos transfiriendo el poder de Washington hacia ustedes, el pueblo.Por demasiado tiempo, un grupo pequeño en la capital, se ha beneficiado del Gobierno, mientras el pueblo cargaba en sus espaldas los costes.”

Está claro que se trata de un pequeño grupo, si se le compara con el resto del pueblo de los Estados Unidos; sin embargo, es la gente que controla al complejo financiero, militar y mediático radicado, de manera parasitaria, en territorio norteamericano. Uno de los soportes del Estado Profundo es el Consejo de Relaciones Exteriores, cuya sede está en Nueva York, y al que componen menos de siete mil individuos. Otro, es la Comisión Trilateral. Uno más, el Club Bilderberg, que ha sido desenmascarado por el escritor y periodista Daniel Estulin. Otro, excesivamente poderoso, es el que controla a la Reserva Federal de los Estados Unidos.

Motivos concretos de odio contra Trump

1. Su propósito de evitar rencillas y enfrentamientos con las otras dos potencias mundiales: Rusia y China. Desactivar una nueva y artificiosa “guerra fría” significaría dejar de recibir ganancias fabulosas por venta de armas.
2. Su deseo de aniquilar al terrorismo islámico que, según el papa Francisco, no existe. Acabar con él, también afectaría las exportaciones de armas y de sistemas de seguridad en aeropuertos, oficinas públicas, etcétera.
3. Terminar con el “libre comercio” permitiría limitar las inmorales “libertades” de los grandes consorcios trasnacionales que enriquecen a sus pocos dueños, a cambio de empobrecer a la mayoría de la humanidad.
4. Sacar a los narcotraficantes de Estados Unidos redundaría, también, en una cuantiosísima merma a las sucias ganancias de los dueños del sistema neoliberal. Permitiría, luego, iniciar una campaña de prevención y atención de adicciones. Una juventud sin drogas tiene más probabilidades de contribuir a la grandeza nacional que aquella sujeta a la pipeta del narco-estado protector de los “derechos humanos”.

Conclusión

En síntesis: Trump ha osado enfrentarse al oscuro poder de Rockefeller, Soros, Sachs y compañía.

Lo que tiene qué hacer, ahora, el nuevo mandatario norteamericano es demostrar que en ningún momento vulneró la seguridad nacional de los Estados Unidos y, por el contrario,  exhibir a Barack Obama y Hillary Clinton -con pruebas irrefutables- acerca de cómo utilizan la industria de la guerra para enriquecer a sus amos, a costa de la invasión injusta a otras naciones y del sufrimiento humano.

Convencer, también, a los escépticos propio y extraños, que detrás de esa ilegal campaña de filtraciones está la mano de ese grupo de especuladores y belicistas conocido vulgarmente como el de los “Halcones”.

Concluiremos este artículo citando a uno de los medios del establishment, pero radicado en Europa. Hablamos del periódico español El País, que en su edición digital del sábado 4 de marzo de 2017, publicó uno de tantos materiales contra Trump, cargado de adjetivos y insultos. Sin embargo, El País tuvo que reconocer lo siguiente:

Aunque no se ha demostrado que el equipo de Trump tuviera participación en los cibertaques, las indagaciones abiertas por el FBI, los servicios inteligencia, el Senado y la Cámara de Representantes se han erigido en la más seria amenaza contra el presidente.

Jorge Santa Cruz

Jorge Santa Cruz: Periodista mexicano.

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Causas de la “cacería de brujas” contra Donald Trump

Ucrania: Guerra y bloqueo, igual a caos

mars 6th, 2017 by Antonio Rondón García

Los intentos del presidente ucraniano, Petro Poroshenko, de mantener hoy la campaña bélica en Donbass y de lidiar con radicales y sus bloqueos de regiones sublevadas solo sumaron caos en la república exsoviética.

En los últimos días, la situación cambió vertiginosamente en las autoproclamadas repúblicas de Donetsk y Lugansk. Los radicales ucranianos bloqueaban desde mediados de enero pasado el paso de vagones con antracita extraída en esas regiones.

Las autoridades ucranianas tuvieron la oportunidad desde un principio de suspender el boicot con métodos policiales, y establecer un control sobre las zonas de tránsito entre la región de Donbass (Donetsk y Lugansk) y el resto de Ucrania.

Sin embargo, en el fondo parecían compartir los lemas proferidos por los ultranacionalistas organizadores de los cercos y barricadas montados en las líneas de ferrocarril y en carreteras desde y hacia el Donbass.

La situación cambió, no solo por el hecho de que la falta del carbón y el coque proveniente del territorio rebelde creó una situación difícil a la economía ucraniana, sino porque los gobiernos de las citadas regiones impusieron sus condiciones.

Desde la jefatura de las repúblicas sublevadas se escuchó un ultimátum de que tomarían bajo su control las empresas y minas de carbón en sus territorios, si continuaba el bloqueo. Esa advertencia se materializó el 1 de marzo.

El gobierno ucraniano debió dedicarse a cómo salvar la economía nacional de un colapso energético y a aplicar medidas para evitar el cierre de complejos metalúrgicos.

Pero en Kiev, más bien lo que se produjo fue una fuerte polémica sobre quién podría estar detrás del bloqueo. Los más culpan en primer lugar a Moscú, pues consideran que el Kremlin lo planificó todo para volver a Ucrania dependiente del carbón ruso.

Otros estiman que los propios bloqueadores podrían buscar un beneficio para algunos sectores oligárquicos.

Pero lo que sí parece quedar claro es que con la admisión del bloqueo de los radicales, que causa daños económicos considerables a Ucrania, Poroshenko muestra la fragilidad del poder para canalizar problemas internos con la ultraderecha.

Como afirma el politólogo Mijail Pagrebinki, el Ejecutivo ya dejó pasar la oportunidad de resolver el asunto del bloqueo con el uso de la fuerza policial. Hasta de Occidente le recomiendan negociar con los bloqueadores del Donbas.

Además, las autoridades de Donetsk y Lugansk aseguraron que ahora serían ellos quienes impondrían un bloqueo a Ucrania por al menos 60 días. En ese lapso, las repúblicas buscarán nuevos mercados para sus productos.

Cabe destacar que Ucrania pierde, además del combustible para sus termoeléctricas, las cuales producen una tercera parte de la energía eléctrica, otros nueve mil millones de exportaciones de productos elaborados con el coque obtenido en el Donbass.

Para el filósofo y politólogo Serguei Datsiuk, en esta ocasión no estamos frente a un conflicto del Gobierno con los radicales por el tema de los bloqueos, sino entre el poder y la sociedad.

Las acciones y decisiones de los ultraderechistas cada vez se tornan más peligrosas para el poder en Kiev, que también está imposibilitado de retomar el control de 400 kilómetros de fronteras de Donetsk y Lugansk con Rusia.

Antonio Rondón García

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Ucrania: Guerra y bloqueo, igual a caos

Avanzar en las reformas para lograr un crecimiento económico de alrededor del 6,5 por ciento este año, es una meta que defiende hoy China pese a los retos presentes y los que están por llegar.

Al presentar el Informe sobre la Labor del Gobierno este domingo, el primer ministro chino, Li Keqiang, dejó claro que esta nación tiene previsto alcanzar este año un crecimiento económico de alrededor del 6,5 por ciento, o más si es posible en la práctica.

El reporte, exteriorizado por Li en la reunión inaugural de la V sesión anual de la XII Asamblea Popular Nacional (APN), deja claro que el objetivo, que se corresponde con las leyes de la economía y la realidad objetiva, es el más bajo en más de 20 años para el gigante asiático, no obstante, el país sigue siendo una de las economías de más rápido crecimiento en todo el mundo.

Aclara el texto que ese designio ayudará tanto a la orientación como a la estabilización de las expectativas y también al reajuste estructural.

A la par, apoyará las acciones para conseguir el propósito de construir una sociedad modestamente acomodada en todos los aspectos para 2020, según el primer ministro.

Durante su alocución de apertura de la sesión, la primera desde que Xi Jinping fue apoyado como núcleo del Comité Central del Partido Comunista de China (PCCh), en octubre pasado, Li pidió trabajar para cumplir las metas de desarrollo.

Ante unos tres mil diputados de la APN, subrayó que el 2017 es un año de crucial importancia para el país, cuando el PCCh celebrará su XIX Congreso Nacional en el segundo semestre para elegir un nuevo liderazgo para los próximos cinco años, periodo en el que se concretará la visión de Xi de una sociedad modestamente acomodada.

De acuerdo con el texto, China mantendrá el alza del IPC (Índice de Precios y Cotizaciones) en torno al tres por ciento, y creará más de 11 millones de puestos de trabajo en las zonas urbanas, con lo que tendrá una tasa de desempleo urbano de máximo 4,5 por ciento.

Por otra parte el país reducirá el consumo de energía por unidad del PIB (Producto Interno Bruto) en al menos un 3,4 por ciento.

El año pasado, el PIB del país alcanzó los 74,4 billones de yuanes (10,8 billones de dólares), para un aumento de un 6,7 por ciento, y contribuyendo con más del 30 por ciento al crecimiento de la economía global.

Igualmente el gobierno creó 13,14 millones de puestos laborales en las zonas urbanas, y además incrementó los ingresos disponibles per cápita en un 6,3 por ciento al tiempo que logró sacar de la pobreza a cerca de 12,4 millones de personas.

Entre los desafíos que encarará esta nación, Li mencionó el disminuido crecimiento económico del mundo y la tendencia al alza del proteccionismo.

Sin embargo enfatizó que tales dificultades serán vencidas, dado que el país cuenta con una sólida base material, abundantes recursos humanos, un mercado enorme y un completo sistema de industrias.

En lo referente a la reforma estructural por el lado de la oferta, prioridad en el desarrollo de China, Li manifestó que los esfuerzos se concentrarán en una variedad de áreas, como racionalizar la administración, reducir impuestos, ampliar el acceso al mercado y disminuir la oferta ineficaz, ampliando, al mismo tiempo, la eficaz.

Asimismo, Beijing continuará profundizando las reformas en la defensa nacional y las fuerzas armadas y se espera que antes que finalice la sesión del máximo legislativo el 15 de marzo, la administración revele el presupuesto para el área militar este año.

Prensa Latina

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Avanzar en las reformas, meta de China para crecimiento económico

Los países del Triángulo Norte de Centroamérica están llamados a convertirse en el parachoques del flujo migratorio hacia Estados Unidos y en particular Guatemala, acorde con la política represiva impulsada por el presidente Donald Trump.

Durante su visita el 21 y 22 de febrero, el secretario de Seguridad Nacional, John Kelly, aseguró que no habría deportaciones masivas de personas oriundas de esta región, más catalogó a la migración de cáncer terrible y negoció tras bambalinas reforzar militarmente la frontera guatemalteca con México.

Incluso, el exjefe del Comando Sur recorrió el Centro de Recepción de Migrantes en la Fuerza Aérea de Guatemala, lo que a juicio de analistas confirmó la presunta intención de su llegada: comprobar la capacidad del país para recibir grandes cantidades de migrantes retornados de manera eventual.

Dos semanas después, trascendió que los ministros de Gobernación de Guatemala, Francisco Rivas; de Justicia y Seguridad Pública de El Salvador, Mauricio Ramírez; y de la Secretaría de Seguridad de Honduras, Julián Pacheco Tinoco, fueron convocados por Kelly a una reunión en Washington.

Rivas confirmó que el encuentro se dará en el mes de junio por iniciativa de Kelly y adelantó que los presidentes y cancilleres del área podrían participar en este, para diseñar acciones integrales con tal de obtener resultados mejores en la lucha contra la violencia y el trasiego de drogas, lo cual permitiría disminuir la migración ilegal.

Pero mientras llega el momento, los gobiernos vértices del Triángulo Norte de Centroamérica articulan planes para atacar ciertas causas que alientan el éxodo de seres humanos y sobre todo de menores de edad.

El 8 de marzo autoridades de Seguridad de Honduras acudirán a un diálogo con Rivas para evaluar posibles operaciones a ejecutar y los aspectos a priorizar en la lucha por desarticular los grupos criminales que actúan en ambas naciones, así como para disminuir el contrabando de mercadería, entre otros temas.

Sin embargo, antes que los vecinos llegará el secretario de Estado adjunto para Narcóticos y Asuntos de Seguridad en Estados Unidos, William Brownfield, quien se reunirá el lunes con el presidente Jimmy Morales.

El retorno de Brownfield, apenas un año después de un intercambio similar con el gobernante en el Palacio Nacional de la Cultura, es asociado a lo dicho en el Informe Anual del Departamento de Estado sobre Control de narcóticos: Informe de Estrategia, Volumen I, Control de Drogas y Químicos.

El documento señala a los tres países de la zona entre los más afectados por el lavado de dinero y aunque reconoce logros a la gestión de Morales, subraya su imposibilidad para construir mecanismos sostenibles de lucha contra el narcotráfico en Guatemala.

Destaca que ello sólo será posible cuando ‘implemente plenamente sus leyes, las reformas a las instituciones policiales y judiciales’, lo cual supone un claro mensaje a las autoridades electas tras la ola de protestas anticorrupción que sacaron de la silla presidencial al exmandatario Otto Pérez Molina (2012-2015).

Previo a esto, Estados Unidos anunció una eventual solicitud de extradición de la exvicepresidenta Roxana Baldetti y del exministro de Gobernación, Mauricio López Bonilla, acusados de narcotráfico por una corte norteamericana pero en prisión preventiva y sujetos a juicio por otros delitos en Guatemala.

Según el canciller guatemalteco, Carlos Raúl Morales, en la región se trabaja por mejorar las condiciones de vida de la población, la seguridad ciudadana y fronteriza, las perspectivas comerciales y el control migratorio.

Mas consultores políticos sugieren repensar la aplicación de un modelo que convirtió al área en una de las más desiguales, violentas y vulnerables ante el cambio climático en el mundo, sobre todo a Guatemala y Honduras.

Para el coordinador del Centro de Estudios de Guatemala, Sandino Asturias, ‘los procesos migratorios masivos hacia Estados Unidos tienen una causa fundamental: el fracaso del modelo económico impuesto hace más de dos décadas’, que redundó en la pobreza, la desigualdad, y la falta de oportunidades, especialmente para las mujeres, juventudes e infantes.

Isabel Soto Mayedo

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Triángulo Norte de Centroamérica, parachoques de la migración a EE.UU

Siria: Los objetivos de la lucha por Palmira

mars 6th, 2017 by Pedro García Hernández

Los objetivos de la lucha por Palmira entre el Estado Islámico, Daesh por su acrónimo en árabe, y el Ejército sirio y sus aliados van más allá de una confrontación militar porque significa la sostenibilidad nacional ante una guerra impuesta.

Palmira, cuya ciudadela antigua es Patrimonio de la Humanidad desde 1980, se ubica en medio del vasto desierto sirio fronterizo con Iraq, y a su alrededor geográfico se concentra casi el 45 por ciento de las reservas de gas de esta nación del Levante.

Más de 40 yacimientos están situados en el área noreste de la región, perteneciente a la provincia de Homs y cuya producción en condiciones normales llegaría a nueve millones de metros cúbicos diariamente.

La zona es también punto de tránsito por donde pasan los gaseoductos que transportan gas desde importantes yacimientos en las vecinas provincias de Hasaka y Deir Ezzor, al noreste y el este de Siria.

Los datos señalan que es además, el centro de la extracción o transferencia de casi toda la producción del país, donde se encuentran las más importantes plantas de procesamiento y de energía suministradoras de electricidad y gas para uso doméstico e industrial a las áreas donde vive la mayor parte de la población.

Maher, Shaer y Hayyan están entre los principales puntos geográficos en ese sentido, con pozos y plantas fundamentales con ese fin y fueron los principales objetivos en los ataques del Daesh desde los primeros instantes de la guerra terrorista.

Abu Bakr Al Bagdadi, el escurridizo y máximo cabecilla de ese grupo, lo expresó públicamente y en nombre de Alá pidió ‘consolidar’ el dominio sobre ese vasto territorio para sustentar- como lo lograron hasta no hace mucho- una fuente de financiamiento que les llegó a proporcionar miles de millones de dólares.

La realidad demuestra con creces que la base confesional, la denominada división entre extremistas religiosos y otras creencias más tolerantes, queda en un segundo plano y a pesar de todo el esfuerzo mediático sin precedentes que lanzó el mundo occidental en ese sentido contra Siria.

En medio de una brutal agresión externa que alentó hasta límites incalculables las disensiones internas, el Estado sirio comprendió y racionalizó prioridades y mantuvo la disputa en los terrenos de combate y aplicó estrictas medidas en los controles de combustibles y sus derivados y la generación de electricidad.

Desde el 2012, todo esa desértica región fue y sigue siendo escenario de duros combates y el dominio alterno de las fuerzas leales a Damasco y los extremistas armados y que obligó a la aplicación de nuevas tácticas y estrategias.

A partir de septiembre del 2015, todo empezó a cambiar tras la solicitud legal e institucional del gobierno de Bashar al Assad de apoyo aéreo de Rusia, dirigido esencialmente y sin cortapisas, contra el Daesh y su prepotencia política más que confesional.

Con rapidez y eficiencia, en medio de una realidad geográfica bien difícil desde el punto de vista militar, el apoyo aéreo ruso significó la garantía para el avance de las tropas terrestres del Ejército sirio y el sensible corte a las líneas de suministros del Daesh.

La primera liberación de Palmira en marzo del 2016 por el Ejército sirio y la posterior contraofensiva del Daesh que volvió a ocuparla a fines de ese año, permitió una evaluación de errores de apreciación tácticas y estratégicas, asimilarlos con rapidez y revertir la situación.

Entre diciembre de 2016 y el actual mes de marzo, la coordinación operativa junto a la asesoría rusa e iraní permitió a las fuerzas sirias reconquistar Palmira, con apoyo básicamente y como tropa de choque y avanzada por la Quinta Legión, los combatientes de Hezbolá y los afganos fatimís.

La actual situación permite equilibrar los flancos de defensa en el desierto y la región oriental de la provincia de Homs, mejorar la protección y retoma de los campos de petróleo y gas,tal como se logró en el de Hayyan.

Por primera vez en la vastas extensión desérticas hacia Palmira se emplearon equipos militares de avanzada como los TOS 1 A, Buratino y los helicópteros de ataques MI 28 y Ka 52, además de fuerzas especiales artilleras y de pequeñas unidades del Ejército sirio.

Los resultados de tales acciones están demostrados en la destrucción de 19 tanques, 37 blindados de combate, 98 camionetas con armas pesadas y más de 100 vehículos de otro tipo del Daesh y el establecimiento de una zona segura de operaciones a más de 20 kilómetros al este y sur de Palmira.

Todo ello en aproximadamente dos meses de operaciones, a lo que se suma la aniquilación de más de dos mil puntos de concentración de los terroristas y la recuperación de cerca de mil 700 kilómetros cuadrados de territorio.

Palmira, junto a sus milenarios valores históricos y arqueológicos, es hoy el símbolo de la resistencia y firmeza de un país del Medio Oriente como nunca antes, en defensa de la sobrevivencia de su soberanía e independencia.

Pedro García Hernández

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Siria: Los objetivos de la lucha por Palmira

D’un scandale éthique à l’autre ? La direction de LafargeHolcim a officiellement reconnu avoir contribué au financement de groupes armés en Syrie, alors que l’entreprise s’efforçait de maintenir en opération sa cimenterie dans le pays. Le même jour, la presse suisse annonçait que l’entreprise s’était déjà positionnée pour obtenir le juteux marché de la construction du mur anti-migrants voulu par Trump, à la frontière entre États-Unis et Mexique.

Tout est bon pour les affaires. L’entreprise franco-suisse de ciment LafargeHolcim vient tout juste, ce jeudi 2 mars, de reconnaître avoir financé des groupes armés en Syrie entre 2012 et 2014 pour maintenir en activité une usine dans un pays en pleine guerre. Six mois après les premières révélations du Monde sur les pratiques douteuses des dirigeants de Lafarge dans cette affaire (lire notre article), l’entreprise a concédé que « les mesures prises pour poursuivre l’activité de son usine étaient inacceptables » et que la filiale locale de Lafarge avait « remis des fonds à des tierces parties afin de trouver des arrangements avec un certain nombre de ces groupes armés, dont des tiers visés par des sanctions ».

Selon Le Monde, ces arrangements ont profité à l’organisation État islamique (ce que ne concède pas explicitement la direction de LafargeHolcim). Le ministère de l’Économie et l’ONG Sherpa ont saisi la justice contre Lafarge, le premier pour violations des sanctions européennes contre le régime de Bachar el-Assad, la seconde pour financement présumé du terrorisme.

En conséquence de ces « erreurs », l’entreprise a décidé de mettre en place un nouveau comité interne d’éthique, d’intégrité et d’évaluation du risque. Celui-ci risque de devoir plancher très rapidement sur un nouveau marché potentiel de LafargeHolcim : celui du mur anti-migrants que Trump veut faire construire à la frontière des États-Unis avec le Mexique. Selon les informations d’un journal suisse, Le Tages-Anzeiger, le fabriquant franco-suisse de ciment serait en effet parmi les entreprises candidates à cet immense marché public : l’érection d’un mur de plus de 3000 kilomètres, sur lequel viendront s’échouer les migrants les plus pauvres d’Amérique latine.

LafargeHolcim a candidaté, via sa filiale Lafarge North America, pour participer à la construction d’un prototype du mur, suite à un appel à intérêts émis le 24 février par le Département américain de la sécurité intérieure. Plus de 220 entreprises auraient répondu. Contactée par le Tages-Anzeiger, la direction de LafargeHolcim n’a pas nié le fait, en précisant qu’il ne s’agit qu’une démarche de routine et que si la firme obtenait finalement le marché, elle ne construirait pas le mur elle-même, mais ne ferait que fournir le ciment au constructeur…

Le PDG d’une autre firme suisse de matériaux de construction, Sika, a créé la polémique dans le pays en affirmant que lui aussi voyait une opportunité commerciale prometteuse dans la construction de ce mur.

Rachel Knaebel


Photo : qbac07 CC

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Lafarge lorgne sur le marché du mur anti-migrants de Trump

Lucien Bitterlin, président de l’Association de Solidarité Franco-Arabe (ASFA) fondée en 1967 pour accompagner la politique arabe du général de Gaulle, n’est plus. Gravement malade, lui qui a consacré sa vie à défendre les pays arabes et la cause palestinienne face aux attaques des lobbies pro-israéliens, est décédé sans connaitre les bouleversements survenus ces dernières années dans ces pays, et c’est tant mieux.

En me rendant, le 17 février dernier, à la cérémonie d’hommage organisée au funérarium des Batignolles, à Clichy, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait grand monde, à part sa famille, des proches et quelques personnalités l’ayant côtoyé de près. Mais, pour moi, il allait de soi qu’au moins les ambassadeurs d’Algérie, de Syrie et de l’Autorité palestinienne seraient présents ou représentés. C’était la moindre de obligations pour ces diplomates, bien placés pour savoir ce que leur pays lui doivent.

Une balle de 22 Long Rifle 

J’ai rencontré pour la dernière fois Lucien Bitterlin en 2006, avant qu’il ne tombe malade. C’était au Palais de justice de Paris. Nous venions d’assister au jugement d’un forcené ultra-sioniste qui nous avait adressé une balle de 22 Long Rifle – ainsi qu’à une vingtaine de pro-palestiniens – assortie d’un message menaçant: « La prochaine n’arrivera pas par la poste ! ».

L’individu, dont la cave était pourtant bourrée d’armes et munitions, n’avait été condamné qu’à une peine symbolique : de la prison avec sursis et à verser… un euro de dommages et intérêts à ses victimes. J’avais trouvé Lucien Bitterlin désabusé. Il y avait de quoi, mais n’avait pas voulu faire appel.

« Avec les Arabes… malgré les Arabes » 

Au funérarium des Batignolles, à part sa famille, nous n’étions qu’une quinzaine devant son cercueil. Force m’était de constater que les marques de considération pour les activités de ceux qui les soutiennent n’étouffent pas les régimes arabes. La seule ambassade représentée était celle de l’Autorité palestinienne, d’un peuple qui ne compte heureusement que sur lui-même pour survivre. D’Algérie: pas même un message. De celle de Syrie (à l’Unesco), n’en parlons pas. Une honte… Cela dit, je ne pense pas que l’absence de diplomates arabes à ses obsèques aurait vraiment étonné Lucien Bitterlin. Il savait à quoi s’en tenir quand il disait être « avec les Arabes… malgré les Arabes » !

Le conteur danois Hans Christian Andersen écrivait que « la reconnaissance est la mémoire du cœur ». Pourquoi faudrait-il en attendre de régimes devenus des monstres froids ?

Gilles Munier

Gilles Munier a été membre de l’Association de Solidarité Franco-Arabe (ASFA) dès sa création, puis un de ses permanents dans les années 1970.

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Obsèques de Lucien Bitterlin : rien à attendre des régimes arabes

Cet article a été publié initialement par Mondialisation.ca le 14 janvier 2014.

En 2013, le Venezuela a connu un des moments les plus difficiles de son histoire avec le décès du Président Hugo Chavez, le 5 mars. Chavez, leader de grande envergure, fut victime d’un cancer agressif dont il mourut en moins de deux ans. Pendant ses quatorze années au pouvoir, ce Président charismatique (toujours élu démocratiquement et à la grande majorité) s’est confronté à de grands et puissants ennemis : coups d’état, sabotages économiques, interventions électorales, guerre psychologique, financement à coup de millions de dollars à l’opposition du pays par des agences américaines, et des attentats contre sa personne , furent quelques unes des méthodes et des stratégies de déstabilisation auxquelles il dût faire face pendant son mandat.

Il était en tête de liste de la CIA comme cible principale de leurs agressions et les États-Unis amplifièrent de façon significative (ouvertement ou secrètement) leur présence militaire autour du Venezuela durant sa Présidence. Tout cela fit que sa mort brutale et inattendue fit naître beaucoup de soupçons parmi ses partisans et tous ceux qui s’intéressaient à sa vision sociopolitique. Chavez défiait les intérêts des plus puissants et en même temps contrôlait les plus grandes réserves pétrolières de la planète.

La mort de Chavez peut-elle avoir été un assassinat politique ?

Il y a quelques années, cette question aurait fait sourire une grande partie des lecteurs, mais aujourd’hui, avec l’immense quantité de documents publiés par le lanceur d’alerte Wikileaks et l’ex agent de la NSA, Edward Snowden, nous informant sur les graves atteintes aux droits de l’homme et à la souveraineté des pays commises par le Gouvernement des États-Unis, ce ne sont plus seulement les « conspiranoïaques » et les connaisseurs de la politique sale des États-Unis qui se posent des questions de ce genre.

Aujourd’hui le monde sait comment le gouvernement des États-Unis espionne ses amis, ses alliés, ses citoyens et ses ennemis ; personne n’échappe aux yeux et aux oreilles de Washington. On sait aujourd’hui que presque toutes les ambassades des États-Unis dans le monde sont des centres d’espionnage et d’opérations d’intelligence, bafouant ainsi toutes les normes et les règles internationales, sans se soucier des conséquences.

On sait toutes les graves atteintes aux droits de l’homme qui ont été commises par les forces armées américaines en Irak et en Afghanistan, et on sait aussi comment le Gouvernement de Barak Obama a augmenté l’utilisation d’avions sans pilotes (drones) pour assassiner des innocents par télécommande.

On sait aujourd’hui la rage avec laquelle le Gouvernement du premier Afro-étasunien à la Présidence poursuit ceux qui dévoilent des vérités sur les abus de Washington, et plus encore quand ce sont des citoyens étasuniens comme Bradley (Chelsea) Manning, Edward Snowden et Jeremy Hammond. On sait que Washington a utilisé son pouvoir économique pour tenter de neutraliser Wikileaks et geler ses finances, bloquant son accès à Mastercard, Visa et Paypal avec le seul objectif d’étouffer sa voix et d’empêcher sa publication continue de documents qui dévoilaient les basses actions de la Maison Blanche.

Toutes ces révélations ont rendu le public mondial moins sceptique et plus réaliste quand il s’agit de la capacité du Gouvernement américain à réduire ses ennemis au silence, cacher ses erreurs et utiliser tous les moyens possibles pour conserver sa domination.

Hugo Chavez a toujours été un caillou dans la chaussure impériale. Sous-estimé par les analystes et conseillers « d’esprit guerre froide » de Washington, Chavez mit fin à l’influence et à la domination des États-Unis en Amérique Latine en moins d’une décade.

Il a transformé le Venezuela, pays dépendant et soumis à la culture politique américaine en une nation souveraine, libre, indépendante, digne et orgueilleuse de ses racines, de son histoire et de sa culture afro-indo-américaine. Il a repris le contrôle des ressources stratégiques, non seulement du Venezuela mais dans toute l’Amérique Latine, toujours sous le drapeau de la justice sociale.

Il a impulsé l’intégration régionale et la création d’organisations comme l’Union des Nations Sud-Américaines (UNASUR), l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA), la Communauté des États Latino-Américains et des Caraïbes (CLAC), entre autres. Sa main ferme face aux agressions des États-Unis fut un exemple et une inspiration pour des millions dans le monde, qui virent avec espoir la révolution au Venezuela et son expansion régionale.

Sans doute beaucoup d’intérêts puissants à Washington et ailleurs, désiraient la disparition physique de Hugo Chavez. Ils essayèrent d’y parvenir avec un coup d’État soutenu par Washington en avril 2002 qui échoua. Quelques mois après, on essaya de le sortir du pouvoir par un très important sabotage économique qui faillit détruire l’industrie pétrolière du pays, mais cela aussi échoua. Un an et demi après, des paramilitaires mercenaires furent envoyés de Colombie pour l’assassiner mais ils furent capturés par les autorités Vénézuéliennes et le complot fut neutralisé. Dans les années qui ont suivi, il y eut de multiples attentats contre sa personne et beaucoup de plans pour déstabiliser son gouvernement, mais aucun ne fonctionna.

Pendant ce temps, la popularité de Chavez ne cessait de grandir et son projet socialiste commençait à se consolider dans le pays.

Les documents de la NSA filtrés par Snowden, ont révélé que le Président Chavez et son gouvernement était sur la liste des six cibles principales de l’espionnage Américain depuis au moins 2007. À peine un an avant, la Maison Blanche avait créé une mission spéciale d’intelligence pour le Venezuela, qui faisait ses rapports directement au directeur national d’intelligence sans passer par la CIA ni aucune des 15 autres agences d’intelligence des États-Unis.

Cette mission spéciale était complètement clandestine et disposait de grands moyens financiers et autres. Il existait seulement deux autres missions de ce style : pour l’Iran et la Corée du Nord. Associer le Venezuela à deux pays ennemis déclarés de Washington est un indicateur du niveau de menace qu’Hugo Chavez représentait pour le Gouvernement des États-Unis.

La maladie

Le cancer dont souffrit Hugo Chavez, et qui causa sa mort si subite était rare. Comme Nicolas Maduro l’a expliqué, son cancer fut inhabituel, sans nom et très agressif. Il n’était pas d’un organe en particulier. Il n’y a pas eu de cas de cancers dans la famille Chavez, il n’y avait aucune prédisposition génétique. Il fut détecté en Juin 2011 et malgré de très forts traitements il mourut en moins de deux ans.

Des documents déclassifiés de l’armée des États-Unis obtenus par Associated Press en 1995 grâce à la Loi d’Accès à l’Information (FOIA) mirent en évidence que depuis 1948, le Pentagone cherchait à mettre au point une arme de radiation pour les assassinats politiques.

Une autre étude des renseignements de l’armée étasunienne en 1969 confirma que l’utilisation clandestine de la radiation en tant qu’arme pouvait causer de graves maladies ou même la mort d’adversaires politiques. En d’autres termes, c’était une méthode d’assassinat qu’ils mettaient activement au point.

On peut facilement imaginer, si Washington faisait des essais de radiation comme arme d’assassinat politique depuis 1948 jusqu’où a pu parvenir cette technologie au 21e siècle.

Assassinat par le biais de l’espionnage

Un câble secret du Département d’État du 31 Janvier 1976 alertait sur les graves effets sur la santé causés par les micro-ondes radioactives utilisées par le KGB pour espionner l’ambassade États États-Unis à Moscou :

« Selon nos médecins experts l’exposition prolongée à des micro-ondes radioactives aux niveaux mesurés à l’ambassade des États-Unis constituent une menace pour la santé ».

Pourtant Washington développa des outils d’espionnage beaucoup plus puissants et avec de plus grandes fréquences de radiation.

Des documents de la NSA, filtrés par Edward Snowden et publiés récemment par le journal Allemand Der Spiegel se référent à un puissant équipement développé par l’agence Américaine, qui émet des radio-ondes continues et à haute fréquence contre une cible pour surveiller et capturer toutes ses communications. D’après un document ultra secret de la NSA, cet équipement, le CTX4000 est une « unité radar portable d’ondes continues (CW). Il peut être utilisé pour illuminer une cible afin de récupérer de l’information en dehors du réseau ».

Le CTX 4000 a la capacité de collecter des signaux qui ne pourraient l’être autrement, ou le seraient très difficilement ainsi que leur traitement. Le document détaille ses capacités : « Rang de fréquence :1-2 GHz ; bande large à 45MHz ; puissance de sortie :jusqu’à 2W, utilisant l’amplificateur interne ; amplificateur externe jusqu’à 1KW ».

Un kilowatt est une forte capacité et quantité d’ondes radioactives. Cette quantité projetée sur une personne pendant une période continue peut causer de graves dommages à sa santé. L’étude de l’Armée des États-Unis en 1969, (mentionnée antérieurement) sur les effets sur la santé de la radiation en tant qu’arme, souligne que l’impact (ou l’évènement désiré, en d’autres termes la mort de la cible) pourrait avoir lieu des années après l’exposition à l’agent radioactif.

Parmi les documents de la NSA publiés par le Spiegel, se trouvent des renseignements sur d’autres formes d’espionnage au travers des téléphones portables, des systèmes Wifi, et des réseaux mobiles qui pourraient aussi avoir de graves effets sur la santé des cibles. Pourtant l’utilisation d’un équipement radar portable qui émet des ondes continues à haute fréquence contre une personne semble être plus encore qu’un mécanisme d’espionnage un instrument d’assassinat.

Hugo Chavez fut la principale cible de la NSA pendant des années. La possibilité que leurs outils d’espionnage aient contribué, sinon causé sa maladie, ne parait plus autant science fiction que ça l’aurait paru en d’autres temps.

 Eva Golinger

 Article original en espagnol : ¿Mató la NSA a Hugo Chávez? publié le 3 janvier 2014

Traduit de l’espagnol par irisinda, publié en français par le site le Grand Soir

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Venezuela: La NSA a-t-elle assassiné Hugo Chavez?

Dans  mon dernier article sur la Syrie j’ai écrit :

Au sud d’Al-Bab, l’armée syrienne avance vers l’Euphrate. Elle va couper la progression des forces turques vers Raqqa et Manbij.

C’est fait. L’avancée des forces d’invasion turques vers le sud est maintenant bloquée. Il leur faudrait affronter l’armée syrienne et ses alliés russes pour avancer sur Raqqa. Il leur faudrait affronter le YPG syro-kurde et ses alliés américains pour avancer vers l’Est.

Pour la première fois depuis le début de la guerre, les lignes d’approvisionnement entre la Turquie et l’État islamique sont coupées!


Carte par Peto Lucem Pour l’aggrandir cliquer ici

Carte de South FrontPour l’agrandir

Erdogan espère toujours que les États-Unis vont appuyer ses plans pour Raqqa, mais je doute que les militaires américains soient prêts à renoncer à leurs mercenaires kurdes, à la réputation inébranlable, au profit d’une armée turque indisciplinée, désorganisée, et peu pressée de se battre. Erdogan a limogé tous les officiers et sous-officiers qu’il soupçonnait ne pas être à 100% derrière sa prise de pouvoir. Cela lui revient maintenant en pleine figure. Il manque de moyens militaires pour poursuivre ses politiques belliqueuses.

L’année dernière, Erdogan s’était allié à la Russie et à l’Iran après qu’une tentative de coup d’Etat contre lui a échoué. Il se sentait abandonné par les États-Unis à cause de leur réticence à soutenir ses projets en Syrie. Erdogan pense que l’élection de Trump va provoquer un changement dans les politiques américaines. Il a retourné sa veste une fois de plus et s’est allié de nouveau avec les Etats-Unis. C’est la conviction que la politique des États-Unis va évoluer qui explique ses dernières décisions et annonces.

Elijah Magnier dit que ses sources à Damas sont de l’avis d’Erdogan. Elles aussi pensent que Trump va fortement intensifier la guerre en Syrie et qu’il va  soutenir le mouvement turc contre l’Etat syrien.

Mais ce sont les militaires américains qui dirigent la stratégie du cabinet Trump. Le Pentagone ne veut pas d’une grande opération terrestre en Syrie. Le plan qu’il a proposé à Trump est le même que celui qu’il avait conseillé à Obama. Il va coopérer avec les forces kurdes pour vaincre l’Etat islamique à Raqqa. Il est remarquable aussi qu’un directeur du think tank RAND Corp financé par le Pentagone ait plaidé publiquement pour une meilleure coopération avec la Russie en Syrie. L’ancien plan de RAND, celui d’une Syrie décentralisée avec des zones sous «administration internationale» (c’est-à-dire occupées par les États-Unis) n’est probablement plus opérationnel.

Erdogan a récemment annoncé qu’il avait l’intention d’avancer vers Manbij qui est tenu par le YPG. Peu de temps après, des images de soldats américains arborant des drapeaux américains à Manbij ont été publiées sur des réseaux sociaux. Le message était clair: restez loin d’ici ou vous aurez en sérieux problème.

Lundi, des avions de l’armée de l’air irakienne ont attaqué des positions de l’Etat islamique dans l’est de la Syrie. L’attaque a pu être réalisée grâce à la coopération des renseignements syriens et irakiens. Il est plus facile à l’Irak d’atteindre cette zone qu’aux avions syriens stationnés près de la Méditerranée. Cette coopération se poursuivra. Dans l’ouest de l’Irak, les milices intégrées à l’armée irakienne sont prêtes à prendre Tal Afar d’assaut. Cette ville est la dernière grande position de l’Etat islamique dans la région en dehors de Mossoul. Les États-Unis avaient prévu de laisser les combattants de l’Etat islamique s’enfuir de Mossoul et Tal Afar pour se rendre en Syrie et ainsi que de les laisser attaquer les positions du gouvernement syrien à Deir Ezzor. La coopération syro-irakienne les en a empêchés. La tentative américaine de séparer la guerre contre l’Etat islamique en Syrie de la guerre contre l’EI en Irak a échoué. Toute nouvelle tentative d’utiliser l’État islamique pour détruire la Syrie se heurtera à une résistance en Irak où les États-Unis sont de plus en plus engagés. Les commandants américains en Irak vont bientôt s’en rendre compte.

À mon avis, les  déclarations plus belliqueuses de Trump sur la Syrie, sur les zones de sécurité et l’escalade militaire, sont rhétoriques. Il installe des positions qui serviront de base à la négociation avec la Russie et l’Iran. Ce n’est pas la politique qu’il veut mettre en place. Sa vision politique est plus pragmatique. Obama a maintenu l’équilibre entre le jusqu’au-boutisme des faucons, soutenus par la CIA, Hillary Clinton et les néoconservateurs, et la réticence de l’armée à s’engager dans une autre grande guerre. Trump suivra le Pentagone encore plus qu’Obama. Cela ne changera pas. Je ne crois donc pas que Trump se livrera à une escalade belliqueuse. Quelques troupes américaines supplémentaires seront peut-être ajoutées aux forces kurdes qui attaquent Raqqa. Mais aucun mouvement important de la part des forces turques ou israéliennes ne sera toléré. La grande invasion américaine de la Syrie pour les soutenir ne se produira pas.

Pendant ce temps, l’armée syrienne avance vers Palmyre et pourrait bientôt la reprendre à l’Etat islamique. Une nouvelle unité formée par la Russie, le 5e corps, mène la marche, avec succès jusqu’ici. Quand Palmyre sera reprise, l’armée syrienne pourra progresser plus à l’est vers Raqqa et Deir Ezzor.

Erdogan peut encore obtenir une sorte de « zone de sécurité » dans le territoire du nord de la Syrie que ses forces occupent maintenant. Mais Damas soutiendra les forces de guérilla kurdes et arabes contre  une occupation turque. Les forces turques en Syrie vont continuer à avoir beaucoup de problèmes. Erdogan ne bénéficiera pas de l’appui actif des États-Unis pour prendre des terres syriennes. Ses deux retournements d’alliance ont été inutiles et ont considérablement affaibli sa position.

Netanyahou et le lobby israélien veulent aussi une « zone de sécurité ». Celle-ci au sud de la Syrie et sous commandement jordanien. Cela permettrait à Israël d’occuper plus de terre syrienne le long des hauteurs du Golan. Mais les zones situées à côté du Golan et vers Deera sont occupées par Al-Qaïda et des groupes alignés sur l’Etat islamique. Ces groupes représentent un sérieux danger pour le fragile État jordanien. La Jordanie n’a rien à gagner avec cette « zone de sécurité ». De même, l’armée américaine n’aura aucun intérêt à ouvrir une autre boîte de Pandore dans le sud de la Syrie. Comme Erdogan, Netanyahou va probablement se retrouver tout seul avec ses rêves.

Moon of Alabama

 

Article original:

donald-erdogan-kapak-880

Syria – Erdogan’s Lost Bet – Trump Likely To Follow A Cautious Strategy

Traduction : Aliocha

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Syrie – Le pari perdu d’Erdogan – Trump devrait opter pour la prudence

Le procureur général américain Jeff Sessions a annoncé jeudi après-midi qu’il se récuserait de tout rôle dans l’enquête fédérale en cours sur les allégations d’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016.

Il réagissait à une campagne renouvelée d’une grande partie des médias du monde patronal et des démocrates du Congrès, qui l’accusent d’avoir caché ses contacts avec le gouvernement russe pendant la campagne électorale lorsqu’il a témoigné sous serment devant la Commission Judiciaire du Sénat durant l’audience de confirmation à son poste.

Le Washington Post a déclenché une tempête médiatique d’une journée avec un reportage publié sur son site Web mercredi soir, révélant que Sessions a eu deux rencontres avec l’ambassadeur de Russie Sergey Kislyak lors de la campagne 2016, mais avait démenti de telles rencontres à l’audience de la Commission judiciaire.

Des démocrates de premier plan ont sauté sur l’occasion, avec le dirigeant de la minorité du Sénat, Charles Schumer, et la dirigeante de la minorité de la Chambre, Nancy Pelosi, demandant la démission de Session de son poste de procureur général parce qu’il « a menti sous serment », selon Pelosi, cela alors que la transcription et la vidéo de l’audience suggèrent que la conduite de Sessions constituait en une attitude fuyante classique dans ce genre d’affaire.

Il est révélateur et remarquable que les fulminations des démocrates contre Sessions n’ont rien à voir avec ses actions réactionnaires et profondément antidémocratiques pendant les trois semaines qui ont suivi son accession au poste de procureur général.

Sessions a annulé une décision du gouvernement Obama d’éliminer progressivement les prisons privées à but lucratif, celles-ci sont maintenant en plein essor en emprisonnant les migrants capturés ; il a retiré un recours judiciaire que le gouvernement fédéral avait déposé contre une loi électorale du Texas qui discriminait les électeurs appartenant à des minorités ethniques ainsi que les étudiants. Il a également fait prévaloir son point de vue dans une discussion interne du gouvernement Trump sur les droits des étudiants transgenres, revenant sur une directive destinée aux établissements d’enseignement qui les incitait à laisser ces étudiants choisir les WC qu’ils préfèrent utiliser.

Ce procureur général est à bien des égards l’incarnation des politiques d’extrême-droite du gouvernement Trump et des républicains du Congrès, mais aucun démocrate n’a appelé à la démission de Sessions pour ces actions. Leur outrage s’est limité à un seul sujet : sa dissimulation supposée de contacts avec les responsables du gouvernement russe.

Le contenu réel des deux rencontres entre Sessions et l’ambassadeur Kislyak est très faible. La première rencontre a eu lieu après les remarques des Sessions lors d’un événement organisé par la Heritage Foundation à Cleveland pendant la Convention nationale républicaine. Une cinquantaine d’ambassadeurs ont assisté à cet événement et, dans la foulée, beaucoup d’entre eux ont discuté de manière officieuse avec Sessions, y compris l’ambassadeur russe.

La deuxième a été une rencontre entre Kislyak et Sessions au bureau du sénateur à Washington le 8 septembre 2016, qui a été affichée sur son agenda public et à laquelle ont assisté plusieurs de ses principaux collaborateurs, dont un officier militaire. Lors d’une brève conférence de presse après s’être récusé, Sessions a déclaré que Kislyak avait demandé la rencontre, qui s’est tenue un jour après que Sessions aient rencontré l’ambassadeur ukrainien, et que les thèmes abordés comprenaient le terrorisme, la religion et la politique russe en Ukraine, Kislyak défendait cette dernière et Sessions la critiquait.

Sessions a déclaré que les deux rencontres faisaient partie de son travail en tant que membre de la Commission des services armés du Sénat et n’étaient pas liés à la campagne de Trump, où il a servi comme un haut conseiller sur les questions de sécurité nationale.

Le président Trump a déclaré jeudi son soutien à Sessions lors d’une visite du porte-avions USS Gerald Ford, et les conseillers de la Maison Blanche ont déclaré qu’il n’y avait aucune raison à ce que Sessions se récuse. Mais les républicains du Congrès ont réagi rapidement aux reportages des médias exigeant que Sessions se retire de tout rôle dans la supervision de l’enquête du FBI vue que sa propre conduite posait problème pour l’enquête.

Sessions s’est récusé, citant les règles du ministère de la Justice et les recommandations de hauts fonctionnaires de carrière. Dana Boente, vice-procureur général intérimaire, a été nommée procureur spécifiquement pour cette enquête du FBI. Boente est une avocate poursuivant sa carrière au ministère de la Justice, nommée par Barack Obama comme procureur pour le District Est de la Virginie, la juridiction qui inclut la banlieue de Washington DC qui s’étend sur la Virginie. Elle gère la plupart des recours fédéraux impliquant le Pentagone et la CIA, qui y ont leurs quartiers généraux.

Boente fut désignée pour remplacer Sally Yates, vice-procureur général sous Obama qui a été renvoyée parce qu’elle a refusé de défendre devant les tribunaux le décret de Trump interdisant l’entrée aux États-Unis aux musulmans de sept pays. Plusieurs tribunaux fédéraux ont finalement annulé ce décret comme inconstitutionnel.

La déclaration du sénateur démocrate Schumer, appelant Sessions à démissionner, est une dénonciation hystérique qui suggère, en des termes qui rappellent McCarthy, que le gouvernement américain serait aux mains de Moscou. « Nous devons évaluer la portée de l’ingérence de la Russie dans nos élections et évaluer si les agents de leur gouvernement ont pénétré au plus haut niveau de notre gouvernement […] l’intégrité de notre pouvoir exécutif est en jeu », a déclaré Schumer.

La campagne anti-russe a été alimentée par une série interminable de fuites provenant de hauts fonctionnaires dans l’appareil de renseignement et de l’armée qui s’opposent à la volonté apparente de Trump de différer la confrontation avec la Russie pour cibler de préférence l’Iran et la Chine.

Ces éléments ont utilisé le New York Times et le Washington Post comme leurs intermédiaires principaux pour des allégations non fondées que le gouvernement russe serait responsable du piratage des courriels du Parti démocrate qui ont ensuite été transmis à WikiLeaks. Les médias ont maintenu l’attention sur la prétendue provenance russe des courriels, plutôt que sur ce que ces mails ont révélé : les discours exubérants de Clinton devant les banquiers de Wall Street, ainsi que les efforts des hauts fonctionnaires du DNC (Comité nationale démocrate) pour saboter la candidature du principal rival de Clinton, le sénateur de Vermont Bernie Sanders.

Plusieurs enquêtes du Congrès sur le rôle allégué de la Russie se déroulent parallèlement à l’enquête majeure du FBI. Les démocrates et les républicains au sein de la Commission sur les services de renseignement de la Chambre se sont mis d’accord mercredi sur la portée de leur enquête, qui va porter sur la cyber-activité russe dirigée contre le gouvernement américain et les institutions, et la réaction du gouvernement américain, ainsi que les sources de fuites d’informations secrètes des différents services de renseignement aux médias américains.

Dans l’intervalle, la Maison Blanche de Trump a pris deux mesures en réponse à la pression croissante de ces enquêtes. Les avocats de la Maison Blanche ont envoyé des instructions à tous les membres du personnel mardi, leur demandant de conserver des documents qui pourraient faire l’objet d’une enquête sur la campagne électorale de 2016. Cela faisait suite aux demandes des Commissions de renseignement de la Chambre et du Sénat.

Dans une concession potentiellement importante, les responsables de la Maison Blanche ont confirmé que Trump avait offert à Fiona Hill le poste de directrice principale pour l’Europe et la Russie au Conseil de sécurité nationale. Hill est un ancien officier de renseignement des gouvernements Bush et Obama qui a écrit une biographie très critique de Vladimir Poutine en 2013, en se focalisant sur ses antécédents d’agent du KGB en Union soviétique.

Patrick Martin

 

Article paru en anglais, WSWS, le 3 mars 2017

L’équipe qui a géré la transition présidentielle aux États-Unis pour le compte de Donald Trump vient de rendre publique, comme la loi américaine le lui oblige, la liste des donateurs. On y retrouve une ribambelle de milliardaires et de multinationales comme Microsoft, ExxonMobil, Amazon ou Pepsi. Y figurent aussi, de manière plus inattendue, des entreprises françaises. Soit directement comme Suez, soit par le biais des associations professionnelles auxquelles elles appartiennent.

« Trump for America », l’organisation créée par Donald Trump pour gérer son arrivée à la présidence des États-Unis, a amassé un trésor de guerre de plus de 6 millions et demi de dollars, grâce aux dons de nombreux individus et entreprises. Elle vient de rendre publique, comme la loi américaine le lui oblige, la liste de ses donateurs. Une liste qui confirme, si besoin en était, la proximité de son administration avec les milieux économiques et les innombrables conflits d’intérêts qui la caractérisent (lire nos articles ici et ).

On y retrouve les noms de nombreux milliardaires qui avaient financé la campagne électorale de Trump, comme Sheldon Adelson, le magnat des casinos. Certains d’entre eux ont obtenu des postes dans la nouvelle administration, comme Betsy DeVos, secrétaire d’État à l’Éducation et grande promotrice des écoles privées, ou Wilbur Ross, Secrétaire au Commerce et administrateur d’ArcelorMittal. D’autres sont des lobbyistes éminents de Washington.

Les donateurs de « Trump for America » incluent aussi de nombreuses entreprises, petites et grandes. De grands noms comme ExxonMobil (dont le patron Rex Tillerson est devenu le Secrétaire d’État de Trump), JP Morgan, Microsoft, PepsiCo ou encore Amazon. Les dirigeants de certaines d’entre elles ont pourtant pris publiquement contre Trump ou certaines des mesures qu’il a annoncées. On y trouve aussi, de manière plus inattendue, une entreprise française : Suez, par le biais de sa filiale Suez Water New Jersey.

Soutien intéressé

Comment expliquer cet engagement d’une entreprise française aux côtés de Trump, malgré ses discours ouvertement racistes et sexistes et les mesures controversées qu’il a annoncées ? L’explication réside sans doute dans l’une des principales annonces faites par Trump au lendemain des élections : un plan d’investissements dans les « infrastructures » de plusieurs milliards de dollars, qui a largement été considéré comme une porte grande ouverte à la privatisation des services publics, y compris les réseaux d’eau et d’assainissement. Un domaine dont Suez s’est fait une spécialité. De fait, parmi les entreprises qui ont financé l’équipe de transition de Trump, on trouve de nombreux secteurs qui comptent bien profiter directement de ses politiques. Ainsi de la firme Geo Group, spécialiste des prisons privées.

Suez est-elle la seule multinationales française à afficher ainsi son engagement aux côtés de Trump ? Directement, peut-être. À travers les associations professionnelles dont elles sont membres, cependant, nombre d’entre elles sont indirectement impliquées, comme elles l’avaient été dans le cadre de la campagne présidentielle 2016 (lire notre enquête : Élections américaines : l’argent du CAC 40 irrigue toujours les candidats climato-sceptiques). Ainsi de l’American Petroleum Institute, dont sont membres plusieurs firmes françaises et au conseil d’administration duquel siège un cadre dirigeant de Total. Ou encore de la Financial Services Roundtable, dont sont membres Axa et BNP Paribas. Faut-i y voir un rapport avec le fait que le nouveau président Trump a annoncé le démantèlement des régulations bancaires et financières mises en place par Obama, ainsi que la remise en cause de ses engagements climatiques ?

Olivier Petitjean

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Comment Suez a financé l’équipe de transition de Donald Trump

La visite de Marine Le Pen au Liban a constitué un échange de bons procédés entre des forces d’extrême droite, dont le premier ministre libanais Saad Hariri, et les grands partis politiques français auront été les dindons de la farce», a estimé René Naba dans une interview lundi 27 Février 2017 Radio Clé des Ondes – Bordeaux.

MARINE LE PEN LA AHLAN WA LA SAHLAN

« Marine le Pen n’est ni la bienvenue au Liban. Elle ne fait partie non plus de la famille libanaise». Cette manchette en gros caractère du journal de gauche « Al Akhbar », publiée samedi 18 Février 2017 à la veille de la visite au Liban de la dirigeante d’extrême droite française, résume bien l’état d’esprit dominant dans les milieux progressistes et patriotiques libanais face à cette visite hautement controversée.

Hormis cette manchette et les raisons la justifiant, Al Akhbar, proche du Hezbollah, a assuré un service minimum pour la couverture de cet événement. Contrairement à l’Orient Le Jour qui a couvert abondamment la visite de Mme Le Pen, pourtant jalonnée de manifestations et de pétition de protestation.

Sur ce lien la version sonore de l’entretien conduit par Gilbert Hanna, directeur de cette radio associative, en pôle position dans la région Nouvelle Aquitaine.

L’empathie du quotidien francophone vis à vis de cette visite s’explique par le rôle occulte de soutien financier assumé par la bourgeoisie chrétienne aux milices chrétiennes durant la guerre civile libanaise (1975-1990) dont le quotidien francophone en est le porte parole.

Ce faisant, il ne fait que traduire la sympathie que nourrit cette bourgeoisie francophone à l’égard du Front National, qui fut un soutien actif des milices chrétiennes libanaises durant la guerre civile (1975-1990).

Des volontaires du FN ont en effet pris part aux batailles du Chouf (Mont Liban), en 1983-194, sous la présidence du phalangiste Amine Gemayel, opposant les milices chrétiennes à leurs adversaires palestino-progressistes.

Un des avocats de Samir Geagea, l’actuel chef des milices chrétiennes, par ailleurs un des grands criminels de guerre du Liban, responsable de l’élimination physique de ces principaux rivaux dirigeants chrétiens libanais (Tony Frangié et Dany Chamoun), en sus de son implication dans le massacre des camps palestiniens de Sabra Chatila (1982) a pour avocat français Wallerand de Saint Just, le trésorier du FN.

Quant au président Michel Aoun, frappé d’ostracisme par le pouvoir chiraquien tout au long de son exil de quinze ans en France (1990-2005), en raison du partenariat affairiste noué entre Jacques Chirac et Rafic Hariri, il a bénéficié, par défaut, de la sollicitude de Jean Marie Le Pen, lequel a mis à profit cette quarantaine injustifiée pour cultiver l’amitié de l’exilé de France, lui rendant une demi douzaine de visites.

Le précédent Macron, -La visite au Liban d’Emmanuel Macro, lui aussi candidat à l’élection présidentielle française, – a servi de prétexte à la visite de Mme le Pen, qui a pour objet principal de donner une visibilité internationale à la dirigeante du parti xénophobe tout en s’acquittant pour les milices chrétiennes d’une dette de gratitude à l’égard d’un allié sur la même longueur d’onde idéologique.

LA FRANCE ET SAAD HARIRI, LES DINDONS DE LA FARCE

La France et Saad Hariri se retrouvent comme les dindons de la farce. En recevant sans contrepartie Mme Le Pen, le premier ministre musulman sunnite a donné crédit à ses thèses, sans la moindre concession de la part de la candidate à l’élection présidentielle française.

Les milices fascistes libanaises ont en effet réservé un accueil royal à un parti, le FN, qui se présente comme l’adversaire idéologique majeur des deux grands partis français qui ont gouverné la France depuis un demi siècle: Le parti gaulliste dans ses diverses déclinaisons, néo gaulliste et post gaulliste, ainsi que le Parti socialiste.

Quant à son incident surgi à la suite de son refus de porter le voile en prévision de son entrevue avec le Mufti de la République, Cheikh Abdel Latif Deriane, elle a constitué une opération préméditée à dividende électoraliste à l’intention des électeurs français pour l’évidente raison que pour une audience avec la Reine d’Angleterre, le protocole immuable impose la révérence des dames.

Il en est de même pour une audience pontificale, une mantille s’impose, tout comme la visite d’une mosquée présuppose le déchaussement du visiteur. Mme Le Pen aurait dû décliner l’offre plutôt que de se livrer à une démonstration de la démagogie dont elle est coutumière en France.

LA COHÉRENCE IDÉOLOGIQUE DU HEZBOLLAH

Gilbert Collard: «Israël, le dernier rempart de la civilisation judéo-chrétienne».

Une semaine après son retour en France, Gilbert Collard, membre de la délégation du FN en visite au Liban, donnera libre cours à sa pensée profonde affirmant que «toute (sa) vie», il a «œuvré pour Israël, en raison de multiples amitiés». «Le dernier rempart de la civilisation judéo-chrétienne, c’est Israël», a lâché le député (Rassemblement Bleu Marine) du Gard lors d’un déjeuner avec une délégation de la «Confédération des Juifs de France et des Amis d’Israël (CJFAI)».

Une profession de foi qui sera appréciée à sa juste valeur par les Libanais qui ont constamment pâti des agressions répétées de ce présumé «dernier rempart de la civilisation judéo chrétienne». Et dire que les têtes brûlées miliciennes les phalangistes et leurs alliés se prenaient pour tel.

  • Le compte rendu de ce déjeuner sur ce lien : http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2017/02/08/quand-louis-aliot-et-gilbert-collard-se-desolidarisent-de-frederic-chatillon/

Paradoxalement, la seule formation ayant fait preuve de cohérence idéologique vis à vis du phénomène Le Pen aura été le Hezbollah qui a boycotté la totalité de la visite de la candidate à l’élection présidentielle française, contrairement aux chouchous de l’Occident, les milices chrétiennes libanaises, y compris Walid Joumblatt, chef druze du parti socialiste. Le camarade de François Hollande au sein de l’Internationale socialiste a délégué un de ses représentants au salon des ambassadeurs au parlement libanais pour saluer Marine Le Pen.

Le Hezbollah, à tout le moins sa branche militaire, est inscrite su la liste noire des organisations terroristes de l’Union Européenne. Il se garde néanmoins de toute confusion idéologique et ne pactise pas avec le Front National, alors que les milices chrétiennes, au lourd passé terroriste, pactisent avec le diable FN tout en continuant à bénéficier de la sympathie de la caste politico médiatique française. Le propre de la rationalité cartésienne française.

Le Liban n’a décidément pas porté chance à Marine Le Pen. Une semaine après son voyage, la candidate a été déboutée de sa plainte contre son rival de gauche Jean Luc Mélenchon, qui l’avait qualifié de «fasciste» et le parlement européen a levé son immunité parlementaire afin qu’elle réponde devant la justice de la diffusion d’images sur les horreurs de Daech, dans un appel démagogique aux bas instincts populistes.

Marine Le Pen au Liban c’est finalement une mauvaise manière à la démocratie, une mauvaise manière au Liban et à la France, et à l’amitié franco libanaise, pour la plus grande satisfaction des groupuscules proto fascistes des deux pays.

René Naba

Interview de René Naba (La clé des ondes 90.10) sur la visite de Marine le Pen au Liban.

Des manifestants palestiniens prient durant une manifestation contre les colonies juives dans le village palestinien de Deir Estia, en Cisjordanie occupée, le 2 avril 2010. (Najeh Hashlamoun/Apaimages)

Après cent ans, la Grande-Bretagne semble en être au même stade moral que lorsque le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Arthur Balfour, écrivait à un dirigeant de la communauté juive britannique, le baron de Rothschild, lui promettant l’établissement d’un « foyer national » pour le peuple juif en Palestine.

Au lieu de revenir sur cette mesure injuste et de provoquer des transformations historiques, des développements sociaux, et de réparer le mal fait aux Palestiniens, le Premier ministre britannique invite le Premier ministre israélien à une célébration pour marquer le centième anniversaire de la Déclaration Balfour. Cette célébration est en train de déclencher le traumatisme historique qui a laissé des cicatrices importantes dans la mémoire collective palestinienne au cours d’un siècle de déplacements et d’une domination militaire qui a démuni les Palestiniens, politiquement et culturellement, et les a traités comme des êtres problématiques et inférieurs.

La Grande-Bretagne est également responsable d’avoir imposé une immigration juive massive en Palestine et de lui avoir permis de posséder des armes et des chars de combat, pendant qu’elle écrasait les Palestiniens qui aspiraient à leur indépendance après 30 années de mandat. La violence et la défaite qui ont été imposées au peuple palestinien, ont été facilitées et organisées par la Grande-Bretagne. Leurs effets n’ont pas seulement fait du mal aux personnes immédiates de cette génération, qui ont été tuées ou déplacées ou dont les biens ont été volés ; mais tous les membres de notre société, et les multiples générations qui ont suivi, ont pris sur leurs épaules le fardeau du traumatisme historique du vol de la terre palestinienne, un vol qui a transformé le passé et l’avenir des Palestiniens.

Aujourd’hui, avec un soutien financier et politique sans précédent des États-Unis, le silence ou la connivence des grandes puissances du monde avec l’occupation, et les louanges internationales pour ses criminels (les funérailles de Shimon Peres en sont un exemple), les Palestiniens se rendent compte que nous vivons dans un monde où l’intimidation l’emporte sur la raison, et l’hégémonie sur l’éthique. Israël impose son discours avec autorité et piétinent les corps, les sentiments et l’organisation sociale des Palestiniens avec ses armes.

Des lois racistes

L’an dernier, Israël a promulgué cinq lois racistes : la « Loi d’exclusion », qui stipule qu’un membre de la Knesset peut être exclus du parlement par un vote majoritaire de 90 législateurs, une loi destinée à la minorité arabe des membres de la Knesset ; une autre loi, sur « l’incitation », incrimine les opinions politiques et vise à confisquer le droit d’expression et de vote à la Knesset à ceux qui manifestent leur opposition à l’occupation ou qui s’opposent au caractère d’Israël comme État juif et démocratique ; la troisième est le « projet de loi sur les ONGs », qui prend pour cible les organisations des droits de l’homme et impose des obligations particulières en matière de rapports aux organisations non gouvernementales qui reçoivent la majeure partie de leur financement depuis des gouvernements étrangers ; la quatrième, et probablement la pire, est la « Loi de régulation », qui permettra finalement l’annexion de 60 % des terres de Cisjordanie au profit des colons israéliens ; et, tout récemment, la « loi du Muezzin », qui veut étouffer le caractère musulman de notre terre en interdisant au muezzin d’appeler à la prière (appel qualifié de « pollution ») dans les mosquées de Jérusalem et des villes arabes de 1948.

« Le traumatisme est la catastrophe de la vulnérabilité »

Alors qu’Israël crée un fait accompli et s’étend géographiquement et démographiquement aux dépens des Palestiniens, les dirigeants palestiniens émettent des condamnations creuses ; effectivement, la direction palestinienne coexiste avec les colonies en réalité, et elle ne les affronte que dans les médias. Quand les dirigeants palestiniens se plaignent des colonies mais qu’ils restent les gardiens de ces colonies et les bénéficiaires passifs de la domination coloniale de l’occupation, alors les amis supposés de la Palestine ne peuvent que penser, « vous méritez ce que vous obtenez ».

Blâmer la victime

Une culpabilisation de la victime rend plus difficile pour celles et ceux qui subissent les mauvais traitements de protester et de rappeler leur traumatisme au monde. Le monde blâme les Palestiniens occupés pour leur mauvais sort et pour troubler la paix de l’occupation à chaque effort que nous faisons pour résister à Israël. Il conforte le récit de l’occupation selon lequel ce serait de la faute des Palestiniens si l’occupation a eu lieu, absolvant l’occupation de sa responsabilité ou de toute responsabilisation pour ses actions, et permettant à Israël de répéter et reproduire les atrocités qu’il a commises pour chasser les Palestiniens de leurs foyers et de leurs villes.

Mais, comme un violateur sournois qu’il est, Israël utilise des tactiques pour se garder une bonne image publique ; récemment, par exemple, il a annoncé qu’il acceptait que 100 orphelins syriens viennent résider en Palestine occupée, pendant qu’il refuse aux Palestiniens leur droit au retour et qu’il fait des centaines d’orphelins palestiniens. Et sur l’avant-poste d’ « Amona », Israël a diffusé des scènes dramatiques vers le monde, montrant Israël comme un État de droit qui expulse ses colons hors de la terre privée palestinienne, cela pour occulter la loi autorisant le vol des terres privées palestiniennes qu’il allait promulguer quelques jours plus tard.

Même les puissances arabes d’aujourd’hui reprochent aux Palestiniens occupés d’affronter l’occupation ; mais c’est une stratégie impuissante pour essayer d’éviter un sort potentiel comme celui des Palestiniens, cela donne le sentiment erroné que si ceux-ci s’alliaient aux bourreaux, alors l’occupation ne leur serait jamais arrivée ; sauf qu’il suffit de regarder l’Iraq, la Libye, la Syrie, le Yémen, pour constater l’échec d’une telle stratégie. La propagande arbitraire selon laquelle « les Palestiniens ont vendu la Palestine à Israël », qui gagne en popularité dans les médias égyptiens, est une preuve que l’on blâme l’attitude de la victime et que l’on se met du côté des bourreaux. En cataloguant et en accusant les Palestiniens, ces puissances essaient désespérément d’arriver à ce que les peuples arabes nous voient différents d’eux-mêmes.

Le déni est un obstacle à la paix

Lorsque le traumatisme historique des Palestiniens est totalement surmonté, il devient impossible d’en discuter, de le pleurer et de l’exprimer symboliquement, empêchant ainsi d’en réparer les dommages et augmentant la possibilité qu’il s’exprime en action/du passage à l’acte.

La célébration de Balfour constitue un déni du préjudice causé aux Palestiniens et revient à un refus de reconnaissance de l’existence du traumatisme et de la souffrance humaine, et d’en assumer la responsabilité morale ; la Grande-Bretagne n’a aucune honte de son histoire impérialiste qui a inclus l’érosion des Palestiniens. Elle continue de se comporter d’une manière hégémonique, considérant les Israéliens comme culturellement et racialement supérieurs aux Palestiniens. Si l’existence même de l’occupation traumatique est déniée, alors la responsabilité, les remords et la solidarité se trouvent rejetés, une immunité totale pour les violations commises par Israël continue de lui être accordée, et la souffrance des Palestiniens peut difficilement être reconnue, et encore moins guérie.

L’occupation a toujours espéré briser la conscience collective palestinienne avec les massacres et les guerres et en perpétuant la douleur qui reste fraîche dans notre mémoire. Aujourd’hui, le général Yoav Galant, ministre du Logement et ancien commandant de la région Sud qui dirigeait la guerre en 2008, parle d’une « quatrième guerre au printemps prochain ». Sur la radio israélienne, le ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, a déclaré que si le gouvernement décidait de mener une nouvelle guerre, cette confrontation devra se terminer par une grande victoire israélienne et l’écrasement de la résistance palestinienne à Gaza, et pour toujours. Mais, en réalité, ce ne sont pas les préparatifs de la résistance qu’Israël devrait craindre le plus, mais plutôt la désensibilisation des citoyens et la baisse du niveau de leur peur, conséquences des frappes, des chocs et des pertes répétés qui ont affecté la plupart des gens là-bas.

C’est une reconnaissance et non le déni qui est capable d’humaniser toutes celles et ceux qui sont impliqués, en cultivant l’empathie, la confiance et en ouvrant la voie à la guérison de l’histoire, à la réconciliation et à la construction de la paix. Exhorter Israël afin qu’il mette un terme à sa politique coloniale, au lieu de célébrer le vol de la terre palestinienne, est un domaine important de l’intervention thérapeutique dans le traumatisme et du rétablissement de la paix.

L’histoire ne sera pas écrite par la force seule, si irrésistibles qu’Israël et ses alliés semblent être ; certains Palestiniens ne seront pas réduits au silence devant l’atroce occupation de la Palestine. Nous allons exprimer notre témoignage historique et raconter notre histoire pour donner un sens aux griefs insensés du colonialisme ; le militantisme anti-oppression est notre remède contre le traumatisme politique ; et il nous guérira en tant qu’individus, et il nous aidera à guérir de l’histoire ternie de notre patrie.

Dr Samah Jabr

 

Article original en anglais :  When Israel and Britain celebrate the historical trauma of Palestinians, Middleeastmonitor.com, 16 février 2016

Traduction : JPP pour Les Amis de Jayyous.

Samah Jabr est jérusalémite. Elle est psychiatre et psychothérapeute, chef de l’unité de psychiatrie du ministère de la Santé, professeur adjoint de clinique à l’université George Washingfton elle exerce en Palestine occupée.

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Quand Israël et la Grande-Bretagne célèbrent le traumatisme historique des Palestiniens

Quand la démocratie dégénère en bouffonnerie

mars 4th, 2017 by Bruno Guigue

On parle beaucoup des mésaventures de M. et Mme Fillon, mais la crise conjoncturelle gravissime que traverse la droite française, en réalité, révèle surtout la perte de substance démocratique de notre système politique. Ce scandale politico-financier somme toute assez banal (si ce n’est que le principal intéressé est un candidat majeur à l’élection présidentielle) ne nous a pas appris que les élus considéraient les deniers publics comme de l’argent de poche. On le savait déjà. Il n’a pas dévoilé, non plus, l’imbrication suspecte des pouvoirs politique, médiatique, judiciaire et financier. Le phénomène est connu, et aussi ancien que la démocratie formelle, suspendue aux rapports de forces des acteurs sociaux qui se saisissent de ses procédures comme on investit un champ de bataille.

Ce que montre cette crise, c’est l’inanité d’un système où tout est suspendu au sort d’un politicien transformé par les primaires en « deus ex machina ». Que ce champion s’effondre, et tout est fini. On peut comprendre la colère des électeurs de droite, frustrés d’une représentation digne de ce nom lors d’une compétition majeure. Mais ce danger systémique est la rançon d’un régime qui fait du scrutin présidentiel la clé de voûte des institutions. Si elle lâche, tout s’effondre. Depuis la fondation de la Vème République, la vie politique a été mise en orbite autour de l’élection suprême. La compétition élyséenne en constitue l’alpha et l’oméga. L’instauration du quinquennat a accentué cette tendance, en faisant dépendre l’issue des élections législatives du verdict présidentiel.

Ce dispositif institutionnel taillé sur mesure pour le général de Gaulle fonctionne désormais à rebours de son projet initial. Destiné à souder la nation autour d’un chef élu par le peuple, il dépossède ce dernier en dévitalisant le débat démocratique. Emmanuel Macron est à la fois le théoricien et le bénéficiaire de cette politique de la terre brûlée qui évacue scrupuleusement la politique (au sens noble du terme) du débat électoral. Complètement artificielle, calquée sur les tempos instantanés et les codes débilitants de la télévision, la personnalisation du scrutin relègue les programmes au second plan. Les candidats sont lancés sur le marché comme des savonnettes, la confrontation dégénère en coups tordus, l’obsession du « buzz » supplante le débat d’idées. Le résultat final, c’est qu’on a un cheval de cirque à la place d’un cheval de course.

On pointe à juste titre la vacuité de cette joute électorale, on peste contre la débilité de ce Barnum politicien, mais on oublie généralement de souligner l’américanisation qui en est la cause. Au lieu de confronter des projets incarnés par des forces sociales organisées, la compétition présidentielle met aux prises des compétiteurs sans envergure, des bateleurs rodés à la « com » qui font des moulinets avec leurs bras en débitant des banalités. Si les électeurs sont dépolitisés, inutile de se demander pourquoi ! La crise de la politique est entretenue par le débat politique lui-même, soigneusement vidé de sa substance par les professionnels du décervelage.

Cette dégénérescence de la démocratie en bouffonnerie est d’autant plus nocive qu’elle s’accompagne d’un autre phénomène. C’est l’emprise des milieux financiers sur les médias de masse, phénomène qui semble avoir désormais atteint son maximum historique ! Dans un pays où neuf milliardaires possèdent la quasi-totalité des organes de presse, la délibération démocratique est au mieux une illusion consolatrice, au pire une vaste fumisterie. Naïfs, nous croyons que nous choisissons nos dirigeants et que ce choix est transparent. Mais deux idées fausses ne feront jamais une idée vraie. Et ce qui est sûr, c’est que cette double illusion est indispensable à la perpétuation de l’oligarchie.

La promotion d’Emmanuel Macron sur les décombres d’un fillonisme faisandé illustre à merveille ce poids des structures. La candidature du père Noël des possédants ayant explosé en plein vol, la caste lui a aussitôt trouvé un substitut. L’insoutenable légèreté de ce candidat à programme variable tient lieu de boussole d’une élection dont le résultat est programmé d’avance. La mine réjouie du jeune banquier d’affaires, très fier d’avoir gagné deux millions d’euros en deux mois en montant une OPA pour Nestlé, orne les couvertures des magazines, M. Bourdin lui sert copieusement la soupe sur Bfm, et « Le Monde » fait sa campagne grâce aux subventions publiques. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes de l’oligarchie. Contrôlant les médias qui formatent l’opinion, elle préside à une foire d’empoigne électorale qui distraira le bon peuple et ne lui réservera aucune mauvaise surprise.

Bruno Guigue

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Quand la démocratie dégénère en bouffonnerie

Les forces de l’ordre ont procédé à l’évacuation du camp des Sioux et de leurs alliés qui s’opposaient encore à la construction de l’oléoduc Dakota Access. Bloqué par l’administration Obama, relancé par Donald Trump à son arrivée, cet oléoduc bénéficie du soutien financier de plusieurs grandes banques françaises. Celles-ci ont même débloqué des fonds supplémentaires à l’arrivée du nouveau locataire de la Maison blanche.

Dans la journée du mercredi 22 février, le principal campement des opposants à l’oléoduc Dakota Access a été évacué. La plupart des militants ont quitté le camp volontairement, cédant à l’ultimatum des autorités. Ceux qui avaient choisi de rester malgré tout ont été arrêtés. Des incidents ont émaillé ces dernières heures. Selon le compte-rendu du Guardian, deux mineurs auraient été victimes de brûlures graves suite à une explosion inexpliquée dans un tipi du camp.

L’oléoduc Dakota Access doit amener, sur plusieurs centaines de kilomètres, le pétrole de schiste extrait dans le Dakota du Nord vers l’Est des États-Unis. Une portion de cette infrastructure devait traverser, au niveau de la rivière Missouri, des terres ancestrales des Sioux, menaçant leurs sources d’eau potable. Après des mois de manifestations et d’occupation des terrains par où devait passer l’oléoduc, l’administration Obama avait fini par bloquer le chantier en demandant l’étude d’un tracé alternatif. Dès son arrivée à la Maison blanche, Donald Trump a cassé cette décision et ordonné une reprise rapide des travaux. Le nouveau président possède des actions dans Energy Transfer Partners (ETP), l’entreprise qui construit l’oléoduc, et compte parmi ses plus proches alliés un magnat du pétrole de schiste (lire notre article).

La lutte se poursuit sur le terrain juridique, les Sioux ayant déposé un recours contre le décret de Donald Trump. Une autre bataille tout aussi importante se déroule au niveau des banques, appelées par les militants à ne plus financer le projet et à rompre leurs liens avec Energy Transfer Partners. Les pétitions en ce sens ont reçu plus de 700 000 signatures. Sont concernées non seulement des banques américaines comme Wells Fargo, mais aussi des banques européennes, y compris BNP Paribas, Société générale, Natixis et le Crédit agricole. « La banque néerlandaise ABN Amro a annoncé le 2 février qu’elle arrêterait toute relation avec Energy Transfer Equity, la maison mère d’ETP, la principale entreprise derrière le projet, et la banque suédoise Nordea a carrément exclu les trois principales entreprises du projet, souligne Lucie Pinson, de l’association environnementaliste Amis de la Terre. Malheureusement, jusqu’à présent, les banques françaises n’ont pris aucun engagement similaire, et Natixis et Crédit Agricole ont même récemment refinancé ETP. » Les grandes banques françaises avaient répondu à ces interpellations en indiquant qu’elles attendaient les résultats d’une expertise sur le projet et la consultation des populations impactées pour se prononcer.

En attendant, les affaires continuent. Selon les données collectées par les Amis de la Terre et l’organisation spécialisée Banktrack, Natixis et le Crédit agricole ont débloqué au mois de janvier, au moment même de l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, des financements de 72 et 35 millions de dollars respectivement au profit d’Energy Transfer Partners. Aux côtés de BNP Paribas, elles auraient encore participé à un prêt pour la même entreprise de 2,2 milliards de dollars au début du mois de février.

Olivier Petitjean


Photo : Dark Sevier CC

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Standing Rock : le soutien sans failles des banques françaises à l’oléoduc imposé aux Sioux par l’administration Trump

Ils travaillent plus de 60 heures par semaine et gagnent moins que le Smic. Ce sont les chauffeurs VTC. Ils seraient autour de 20 000 en France. L’arrivée de la plateforme numérique Uber a suscité espoirs et vocations pour de nombreux exclus du marché du travail. Et la marque a tout fait pour attirer de nouveaux « partenaires », en particulier en Seine-Saint-Denis où le chômage dépasse les 18%. Derrière les promesses d’autonomie et d’activités rémunératrices, beaucoup découvrent la précarité, le salariat déguisé sans protection sociale, l’endettement et, au final, une nouvelle forme de soumission. Aujourd’hui en lutte, certains chauffeurs s’apprêtent à attaquer Uber en justice pour travail dissimulé. Reportage auprès de ces « uberusés » en colère.

Ils portent des costumes-cravates classieux, conduisent des berlines noires étincelantes aux vitres teintées et font pourtant des courses pour moins de 5 euros. « T’imagines ! On est moins cher que la RATP », lâche Ali, la quarantaine fatiguée en montrant une Peugeot 508 éclatante. Si quatre passagers font une course de 7 euros, ça leur revient à 1,75 euros par personne. »

Depuis plusieurs mois, la colère gronde sous les capots contre les plateformes numériques de mise en relation entre passagers et chauffeurs, Uber bien sûr, en tant que leader incontesté du secteur, mais aussi Snapcar, Le Cab, Chauffeurs privés ou MarcelCaB. La plupart des chauffeurs alternent entre ces marques mais restent fidèles au géant et ses 1,5 million d’utilisateurs en France. Face aux grèves et actions à répétition de ses travailleurs « VTC », pour voiture de transport avec chauffeur, la direction d’Uber a été contrainte d’ouvrir, ce 22 février, des négociations avec leurs représentants syndicaux [1]. Au programme : étudier un dispositif de soutien aux chauffeurs en difficulté. Pour certains, l’« innovation » Uber commence à virer au cauchemar.

1100 euros net, sans droit au chômage et sans congés payés

Tous les matins, Ali se branche sur l’appli UberX pour commencer une journée de travail… à perte. Cet ancien serveur en restauration a beau travailler de 5h à 21h, il ne s’en sort plus depuis la baisse des tarifs pratiqués par Uber. Mais Ali n’a pas le choix. Il doit amortir sa Ford Mondéo qu’il a achetée à crédit plus de 30 000 euros pour se conformer aux modèles imposés par les plateformes. En guise de protestation, il ne prend même plus la peine de porter le costume ni de proposer les bouteilles d’eau ou bonbons à ses passagers. Ce qui a fait le standing et le succès d’Uber auprès des clients – accessibilité, disponibilité, tarification – fait désormais le malheur de ces conducteurs. « Uber X : c’est toujours mieux qu’un taxi », proclame le slogan. Tout dépend de quel côté on est assis.

Plusieurs banderoles flottent sur les escaliers de l’Opéra Bastille ce 16 janvier. « 15h/jour, 360h par mois, Uber m’exploite »« 3,5 euro par heure, la solution au chômage de Macron ? ». Ici les propos de l’ancien ministre de l’Économie, fervent défenseur du modèle Uber, passent mal. Youssef vient de Villejuif. En dix heures de travail, il lui arrive de réaliser une quinzaine de courses sur lesquelles Uber prélèvera 25% de commission (35% pour le service de partage Uberpool). « Avant je faisais 1500 euros par semaine, maintenant je ne dépasse pas les 800 euros ». Soit 3200 euros de chiffres d’affaires par mois auxquels Youssef doit enlever les frais d’essence (500 euros) et la location de sa Mazda 6 (1600 euros). À la fin du mois, il touche autour de 1100 euros net. À cela, il faudra encore ôter la couverture du régime social des indépendants (RSI). Il en arrive presque au salaire qu’il percevait dans l’aéronautique, mais en travaillant cette fois le double. Et sans l’assurance chômage, les congés payés ni la retraite.

« Avec moins de 600 euros par mois, j’arrêterais bien mais je suis bloquée »

« Ces cochers du 21ème siècle » ne sont pas salariés d’Uber mais des « partenaires ». Ils travaillent le plus souvent sous le régime d’auto-entrepreneurs. Ils ne cotisent donc pas aux caisses de protection sociale. Pourtant, Uber reste perçu comme le premier « employeur » de jeunes issus des banlieues, offrant une opportunité d’insertion à une population exclue du marché du travail, sans CV ni diplôme. Un sondage commandé par la firme affiche que 55% de ses recrues étaient au chômage. Sauf que la plupart d’entre eux gagne finalement à peine le Smic en travaillant en moyenne 70 heures par semaine. On est donc loin des 2000 euros net mensuels pour 45 heures de travail hebdomadaire avancés par une étude financée par la direction d’Uber.

Pour Grégoire Kopp, porte-parole de l’antenne française d’Uber et ancien conseiller au ministère des Transport, les mauvaises conditions de travail de ses chauffeurs seraient dues à leurs « mauvais choix en termes de business plan » (Voir ici). Une position que n’est pas loin de tenir Robert [2]. « Faut pas exagérer c’est pas l’usine non plus, t’es assis dans une belle voiture, tu discutes avec les clients. Si les conditions sont si mauvaises, pourquoi ne pas arrêter ? » relativise-t-il.

« Ils ont tout calculé pour mettre la pression »

Ce trentenaire d’une banlieue nord-parisienne a concrétisé le « rêve de nombreux chauffeurs ». Après avoir roulé pendant quelques mois avec une VTC qu’il louait en binôme avec un autre chauffeur, Robert a monté sa boîte. Il emploie désormais treize chauffeurs. Il montre fièrement le chiffre d’un de ses employés qu’il suit en direct sur son smartphone : 1673 euros net la semaine. Le montant détonne avec celui des autres. L’homme a roulé 64 heures en sept jours. « Ceux qui s’en sortent passent 17 heures au volant puis dorment dans leur voiture, j’en ai vus à l’aéroport », rétorque une manifestante. « Uber nous a vendu du rêve. Mais ensuite, on ne peut plus faire machine arrière », critique-t-elle. « Personnellement, si je n’avais pas de crédit, j’arrêterais. Mais je suis bloquée. Je vis avec moins de 600 euros par mois. »

Beaucoup ont cru à cette « uberéussite », promue par les publicités. Devenir son propre patron en quelques clics, un entrepreneur autonome, travailler à son rythme. Hanan, une des rares femmes présentes place de la Bastille ce jour de manifestation, travaille pour deux applications, LeCAB et UberX. En 2015, elle traverse une « petite période creuse » après la fermeture de son restaurant. Elle se lance dans le business VTC. « J’aimais la conduite, je me disais que je serais libre, que j’allais gérer ma journée. Je croyais que j’allais m’en sortir. Mais au fur et à mesure, on s’est rendu compte que ce n’est pas nous qui décidions. Ils ont tout calculé pour mettre la pression : nous sommes dans le stress tout le temps. »

Rouler 80 km à vide pour prendre des clients

En théorie, les travailleurs sont indépendants. En réalité le chauffeur n’a aucune marge de manœuvre sur ses commandes. Lorsque son « appli » bipe, il ne connaît ni le montant ni la destination avant d’accepter la course. Ce qui peut réserver quelques surprises. « Parfois, je me déplace dans les banlieues lointaines, à 7 km, pour découvrir que la course est de 3,5 km », témoigne Youssef. En plus, le temps d’attente ou le déplacement entre les courses n’est pas calculé, donc non rémunéré. Or de nombreux client réservent seulement pour quelques mètres. « S’il y a des bouchons, tu restes coincé vingt minutes pour 5 euros », poursuit le trentenaire.

Repérer les bons spots, « chasser » le voyageur potentiel, tourner dans l’espoir que son smartphone signale une course constitue le quotidien des chauffeurs. Légalement, ils doivent se diriger vers le siège de leur entreprise entre deux courses. Ils n’ont pas le droit de faire des maraudes, à la différence des taxis. « On prend tout le monde. À chaque heure, une catégorie différente. Le matin, ceux qui vont à la gare ou l’aéroport, ceux qui déposent leur enfant à l’école. Le midi, ceux qui vont de leur bureau au restaurant pour déjeuner », observe Mohamed, 46 ans, qui arrive des Mureaux (78) sur Paris tous les jours sans trouver de passager. 80 km à vide.

Une course au chiffre

Le chauffeur n’a pas le choix du chaland. Si par hasard il en refuse certains, gare à lui : au bout de trois annulations de courses, le compte Uber peut être désactivé. « Là on va direct au chômage, sauf qu’on n’y a pas droit », se désespère Youssef. Très vite, la flexibilité des horaires tant recherchée se traduit finalement par une incertitude permanente pour combler ses dettes. Youssef en sait quelque chose : « Il y a des jours, tu te lèves le matin sans savoir combien tu vas faire. Parfois tu rentres chez toi, avec la crainte de ne pas avoir fait assez, alors tu ressors le soir. Je continue sinon qui va payer mon loyer ? »

C’est une course au chiffre. Une course contre la fatigue et le sommeil. Certains s’empêchent même de boire pour ne pas avoir une envie d’uriner, synonyme de pause. Quitte à mettre en danger leur santé ou la sécurité des passagers. C’est ce qui a failli arriver à Youssef lorsqu’il s’est endormi au volant en fin de nuit. Heureusement, il ne transportait personne. Les accidents seraient si fréquents sur les VTC que les assureurs rechigneraient désormais à couvrir certains véhicules. « Une autre fois, j’ai travaillé de 20h à 6h du matin. Mon dernier trajet jusqu’à l’aéroport m’a paru durer une vie tellement je m’endormais et je ne voulais pas le montrer au client », se souvient Youssef.

Désactivé dix jours pour une « erreur » de la cliente

Ce type d’excès de zèle est dicté par le souci du confort des passagers. Après chaque trajet, ces derniers peuvent noter le comportement de ceux et celles qui sont au volant. « Notés comme des élèves », se désole Hanan. Si la moyenne baisse trop, ils se voient rappelés à l’ordre ou, pire, déconnectés. Difficile de répondre lorsqu’un usager hausse le ton, se permet l’impératif ou le tutoiement. Au moindre faux-pas, on risque la désactivation. Pris en étau entre l’utilisateur et la plateforme, l’uber pilote n’est pas le maître à bord. Au grand dam d’Ali : « S’il y a une embrouille avec un passager, Uber croira toujours le client. Le client a toujours raison, il est comme notre maquereau. »Ce système de notation, censé améliorer la qualité de service, s’apparente finalement aux sanctions disciplinaires d’un employeur.

Dissimulé sous son écharpe noire, Ryad, se souvient comment il a été déconnecté du service pendant dix jours suite à une réclamation d’une cliente… qui s’était trompée. À 37 ans, Ryad a fini par arrêter de jouer les taxis d’un nouveau type. « Je ne voyais plus ma fille grandir, je n’avais plus de vie sociale. C’est bien pour les petits jeunes. Pour les pères de famille embourbés dans les crédits bancaires, c’est impossible. »

Plainte pour salariat déguisé

Notation, désactivation arbitraire, tarifications et destinations imposées sont autant de faisceaux d’indices de « salariat déguisé » où le chauffeur répond de fait aux injonctions de son employeur et de son application. « Le contrat de partenariat d’Uber est une caricature du statut de travailleur hyper-dépendant, cela ne peut être qu’un contrat de travail », remarque l’avocat Jean-Paul Teissonnière, soutien de la lutte des « uberusés ». Encore faut-il pouvoir apporter la preuve de l’existence d’une relation de travail salarié. Son principal critère est le lien de subordination.

Relevés de comptes, messages, notifications, contrats… l’équipe de juristes présents à la Bourse du travail de Saint-Denis ce 27 janvier épluche les dossiers Uber d’une quarantaine « d’indépendants ». Soutenu par le cabinet d’avocats Tessonière & Topaloff, le récent syndicat Unsa VTC s’apprête à lancer aux Prud’hommes une procédure collective de requalification en salariés de ces automobilistes. Objectif ? Obtenir les indemnités correspondantes aux arriérés de cotisations sociales non payées.

En parallèle, une plainte au pénal sera déposée auprès du parquet de Paris pour délit de travail dissimulé. L’« employeur » encourt en théorie le paiement à chaque salarié d’une indemnité forfaitaire de six mois de salaires (Article L8223-1 du code du travail). Il encourt également une peine d’amende de 225 000€ en tant que personne morale. Cette action succède à celle initiée par l’Urssaf en septembre 2015. Elle fait également écho à deux procédures similaires aux États-Unis et au Royaume-Uni. La direction d’Uber France se dit confiante dans la mesure où elle ne fait signer aucune clause d’exclusivité aux chauffeurs dans son contrat [3]. Sauf que le mastodonte numérique a su créer une dépendance économique. Ce qui juridiquement peut passer pour de la subordination.

Comptable, administration, assurance : dépendances chaîne

D’amont en aval, Uber contrôle toute la chaîne de transport. Besoin d’un comptable pour gérer votre budget ? D’une formation pour avoir l’autorisation de circuler ? Ou peut-être d’une assurance à titre onéreux ? Plutôt d’un loueur de véhicule ? Uber a tout prévu pour faciliter les formalités administratives de ses nouveaux chauffeurs. Un kit de parfait premier entrepreneur clef en main. À chaque étape, Uber vous oriente vers un de ses partenariats privilégiés [4].

Autour de la firme ont émergé des sociétés dites de capacité de transport qui peuvent employer des chauffeurs non titulaires de la carte professionnelle [5]. Certains de ces « mini Uber » ont par ailleurs une politique d’embauche à faire bondir n’importe quel contrôleur Urssaf. Cumulant salariat, paiement à la tâche et travail au noir. L’entreprise californienne s’est ainsi constituée une main d’œuvre de nouveaux prolétaires avec l’aide de Pôle emploi – bientôt 70 000 chauffeurs ? – sur laquelle elle ponctionne la valeur des transactions. Le tout sans s’acquitter des cotisations patronales associées, ni payer d’impôt en France. Officiellement, l’entreprise n’y ferait aucun bénéfice, malgré sa capitalisation à hauteur de 68 milliards de dollars.

Uber peut remercier Jacques Attali, Fillon et Macron

« Créer un outil numérique et casser les prix une fois qu’il y a suffisamment d’esclaves dominés à cause de crédits sur le dos, c’est ça l’ubérisation ! », tonne Sayah Baaroun du syndicat Unsa VTC. Jean-Paul Teissonnière, lui, parle d’un retour au tâcheronnat. « Avec Uber, on réinvente la situation des salariés non protégés du 19ème siècle. Dans le code civil, ce type de relation s’appelait le contrat de louage de service. » Or le droit du travail s’est progressivement constitué pour rééquilibrer la relation inégale entre employeur et employé à la tâche. Serait-ce ce retour en arrière que nous préparent les partisans de la révolution numérique ?

Ce que vivent aujourd’hui ces chauffeurs prend son origine en 2009 avec l’ouverture du marché des taxis au VTC. La création du régime simplifié des « indépendants » – les fameux auto-entrepreneurs – a également facilité l’embauche des Uber. Deux mesures mises en place par le gouvernement de François Fillon suites aux préconisations de la commission dite de « libération de la croissance » dirigée par Jacques Attali, dont le rapporteur était un certain… Emmanuel Macron. La part des travailleurs indépendants – ces « entrepreneurs » bon marché mais dépourvus des droits acquis grâce à un siècle de conquêtes ouvrières – se stabilise pour l’instant à 10% de l’emploi total. Pour combien de temps ?

Ludo Simbille


Photo : CC Travis Wise

 

[1] UNSA, CFDT, Capa-VTC, Actif-VTC, UDCF.

[2] Le prénom a été modifié.

[3] Certains contrats signés par des chauffeurs avec des loueurs de voitures stipulaient tout de même une obligation de partenariat avec Uber.

[4] Le plus célèbre, « Voitures Noires », s’est bâti une fortune grâce à la location de ses 2800 véhicules à minimum 900 euros chacun. Autre partenaire étroitement liéau géant numérique : le Groupe Max, holding dirigée par Joseph François, ardent défenseur du système Uber.

[5] Ces sociétés de capacité de transport sont régies par la Loi d’orientation des transports intérieurs (LOTI), une législation moins contraignante que pour les VTC en terme de formation et de qualification des chauffeurs. Le boom des VTC a conduit au dévoiement de cette loi, destinée au transport collectif. Ce qui permet notamment aux capacitaires « Loti » d’engager des conducteurs simplement titulaires d’un permis B sans attendre plusieurs mois l’autorisation de transport pour un VTC. La loi dite GrandGuillaume, du nom de son rapporteur, adoptée fin décembre pourrait mettre fin à cette activité.

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur «Tous entrepreneurs»? Chauffeurs Uber: au volant avec les prolétaires 2.0, «entrepreneurs» pour 3,5 euros de l’heure

Kurdes de Syrie : BRAVO !

mars 3rd, 2017 by Nasser Kandil

 Avant propos : Communiqué officiel du Conseil militaire de Manbij [*]

« Dans le but de protéger les civils, de leur épargner les horreurs de la guerre, le sang et tout ce qu’elle amène comme tragédies. Afin de préserver la sécurité de la ville de Manbij et sa campagne. Afin de couper la route aux convoitises turques d’envahir davantage de territoires syriens. Et conformément à notre engagement de faire tout le possible dans l’intérêt ainsi que la sécurité de notre peuple et de nos proches à Manbij :

Nous, Conseil militaire de la ville de Manbij et de ses environs, annonçons que nous avons convenus avec la partie russe de remettre les villages, situés sur la ligne de contact avec le Bouclier de l’Euphrate et contigus à la région d’Al-Bab sur le front ouest de Manbij, aux forces des gardes-frontières de l’État syrien, lesquelles se chargeront des missions de protection de la ligne séparant les forces du Conseil militaire de Manbij des régions contrôlées par l’Armée turque et le Bouclier de l’Euphrate. 

Bureau d’information du Conseil de Manbij

2 mars 2017 » [Ndt].

__________________________________________  

  • La Turquie a parié sur le truandage politique coutumier de son président afin de couvrir ses crises et ses échecs.
  • Le président turc Recep Erdogan est tombé dans le piège de sa bataille coûteuse à Al-Bab devant l’offre lui accordant le privilège tant désiré d’avancer vers Manbij er Raqqa avant l’Armée syrienne.
  • L’Armée syrienne a évité la ville Al-Bab laissant Erdogan et ses janissaires coincés sur place pour avancer vers le nord et lui couper la route de Raqqa, ce qui l’a obligé à avaler de travers les pertes subies inutilement et à se diriger vers les abords de Menbij.
  • Les Américains ont cherché à couvrir la truanderie d’Erdogan et à éviter l’escalade en lui faisant savoir qu’ils tenaient à ce que les Kurdes restent à Menbij et en accusant les forces aériennes, russes et syriennes, d’avoir bombardé « par erreur » des positions kurdes, tout en sachant que c’est l’aviation turque qui a mené l’opération.
  • Les Russes et les Syriens ont nié les accusations américaines.
  • Après enquête, les Russes ont découvert les coupables et en ont informé les intéressés, notamment les Kurdes.
  • Finalement, la liaison syro-kurde en coopération avec la Russie, a réussi à tendre un nouveau piège à Erdogan par la décision kurde de remettre les lignes de contact avec ses milices du Bouclier de l’Euphrate à l’Armée syrienne.
  • Bravo !

Nasser Kandil

02/03/2017

Sources : Top News-nk

http://www.topnews-tv.com/archives/39643

[*] Communiqué du Conseil militaire de Manbij / 2 mars 2017

http://manbijmc.org/archives/205

Traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca

 

Nasser Kandil : Homme politique libanais, ex-député et rédacteur en chef du quotidien Al-Binna

***

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Kurdes de Syrie : BRAVO !

L’« État profond » c’est l’aristocratie et ses agents. Wikispooks le définit comme suit :

« L’État profond (à peu près synonyme de gouvernement de l’ombre ou de gouvernement permanent) n’est pas de même nature que les structures publiques qui semblent diriger les États-nations. L’État profond est un réseau de politiciens particulièrement secret, informel et fluide, qui conspire pour maximiser son influence sur les gouvernements nationaux en utilisant différents « milieux » de type état profond. Le terme ‘État profond’découle du turc ‘derin devlet’, terme qui est apparu après l’incident de Susurluk, en 1996, qui a révélé de façon spectaculaire l’État profond turc. »

 

Leur article est si honnête qu’il continue directement ainsi :

La version officielle

La version officielle sur les États profonds dit qu’ils n’existent tout simplement pas. Cette position a été modifiée au cours des dernières années pour affirmer qu’ils n’existent pas ici [aux États-Unis, NdT]. En 2013, le New York Times a défini l’Étatprofond comme « un niveau de gouvernement difficile à percevoir ou un super-contrôle qui existe indépendamment des élections et qui peut contrecarrer les mouvements populaires ou les changements radicaux. Certains ont dit que l’Égypte est manipulée par son état profond ».

Comme le Times (et le reste des médias commercialement contrôlés) est plus ou moins sous le contrôle de l’état profond, une telle mention est très intéressante.

L’un des nombreux agents de l’état profond, Marc Ambinder, a sorti avec un livre en 2013 intitulé : Deep State : Inside the Government Secrecy Industry [L’État Profond : plongée dans l’industrie du secret gouvernemental, NdT], livre très apprécié par d’autres agents de l’Étatprofond, comme Martha Raddatz, Jeremy Scahill et Peter Bergen ; Ambinder prétend que l’État profond ne se trouve que dans le gouvernement officiel et non pas au-dessus pour le contrôler, que ce que certains appellent « le pouvoir de l’argent » et d’autres « l’aristocratie » n’existe pas (ou « l’oligarchie » comme l’appelle aussi – même indirectement – les seules personnes qui ont scientifiquement établi que cela existe en Amérique et qu’elle contrôle ce pays : reconnaître publiquement que les États-Unis sont contrôlés par une « aristocratie » est interdit dans les publications académiques, c’est trop « radical »comme vérité pour que l’on se permette de l’imprimer, c’est samizdat [terme employé dans les anciens pays communistes pour désigner la littérature interdite par l’État, NdT]).

À la troisième page de ce torchon, Ambinder annonce clairement ce qu’il entend par « État profond » :

« Ce livre traite des secrets du gouvernement – comment ils sont créés, pourquoi ils fuitent, et ce que le gouvernement cache actuellement. Nous nous immergeons dans les secteurs clés de l’appareil américain du secret, immersion basée sur la recherche et un accès sans précédent aux législateurs, aux chefs des agences de renseignement, aux fonctionnaires de la Maison Blanche et aux gestionnaires de programme. […] »

Ce brouillon a même échoué à discuter des mensonges de George W. Bush quand il a déclaré en 2002 et 2003 qu’il possédait la preuve concluante que Saddam Hussein reconstituait son programme d’armes de destruction massive (WMD) – nouvelle que les médias d’« information » aristocratiquement contrôlés ont diffusé plutôt que de parler des « échecs du renseignement » de l’administration Bush – ce qui a entraîné l’invasion de l’Irak par le régime Bush en 2003. Cela devrait être considéré comme un énorme « échec du renseignement », mais le livre d’Ambinder l’ignore totalement. Il y a pourtant des idiots pour croire la propagande de l’aristocratie (et qui méconnaissent même un concept aussi basique que l’« État profond » ou l’« aristocratie »).

L’un des plus grands signes de propagande de l’État profond est que les mensonges du gouvernement ne sont pas appelés « mensonges » (à moins que l’État Profond ne perde le contrôle du gouvernement, ce qui arrive rarement). Au lieu de cela, ils sont caractérisés par des phrases telles que « échecs du renseignement ». Mais qu’en est-il quand les personnes qui contrôlent le gouvernement déforment ce que leurs « renseignements »montrent réellement et ce qu’ils ne montrent pas ? Le mensonge n’est attribué, dans les médias d’« information », qu’aux seuls ennemis de l’aristocratie. Mais comment les ennemis de l’aristocratie pourraient exister, alors que l’existence d’une aristocratie n’est pas admise ?

Un des porte-paroles de l’état profond (comme pratiquement tous les journaux) est le journal The Nationqui titrait le 17 février 2017, « Qu’est-ce que l’État profond ? Même si nous supposons que le concept existe, il n’est sûrement pas utile de penser que les intérêts concurrents qu’il représente soient monolithiques ». Le propagandiste, Greg Grandin, se demande : « Qu’est-ce que l’État profond ? » et tout en ignorant ce que Wikispooks dit à ce sujet, affirme que « le problème de l’expression État profond, est qu’elle est utilisée pour suggérer que des individus sans scrupules subvertissent l’état vertueux pour leurs ambitions privées ». Outre que le propagandiste Grandin pose simplement l’hypothèse d’un « État vertueux », qui n’existe même pas dans ce pays, ou peut-être dans aucun autre, il essaye, comme il le dit, de « dépasser les limites de la théorie du complot », comme si toute structure sociale hiérarchique, corporative ou autre, ne fonctionnait pas nécessairement et systématiquement au moyen de conspirations − dont certaines ne sont rien de plus que des stratégies concurrentielles entièrement acceptables, souvent entièrement légales. Il voudrait aller au-delà de l’acceptation de cette réalité ? Pourquoi voudrait-on lire des écrits aussi absurdes, anti-factuels ? Qui voudrait embaucher des écrivains aussi trompeurs que lui ? Peut-être la réponse à cette dernière question (qui pose ici le problème de l’aristocratie, puisqu’il s’agit des médias d’« information », qui, dans chaque pays aristocratiquement contrôlé, sont contrôlés par l’aristocratie) est que seuls des journalistes comme celui-là envoient leur propagande et cachent les réalités dont il est question ici (et, par l’intermédiaire de liens documentés).

Rien de ce qui est allégué ici ne nie qu’il existe des divisions au sein de l’aristocratie (ou « État profond »). Personne ne prétend que l’aristocratie soit « monolithique ». On affirme plutôt que, dans la mesure où l’aristocratie est unie autour d’un objectif particulier, cet objectif sera probablement institutionnalisé, légalement ou autrement, par le gouvernement – et que sinon, il ne serait tout simplement pas institutionnalisé du tout. C’est ce que conclut la seule analyse scientifique qui ait jamais été faite pour savoir si les États-Unis sont contrôlés par une aristocratie.

Et, bien sûr, c’est aussi la raison pour laquelle cette importante étude a été ignorée par les médias américains, à l’exception d’un premier reportage, le mien, publié dans le site peu connu qu’est Common Dreams, et qui fut suivi de 414 commentaires de lecteurs dans les quatre premiers mois ; puis le rapport de l’UPI qui, comme le mien, a été largement diffusé aux grands médias d’« information » et rejeté par tous – le rapport de l’UPI a été publié par l’UPI elle-même et n’a suscité que deux commentaires de lecteurs. Le New Yorker a ensuite critiqué l’étude en alléguant que « les politiciens le savent tous et nous le savons aussi. Le seul débat porte sur jusqu’à quel point ce processus existe et sur la question de savoir s’il s’agit d’oligarchie ou d’autre chose ». Leur propagandiste a ignoré que les chercheurs avaient noté dans leur article que, bien que leurs conclusions étaient extrêmement incompatibles avec le fait que les États-Unis soient considérés comme une démocratie, le problème était presque certainement sous-estimé dans leurs conclusions : « L’échec des théories sur la Démocratie à majorité électorale est d’autant plus frappant que cela va à l’encontre des effets probables des limites de nos données et, en particulier, du fait que notre ‘affluent proxy’ est certainement imparfait » et donc que « les groupes d’intérêts et les élites économiques exercent effectivement plus d’influence politique que nos estimations ne l’indiquent ».

(En fait, leur « élite » ne représentait pas le sommet des 0,1% par rapport à la base de 50%, mais plutôt des 10% supérieurs par rapport aux 50% inférieurs, et toutes les preuves empiriques montrent que plus on définit étroitement l’« aristocratie » plus l’influence relative de cette élite sur les politiques publiques est visible. Puis, un mois après la publication du communiqué de presse sur leur étude, les co-auteurs ont été tellement déçus de la couverture insignifiante par les médias américains d’« information », qu’ils ont soumis au Washington Post, une réponse à la critique académique de leur étude intitulée « Des critiques ont argumenté contre notre analyse de l’inégalité politique aux USA. Voici leurs cinq erreurs. » Il a été rapidement publié, en ligne seulement, aussi peu visible que possible, de sorte qu’il n’y a aussi – à ce jour – que deux commentaires de lecteurs à cette présentation publique. C’est typique de la censure de l’information aux États-Unis : la négation totale de l’information samizdat – et pas simplement la suppression de l’information officiellement top-secrète, comme les propagandistes comme Ambinder le prétendent. C’est plus profond que l’État : c’est l’État profond, qui inclut bien plus que le gouvernement officiel.)

Une autre question que la presse américaine a dissimulé est l’extrême mesure dans laquelle la seule analyse scientifique qui pose la question de savoir si les États Unis sont une démocratie ou plutôt une aristocratie a montré que c’est une aristocratie ; Donc, ici en conclusion, nous citerons directement la déclaration la moins obscurantiste sur ce fait, tirée de l’étude elle-même :

L’image change abruptement lorsque les trois variables indépendantes sont incluses dans le modèle multivarié 4 et sont testées l’une contre l’autre. L’impact estimé des préférences des citoyens moyens diminue rapidement, à un niveau non significatif, proche de zéro. De toute évidence, le citoyen médian ou « électeur médian » au cœur des théories sur la Démocratie électorale majoritaire ne fait pas le poids face aux élites économiques et aux groupes d’intérêts organisés. Les prédictions principales des théories sur la Démocratie électorale majoritaire peuvent être rejetées de façon décisive. Non seulement les citoyens ordinaires n’ont pas un pouvoir considérable sur les décisions politiques mais on peut dire qu’ils n’ont que peu ou pas d’influence du tout sur la politique.

En revanche, ils estiment que les élites économiques ont un impact assez important, très important et indépendant sur les politiques mises en place dans le pays.

Ils ne furent pas autorisés a utilisé le terme « aristocratie », ni même « oligarchie », mais ils ont pu dire ceci : donc maintenant vous le savez. Mais le secret est encore un secret. Ce qui est samizdat, reste samizdat (tant que le gouvernement n’est pas renversé et remplacé – et peut-être même après que le régime existant soit remplacé).

Eric Zuesse

 

Article original en anglais : Aristocracy Deceives Public about the Deep State, Strategic Culture Foundation, 23 février 2017

Traduit par Wayan, relu par M pour le Saker Francophone

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur L’aristocratie trompe le public au sujet de l’État profond.

Washington a accusé mercredi la Russie de cibler des combattants de l’opposition soutenus par les États-Unis dans le nord de la Syrie par des frappes aériennes effectuées un jour plus tôt. Le lieutenant-général Steven Townsend, commandant des forces américaines en Syrie et en Irak, a déclaré lors d’une conférence de presse que des avions russes ciblaient les Forces démocratiques syriennes (SDF), une coalition de combattants kurdes et arabes qui bénéficient du soutien américain.

Townsend a noté que la Russie a immédiatement arrêté les frappes quand ils ont été informés par les États-Unis. Les forces spéciales américaines, imbriquées avec les combattants arabes et kurdes qui avancent sur le bastion de l’État islamique de Raqqa, étaient à seulement 3 km du lieu touché par les frappes alléguées.

Le ministère russe de la défense a rapidement rejeté les allégations de Townsend, annonçant dans une déclaration que : « Aucune attaque aérienne sur les régions spécifiées par le côté américain n’a été menée par les forces aériennes russes ou syriennes. »

Quelle que soit la vérité de ces dernières affirmations, le potentiel que des incidents similaires se produisent va en grandissant. Le président Donald Trump devrait dévoiler une vaste escalade de l’implication militaire américaine en Syrie et en Irak, y compris la création éventuelle de « zones sûres » qui nécessiteraient une intervention militaire importante pour les faire respecter.

Townsend a ajouté lors de la conférence de presse qu’il avait soumis des recommandations au gouvernement Trump quant à la manière de combattre l’État islamique (ÉI), mais a refusé de les divulguer.

La région du nord de la Syrie, où les frappes aériennes présumées ont eu lieu, est de plus en plus encombrée d’avions et de troupes de pays qui ont des objectifs concurrents et souvent conflictuels. Le lieu cité par Townsend est proche de la ville d’al-Baab, que les forces turques ont pris à l’ÉI le mois dernier. L’incursion turque dans le Nord de la Syrie, amorcée en août dernier sous un prétexte de combattre l’ÉI, vise avant tout à empêcher les YPG (unités de protection du peuple) kurdes soutenues par les États-Unis d’étendre leur contrôle territorial dans une zone proche de la frontière turque.

Les avions russes appuient le régime syrien de Bachar al-Assad alors qu’il cherche à cibler le territoire de l’ÉI. Mercredi, les forces gouvernementales et leurs alliés, soutenus par les frappes aériennes russes, ont avancé dans la ville historique de Palmyra, qui a été détenue par l’État islamique depuis décembre.

Les forces pro-gouvernementales ont également avancé dans la région contrôlée par les Kurdes et leurs alliés arabes du Sud, aboutissant à des combats près d’al-Baab. Comme le général Herbert Carlisle, chef de l’US Air Combat Command (Commandement de combat aérien des États-Unis), a récemment déclaré : « À mesure que nous continuons à faire pression sur l’ÉI et leur prendre du territoire, la situation devient plus complexe. »

L’Armée syrienne libre (ASL), une coalition qui a collaboré avec l’armée turque pendant ses opérations en Syrie, a déclaré mardi qu’elle allait attaquer les forces gouvernementales depuis ses positions à al-Baab. L’ASL a également juré de s’affronter aux Forces démocratiques syriennes (SDF) dominé par les Kurdes. Les troupes turques et l’ASL sont maintenant encerclées par les troupes gouvernementales et les combattants de SDF à l’est, les empêchant d’avancer sur Raqqa comme la Turquie l’avait promis. Ankara s’oppose aux YPG kurdes, qu’il désigne comme une organisation terroriste, menant l’offensive sur Raqqa.

La responsabilité principale de l’excitation du conflit explosif en Syrie, qui pourrait rapidement se transformer en un affrontement direct entre les puissances dotées d’armes nucléaires, incombe à l’impérialisme américain. Le gouvernement Obama a lancé une opération de changement de régime en 2011 en soutenant les extrémistes islamistes pour renverser le régime d’Assad, qu’il considérait comme un obstacle à la projection des intérêts géostratégiques des États-Unis dans le Moyen-Orient riche en énergie. Le conflit a coûté la vie à environ un demi-million de personnes et en a obligé des millions de fuir leurs foyers.

La Russie a rejoint le conflit à l’automne de 2015 pour soutenir Assad, le plus proche allié de Moscou dans la région. Sa puissance aérienne a permis aux forces pro-gouvernementales de mettre en déroute les milices soutenues par les États-Unis, composés principalement du Front al-Nosra, l’ancienne filiale d’Al-Qaïda en Syrie, à Alep. L’offensive a coûté la vie à des centaines de civils.

La défaite a été un revers majeur pour l’impérialisme américain, qui a été largement mis à l’écart dans deux séries de pourparlers de paix tenues dans la capitale kazakhe d’Astana en janvier et février. Les négociations de paix sponsorisées par l’ONU entre le gouvernement et les représentants de l’opposition se tiennent en ce moment à Genève, et une autre série de discussions, menée par la Russie, l’Iran et la Turquie, est prévue pour Astana le 14 mars.

Les médias américains et l’establishment politique continuent à chercher à exploiter les reportages d’atrocités commises par les forces d’Assad afin d’intensifier la pression pour son renvoi. Mardi, Washington et Moscou se sont affrontés au Conseil de sécurité de l’ONU sur une résolution proposant une nouvelle série de sanctions contre Damas sur son utilisation de bombes à gaz de chlore lors de l’offensive d’Alep. La Russie s’est jointe à la Chine en opposant son veto à la résolution proposée par la Grande-Bretagne et la France et approuvée par les États-Unis.

« C’est une triste journée pour le Conseil de sécurité », a commenté l’ambassadrice américaine aux Nations Unies, Nikki Haley. « Quand les membres [du Conseil] commencent à faire des excuses pour d’autres États membres tuant leur propre peuple, le monde est certainement un endroit plus dangereux. »

La pose de Haley en gardienne morale de la paix mondiale est nauséabonde. Au moment où le Conseil de sécurité se réunissait, les forces irakiennes continuaient à livrer leur assaut brutal contre la ville de Mossoul avec l’appui aérien et l’artillerie américains. L’offensive visant à reprendre Mossoul occidental à l’État islamique a laissé plus de 750 000 civils bloqués dans la ville avec pratiquement aucune voie d’évacuation. Les frappes aériennes irakiennes et américaines ont tué un nombre inconnu de civils, mais même l’ONU a reconnu que plus de la moitié des morts à Mossoul étaient des non-combattants. Des reportages d’organisations d’aide humanitaire ont accusé les forces irakiennes, dont beaucoup ont été formées par les américains, de violations des droits de l’homme et de crimes de guerre, y compris des exécutions sommaires de villageois.

L’impérialisme américain, qui a mené de guerres pratiquement ininterrompues au Moyen-Orient au cours du dernier quart de siècle, est responsable de morts et de destructions à grande échelle. Le bilan estimé de la guerre illégale en Irak en 2003 a été évalué à un million de morts, tandis que la guerre aérienne en Libye en 2011 pour renverser le régime de Kadhafi a tué des dizaines de milliers et déstabilisé le pays, permettant ainsi aux groupes extrémistes islamiques de se développer.

Des enquêteurs des Nations Unies ont déclaré dans un rapport publié mercredi que les deux parties au conflit syrien ont commis des crimes de guerre. Il a accusé le gouvernement de cibler délibérément un convoi d’aide de l’ONU à Alep en septembre dernier, en commençant par larguer des bombes barils, avant de tirer des roquettes depuis des avions. L’armée de l’air syrienne aurait alors ouvert le feu de mitrailleuses sur les survivants. L’attaque a tué 14 travailleurs de l’humanitaire.

Cette constatation est contraire à une précédente enquête de l’ONU en décembre, qui a déclaré qu’il n’était pas possible d’attribuer la responsabilité à l’attaque. Le régime d’Assad a toujours nié son implication, citant plutôt la responsabilité des rebelles. Des enquêteurs de l’ONU ont déclaré qu’ils pouvaient faire porter la responsabilité au gouvernement syrien après avoir visionné des images satellitaires de la région.

Le rapport prétendait également que le bombardement russe et syrien d’Alep, qui comprenait l’utilisation de munitions non guidées, a tué 300 personnes au cours des quatre premiers jours de l’offensive de septembre dernier, dont 96 enfants. Il a accusé des avions russes de s’être joints à l’armée de l’air syrienne pour attaquer des hôpitaux, des centres de distribution d’eau et d’autres installations, mais n’avait pas les preuves pour accuser la Russie d’être impliqué dans aucun des crimes de guerre décrits dans le rapport.

L’enquête a également critiqué les rebelles soutenus par les États-Unis pour leurs bombardements aveugles de zones résidentielles de l’ouest d’Alep, entraînant des dizaines de victimes. Les rebelles ont également bloqué les tentatives de civils dans les zones sous leur contrôle de fuir les combats, en les utilisant comme boucliers humains contre les attaques gouvernementales. Les groupes rebelles ont favorisé leurs partisans lors de la distribution de vivres et d’autres fournitures d’aide et ont lancé une attaque contre une zone résidentielle kurde de Sheikh Maqsoud, les deux actes étant décrits par l’ONU comme des crimes de guerre.

Jordan Shilton

Article paru en anglais, WSWS, le 2 mars 2017

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Washington accuse l’aviation russe d’avoir attaqué les forces soutenues par les États-Unis en Syrie

Loin de campagnes présidentielles passées qui ont parfois été mornes et ennuyeuses, celle d’aujourd’hui est, sous certains aspects, un vrai régal. En effet, depuis quelques mois, les prétendants au poste convoité nous réservent bien des surprises. La presse fait son boulot. Les médias de masse relaient abondamment. Et d’aucuns se régalent de ces rebondissements incessants, dignes des meilleurs polars.

Mais, que l’on ne s’y trompe pas, pour ce qui est des valeurs démocratiques dont tant se prévalent, c’est un désastre. Pour preuve, la lente mais irrémédiable progression du Front National, qui malgré « les affaires » qui le concerne (lire : https://www.legrandsoir.info/les-accusations-glissent-sur-marine-le-pen-comme-la-pluie-sur-les-ailes-d-un-vautour.html), engrange les intentions de vote de tous les dégoûtés des pratiques du microcosme politique traditionnel.

Cette campagne a aussi un avantage : révéler les côtés les sombres de certains élus. On sait que l’arène politique ne fait pas de cadeau, mais à ce point, les records pourraient être battus.

A commencer par le président sortant qui n’a pas pris le risque de se représenter, tant le bilan de son quinquennat est désastreux, particulièrement au niveau social. A leur tour, ceux qui attendaient (espéraient ?) ce scénario, tapis dans l’ombre, en sont pour leurs frais. Des ténors qui s’y voyaient déjà se sont ramassés. Les partis traditionnels, toujours aussi coupés de la base, pourris de l’intérieur par des manigances sordides et des combines puantes, s’effondrent sur eux-mêmes dans un autisme rare. Et ceux qui en émergent péniblement ne représentent bientôt plus que leur ombre, quand ils ne se prennent pas les pieds dans le tapis. Malgré cela, des abrutis font comme si de rien n’était. Ils ont été trompés, trahis, volés… ils n’en n’ont cure, et en idiots utiles, continuent à les soutenir. Le pompon à ce jour, revenant à François Fillon.

Ce Monsieur Propre autoproclamé, bon chrétien – sans doute trop pour être honnête – , père de famille modèle, châtelain louant ses terres comme au temps des Seigneurs (lire : http://blog.francetvinfo.fr/judge-marie/2017/02/05/veaux-vaches-ble-et-loyer-f-fillon-et-ses-fermiers.html), planqué dans la machine étatique depuis des décennies, se révèle être comme tant d’autres, un délinquant en col blanc. Certes, pas à la manière de Sarkozy ou des Balkany, moins subtils sans doute. Mais si la forme est plus aristocratique, le fond est le même. Ces gens-là ne sont pas au service de l’Etat comme ils le déclarent en chœur, mais se servent de l’Etat pour leur confort personnel, ne reculant devant rien pour arriver à leurs fins. Inutile de reprendre ici tous les griefs qui lui sont reprochés, et pour lesquels la Justice mène ses enquêtes, les médias en font leurs choux gras.

En revanche, ce qu’il faut dénoncer, c’est l’art sournois du candidat Fillon pour détourner la situation en se faisant passer pour victime alors qu’il est coupable, au moins, moralement. En effet, la défense du sieur Fillon est de répéter que rien de ce qu’il a fait n’est illégal, et qu’il n’est pas le seul dans le cas (des noms, svp!), surfant ainsi sur la tangente. N’étant pas « spécialiste » de ces questions, je renvoie à ceux qui peuvent en parler en connaissance de cause. Mais il n’est pas besoin d’être « spécialiste » pour pointer l’aspect immoral des faits. Et là, Fr. Fillon étale en long et en large, le peu de scrupules qui l’anime.

Non content d’interpréter les faits à son avantage, les termes de ses communications à la presse n’ont plus de limites. Et la surenchère à laquelle on assiste au fil des semaines témoigne du désarroi de l’individu et de ses affidés qui, au fond d’eux-mêmes savent bien que leur position est indéfendable. Après avoir parlé de « mépris », de « misogynie », de « coup d’Etat institutionnel », « d’acharnement judiciaire » et j’en passe, ne voilà-t-il pas que cet exemple de probité et ses communicants parlent « d’assassinat politique » !?

Il faudrait vraiment leur conseiller de revisiter l’Histoire récente et d’aller voir du côté de P. Lumumba, S. Allende, H. Chavez, M. Kadhafi, … – exemples parmi bien d’autres – ce que « assassinat politique » signifie réellement.

Non, Mr. Fillon, n’est en rien « victime » de quoi que ce soit, sinon de son égo, pour le coup, surdimensionné. De son avidité du pouvoir et des multiples avantages qu’il permet dans une démocratie assurément malade de ce genre de pratiques. Et à ce stade, l’on ne peut s’empêcher de lui rappeler ses propos : « Qui imagine un seul instant le Général de Gaulle mis en examen ?! »… complétés par ceux d’un éditorialiste se demandant si la mère Yvonne eût été payée comme l’a été Pénélope… ?

Alors, si l’on peut dire que « errare humanum est perseverare diabolicum » ou pour ceux qui ne seraient pas comme lui, biberonnés au latin de messe : l’erreur est humaine, mais persévérer est diabolique… il faudrait conseiller à Fr. Fillon avant qu’il ne soit trop tard pour l’âme pure qui l’habite, de retirer sa candidature et de se repentir de ses fautes, sous peine qu’elle se transforme en cette Bérézina qu’il craignait tant, et l’éloigne définitivement, ô horreur, du paradis qu’il risque de rater à s’entêter de la sorte ! 

Daniel Vanhove

02.03.17

Daniel Vanhove est auteur et observateur civil.

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Affaire Fillon : un bon chrétien de très mauvaise foi

Estamos transitando hacia un mundo nuevo, poscapitalista. En la medida que es un proceso que estamos viviendo, no tenemos la suficiente distancia para saber en qué periodo estamos, pero todo indica que atravesamos las fases iniciales de dicha transición. Aunque tiene hondas similitudes con las anteriores (transiciones de la antigüedad al feudalismo y de éste al capitalismo), un hecho notable es la incapacidad para comprender lo que sucede ante nuestros ojos: un verdadero proceso de construcción colectiva de mundos nuevos.

En el pensamiento emancipatorio y en particular en el marxismo, se ha convertido en sentido común la idea de que toda transición comienza con la toma del poder a escala del Estado-nación. Este aserto debería haber sido repensado luego de los fracasos soviético y chino, pero sobre todo desde la demolición de los estados por el neoliberalismo, o sea el capital financiero y la cuarta guerra mundial en curso. Es cierto, empero, que para transitar hacia un mundo no capitalista debe tomarse el poder, pero ¿por qué a escala estatal? ¿Por qué a nivel institucional?

Este es uno de los meollos de la problemática y una enorme dificultad conceptual para poder visualizar las transiciones realmente existentes. La segunda dificultad, atada a la anterior, es que las transiciones no son homogéneas, no involucran a todo el cuerpo social de manera pareja. La historia nos enseña que suelen comenzar en las periferias del sistema-mundo y de cada nación, en remotas áreas rurales y en pequeños pueblos, en los eslabones débiles del sistema, donde cobran fuerza y se expanden luego hacia los centros del poder.

Por otro lado, las transiciones no sólo no son uniformes desde el punto de vista geográfico, sino también social, ya que son procesos guiados por la necesidad humana y no por ideologías. Suelen ser los pueblos que habitan el sótano, indios, negros y mestizos, los que primero construyen mundos otros; los sectores populares, las mujeres y los jóvenes suelen ser los protagonistas principales.

Quiero poner un ejemplo de algo que está sucediendo ahora mismo, que ya tiene un grado de desarrollo importante y que difícilmente puede ser revertido, salvo genocidio. Me refiero a la experiencia de la Unión de Trabajadores Desocupados (UTD) en General Mosconi, norte de Argentina. La ciudad tiene 22 mil habitantes que trabajaron en la petrolera estatal YPF hasta su privatización en la década de 1990, que dejó un tendal de desocupados. En esos años despegó un fuerte movimiento de desocupados, conocidos como piqueteros, que arrancó planes sociales a los sucesivos gobiernos.

Durante el ciclo de luchas piquetero, la UTD fue uno de los principales referentes en el conjunto del país y sus memorables cortes de ruta eran seguidos con entusiasmo por los demás movimientos. La UTD gozaba de fuerte prestigio y sus dirigentes, que sobrellevan cientos de causas ante la justicia por cortes de rutas y otros delitos, eran de los más populares en la Argentina.

Las cosas cambiaron muy pronto. La llegada al gobierno de Néstor Kirchner en 2003, y la retracción de los movimientos, sacaron a la UTD del escenario mediático y de la atención de los militantes sociales. Las noticias sobre lo que sucede en el lejano norte argentino son tan escasas como nebulosas.

Sin embargo, la UTD aprovechó los planes sociales (cortados por Macri) para construir un mundo nuevo. En estos momentos funcionan 110 huertas agroecológicas de dos hectáreas cada una, donde trabajan unas 30 personas en promedio, que producen gran variedad de vegetales, además de un gallinero y cerdos en cada huerta. Cuentan con un taller de carpintería que se nutre de la abundante madera de la zona, talleres de soldadura, de clasificación de semillas y de reciclado de plásticos, en los cinco galpones con que cuenta el movimiento, como se puede leer en el reportaje de Claudia Acuña en la revista MU (julio de 2016).

Construyeron viveros que reproducen la flora nativa con la que abastecen desde las plazas hasta los montes, amenazados por la expansión vertiginosa de la soya transgénica y los talamontes. Parte de su trabajo la dedican a sostener los espacios públicos de la ciudad y los bosques de los alrededores, una región donde crece el narcotráfico amparado en la complicidad estatal-policial.

Un cálculo sencillo permite constatar que de 4 a 5 mil personas hacen sus vidas en relación con el trabajo colectivo que organiza la UTD, lo que equivale a 40 por ciento de la población activa de Mosconi. Esas familias forjaron autonomía alimenticia, ya no dependen de los planes sociales, están encarando desde la producción de alimentos hasta la construcción de viviendas, o sea están reproduciendo la vida por fuera de los marcos del sistema, sin relacionarse con el capital ni depender del Estado. En suma, trabajan con dignidad.

Se dirá que es una experiencia apenas local. Pero las huertas y los modos de hacer de la UTD ya se expanden a la vecina Tartagal, con el triple de población. Muchos miles de emprendimientos de este tipo existen en América Latina, porque los sectores populares comprendieron que el sistema no los necesita ni los ampara, como sucedió durante los breves años de los estados del bienestar. Hay una estrategia implícita en este conjunto de mundos nuevos que no pasa por los estados-nación, sino por fortalecer y expandir cada iniciativa, en afilar los rasgos antisistémicos y antipatriarcales, y en fortalecer las resistencias.

Un rasgo de madurez de buena parte de estos mundos nuevos consiste en mantener distancias de las instituciones partidarias y estatales, aunque siempre que pueden les exigen apoyo y arrebañan recursos con un ojo puesto en garantizar la sobrevivencia y el otro en mantener la independencia.

En la larga transición en curso, imposible saber si serán décadas o siglos, los mundos nuevos están enfrentando una de las más potentes ofensivas del sistema. Lo que han conseguido hasta ahora nos permite alentar un sereno optimismo.

Raúl Zibechi

Raúl Zibechi: Periodista e investigador uruguayo, especialista en movimientos sociales, escribe para Brecha de Uruguay, Gara del País Vasco y La Jornada de México.

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Argentina – La transición florece, aunque no la veamos

The global populist fever is catching. Put the nation first before all else, patria before sense. Make America Great Again. One Nation before any other. Australia has been a fairly non-responsive patient to that effect, keeping its symptoms to the rural fringes of the country, or the more bitter blue-collar edges disgruntled by immigrants. While essentially conservative and reactionary, the Australian skill over the years has been to temper revolt with urbanism, mortgages and status anxiety.

But the emergence in recent months of the Trump presidency has stirred a virus of sorts, moving through the political body at some speed. Homes are becoming unfordable. Australia’s banks, a long protected profit-making racket, continue charging monstrous fees for using the money of citizens. (Their wealth is your benefit.) Industries are closing or, in the weight loss metaphor, down-sizing. Governments and the main opposition party are getting edgy.

Much of this has been fanned by Pauline Hanson’s One Nation Party, an entity conservatives were so keen on destroying during the 1990s they established a special fund to do so, run by the deposed former Australian prime minister, Tony Abbott. He was to have the monopoly on reactionary politics.

A campaign of such fanatical fury ensued against Hanson, one with shades of hollow martyrdom, genuine persecution, and political vengeance. It came from political and cultural circles, from faux Australian elitism and snobbery, and those fearing she was having a bite of their electoral cake. Tribal mania kicked in, and she had to be destroyed. Convict culture, rather than being egalitarian, hoards, protects, preserves. Hanson, it was suggested, was out to get more than her fair share.

She was attacked for her fish and chip shop ignorance; mocked for her excruciating whine that tears strips in the air; teased brutally for her ill-considered remarks that showed reading even less advanced than a Rupert Murdoch tabloid. (“Go back to Islam!”)

For a time, she even became the subject of cruel, albeit apt satire for a drag queen by the name of Pauline Pantsdown, nabbing her statement “I don’t like it” and immortalising it, if only across a narrow spectrum.[1] Australia, having never had clear cut, totalitarian types who scream eloquently and supply erudite arguments for ostracising or killing races, could only point at Hanson. She was comedy, she was easy, and she had red hair. No poorer example was possible.

After her parliamentary loss and subsequent brief imprisonment for corruption, Hanson was confined to the reality television circuit, a shadow of Trump cast, doing the rounds as a minor celebrity on trash celluloid. Even there, there was some sympathy. The goblin of populism lay, gazing and stirring. She was bound to ride again.

Then came the elections in 2016, an event which almost unseated the Turnbull government. This was a good test case in cutting down smug, establishment confidence: the lawyer, banker Prime Minister, happy to gamble on his reading of the Australian electorate’s temperature, fell terribly and broke his party. It resulted in an overdose for the conservative coalition, and the spread of concern that has seen various members of the government speak of defection and sabotage.

The foolish calculation of gaining an advantage over his Labor opponents and cross benchers almost cost him government. But one of the greatest beneficiaries was a stormily renascent One Nation, now a heckling presence in the Senate. Not only did Hanson return with her coarseness slightly polished – she brought senators in tow. Canberra had to finally wake up.

At the state level, the One Nation threat is sending State premiers giddy with fear. The sharp cliff face looks promising. Electoral defeat, like a potential loss of life, creates monstrous romances and disturbing flings of speculation. Anything to survive.

Long assumed positions on voting strategy are being abandoned. Conspiracies are being hatched. The Western Australian state leader, Colin Barnett, succumbed to what had been deemed a wicked temptation: yielding to a vote-sharing deal with One Nation at state elections due next month.

Not all were impressed by the arrangement, with Liberals (that is to say, Australian conservatives) more inclined to the political centre concerned that a suicide pact had been made. Never, went the line, would they make a preference vote deal with Hanson’s outfit. Their National Party partners were also fearful that their traditional voters would make an electoral dash, draining their traditional base.

As Reuters staff put it, “The deal demonstrates the influence now wielded by One Nation, which advocates protectionism and anti-immigration policies, since its return from 20 years in the political wilderness at national elections last year.”[2]

Such are the times. Traditional party establishments who refuse to adapt are perishing before an electoral anger that is singeing the base and torching bridges. Hanson can praise Russia’s Vladimir Putin as “a strong leader”.[3] Voters, be they the sanctified forgotten, the product of amnesiac intelligentsias and spread-sheets of political predictions, are moving their feet to the beat of a dark music. Not just dark, but angry.

Dr. Binoy Kampmark was a Commonwealth Scholar at Selwyn College, Cambridge. He lectures at RMIT University, Melbourne. Email: [email protected]

Notes

[1] https://www.youtube.com/watch?v=D4tZRZSGxcE
[2] http://www.reuters.com/article/us-australia-politics-idUSKBN15S0U0
[3] http://www.smh.com.au/federal-politics/political-news/pauline-hanson-has-no-problems-with-killer-vladimir-putin-would-be-honoured-to-be-pm-one-day-20170205-gu6392.html

  • Posted in English @as @as
  • Commentaires fermés sur One Nation Train. « Make Australia Great Again », US-Australian Relations

Infolettre du 25 février au 2 mars 2017

Deportations

Trump qualifie les déportations au Mexique d’« opération militaire »

Par Bill Van Auken, 25 février 2017

 

Donald-Trump pouce

L’enjeu pour Trump et nous tous

Par Dr. Paul Craig Roberts, 27 février 2017

 

Haytham Manna

Haytham Manna: Le dégagement de 70.000 combattants non syriens de Syrie, un préalable à la stabilisation du conflit.

Par René Naba, 27 février 2017

B-61_bomb_rack

Coup de sommeil nucléaireP

ar Manlio Dinucci, 28 février 2017

 

CANADA-SHOOTING-MOSQUE

J’ai mal au Québec

Par Ahmed Bensaada, 28 février 2017

 

marine-le-pen

Sainte Marine le Pen : Une neuvième croisade avec un sabre nain

Par Chems Eddine Chitour, 28 février 2017

 

casques blancs

Genève 4 : Bachar al-Jaafari face aux terroristes du Front al-Nosra…

Par Mouna Alno-Nakhal et Dr. Bachar al-Jaafari, 01 mars

 

Rafale-Canada

Le retour des avions de combat du Canada dans l’espace aérien de la Syrie. Un autre acte de guerre.

Par Prof. Jules Dufour, 01 mars 2017

 

le-pen-macron

Élections en France – La vengeance de la classe ouvrière ?

Par Bernard Hugo, 02 mars 2017

 

Supermarket

Inde – Une économie “sans cash”, un sale coup pour les petits producteurs

Par Supermarket watch Asia, 02 mars 2017

 

Crimée

La deuxième guerre de Crimée n’aura pas lieu

Par Bruno Guigue, 02 mars 2017

 

Bertha Caceres

Le monde réclame justice pour l’assassinat de Berta Cáceres

Par Fil de Presse, 02 mars 2017

 

Capture d’écran 2017-03-02 à 15.40.59

Cincinnatus, Mandela , Mujica trois leaders : Une vision sobre de la condition humaine

Par Chems Eddine Chitour, 02 mars 2017

 

Pour consulter tous les articles récents, cliquez ICI

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur USA de Trump, armement nucléaire, terroristes du Front al-Nosra, Crimée…

Il a été récemment annoncé que le président américain Donald Trump a sélectionné le lieutenant général de l’armée américaine, Herbert Raymond McMaster, en tant que conseiller à la sécurité nationale.

Dans un article intitulé Trump choisit H.R. McMaster comme conseiller à la sécurité nationale, le New York Times rapportait:

Le président Trump a nommé le lieutenant-général H. R. McMaster comme son nouveau conseiller à la sécurité nationale, lundi, choisissant un stratège militaire largement respecté, connu pour ne pas hésiter à contester la pensée conventionnelle et qui a aidé à inverser la direction de la guerre en Irak dans ses jours les plus sombres.

En réalité, ce que le Président Trump a fait, c’est de choisir un homme qui n’apportera que très peu de ses propres idées. Au lieu de cela, il répétera textuellement les points de discussion, reflètera l’agenda et servira les intérêts qui alimentent la ribambelle de groupes de réflexion financés par les sociétés financières qui élaborent et ont élaboré, pendant des décennies, la politique étrangère des États-Unis et de l’Europe.

Ce que représente le général McMaster

Dans un discours tenu dans l’un de ces groupes de réflexion, le Center for Strategic and International Studiesgroupe fondé par ExxonMobil, Hess, Chevron et Boeing et présidé par des gens comme Rex Tillerson, le secrétaire d’État du président Trump, et des représentants de Lockheed Martin, Raytheon et Betchel, le général McMaster fournit une interprétation bien établie, reflétant la vision du monde non seulement du CSIS lui-même, mais aussi de la vision du monde et des objectifs de la Brookings Institution, du Council on Foreign Relations et d’une myriade d’autres groupes de réflexion axés sur les intérêts spéciaux de ces grosses entreprises.

La conférence, publiée sur la chaîne YouTube du CSIS en mai 2016, présente le général McMaster dans son uniforme militaire accusant la Russie d ‘« envahir l’Ukraine » et la Chine de « défier les intérêts américains aux extrémités du pouvoir américain ». En décrivant la Chine en train de défier les intérêts états-uniens, il a présenté une carte de la Chine et de la mer de Chine méridionale – vraiment très éloignée des États-Unis ou de toute sphère d’influence logique ou de proximité que Washington pourrait justifier comme étant d’intérêt national.

Le général McMaster a affirmé que la Russie et la Chine constituaient une menace pour « les intérêts américains » à l’étranger – et non pour la sécurité nationale américaine elle-même – car ces pays contestent l’ordre international établi après la Seconde Guerre mondiale – une ordonnance reconnue par et pour les États-Unis et leurs alliés européens, leur octroyant l’hégémonie unipolaire militaire, sociopolitique et financière sur la planète.

De manière prévisible, il a mentionné la Corée du Nord et l’Iran comme des menaces pour les États-Unis, bien qu’aucune de ces nations ne les ait attaqués ni n’ait eu le désir ou la capacité de le faire. Il accuse notamment l’Iran de « se battre contre nous depuis 1979 », se référant à l’époque où les Iraniens ont finalement renversé la dictature brutale de Mohammad Reza Shah Pahlavi, installée et armée par les États-Unis en 1979.

Le général McMaster accuse l’Iran de « créer des milices » qui échappent au contrôle des gouvernements du Moyen-Orient non seulement pour les soutenir, mais aussi pour les utiliser comme levier contre ces gouvernements – exactement ce que font les États-Unis grâce à des forces d’occupation déployées dans la région et des groupes terroristes parrainés par certains États, groupes financés, formés et dirigés par les États-Unis et leurs alliés du golfe Persique, partout, de l’Afrique du Nord aux pays du Moyen-Orient comme l’Irak, le Yémen, la Syrie et le Liban.

Puis McMaster continue en parlant de l’autoproclamé « État islamique ». Il présente une diapositive des gains territoriaux d’EI, montrant clairement les lignes d’approvisionnement directement en provenance de la Turquie, un membre de l’OTAN, et plongeant profondément en Syrie et en Irak, avec une ligne plus petite venant de Jordanie. Il ne mentionne pas d’où provient la capacité de combat d’ISIS, dépeignant le conflit de la même manière caricaturale que les médias américains et européens le présentent au grand public.

Le général McMaster présente à son auditoire une stratégie de défense basée sur « la dissuasion par le déni et la dissuasion à la frontière pour en augmenter le coût pour les adversaires potentiels », se référant à des régions de la planète situées à des milliers de kilomètres des rives américaines, où les États-Unis cherchent à maintenir ou réaffirmer leur pouvoir et leur influence, ou à projeter leur pouvoir dans des régions jusqu’alors indépendantes de Wall Street et de l’influence de Washington.

Une simple continuité de l’agenda

Le choix du général McMaster comme conseiller à la sécurité nationale du président Trump garantit que celle-ci demeure dominée par les groupes de réflexion financés par les grosses sociétés qui ont conçu, déterminé et dominé la politique étrangère des États-Unis pendant des décennies. Les documents de politique générale que McMaster cite à plusieurs reprises dans chaque discours qu’il tient, groupe de réflexion après groupe de réflexion, sont les produits de ces mêmes groupes de réflexion.

Que le général McMaster identifie la Russie, la Chine et l’Iran comme des « menaces »pour les États-Unis, non parce qu’ils cherchent à leur nuire sur leur territoire ou dans toute sphère d’influence de proximité, mais simplement parce que ces pays tentent de sécuriser leurs propres sphères de proximité respectives de toute tentative d’influence, de subversion ou d’encerclement systématiques et ouverts de la part des États-Unis, signifie la poursuite de la guerre destructrice à l’échelle mondiale, qui sévit depuis les administrations de nombreux autres présidents, notamment les présidents Obama, Bush, Clinton, Bush Senior, Reagan et même Carter.

Alors que les États-Unis se présentent comme une nation « démocratique », dirigée pour les intérêts de son peuple, il est évident que des intérêts particuliers à Wall Street et à Washington ont un ordre du jour singulier qui transcende à la fois les présidents que les peuples ont élus et les politiques que les peuples ont choisies au cours de la campagne présidentielle. Que les partisans du président Trump soient toujours sous l’illusion qu’il va arrêter l’agression américaine pour des changements de régime dans le monde entier, alors qu’il vient de mettre en place le général McMaster comme conseiller à la sécurité nationale – un homme qui a ouvertement et à plusieurs reprises soutenu la poursuite de l’hégémonie globale américaine – montre que les gens ont été trompés encore une fois et que les agressions états-uniennes vont continuer sans relâche.

Tony Cartalucci

 

Article original en anglais :

h-r-mcmaster-570x380

National Security Adviser General McMaster: Resident Parrot of The Military Industrial War Complex

Traduit par Wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Le nouveau conseiller à la sécurité nationale, le général McMaster. Un perroquet du complexe militaro-industriel

Le virus cancérigène et liberticide mondial que sont les interdictions d’utilisation d’espèces, au nom de la lutte contre le terrorisme, a atteint les côtes taïwanaises cette semaine. Selon un article du quotidien de Taipei, l’Economic Daily News, qui cite une source anonyme du Ministère de la Justice, Taïwan pourrait interdire, dans le cadre de la “lutte contre le blanchiment d’argent”, toutes les transactions en espèces pour des achats immobiliers et de produits de luxe.

Comme nous l’avons déjà mentionné, la guerre déclarée aux espèces ne fait pas que continuer sur sa lancée, mais elle s’intensifie.

Elle a commencé en Occident, par des petites intrusions dans notre droit à utiliser la monnaie de notre propre pays. Cette guerre s’est étendue à l’Inde de façon brutale, imposée à une population de 1,2 milliards de personnes, dans un pays où 68% des transactions s’effectuent en espèces. Et aujourd’hui, elle s’étend à Taïwan, comme le rapporte le Economic Daily News (traduit par Google Translate)…

Dans le but de renforcer la prévention et le contrôle du blanchiment d’argent, le ministère de la Justice de Taïwan prévoit de promouvoir à grande échelle les transactions dématérialisées. La première vague pourrait concerner les transactions dans l’immobilier, les voitures de luxe et la bijouterie.

Selon la législation concernant la lutte contre le blanchiment de capitaux, qui à l’heure actuelle régit l’utilisation des outils de paiement en espèces, le ministère de la Justice prévoit des discussions avec les autres instances régulatrices dans la seconde moitié de l’année.

Une fois que la législation sera finalisée, les ventes de biens immobiliers, d’automobiles et de bijouterie ne seront plus autorisées à être effectuées en espèces; seuls des outils de paiement dématérialisés, comme les cartes de crédit, les cartes bancaires, les chèques, les paiements électroniques ou les virements bancaires seront autorisés.

La législation actuelle exige l’enregistrement et la déclaration de toutes transactions au-delà de 500 000 yuan [aux alentours de 16 000 dollars, et non de 72 000 USD comme mentionne la version originale du texte, qui confond le yuan chinois et le yuan taïwanais, NdT].

Quant à savoir si ce niveau sera encore abaissé dans le futur, cela reste incertain; mais pour les biens immobiliers, les automobiles et la bijouterie, le niveau sera de zéro, leurs transactions seront uniquement autorisées en paiements dématérialisés.

En outre, les officiels expliquent que de telles modifications conceptuelles n’affecteraient pas la majorité des hommes d’affaires, tout en admettant qu’elles pourraient représenter un inconvénient pour ceux qui ne peuvent faire la demande d’obtention d’une carte de crédit.

Évidemment, l’excuse invoquée pour cette interdiction d’utilisation des espèces est simple:

Les données internes détenues par le Ministère de la Justice montrent que la répartition des avoirs des groupes criminels est particulièrement concentrée en or, diamants, et en biens immobiliers. Les transactions immobilières sont considérées comme représentant un risque élevé de blanchiment d’argent.

Comme nous l’avions remarqué dans un article précédent, à première vue, la “guerre au cash” a des relents de théorie de la conspiration, et pourtant, tous les gouvernements bénéficieraient de cette capacité accrue de contrôle et y seraient donc très favorables. En fait, il se trouve que cela pourrait représenter la seule solution à leurs problèmes budgétaires actuels.

Comment se déroulerait ce plan? Voici en gros comment je perçois la première phase:

  • Lier la libre-circulation des espèces au terrorisme (créer l’illusion collective que tout mouvement important d’argent suppose une activité criminelle)
  • Établir un plafond maximal en-deça duquel il est possible de transférer de l’argent sans avoir à le déclarer à une entité de contrôle étatique
  • Abaisser ce plafond de façon périodique
  • Habituer les populations à effectuer toutes leurs transactions, petites et grandes, au moyen d’une carte bancaire
  • Créer l’illusion collective que le simple fait de détenir des espèces est suspect, puisque ce n’est plus le seul moyen de paiement disponible.

La première fois que j’ai écrit sur ce sujet,  j’avais essuyé de nombreuses critiques, arguant que la mise en place d’un tel plan était impossible, et encore moins susceptible d’aboutir. Et je dois avouer que ce scénario semblait à l’époque si orwellien, qu’on peut comprendre que cela ait été considéré comme une idée saugrenue. Mais depuis cette époque, ce programme de guerre aux espèces s’est développé extrêmement rapidement. Rien que dans des six derniers mois, ce programme est devenu si visible aux yeux de tous, qu’il a gagné le nom de “Guerre contre le cash”.

Des références médiatiques soulignent souvent le fait que des groupes terroristes financent leurs attaques par l’intermédiaire d’argent liquide. Des douzaines de pays ont plafonné les transferts bancaires qui peuvent être effectués sans être déclarés aux autorités. Certains États, notamment la France, ont déjà commencé à diminuer ces plafonds. D’autres pays, comme la Suède, voient leurs banques commencer à traiter TOUTES les transactions en espèces comme suspectes.
Il semblerait que Taïwan soit en train de se joindre à cette guerre déclarée aux espèces.

Il existe trois acteurs majeurs dans cette guerre aux espèces :

1. Les initiateurs

Qui? Les gouvernements et les banques centrales.
Pourquoi? L’élimination des espèces rendra plus aisée la traçabilité de tous types de transactions, incluant celles effectuées par les criminels.

2. L’ennemi

Qui? Groupes criminels et terroristes
Pourquoi? L’existence de billets de banque à forte dénomination facilite les transactions illégales et protègent l’anonymat.

3. Les victimes collatérales

Qui? Les honnêtes citoyens
Pourquoi? L’élimination forcée des moyens physiques de paiement aura des répercussions potentielles sur l’économie et sur les libertés civiques.

Les coups portés par les gouvernements dans leur guerre contre les espèces pourraient causer encore plus de dommages collatéraux :

1. La protection de la vie privée
Les transactions dématérialisées incluent systématiquement un intermédiaire ou une tierce partie.
Les gouvernements auront un accès privilégié aux données et transactions personnelles.
Certains types de transactions (paris, etc.) pourraient être interdits ou suspendus par les gouvernements.
Les monnaies virtuelles pourraient devenir une alternative pour de telles transactions [peu probable, car les crypto-devises telles le bitcoin sont en fait plus transparentes que n’importe quel autre moyen de paiement, car tout l’historique de chaque bitcoin est enregistré dans la blockchain, NdT]

2. L’épargne
Les épargnants n’auront plus la liberté individuelle de garder leurs économies en dehors du système bancaire.
L’élimination des espèces fait des taux d’intérêts négatifs, une possibilité de politique économique pour les dirigeants.
Une société sans espèces signifie également que les épargnants sont susceptibles d’être mis à contribution, sans choix individuel, pour remettre à flot des banques en faillite.
Les épargnants n’auraient qu’une marge de manœuvre très restreinte pour réagir à des événements comme la déflation ou l’inflation.

3. Droits de l’Homme
La démonétisation rapide d’une économie dans le passé a mené à des violations des droits humains à vivre et à se nourrir.
En Inde, le retrait de la circulation des billets de 500 et 1000 roupies a causé de multiples tragédies humaines, dont des patients à qui ont été refusés des soins, ou d’autres personnes devenues incapables de se nourrir décemment.
La démonétisation d’une économie affecte la possibilité des petites gens et des petits commerçants à survivre grâce au secteur de l’économie informelle.

4. Cyber-sécurité
Toute la richesse des pays étant dorénavant entreposée de manière électronique, le risque potentiel et l’impact de la cyber-criminalité augmente d’autant.
L’usurpation d’identité pourrait faire disparaître les économies de toute une vie, pour les gens qui en seraient victimes.
Selon l’institut de recherche Juniper, le coût des attaques sur les réseaux informatiques devrait s’élever à 2 100 milliards de dollars en 2019.

Cette question a pris de l’ampleur plus rapidement qu’on pouvait le craindre. Il apparaît clairement que les gouvernements mènent cette guerre contre le cash à marche forcée. Il ne peut y avoir qu’une seule raison pour expliquer pourquoi ils précipiteraient un programme qui devrait normalement prendre plus de temps pour être accepté par les populations, et cela doit être qu’ils anticipent l’avènement d’un crash, avant de pouvoir mettre en place la phase suivante de leur plan.

Tyler Durden

 

Article original en anglais : Taiwan Joins Global War On Cash: Plans To Ban Purchases Of Houses, Cars, & Jewelry, Zero Hedges, 22 février 2017

Traduit par Laurent Schiaparelli, édité par Wayan, relu par nadine pour le Saker francophone

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Guerre au cash: Taïwan interdirait l’utilisation des espèces pour les achats de biens immobiliers, d’automobiles et de bijouterie

L’allocution prononcée vendredi par le président américain Trump devant la Conservative Political Action Conference (CPAC) très à droite, a permis d’approfondir la politique de guerre commerciale qui est au cœur des politiques économiques de son administration – programme qui a déjà provoqué des avertissements sur ses conséquences dévastatrices pour l’économie mondiale.

Elle a été immédiatement suivie d’un rapport dans le Financial Times (FT) que l’administration a demandé au bureau du Représentant commercial américain d’établir une liste de mécanismes qui pourraient être utilisés pour imposer unilatéralement des sanctions commerciales contre la Chine et d’autres pays.

Selon l’article, des personnes qui en ont été informées ont dit que le but était de trouver des moyens de contourner les procédures de règlement des différends de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui régissent les relations commerciales internationales depuis 1995. Si elles étaient couronnées de succès, de telles manœuvres pourraient conduire à l’éclatement d’une guerre commerciale.

Cela est dans la droite ligne remarques de Trump sur le commerce au CPAC. Comme toutes ses déclarations publiques, il ne s’agissait pas tant d’un discours que d’une diatribe, dénonçant les accords commerciaux du passé qui selon Trump sont la cause du déclin de la performance économique du capitalisme américain. Et sur fond de chants de « USA, USA » de la foule, cela a été assorti d’un engagement à réaliser « l’un des plus grands renforcements militaires de l’histoire américaine. »

Expliquant les raisons de sa décision de se retirer du Partenariat trans-Pacifique (PTP) entre 12 nations, négocié sous Obama, Trump a exposé la façon dont il envisage des négociations commerciales à l’avenir.

« Nous allons passer des accords commerciaux, mais nous allons le faire un par un […] et s’ils se comportent mal, nous mettons fin à l’accord. Et puis ils vont revenir et passer un meilleur accord. Rien à faire de ces gros marchés marécageux qui sont un désastre. »

Dans son audition de confirmation comme secrétaire du commerce, Wilbur Ross a élaboré l’avis de l’administration sur les accords multilatéraux. Pour lui, les négociations avec 12 pays, comme dans le PTP, impliquent des concessions qui, en retour, prennent « un petit morceau » aux États-Unis. « Continuez à le faire 12 fois. Vous obtenez beaucoup de morceaux », a-t-il dit.

La politique de « l’Amérique d’abord » ne s’applique pas seulement au commerce. Bloomberg a indiqué que dans les discussions tenues jeudi dernier le secrétaire du Trésor Mnuchin a déclaré au gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, que l’administration Trump favoriserait les intérêts nationaux américains dans toute discussion sur la réglementation financière.

Selon un communiqué publié par le Trésor américain sur les négociations, Mnuchin a fait remarquer que « l’un des principes fondamentaux de l’administration pour la réglementation financière est de promouvoir les intérêts américains dans les négociations de réglementation financière internationale ». Cette déclaration fait écho à un décret émis par Trump le 3 février qui a décidé que les États-Unis « défendraient les intérêts américains dans les négociations et les réunions internationales sur la réglementation financière ».

Cette affirmation stridente du nationalisme économique américain n’est pas seulement dirigée contre le TPP et l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec le Canada et le Mexique, que Trump dit vouloir renégocier. Comme le montre le reportage du FT, le programme du gouvernement est beaucoup plus large. Au cours de la campagne électorale, Trump a qualifié l’OMC de « catastrophe », menaçant que les États-Unis se retirent de l’organisation si elle n’acceptait pas l’imposition de taxes à l’importation et d’autres mesures dirigées contre des pays considérés comme nocifs pour les intérêts économiques américains.

Le passage des États-Unis aux accords bilatéraux a également été le message que le principal stratège de Trump, Stephen Bannon, a adressé à l’Union européenne au début du mois. Selon un reportage de Reuters, il a déclaré à l’ambassadeur allemand à Washington qu’il considérait l’Union européenne comme un concept erroné et que l’administration Trump préférait les accords individuels.

En réponse à ce reportage, un responsable de l’UE a déclaré à Reuters : « Il semble n’y avoir aucune compréhension à la Maison Blanche qu’un détricotage de l’UE aurait des conséquences désastreuses. »

La Maison Blanche a confirmé que la réunion avait eu lieu, mais a déclaré que le compte-rendu de la conversation était inexact. Cependant, l’essentiel des propos de Bannon correspond aux remarques de Trump lors de la réunion de la CPAC.

Les ministres du commerce de l’UE tiennent une réunion informelle cette semaine où ils discuteront de leur réponse au nouveau programme commercial formulé à Washington au milieu des avertissements sur ses implications.

Plus tôt ce mois, le ministre français des Finances, Michel Sapin, a déclaré que l’administration Trump posait un « grave risque » pour le commerce international dans un discours à un rassemblement d’économistes internationaux à Paris. Il a dit que les États membres de l’UE devraient tenir tête à Trump pour empêcher « la dislocation de nos institutions économiques. »

« Ni la France, ni l’Europe ne pourront assister impuissantes, car nos institutions économiques risquent d’être disloquées […] En tant que le plus grand bloc commercial du monde, l’UE continuera à protéger et défendre ses propres intérêts et fera tout ce qu’il faut pour contrer les politiques commerciales de M. Trump. »

D’autres, dont la chancelière fédérale allemande Angela Merkel, ont déclaré que l’UE devra envisager des relations économiques plus étroites avec d’autres pays et régions si elle ne parvient pas à s’entendre avec les États-Unis.

La crainte dans les milieux européens et internationaux est que « l’Amérique d’abord », où le commerce serait conçu comme un jeu à somme nulle, aboutisse aux mêmes guerres commerciales qui ont aggravées la Grande Dépression des années 1930 et ont joué un rôle non négligeable dans la création des conditions pour l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale.

Vers la fin des années 1930, au fur et mesure qu’il devenait évident qu’une autre guerre mondiale était pratiquement inévitable, le secrétaire d’État du président Roosevelt, Cordell Hull, a conclu que l’une des raisons de la prochaine guerre était la formation de blocs commerciaux et économiques rivaux. Il a affirmé que des mécanismes devraient être mis en place pour assurer que cela n’ait pas lieu dans le monde d’après-guerre.

Après avoir battu militairement ses deux principaux rivaux, l’Allemagne et le Japon, et fait en sorte que la puissance économique hégémonique précédente, la Grande-Bretagne, soit saignée à blanc économiquement, les États-Unis ont utilisé leur position de domination économique mondiale sur le système capitaliste mondial pour établir un nouvel ordre économique fondé sur le libre-échange.

Cette politique pourrait être décrite comme relevant d’un intérêt égoïste bien compris. Elle reposait sur la reconnaissance que si les relations commerciales des années 1930 revenaient, cela aurait des conséquences désastreuses pour l’économie mondiale, y compris pour les États-Unis, qui dépendaient d’un marché mondial en expansion, entraînant d’énormes bouleversements sociaux qui portaient avec eux la perspective d’une révolution sociale, notamment en Amérique.

Sur la base de cette analyse, les États-Unis ont été les principaux instigateurs de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) qui est entré en vigueur en janvier 1948. Dans le but d’une réduction substantielle des barrières tarifaires et d’autres barrières commerciales et de « l’élimination des préférences », C’était le fondement du système commercial international d’après-guerre.

Le GATT n’a pas supprimé les tarifs douaniers, mais il a établi le principe selon lequel les concessions commerciales offertes par un pays ne pouvaient être sélectives ; si elles étaient accordées à un seul, elles devaient être accordées à tous. Il s’agissait d’essayer d’éliminer le type de traitement préférentiel qui avait conduit à la formation de blocs commerciaux dans les années 1930.

Les diverses négociations commerciales menées dans le cadre du GATT ont permis d’accroître le commerce mondial, ce qui a contribué à soutenir le boom économique de l’après-guerre. Le GATT a été remplacé par l’Organisation mondiale du commerce en 1995. Mais l’histoire de celle-ci a été sensiblement différente.

Les négociations ont débuté en 2001 sur un nouveau train de mesures de libéralisation des échanges – ce que l’on appelle le Cycle de Doha. Mais dans des conditions de diminution de la croissance mondiale, en particulier après la crise financière de 2008, elles ont calé, conduisant à l’abandon virtuel du Cycle de Doha en 2014. La rupture de l’établissement d’autres accords commerciaux a vu d’autres transactions commerciales impliquant des groupes de pays sélectionnés, dont l’ALENA et le PTP qui était en discussion, ce qui constituait une violation des principes établis en 1948.

En proposant le PTP, qui a délibérément exclu la Chine, l’administration Obama a maintenu que son but était de faire des États-Unis le centre d’un réseau de relations commerciales et d’investissement.

Bien avant l’accession de Trump à la présidence américaine, la montée des accords commerciaux limités et régionaux et la désintégration du cadre mondial du GATT-OMC avaient suscité de plus en plus de préoccupations du fait que le commerce mondial ressemble de plus en plus à un « embrouillamini » d’accords potentiellement conflictuels.

Comme tant d’autres orientations politiques, les mesures commerciales de l’administration Trump représentent à la fois une continuation de celles de ses prédécesseurs, mais aussi un changement qualitatif. Maintenant, même les accords multilatéraux doivent être mis au rebut et les États-Unis procéderont à des accords bilatéraux, avec la menace qu’ils soient déchirés dès qu’ils deviendront désavantageux pour les États-Unis et que le pays contractant soit forcé de conclure un nouvel accord selon les termes dictés par Washington. Et les mécanismes mis en place par l’OMC pour régler les différends seront tout simplement contournés.

Le programme de Trump a suscité de nombreuses inquiétudes quant à la trajectoire du système capitaliste mondial. Dans un commentaire du mois dernier sur l’allocution d’investiture de Trump, le chroniqueur économique du Financial Times, Martin Wolf, l’a qualifiée de « déclaration de guerre économique ».

« Une fois que la puissance hégémonique attaque le système qu’elle a créé, il n’y a que deux résultats qui semblent vraisemblables : l’effondrement ou la création d’un nouveau système autour d’une nouvelle puissance hégémonique », écrivait-il.

Tandis que Wolf n’a pas précisé les implications de son analyse, elles sont claires. Les deux voies mènent à la guerre. Dans le cas d’un effondrement, le système commercial descend dans une guerre économique de tous contre tous, dont la logique est que chacune des grandes puissances cherche à éliminer ses rivaux – finalement par des moyens militaires.

L’autre scénario, fondé sur l’établissement d’une nouvelle puissance hégémonique – Wolf a soulevé la perspective d’une alliance entre l’Europe et la Chine – va dans le même sens. Le remplacement d’une puissance par une puissance unique ou un groupe de puissances n’est aucunement une transition pacifique. Comme le montre l’histoire du XXᵉ siècle, le capitalisme mondial n’a jamais réglé la question de ses relations économiques fondamentales de cette manière, mais seulement par la guerre mondiale.

Le programme économique et commercial de Trump met le monde de nouveau sur cette voie, menaçant la destruction de la civilisation elle-même.

Nick Beams

Article paru en anglais, WSWS, le 28 février 2017

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Trump intensifie sa politique de guerre commerciale

Dans son édition régionale de Francfort du 6 février, le journal Bild avait publié un article intitulé « 37 jours après le nouvel an, les victimes brisent le silence – agressions sexuelles de masse rue Freßgass » – une longue rue piétonne de la ville. La nouvelle se répandit rapidement mais se révéla être un tissu de mensonges.

Le reportage s’était articulé autour du témoignage d’un sympathisant du parti d’extrême-droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), Jan Mai, un propriétaire de bistro. S’appuyant sur les propos de Mai, le journaliste de Bild, Stefan Schlagenhaufer, avait écrit qu’une foule de « 900 réfugiés pour la plupart ivres » avait semé le chaos le soir de la Saint-Sylvestre, en volant et en harcelant sexuellement ceux qui voulaient faire la fête.

L’article rapportait que des dizaines d’hommes étrangers avaient envahi le bar de Mai, le First-In, où ils auraient agressé des femmes et dérobé plusieurs vestes.

Le tabloïd a cité Mai comme suit : « Lorsque je suis arrivé, tout le local était rempli d’un groupe d’environ 50 Arabes. Ils ne parlaient pas allemand, ils buvaient les boissons des clients et dansaient de manière provocante. Les femmes m’ont appelé à l’aide parce qu’elles étaient attaquées. L’ambiance avait complètement changé. » Même deux heures plus tard selon lui, il y avait encore eu des « problèmes avec les masses de réfugiés » devant le bar.

Bild a également cité un témoin, la femme d’affaires Irina A., qui a dit avoir été sexuellement harcelée dans le bar par « une cinquantaine d’Arabes », des « masses de réfugiés », « 900 réfugiés pour la plupart ivres. » Le vocabulaire utilisé par Bild est exactement celui associé à l’extrême droite AfD et au mouvement Pegida. Le reportage du Bild fut ensuite repris par de nombreux autres organes de presse, dont la chaîne de télévision Sat.1, le journal d’ultra-droite Junge Freiheit et l’édition britannique de Breitbart News en Grande-Bretagne.

Des articles à sensation apparurent dans des journaux et des quotidiens « sérieux » comme le Frankfurter Rundschau, le Frankfurter Allgemeine Zeitunget le Offenbacher Post.

Le lendemain, le Frankfurter Neue Presse et le Frankfurter Allgemeine Zeitungpubliaient des commentaires critiques en faisant référence à « Une agression sexuelle de masse que personne n’a vue » (FAZ). Cependant, ces mensonges avaient déjà été rapidement diffusés sur Facebook et Twitter par des groupes d’extrême-droite.

Ce reportage falsifié a fait le jeu des principaux politiciens locaux. Christoph Schmitt (CDU) a protesté contre « les inconvénients de la politique à l’égard des réfugiés », c’est-à-dire « les masses d’hommes […] qui rendent la ville dangereuse ». Il a réclamé « davantage de police dans les rues et une vidéosurveillance mobile. »

Stephanie Wüst, du groupe FDP (Parti libéral démocrate) au parlement de Francfort, a convenu : « L’État devrait punir les auteurs avec toute la sévérité de la loi et ne pas avoir peur des expulsions ». Bild, publia un nouvel article en exigeant hystériquement : « Tolérance zéro ! Surveillance vidéo ! Plus de police ! »

La police de Francfort n’a toutefois pu trouver aucune preuve des incidents allégués. Elle ouvrit une enquête qui s’avéra infructueuse. Lorsque la police interrogea les gens vivant dans le quartier concerné, elle ne put rien trouver pour étayer les allégations de Mai.

La police a ensuite fait appel au procureur, qui a entrepris des enquêtes sur les témoins cités par le journal Bild. Une perquisition de l’appartement d’Irina A., le principal témoin du reportage, ils ont découvert des billets d’avion et autres preuves montrant qu’elle avait passé la Saint-Sylvestre à Belgrade. La femme, qui avait prétendu que des hommes étrangers l’avaient « touchée partout » au First-In, a dû admettre qu’elle n’était pas à Francfort le soir du Nouvel An.

Moins d’une semaine après, l’édifice mensonger s’effondrait et la police reconnut que suite à leurs « enquêtes intensives et approfondies », l’article du Bild « manquait de fondement ». Toute l’histoire des réfugiés qui s’étaient déchaînés le soir du réveillon à Francfort était fabriquée de toutes pièces.

Le 16 février, le Bild-Zeitung a dû s’excuser publiquement pour les « reportages mensongers et les accusations portées contre les personnes touchées. » Mais l’histoire avait déjà été colportée dans le monde entier.

Le 23 février, le New York Times écrivait : « L’histoire de la horde d’hommes arabes déchaînant leur furie dans les rues huppées de Francfort en agressant sexuellement les femmes allemandes a dû être irrésistible au point que Bild, un journal à grand tirage, l’a publié au début du mois sans une vérification minutieuse au préalable. »

Le Bild-Zeitung a indirectement admis cette critique. Julian Reichelt, le directeur de la rédaction, a dit au Tagesspiegel de Berlin : « Le reproche [formulé à l’encontre du journal] que nous n’avions pas signalé les incidents concernant les réfugiés est, apparemment devenu la motivation de ce reportage. »

Bild s’était fié à un « témoin » qui a été facilement identifiable comme un adepte de l’AfD. Sur sa page Facebook (qu’il a maintenant supprimée), Mai avait publié des commentaires haineux contre les réfugiés en louant l’AfD. Après que l’AfD a obtenu plus de 14 pour cent lors du récent vote à Berlin, il avait écrit : « Continuez le bon travail, AfD. » Il avait également posté une vidéo ultra-droite intitulée « Merkel doit partir. »

Le propriétaire du groupe gastronome MAI Gastro Group GmbH appartient à une couche d’arrivistes qui semblent avoir été encouragés par la montée de Donald Trump et les « faits alternatifs » invoqués par sa porte-parole Kellyanne Conway. Mai possède un certain nombre de bars, de restaurants et d’établissements de luxe à Francfort et dans les environs, ainsi que de nombreuses autres propriétés immobilières. Il avait servi auparavant pendant deux ans comme soldat de métier dans un régiment de parachutistes.

Le dévoilement de son histoire et les mensonges répandus par le Bild jette un éclairage supplémentaire sur le présumé harcèlement sexuel de masse des femmes survenu la veille du Nouvel An 2015 et 2016 à Cologne. Les prétendues attaques de 2015 furent le prétexte à une campagne xénophobe sans précédent et à un renforcement de l’appareil d’État et ce bien qu’il n’existe à ce jour aucune preuve formelle que de telles agressions de masse ont eu lieu.

L’année suivante, des milliers de policiers furent mobilisés à Cologne et des nouvelles alarmantes furent alors diffusées sur les agissements de centaines de soi-disant « Nafris » (terme raciste utilisé par la police pour « délinquants multirécidivistes nord-africains »). La police avait sélectionné des personnes sur la base de critères racistes. Elle avait retenu plusieurs centaines de jeunes hommes dans un cordon policier en ne leur permettant pas d’entrer dans le centre-ville.

Par la suite, la police dut s’excuser et rectifier ses déclarations. La police avait tout d’abord parlé d’environ 2000 « jeunes gens d’apparence nord-africaine » qui étaient venus à Cologne. Plus tard, elle a admis n’avoir identifié que 674 suspects, dont 30 seulement en provenance d’Afrique du Nord !

Les événements qui s’étaient passés la veille du Nouvel An 2015 dans la ville de Hambourg avaient également été falsifiés et exagérés. Le 1ᵉʳ novembre 2016, une juge du tribunal de grande instance de Hambourg a acquitté les trois derniers accusés en portant de graves accusations contre le travail d’enquête mené par la police et le parquet.

L’image médiatique de « hordes criminelles et dangereuses d’étrangers qui importunent les femmes et les jeunes filles allemandes » fait partie de l’arsenal de l’extrême droite et sert de propagande à la construction d’un État autoritaire.

Marianne Arens

Article original, WSWS, paru le 1ᵉʳ mars 2017

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Un journal allemand publie un article faux sur des « agressions sexuelles de masse »

Montréal, Ottawa, 2 mars 2017. Le 2 mars 2016, la leader autochtone Berta Cáceres, défenseure des droits du peuple Lenca au Honduras, récipiendaire du prix Goldman en 2015, a brutalement été assassinée alors qu’elle bénéficiait de mesures de protection de la police nationale en raison des menaces constantes à son égard.

À Montréal, en réponse à l’appel de la famille Cáceres et du Conseil civique d’organisations populaires et autochtones du Honduras (COPINH) et dans le cadre d’une centaine d’actions coordonnées au niveau international, une vigile de commémoration aura lieu à Montréal devant le consulat du Honduras de 17h à 19h pour rappeler à l’État hondurien que nous n’oublions pas Berta, sa pensée, sa lutte et que nous continuons à exiger justice.

Un an après l’assassinat, de nombreuses irrégularités subsistent dans l’enquête sur l’assassinat de Berta et la tentative d’assassinat de l’activiste mexicain Gustavo Castro, ayant survécu à l’attaque. Huit personnes ont été arrêtées à ce jour, parmi lesquels des militaires, des militaires retraités et des employés de l’entreprise DESA, responsable du projet hydroélectrique Agua Zarca réalisé sur le territoire du peuple Lenca sans son consentement. La famille de Berta Cáceres, le COPINH et Gustavo Castro, dénoncent le manque de transparence et l’apparente manipulation de l’enquête par les autorités gouvernementales.

Berta Cáceres n’a pas été la seule victime de la répression brutale contre les leaders des mouvements sociaux au Honduras. « Depuis le coup d’État de juin 2009, les personnes qui dénoncent des injustices et des violations des droits au Honduras font face à des risques en hausse et des menaces constantes », rapporte Félix Molina, journaliste hondurien ayant couvert le travail de Berta Cáceres et du peuple Lenca et qui a survécu à deux tentatives d’assassinat l’an dernier. Molina, récipiendaire du prix Chavkin pour sa longue trajectoire comme journaliste, se trouve présentement à Montréal et a confirmé sa présence à la vigile.

Un rapport publié en janvier dernier par Global Witness souligne que le Honduras, avec plus de 120 activistes écologistes assassinés depuis 2009, serait à présent le pays où les environnementalistes subissent le plus de menaces au monde. Le 15 mars 2016, deux semaines après l’assassinat de Berta Cáceres, Nelson Garcia, un autre dirigeant du COPINH, était assassiné et en octobre 2016, une tentative d’assassinat est survenue contre le coordonnateur général du COPINH, Tomás Gómez Membreño, et un leader communautaire.

Dans ce contexte, plusieurs organisations de la société civile canadienne diffusent cette semaine une déclaration de solidarité avec le COPINH dans laquelle elles dénoncent l’appui technique et financier du Canada au Ministère public du Honduras, soulignant que cet appui a pour effet de légitimer le contexte d’impunité et de contribuer à ce que des violations des droits humains continuent d’être perpétrées au pays. Au moins deux hauts fonctionnaires du Ministère Public ont des liens avec l’approbation du projet Agua Zarca.

« Au cœur du problème de l’impunité au Honduras se trouve non pas un problème de capacité technique, mais bien un problème politique. Le maintien de l’appui du Canada renforce le soutien politique à une institution qui n’a pas la volonté d’éclaircir les véritables motifs derrière ces assassinats », affirme Karen Spring, du Réseau de solidarité avec le Honduras à Tegucigalpa.

Rappelons que le Canada a montré un appui sans remise en cause aux administrations de l’après-coup suite aux élections de novembre 2009, largement qualifiées de frauduleuses au Honduras et à l’international. « L’accord de libre-échange entre le Canada et le Honduras, ratifié en 2014, est un levier de plus pour les investisseurs étrangers dans un contexte de conflits déjà fortement asymétriques et répressifs. De fait, les investissements canadiens sont nombreux au Honduras dans les mines, l’énergie, les télécommunications et le tourisme, et leur présence a été directement liée dans certains cas à des abus et des menaces contre les défenseurs et défenseures des droits », souligne Marie-Ève Marleau du Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL).

En cette année électorale au Honduras, des groupes et réseaux à travers la planète se mobilisent pour dénoncer l’impunité et l’appui d’institutions financières et de gouvernements étrangers. Aux États-Unis, des députés ont présenté en juin dernier le projet de loi Berta Caceres Human Rights Act, qui vise à mettre un terme au financement octroyé par les États-Unis aux forces armées et policières du Honduras et à des mégaprojets de développement bafouant les droits humains. Le projet de loi sera présenté de nouveau au Congrès américain cette semaine.

Berta n’a pas été tuée, elle s’est multipliée! 

 

Vigile de commémoration du 2 mars à Montréal

Lieu : devant le consulat du Honduras, 1255 boul. Robert-Bourassa, Montréal

Heure : de 17h à 19h

 

La vigile comprendra plusieurs prises de parole et, grâce à la collaboration de Cinéma sous les étoiles et Makila.tv., la projection du documentaire « Berta vive » de Katia Lara.

 

Contacts médias

Montréal: Marie-Ève Marleau, Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL), 514-358-2227, marie.eve(at)cdhal.org

Ottawa: Jen Moore, MiningWatch Canada, 613-569-3439, jen(at)miningwatch.ca

Cette liste est un fil de presse en français pour les groupes militants à Montréal.

Pour s’inscrire au fil de presse en anglais, envoyez un courriel à [email protected].

Pour être effacé de cette liste, envoyez un message à [email protected].

Suivez-nous

https://www.facebook.com/FildepresseMNW/
https://twitter.com/FildepresseMNW

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Le monde réclame justice pour l’assassinat de Berta Cáceres

Foto extraída de nota de prensa titulada « Presuntos asesinos de Berta Cáceres pertenecían a inteligencia militar de Honduras: The Guardian« 

A un año del asesinato de Berta Cáceres en Honduras: una impunidad campante

A un año de conmemorarse la muerte de la lider indígena hondureña Berta Cáceres, las ONG hondureñas e internacionales reclaman que se haga justicia y que se ponga fín a la impunidad rampante que rodea este asesinato (véase nota de prensa de El Heraldo).

Al momento, los órganos de la justicia hondureña han enfocado sus labores de manera muy cuestionable, en aras de identificar a los autores materiales del asesinato, sin interesarse mayormente por los comanditarios de esta violenta acción en contra de esta renombrada líder ecologista. Amnistía Internacional ha calificado recientemente de « vergonzosa » la supuesta « investigación » realizada por las autoridades hondureñas (véase comunicado). Medios de prensa, en mayo del 2016, señalaban como co-responsables a la cúpula empresarial y militar hondureña (véase artículo del Semanario Universidad). Por su parte la ONG GlobalWitness ha publicado un revelador informe sobre la alarmante situación de los defensores de derechos humanos en Honduras.

La profunda desconfianza en las autoridades hondureñas para esclarecer la muerte de Berta Cáceres

A raiz de la actitud de las autoridades hondureñas, en mayo del 2016 el banco holandés FMO optó por suspender sus aportes en capital al proyecto hidroeléctrico Agua Zarca, así como el Banco Centroamericano de Integración Económica (BCIE) (véase nota de prensa de La Prensa). Nótese que una fuerte movilización y una petición en línea precedieron la decisión del BCIE. En setiembre del 2016, se informó del robo del expediente sobre este asesinato (véase nota de prensa de La Prensa).

Notemos que en una entrevista a las dos hijas de Berta Cáceres editada en junio del 2016 en Costa Rica (véase nota de La Nación), se puede leer que: « La presencia policial constante ha garantizado el desarrollo de estos proyectos, del Ejército de Honduras, de las fuerzas especializadas del Ejército de Honduras, creadas especialmente para las regiones en conflicto, que son las regiones donde quieren instalar proyectos hidroeléctricos, mineros y monocultivos« . Con relación a la actitud de las autoridades, se señala por parte de las hijas de Berta Cáceres que: « nosotros creemos que si no es por una comisión independiente, que sea imparcial, el caso va a quedar en la impunidad. El Presidente ha dicho expresiones como que tiene todo el compromiso de llegar a la Justicia, pero nosotras decimos que entonces por qué no acepta el ofrecimiento de la Comisión Interamericana de Derechos Humanos (CIDH) desde hace más de dos meses para que crear un grupo independiente que acompañe el proceso y certifique que las cosas se están haciendo cómo se deben. Todo esto nos sigue generando la inquietud de qué es lo que temen, qué es lo que se esconde, por qué no hay una comisión independiente« .

El precedente sentado por el caso Kawas Fernández

La obligación de investigar debidamente y de sancionar a todos los responsables de este y muchos otros casos contra líderes indígenas, ecologistas y defensores de los derechos humanos hondureños deriva de obligaciones internacionales en materia de derechos humanos. En el año 1995, la muerte de la lider ecologista Blanca Jeannette Kawas Fernández dió lugar a una demanda contra Honduras ,que culminó en abril del 2009 con una histórica sentencia (véase texto completo) de la Corte Interamericana de Derechos Humanos. En el párrafo 190 se lee que:

« 190. El Tribunal reitera que el Estado está obligado a combatir esta situación de impunidad por todos los medios legales disponibles, ya que ésta propicia la repetición crónica de las violaciones de derechos humanos y la total indefensión de las víctimas, quienes tienen derecho a conocer la verdad de los hechos. El reconocimiento y el ejercicio del derecho a la verdad en una situación concreta constituyen un medio de reparación. Por tanto, en el presente caso, el derecho a conocer la verdad da lugar a una justa expectativa de las víctimas, que el Estado debe satisfacer225. La obligación de garantía del artículo 1.1 de la Convención Americana implica el deber de los Estados Partes en la Convención de organizar todo el aparato gubernamental y, en general, todas las estructuras a través de las cuales se manifiesta el ejercicio del poder público, de manera tal que sean capaces de asegurar jurídicamente el libre y pleno ejercicio de los derechos humanos« .

En la parte resolutiva de la sentencia (p. 67), se puede leer que: « 11. El Estado debe realizar, en un plazo de un año, un acto público de reconocimiento de responsabilidad internacional, en los términos del párrafo 202 de la presente Sentencia. 12. El Estado debe levantar, en un plazo de dos años, un monumento en memoria de Blanca Jeannette Kawas Fernández así como realizar la rotulación del parque nacional que lleva su nombre, en los términos del párrafo 206 de la presente Sentencia. 13. El Estado debe brindar gratuitamente, de forma inmediata y por el tiempo que sea necesario, el tratamiento psicológico y/o psiquiátrico a los señores Blanca Fernández, Selsa Damaris Watt Kawas, Jaime Alejandro Watt Kawas, Jacobo Roberto Kawas Fernández, Jorge Jesús Kawas Fernández y Carmen Marilena Kawas Fernández, si así lo solicitan, en los términos del párrafo 209 de la presente Sentencia. 14. El Estado debe ejecutar, en un plazo de dos años, una campaña nacional de concientización y sensibilización sobre la importancia de la labor que realizan los defensores del medio ambiente en Honduras y de sus aportes en la defensa de los derechos humanos, en los términos del párrafo 214 de la presente Sentencia. »

La implementación de esta histórica decisión de la Corte Interamericana de Derechos Humanos se ha visto afectada por el repentino cambio de autoridades acaecido unos meses después de leída en San José, con ocasión del golpe de Estado que se dió en Honduras el 28 de junio del 2009, así como por el consiguiente aumento de la represión contra entidades hondureñas de la sociedad civil, en particular las abocadas a la defensa de los derechos humanos, de los pueblos indígenas y del ambiente. Como veremos a continuación, sectores en otras partes del hemisferio optaron también por atentar contra la vida de líderes que defienden a sus comunidades en materia ambiental frente a los impactos de megaproyectos, ante parcos aparatos estatales en los que la colusión de intereses político-empresariales podría explicar la ineficiencia de sus órganos de investigación para sancionar a los responsables de estos hechos. Esta misma colusión de intereses es la que inclina, en algunos casos, a los familiares de las víctimas a solicitar que sea un ente internacional, externo al Estado, el que investigue estos asesinatos.

Un panorama sombrío para los activistas en materia ambiental

En un artículo publicado por el New York Times en setiembre del 2016, se lee que la eliminación física de defensores del ambiente en América Latina está llegando a límites insospechados: « Una cifra que la organización enmarca en otra cifra mayor, que sirve para dimensionar el problema: en 2015, según datos de la organización ambientalista Global Witness, hubo 185 asesinatos de líderes ambientales registrados a nivel global; 122 ocurrieron en América Latina« . El mapa editado por la ONG GlobalWitness arroja las siguientes cifras para el único período 2010-2015: Brasil con 207 muertes, Honduras con 109, seguido por Colombia con 105, Perú (50), México (33), Nicaragua (15), Paraguay (13) y Argentina con 6 activistas asesinados.

A modo de ejemplo de una actividad que genera una violencia en su entorno (incluyendo en muchos casos la muerte de quiénes se oponen a ella), se lee en este informe sobre las empresas mineras canadienses que operan en América Latina (informe que fue sometido a la Comisión Interamericana de Derechos Humanos en el 2015) que:  »  Violent deaths and serious injuries to mineworkers and opponents of projects The report notes at least 23 violent deaths and 25 cases of serious injury at ten of the projects examined, although the total number of individuals murdered and injured may be much higher. Nearly all of the reported acts have gone unpunished, without any determination to date of the perpetrators’ motives. Nor have reparations been made to victims or their relatives. The ten cases pertain to mining projects in Mexico, Colombia, El Salvador, Honduras, and Guatemala. » (p. 16).

En momentos en que tanto en Honduras como en el resto del continente americano, los líderes ecologistas son encontrados sin vida o sufren otro tipo de amenazas e intimidaciones, y en los que se asiste, como por ejemplo en Costa Rica, a una verdadera regresión por parte del mismo juez constitucional en materia de participación ciudadana en temas ambientales (véase nota del Semanario Universidad), la conmemoración de la muerte de Berta Cáceres ha adquirido dimensiones que interpelan al movimiento ecologista como tal.

El caso de Costa Rica

Cabe señalar que Costa Rica no es del todo inmune a esta peligrosa deriva. Al recordarse en el 2016 los tres años de la muerte de Jairo Mora Sandoval, un jóven biólogo apasionado por las tortugas marinas, cuyo cuerpo apareció sin vida en la playa de Moín, son varias las interrogantes que persisten en Costa Rica (véase nota de este mismo sitio). Este caso se suma a varios más en Costa Rica (véase nota de CRHoy del 2015 y el artículo de opinión publicado en el 2013 titulado « Los ambientalistas exigimos respeto, René Castro » ).

El caso de los cuatro integrantes de AECO (Asociación Ecologista Costarricense), de los cuales tres fueron encontrados calcinados en diciembre de 1994 en una casa de habitación y uno fue hallado sin vida en julio de 1995 en un parque de la capital costarricense, constituye otro doloroso ejemplo de investigaciones que se archivan ante la extraña inoperancia de los órganos estatales (véase artículoeditado en el 2014 para conmemorar los 20 años de estas cuatro muertes, titulado « 20 años es mucho: autoridades tienen que rendir cuentas por muerte de ecologistas en 1994« ).

Conclusión

En estos primeros días de mes de marzo del 2017, diversas ONG han convocado a marchas y protestas frente a las legaciones diplomáticas de Honduras en las capitales de Centroamérica, así como en Canadá y en varias capitales europeas (véase por ejemplo convocatoria en Madrid): lo han hecho en señal de solidaridad con los familiares y con los compañeros de lucha de Berta Cáceres. Muchos asistirán también en señal de protesta y de profunda indignación ante la impunidad que prevalece cada vez que un lider comunitario o un ecologista es asesinado en América Latina.

Nicolas Boeglin

Nicolas Boeglin, Profesor de Derecho Internacional Público, Facultad de Derecho, Universidad de Costa Rica (UCR)

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur A un año del asesinato de Berta Cáceres en Honduras: una impunidad campante

«Malheur à la nation qui brandit mille et une croyances, mais qui ignore la foi. Malheur à la nation qui se vêt d’une toge point tissée de ses mains, qui se nourrit d’un pain point pétri de ces mêmes mains, et qui se grise d’un vin point tiré de ses raisins. Malheur à la nation qui acclame son tyran comme un héros, et qui estime bienfaisant son conquérant de pacotille. Malheur à la nation dont le politicien est mi-renard et mi-pie, le philosophe un jongleur de mots, et l’artiste un maître en rafistolage et en contrefaçon. Malheur à la nation où les sages sont rendus muets par l’âge tandis que les hommes vigoureux sont encore au berceau. Malheur à la nation divisée dont chaque parcelle revendique le nom de nation.» Gibran Khalil Gibran 

Ces vers de l’immense écrivain et poète libanais résonnent à nos oreilles et nous incitent à comprendre comment les peuples sont gouvernés. On dit que le pouvoir use, comment l’appât du pouvoir fait que les peuples sont toujours dans l’attente d’une alternance apaisée. Malheur aux pays qui ont besoin de héros disait Bertolt Brecht. A titre d’exemple le passage du témoin entre Obama et ses suivants ne s’est pas fait sans douleur. La situation générale des alternances est pénible  et la course au pouvoir est un vrai chemin de croix où tous les coups sont permit entre concurrents et plus encore tous les reniements et les fausses promesses démagogiques deviennent monnaie courante comme c’est le cas actuellement en France. Avec l’acharnement à se maintenir dans la course à l’Elysée même s’il était mis en examen, lui monsieur propre qui dans une forte image prenait à témoin son référent  Charles de Gaulle qu’il n’imaginait pas s’accrochant au pouvoir s’il était mis en examen.

Comment même dans les pays où la démocratie «et le simulacre de la consultation du peuple» ne sont pas des vains mots, les candidats à la magistrature suprême s’étripent et font preuve d’une résilience malsaine. Coluche avait avec sa verve coutumière l’habitude de dire que «la différence entre les oiseaux et les hommes politiques c’est que les premiers s’arrêtent de temps en temps de voler».

L’usure du pouvoir et de la nécessité de l’encadrer

A bien des égards  les constitutions des pays occidentaux –qui ne sont pas révisables selon l’humeur des gouvernants- font qu’elles  se distinguent par l’existence de quelques fondamentaux qui font qu’il y a un équilibre des pouvoirs entre le législatif, l’exécutif et le judiciaire. Nous allons donner la  parole à  Alexis de Tocqueville qui a voyagé aux Etats Unis et en est revenu avec quelques idées sur le capitalisme au XIXe siècle,  la démocratie et l’alternance , qu’il a  publiées dans son  ouvrage : « De la  démocratie en Amérique »

Pour rappel les Algériens gardent un très mauvais souvenir d’un colonialiste acharné conseillant les soudards de l’Armée d’Afrique de tout brûler, de tout piller, mais qui sur le tard reconnaît les méfaits de l’invasion coloniale dans une enquête parlementaire où il avoue: «Autour de nous les lumières sont éteintes, nous avons rendu ce peuple beaucoup plus arriéré qu’il ne l’était avant de nous connaître»

Alexis de Tocqueville  écrit dans son ouvrage :

«Ce qu’on reproche non sans raison au système électif, appliqué au chef de l’État. C’est d’offrir un appât si grand aux ambitions particulières, et de les enflammer si fort à la poursuite du pouvoir, que souvent, les moyens légaux ne leur suffisant plus, elles en appellent à la force quand le droit vient à leur manquer. Il est clair que plus le pouvoir exécutif a de prérogatives, plus l’appât est grand; plus l’ambition des prétendants est excitée, plus aussi elle trouve d’appui dans une foule qui espère se partager la puissance après que son candidat aura triomphé.» (1)

Tocqueville poursuit:

«Il ne s’est encore rencontré personne qui se souciât d’exposer son honneur et sa vie pour devenir président des États-Unis, parce que le Président n’a qu’un pouvoir temporaire, borné et dépendant. (…) La raison en est simple: parvenu à la tête du gouvernement, il ne peut distribuer à ses amis ni beaucoup de puissance ni beaucoup de richesse ni beaucoup de gloire, et son influence dans l’État est trop faible pour que les factions voient leur succès ou leur ruine dans son élévation au pouvoir. Les monarchies héréditaires ont un grand avantage: l’intérêt particulier d’une famille y étant continuellement lié d’une manière étroite à l’intérêt de l’État, il ne se passe jamais un seul moment où celui-ci reste abandonné à lui-même (…) En Amérique, le Président exerce une assez grande influence sur les affaires de l’État, mais il ne les conduit point; le pouvoir prépondérant réside dans la représentation nationale tout entière. C’est donc la masse du peuple qu’il faut changer, et non pas seulement le Président, pour que les maximes de la politique varient.» (1)

C’était il y a près de deux siècles!!! L’Amérique actuelle a bien changé, mais elle garde quelques reliquats des fondamentaux de liberté individuelle de démocratie mis en place par les pères fondateurs et qui font que les « amendements » sont à bien des égards des gardes –fous, que les hommes politiques au pouvoir peuvent être tentés de contourner mais qui  à terme se retournent contre eux. Les cas les plus récents sont ceux du président  Nixon destitué  (empeachement) pour avoir menti et le deuxième président qui a failli l’être fut Clinton à qui il fut reproché aussi d’avoir menti….Nous allons dans ce qui suit tracer le parcours de trois hommes admirables qui furent des icônes à la fois dans leurs pays, mais aussi à l’échelle des Nations.

Lucius Quinctius Cincinnatus

Pour nous donner un aperçu de ce qu’est l’alternance au pouvoir,  mais aussi et surtout le mépris du pouvoir pour le pouvoir,  du refus de l’accaparement du pouvoir et le garder par la violence , et le cumul de richesses très souvent acquise d’une façon malhonnête  nous devons citer l’exemple-type retenu par la doxa universelle, à savoir celui de Lucius Quinctius Cincinnatus (c. 519 – c. 430 av. J.-C.1). «C’est est un homme politique romain du Ve siècle av. J.-C., consul en 460 av. J.-C. Il est considéré par les Romains, notamment les patriciens, comme un des héros du premier siècle de la République et comme un modèle de vertu et d’humilité. Il est une figure historique, avec un rôle semi-légendaire, la réalité de ses actions ayant pu être amplifiée par les historiens romains, tel Diodore de Sicile, Tite-Live ou Denys d’Halicarnasse, qui ont décrit ses faits et gestes. (…) Selon la tradition, ruiné par l’amende qu’il a dû verser pour son fils qui s’est échappé, Cincinnatus se retire sur quatre jugères de terre qu’il lui reste dans l’ager Vaticanus, sur la rive droite du Tibre (Prata Quinctia). L’appauvrissement et le retrait politique de Cincinnatus paraissent alors exagérés, surtout quand on considère son retour au pouvoir lors de ses deux dictatures.» (2)

Rappelé à Rome, le pouvoir étant vacillant, Cincinnatus abandonne sa charrue pour dicter les lois de Rome. En 458 av. J.-C., Rome est toujours agitée par une crise politique interne autour du projet de la lex Terentilia. Les consuls s’opposent à la réunion des comices tributes. Selon la tradition, Cincinnatus se consacre à la culture de ses terres quand les sénateurs viennent le supplier d’accepter la dictature. Il sait que son départ risque de ruiner sa famille, déjà appauvrie à la suite du procès de son fils, si, en son absence, les récoltes ne sont pas assurées. Néanmoins, il accepte et prend Lucius Tarquitius Flaccus pour maître de cavalerie. (2)

En seize jours, il libère le consul assiégé, défait les Èques à la bataille du mont Algidea 13, célèbre un triomphe, fait condamner Marcus Volscius Fictor et abdique. Sa restitution du pouvoir absolu dès la fin de la crise devient, pour les futurs dictateurs romains, un exemple de bon commandement, de dévouement au bien public, de vertu et de modestie. «Les envoyés du Sénat le trouvèrent nu et labourant au-delà du Tibre: il prit aussitôt les insignes de sa dignité, et délivra le consul investi. Aussi, Minucius et ses légions lui donnèrent-ils une couronne d’or et une couronne obsidionale. Il déposa la dictature seize jours après l’avoir acceptée, et retourna cultiver son champ.» Cincinnatus meurt à près de 90 ans, vraisemblablement vers 430 av. J.-C ». (2)

Mandela la légende

«Comme on le sait, la libération de Mandela qui a passé 27 ans de sa vie en prison, le 11 février 1990, ne fut pas un cadeau et qu’elle a été, par la force des choses, imposée au pouvoir raciste d’Afrique du Sud par cet Occident qui avait soutenu pendant des décennies le pouvoir. (…) La détention de Mandela pendant 10.000 jours fut l’objet d’un processus qui s’est accéléré en 1989. Le régime de l’apartheid a offert à six reprises de libérer Mandela. Frederik de Klerk succède à Botha en août 1989. Mandela le rencontre en décembre. C’est la première fois que De Klerk voit Mandela. Il avoue dans ses Mémoires avoir été impressionné par le calme, la courtoisie, et la confiance en lui de Mandela. Le 11 février 1990, des milliers de personnes avaient envahi les rues du Cap pour apercevoir la personnalité qui s’était battue si longtemps pour la liberté. Ce que nous retenons de Mandela, c’est aussi sa dignité et son indifférence envers l’hubris du pouvoir. C’est l’exemple de l’Afrique pour une alternance après seulement un mandat alors qu’il pouvait se présenterplusieurs fois.» (3)

Que peut-on retenir en définitive de la légende Mandela? Le  film  » Invictus » du réalisateur américain Clint Eastwood, nous fait décrire d’une façon palpable toute l’humanité de ce géant de la pensée humaine  qui a réussi  à réconcilier deux peuples à priori  irréconciliables au vue du fossé de haine de sang et de douleur qui les séparait:  le peuple premier et celui reliquat du colonialisme britannique  en leur donnant une utopie commune : gagner la coupe du monde de rugby .

Mandela  a fait honneur à l’Afrique et à l’humanité. Il n’existe pas de personnages qui ait marqué son époque au XXe siècle comme le Mahatma Gandhi ou son héritier spirituel, Nelson Mandela Pour Aminata Traoré, ancienne ministre de la Culture au Mali, «Mandela est un grand homme. Un homme de conviction et de courage qui a su libérer son pays. Nelson Mandela est aussi un grand homme qui a su quitter le pouvoir au moment opportun. Cela est important, parce que les héros des luttes de libération nationale qui s’accrochent à leur projet finissent comme Mugabe (…)». (3)(4)

Pepe Mujica: le président le plus pauvre du monde

Un autre président qui a marqué son époque avec un sacerdoce qui ne doit rien au bling bling, à l’argent, au pouvoir, à la puissance, ni au montant d’une fortune acquise d’une façon ou d’une autre est Mujica.  Il a une réputation planétaire sans l’avoir demandé . Ce président iconoclaste se distingue par son mode de vie, très éloigné du faste habituel de la fonction présidentielle ce qui nous donne l’opportunité d’expliquer le sacerdoce de cet homme «normal» qui ne se contente pas de donner des ordres, il donne l’exemple de ce qui doit être au service du peuple.

«José Mujica Cordano, surnommé Pepe Mujica, est un homme d’État uruguayen. Ex-guérillero des Tupamaros dans les années 1960-1970, (…) Après un parcours politique exemplaire, le 29 octobre 2009, Mujica est élu président; il sera investi le 1er mars 2010 officiellement président de l’Uruguay. Mujica se distingue par son mode de vie, très éloigné du faste habituel. Il conserve l’équivalent du salaire moyen en Uruguay (environ 900 euros par mois) et reverse 87% (9400 euros) de son salaire à des organismes d’aide au logement social. Délaissant le palais présidentiel, il habite la petite ferme de son épouse, en dehors de Montevideo. Il continue à y cultiver des fleurs avec son épouse, Lucía Topolansky, à des fins commerciales. Le couple présidentiel bénéficie de la protection de deux policiers.» (5)

José Mujica Gordano, n’est pas un personnage comme les autres. Il se singularise par une indépendance vis-à-vis de l’addiction à l’argent, contrairement à l’immense majorité de tous les autres potentats, notamment arabes ou semble –t-il exception faite du Liban l’alternance  se fait très souvent par l’émeute du fait d’un atavisme à garder le pouvoir voire à le transmettre d’une façon dynastique et ceci pour le plus grand malheur de leur peuple qu’ils sont censés protéger et dont ils sont censés améliorer la condition sociale .

Le réalisateur et écologiste français Yann Arthus-Bertrand a  rencontré  le président Mujica , il en parle . Il lui donne la parole:

«Mon nom est José Mujica Gordano, je suis le descendant d’immigrants. Je suis un genre de paysan, qui adore la nature… et j’ai dédié une part importante de ma vie à essayer d’améliorer la condition sociale du monde dans lequel je suis né. En ce moment, je suis président, je fais quelques trucs, j’en supporte d’autres et je dis merci à la vie. J’ai eu quelques déconvenues, de nombreuses blessures, quelques années en prison… Enfin, la routine pour quelqu’un qui veut changer le monde. C’est un miracle que je sois encore vivant. Et par-dessus tout, j’aime la vie. J’aimerais arriver au dernier voyage comme quelqu’un qui arrive au comptoir et qui demanderait au tenancier une autre tournée.» (6)

«J’ai passé, poursuit le président Mujica, plus de 10 ans de solitude dans un cachot, dont 7 ans sans lire un livre. J’ai eu le temps de penser et voilà ce que j’ai découvert: soit tu parviens à être heureux avec peu, sans bagages, parce que ce bonheur est en toi, soit tu n’accompliras rien. Ce n’est pas l’apologie de la pauvreté, mais celle de la sobriété. Mais comme nous avons inventé une société consumériste, l’économie doit croître. Nous avons inventé une montagne de besoins superficiels; nous vivons en achetant et en jetant. Mais ce que l’on dépense vraiment, c’est notre temps de vie. (…) J’ai appris la valeur des choses vivantes. J’ai aussi appris à converser avec celui que j’ai en moi.(…) C’est un personnage que tu oublies souvent face à la frivolité de la vie. Et je recommande de regarder vers l’intérieur de soi-même (5).

« Lutter, ajoute le philosophe-président, rêver et aller contre le sol en se confrontant à la réalité, c’est tout ça qui donne un sens à l’existence, à la vie. Cela veut dire que je veux transmettre aux gens qu’il est possible de tomber et de se relever. Et ça vaut toujours le coup de se relever. Une fois ou mille fois – tant que tu es vivant. C’est le message le plus grand de la vie.» «Sont défaits ceux qui arrêtent de lutter, et arrêter de lutter, c’est arrêter de rêver.(…) Il faut être reconnaissant parce que être vivant est un miracle.» (5)

La journaliste Chloé de Geyer d’Orth, nous résume, à son tour,  en quelques phrases le bréviaire d’une vie simple:

«Malgré son élection à la présidence, Mujica continue avec sa femme la culture et la vente de fleurs, un petit commerce. Ce président se déplace toujours dans sa coccinelle Volkswagen achetée en 1987, sauf pour les déplacements officiels au cours desquels il utilise une simple Chevrolet Corsa. «On m’appelle le président le plus pauvre, mais je ne me sens pas pauvre. Les pauvres sont ceux qui travaillent uniquement pour avoir un style de vie dépensier, et qui en veulent toujours plus…» Durant l’hiver 2011, cinq Uruguayens sont décédés d’hypothermie . Pour éviter que ce type de situation ne se reproduise, le président de l’Uruguay, Jose Mujica, a décidé que le Palais présidentiel figurerait dorénavant dans la liste des édifices publics servant au logement des personnes sans domicile fixe (7).»

Le développement durable de la planète; le combat des justes

«Dans un discours poétique à l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2013 citant le poète Enrique Santos Discépolo qui peint un monde de décadence, Mujica a livré aux leaders mondiaux réunis à New York une vision obscure des temps à venir: «Nous avons sacrifié, dit-il, les vieux dieux immatériels et occupons le temple avec le dieu argent. Si l’humanité aspirait à à vivre comme un Nord-Américain moyen trois planètes » seraient nécessaires. Pepe Mujica dénonce la société de consommation qui, selon lui, incite l’homme à vivre pour travailler » et non travailler pour vivre ». En juin 2012, lors de la conférence sur le développement durable des Nations unies, Rio + 20, le président de l’Uruguay a fait un discours qui a été repris des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux.» Extraits. «Nous ne pouvons pas, déclare-t-il, continuer, indéfiniment, à être gouverné par les marchés; nous devons gouverner les marchés. […] (…) Je vous pose la question. Est-ce que c’est cela la vie? Le développement ne doit pas être opposé au bonheur. L’amour de la terre, les relations humaines, prendre soin de ses enfants, de ses amis. Et avoir bien entendu le minimum vital. Précisément parce que le Bonheur est le trésor le plus précieux que nous ayons, et l’un des piliers de notre bien-être.» (5)

Conclusion

Cincinnatus, Mandela et Pépé Mujica nous incitent à ne pas perdre de vue les fondamentaux de la vie. Que peut-on retenir en définitive de ces exemples illustres  Ils font  honneur à  à l’humanité.  Dans le même ordre et bien qu’il n’y ait pas usure du pouvoir dans une magistrature suprême l’exemple  de Che Guevara  nous a tous marqué  comme modèle de lutte pour la liberté à en mourir qui lui a fait abandonné un poste de ministre et de considération planétaire  dont il nous reste que la fameuse photo immortalisé par  le photographe Korda   Curieusement, l’Occident si prompt à donner des leçons de droits de l’homme, n’a pas vu émerger en son sein des hommes de la trempe de ces géants qui nous font espérer en la condition humaine.

Un autre homme illustre que l’histoire  a retenu fut Alexandre le Grand.  On rapporte que sur le point de mourir, il convoqua ses généraux et leur communiqua ses dernières volontés quand à la réalité du pouvoir, l’inanité d’amasser des richesses éphémères ou de gouverner le monde ; toutes tentations  qui disparaissent quand le moment du grand départ arrive  :

« Je veux dit-il que mon  cercueil soit transporté à bras d’homme par les meilleurs médecins de l’époque. Que les trésors que j’avais acquis (argent, or, pierres précieuses…), soient dispersés tout le long du chemin jusqu’à sa tombe, et… Que mes mains restent à l’air libre se balançant en dehors du cercueil à la vue de tous. Je veux que les médecins les plus éminents transportent eux-mêmes mon cercueil pour démontrer ainsi que face à la mort, ils n’ont pas le pouvoir de guérir… Je veux que le sol soit recouvert de mes trésors pour que tous puissent voir que les biens matériels ici acquis, restent ici-bas… Je veux que mes mains se balancent au vent, pour que les gens puissent voir que les mains vides nous arrivons dans ce monde et les mains vides nous en repartons quand s’épuise pour nous le trésor le plus précieux de tous: le temps…» (8)

Ces sentences sont à méditer…surtout par les princes qui nous gouvernent et qui seraient tentés par  le pouvoir ad vitam aeternam Les hommes sont sur Terre pour servir, et non pas se servir et encore moins asservir.

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

 

1.https://amerique.wordpress.com/2012/10/28/lelection-du-president-vu-par-tocqueville/

2.https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucius_Quinctius_Cincinnatus

3.https://www.legrandsoir.info/Mandela-la-legende-Du-matricule-46664-au-prix-Nobel.html.

4.Aminata Traoré: Et si Mandela… http://www.alterinter.org/article2324.html 22 juillet 2008

5.http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_chitour

6.http://www.goodplanet.info/debat/2014/05/15/jose-mujica-president-diff

7. Chloé de Geyer d’Orth  http://www.lejournalinternational.fr/uruguay%c2%a0-jose-mujica-le-%c2%… 18/07/2013

8.http://www.eulogemaganga.net/pages/insolites/les-3-souhaits-d-alexandre-le grand.html#cU6DBlWspMHCXwyc.99

Article de référence :

http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_ chitour/261633-une-vision-sobre-de-la-condition-humaine.html

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Cincinnatus, Mandela , Mujica trois leaders : Une vision sobre de la condition humaine

La Jordanie devrait accueillir, fin Mars 2017, le prochain sommet arabe en substitution au Yémen ravagé par une guerre intestine, alors que le Royaume, longtemps le chouchou des pays occidentaux, paraît comme happé par l’œil du cyclone, à la croisée des chemins, pris en tenaille entre l’Irak et la Syrie, deux pays en pleine décomposition.

Amman avait abrité en 1980 et 1987 deux sommets arabes exclusivement consacrés au soutien arabe à l’Irak dans sa guerre contre l’Iran.

Objet d’une mesure de réclusion de la part des syndicats des pétromonarchies arabes, ce nouveau sommet devrait, dans l’esprit du trône hachémite, rompre sa grande solitude diplomatique à une époque de recomposition régionale, cent ans après les accords Sykes-Picot et de la promesse Balfour portant création d’un « Foyer National Juif » en Palestine.

Deux faits symptomatiques de cette tendance :

  • L’inclusion du Maroc, et non de la Jordanie, au syndicat des pétromonarchies à l’occasion du sommet du Golfe, en Avril 2016. Une mesure significative en ce que la dynastie chérifienne, l’unique monarchie du Maghreb de surcroît non pétrolière, est géographiquement située à l’extrémité du Monde arabe alors que la dynastie hachémite, l’unique monarchie arabe non pétrolière du Moyen-orient, est géographiquement plus proche du Golfe.
  • La superposition de près d’un million de réfugiés syriens à quelque trois millions de réfugiés palestiniens en réduisant à sa portion congrue la population jordanienne de souche, -les bédouins de Trans jordanie-, pourrait inciter des décideurs régionaux et internationaux à cibler la Jordanie comme « patrie du substitution » aux Palestiniens en guise de solde de tout compte d’un conflit qui a gangrené tout le long du XX me siècle et les premières décennies du XXIe siècle.

Ces deux faits font planer le risque d’un isolement stratégique du Royaume hachémite.

Une tendance amplifiée par le fait que le prochain roi de Jordanie, sauf accident de parcours, sera de souche palestinienne, en ce que le propre fils du Roi Abdallah II a pour mère, la Reine Rania, d’origine palestinienne. Et que son éventuelle accession au trône pourrait favoriser cette transmutation dans l’ordre symbolique.

Outre la rivalité légendaire entre Wahhabites et Hachémites, deux créatures du colonialisme britannique du XXe siècle, matérialisée par la lutte entre le Chérif Hussein Ben Ali de La Mecque et Abdel Aziz Ibn Séoud, l’Arabie saoudite tient rigueur de l’abstention de la Jordanie à la curée pétro monarchique déclenchée en mars 2015 contre le Yémen, le plus pauvre pays arabe.

LE DÉNI DE RÉALITÉ COMME MODE DE GOUVERNEMENT

« Les failles du système de gouvernance » de la cour jordanienne face à des stratégies régionales et internationales visant à une recomposition du paysage politique régional» ont été pointées du doigt dans un rapport donc le directeur du site en ligne « Ar Rai Al Yom », l’influent journaliste Abdel Bari Atwane, en a eu connaissance.

ÉLITISME, DÉNI DE RÉALITÉ, CLIENTÉLISME

Le rapport mentionne « l’élitisme » des cercles dirigeants dont le comportement se fait en marge des institutions d’un état doté pourtant de structures anciennes et expérimentées. « La dénégation, le déni de réalité, de même que le muselage de toute contestation ou opposition constituent les éléments moteurs d’une politique de l’élite jordanienne (….). Les institutions de l’État, anciennes et expérimentées perdent ainsi de leur importance et de leur influence au profit de forces illusoires dont la politique se fonde sur une forme de clientélisme et d’allégeance personnelle».

Le rapport met en garde contre un possible « effondrement des structures de l’État désormais fragilisés par les comportements individualistes de certains grands décideurs y compris au sein des institutions réservées (armée, services de sécurité, ministère régalien). Un tel effondrement pourrait priver la Jordanie de sa capacité à s’imposer sur la scène régionale notamment sur des sujets sensibles tels que la coopération en matière de guerre contre le terrorisme ou de contrôle des frontières.

LA PROMOTION DU « NATIONALISME SUNNITE EN SUBSTITUTION AU NATIONALISME ARABE » ET SES CONSÉQUENCES NÉFASTES SUR LA JORDANIE

La coopération militaire souterraine entre Israël et l’Arabie Saoudite dans le domaine de la défense balistique pourrait avoir pour conséquences indirectes la marginalisation de la Jordanie. 120 militaires israéliens seraient déployés en Arabie saoudite dans une base de missiles pour la renforcement du système de défense balistique tant du Royaume que d’Israël, face à l’Iran.

La décision de l’Arabie saoudite, d’autre part, de promouvoir un « nationalisme sunnite » en substitution au « nationalisme arabe » sous tend l’instauration implicite d’un « primat de la légitimité religieuse saoudienne au détriment de toute autre instance » arabe ou musulmane.

Le projet saoudien prévoit la constitution d’un « Interpol des pays musulmans » et d’un « OTAN des pays musulmans » afin de faire pièce aux structures occidentales, dont l’effet premier sur la Jordanie sera de reléguer le Royaume Hachémite à un rôle de comparse face à des puissances plus affirmées sur la scène régionale et internationale (Arabie saoudite, Turquie, Égypte, Pakistan).

« La démarche saoudienne pourrait autoriser, par contrecoup, le monarque wahhabite à revendiquer le monopole du combat contre l’ensemble du spectre des forces se réclamant de l’Islam politique : De la confrérie des Frères Musulmans, adversaire historique du pouvoir égyptien depuis la chute de la monarchie égyptienne, à Daech, excroissance djihadiste d’Al Qaida dont l’Arabie en a été l’incubateur », soutient le rapport.

Par sa coopération avec la Turquie, l’autre pôle de l’Islam non-arabe, l’Arabie saoudite a tendu à verrouiller son « leadership sunnite sur le plan religieux » et à évacuer tout concurrent éventuel, notamment la dynastie hachémite, qui se réclame de la descendance directe de la famille du prophète et qui pourrait faire les frais de cet arrangement.

Le monopole de la légitimité religieuse sunnite revendiquée par la dynastie wahhabite pourrait l’inciter à s’octroyer « un droit de regard sur les Lieux saints de Jérusalem (Mosquée Al Aqsa)», dont la gestion est confiée jusqu’à présent à la dynastie hachémite. Une démarche qui retentira comme un « Échec et Mat » pour les Hachémites.

LES FRÈRES MUSULMANS DE JORDANIE, PARAVENT À UNE TRANSACTION ÉNERGÉTIQUE JORDANO-ISRAÉLIENNE

En prévision du sommet arabe, le Roi Abdallah II a voulu se replacer dans le jeu régional en s’impliquant dans la recherche d’un règlement du conflit irakien en vue de l’édification d’un « État moderne post Daech », dans l’ancienne possession de la dynastie hachémite, destituée par le coup d’état républicain du 14 juillet 1958.

Face à la montée des périls, le Monarque, dans une opération de fausse symétrie destinée à complaire aux décideurs régionaux et à leurs maîtres occidentaux, a criminalisé le Hezbollah libanais (chiite) et ordonné la fermeture du siège de la branche jordanienne des Frères Musulmans (sunnite).

Dans une parodie de démocratie, il a toutefois autorisé les Frères Musulmans malgré l’interdiction qui les frappe, à se présenter, sous un « faux nez », aux élections législatives du 20 septembre 2016, leur attribuant selon un arrangement, une vingtaine de sièges.

Mais l’assassinat en plein jour d’un écrivain chrétien contestataire de renom, Nahed Hattar, -coupable de caricature non contre l’Islam, mais contre l’État Islamique- par un ancien imam jordanien, a mis à bas le subterfuge jordanien visant à promouvoir l’image d’un Royaume de tolérance, dans un environnement férocement intolérant.

Nahed Hattar se rendait à son procès pour « insulte » à l’islam, après avoir partagé sur son compte Facebook une caricature montrant un djihadiste barbu sur un lit, au paradis, s’adressant à Dieu comme à un simple serviteur. Son assassin, Riad Ismail Ahmad Abdallah, un ingénieur, haut fonctionnaire du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement, avait bénéficié d’un entraînement intensif en Syrie dans un camps de formation de « Jabhat An Nosra », la branche syrienne d’Al Qaida, indice d’une porosité des cadres de l’administration jordanienne avec les thèses djihadistes.

La réconciliation implicite entre le trône hachémite et la confrérie, matérialisée par le retour au parlement des Frères Musulmans, a servi de paravent à une transaction entre la Jordanie et Israël portant sur la ravitaillement énergétique du Royaume en gaz israélien. Ce contrat de 15 milliards de dollars assurera 40 pour cent des besoins énergétiques de la Jordanie sur 15 ans.

De par sa position charnière de trois pays déstabilisés par la séquence du « printemps arabe », qui lui sont frontaliers -l’Irak, via Daech, (181 kms de frontière commune), la Syrie (375 kms) et l’Arabie saoudite (786 kms)-, la Jordanie abrite le PC opérationnel conjoint islamo-atlantiste sur le front sud de la Syrie (Dera’a), mettant de surcroît à la disposition de la France la base « Prince Hassan » pour des raids aériens contre Daech, dans le nord de l’Irak, dans le cadre de l’opération « AL Chammal » (Nord).

LA JORDANIE, RESPONSABLE DE LA MORT D’ABOU MOUSS’AB AL ZARKAOUI, EN POINT DE MIRE DE DAECH

Mais la Jordanie demeure à triple titre en ligne de mire de Daech tant par sa fonction de plate forme de la guerre anti-Daech, que pour son engagement direct dans des combats en Libye, en Somalie et en Irak, et dernier le moindre, et pour sa responsabilité dans l’élimination du « père spirituel » de l’organisation djihadiste, Abou Mouss’ab Al Zarkaoui, palestinien originaire de la ville de Zarka, tué en Irak lors du soulèvement contre les forces d’invasion américaines de l’Irak.

Le Royaume est de ce fait la cible régulière des coups de butoir de Daech. Le supplice du pilote jordanien tombé entre ses mains, en 2014, qui se voulait un coup de semonce à ses adversaires, demeure dans les mémoires.

En 2016, cinq attentats pro Daech ont été dénombrés : le premier à Irbid, nord de la Jordanie, en février, où un capitaine a été tué ; Le deuxième a eu lieu en plein Ramadan en juin au camp palestinien de Baqua’a, à la périphérie d’Amman, où 5 officiers des services de renseignements jordaniens ont été tués ; Le 3e, également en plein Ramadan, à la frontière syro-jordanienne où 6 gardes-frontières jordaniens ont été tués et 14 autres blessés, le 21 juin, dans un attentat à la voiture piégée contre leur position.

Le 4e, le 4 novembre, à proximité d’une base américaine à Al Joffra, sud de la Jordanie où 3 soldats américains et un officier jordanien ont été tués. Le 5 me, enfin, le 18 décembre, contre un poste de poste de police d’Al Kark, à 180 km au sud d’Amman, faisant 7 tués dont une touriste canadienne et quatre membres des forces de sécurité.

Une percée de l’organisation djihadiste en Jordanie viserait à galvaniser les vocations latentes de volontaires des camps palestiniens du Royaume, et, par contrecoup, faire planer un risque sur l’Arabie saoudite.

LA CORRUPTION, LA GANGRÈNE DU ROYAUME

L’implication de membres des services de renseignements jordaniens dans le dernier attentat de Daech, le 21 juin 2016, le trafic d’armes auxquels ils se sont livrés sur le stock des armes américaines destiné à l’opposition syrienne, a mis en lumière et la vulnérabilité des services jordaniens et leur porosité face aux thèses djihadistes.

Deux gradés des SR ont été condamnés à des peines de prison pour corruption et blanchiment d’argent : le général Samih Battikh, le chef des services, et son successeur, le général Mohammad Al Zohbi, alors qu’une large fraction de l’aide américaine à l’opposition syrienne a produit des effets inverses.

De l’ordre de 450 millions de dollars, l’aide américaine a été affectée à la formation et à l’équipement de forces spéciales syriennes en Jordanie et en Turquie en vue de combattre les groupements djihadistes.

Contre toute attente, la majorité des rebelles, du fait de la corruption et de la couardise des recrues, a rallié avec armes et bagages les groupements djihadistes, leur livrant même le mode opératoire auquel ils ont été initiés. Les djihadistes pousseront même la perversité jusqu’à vendre sur Face book les armes récupérées sur l’arsenal américain, sans qu’il ait été possible de déterminer si ce geste relevait de l’inconsistance politique et morale, de leur inconscience provocatrice ou plus basiquement de leur appât du gain.

Dans un discours prononcé le 15 octobre 2016 au lendemain des élections législatives, le Roi Abdalah II a précisé la feuille du route du nouveau gouvernement visant à l’instauration d’un « État de Droit » par la restauration de la « souveraineté de la Loi », fustigeant au passage « ceux qui se considèrent comme au dessus des lois». Il a invité le gouvernement à accélérer la modernisation de l’administration en renonçant à son mode de gestion féodal.

Dans la foulée, le Roi Abdallah II a entrepris une « Révolution en douceur » impliquant les principaux rouages de l’État (Armée, Services de sécurité et de Police, Justice et grands ministères dont le ministère de l’enseignement), afin d’éradiquer les baronnies qui se nichaient dans les centres de pouvoir et qui pouvaient à terme menacer son pouvoir.

Dès son entrée en fonction, à l’automne 2016, le nouveau chef d’état major jordanien, le Général Mahmoud Freyhat, a annulé d’un trait de plume treize contrats liant à l’armée des personnalités en vue, parmi lesquels le fils de son propre prédécesseur, le Général Mech’al Al Zibin.

L’URANIUM JORDANIEN, UN CASSE TÊTE DIPLOMATIQUE

Sur fond de rivalité feutrée entre les deux royaumes, -Arabie saoudite et Jordanie- pour le contrôle de Jabhat An Nosra, l’exclusion de la Jordanie du syndicat pétro monarchique arabe, lors de leur dernier sommet en avril 2016 à Riyad, est apparu rétrospectivement comme une manœuvre d’étranglement de la dynastie wahhabite à l’égard de sa rivale hachémite afin de la placer sous sa coupe.

Et partant de la forcer à souscrire à une coopération saoudo-jordanienne, selon les normes bédouines du code tribal du désert d’Arabie, dans le domaine ultra sensible du nucléaire, alors que le Royaume saoudien songe à se doter d’une capacité nucléaire pour faire pièce à l’Iran.

Des promesses de l’ordre de plusieurs centaines de milliards de dollars sur le court et le moyen terme auraient été faites à la Jordanie, qui accuse un déficit public de 35 milliards de dollars. Le Royaume représente dans le même temps la première digue de défense des pétromonarchies dans l’hypothèse de l’effondrement de la Syrie face aux coups de butoirs des djihadistes.

LE COUP DE SEMONCE DE « THE WASHINGTON INSTITUTE FOR NEAR EAST POLICY »

Dans une étude parue au printemps 2016, « The Washington Institute for Near East Policy », un think tank proche du parti républicain, s’interrogeait sur « le prix occulte » que l’Arabie saoudite réclamait à la Jordanie en contrepartie de sa générosité, alors que le Royaume Hachémite avait été tenu à l’écart des conciliabules inter-monarchiques de Riyad. « Quel prix occulte, pour quel agenda caché ?», se demandait la publication américaine, dans une allusion à peine voilée au nucléaire jordanien.
« The Washington Institute For Near East Policy » ou (WINEAP) a été fondée en 1985 par Martin Indick, à l’époque directeur adjoint de l’AIPACC), précieusement avec des fonds de donateurs de plus influent lobby américain aux États-Unis. Citoyen australien, naturalisé américain, Martin Indyck sera par la suite ambassadeur des États-Unis en Israël.

Au prétexte de la sécurité d’Israël, les États-Unis ont constamment veillé à barrer la voie aux pays arabes à accéder à la capacité nucléaire. L’Égypte a dû ainsi attendre trente ans le feu vert américain pour se lancer dans le nucléaire civil ; une autorisation accordée lorsque l’Iran est devenue une puissance du seuil nucléaire, enregistrant un considérable retard scientifique par rapport aux autres grands acteurs régionaux.

Les États-Unis ont cherché de même à imposer à la Jordanie un accord qui autoriserait le Royaume à extraire l’uranium qu’il recèle en son sol, tout en lui interdisant de le transformer en combustible. Cette exigence réduit également toute possibilité pour la Jordanie de devenir un centre régional d’enrichissement d’uranium.

La Jordanie, habituellement docile à l’égard des Diktats américains, fait face à un dilemme. Elle a commencé à développer les infrastructures nécessaires pour répondre à ses ambitions nucléaires et prévoit la construction de sa première centrale en 2019. AREVA (France) a signé en 2010 un accord d’exploitation conjointe pour l’extraction de l’uranium dans le centre de la Jordanie dans le cadre d’une concession accordée pour 25 ans.

Bien qu’antérieure à l’émergence de l’Iran comme puissance nucléaire virtuelle, la forte concentration militaire occidentale dans le golfe arabo-persique a constamment été présentée dans les médias occidentaux comme destinée à protéger les princes du pétrole contre les convoitises du régime islamique de Téhéran, à l’effet de les dispenser de se doter de leur propre bouclier atomique.

Aubaine pour la Jordanie, un pays impécunieux et dépourvu de pétrole, les gisements d’uranium, par les convoitises qu’ils ne manqueront pas de susciter, pourraient se révéler sinon une malédiction à tout le moins un casse tête récurrent tant pour le Royaume que pour la dynastie hachémite

LE PRIX DE LA SERVITUDE JORDANIENNE FACE À L’OCCIDENT

Premier dirigeant du Moyen orient à avoir rencontré le nouveau Président américain Donald Trump, la Jordanie paraît avoir amorcé un recentrage de sa politique : L’aviation jordanienne a effectué un raid contre les positions de Daech dans le sud de la Syrie, le 3 Février 2015, à la date anniversaire de la carbonisation par l’organisation djihadiste du pilote jordanien, Moaz Al Kassabah. L’avion avait été abattu au dessus de la Syrie par Daech, le 3 Février 2015, et son pilote capturé a été brûlé vif, en guise de châtiment.

Tirant les leçons des déboires de la Turquie sur le Front Nord, la Jordanie s’emploie activement depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir à aménager une zone de sécurité dans le sud du Royaume, dans le secteur de Deraa, avec l’accord de la Russie, en vue de contenir la poussée djihadiste, avec comme objectif sous-jacent de maintenir à distance le Hezbollah Libanais du plateau du Golan. En un mot de se faire le gendarme des Israéliens à leur frontière septentrionale et justifier ainsi son utilité au regard de la stratégie israélo-américaine.

Ployant sous le fardeau représenté par la présence sur son sol de près de 800.000 réfugies syriens, une opinion travaillée par un fort courant confrérique de tendance salafiste takfiriste, un mécontentement qui va bien au delà des traditionnels contestataires anti-monarchiques pour gagner la sphère tribale et militaire, les deux piliers du régime, la Jordanie est à la recherche d’une nouvelle posture d’autant plus impérativement que le malaise jusque là contenue a éclate au grand jour avec la sortie de l’Imam Ahmad Halil, dénonçant le manque de solidarité des monarchies.

Personnalité la plus influente du Royaume sur le plan religieux, « l’Imam des Palais Royaux » a accusé les pétromonarchies de chercher à provoquer la faillite de la Jordanie et de la précipiter dans le précipice, à l’instar de la Libye et de la Syrie.

Signe d’un timide dégel syro jordanien ? Démarche destinée à signifier aux pétromonarchies la possibilité du trône hachémite de rompre le front monarchique anti syrien ? Volonté de prendre en compte les nouvelles réalités géostratégiques de la zone avec le retour en force de la Russie sur l’échiquier du Moyen orient ? En tout état de cause l’indice d’une grande incertitude ; d’une politique aléatoire adaptable au gré des vents.

Le plus ancien servant du Royaume Uni de l’époque coloniale a bénéficié pour prime de sa servitude -servilité ?- de la gratification de trois royaumes (Le Hedjaz, l’Irak et la Jordanie), dont il n’en subsiste cent ans après, qu’un et unique royaume, la Jordanie.

Le plus ancien allié clandestin d’Israël dans le Monde arabe a puissamment contribué à affaiblir son propre camp, en dépit de l’assassinat du Roi Abdallah I dans l’enceinte même de la Mosquée Al Aqsa de Jérusalem (1948), que cela soit par le massacre collectif de Palestiniens lors du « Septembre Noir » jordanien (1970), ou les fuites du Roi Hussein en direction de l’état major israélien sur les préparatifs de la guerre d’octobre 1973, sans la moindre contrepartie que la survie de son trône.

L’allié majeur d’Israël dans le Monde arabe, son paratonnerre face aux menées anti israéliennes dans la zone, le plus fervent soutien des équipées américaines en terre arabe, comme l’illustre le rôle tremplin de la Jordanie à l’invasion américaine de l’Irak (2003), et sa fonction déstabilisatrice sur le front sud de la Syrie, en 2012-2016, se retrouve ainsi à l’occasion du centenaire des accords Sykes-Picot et de la promesse Balfour, à la recherche d’un nouveau rôle d’appoint.

Absorption du reliquat de la Palestine par le trône hachémite ou subversion du Royaume par la majorité palestinienne de la population jordanienne ? Dans le sillage de la stratégie israélo-américaine pour sa survie ? Dans le sillage de l’Arabie saoudite, au risque de s’engager dans une zone de forte turbulence ?

Avec en perspective son lot habituel d’opération de déstabilisation, de guerre psychologique, de manœuvres d’intoxication et de désinformation, pour ramener au bercail occidental la brebis égarée, qui sera un temps -le temps de sa rédemption-, une brebis galeuse ?

L’initiateur de la « Grande Révolution Arabe » se révèle un siècle plus tard l’artisan de la plus « grande mystification arabe », l’un des principaux fossoyeurs de la cause arabe, au même titre que ses rivaux saoudiens, la dynastie wahhabite et le Libyen Mouammar Kadhafi.

Papier co-publié en partenariat avec la revue Afrique Asie http://www.afrique-asie.fr/

POUR ALLER PLUS LOIN SUR LA DYNASTIE HACHÉMITE ET SUR LA JORDANIE
ILLUSTRATION
Portrait de l’écrivain-chroniqueur Nahed Hattar, assassiné dimanche 25 septembre à Amman, en Jordanie
  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur La grande solitude de la dynastie hachémite 1/3

La deuxième guerre de Crimée n’aura pas lieu

mars 2nd, 2017 by Bruno Guigue

La crise ukrainienne sera-t-elle une épreuve de vérité pour la nouvelle administration américaine ? Comme un révélateur chimique, elle semble mettre à nu les intentions de Donald Trump. Après la démission du conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, accusé d’avoir eu des échanges « inappropriés » avec la Russie, Washington a clarifié ses relations avec Moscou. « Le président Trump a bien précisé qu’il attendait que le gouvernement russe désamorce la violence en Ukraine et rende la Crimée », a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, le 14 février.

Marchant dans les pas de son prédécesseur, Donald Trump exige donc de la Russie qu’elle « rende la Crimée » à l’Ukraine. Il se dit déterminé à prolonger les sanctions économiques tant que cette exigence n’aura pas été satisfaite. Peu surprenante de la part d’un dirigeant occidental, la formule n’en est pas moins étrange. Elle laisse entendre que cette péninsule majoritairement peuplée de Russes a été ravie par on ne sait quelle brute épaisse avide de conquêtes. Elle suggère que sa population a été enlevée à on ne sait qui, cette opération, systématiquement qualifiée d’ « annexion » par les Occidentaux, ayant comme un parfum d’Anschluss.

Le plus frappant, dans ce discours, c’est qu’il fait bon marché des Criméens. A croire que ces gens insignifiants n’ont aucune volonté et sont incapables de décider de leur destin. Peu importe que les 2,6 millions d’habitants de ce pays aient opté à 96,77%, le 16 mars 2014, en faveur de leur intégration à la Russie. Peu importe qu’ils aient fait ce choix, suite aux provocations des putschistes de Kiev, à l’occasion d’un référendum qui n’encourut aucune critique sérieuse sur son caractère démocratique. Pour les Occidentaux, ce ne sont que des broutilles, et l’invocation des nobles idéaux dans lesquels se drape leur rhétorique, on le sait bien, varie selon les latitudes.

Les chancelleries occidentales, bien sûr, ont invoqué le principe de l’intangibilité des frontières internationales. Le 27 mars 2014, l’assemblée générale de l’ONU a voté une résolution réaffirmant l’intégrité de l’Ukraine et déniant toute validité au référendum d’auto-détermination organisé par le parlement de Crimée. Mais ce vote fut loin d’être unanime. La résolution obtint 100 voix sur les 193 Etats-membres. 11 pays ont voté contre, 58 se sont abstenus et 24 n’ont pas pris part au vote. L’opposition entre le principe d’auto-détermination et le principe d’intangibilité des frontières a jeté le trouble, semble-t-il, dans une assemblée où la manie occidentale de désigner les bons et les méchants n’a pas convaincu tout le monde.

Cet hymne à la légalité internationale, il est vrai, sonnait étrangement dans la bouche des dirigeants occidentaux. Les USA stigmatisent volontiers l’attitude du Kremlin qui serait responsable, selon eux, de ce scandaleux démembrement de l’Ukraine. Mais ce sont les USA, pourtant, qui ont orchestré la sécession illégale du Kosovo après avoir infligé à un Etat souverain, la Serbie, un déluge de bombes que n’autorisait aucun mandat de l’ONU (1999). Quant à la France, le rattachement unilatéral de l’île de Mayotte, en 1976, imposa à la nouvelle République des Comores une amputation territoriale illégale que cet Etat-archipel ne cesse de dénoncer avec l’appui unanime de l’Union africaine. « Faites ce que je dis, mais surtout ne faites pas ce que je fais ». Si la formule est si connue, c’est sans doute parce que les Occidentaux lui ont donné une notoriété planétaire.

Il suffit pourtant de considérer l’histoire de la Crimée pour comprendre la situation. Arrachée aux Turcs par Catherine II, cette péninsule de 26 945 km2 est une province russe depuis 1784. Elle a fait partie de la République socialiste fédérative soviétique de Russie de 1922 à 1954, puis elle a été rattachée à l’Ukraine par une décision du régime soviétique. C’est le 19 février 1954, en effet, que Nikita Khrouchtchev a offert la Crimée à Kiev pour fêter le tricentenaire de la réunification de la Russie et de l’Ukraine. Ce geste politique déclinait la stratégie du pouvoir post-stalinien, désireux de panser les plaies du passé. Dans la mesure où la citoyenneté soviétique prévalait sur l’appartenance nationale, il pouvait paraître sans conséquence majeure.

Il n’empêche que cette décision était sujette à caution, aussi bien sur le fond que sur la forme. Artificielle, elle fut imposée par le pouvoir. Curieusement, ceux qui fustigeaient le caractère totalitaire de l’URSS s’insurgent aujourd’hui contre la mise en cause de cette décision arbitraire. Ils veulent graver dans le marbre un rattachement territorial à l’Ukraine qui n’a ni justification historique, ni légitimité démocratique. C’est leur ami Mikhaïl Gorbatchev, pourtant, qui s’est chargé de leur rappeler combien il était cocasse de voir des puissances férues de démocratie condamner de la sorte la réparation d’une faute commise, il y a soixante ans, par le pouvoir soviétique.

Le caractère factice du rattachement opéré en 1954 est la cause lointaine de la crise actuelle. Mais c’est la politique stupidement russophobe des nationalistes ukrainiens qui en est la cause immédiate. En abolissant la loi qui faisait du russe une deuxième langue officielle, les irresponsables qui ont pris le pouvoir à Kiev en 2014 ont humilié la population russophone, la poussant dans les bras de Moscou. Par sectarisme, ils se sont chargés eux-mêmes de clôturer la période historique ouverte par le geste de Khrouchtchev en précipitant le retour de la Crimée dans le giron russe. Vladimir Poutine n’a eu qu’à cueillir le fruit de cette crise délibérément provoquée par les ultras de Kiev, encouragés par les néo-cons de Washington.

Le Kremlin est sorti doublement vainqueur de cette crise. Il a accueilli dans un climat d’effusion patriotique le retour à la Mère-Patrie de ses enfants de Crimée. Plus prosaïquement, il a obtenu la sécurisation de la base navale de Sébastopol sur laquelle l’atlantisme revendiqué de Kiev faisait peser une menace stratégique. Désormais, les jeux sont faits. L’administration américaine peut hausser le ton et les nationalistes ukrainiens multiplier les provocations, Moscou ne reculera pas d’un pouce. Avec la rébellion du Donbass, la Crimée constitue le principal foyer de la crise ukrainienne. Elle fournit à l’Occident vassalisé par Washington le prétexte d’une nouvelle guerre froide. Mais la Crimée est russe et elle le restera. De 1853 à 1856, les puissances occidentales y ont affronté l’Empire des Tsars. Cette guerre est finie, et il n’y en aura pas d’autre.

Bruno Guigue

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur La deuxième guerre de Crimée n’aura pas lieu

Macri quiere guerra en educación y tarifas

mars 2nd, 2017 by Martín Granovsky

Como ocurre con cualquier mandatario, el mensaje al Congreso es una pieza clave de la estrategia política. Y no porque la realidad vaya a cambiar al minuto siguiente para bien o para mal. Es clave por lo que enfatiza y por lo que disimula. 

Mauricio Macri fue enfático cuando buscó confrontar y definir un perfil de guerra contra el sindicalismo combativo y a favor del aumento de tarifas. 

Su ironía sobre que Roberto Baradel, el dirigente de los docentes públicos de la provincia de Buenos Aires, no necesita que nadie lo cuide, mostró a un Macri despiadado. En casos de amenaza contra la vida de un dirigente o de su familia como en este caso, incluso para cuidar las formas el poder político suele interesarse en lugar de recurrir al humor negro. Los sindicalistas suelen preferir aparecer, más bien, como gente dura capaz de aguantarse todo. Mostrarse vulnerables no es su negocio político. Que Macri no haya cuidado ni las formas con un sector que no acostumbra victimizarse debe interpretarse como la elección de un frente de combate. Es una decisión congruente con el anuncio de la gobernadora de Buenos Aires, a quien apodaban Heidi hasta que miró las inundaciones desde México, de amenazar con la convocatoria a voluntarios para el sector educativo cuando está claro que ni siquiera hay un cuadro legal que lo permita.

En tarifas, el énfasis fue tan explícito que consistió en que Macri repitiera el mismo párrafo primero en su tono monocorde y después casi a los gritos. Primera vez: “Después de una década de despilfarro y corrupción, empezamos a normalizar el sector energético para que los argentinos, en sus casas…”. Segunda vez: “Repito, después de una década de despilfarro y corrupción, empezamos a normalizar el sector energético”.

El disimulo correspondió a lo que genéricamente el Presidente describió como “dos decretos sobre juicios y contrataciones para gestión de conflicto de intereses”. Bien lo pudo haber hecho antes. Hay un proyecto de reforma en la Etica Pública presentado por el diputado Guillermo Carmona en noviembre de 2016 luego de una comprobación a cargo de la Universidad Nacional de San Martín: el 31 por ciento de los funcionarios actuales ocupó puestos de alta o media gerencia en el sector privado y el 11 por ciento del gabinete tuvo cargos ejecutivos en las principales empresas que operan en la Argentina.

Que el Presidente hable a esta altura de conflicto de intereses es la disimulada aceptación de que escándalos como el del Correo lastiman la imagen presidencial. Faltan menos de ocho meses para las elecciones de octubre.

El tramo de la seguridad también fue escenario de las ambigüedades. Dijo el Presidente: “Si queremos resolver el problema de la inseguridad, tenemos que dar un debate serio sobre un nuevo sistema de responsabilidad penal juvenil”. No explicó qué relación hay entre la inseguridad y las cifras que muestran a los menores de 16 mucho más como víctimas que como victimarios. Y tampoco, es cierto, anunció que buscaría bajar la edad de imputabilidad. Si efectivamente deja de perseguir ese objetivo habrá sido una victoria de las organizaciones del Estado, como la Defensoría General, y de la sociedad civil. Demostraron en la comisión habilitada dentro del Ministerio de Justicia la falacia, la inutilidad y la injusticia de bajar la punibilidad de 16 a 14 años.

No es ensayo y error. Es forcejeo.

Martín Granovsky

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Macri quiere guerra en educación y tarifas

La derecha latinoamericana venía de acumular avances, desde las elecciones parlamentarias en Venezuela, la presidencial en Argentina, el referendo vicioso en Bolivia, el golpe en Brasil, y se apresuraba a festejar una victoria más. Sus portavoces, de derecha y remanentes de ultraizquierda, contaban con un gran resultado de la alianza de los candidatos opositores al gobierno de Alianza País. Guillermo Lasso, el banquero más rico de la nación, y Cinthia Viteri, otra variante del neoliberalismo, apenas se disputaban quién enfrentaría al candidato del gobierno en la segunda vuelta.

A pesar de la recesión económica que se abatió sobre Ecuador, como reflejo de la prolongada depresión internacional –y su conocida dificultad de defenderse, dada la dolarización de la economía impuesta por la derecha– y de la campaña sucia –al igual que en los otros países de la región– llevada a cabo por la oposición, los resultados no fueron los que ellos esperaban. Aun sin llegar al 40 por ciento, que le hubiera permitido ganar en primera vuelta –dado que superaba holgadamente la distancia de 10 por ciento hacia el segundo colocado–, Lenin Moreno se acercó mucho, pero le faltaron décimas para lograr ese índice.

La oposición más bien se asustó frente al riesgo de que Lenin ganara en primera vuelta. Inmediatamente Lasso llamó a la formación de un frente por la gobernabilidad democrática e intentó repetir el discurso de Mauricio Macri en la segunda vuelta en Argentina, según el cual, sumando los votos de los candidatos de la oposición, la mayoría desearía el cambio.

En estas elecciones Ecuador completó 10 años de Revolución Ciudadana, el proceso que trasformó más profundamente al país en todas sus dimensiones. Antes del gobierno de Rafael Correa –que él caracterizó como un cambio de periodo y no solamente un periodo de cambio–, Ecuador había tenido tres presidentes que no habían logrado concluir sus mandatos, tumbados por movimentos populares que se rebelaron contra sus programas neoliberales.

En una década, Ecuador vivió un extraordinario proceso que retomó el crecimiento económico, esta vez con inmensos programas de distribución de renta, que han promovido la inclusión social de sectores antes siempre excluidos. El Estado fue refundado, la infraestrutura modernizada como nunca, el país conquistó finalmente un lugar de prestigio en el mundo, con su desarrollo interno, su política externa soberana y el liderazgo de Rafael Correa, el personaje que proyectó a la nación en el mundo.

Las elecciones de este año se hacen en el contexto de los efectos de la recesión internacional sobre la economía de Ecuador, indefenso frente a la dolarización promovida por la derecha. Correa renunció a ser candidato de nuevo y Alianza País lanzó una lista con sus dos vicepresidentes, Lenin Moreno en el primer mandato y Jorge Glass en el segundo.

Como ha ocurrido en las últimas campañas en la región, la derecha se presenta como un cambio que mantendría las políticas sociales del gobierno. Como ha ocurrido en Argentina y Brasil, ficciones para conquistar votos, pero negadas una vez que asumen el gobierno y se impone el duro ajuste fiscal de la restauración neoliberal.

Un candidato que se presentaba como socialdemócrata, extremamente moderado, quedó en cuarto lugar, con pequeña votación, a pesar de recibir el apoyo de los sectores de ultraizquierda, que expresaron su ferocidad anti-Rafael Correa, tomando a éste como su enemigo fundamental. El abanderado afirmó que se quedará equidistante entre derecha e izquierda en la segunda vuelta, en contraste con la derecha, que ha apoyado con todo a Lasso.

Después de la votación mínima que han tenido en las elecciones anteriores, la ultraizquierda esta vez no se arriesgó a lanzar candidatura propia. Para el Parlamento tampoco tuvieron éxito, confirmando su rol de declive en el apoyo popular y en la vida política del país, a pesar de su lenguaje violento y la canalización de su accionar solamente contra el gobierno.

La gran polarización, como en las otras naciones progresistas de la región, se dio entre el gobierno y las alternativas de derecha, confirmando que hay dos opciones que se enfrentan: la neoliberal y la posneoliberal. En la segunda vuelta Lenin puede contar con la gran ventaja que obtuvo en la primera, con la mayoría absoluta que Alianza País logró en el Parlamento, con la aprobacion en referendo de la posibilidad de que alguien que tenga cargos públicos pueda tener cuentas en paraísos fiscales. Son expresiones de que no solamente Alianza País sigue siendo, de lejos, el más grande partido de Ecuador, como que posee una estructura política nacionl muy fuerte para encarar el mes y medio de la campana.

Será una segunda vuelta de contraposición directa entre lo que han hecho para el país los partidos de derecha –unidos todos alrededor de Lasso– y los avances realizados por el gobierno de Rafael Correa, sin disfraces. La derecha y la izquierda de América Latina se sentirán perfectamente representadas en las dos candidaturas, así como el pasado, el presente y el futuro del continente.

Emir Sader

Emir Sader: Sociólogo y científico político brasileño, es coordinador del Laboratorio de Políticas Públicas de la Universidad Estadual de Rio de Janeiro (UERJ).

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Ecuador, entre la continuidad o la restauración neoliberal

El primer discurso del presidente Donald Trump ante el Congreso de Estados Unidos ocupa hoy destacados espacios en medios de comunicación y eleva las polémicas sobre las decisiones del mandatario.

Periódicos, radioemisoras, cadenas de televisión y sitios digitales informan, interpretan y opinan desde las más diversas posiciones acerca de las palabras del jefe de Estado republicano ante el Senado y la Cámara de Representantes.

Las principales ideas esbozadas anoche por Trump frente a los legisladores e invitados al evento encontraron un rápido apoyo entre los miembros de su partido, mientras que los demócratas asumieron una actitud diametralmente opuesta.

Diversas voces coincidieron en afirmar que el discurso del gobernante tuvo un tono más conciliatorio con respecto a sus declaraciones anteriores, principalmente las aparecidas en la red social Twitter.

Sin embargo, apuntaron, la alocución solo ofreció rasgos generales de las metas gubernamentales en torno a la creación de empleos, el combate a la inmigración ilegal, el fortalecimiento de la seguridad nacional y las mejoras en la infraestructura.

A juicio de Arturo Vargas, director de la Asociación Nacional de Funcionarios Latinos Electos y Designados, el reto de Trump es abandonar la retórica nociva e incendiaria, y de la mano del Congreso poner las palabras en acción.

Para demócratas y grupos progresistas, la política migratoria expuesta ayer por Trump constituye un giro más hacia la derecha y no un gesto compasivo con los inmigrantes.

Entre otras ideas relacionadas con este tema, el ocupante de la Casa Blanca reiteró la decisión de empezar pronto, más rápido de lo previsto, la construcción de un gran muro en la frontera de Estados Unidos y México.

Trump continúa etiquetando a los inmigrantes como criminales, una acusación tan falsa como cruel, sostuvo Frank Sharry, director ejecutivo de America’s Voice, organización que persigue una reforma migratoria.

La realidad y las palabras nunca han estado más desconectadas en un discurso presidencial, afirmó a la cadena MSNBC el líder de la minoría demócrata en el Senado, Chuck Schumer.

En su opinión, Trump habla como un populista, pero ha estado gobernando desde la extrema derecha, y deberá poner sobre papel medidas concretas.

Por su parte, el republicano Paul Ryan, presidente de la Cámara de Representantes, destacó que el jefe de Estado ofreció un mensaje audaz y optimista de empoderamiento del pueblo.

Antes del discurso, cientos de personas, entre ellas la activista y comediante Rosie O’Donnell, acudieron a las afueras de la Casa Blanca para expresar su rechazo a las políticas de Trump.

Los presentes en el parque Lafayette, convocados por Caucus Hip Hop, VoteVets, la Unión Estadounidense por las Libertades Civiles y otros grupos, se congregaron bajo el lema Defendiendo los valores norteamericanos en tiempo de crisis moral.

Nuriem De Armas

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur La Asociación de Estados del Caribe en busca de caminos comunes

El primer discurso del presidente Donald Trump ante el Congreso de Estados Unidos ocupa hoy destacados espacios en medios de comunicación y eleva las polémicas sobre las decisiones del mandatario.

Periódicos, radioemisoras, cadenas de televisión y sitios digitales informan, interpretan y opinan desde las más diversas posiciones acerca de las palabras del jefe de Estado republicano ante el Senado y la Cámara de Representantes.

Las principales ideas esbozadas anoche por Trump frente a los legisladores e invitados al evento encontraron un rápido apoyo entre los miembros de su partido, mientras que los demócratas asumieron una actitud diametralmente opuesta.

Diversas voces coincidieron en afirmar que el discurso del gobernante tuvo un tono más conciliatorio con respecto a sus declaraciones anteriores, principalmente las aparecidas en la red social Twitter.

Sin embargo, apuntaron, la alocución solo ofreció rasgos generales de las metas gubernamentales en torno a la creación de empleos, el combate a la inmigración ilegal, el fortalecimiento de la seguridad nacional y las mejoras en la infraestructura.

A juicio de Arturo Vargas, director de la Asociación Nacional de Funcionarios Latinos Electos y Designados, el reto de Trump es abandonar la retórica nociva e incendiaria, y de la mano del Congreso poner las palabras en acción.

Para demócratas y grupos progresistas, la política migratoria expuesta ayer por Trump constituye un giro más hacia la derecha y no un gesto compasivo con los inmigrantes.

Entre otras ideas relacionadas con este tema, el ocupante de la Casa Blanca reiteró la decisión de empezar pronto, más rápido de lo previsto, la construcción de un gran muro en la frontera de Estados Unidos y México.

Trump continúa etiquetando a los inmigrantes como criminales, una acusación tan falsa como cruel, sostuvo Frank Sharry, director ejecutivo de America’s Voice, organización que persigue una reforma migratoria.

La realidad y las palabras nunca han estado más desconectadas en un discurso presidencial, afirmó a la cadena MSNBC el líder de la minoría demócrata en el Senado, Chuck Schumer.

En su opinión, Trump habla como un populista, pero ha estado gobernando desde la extrema derecha, y deberá poner sobre papel medidas concretas.

Por su parte, el republicano Paul Ryan, presidente de la Cámara de Representantes, destacó que el jefe de Estado ofreció un mensaje audaz y optimista de empoderamiento del pueblo.

Antes del discurso, cientos de personas, entre ellas la activista y comediante Rosie O’Donnell, acudieron a las afueras de la Casa Blanca para expresar su rechazo a las políticas de Trump.

Los presentes en el parque Lafayette, convocados por Caucus Hip Hop, VoteVets, la Unión Estadounidense por las Libertades Civiles y otros grupos, se congregaron bajo el lema Defendiendo los valores norteamericanos en tiempo de crisis moral.

Diony Sanabia Abadia

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur Trump y su discurso en el Congreso de EE.UU., lluvia de críticas

El discurso que el presidente Donald Trump dará hoy ante el Congreso estadounidense se prevé como un canto optimista a lo que será el país bajo su Gobierno y una exaltación de los logros hasta ahora.

Ya la Casa Blanca adelantó que la alocución del mandatario frente a las dos cámaras del Poder Legislativo, fijada para las 21:00, hora local, estará dedicada a la ‘renovación del espíritu estadounidense’, lo cual sigue en línea con su reiterado propósito de Make America Great Again (Hacer a Estados Unidos grande otra vez).

Fuentes de la administración inaugurada el 20 de enero pasado aseguraron que la intervención del jefe de Estado presentará una visión optimista y amable en temas como salud, inmigración, reforma fiscal, defensa, comercio y seguridad.

De manera general, Trump promoverá su agenda política ante el Senado y la Cámara de Representantes, ambos como mayoría republicana, pero también aprovechará el horario televisivo estelar para dirigirse a toda la nación e incluso al mundo.

El mandatario tratará de convencer a los espectadores de que su desempeño al frente del país está siendo satisfactorio, a pesar de las numerosas críticas a muchas de sus políticas, sobre todo en materia migratoria, y a las protestas desatadas en su contra en diferentes estados.

Hace dos días, al recibir a los gobernadores de la nación en la Casa Blanca, Trump aseguró que tras cuatro semanas de Gobierno habían logrado casi todo lo que se propusieron.

Estamos contentos con la forma en que están saliendo las cosas, hicimos muchas promesas en los dos últimos años y muchas de esas ellas ya se cumplen, así que nos sentimos muy honrados por eso, sostuvo en un tono que debe repetirse este martes.

Sin embargo, no coinciden con él ni los miembros del Partido Demócrata, ni gran parte de los medios de prensa, ni diferentes organizaciones que convocaron para hoy a una movilización cerca de la mansión ejecutiva.

Tampoco parece creerlo así una parte importante de la ciudadanía norteamericana, pues según un reciente sondeo de la cadena NBC y el diario Wall Street Journal, el índice de aprobación de Trump es solo del 44 por ciento.

Si bien es cierto que durante sus primeras semanas en el cargo el gobernante firmó con gran estridencia diversas órdenes ejecutivas sobre temas pregonados durante su campaña, analistas señalan que con varias de ellas solo sentó las bases de medidas futuras, no de acciones concretas.

En el área legislativa, pese a la superioridad de su partido, Trump no ha promovido ninguna ley sustancial, mientras hace ocho años los demócratas ya habían aprobado normativas como las de la igualdad salarial y la expansión de atención sanitaria a los niños.

Por ello, varios medios sostienen que se trata de un inicio lento en relación con los objetivos más importantes de la agenda presidencial: la derogación y sustitución de la legislación de salud conocida como Obamacare, la reforma tributaria, y la reestructuración del presupuesto, entre otras.

Sobre la Ley de Cuidado de Salud Accesible, por ejemplo, hasta el ahora no se sabe cómo procederán los legisladores para eliminarla ni se tiene conocimiento de un plan concreto para reemplazarla.

Al mismo tiempo, NBC señala que más de un mes después de asumir el cargo nadie parece saber exactamente qué camino sigue Trump, dadas las direcciones limitadas o contradictorias sobre lo que espera que haga el Congreso en puntos fundamentales como el cuidado de salud, los cambios fiscales y la infraestructura.

La víspera, durante una conferencia en la que hicieron una evaluación de los primeros 40 días del actual Gobierno, los líderes demócratas del parlamento afirmaron que el presidente no ha mantenido compromisos contraídos con la clase trabajadora como aumentar el empleo o fortalecer la clase media.

Por otro lado, ya cumplió promesas importantes como la salida de Estados Unidos de las negociaciones del Acuerdo de Asociación Transpacífico y la firma de un veto que prohíbe la entrada al país de refugiados y ciudadanos de siete países mayoritariamente musulmanes.

Sin embargo, esta última medida no solo provocó críticas y protestas en diferentes ciudades y la condena de organizaciones dentro y fuera del país, sino que, además, fue bloqueada en los tribunales, lo cual representó una derrota para la administración.

Está por ver la aceptación que tendrá el discurso entre los miembros de su partido tras las fuertes desavenencias con algunos de ellos, y entre la población norteamericana en general.

Los demócratas, por su parte, prometieron resistencia a las políticas del mandatario, algo que confirmó el fin de semana el nuevo presidente del Comité Nacional de esa fuerza, Tom Pérez.

Para una parte de la ciudadanía, en tanto, la alocución solo presentará ‘una agenda discriminatoria que pone los beneficios por delante de la salud de las personas, socava la igualdad y daña el medio ambiente’, y por ello saldrá hoy a las calles a protestar en su contra.

Martha Andrés

  • Posted in Español
  • Commentaires fermés sur ¿Trump tiene éxitos que presumir en primer discurso ante el Congreso?

Les marchés de produits frais soutiennent le système économique et les moyens de subsistance de millions de personnes. Malgré cela, les gouvernements de nombreux pays asiatiques adoptent systématiquement des mesures qui sapent les marchés locaux et ruinent tous ceux dont la vie en dépend. De Hong Kong à Hanoi, les gouvernements interdisent les marchés de produits frais et réduisent les interventions de marché qui permettaient auparavant de contenir les grandes entreprises et la volatilité des prix. Ainsi, en levant les réglementations concernant le prix des matières premières agricoles, le gouvernement indonésien n’a fait qu’éroder la sécurité alimentaire des agriculteurs, des petits commerçants et des consommateurs pauvres.

L’un des exemples récents les plus extrêmes est le processus de démonétisation que l’Inde vient de connaître. Dans un effort insensé visant soi-disant à s’attaquer à la corruption et au marché noir, le Premier ministre indien a retiré de la circulation, d’un jour à l’autre, 86 pour cent de la monnaie du pays et provoqué une énorme détresse dans tout le pays. La décision de transformer l’Inde en une société « sans argent liquide » en remplaçant le liquide par les paiements numériques et les transactions par carte a pris une grande partie de la société rurale par surprise. Dans l’Inde rurale, les infrastructures numériques nécessaires à une telle transition sont quasiment inexistantes.

Cette mesure ne s’attaque pas vraiment à la corruption ni à l’économie parallèle, mais elle  frappe de plein fouet les petits producteurs, les paysans et les vendeurs de rue qui n’ont pas accès au système de paiement numérique. L’initiative de démonétisation indienne a causé un effondrement brutal dans tous les secteurs du commerce et des échanges, mais les domaines comme l’agriculture et le vaste marché informel du pays, qui sont fondés sur l’argent liquide, ont été très sévèrement touchés et bien des vies ont été complètement ruinées. Plus de 95 pour cent de toutes les transactions en Inde étaient menées en liquide et 90 pour cent des vendeurs n’avaient pas les moyens d’accepter autre chose que du liquide. De plus, 85 pour cent des travailleurs étaient payés exclusivement en liquide et près de la moitié de la population n’avait même pas de compte en banque (Forbes, janvier 2017).

Dans une lettre au Premier ministre indien, les agriculteurs soulignent que la démonétisation a été utilisée pour intégrer de force les ruraux et les citadins pauvres dans certain régimes techno-financiers tout en garantissant les bénéfices des grandes entreprises qui gèrent ces régimes. Le choix de l’argent numérique détourne les gens des marchés traditionnels vers les supermarchés et donne un coup d’accélérateur au commerce électronique. Deux mois après la démonétisation, les magasins s’empressent de se mettre au paiement numérique et 33 000 magasins autorisent déjà l’utilisation de moyens de paiement numériques. Les transactions par carte de crédit ont augmenté de 9,5 pour cent. Dans le même temps, les ventes dans la rue se sont effondrées car les gens n’ont plus d’argent.

Tandis que le processus de démonétisation se poursuit, il devient davantage une manière de “moderniser” l’économie indienne que de lutter contre le crime. Cette décision, qui ne prend en compte ni l’énorme classe ouvrière indienne, ni les citadins pauvres, ni les petits agriculteurs ou les commerçants du secteur informel, risque de mettre en danger des millions de personnes si rien n’est fait pour garantir suffisamment de trésorerie pour la survie de l’économie de subsistance.

 

Supermarket watch Asia bulletin, No. 5, février  2017

Éditorial : Une économie « sans cash », un sale coup pour les petits producteurs

Version française : Grain 

Le reste du Bulletin de veille des supermarchés d’Asie n° 5 du 6  février 2017 est disponible en anglais.

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Inde – Une économie « sans cash », un sale coup pour les petits producteurs

Au premier tour des élections  présidentielles en France, des millions de gens s’apprêtent à voter afin qu’ils dégagent tous, les serviteurs  du capital, et les aigrefins de la finance mondialisée, les argousins des médias, les politiciens professionnels, toutes ces grandes âmes de l’oligarchie mondialiste, qui profitent de la concurrence sur les coûts de la force de travail  pour faire baisser les salaires.

Tout a été mis en œuvre par le pouvoir  médiatique aux mains de cinq ou six propriétaires  des appareils de communication pour endiguer la vague de la France Insoumise avec Mélenchon et dénaturer un projet politique cohérent avec l’aide du magistère qui définit la pensée autorisée. Le personnel médiatique, armé de l’instrument manipulateur  des sondages, obéit docilement à la stratégie de l’oligarchie, rompue à tous les traquenards comme les téléspectateurs ont pu le constater sur France 2 avec la clique de Pujadas pour faire trébucher un incorruptible.  Le machiavélisme, qui consistait sous Mitterrand à affaiblir le PCF et à favoriser l’émergence du Front National, a pris une autre ampleur avec la promotion systématique de l’égérie de l’extrême-droite, rectifiant la mauvaise image collabo et fasciste de son père. La croissance de la nouvelle idéologie xénophobe ne pouvait s’accomplir qu’en ralliant tous les abandonnés de la désindustrialisation, toutes les victimes  de l’Europe et de sa monnaie unique, tous les déçus de la droite souverainiste,  tous les escroqués du socialisme et de la gauche au pouvoir. Marine Le Pen a donc gauchit son discours, copiant quelques arguments économiques du programme de la France Insoumise et des traits redoutables du tribun Jean-Luc Mélenchon.

L’autre facette de cette stratégie, avec l’obligation de s’adapter aux circonstances de l’actualité préfabriquée, consiste à créer la confusion, à multiplier les jokers gauchistes, les margoulins de gauche à la Hamon (dixit Bruno Guigue) d’un PS en déroute, tout en  misant  sur un nouvel étalon. Car au bout du compte, favoriser Marine Le Pen pour museler Jean-Luc Mélenchon peut déboucher sur la pire des solutions. La promotion de l’extême-droite par les apprentis-sorciers nécessite une alternative positive pour contrer l’épouvantail. Mais la classe dirigeante ne forme pas un bloc uni. Des intérêts contradictoires font valoir leurs prérogatives et leurs calculs divergents.  Tout le monde se souvient du piège grossier dans lequel était tombé le directeur social-libéral du FMI, Strauss-Kahn, et son remplacement au pied levé par Hollande le désastreux. La caste pariant sur « la tyrannie des imbéciles »  a vidé  la philosophie et l’étude historique des programmes scolaires, mais la bourgeoisie française n’a pas oublié la mésaventure hitlérienne, sur laquelle avait misée la bourgeoisie allemande et européenne. L’oligarchie a promu son produit marketing. Macron doit ratisser large, à gauche et à droite et surenchérir dans le show hystérique du spectacle électoral à l’américaine, afin de capter l’immense marais des gogos et des  bien-pensants, pour vaincre avec certitude le risque calculé que représente Marine Le Pen. L’utilisation de la peur  du terrorisme pourrait  aussi offrir opportunément  une fenêtre de tir.

Dans le contexte international changé de 2017, avec d’une part la montée en puissance économique de la Chine et la présence diplomatique de la Russie sur la scène géopolitique mondiale, contrant défensivement l’encerclement de l’OTAN, et d’autre part l’échec de la stratégie de renversement d’El-Assad diabolisé, dans la guerre d’ingérence et de division de la Syrie, après le massacre irakien et l’instrumentalisation religieuse du terrorisme takfiris, l’élection de Trump à la présidence des Etats-Unis, a bouleversé les repères habituels du jeu politique. S’appuyant sur l’électorat populaire des victimes de la désindustrialisation occidentale, Trump est parvenu au pouvoir sur des thèmes xénophobes en damant le pion à Hillary Clinton, championne de l’etablishment, de la bien-pensance mondialiste et de l’interventionnisme armé humanitaire. Trump vient d’augmenter considérablement le budget militaire, en réponse aux déplacements des souffrances mondiales des gens chassés par la famine et les guerres que l’appareil militaro-industriel a lui-même créé.  En France, l’équation présidentielle, singeant les primaires entre républicains et démocrates, ressemble au jeu de quilles à l’américaine, où se profilent les manipulations médiatiques des services de renseignement  et où par conséquent l’on ne sait plus très bien qui lance la boule… comme l’a fait remarquer Slobodan Despot.

La faction hillaro-atlantiste du PS n’aspire qu’à devenir le point de mire d’un nouveau parti démocrate en chevauchant la monture marketing du parti des médias, du CAC 40, du Medef, de la finance de l’ombre, des banques et des assurances. Macron a reçu le soutien des frères siamois Attali-Minc, du maire de Lyon et de nombreux parlementaires PS, de Terra Nova, des écologistes De Rugy et Cohn-Bendit…, de Ségolène Royal, et cerise sur le gâteau, de Bayrou le centriste  et de Varoufakis le caméléon grec.  De son coté, le parti républicain a déjà changé son nom d’écurie et représente avec Fillon, la faction néo-conservatrice et catholique, libéralo-tatchérienne du patronat traditionnel et de la droite française. Mais les anciens de l’ENA et leur copain Hollande ont glissé une peau de banane sur la trajectoire de Fillon, piégé par une corruption mineure.

Les  laissez-pour-comptes superflus de la désindustrialisation, ne veulent plus du jeu perdant abstentionniste, ou plus exactement ils retournent le cynisme des dirigeants en utilisant émotionnellement les mauvaises cartes, celles dont on les affuble en les traitant d’archaïques, de déplorables, de crétins, de populistes, de fachos, de nationalistes, de racistes, d’adeptes du « complotisme » … et qu’ils endossent comme un mauvais costume mal taillé pour vilains sujets braillards et mal polis. Les abandonnés de la financiarisation s’estiment  sans défense et isolés qui, bien souvent se claquemurent dans le repli sur soi et la défiance de l’étranger. Face aux populations en colère, les jugements moralistes sont de peu de poids. La multitude des exclus finit un jour par prendre forme entre désespoir, rage, et révolte. Si par malheur le second tour réduisait  l’enjeu politique de la France à un duel Le Pen-Macron, habilement conditionné, les classes populaires pourraient bien se venger,  avec le geste désespéré de préférer le désordre créé par l’élection de Le Pen à la perspective de leur extermination à petit feu, programmée par les élites de la technocratie et de l’oligarchie financière que représente le carnassier Macron.

Bernard Hugo, le 27 février 2017

 

 

  • Posted in Francais @fr
  • Commentaires fermés sur Élections en France – La vengeance de la classe ouvrière ?