PARIS : Des milliers de manifestants au rassemblement (interdit) en soutien au peuple palestinien

«Gaza, Gaza, Paris est avec toi !» : tensions lors d’une manifestation interdite

Des milliers de personnes ont participé le 28 octobre dans l’après-midi à Paris, à un rassemblement «de soutien au peuple palestinien», interdit par les autorités. Des heurts ont eu lieu entre les forces de l’ordre et les manifestants.

La manifestation «de soutien au peuple palestinien», place du Châtelet, en plein centre de la capitale française, a été empêchée de se mettre en mouvement par un très important dispositif policier, le 28 octobre. Elle a malgré tout eu lieu, la situation dérapant vers 17h, les forces de l’ordre procédant à plusieurs charges et interpellations.

Parmi les manifestants figuraient des élus, tels le député écologiste Aurélien Taché et le député LFI (gauche radicale) Jérôme Legavre. «L’urgence, c’est le cessez-le-feu, arrêter de tuer des femmes, des enfants, des hommes», a estimé sur place la maire adjointe de Corbeil-Essonnes, dans la région parisienne, Elsa Touré, tout en affirmant que «l’État israélien marche sur le droit international depuis des années».

Samia Orosemane, une humoriste, exhibait une pancarte «où est passé notre humanité ?». «Ce n’est pas normal qu’un cessez-le-feu n’ait pas été demandé, qu’il y ait des milliers de civils qui meurent et que personne ne disent rien» et que «dans le pays des droits de l’homme, on nous empêche de manifester», a-t-elle dit à l’AFP.

La justice administrative avait validé à la mi-journée l’interdiction préfectorale de cette manifestation, invoquant notamment «la gravité de risques de troubles à l’ordre public» et «un contexte de tensions exacerbées lié aux événements dans la bande de Gaza avec une montée, en France, des actes antisémites».

«Aux États-Unis il y a des milliers de manifestants qui demandent un cessez-le-feu, dans d’autres pays également, et, en France, c’est interdit (…) », a protesté anonymement auprès de l’AFP, Raymond, un militant de LFI.

Des manifestants entonnaient « Gaza, Gaza, Paris est avec toi !» et «C’est l’humanité qu’on assassine, enfants de Gaza, enfants de Palestine». D’autres «Israël assassin, Macron complice !».

Le Conseil d’État s’était opposé le 19 octobre à l’interdiction systématique des manifestations pour la Palestine exigée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, et le tribunal administratif de Paris avait alors annoncé dans la foulée, lever l’interdiction préfectorale d’une manifestation ce jour-là. La haute juridiction administrative avait néanmoins ajouté qu’il revenait aux seuls préfets d’apprécier s’il y avait localement un risque de troubles à l’ordre public.

Voir les vidéos sur le site : Commun Commune



Articles Par : Commun Commune

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]