Parler d’une intervention occidentale en mer Noire est un pur fantasme

La Crimée est essentielle pour la Russie d’un point de vue stratégique et économique, mais la spéculation sur Ankara qui pourrait contribuer à renforcer la présence américaine dans la mer Noire est farfelue compte tenu des accords énergétiques passés entre la Turquie et Moscou

Une lutte de pouvoir sur la mer Noire entre la Russie d’une part, les États-Unis et l’OTAN de l’autre, pourrait devenir un complot fondateur du nouveau grand jeu du XXIe siècle, parallèlement à la lutte actuelle pour le repositionnement dans l’Est de la Méditerranée.

Aujourd’hui, les États-Unis et l’OTAN renforcent la pression militaire exercée par la Pologne sur la Roumanie et la Bulgarie jusqu’en Ukraine et l’Est de la mer Noire, ce qui semble, du moins pour le moment, relativement pacifique, depuis le retour de la Crimée à la Russie, ce qui doit être considéré, en termes de realpolitik, comme un fait accompli.

Après une série d’entretiens récents avec de grands analystes, d’Istanbul à Moscou, il est possible d’identifier les principales tendances à venir.

Tout comme des analystes turcs indépendants, tels que le professeur Hasan Unal, sont alarmés par l’isolement d’Ankara dans la sphère énergétique de la Méditerranée orientale par une alliance de la Grèce, de Chypre et d’Israël, le renforcement des forces militaires de Washington en Roumanie et en Bulgarie constitue également une menace pour la Turquie.

C’est dans cette perspective que l’obstination d’Ankara à établir un «couloir» de sécurité dans le nord de la Syrie, à l’est de l’Euphrate et exempte des Kurdes du YPG, devrait être examinée. Il s’agit de contrôler au moins une frontière sensible.

Pourtant, sur l’échiquier de la Syrie et de la Méditerranée orientale jusqu’au golfe Persique, en Turquie et en Crimée, le spectre d’une «intervention étrangère» mettant le feu à l’Intermarium – des Baltes à la mer Noire – refuse tout simplement de mourir.

Ukraine-Russia-20190120 jpeg

«Lac russe»?

À la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 20 000 ans, la mer Noire – séparée de la Méditerranée par un isthme – n’était plus qu’un lac peu profond, de taille beaucoup plus petite qu’aujourd’hui.

Le voyage légendaire de Jason et des Argonautes, avant la guerre de Troie, a suivi le navire Argo jusqu’à la rive du pont Euxinus (la «mer Noire») afin de récupérer la toison d’or – le remède contre tous les maux – depuis son emplacement à Colchis (actuellement en Géorgie).

Dans la Grèce antique, imprégnée de mythologie, la mer Noire était régulièrement décrite comme la frontière entre le monde connu et la terra incognita. Mais ensuite, il a été « découvert » – comme l’Amérique de nombreux siècles plus tard – au point d’être configuré comme un « collier de perles » de colonies de commerce grecques liées à la Méditerranée.

La mer Noire est plus que stratégique, elle est cruciale sur le plan géopolitique. Il y a eu une tendance constante dans l’histoire russe moderne à être active sur les routes commerciales maritimes à travers les détroits stratégiques – les Dardanelles, le Bosphore et Kertch en Crimée – vers des eaux plus chaudes plus au sud sur des routes commerciales maritimes.

Comme je l’ai observé au début du mois dernier à Sébastopol, la Crimée est maintenant une forteresse sérieusement construite – incorporant des missiles S-400 et Iskander-M – capable d’assurer la primauté totale de la Russie dans l’est de la mer Noire.

Une visite en Crimée révèle jusqu’à quel point ses gènes sont russes et non ukrainiens. On peut affirmer que le concept même de l’Ukraine est relativement fallacieux, propulsé par l’empire austro-hongrois à la fin du XIXe siècle et surtout avant la Première Guerre mondiale dans le but d’affaiblir la Russie. L’Ukraine faisait partie de la Russie depuis 400 ans, beaucoup plus longtemps que l’appartenance de la Californie et du Nouveau-Mexique aux États-Unis.

Comparez maintenant la reconquête de la Crimée par la Russie, sans tirer un coup de feu, et validée par un référendum démocratique, aux « conquêtes » américaines de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie et de la Libye. De plus, j’ai vu la Crimée reconstruite et en voie de prospérité, complétée par le vote des Tatars qui voulaient revenir; comparez-le à l’Ukraine, qui est un cas typique de panier percé du FMI.

La Crimée est essentielle pour la Russie, non seulement du point de vue géostratégique, mais également économique, car elle renforce la mer Noire en tant que «lac russe» virtuel.

Peu importe que les stratèges turcs soient en désaccord avec véhémence, tout comme le représentant spécial des États-Unis pour l’Ukraine, Kurt Volker, qui, tentant de séduire la Turquie, rêve d’accroître la présence américaine dans la mer Noire, «sur une base bilatérale ou sous les auspices de l’UE».

Dans ce contexte, la construction du gazoduc Turk Stream doit être interprétée comme une réponse énergique d’Ankara à la russophobie rampante à Bruxelles.

En même temps, Ankara a toujours montré qu’elle ne remettrait pas en cause l’acquisition de systèmes de missiles russes S-400 à cause des pressions américaines. Cela n’a rien à voir avec des prétentions de néo-ottomanisme. Il s’agit des priorités énergétiques et de sécurité de la Turquie. Ankara semble maintenant plus que prête à vivre avec une puissante présence russe de l’autre côté de la mer Noire.

Tout se résume à Montreux

Ce n’est pas par hasard que les allées et venues sur le flanc oriental de l’OTAN ont été un thème clé du sommet atlantiste biennal de l’été dernier. Après tout, après la réintégration de la Crimée, la Russie a interdit l’accès à l’est de la mer Noire.

L’OTAN, cependant, est un vaste ensemble d’agendas géopolitiques. En fin de compte, il n’y a pas de stratégie cohérente pour traiter de la mer Noire, mis à part une rhétorique de vague « soutien à l’Ukraine » et de vagues exhortations à ce que la Turquie assume ses responsabilités.

Mais comme les priorités d’Ankara sont en fait la Méditerranée orientale et la frontière turco-syrienne, à l’est de l’Euphrate, il n’y a pas d’horizon réaliste pour que l’OTAN installe des patrouilles permanentes en mer Noire déguisées en système de « liberté de navigation« , comme Kiev est en train mendier pour cela.

La seule garantie de la liberté de navigation qui reste en place est la liberté de navigation dans les détroits des Dardanelles et du Bosphore contrôlés par la Turquie, sanctionnée par la Convention de Montreux de 1936,

Le principal vecteur, encore une fois, est que la mer Noire relie l’Europe au Caucase et permet au commerce russe d’accéder aux eaux chaudes du sud. Nous devons toujours revenir à la Grande Catherine, qui a incorporé la Crimée à l’Empire au 18e siècle, après un demi-millénaire de domination tatare puis ottomane, puis a ordonné la construction d’une immense base navale pour la flotte de la mer Noire.

A présent, certains faits sur le terrain sont plus qu’établis

L’année prochaine, la flotte de la mer Noire sera modernisée avec un éventail de missiles antinavires; protégés par les systèmes de missiles sol-air Triumf S-400; et soutenus par un nouveau «déploiement permanent» de Sukhoi SU-27 et SU-30.

Les scénarios farfelus de la marine turque combattant la flotte russe de la mer Noire continueront à être colportés par des groupes de réflexion mal informés, inconscients de l’inéluctabilité du partenariat énergétique russo-turc. Sans la Turquie, l’OTAN est un paralysé dans la région de la mer Noire.

Des développements intrigants tels que la Route de la soie Viking à travers l’Intermarium ne changeront rien au fait que la Pologne, les pays baltes et la Roumanie continueront de réclamer «plus d’OTAN» dans leurs régions pour lutter contre «l’agression russe».

russie ukraine 20190120

Et il reviendra à un nouveau gouvernement à Kiev, après les prochaines élections de mars, de se rendre compte que toute provocation visant à entraîner l’OTAN dans des complications dans le détroit de Kertch est vouée à l’échec.

Les marins de la Grèce antique avaient une peur profonde des vents hurlants de la mer Noire. À l’heure actuelle, appelez cela le calme avant une tempête (sur la mer Noire).

Pepe Escobar

 

Article original en anglais : Talk of Western intervention in the Black Sea is pure fantasy, Asia Times, 16 janvier 2019.

Traduction Hannibal Genséric pour La cause du Peuple

 



Articles Par : Pepe Escobar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]