Pise, un aéroport à conduite militaire

Une ville à risque

Région :

Hier après-midi (23 novembre 2009), les voyageurs qui cherchaient des informations sur des vols sur le site de l’aéroport de Pise étaient priés de réessayer plus tard à cause de « problèmes techniques ». L’origine des problèmes n’était pas une interruption de la ligne Internet mais le fait qu’un avion militaire C-130J s’était écrasé au décollage, en tombant sur une voie de chemin de fer proche, et que, du coup, tout l’aéroport avait été fermé. Les cinq militaires à bord sont morts mais le bilan aurait pu être beaucoup plus grave. Souvent, de fait, les C-130 et autres avions survolent à basse altitude la ville de Pise. Ceci est du à l’activité intensifiée de la 46ème brigade aérienne, qui effectue plus de 10 mille mouvements annuels d’avions militaires. S’y ajoutent plus de 40 mille vols civils. C’est le personnel de la 46ème brigade aérienne qui dirige tout le trafic. « Le radar et la tour de contrôle –souligne Il Tirreno (31-3-2009)- sont gérés par des militaires et ceci donne des garanties de fiabilité à l’aéroport, en le mettant à l’abri de grèves et interruptions de service ». L’aéroport de Pise est donc un aéroport à conduite militaire qui, ayant été élargi au secteur civil, est en expansion continue.

Le rôle de la 46ème brigade aérienne s’est accru proportionnellement à l’augmentation des missions militaires à l’étranger. Dans ce but, elle a été dotée d’avions de transport C-130J (version ajournée du C-130H) de la société Lockheed Martin. L’Italie a été en 1997, pendant le gouvernement Prodi, un des premiers pays à les acheter : depuis lors elle en a reçu 22, pour un coût de plus de 60 millions de dollars pièce (plus les dépenses opérationnelles). Employé par la 46ème brigade aérienne de Pise, cet avion (d’une longueur de 30 mètres environ et d’une envergure de 40) constitue l’ossature de la composante de transport de l’aéronautique militaire. Celle-ci a été la première à l’utiliser dans des théâtres d’opération : les C-130J transportent continuellement des troupes et du matériel en Afghanistan, au Liban et dans les Balkans. Comme en informe un communiqué de Lockheed Martin (17 février 2009), les C-130J de l’aéronautique italienne ont effectué plus de 75 mille heures de vol. Pendant la cérémonie célébrant ce record, qui se montera bientôt à 100 mille heures de vol, le vice-président de Lockheed pour le programme du C-130J a donné à la 46ème brigade un modèle de grandes dimensions de l’avion qui sera placé au Centre national d’entraînement, géré par Lockheed elle-même, à Pise. Sur tout cela, précise le communiqué, se fondent « les relations fortes entre l’Italie et Lockheed Martin, développées ultérieurement par la participation italienne au programme du chasseur F-35 Lightning II Joint Strike Fighter ».

L’aéroport de Pise est ainsi devenu l’un des principaux nœuds du mouvement de personnel et de matériel militaires. S’ajoute à cela le fait que ce même aéroport est utilisé, avec le port de Livourne, par la base étasunienne voisine de Camp Darby, qui approvisionne les forces terrestres et aériennes dans la zone méditerranéenne, africaine et moyen-orientale. On ne sait pas combien et quels sont les vols de transport des matériels et des hommes de la base, mais ils sont certainement nombreux. Par exemple, quand, en août 2008, Camp Darby a été utilisé pour l’envoi de « fournitures humanitaires » en Géorgie, le transport a été effectué par le Fleet Logistic Support Squadron 46, qui a transféré à l’aéroport de Pise du personnel et des avions depuis la base navale de Marietta, située dans l’Etat de Georgie aux USA. Cette mission fut, naturellement, présentée comme une « mission humanitaire ».

On présente généralement dans la même veine l’activité de la 46ème brigade aérienne. Par exemple, le journal cité ci-dessus écrit que « le travail le plus significatif s’est joué sur le front humanitaire, dans lequel la brigade aérienne s’est distinguée de façon particulière, à partir de janvier 2008, quand ont atterri sur l’aéroport militaire de nombreux enfants afghans affectés de fissures palatines, qui ont été l’objet d’interventions chirurgicales avant leur rapatriement avec la collaboration de la Croix-Rouge ». A cet effet, un groupe de parlementaires du Partito democratico, parmi lesquels l’ancien maire de Pise, Paolo Fontanelli, a présenté au gouvernement une intervention où sont demandés davantage de fonds pour la 46ème brigade aérienne, « qui s’est distinguée à la fois pour son activité dans les théâtres d’opération les plus engagés, et pour ses nombreuses interventions à fins humanitaires ».

Reçu de l’auteur et traduit par Marie-Ange Patrizio

Publié par il manifesto, le 24 novembre 2009.
http://www.ilmanifesto.it/il-manifesto/in-edicola/numero/20091124/pagina/06/pezzo/265417/ 



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]