Print

Plus de décès et de blessures révélés dans le dernier dépôt de documents sur les essais de vaccins de Pfizer
Par Children's Health Defense
Mondialisation.ca, 20 juillet 2022
The Defender
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/plus-de-deces-et-de-blessures-reveles-dans-le-dernier-depot-de-documents-sur-les-essais-de-vaccins-de-pfizer/5669974

La publication ce mois-ci des documents relatifs au vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech par la Food and Drug Administration (FDA) des Etats-Unis révèle trois nouveaux rapports de décès parmi les participants à l’essai du vaccin et de nouveaux cas où Pfizer minimise les effets indésirables graves subis par les participants et indiquant que les blessures n’étaient « pas liées » au vaccin.

Parmi les quelque 80 000 pages publiées ce mois-ci, la plus révélatrice est un document « confidentiel » de 3,611 pages sans titre – seulement le nom de fichier « fa_interim_narrative_sensitive ».

Le document contient des informations sur les participants à l’essai de vaccin qui sont décédés, qui ont subi des événements indésirables pendant l’essai ou qui ont contracté laCOVID-19 pendant l’essai.

Tous les participants énumérés dans le document ont reçu la dose de 30 μg du candidat-vaccin BNT162b2, auquel la FDA a accordé, en août 2021, une autorisation d’utilisation d’urgence.

Le 1er juillet, la FDA a publié les documents dans le cadre d’une ordonnance du tribunaldu calendrier de divulgation découlant d’une demande accélérée en vertu de la loi sur l’accès à l’information [Freedom of Information Act (FOIA)]qui a étédéposée en août 2021.

Public Health and Medical Professionals for Transparency [des professionnels pour la transparence de la médecine et de la santé publique], un groupe de médecins et de professionnels de la santé publique, a initialement soumis la demande d’accès à l’information.

Le document fait état de la mort de trois participants à l’essai

Le document « interim narrative » contient les rapports de trois participants à des essais cliniques qui sont décédés – et dans tous les cas, l’investigateur a exclu la possibilité que les décès soient liés aux vaccins de Pfizer.

L’un des cas concerne une femme blanche de 56 ans vivant aux États-Unis (identifiant unique du sujet C4591001 1007 10071101), qui a subi un arrêt cardiaque le 18 octobre 2020 et est décédée trois jours plus tard. Elle a été vaccinée le 30 juillet 2020 et le 20 août 2020.

Les « commentaires narratifs » accompagnant le rapport sur le décès de la femme indiquaient que sa mort ne pouvait pas être liée au vaccin, en raison du temps qui s’était écoulé après sa deuxième dose :

« De l’avis de l’investigateur, il n’y avait aucune possibilité raisonnable que l’arrêt cardiaque soit lié à l’intervention ou aux procédures de l’essai clinique, car le décès est survenu 2 mois après avoir reçu la dose 2. »

Les antécédents médicaux de la femme n’indiquaient aucun problème cardiovasculaire, bien qu’une obésité permanente, un reflux gastro-œsophagien et un syndrome d’apnée du sommeil aient été mentionnés.

Le deuxième rapport de décès est celui d’un homme blanc de 60 ans aux États-Unis (numéro d’identification unique du sujet C4591001 1162 11621327), qui a reçu une dose du vaccin (le 10 septembre 2020) et qui est décédé dans les trois jours suivants d’unemaladie athérosclérotique.

Selon le document :

« Le site de l’étude a reçu un rapport de police indiquant que la police s’est rendue au domicile du sujet pour effectuer un contrôle de bien-être le 13 septembre 2020 (jour 4) et l’a trouvé mort. »

Les antécédents médicaux du participant indiquaient une thyroïdite auto-immune en cours, une obésité et une dépression, ainsi qu’une blessure craniocérébrale et une arthroplastie de la hanche antérieures.

Selon le rapport :

« Il a été rapporté que le corps du sujet était froid et avait une lividité visible. » Selon le médecin légiste, la cause probable du décès est la progression de la maladie athérosclérotique. Les tests pertinents étaient inconnus. Les résultats de l’autopsie n’étaient pas disponibles au moment de la rédaction de ce rapport.

« De l’avis de l’investigateur, il n’y avait aucune possibilité raisonnable que l’artériosclérose soit liée à l’intervention de l’étude, aux médicaments concomitants ou aux procédures de l’essai clinique, mais plutôt qu’elle soit liée à une suspicion de [emphasis added] la maladie sous-jacente. Pfizer a approuvé l’évaluation de la causalité faite par l’investigateur. »

En d’autres termes, le décès du participant était attribué à une cause « présumée », tandis que la possibilité qu’il soit lié de quelque manière que ce soit au vaccin était écartée.

Le troisième décès mentionné dans les documents « fa_interim_narrative_sensitive » figurait dans la section du document énumérant les rapports des participants à l’essai qui se sont retirés, et non ceux qui sont décédés.

Le rapport concernait un homme hispanique/latino âgé de 72 ans aux États-Unis (numéro d’identification unique du sujet : C4591001 1152 11521497) qui a reçu une dose du vaccin, le 7 octobre 2020.

Le sujet a subi une syncope vasovagale (un évanouissement) le 26 octobre 2020 et a été admis à l’hôpital, ce qui l’a amené à manquer son rendez-vous de suivi vaccinal prévu le 28 octobre 2020.

Selon le document :

« Le sujet a été transféré à l’unité de soins intensifs. Les antécédents médicaux familiaux liés à la syncope étaient inconnus.

« À une date non précisée, la syncope a disparu et le sujet a quitté l’hôpital. »

Il a été retiré de l’étude le 6 novembre 2020. Cependant, selon la sœur du sujet, il est décédé de causes « inconnues » le 11 novembre 2020.

Comme indiqué dans le document (daté du 22 novembre 2020) :

« La cause du décès a été signalée comme étant inconnue. Il n’a pas été signalé si une autopsie a été pratiquée. Un certificat de décès pourrait être disponible à une date ultérieure. »

Néanmoins, ce manque d’information n’a pas empêché le chercheur de l’étude ou Pfizer d’écarter la possibilité que le décès du participant soit lié au vaccin. Le document indique :

« De l’avis de l’investigateur, il n’y avait aucune possibilité raisonnable que la syncope soit liée à l’intervention de l’étude, aux médicaments concomitants ou aux procédures de l’essai clinique.

« Pfizer a approuvé l’évaluation de la causalité par l’investigateur. Selon Pfizer, la syncope était très probablement une coïncidence et était associée à des conditions cliniques sous-jacentes. »

Le document ne contenait aucun rapport de décès parmi les participants à l’essai ayant reçu le placebo.

Les investigateurs attribuent 4 événements indésirables graves au vaccin, Pfizer n’est pas d’accord

Selon le dernier document publié, les enquêteurs ont attribué au vaccin des effets indésirables graves dans quatre cas, mais Pfizer n’était pas d’accord avec les conclusions des enquêteurs dans trois des quatre cas.

Les incidents sont :

Une femme blanche de 53 ans aux États-Unis (identifiant unique du sujet : C4591001 1018 10181159), qui a développé une « douleur lombaire et une douleur bilatérale des membres inférieurs avec paresthésie radiculaire » le 20 octobre 2020, qui était en cours à la date du document (22 novembre 2020).

Elle a été vaccinée le 14 août et le 4 septembre 2020.

Les antécédents médicaux de la femme n’indiquaient pas de douleurs au niveau du bas du dos ou des membres inférieurs, seulement des migraines permanentes et des antécédents comprenant une luxation de l’épaule droite, une maladie fibrokystique du sein et une carence en vitamine D.

L’investigateur de l’étude et Pfizer n’étaient pas d’accord sur le fait que l’événement indésirable grave qu’elle a subi était lié à la vaccination. Comme indiqué dans le document :

« De l’avis de l’enquêteur, il y avait une possibilité raisonnable que la douleur lombaire et la douleur bilatérale aux extrémités inférieures avecparesthésie radiculaire étaient liées à l’intervention de l’étude, mais pas aux médicaments concomitants ou aux procédures de l’essai clinique.

« Pfizer n’a pas adhéré à l’évaluation de la causalité faite par l’investigateur et a considéré qu’il n’y a pas suffisamment de preuves pour établir une relation de causalité avec le vaccin de l’étude en dehors d’une association chronologique à ce moment du rapport.

« Sur la base des informations actuellement disponibles, il était plus probable que la douleur lombaire et la douleur bilatérale des membres inférieurs avec paresthésie radiculaire soient associées à l’affection neurologique sous-jacente connue du sujet. »

Une femme blanche de 71 ans aux États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1142 11421247) a subi des arythmies ventriculaires le 14 octobre 2020 – le jour même où elle a reçu la deuxième dose du vaccin – et qui se sont poursuivies jusqu’au 21 octobre 2020.

La femme a reçu sa première dose le 21 septembre 2020. Ses antécédents médicaux indiquaient qu’elle portait un stimulateur cardiaque et qu’elle souffrait en permanence d’un bloc auriculo-ventriculaire (complet), d’une fibrillation auriculaire et d’une tachycardie supraventriculaire.

Là encore, le chercheur de l’étude et Pfizer n’ont pas pu s’accorder sur le fait que cet événement indésirable était lié à la vaccination. Le document indique :

« De l’avis de l’investigateur, il y avait une possibilité raisonnable que l’arythmie ventriculaire soit liée à l’intervention de l’étude sur la base de la relation temporelle puisque les arythmies ont commencé dans les 24 heures suivant la dose 2, mais non liée aux médicaments concomitants ou aux procédures de l’essai clinique.

« Pfizer n’a pas approuvé l’évaluation de la causalité faite par l’investigateur. De plus, Pfizer a fait remarquer qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour établir une relation de cause à effet avec l’intervention de l’étude, à part une association chronologique, à ce moment du rapport.

« En l’absence de preuves d’une réponse inflammatoire à l’intervention de l’étude, il était plus probable que l’arythmie ventriculaire soit associée aux conditions cardiaques sous-jacentes connues du sujet. »

Pfizer a écarté la possibilité que le vaccin ait pu exacerber les problèmes cardiaques existants du sujet.

Une femme blanche de 48 ans vivant aux États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1178 11781107), qui a reçu une dose de vaccin le 4 septembre 2020 et s’est retirée de l’étude le 25 septembre 2020.

Dans l’intervalle, le participant a souffert une lymphadénopathie de l’aisselle droiteavec « au moins quatre ganglions lymphatiques hypertrophiés » – une condition qui était toujours présente à la date du document, soit le 22 novembre 2020.

Ses antécédents médicaux indiquaient un vertige positionnel continu, de l’ostéoarthrite, de l’eczéma, des maux de tête dus aux sinus, des allergies saisonnières et une allergie au Pitocin, ainsi qu’une ménorragie antérieure, des fibromes utérins et une hystérectomie antérieure. En outre, son indice de masse corporelle (IMC) était de 36,9.

Dans ce cas également, Pfizer n’était pas d’accord avec l’évaluation de l’investigateur de l’étude :

« De l’avis de l’investigateur, il y avait une possibilité raisonnable que la lymphadénopathie soit liée à l’intervention de l’étude. Pfizer n’a pas souscrit à l’évaluation de la causalité faite par l’investigateur. »

Une femme asiatique de 30 ans vivant aux États-Unis a subi une blessure à l’épaule liée à l’administration d’un vaccin (SIRVA).

Les documents ne mentionnaient aucun événement indésirable grave survenu chez quelqu’un en dehors des États-Unis, même si les documents contiennent des rapports d’essais en Argentine,le Brésil et l’Afrique du Sud.

Les rapports d’événements indésirables « non liés » écartent généralement la possibilité que les blessures soient liées au vaccin

Les documents révèlent un écart important entre le nombre d’événements indésirables considérés comme liés à la vaccination (quatre) et ceux déclarés comme « non liés » (113 participants sans placebo).

Les rapports associés à chaque incident révèlent une tendance constante à écarter toute possibilité que les blessures soient liées au vaccin – même dans les cas où aucune autre cause n’a été identifiée ou lorsque les patients n’avaient pas d’antécédents médicaux pertinents.

Dans d’autres cas encore, la cause de l’événement indésirable a été attribuée à elle-même, tandis que dans plusieurs autres cas, des conditions préexistantes se sont aggravées après la vaccination.

Un nombre important d’accidents et de chutes – et de blessures consécutives – ont également été signalés.

Parmi les cas où des effets indésirables graves ont été balayés comme n’étant « pas liés » à la vaccination, malgré l’absence d’antécédents médicaux pertinents, on peut citer :

Un homme blanc de 75 ans vivant aux États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1013 10131176), qui a été vacciné le 13 août et le 7 octobre 2020, a subi 13 événements indésirables entre le 29 août et le 16 septembre 2020, dont plusieurs étaient en cours à la date du document, le 22 novembre 2020.

Ces effets indésirables comprenaient une insuffisance cardiaque congestive, une insuffisance respiratoire hypoxique aiguë, une insuffisance rénale aiguë, une pneumonie par aspiration, une anémie, une hypokaliémie, une hyponatrémie, une leucopénie, un sepsis, une obstruction de l’intestin grêle et une légère hypertrophie ventriculaire gauche concentrique.

Le participant souffrait de reflux gastro-œsophagien, d’une hernie hiatale, d’hypercholestérolémie, d’hypertension et de constipation, en plus d’avoir déjà subi une chirurgie de l’intestin grêle et du genou.

Le rapport attribuait les effets indésirables du patient à ses antécédents chirurgicaux. Le document indique :

« De l’avis de l’investigateur, il n’y avait aucune possibilité raisonnable que les adhérences abdominales, l’obstruction de l’intestin grêle, l’aspiration de la pneumonie et l’insuffisance respiratoire aiguë soient liées à l’intervention de l’étude, aux médicaments concomitants ou aux procédures de l’essai clinique, mais plutôt à la chirurgie antérieure du sujet.

« Pfizer a approuvé l’évaluation de la causalité faite par l’investigateur. »

Une femme blanche de 73 ans vivant aux États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1079 10791246) a subi un ” accident vasculaire cérébral ” (AVC), ainsi qu’une aphasie expressive, le 22 octobre 2020. Elle a été vaccinée le 4 septembre et le 25 septembre 2020.

Ses antécédents médicaux mentionnaient l’ostéoarthrite, les allergies saisonnières et la ménopause. Néanmoins, son attaque et son aphasie ont été jugées « non liées » au vaccin, bien qu’aucune cause n’ait été mentionnée. Au lieu de cela, le document indiquait « dossiers médicaux en attente » en ce qui concerne la cause de ses événements indésirables.

Une femme blanche de 66 ans aux États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1021 10211190) a subi un accident vasculaire cérébral le 2 novembre 2020, avec des symptômes continus à la date du document, le 22 novembre 2020. Elle a été vaccinée le 10 septembre et le 1er octobre 2020.

Ses antécédents médicaux indiquent un reflux gastro-œsophagien continu, des allergies saisonnières et une post-ménopause, ainsi qu’un IMC de 28,5.

Son accident vasculaire cérébral a été rejeté comme n’étant « pas lié » au vaccin, bien qu’aucune autre cause n’ait été mentionnée.

Un homme blanc de 68 ans vivant aux États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1092 10921015) a souffert d’une arythmie de fibrillation auriculaire et d’une troponine élevée le 26 août 2020. Il a reçu sa première dose le 19 août 2020, et sa deuxième dose le 6 octobre 2020, car elle nécessitait « l’autorisation de son cardiologue ».

Ses antécédents médicaux n’indiquaient pas spécifiquement de problèmes cardiaques. Au lieu de cela, il a indiqué un carcinome basocellulaire en cours sur son nez, ainsi qu’une hypersensibilité, des allergies saisonnières, une myopie, une dyslipidémie, une hypertension, une kératose actinique et un reflux gastro-œsophagien.

Bien que l’investigateur de l’étude ait écrit, en référence à la cause de ses blessures, que « les dossiers médicaux [are] sont en cours d’examen et qu’il n’est pas possible de répondre pour le moment », le rapport a écarté la possibilité que ses effets indésirables soient liés au vaccin.

– Un homme noir de 45 ans aux États-Unis (ID sujet unique : C4591001 1156 11561006) avec un diabète de type 1 en cours a subi une thrombose veineuse profonde et une embolie pulmonaire le 31 août 2020. Il a reçu une dose du vaccin, le 20 août 2020, et a été retiré de l’étude le 8 septembre 2020, « parce qu’il ne répondait plus aux critères d’admissibilité ».

Les deux événements indésirables ont été jugés « non liés » à sa vaccination, et ont été indiqués comme étant « liés à des antécédents médicaux de diabète sucré de type 1 ».

– Un homme blanc de 67 ans aux États-Unis (ID sujet unique : C4591001 1178 11781015) a subi plusieurs événements indésirables les 10 et 11 octobre 2020, notamment une ectasie de l’aorte ascendante, une dysfonction diastolique du ventricule gauche et une amnésie globale transitoire. Ces conditions étaient en cours à la date du document, soit le 4 décembre 2020. Il a été vacciné le 25 août et le 15 septembre 2020.

Le dossier médical du patient indiquait une dépression continue, un trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention, de l’hypertension, de l’insomnie et des douleurs au cou.

Bien que la cause de ses effets indésirables ait été jugée « non liée » à la vaccination, l’étude a indiqué une cause, en précisant qu’il s’agissait « peut-être » d’hypertension.

Une femme hispanique/latino de 58 ans originaire d’Argentine (ID de sujet unique : C4591001 1231 12313674) a subi des événements indésirables, notamment un emphysème panlobulaire, une pneumonie et une sialadénite sous-maxillaire gauche, débutant le 29 septembre 2020. Les deux premières conditions ont été indiquées comme se poursuivant à la date du document, soit le 4 décembre 2020.

Elle a été vaccinée le 24 août et le 13 septembre 2020. Son dossier médical indique le syndrome de Sjögren et l’insomnie.

La cause de ces événements indésirables a été jugée « non liée » aux vaccins, bien que pour les deux premiers événements indésirables, la cause déclarée était « inconnue », tandis que pour le troisième, la cause était le syndrome de Sjögren.

Une femme hispanique/latino de 56 ans originaire d’Argentine (ID de sujet unique : C4591001 1231 12314001) a reçu un diagnostic de syndrome coronarien aigu le 8 novembre 2020, qui était toujours en cours à la date du document, le 4 décembre 2020. Elle a été vaccinée le 25 août et le 15 septembre 2020.

Ses antécédents médicaux comprenaient une hypothyroïdie permanente, une rhinite allergique et de l’asthme, mais pas de troubles coronariens.

Néanmoins, selon l’investigateur de l’étude, il a été déterminé que son état n’était « pas lié » à la vaccination, bien que la cause ait été indiquée comme « inconnue ».

Cause inconnue, mais aucune chance que le vaccin soit en cause.

Dans d’autres exemples, les événements indésirables n’avaient pas de cause spécifique ou seulement une cause « probable », mais les enquêteurs ont écarté la possibilité que les vaccins aient pu causer les blessures.

Par exemple :

Un homme hispanique/latino de 34 ans originaire du Brésil (ID de sujet unique : C4591001 1226 12261745) a développé une tumeur à cellules de Leydig dans son testicule gauche le 23 septembre 2020. Il a reçu la première dose du vaccin le 16 septembre 2020 et la deuxième dose le 7 octobre 2020.

Ses antécédents médicaux ne mentionnaient qu’une rhinite allergique en cours.

Bien que l’investigateur de l’étude ait affirmé que l’événement indésirable n’était « pas lié » à la vaccination, la cause était indiquée comme « inconnue ».

Une femme hispanique/latino de 19 ans originaire du Brésil (ID de sujet unique : C4591001 1231 12311281) sans antécédents médicaux indiqués a été diagnostiquée avec une appendicite aiguë et un allongement de l’intervalle QT – un trouble cardiaque – le 18 septembre 2020. Elle a été vaccinée le 15 août et le 4 septembre 2020.

Ces affections ont été jugées « non liées » à la vaccination, bien que les causes aient été indiquées comme « inconnues ».

Une femme hispanique/latino de 41 ans originaire d’Argentine (ID de sujet unique : C4591001 1231 12311315) a été diagnostiquée pour une anémie et un mélanome malin le 25 septembre 2020, avec des symptômes qui se poursuivent à la date du document du 4 décembre 2020.

Elle a été vaccinée le 15 août et le 3 septembre 2020.

Les effets indésirables ont été indiqués comme n’étant « pas liés » à la vaccination, mais plutôt dus à une « relation probable avec [une] tumeur vaginale à l’étude ».

Un homme hispanique/latino de 44 ans originaire d’Argentine (ID de sujet unique : C4591001 1231 12312854) a été diagnostiqué pour une arythmie supraventriculaire le 17 septembre 2020. Il a reçu les deux doses de vaccin le 21 août et le 11 septembre 2020.

Ses antécédents médicaux ne mentionnaient qu’un syndrome d’apnée du sommeil en cours et un IMC de 50,4.

Selon le chercheur de l’étude, l’arythmie n’était « pas liée » aux vaccins, mais correspondait « probablement » à « une ligne intraventriculaire accessoire ».

Un homme métis de 56 ans originaire du Brésil (ID de sujet unique : C4591001 1241 12411825) a été diagnostiqué avec une pyélonéphrite aiguë le 2 novembre 2020 et une anémie hypochrome deux jours plus tard. Les deux conditions étaient toujours répertoriées comme étant en cours à la date du document, soit le 4 décembre 2020.

Le participant a été vacciné le 17 septembre et le 8 octobre 2020. Ses antécédents médicaux font état d’une hypertension permanente.

Selon l’investigateur de l’étude, ces événements indésirables n’étaient « pas liés » à la vaccination. Au lieu de cela, sa pyélonéphrite aiguë était due à une « possible » infection bactérienne des voies urinaires, tandis que la cause de l’anémie hypochrome était « à clarifier ».

L’aggravation des affections préexistantes n’est pas liée au vaccin

Dans d’autres cas, les participants ont connu une aggravation de conditions préexistantes. Cependant, dans tous les cas, aucune relation avec le vaccin contre la COVID-19 n’a été déterminée.

Par exemple :

Un homme blanc de 72 ans aux États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1092 10921187) a souffert d’une insuffisance cardiaque congestive le 1er octobre 2020. Il a reçu sa première dose de vaccin le 15 septembre 2020, et sa deuxième dose le 6 octobre 2020.

Les antécédents médicaux du participant comprenaient une maladie coronarienne en cours, une fibrillation auriculaire, un diabète de type 2, de l’asthme, de l’obésité, une dyslipidémie, de l’hypertension, des insomnies et des allergies saisonnières. De plus, il avait déjà fait installer un défibrillateur.

La cause de son événement indésirable a été simplement indiquée comme « progression d’une maladie cardiovasculaire » sans lien avec le vaccin. La possibilité que le vaccin ait pu précipiter l’aggravation de son état cardiaque n’a pas été envisagée.

Une femme blanche de 73 ans aux États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1111 11111095) a été signalée comme ayant subi un « trouble mental non diagnostiqué » le 25 septembre 2020, qui était toujours en cours à la date du document, le 4 décembre 2020. Elle a été vaccinée le 11 août et le 1er septembre 2020.

Les antécédents médicaux du participant n’indiquaient pas de troubles ou de conditions mentales antérieures. Néanmoins, la cause de l’événement indésirable a été indiquée par l’indicateur de l’étude comme n’étant « pas liée » à la vaccination et simplement due à une « instabilité mentale ».

– Un homme blanc de 58 ans des États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1109 11091387), qui a subi une aggravation de l’arthrose du genou droit le 14 octobre 2020, puis a également subi une thrombose veineuse profonde le 20 octobre 2020, qui était toujours en cours à la date du document, soit le 4 décembre 2020.

Les antécédents médicaux du participant indiquaient une arthrose permanente, une hypercholestérolémie permanente, une hypothyroïdie, un syndrome d’apnée du sommeil, une rosacée et une hypertrophie de la prostate. Une opération antérieure du genou a également été mentionnée.

Les deux événements indésirables ont été jugés « non liés » à la vaccination et attribués à l’opération antérieure du genou du patient et à ses « antécédents médicaux ».

Une femme blanche de 70 ans originaire des États-Unis (identifiant unique du sujet : C4591001 1127 11271023) a connu une aggravation de son asthme le 1er octobre 2020. Plus tard, elle a également développé un carcinome canalaire invasif malin dans son sein gauche, le 5 novembre 2020. Les deux affaires étaient toujours en cours à la date du document, soit le 4 décembre 2020.

Elle a reçu ses deux doses de vaccin le 30 juillet et le 18 août 2020. Ses antécédents médicaux, outre un asthme permanent, indiquaient également une infection récurrente des voies urinaires et une bronchite permanente, des allergies saisonnières, une myopie, des migraines, une hypothyroïdie, une hypertension, une insomnie, une hyperlipidémie, une arthrose, une surdité bilatérale et une post-ménopause.

Selon le document, les deux événements indésirables n’étaient « pas liés » à la vaccination et ont été attribués respectivement à une « allergie » et à une « tumeur maligne ».

Rapports d’événements indésirables multiples ignorés

D’autres exemples incluent des cas où les patients ont subi de multiples événements indésirables, dont beaucoup ont été entièrement ignorés par les évaluations des investigateurs de l’étude.

Il s’agit notamment de :

Un homme blanc de 61 ans, originaire des États-Unis (identifiant unique du sujet : C4591001 1114 1114108), qui a subi 10 lésions vaccinales à partir du 12 septembre 2020, après avoir reçu la première dose du vaccin le 24 août 2020 et la deuxième dose le 30 septembre 2020.

Les effets indésirables qu’il a subis sont les suivants : lésion rénale aiguë, fibrillation auriculaire, douleur thoracique, hypertrophie ventriculaire gauche, régurgitation de la valve mitrale, douleur bilatérale à la main, hypertension pulmonaire, avulsion cutanée au doigt gauche, infection à staphylocoque et régurgitation tricuspide. Plusieurs de ces conditions étaient toujours en cours à la date du document, soit le 4 décembre 2020.

Les antécédents médicaux du patient indiquaient une neuropathie périphérique continue, un diabète de type 2, de l’anxiété, une dépression, de l’asthme, une infection staphylococcique, de l’hypertension, une hyperlipidémie et une amputation antérieure de la jambe.

Selon le chercheur de l’étude, « l’infection staphylococcique » n’était « pas liée » au vaccin, mais plutôt à l’hypertension du patient, à des causes musculo-squelettiques et à une « infection ». Aucune mention n’a été faite dans cette évaluation quant aux causes probables des autres événements indésirables.

Certains événements indésirables « causés » par … l’événement indésirable

Dans d’autres cas encore, la « cause » des événements indésirables des participants a été indiquée comme étant la même que l’événement indésirable lui-même.

En voici quelques exemples :

Un homme blanc de 68 ans originaire des États-Unis (identifiant unique du sujet : C4591001 1095 10951204), à qui on a diagnostiqué un cancer de la vessie le 2 novembre 2020. Il a été vacciné le 2 septembre et le 21 septembre 2020.

Selon le document, les antécédents médicaux du participant comprennent l’hypertension, l’hyperplasie bénigne de la prostate, l’hypercholestérolémie, l’angine de poitrine, la pose d’un stent coronarien, la maladie coronarienne, le dysfonctionnement érectile et l’arthrose.

Cependant, la cause de son cancer de la vessie a été attribuée au « cancer » et jugée « non liée » à la vaccination et « très probablement coïncidente et associée aux conditions cliniques sous-jacentes ».

Un homme blanc de 48 ans originaire des États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1124 11241106) a subi un infarctus du myocarde aigu le 27 septembre 2020. Il a déjà reçu deux doses du vaccin, le 26 août et le 16 septembre 2020.

Ses antécédents médicaux indiquaient un taux de cholestérol élevé, un reflux gastro-oesophagien et des douleurs dorsales.

Selon l’investigateur de l’étude, l’événement indésirable subi par le participant n’était « pas lié » à la vaccination, mais plutôt « lié au risque cardiovasculaire », sans autre précision.

– On a découvert qu’une femme blanche de 73 ans aux États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1223 12231159) avait une masse pancréatique le 5 novembre 2020. Elle a été vaccinée le 10 septembre et le 1er octobre 2020.

Son dossier médical indique une arthrose continue, une ménopause, un reflux gastro-oesophagien, une hypertension, une dyslipidémie, une hypothyroïdie, un dysfonctionnement de la trompe d’Eustache, une prophylaxie, un syndrome du côlon irritable, une ostéoporose et une hypergammaglobulinémie monoclonale bénigne.

La cause de son événement indésirable, qui a été indiqué comme n’étant « pas lié » à la vaccination, a été listée comme « nouveau développement d’une masse pancréatique » sans aucune élaboration quant aux facteurs qui ont pu causer son apparition.

Cause inconnue, mais aucune chance que le vaccin soit en cause.

Dans d’autres exemples, les événements indésirables n’avaient pas de cause spécifique ou seulement une cause « probable », alors même que la possibilité qu’ils soient liés à la vaccination était écartée.

Par exemple :

Un homme hispanique/latino de 34 ans originaire du Brésil (ID de sujet unique : C4591001 1226 12261745) a développé une tumeur à cellules de Leydig dans son testicule gauche le 23 septembre 2020. Il a reçu la première dose du vaccin le 16 septembre 2020 et la deuxième dose le 7 octobre 2020.

Ses antécédents médicaux ne mentionnaient qu’une rhinite allergique en cours.

Bien que l’investigateur de l’étude ait affirmé que l’événement indésirable n’était « pas lié » à la vaccination, la cause était indiquée comme « inconnue ».

Une femme hispanique/latino de 19 ans originaire du Brésil (ID de sujet unique : C4591001 1231 12311281) sans antécédents médicaux indiqués a été diagnostiquée avec une appendicite aiguë et un allongement de l’intervalle QT – un trouble cardiaque – le 18 septembre 2020. Elle a été vaccinée le 15 août et le 4 septembre 2020.

Ces affections ont été jugées « non liées » à la vaccination, bien que les causes aient été indiquées comme « inconnues ».

Une femme hispanique/latino de 41 ans originaire d’Argentine (ID de sujet unique : C4591001 1231 12311315) a été diagnostiquée pour une anémie et un mélanome malin le 25 septembre 2020, avec des symptômes qui se poursuivent à la date du document du 4 décembre 2020.

Elle a été vaccinée le 15 août et le 3 septembre 2020.

Les effets indésirables ont été indiqués comme n’étant « pas liés » à la vaccination, mais plutôt dus à une « relation probable avec [une] tumeur vaginale à l’étude ».

Un homme hispanique/latino de 44 ans originaire d’Argentine (ID de sujet unique : C4591001 1231 12312854) a été diagnostiqué pour une arythmie supraventriculaire le 17 septembre 2020. Il a reçu les deux doses du vaccin le 21 août et le 11 septembre 2020.

Ses antécédents médicaux ne mentionnaient qu’un syndrome d’apnée du sommeil en cours et un IMC de 50,4.

Selon le chercheur de l’étude, l’arythmie n’était « pas liée » aux vaccins, mais correspondait « probablement » à « une ligne intraventriculaire accessoire ».

Un homme métis de 56 ans originaire du Brésil (ID de sujet unique : C4591001 1241 12411825) a été diagnostiqué avec une pyélonéphrite aiguë le 2 novembre 2020 et une anémie hypochrome deux jours plus tard. Les deux conditions étaient toujours répertoriées comme étant en cours à la date du document, soit le 4 décembre 2020.

Le participant a été vacciné le 17 septembre et le 8 octobre 2020. Ses antécédents médicaux font état d’une hypertension permanente.

Selon l’investigateur de l’étude, ces événements indésirables n’étaient « pas liés » à la vaccination. Au lieu de cela, sa pyélonéphrite aiguë était due à une « possible » infection bactérienne des voies urinaires, tandis que la cause de l’anémie hypochrome était « à clarifier ».

Parmi les autres explications des blessures causées par le vaccin chez les participants, citons :

Un homme blanc de 78 ans originaire des États-Unis (identifiant unique du sujet : C4591001 1097 10971011), qui a souffert d’une pneumonie entre le 20 septembre et le 5 octobre 2020. Il avait déjà reçu deux doses du vaccin, le 20 août et le 9 septembre 2020.

Selon le document, la cause de sa pneumonie n’était « pas liée » aux vaccins. Au lieu de cela, la cause répertoriée était « pt [patient] a contracté une pneumonie de quelque part ».

Un homme blanc de 84 ans originaire des États-Unis (ID de sujet unique : C4591001 1097 10971084) a contracté une pneumonie le 7 octobre 2020, dont les symptômes étaient toujours présents à la date du document, le 4 décembre 2020. Il avait déjà été vacciné le 1er septembre et le 23 septembre 2020.

Comme pour le patient ci-dessus, la cause de la pneumonie du participant a été indiquée comme n’étant « pas liée » à la vaccination. Le commentaire narratif indique plutôt que « Pt [patient] a contracté une pneumonie de source inconnue ».

Très peu d’effets indésirables graves – et aucun décès – ont été signalés dans les autres pays, bien quel’Argentine, par exemple, a connu le plus grand des essais de vaccins de Pfizer en 2020.

La prochaine cachette de 80 000 pages de documents de la FDA relatifs à l’autorisation du vaccin par la FDA doit être publiée le 1er août.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.