Pour 2020, mes vœux à mes frères et sœurs Palestiniens

Qui dira jamais l’extraordinaire résilience du peuple palestinien ?

Qui trouvera les mots pour décrire le courage de ce peuple ignoré, dénigré et trahi par les puissants de ce monde, dans son ingéniosité pour se relever à chaque fois dans la dignité ?

Qui exprimera l’exemplarité de ce peuple debout, bien que brimé de toutes parts, écrasé, martyrisé et assassiné depuis des décennies par un régime colonial qui ne lésine sur aucun moyen pour l’abattre ?

Qui reconnaîtra la solidarité exceptionnelle de la résistance civile palestinienne en ces temps de replis communautaristes et d’égoïsmes personnels ?

Qui se dressera aux côtés de cette population d’une rare bravoure pour dénoncer sans détour l’injustice flagrante qui l’a frappée lorsque les vainqueurs de la seconde guerre mondiale ont décidé de son sort sans même la consulter, la plongeant dans une Nakba ininterrompue ?

Qui aura l’audace de rappeler la réalité et nommer les choses par leur nom en reconnaissant que ce peuple a été spolié et chassé de sa terre par une décision inique et lâche d’une poignée de chefs d’Etats pensant racheter leur silence complice lors du génocide des juifs en faisant payer l’ardoise aux Palestiniens qui n’avaient rien à voir avec ces évènements innommables survenus en Europe ?

Qui gardera sa capacité d’indignation pour clamer que la colonisation planifiée sous protection de l’occupation brutale de l’armée israélienne face à une population civile démunie est un crime permanent depuis plus de 70 ans ?

Qui aura pu préserver son intégrité morale et intellectuelle pour oser dire que l’idéologie sioniste n’a rien à voir avec le judaïsme, mais qu’elle est la matrice même de l’antisémitisme ?

Qui aura l’empathie indispensable pour saisir et ressentir non seulement dans sa tête mais aussi dans ses tripes et dans son cœur ce que les avanies et les humiliations quotidiennes représentent comme atteintes à la dignité humaine ?

Qui aura le courage d’interpeller les dirigeants et responsables pour leur silence face aux pratiques de l’idéologie sioniste menant à un régime d’apartheid et de crimes quotidiens à l’encontre d’une population déshumanisée jusque dans ses droits les plus élémentaires ?

Qui aura pu garder assez d’humanité pour déclarer que cela suffit et que le Droit international et humanitaire prévalent sur toute autre considération ? 

Qui se dressera pour affirmer que dorénavant il faut imposer au régime sioniste une fin de non-recevoir et que son modèle de société est incompatible avec les valeurs de toute démocratie qui se respecte ?

Qui déclarera que cet Etat créé de toutes pièces est factice et qu’au lieu de concéder des miettes de leur propre terre aux Palestiniens pour un improbable Etat confetti, l’ONU doit revoir sa copie et travailler à l’établissement d’un seul Etat moderne, ouvert, non discriminatoire et qui soit celui de tout citoyen y vivant en liberté et égalité, quel que soit son origine et ses croyances, dans les frontières de la Palestine historique ?

A ce jour, qui… sinon des citoyens de plus en plus nombreux, tout à l’opposé de leurs responsables politiques qui décidément, ne les représentent plus !

Sans ce courage-là, la situation dans ce coin du Proche-Orient deviendra intenable pour le régime sioniste qui ne pourra se maintenir tel plus longtemps, et se heurtera à une résistance qui se fortifie chaque jour, jusqu’à se répandre dans les sociétés civiles dans le monde entier, en solidarité avec le peuple palestinien.

L’Histoire nous renseigne que les alliés d’hier peuvent devenir les ennemis de demain. Tant les USA que l’UE l’ont démontré, et il serait illusoire de se reposer sur eux. Si les gouvernements israéliens persistent dans leur fuite en avant pensant qu’ils seraient à l’abri de telles déconvenues, ils se préparent à un suicide collectif. Les Palestiniens qui l’ont compris ne comptent, à raison, que sur leur propre capacité de résistance. 

Des signes graves se multiplient au fil des semaines et des mois pour qui ne s’aveugle pas dans son idéologie mortifère. Dès lors, et malgré d’indéniables difficultés, qui optera pour arrêter cette guerre coloniale israélienne par la diplomatie et la justice, plutôt que par l’usage des armes ?

Qui seront les responsables intègres et de bonne volonté pour le comprendre enfin, et y travailler de part et d’autre, avant de nouveaux drames… avant l’inéluctable ?

Daniel Vanhove



Articles Par : Daniel Vanhove

A propos :

Daniel Vanhove est Observateur civil et auteur. Son dernier ouvrage La Démocratie Mensonge – 2008 – Ed. Marco Pietteur – coll. Oser Dire.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]