Pour la paix et la sécurité au Moyen-Orient, il faut mettre fin à l’occupation militaire de la Palestine

« Je voudrais vraiment que des faits concrets suivent les paroles du ministre Tuomioja, que la tragédie du Liban montre qu’il n’y a pas de solutions unilatérales et militaires ». C’est ce qu’a déclaré Luisa Morgantini, parlementaire indépendante du PRC (Partito di Rifondazione Comunista), pendant la session plénière de Strasbourg. L’eurodéputée, tout en reconnaissant que « l’Italie et la France ont joué un rôle important pour pousser l’UE à œuvrer au cessez-le-feu et au déploiement des forces onusiennes pour empêcher d’autres crimes de guerre et d’autres souffrances pour tous les civils » a soutenu qu’« il est nécessaire de résoudre le coeur du problème moyen-oriental qui est celui de l’occupation militaire des Hauteurs du Golan et des fermes de Shebaa ; et pour cela l’Europe doit fixer une Conférence internationale qui puisse affronter les conflits par des négociations ».

Luisa Morgantini a ensuite demandé à l’UE d’exercer  une pression forte sur le gouvernement israélien pour la liberté de mouvement des personnes et des marchandises, pour les palestiniens, « il est impossible d’accepter que les palestiniens vivent dans une immense prison, que Rafah soit fermée selon la volonté d’Israël qui, une fois de plus, ne respecte pas les accords qu’il signe ; il est impossible qu’Israël enlève des parlementaires et des ministres, qu’il continue à développer les colonies ; on ne peut pas continuer à parler de deux peuples  et deux états et voir, jour après jour, l’espace se réduire pour les palestiniens qui laissent la place à de nouveaux colons. En même temps, (il faut) un engagement précis des autorités palestiniennes pour qu’elles arrivent à empêcher  le lancement de rockets sur le territoire israélien ».

Luisa Morgantini , qui a participé aux négociations des groupes politiques  pour la résolution commune qui sera votée demain, a déclaré que « même avec ses limites, la résolution dit certaines choses clairement : rétablir des négociations et une conférence internationale, tenir compte des différentes propositions, de la proposition arabe de Beyrouth à celle de Genève, restituer les droits de douane qu’Israël confisque aux palestiniens, œuvrer à la libération du soldat Shalit et des parlementaires  et ministres palestiniens arrêtés, appliquer dans les pays membres de l’Union le contrôle sur la vente des armes à des pays belligérants, et surtout que l’Unifil observe la résolution 1701 et veille aux violations possibles du cessez-le-feu de façon impartiale ».

Strasbourg,  6 septembre 2006

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

Luisa Morgantini est présidente de la Commission développement du Parlement Européen



Articles Par : Luisa Morgantini

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]