Pour le Léviathan, il fait si froid en Alaska

Wang Yi et Yang Jiechi chercheront à faire de la soupe d’ailerons de requin avec Antony Blinken et Jake Sullivan au sommet d’Anchorage.

Le Léviathan semble se positionner pour un carnage géopolitique à la Kill Bill – tout en brandissant un sabre rouillé de samouraï en acier à haute teneur en carbone.

Comme on pouvait s’y attendre, les maîtres de l’État profond américain n’ont pas tenu compte du fait qu’ils pourraient éventuellement être neutralisés par une technique géopolitique des Cinq Points et de la Paume qui font Exploser le Cœur.

Dans un essai concis et percutant, Alastair Crooke a mis le doigt sur le cœur du problème. En voici les deux principales conclusions – y compris une allusion orwellienne très intéressante :

1. « Une fois que le contrôle du mythe justificatif des États-Unis a été perdu, le masque est tombé ».

2. « Les États-Unis pensent mener les puissances maritimes et du rimland à imposer une défaite psychologique, technologique et économique cuisante à l’alliance Russie-Chine-Iran. Par le passé, l’issue aurait pu être prévisible. Cette fois, l’Eurasie pourrait très bien se dresser solidement contre une Océania affaiblie (et une Europe pusillanime) ».

Et cela nous amène à deux sommets interconnectés : le Quad et le 2+2 Chine-États-Unis en Alaska.

Le Quad virtuel de vendredi dernier est passé comme un nuage à la dérive. Lorsque le premier ministre indien Narendra Modi a déclaré que le Quad est « une force pour le bien de la planète », il n’est pas étonnant que les sourcils se soient levés dans le Sud global.

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a fait remarquer l’année dernière que le Quad faisait partie d’un mouvement visant à créer un « OTAN asiatique ».

C’est le cas. Mais l’hégémon, qui domine l’Inde, le Japon et l’Australie, ne doit pas le dire clairement. D’où la vague rhétorique sur « l’Indo-Pacifique libre et ouvert », les « valeurs démocratiques », « l’intégrité territoriale » – autant de codes pour caractériser l’endiguement de la Chine, notamment en mer de Chine méridionale.

Le rêve humide exceptionnaliste – couramment exprimé dans le Thinktankland américain – est de positionner un ensemble de missiles dans la première chaîne d’îles, pointant vers la Chine comme un porc-épic armé. Pékin en est parfaitement conscient.

En dehors d’une modeste déclaration commune, le Quad a promis de livrer 1 milliard de doses de vaccins contre le Covid-19 dans tout « l’Indo-Pacifique » d’ici la fin… 2022.

Le vaccin serait produit par l’Inde et financé par les États-Unis et le Japon, la logistique de distribution étant assurée par l’Australie.

Cela a été annoncé, comme on pouvait s’y attendre, pour « contrer l’influence de la Chine dans la région ». Trop peu, trop tard. L’essentiel est là : L’hégémon est furieux parce que la diplomatie chinoise des vaccins est un énorme succès, non seulement en Asie mais aussi dans tout le Sud global.

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, s’apprête à échanger des points de vue avec son homologue américain en Alaska. Image: Facebook

Ce n’est pas un « dialogue stratégique »

Le secrétaire d’État américain Tony Blinken n’est qu’un simple apparatchik qui a encouragé avec enthousiasme l’opération « choc et effroi » contre l’Irak il y a 18 ans, en 2003. À l’époque, il était directeur du personnel des démocrates de la Commission des Affaires étrangères du Sénat, alors présidée par le sénateur Joe Biden.

Aujourd’hui, Blinken dirige la politique étrangère américaine pour une entité en carton sénile qui marmonne, en direct, devant les caméras, « Je ferai tout ce que tu veux que je fasse, Nance » – comme pour Nancy Pelosi ; et qui caractérise le président russe comme « un tueur », « sans âme », qui « paiera le prix ».

En paraphrasant Pulp Fiction : « La diplomatie est morte, bébé. La diplomatie est morte ».

Dans cette optique, il ne fait guère de doute que le formidable Yang Jiechi, directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, aux côtés du ministre des Affaires étrangères Wang Yi, fera de la soupe aux ailerons de requin de leurs interlocuteurs Blinken et du conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan lors du sommet 2+2 d’Anchorage, en Alaska.

Deux jours seulement avant le début des Deux Sessions à Pékin, Blinken a proclamé que la Chine était « le plus grand défi géopolitique du XXIe siècle ».

Selon Blinken, la Chine est le « seul pays ayant la puissance économique, diplomatique, militaire et technologique pour remettre sérieusement en question le système international stable et ouvert – toutes les règles, valeurs et relations qui font que le monde fonctionne comme nous le voulons, parce qu’il sert en fin de compte les intérêts et reflète les valeurs du peuple américain ».

Blinken admet donc tacitement que ce qui compte vraiment, c’est la façon dont le monde fonctionne « comme nous le voulons » – « nous » étant l’hégémon, qui a établi ces règles en premier lieu. Et ces règles servent les intérêts et reflètent les valeurs du peuple américain. Comme dans : C’est notre route ou l’autoroute.

Blinken pourrait être excusé parce qu’il n’est qu’un novice aux yeux écarquillés sur la grande scène. Mais c’est encore plus embarrassant.

Voici sa politique étrangère en quelques mots (« sa » parce que l’hologramme de la Maison Blanche a besoin d’instructions 24/7 dans son oreillette pour savoir quelle heure il est) :

Sanctions, sanctions partout ; Guerre froide 2.0 contre la Russie et le « tueur » Poutine ; la Chine coupable de « génocide » au Xinjiang ; un État d’apartheid notoire qui obtient un laissez-passer pour faire n’importe quoi ; l’Iran doit d’abord céder ou il n’y aura pas de retour au JCPOA ; Un Guaido au hasard reconnu comme président du Venezuela, le changement de régime restant la priorité.

Il y a un curieux kabuki en jeu ici. Suivant la logique proverbiale de la porte tournante à DC, avant de traverser littéralement la rue pour avoir un accès complet à la Maison Blanche, Blinken était un partenaire fondateur de WestExec Advisors, dont la principale activité consiste à offrir une « expertise géopolitique et politique » aux multinationales américaines, dont l’écrasante majorité s’intéresse à – qui d’autre – la Chine.

L’Alaska pourrait donc indiquer une certaine mesure de compromis sur le commerce. Le problème, cependant, semble insurmontable. Pékin ne veut pas renoncer au lucratif marché américain, tandis que pour Washington, l’expansion de la technologie chinoise en Occident est un anathème.

Blinken a même anticipé l’Alaska, en déclarant qu’il ne s’agit pas d’un « dialogue stratégique ». Nous en revenons donc au renforcement du racket indo-pacifique, aux récriminations sur la « perte de liberté » à Hong Kong – dont le rôle de cinquième colonne des États-Unis et du Royaume-Uni est désormais définitivement terminé –, au Tibet et à « l’invasion » de Taïwan, qui est maintenant en pleine effervescence, le Pentagone déclarant qu’elle est « probable » avant 2027.

« Dialogue stratégique », certainement pas.

Un junkie en bad trip

Wang Yi, lors d’une conférence de presse liée au 13ème Congrès national du Peuple et à l’annonce du prochain Plan quinquennal, a déclaré : « Nous donnerons l’exemple de la confiance mutuelle stratégique, en nous soutenant fermement l’un l’autre dans la défense des intérêts fondamentaux et majeurs, en nous opposant conjointement aux « révolutions de couleur », en contrant la désinformation, et en sauvegardant la souveraineté nationale et la sécurité politique ».

C’est un contraste frappant avec l’école de la post-vérité qui privilégie l’expression « hautement probable » par les colporteurs (ratés) du Russiagate et les sinophobes.

L’érudit chinois Wang Jisi, qui a été proche de feu Ezra Vogel, auteur de la meilleure biographie de Deng Xiaoping en anglais, a introduit une mesure supplémentaire de bon sens, rappelant l’accent mis par Vogel sur la nécessité pour les États-Unis et l’Asie de l’Est de comprendre la culture de l’autre.

Selon Wang Jisi, « dans mes propres expériences, je trouve une différence entre les deux pays très éclairante. En Chine, nous aimons l’idée de « rechercher un terrain d’entente tout en réservant nos différences ». Nous affirmons que les intérêts communs entre nos deux pays dépassent de loin nos différences. Nous définissons le terrain d’entente par un ensemble de principes tels que le respect mutuel et la coopération. Les Américains, en revanche, ont tendance à se concentrer sur des questions difficiles comme les tensions sur Taïwan et la mer de Chine méridionale. On dirait que les Chinois veulent établir des principes avant d’essayer de résoudre des problèmes spécifiques, mais que les Américains sont désireux de régler les problèmes avant d’être prêts à améliorer les relations ».

Le vrai problème est que l’hégémon semble congénitalement incapable d’essayer de comprendre l’Autre. On en revient toujours à cette formulation notoire de Zbigniew Brzezinski, avec l’arrogance impériale qui le caractérise, dans son magnum opus de 1997, « Le Grand Échiquier » :

« Pour le dire dans une terminologie qui renvoie à l’âge plus brutal des anciens empires, les trois grands impératifs de la géostratégie impériale sont d’empêcher la collusion et de maintenir la dépendance sécuritaire parmi les vassaux, de garder les tributaires dociles et protégés et d’empêcher les barbares de se rassembler ».

Le Dr Zbig faisait référence, bien sûr, à l’Eurasie. « La dépendance sécuritaire entre vassaux » s’appliquait surtout à l’Allemagne et au Japon, des plaques tournantes clés dans le Rimland. « Tributaires souples et protégés » s’applique principalement au Moyen-Orient.

Et surtout, « empêcher les barbares de se rassembler » s’applique à la Russie, à la Chine et à l’Iran. C’était la Pax Americana en résumé. Et c’est ce qui est en train de s’effilocher maintenant.

D’où la logique de Kill Bill. Cela remonte à loin. Moins de deux mois après l’effondrement de l’URSS, le Defense Planning Guidance de 1992 prêchait la domination mondiale totale et, à la suite du Dr Zbig, l’impératif absolu d’empêcher l’émergence de tout concurrent pair futur.

En particulier la Russie, définie comme « la seule puissance au monde ayant la capacité de détruire les États-Unis ».

Puis, en 2002, au début de l’ère de « l’axe du mal », est apparue la doctrine de la domination à spectre complet, qui constitue le socle de la stratégie de sécurité nationale américaine. Domination, domination partout : terrestre, aérienne, maritime, souterraine, cosmique, psychologique, biologique, cyber-technologique.

Et, ce n’est pas un hasard, la stratégie indo-pacifique – qui guide le Quad – porte sur « la manière de maintenir la primauté stratégique des États-Unis ».

C’est cet état d’esprit qui permet au ThinkTankland américain de formuler des « analyses » risibles dans lesquelles la seule « victoire » pour les États-Unis passe impérativement par la faillite du « régime » chinois.

Après tout, le Léviathan est congénitalement incapable d’accepter un « gagnant-gagnant » ; il ne fonctionne que sur le principe de « somme nulle », basé sur le principe de diviser pour régner.

Et c’est ce qui conduit le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine à mettre progressivement en place un environnement de sécurité étendu et global, couvrant tout, des armes de haute technologie aux services bancaires et financiers, en passant par l’approvisionnement en énergie et la circulation de l’information.

Pour évoquer un autre joyau de la culture pop, un Léviathan décontenancé ressemble maintenant à Caroline, la junkie dépeinte dans « Berlin » de Lou Reed :

Mais elle n’a pas peur de mourir
Tous ses amis l’appellent Alaska
Quand elle prend du speed
Ils rient et lui demandent
Qu’est-ce qu’elle a dans la tête
Qu’est-ce qu’elle a dans la tête
Elle a passé son poing à travers la vitre
C’était une sensation si drôle
Il fait si froid / en Alaska.

Pepe Escobar

 

 

Article original en anglais :For Leviathan, it’s so cold in Alaska, Asia Times, le 18 mars 2021.

Traduit par Réseau International



Articles Par : Pepe Escobar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]