Pour le Sud, pas d’investissements mais un Hub de guerre

Annoncé par la ministre Pinotti dans la rencontre avec le chef du Pentagone à Washington

Qui dit que les investissements dans le Mezzogiorno se raréfient ? La ministre Pinotti a annoncé hier la réalisation d’une grand chantier à Naples : le Hub pour le Sud. Après sa rencontre avec le chef du Pentagone James Mattis, hier (10 juillet) à Washington, elle a déclaré : “Nous sommes satisfaits qu’ait été accueillie notre requête de transformer le Commandement Otan de Naples en Hub pour le Sud”.
Le Commandement dont elle parle est le Jfc Naples, le Commandement de la Force conjointe alliée avec quartier général à Lago Patria (Naples), sous les ordres de l’amirale étasunienne Michelle Howard qui, en plus d’être à la tête du Commandement Otan, est commandante des Forces navales USA pour l’Europe et des Forces navales USA pour l’Afrique.

La ministre de la Défense de l’Italie, Roberta Pinotti, en visite au Pentagone pour une réunion avec le secrétaire de la Défense des États-Unis, Jim Mattis (R), Washington D.C., USA, 11 juillet 2017.
(DOD photo par U.S. Air Force Staff Sgt. Jette Carr)
Source : La Stampa

Les trois commandements de Naples, toujours sous les ordres d’un amiral étasunien nommé par le Pentagone, ont une “aire de responsabilité” qui embrasse toute l’Europe, toute la Russie, la Méditerranée et l’Afrique. La guerre contre la Libye en 2011, où la contribution italienne a été déterminante, a été dirigée par l’Otan à travers le Jfc Naples. De Naples toujours ont été conduites les opérations militaires à l’intérieur de la Syrie. Ceci est la première cause du dramatique exode de réfugiés et de la “crise des migrants que l’Italie est en train de vivre quasiment dans la solitude”, comme Pinotti l’a définie à Washington comme si c’était une malédiction tombée du ciel.

Le nouveau Hub pour le Sud, qui entre lui aussi dans la chaîne de commandement du Pentagone, constituera la base opérationnelle pour la projection des forces terrestres, aériennes et navales. Les forces et les armes nécessaires seront fournies par tout le réseau de bases USA/Otan en Italie, notamment Aviano, Camp Darby, Gaeta, Sigonella, Augusta ; tandis que la station Muos de Niscemi et autres s’occuperont des communications.

Pour ces opérations, que l’Otan définit comme “projection de stabilité au-delà de nos frontières”, est disponible la Force de riposte de l’Otan, augmentée à 40 000 hommes, en particulier sa Force de pointe, qui peut être projetée en 48 heures “n’importe où à n’importe quel moment”.

James Mattis a remercié l’Italie à la fois pour son “hospitalité envers les plus de 30 000 militaires, employés civils et leurs familles étasuniens”, et son importante coopération pour affronter les “menaces à la sécurité en Méditerranée, au Moyen-Orient et en Afrique”. Pinotti a envisagé, au passage, la possibilité d’étendre les missions des 1400 militaires italiens en Irak, y compris en fonction d’entraînement à Raqa.

Concernant le Hub pour le Sud, la ministre a annoncé, avec satisfaction, que “dans la dernière réunion ministérielle Otan ont déjà été identifiées les ressources pour sa réalisation”. Mais elle ne les a pas quantifiées. On peut cependant les estimer en milliards d’euros, avec une part notable à la charge de l’Italie. La seule construction du nouveau quartier général du Jfc Naples, inauguré en 2012 à Lago Patria (85mille mètres carrés couverts extensibles, où travaillent 2500 militaires) a coûté environ 200 millions d’euros. Argent entièrement public, qui va s’ajouter aux dépenses Otan pour la “Défense” en continuelle augmentation (la dépense italienne est estimée à une moyenne d’environ 70 millions d’euros par jour).

Au Jfc Naples, annonce Pinotti, on est en train d’adapter le personnel parce que, en devenant le Hub pour le Sud, le commandement doit assumer aussi la capacité de “reconstruire des Etats faillis”. Travail à cycle continu : après avoir transformé la Libye en “Etat failli” en la démolissant par la guerre, maintenant le même commandement va “la reconstruire”.

Manlio Dinucci

Article en italien :

A Napoli Hub (di guerra) per il Sud

Edition de jeudi 13 juillet 2017 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/per-il-sud-niente-investimenti-ma-un-hub-di-guerra/

Traduit de l’italien par M-A Patrizio

 

Source de la photo (Réunion des Ministres de la Défense OTAN, 16 février 2017): difesa.it



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]