Pour Londres, la propagande est un art

Nul humain normal ne peut accepter de voir souffrir des enfants, par conséquent ils sont de bons sujets pour la propagande de guerre. Thierry Meyssan revient sur l’usage des enfants par la Coalition internationale durant la guerre contre la Syrie.


Comme dans toutes guerres, celle contre la Syrie donne lieu à une avalanche de propagande. Et l’argument des enfants est toujours porteur.

Ainsi, au début de la guerre, le Qatar voulait démontrer que la République, loin de servir l’intérêt général, méprisait le Peuple. La pétro-dictature a alors diffusé sur sa chaîne de télévision Al-Jazeera la légende des enfants de Deraa, torturés par la police. Pour illustrer la cruauté de son adversaire, le Qatar précisa qu’on leur avait arraché les ongles. Bien sûr, malgré leurs recherches, aucun journaliste n’a trouvé de trace de ces enfants. La BBC a bien diffusé l’interview de deux d’entre eux, mais ils avaient toujours leurs ongles.

Comme le mythe était invérifiable, le Qatar a alors lancé une nouvelle histoire : celle d’un enfant, d’Hamza Ali Al-Khateeb (13 ans), qui aurait été torturé et castré par la police du « régime ». Cette fois, on disposait d’une image probante. Chacun pouvait y voir un corps sans sexe. Las ! L’autopsie démontrait que le corps avait été mal conservé, qu’il avait fermenté et gonflé. Le ventre cachait le sexe de l’enfant, toujours là.

JPEG - 50.1 ko

Dans ce magazine, Sir Arthur Conan Doyle imagine l’arrestation d’un espion allemand par Sherlock Holmes. L’écrivain travaillait pour le Bureau de la Propagande de guerre.

Fin 2013, les Britanniques ont pris en charge la propagande de guerre. Ils disposent d’une longue expérience en la matière et sont considérés comme les inventeurs de la propagande moderne, lors de la Première Guerre mondiale avec le Bureau de la Propagande de guerre. Une des caractéristiques de leurs méthodes est de toujours avoir recours à des artistes car l’esthétique neutralise l’esprit critique. En 1914, ils recrutèrent les grands écrivains de l’époque —comme Arthur Conan Doyle, HG Wells ou Rudyard Kipling— pour publier des textes attribuant des crimes imaginaires à l’ennemi allemand. Puis, ils recrutèrent les patrons de leurs grands journaux pour reprendre les informations imaginaires de leurs écrivains.

Lorsque les États-uniens reprirent la méthode britannique, en 1917 avec le Comité d’information publique, ils étudièrent plus précisément les mécanismes de persuasion avec l’aide du journaliste vedette Walter Lippmann et de l’inventeur de la publicité moderne, Edward Bernays (le neveu de Sigmund Freud). Mais persuadés du pouvoir de la science, ils en oublièrent l’esthétique.

Début 2014, le MI6 britannique a créé la société Innovative Communications & Strategies (InCoStrat) [Communication et Stratégies Innovantes] à laquelle on doit par exemple les magnifiques logos des groupes armés, du plus « modéré » au plus « extrémiste ». Cette société, qui dispose de bureaux à Washington et à Istanbul, a organisé la campagne pour convaincre les Européens de recueillir 1 million de réfugiés. Elle a réalisé la photographie du jeune Aylan Kurdi, noyé sur une plage turque, et est parvenue en deux jours à la faire reprendre en « une » des principaux journaux atlantistes dans tous les pays de l’Otan et du Conseil de coopération du Golfe.

JPEG - 48 ko

Chaque année, avant la guerre, une centaine de personnes mourraient noyées sur les plages turques, personne n’en parlait. Et surtout, seuls les journaux à scandales montraient des cadavres. Mais cette photographie était si bien composée…

Comme j’avais fait remarqué qu’un corps ne peut pas être rejeté par la mer perpendiculairement aux vagues, le photographe expliqua après coup avoir déplacé le cadavre pour les besoins de la photo.

Celle du jeune Omran Daqneesh (5 ans), dans une ambulance à Alep-Est est donc accompagnée d’une vidéo. Les deux supports permettent de toucher à la fois la presse écrite et les télévisions. La scène est si dramatique qu’une speakerine de CNN, Kate Bolduan, n’a pu s’empêcher de pleurer en la voyant. Bien sûr, lorsque l’on réfléchit, on observe que l’enfant n’est pas pris en charge par des secouristes qui lui administrent les premiers soins, mais par des figurants (les « White Helmets ») qui l’assoient face à l’objectif.

Les metteurs en scène britanniques n’ont que faire de l’enfant qui ne les intéresse que pour réaliser leurs images. Selon Associated Press, la photographie a été prise par Mahmoud Raslan, que l’on aperçoit d’ailleurs dans la vidéo. Or, selon son compte Facebook, cet homme est un membre d’Harakat Nour al-Din al-Zenki (soutenu par la CIA qui lui a fourni des missiles antichar BGM-71 TOW). Toujours selon son compte Facebook, confirmé par une autre vidéo, c’est lui qui, le 19 juillet 2016, égorgeait un jeune enfant palestinien, Abdullah Tayseer al-Issa (12 ans) [1].

Les lois européennes encadrent strictement le rôle des enfants dans la publicité. Manifestement, elles ne s’appliquent pas à la propagande de guerre.

Thierry Meyssan

 [1] Note de l’auteur : Mahmoud Raslan n’a pas tenu le couteau du bourreau, mais avec Umar Salkho, il a condamné à mort Abdullah Tayseer al-Issa et a organisé son exécution publique.



Articles Par : Thierry Meyssan

A propos :

Intellectuel français, président-fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace. Dernier ouvrage en français : L’Effroyable imposture : Tome 2, Manipulations et désinformations (éd. JP Bertand, 2007).

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]