Pourquoi l’Inde se rapproche-t-elle d’Israël et des États-Unis ?

Région :

Le parti Bharatiya Janata défend les intérêts de la classe capitaliste indienne, ce qui fait que l’Inde, sous le BJP, aspire à jouer un rôle dominant en Asie du Sud, et considère la Chine comme un concurrent directe de l’Inde dans cette région.

*

Pour comprendre la transformation en cours de la politique étrangère indienne, il faut prendre en considération les transformations internationales actuelles, ainsi que les facteurs qui ont contribué à la montée au pouvoir du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata et à son impact sur la scène internationale. À cette fin, nous devons revoir l’histoire de l’Inde et son impact sur la formation de l’Inde contemporaine.

Contexte historique de l’Inde moderne

Il convient de noter que les communautés urbaines indiennes se sont répandues dans le nord-ouest de l’Inde, surtout dans ce qui est de nos jours connu sous le nom du Pakistan, et dans le nord de l’Inde, autour des fleuves Indus et Gange, au cours de la période allant du cinquième millénaire au deuxième millénaire avant notre ère.

Suite à l’expansion du commerce fluvial, ces communautés furent liées les unes aux autres. En conséquence, au fur et à mesure de l’histoire, la région nord-ouest de l’Inde est devenue le centre de gravité en matière de gouvernance et de pouvoir, et donc comprendre ce point avec une dimension géopolitique est essentiel pour comprendre l’identité géopolitique de l’Inde. Cette région est la base à partir de laquelle le contrôle du sous-continent indien est possible, c’est cette région qui forme également le centre spirituel du sous-continent indien.

Au milieu du deuxième millénaire avant J.-C., les cultures régionales de la vallée de l’Indus se sont unies en une culture homogène sous les tribus indo-européennes déplacées d’Asie centrale. Il convient de noter qu’à travers l’histoire, les tribus déplacées d’Asie centrale ont joué un rôle majeur dans l’établissement de royaumes en Inde, en migrant de la vallée de l’Indus vers le nord-ouest de l’Inde, et c’est ce qui rend l’Inde contemporaine sensible aux relations avec le Pakistan.

La culture indo-européenne dominait la région et les Vedas régulant les rituels religieux furent composés, ce qui fonda la religion hindoue.

Mille ans plus tard, le bouddhisme fut établi, et s’étendra du nord de l’Inde au Tibet en passant par la Chine et l’Asie de l’Est, ce qui explique en partie la compétition d’influence sur le Tibet entre l’Inde et la Chine. Au IVe siècle avant J.-C., l’autorité centrale du nord de l’Inde fut établie pour la première fois sous la dynastie Nanda. La région indienne a été gouvernée par des royaumes successifs jusqu’au septième siècle après J.-C., lorsque les Arabes musulmans ont conquis la vallée de l’Indus et l’ont incorporée à l’empire arabo-islamique.

Au Xe siècle, Mahmud de Ghaznawi, qui dirigeait le sud de l’Afghanistan, étendit son règne vers le Sind et, de là, vers une grande partie de l’Inde. Cette localité se caractérise par la mise en place d’un système de gouvernement central fort centré sur la ville de Delhi, qui devient la base du gouvernement indien pour le prochain millénaire.

Au début du XVIe siècle, une branche des Mongols issus de Tamerlan put contrôler Delhi sous la houlette du sultan Babur. Cette famille établit son autorité en Inde jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, lorsque la British India Company put progressivement s’implanter et étendre son contrôle sur le sous-continent indien, imposant le colonialisme britannique direct du milieu du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle.

Le rôle historique du Parti du Congrès indien

En 1947, l’Inde fut libérée du colonialisme britannique sous la direction du Parti du Congrès indien. Il convient de préciser que ce parti a été fondé en 1885 pour constituer le premier mouvement nationaliste moderne à apparu dans l’Empire britannique en Asie et en Afrique. Sous la direction du parti par le Mahatma Gandhi après 1920, le parti a dirigé le mouvement d’indépendance de l’Inde contre le colonialisme britannique. Après l’indépendance de l’Inde en 1947, le Parti du Congrès est devenu le parti au pouvoir en Inde pendant les cinquante années suivantes.

En raison de la particularité indienne résultant du fait que l’Inde était à majorité hindoue et gouvernée par une minorité musulmane pendant près de mille ans, le Parti du Congrès a dû adopter une approche de compromis entre les deux groupes religieux, en préférant la laïcité comme méthode de gouvernance. Sous le premier Premier ministre du parti, Pandit Jawaharlal Nehru, le Parti du Congrès a adopté l’approche socialiste en créant le Comité de planification et en choisissant des plans quinquennaux de développement économique, imitant l’approche économique soviétique, en plus d’opter pour le système mixte qui évalue les projets en partenariat entre les secteurs public et privé.

En 1964, Jawaharlal Nehru mourut d’une crise cardiaque provoquée par la défaite de l’Inde face à la Chine lors de la première guerre d’Indochine pour l’influence au Tibet. Après sa mort, Lal Bahadur Shastri assuma la présidence du gouvernement pendant deux ans, succédant à Indira Gandhi à la tête du Parti du Congrès jusqu’à son assassinat en 1984, suivie de son fils Rajiv, assassiné à son tour en 1991.

L’après-guerre froide

Le Parti du Congrès a été touché par l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, qui était le principal allié de l’Inde pendant la période postindépendance. À la suite de cet effondrement et du veto du modèle socialiste de gouvernance et de gestion économique, le Parti du Congrès a suivi la « mode du néolibéralisme » que les penseurs américains réclamaient depuis les années soixante-dix du siècle dernier, et qui est devenue la norme mondiale après la fin du 20e siècle. De la guerre froide.

Par conséquent, sous la direction de Narasimha Rao, le Parti du Congrès a commencé à adopter un programme économique libéral et à retirer l’État de la gestion de l’économie et de la société, ce qui a fait perdre au parti le soutien de larges segments des classes moyennes et pauvres qui formaient le parti. Base de soutien de base du parti.

Cela a contribué à la défaite du Parti du Congrès aux élections générales de 1996, remportées par le parti Bharatiya Janata, formant le gouvernement et restant au pouvoir jusqu’en 2004.

Le Parti du Congrès est revenu au pouvoir en 2004 après que l’Alliance progressiste unie qu’il avait formée ait remporté les élections législatives. Le parti a de nouveau remporté les élections de 2009 et est resté au pouvoir jusqu’en 2014.

Au cours de cette période, l’Inde a renforcé ses alliances internationales afin de jouer un rôle de leader dans la politique internationale ; En 2009, l’Inde a rejoint la Chine, la Russie, l’Afrique du Sud et le Brésil pour lancer l’organisation BRICS, dont l’objectif est de briser la domination économique et politique occidentale sur les relations internationales et de progresser vers un système multipolaire.

Par l’intermédiaire de cette organisation, le parti cherchait à surmonter les tensions avec la Chine au sujet de sa frontière dans la région du Tibet et à tirer profit des relations historiques avec la Russie pour jouer un rôle central dans la région de l’Asie du Sud. Mais il a subi une lourde défaite aux élections législatives de 2017. 2014 puis en 2019.

 La montée du parti Bharatiya Janata

Cela nous amène à analyser les circonstances et les développements qui ont conduit à la montée du parti Bharatiya Janata et à son accession au pouvoir en Inde. Les racines du parti remontent à la Bharatiya Jana Sangh, ou Ligue du peuple indien, fondée en 1951 en tant qu’aile politique du groupe nationaliste hindou Rashtriya Swayamsevak Sangh, ou Corps national des volontaires, par Shyama Prasad Mukherjee.

Cette association appelait à la construction de l’Inde selon l’héritage hindou et à la libération de l’héritage islamique de l’Inde, qu’elle considérait comme un héritage étranger au sous-continent indien.

En 1967, le mouvement a balayé plusieurs régions du nord de l’Inde pour s’implanter davantage après la guerre indo-pakistanaise de 1971, qui a pris le caractère d’un affrontement islamo-hindou et a conduit à la séparation du Bangladesh du Pakistan. En 1977, le parti dirigé par Atal Bihari Vajpayee s’est associé à 3 autres partis politiques pour former le Parti Janata, remportant les élections et prenant le pouvoir pendant une courte période avant que le Parti du Congrès dirigé par Indira Gandhi ne revienne au pouvoir en 1979. Suite à ce revers, la formation du Bharatiya Janata Party fut officiellement annoncée en 1980.

Le parti a appelé à l’hindouisme comme principal déterminant de la culture indienne face à la laïcité du Parti du Congrès. En 1989, le parti a déclenché une crise en Inde après avoir appelé à la destruction de la mosquée Babur dans la région d’Ayodhya, considérée comme sacrée pour les hindous, et à la création d’un temple hindou à la place de la mosquée.

Grâce à cet état de polarisation religieuse, le parti Bharatiya Janata a pu remporter les élections législatives et former le gouvernement, chassant ainsi du pouvoir le parti du Congrès. La démolition de la mosquée Babri en décembre 1992 par des organisations considérées comme liées au BJP a provoqué une réaction violente contre le parti, et la destruction de la mosquée a également conduit à des violences à travers le pays qui ont fait plus de 1 000 morts.

Bien que le parti Bharatiya Janata ne soit pas resté longtemps au pouvoir, il a bénéficié du fait que le parti du Congrès a modifié son programme socio-économique et adopté le libéralisme économique pour lui couper l’herbe sous le pied. Ce changement radical a conduit le parti du Congrès à perdre le soutien d’une grande partie des membres du parti, de la classe moyenne et pauvre.

Lors des élections de 1996, le parti Bharatiya Janata est devenu le plus grand parti du Parlement indien, Lok Sabha, ce qui lui a permis de former le gouvernement, cette fois pour huit ans. Au cours de cette étape, le parti a adopté une ligne nationaliste hindoue dure qui a conduit à des relations tendues avec le Pakistan, en particulier après que l’Inde a effectué des essais nucléaires qui ont conduit au mécontentement mondial à l’égard de New Delhi et ont enflammé le conflit sur la région contestée du Cachemire avec Islamabad.

 L’Inde sous le règne de Bharatiya Janata

Le parti Bharatiya Janata a remporté une victoire significative aux élections de 2014 contre le parti du Congrès, et Narendra Modi, qui a longtemps été Premier ministre du Gujarat. Il a été choisi comme Premier ministre. Les élections se sont soldées par une victoire écrasante du parti Bharatiya Janata, qui a remporté 282 sièges, en plus des 54 sièges de ses alliés. Le parti n’a pas tardé à mettre en œuvre les valeurs hindoues, comme l’interdiction de la vente de vaches de boucherie, une mesure qui a ensuite été annulée par la Cour suprême. Le parti a également légiféré sur le changement de nom de certaines juridictions.

Le parti a réitéré sa victoire aux élections législatives de 2019, élargissant sa représentation à la Chambre des représentants en échange d’une mauvaise performance de son concurrent, le Parti du Congrès.

Le parti a pu remporter une victoire majeure grâce au soutien qu’il a obtenu en raison de sa sévérité dans ses relations avec l’État de Jammu-et-Cachemire et de son abolition de l’autonomie de l’État. Le deuxième mandat du parti au pouvoir a été caractérisé par des mesures rapides et sévères.

En août 2019, le gouvernement dirigé par le BJP a privé le Jammu-et-Cachemire de son autonomie. En octobre, l’ancien État a été placé sous le contrôle direct du gouvernement fédéral, et les communications et les déplacements dans la région ont été sévèrement restreints pendant la période de transition.

En mars 2020, la propagation de la pandémie mondiale de COVID-19 a incité le gouvernement à mettre en place un confinement national strict jusqu’en juin. À mesure que les restrictions se sont assouplies, le BJP a déployé des efforts pour contrer l’impact économique de la pandémie.

Ces efforts comprenaient le recours à des mesures exécutives par Modi pour réduire les obstacles à la vente de produits et encourager les investissements privés.

Les critiques ont fait valoir que les changements rendraient les agriculteurs vulnérables à l’exploitation. Les protestations contre ces mesures se sont intensifiées en janvier 2021 et le gouvernement a pris des mesures extraordinaires pour les réprimer, coupant Internet et sanctionnant les organisateurs, les participants et les journalistes. Cependant, l’opposition aux réformes s’est poursuivie jusqu’en novembre et le BJP, inquiet de perdre son soutien lors des prochaines élections nationales, a annoncé qu’elles seraient abandonnées.

Rapprochement avec les États-Unis et « Israël »

L’adoption par le parti Bharatiya Janata d’une politique nationaliste hindoue stricte l’a mis en conflit avec les musulmans indiens, qui comptent plus de 196 millions de musulmans, soit l’équivalent de 14 % de la population indienne.

En outre, la ligne dure du gouvernement BJP à l’égard de l’État à majorité musulmane du Jammu-et-Cachemire l’a mis en conflit avec le Pakistan. En outre, les politiques nationalistes fanatiques hindous vont intensifier les tensions avec la Chine, d’autant plus que le parti Bharatiya Janata réclame les droits des Indiens dans la province chinoise du Tibet, qui revêt une importance spirituelle pour les hindous.

Ce qui exacerbe les tensions avec la Chine, c’est que le parti Bharatiya Janata élève les intérêts de la classe capitaliste indienne, ce qui fait que l’Inde, sous le BJP, aspire à jouer un rôle dominant en Asie du Sud et lui fait considérer la Chine comme un concurrent de l’Inde dans cette région. 

Ces deux facteurs sont ce qui fera converger l’Inde avec « Israël » face au monde islamique d’une part, et qui la fera converger avec les États-Unis face à la Chine d’autre part, et c’est ce qui fera que l’Inde, sous la Le BJP signe un accord de coopération en matière de sécurité avec les États-Unis et « Israël » et les Émirats arabes unis.

Ces deux facteurs feront également de l’Inde un acteur important dans le projet du corridor Indo-Moyen-Orient-Europe, qui établit un passage commercial et géopolitique reliant l’Inde, les Émirats arabes unis, le Royaume d’Arabie saoudite, la Jordanie, « Israël » et l’Europe, sous Le parrainage américain, pour faire face à l’Initiative chinoise de la Ceinture et de la Route et à la Route Nord-Sud russe, à l’heure où Abou Dhabi, Riyad et Amman sont en processus de normalisation avec l’entité sioniste.

Jamal Wakim

Al Mayadeen

 

Jamal Wakim : Docteur en relations internationales à l’université libanaises à Beyrouth

 



Articles Par : Jamal Wakim

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]