PSY-OP COVID-19: assignés à résidence!

Analyse de la crise COVID-19 du point de vue psychologique – 1è partie

Sommes-nous des rats de laboratoire ? Milgram-Asch-Laborit

Dans cet article, je me réfère à l’expérience des pays confinés de manière autoritaire et arbitraire, plus de 3 milliards d’êtres humains soumis à l’autorité de quelques personnes et assignés à résidence [1] :

Pas d’autre choix que le confinement ?

Les virologues nous confineraient pendant un an, si ça ne tenait qu’à eux [« Si c’était aux virologues de choisir, ce serait simple: tout le monde en confinement pendant un an »] !

Dans mon cas, ce sont ces virologues que je confinerais pendant un an, sans hésiter. Qu’ils n’y voient rien de personnel.

Vos enfants connaissent-ils Stanley Milgram, Solomon Asch et Henri Laborit ?

À mon avis, non. Et vous ?

Ce sont pourtant bien ces personnages et leurs expériences qui devraient être enseignées dans les écoles.

J’ai interrogé les miens, 14, 16, 17 et 19 ans. Non.  Ils ne connaissent pas, ou à peine. Milgram, ça leur dit bien quelque chose.

Soyez certains que ces personnes qui veulent nous gouverner connaissent bien ces sujets, et les exploitent.

Si nous ne prenons pas le contrôle de nos esprits, d’autres le font pour nous. 

Revenons à cette comparaison peu flatteuse.

J’ai cherché à comprendre comment des milliards de gens s’étaient laissés mettre en cage aussi facilement.

La peur, bien sûr [COVID-19 – Le choix des médias : la peur !].

La culpabilité. Personne n’a envie de rendre ses proches malades.

Mais une fois que les contre-vérités se sont mises à affluer :

  1. Raoult, professeur publié dans toutes les grandes revues de maladies infectieuses et auteur de plusieurs livres sur ces questions – Raoult – Peur versus données
  2. Avis divergents de multiples experts dont plusieurs en virologie, infectiologie, épidémiologies, statistiques … [2-3-4-5] : « Arrêtez le confinement ! »
  3. Rapports dissidents de médecins de terrain… [6]

Une fois qu’il est apparu évident que quelque chose clochait avec les statistiques grossies par les médias (contaminations, décès, hospitalisations), avec le discours officiel, avec l’intérêt des mesures prônées par nos gouvernants [Les faits sur le Coronavirus], pourquoi les gens en majorité ont-ils continué à obéir ?

Certains sont prêts à se laisser traquer, à laisser masquer leurs enfants, à laisser des gens leur mettre un bracelet à la cheville ! [Dans une école maternelle de Varèse en Italie, des bracelets électroniques pour la distanciation sociale des enfants] – version originale italienne [7].

Comment peut-on en arriver là ?

Stanley Milgram – Soumission à l’autorité

Stanley Milgram est un psychosociologue états-unien. Il mène une expérience célèbre au début des années soixante.


 Extrait du film I comme Icare(1979), avec Yves Montand en premier rôle…
20 minutes, sur l’expérience réelle de Stanley Milgram, réalisée aux USA entre 1960 et 1963 à l’université Yale 

Prétextant une étude sur la mémoire, il met en contact un « maître » (le véritable sujet de l’expérience) et un « élève » devant mémoriser des mots et les répéter.

Les « élèves » sont en réalité des comédiens. Ils sont dans le coup avec l’expérimentateur en blouse blanche qui joue le rôle de l’autorité.

Le sujet testé est le maître qui doit punir l’élève par une décharge électrique de plus en plus puissante en cas de mauvaise réponse ou d’absence de réponse.

En fait, les élèves-comédiens ne reçoivent rien et simulent la douleur en criant, en pleurant ou en se contorsionnant.

Sous la pression verbale de l’expérimentateur qui incarne l’autorité, la plupart des maîtres vont infliger des décharges électriques très élevées, 450 volts pour les plus intenses.

Pourtant, les maîtres sont bien au courant de la souffrance infligée et du risque de décès chez les élèves.

Pour Milgram, ces actions choquantes peuvent s’expliquer par la notion « d’état agentique » :

  • L’individu se considère comme l’agent exécutif d’une volonté étrangère (à lui), par opposition à « l’état autonome » dans lequel il estime être responsable de ses actes. L’individu, dans cette perspective de soumission, estime être engagé vis-à-vis de l’autorité et donc, il ne se sent pas responsable des ordres donnés par celle-ci.

Cette expérience démontre l’extraordinaire degré d’asservissement des individus à l’autorité.

Malgré les décisions contradictoires de nos gouvernements, leur amateurisme ou au contraire leur autoritarisme, malgré le fait que des médecins généralistes ont été empêchés de prescrire certains médicaments, malgré les scandales sur les masques, les tests, l’isolement des personnes âgées, l’encadrement policier brutal d’une population assignée à résidence, malgré l’absence de catastrophe dans les pays qui n’ont pas recouru au confinement, malgré toutes ces aberrations, la majeure partie des populations confinées continue d’obéir.

Pour allez plus loin : Au nom de la science, obéissez-moi!

Solomon Asch – le poids du conformisme

 Solomon Asch est chercheur en psychologie au Swarthmore College, aux États-Unis.

Au début des années 1950, il mène lui aussi une expérience sociale très intéressante : comment un individu peut aller jusqu’à renoncer à son propre jugement, et mentir pour se conformer aux décisions du groupe.

© image tirée du site : Surprenante tendance au conformisme : l’expérience de Asch

L’expérience est présentée comme une expérience de perception visuelle.

Sur une image, un premier trait vertical est représenté.                                                                         

Sur une deuxième image, trois traits verticaux désignés par A, B et C sont représentés. Un seul des traits (C) a la même longueur que celui représenté sur la première image.

La bonne réponse est évidente.

Dans l’expérience d’Asch, 8 personnes sont évaluées. 7 d’entre elles sont des complices de l’expérimentateur. 

Le sujet étudié est toujours interrogé en dernier. Les 7 complices, interrogés en premier, donnent leur réponse à voix haute et précisent, sur la deuxième image, le trait qui a la même longueur que celui de la première image.

Lorsque les 7 sujets complices se mettent à donner une fausse réponse, le sujet étudié, malgré son intime conviction, donne à son tour une mauvaise réponse.

Cela fut observé chez 3 sujets sur 4.

Cela veut dire que la majorité des gens préfèrent se conformer au reste du groupe, même si cela implique de se tromper ou de mentir.

Un point intéressant est qu’à la fin du test, on a fini par révéler aux sujets étudiés le but réel de l’expérience. 

Asch a alors recueilli trois types de réponses parmi ceux qui avaient suivi l’avis erroné du groupe :

  1. Le déni : certains sujets continuaient de penser qu’ils avaient donné la bonne réponse.
  2. L’influence : certains sujets ont reconnu avoir été trompés par le groupe
  3. L’acceptation : certains sujets avaient la bonne réponse mais n’ont pas osé dénoter par rapport à l’avis général

La conclusion de cette expérience est que nous sommes bien plus influençables que nous voudrions le croire !

L’expérience a été reproduite de nombreuses fois.

Henri Laborit – L’inhibition de l’action

Que se passe-t-il quand on ne peut ni fuir, ni lutter face à une situation conflictuelle ?

Le professeur Henri Laborit, chirurgien et neurobiologiste français né en 1914, a mené ces expériences sur des rats de laboratoire.

Cadre de l’expérience :

Laborit utilise une cage grillagée dont le plancher est électrifié. La cage comporte deux compartiments séparés par une cloison munie d’une porte. Les planchers de chaque compartiment sont parcourus de décharges électriques alternativement.

Quatre secondes après un flash lumineux et un signal sonore, un courant électrique est envoyé au plancher d’un des compartiments de la cage.

Laborit mène d’abord deux expériences.

Source de la photo : huffingtonpost.fr

Dans la première expérience, il permet au rat de quitter le compartiment électrifié en laissant la porte ouverte.

Le rat associe très vite le flash lumineux, le signal sonore et la survenue du choc électrique. Ainsi, dès qu’il perçoit le flash et entend le son, il passe dans l’autre compartiment, ainsi de suite chaque fois qu’il entend le son et perçoit le flash, évitant ainsi les décharges électriques.

Dans la deuxième expérience, il place deux rats dans le compartiment et la porte est fermée. Les deux rats ne peuvent pas quitter ce compartiment. Ils subissent les chocs électriques sans pouvoir s’enfuir. Alors, ils se battent, se mordent, se griffent.

Dans les deux expériences, ce stress électrique est appliqué 10 minutes par jour, pendant 10 jours.

À la fin des deux expériences, lorsqu’on examine les rats, même ceux qui se sont battus (hormis leurs griffures), ils sont tous en bonne santé.

Laborit mène alors une troisième expérience décisive.

Un rat est placé dans le compartiment, porte fermée. Il est seul et ne peut pas s’enfuir. Au bout d’un moment, Laborit observe que le rat n’essaie même plus de bouger. Il reste prostré, parcouru de décharges électriques. À la fin de l’expérience, il accuse une perte de poids importante, une hypertension artérielle prolongée (plusieurs semaines) et présente de multiples ulcères à l’estomac.

Cette expérience montre qu’un être vivant confronté au stress, s’il ne peut pas agir dessus, fuir ou lutter, se fige, se prostre et développe des maladies.

C’est l’inhibition de l’action.

Parmi les milliards d’êtres humains confinés, beaucoup se sont soumis à l’autorité, certains prêts à suivre tous les ordres donnés, même absurdes, et à les faire respecter à leur tour.

D’autres ont préféré croire au mensonge ou faire comme si c’était vrai, de peur d’affronter la pression de leur groupe.

La majorité, enfin, figés, prostrés, sous l’effet conjugué de la peur et du confinement, ont inhibé toute action, réflexion, soumis à l’ordre de rester chez eux, de respecter un isolement agressif sans pouvoir ni bouger ni lutter.

J’ai comblé cette lacune, et j’ai parlé de Milgram, Asch et Laborit à mes enfants.

Il y a un espoir.

Stanley Milgram relativisait la portée de son expérience en rappelant toutes les situations historiques dans lesquelles la résistance à une autorité malveillante a pu se développer grâce à l’action collective.

De même, Solomon Asch précisait que dès que le sujet étudié n’était plus seul, mais qu’un autre résistait à la pression mensongère du groupe, alors le sujet étudié résistait à son tour beaucoup plus et le taux de conformisme baissait considérablement. Il suffit d’être plusieurs à résister.

Enfin, Henri Laborit a démontré que ce n’est pas le stress qui nous arrive ou qu’on nous inflige qui compte, mais notre réaction face à ce stress ! L’important est d’y réagir et de ne pas le subir sans rien faire. 

Agir.

Ensemble, comme ici en Suisse, Des protestataires ont manifesté ce samedi dans plusieurs villes de Suisse alémanique contre les mesures imposées par le gouvernement pendant la pandémie du coronavirus.

Seule une action collective, concertée, intelligente et déterminée viendra à bout des pouvoirs intrusifs que le COVID-19 a lâchés sur nous.

Dr Pascal Sacré

Anesthésiste-Intensiviste

Photo en vedette : Les nouveaux habits de l’empereur

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Sources :

[1] Coronavirus : quels sont les pays confinés ? Plus de trois milliards de personnes sont confinées, soit la moitié de la population mondiale.

[2] 12 Experts Questioning the Coronavirus Panic, 12 experts s’interrogent sur la panique du coronavirus

[3] 10 MORE Experts Criticising the Coronavirus Panic, 10 autres experts critiquent la panique du coronavirus

[4] 8 MORE Experts Questioning the Coronavirus Panic, 8 experts de plus s’interrogent sur la panique du coronavirus

[5] Covid19 et confinement aveugle, combien de morts évitables ?, par le docteur N. Délépine, pédiatre et oncologue

[6] Fausse pandémie de COVID-19 : deux médecins sur le terrain expliquent pourquoi le confinement est inutile

[7] In un asilo di Varese il braccialetto per il distanziamento a 150 bimbi, 6 mai 2020



Articles Par : Dr Pascal Sacré

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]