Que faut-il encore pour qualifier Zelensky de dictateur?

Analyses:

Vladimir Zelensky a été élu président de l’Ukraine en 2019 en promettant la fin des hostilités contre les régions rebelles du pays et la normalisation des relations avec la Russie. L’Ukraine était en guerre civile depuis cinq ans, déclenchée par le déploiement des troupes de l’armée contre les populations de Donetsk et de Lougansk après qu’elles se soient rebellées contre le coup d’État qui a renversé un président élu et imposé une dictature dans le pays.

Ces deux régions, à majorité ethnique russe, avaient été les plus touchées par le coup d’État.

Viktor Yanukovich, le président renversé, avait obtenu la majorité des voix dans le Donbass, au sud-est de l’Ukraine, où une grande partie de la population est russe. L’une des premières mesures du nouveau régime a été d’interdire la langue russe dans le système éducatif : auparavant, les Russes ethniques avaient le droit d’être éduqués dans leur propre langue, désormais une langue qui leur était étrangère leur était imposée. La diffusion de programmes de radio et de télévision en langue russe a été interdite. Des manifestations ont été organisées avec des slogans tels que « Yanukovych est notre président ». Pour étouffer le mécontentement, le nouveau régime a envoyé des troupes accompagnées de paramilitaires néo-nazis, provoquant des massacres comme celui de la Maison des syndicats en mai 2014 à Odessa, où une cinquantaine d’opposants ont été brûlés vifs. Les habitants de Donetsk et de Lougansk ont réagi en organisant des milices populaires et en tenant des référendums où la majorité a décidé de faire sécession de l’Ukraine parce qu’ils ne voulaient pas être soumis à un régime hostile qui les opprimait et avait déjà réprimé par la force le mouvement anti-golpiste à Odessa et à Kharkiv. La guerre a alors éclaté.

Viktor Yanukovich

Lorsque Zelensky est arrivé au pouvoir, la dictature était déjà consolidée. Les partis d’opposition tels que le Parti des régions (le plus important du pays jusqu’au coup d’État) et le Parti communiste (le deuxième plus important) ne pouvaient ni s’organiser librement ni participer aux élections. Les citoyens du Donbass qui refusaient de reconnaître le nouveau régime étaient déjà officiellement considérés comme des terroristes et ceux qui tombaient prisonniers étaient torturés et tués. Alexander Kharitonov a été arrêté. Lyubov Korsakova a dû fuir en Russie, où elle a encore été victime d’un attentat. J’ai parlé à ces deux personnes en 2022. Ils ne sont que deux des milliers de victimes de la répression dans le Donbass. L’agression de Kiev a fait environ 15 000 morts depuis 2014.

Des bataillons néonazis comme Azov, Aidar et Tornado, ainsi que des organisations d’extrême droite comme Praviy Sektor et Svoboda, ont opéré librement et ont même été incorporés dans l’État ukrainien – dans l’armée et la politique officielle, avec des membres au parlement. Pendant ce temps, l’opposition a été totalement éliminée. En 2021, trois grandes chaînes de télévision d’opposition (112 Ukraina, NewsOne et ZIK) ont été fermées. La censure touche les stations de radio et de télévision, les journaux imprimés, les sites internet et les réseaux sociaux, y compris les chaînes Youtube. La censure est « digne des pires régimes autoritaires », a dénoncé la Fédération européenne des journalistes en 2023. La plus grande communauté religieuse du pays, l’Église orthodoxe ukrainienne, a été interdite par le parlement en octobre de l’année dernière.

Azov, bataillon neonazista

Aujourd’hui, outre le Parti des régions et le Parti communiste, le Parti socialiste, le Parti socialiste progressiste (de Kharitonov et Korsakova), l’Union des forces de gauche, les Socialistes, le Bloc d’opposition, Justice et développement, État, OURS et le Bloc de Vladimir Saldo, entre autres, sont illégaux. Le SBU (la police politique ukrainienne) justifie ces interdictions en accusant ces partis d’avoir « mené des activités anti-ukrainiennes, promu la guerre et créé de réelles menaces pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine ». De nombreux opposants au régime et à la guerre sont en prison, comme le pacifiste Bogdan Syrotiuk et les frères communistes Mikhaïl et Alexandre Kononovitch.

Malgré toutes ces mesures dictatoriales, la censure, la persécution et l’emprisonnement des opposants, la mise hors la loi des partis politiques et des organismes religieux et la domination des forces ouvertement nazies, l’Ukraine est considérée comme une démocratie par les dirigeants impérialistes et le monopole des médias occidentaux. Toutes ces violations évidentes des libertés démocratiques ont été dissimulées ou, au mieux, minimisées au cours des dix dernières années.

Freedom House, l’organisation financée par le gouvernement américain qui évalue chaque année l’état de la démocratie dans le monde, ne voit rien de mal à l’interdiction d’une douzaine de partis d’opposition en Ukraine et relativise la censure de la liberté d’expression et de religion. Le gouvernement ukrainien n’est pas aussi coupable que l’« invasion russe », même si celle-ci n’a eu lieu qu’en 2022, alors qu’au cours des huit années précédentes, toutes les libertés avaient déjà été supprimées en Ukraine.

L’élément le plus récent sur la liste des actions arbitraires du régime ukrainien a été l’expiration du mandat de Zelensky le 20 mai sans que de nouvelles élections n’aient été organisées. La constitution ukrainienne prévoit qu’elles ont lieu tous les cinq ans et, en fait, elles auraient dû avoir lieu en mars de cette année. Cependant, le gouvernement affirme que la loi martiale en vigueur depuis février 2022 ne permet pas la tenue d’élections pendant qu’elle est en vigueur. Par conséquent, les élections législatives, qui devaient avoir lieu en octobre 2023, ont également été reportées pour une durée indéterminée.

En général, la couverture internationale dans les principaux médias du monde est restée silencieuse sur cette question. Les quelques articles qui mentionnent l’expiration du mandat de Zelensky affirment que la loi martiale empêche la tenue des élections. Il s’agit d’une falsification de la législation ukrainienne. La constitution du pays mentionne les droits et les devoirs du président et explique le fonctionnement des élections dans un grand nombre de ses articles. Le chapitre V, consacré à la présidence du pays, mentionne la possibilité pour le président de quitter ses fonctions avant la fin de son mandat, mais il n’y a rien sur la prolongation du mandat présidentiel.

Dans sa seule mention de l’expiration du mandat de M. Zelensky, CNN a diffusé une conversation en direct entre la présentatrice Paula Newton et la correspondante à Kiev Nataliya Gumenyuk, dans laquelle cette dernière a tenté de justifier la prolongation du mandat de M. Zelensky en déclarant, entre autres, que la constitution avait été rédigée à une époque où personne n’imaginait qu’une guerre se produirait. Pour le droit, et plus encore pour la constitution d’un pays, ce qui compte, c’est ce qui est écrit. Si la constitution prévoit un mandat présidentiel de cinq ans et ne prévoit pas de prolongation, elle est inconstitutionnelle.

La DW allemande a consulté des juristes ukrainiens pour interpréter la constitution, au lieu de consulter la constitution ukrainienne elle-même. Bien entendu, ces juristes ont déclaré que Zelensky pouvait rester président. Après tout, il est le chouchou de la presse internationale – parce qu’il est le protégé du gouvernement américain. Zelensky peut emprisonner des opposants, fermer des chaînes de télévision, rendre les partis illégaux, persécuter des prêtres et massacrer des populations entières à la frontière avec la Russie, mais il est un champion de la démocratie. Zelensky n’est pas Maduro ou Ortega dont la presse internationale se moque.

Une branche de la presse américaine, Rede Globo,[Presse brésilienne] a évidemment dû elle aussi prendre la défense de Zelensky. G1 a publié un article qui cherchait à justifier la continuité anticonstitutionnelle du président ukrainien dans chaque paragraphe, tandis qu’O Globo a déclaré que la remise en question de la légitimité de Zelensky n’était rien d’autre que de la « propagande de guerre » russe.

L’angle unidirectionnel de la couverture médiatique n’est pas un hasard. L’ordre du jour a été fixé, comme toujours, par le département d’État américain, avec les instructions suivantes données par le secrétaire Antony Blinken au début du mois : les élections auront lieu « lorsque les Ukrainiens seront d’accord pour que les conditions soient réunies pour qu’elles aient lieu ». Tous ceux qui ont compris le message savent que Blinken voulait dire « lorsque nous (les Américains) serons d’accord ».

Ce n’est pas seulement parce que les élections de mars n’ont pas eu lieu que Zelensky est un président illégitime. Tous les présidents ukrainiens depuis 2014, lorsque Viktor Yanukovych a été renversé par un coup d’État d’extrême droite, sont légalement et constitutionnellement des présidents illégitimes. Le régime issu du coup d’État de 2014 est une dictature et le président est choisi parmi les administrateurs de cette dictature, sans véritable opposition. Mais Zelensky semble ouvrir un nouveau chapitre dans l’histoire de la dictature ukrainienne : en rompant avec la formalité électorale, il tente de se perpétuer au pouvoir. Cela ne manquera pas de semer la discorde avec d’autres secteurs du régime, qui veulent l’écarter du pouvoir sans changer la structure dictatoriale du régime.

Mais comme il est le chouchou des États-Unis, de l’Union européenne et de l’OTAN, et que ce sont eux qui dirigent réellement la dictature ukrainienne, il devrait avoir un succès au moins momentané. L’impérialisme a besoin de garder Zelensky à la tête du gouvernement, sinon un changement pourrait déstabiliser davantage le régime, ce qui affecterait les performances de l’armée sur la ligne de front et pourrait anticiper une défaite militaire en faveur de la Russie. Et une défaite de l’Ukraine face à la Russie serait le pire cauchemar de l’impérialisme, qui a déjà fait part de sa volonté de se battre « jusqu’au dernier Ukrainien ».

Eduardo Vasco

 

Article original en portugais :

O que falta para chamar Zelensky de ditador?  le 29 mai 2024

Traduction : Mondialisation.ca

*

Eduardo Vasco est journaliste spécialisé en politique internationale, correspondant de guerre et auteur des livres « Le peuple oublié : une histoire de génocide et de résistance dans le Donbass » et « Blocus : la guerre silencieuse contre Cuba ». Ses articles sont publiés régulièrement sur la page en portugais.



Articles Par : Eduardo Vasco

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]