Que se passe-t-il vraiment au Kenya ?

Jendayi Frazer, Secrétaire Adjointe aux Affaires Africaines des Etats Unis est envoyée sur place. Condoleeza Rice prêche la réconciliation. Bernard Kouchner s’éléve contre « des élections truquées ». Chevaliers blancs de l’ingérence démocratique…ou porte-paroles hypocrites de la recolonisation? Emmanuel Katz a interviewé Mohamed Hassan, grand spécialiste du Moyen Orient et de l’Afrique.  
Kenya : affrontements ethniques ou séquelles du colonialisme ?

Que se passe-t-il vraiment au Kenya?

Pour y voir plus clair, il faut remonter jusqu’à la colonisation. Les Anglais ont déclaré que le Kenya était un « no man’s land », dont ils pouvaient disposer comme ils l’entendaient. Sanstenir compte, bien sûr, des pasteurs Masaïs et des agriculteurs qui s’y trouvaient de longue date.
Ils ont d’abord voulu importer des colons du Punjab, mais ceux-ci ne voulaient pas venir sans leurs familles. Trop che pour les Anglais. Le Kenya fut donc occupé par des « settlers » anglais, qui reçurent de grandes étendues de terre et une bonne partie des troupeaux des Masaïs. Le Kenya devint une colonie de peuplement, avec des « settlers » anglais et les habitants premiers relégués au rang de travailleurs salariés ou de chômeurs. Autre instrument utilisé pour prolétariser et inclure les Kenyans dans l’économie de marché: le « poll tax ». Pour pouvoir le payer, il fallait travailer. Pour les Anglais…

Il y a eu résistance?

Oui, sous de multiples formes. mais principalement de la part de la minorité de petits propriétaires terriens et de commerçants kenyans. Ce sont eux qui furent à la base du mouvement dit « Mau-Mau »

Que signifie « Mau-Mau »?

C’est un terme méprisant inventé par Sir Jack Kitson, envoyé au Kkenya pour écraser le mouvement indépendantiste (une révolte principalement kikuyu). Il avait déjà fait ce « travail » (sous le terme « guerre de basse intensité » ) en Malaisie. Avant de continuer en Iralnde du Nord. Une répression sanglante, mais le Kenya accéda tout de même à l’indépendnce, en 1962.

Une indépendance complète?

Non. Une indépendance négociée, avec beaucoup de concessions octroyées par Jomo Kenyatta. Par exemple, la réforme agraire fut surtout une « réforme Kenyatta », où les terres furent distribuer aux partisans du Kanu…Clientélisme et corruption, ces deux fléaux des pays néo-colonisés.

L’économie c’est tout de même développée?

Oui, mais de façon déformée: cultures (thé, primeurs, fleurs) orientées vers l’exportation, domination des multinationales étrangères. Résultat: une minorité de Kenyans privilégiés. Mais 4O% de chômeurs, 47,5% du Produit National Brut consacré au paiement de la dette, une mortalité infantile de 14 pour mille, une majorité de Kenyans devant vivre avec moins de deux dollars par jour…

Quels sont les différences entre Kibaki et Odinga?

Ils représentent tous deux les intérêts des Occidentaux (« stabilité dans la corne de l’Afrique et lutte contre le terrorisme »)et de la minorité privilégiée des Kenyans. Aucun de leurs deux partis ne sont porteurs d’une politique d’indépendance nationale. A quoi il faut ajouter la déculturation massive imposée par les missions fondamentalistes protestantes et les ONG qui perpétuent une mentalité de dépendants/assistés-et l' »ethnicisme » utilisé comme arme politique.

Pour en savoir plus: « Imperialsme in East AfricaéNabudere ».



Articles Par : Mohamed Hassan

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]