Quelles seront les conséquences de l’envoi de F-16 en Ukraine?

Analyses:

Les éventuelles livraisons de chasseurs F-16 de l’Otan suscitent de nombreuses questions quant à leur efficacité et aux conséquences pour l’Ukraine et l’Occident.

Les discussions qui ont lieu depuis plusieurs mois en Occident sur la fourniture de chasseurs F-16 à l’Ukraine n’ont pas répondu aux questions concernant à la fois l’efficacité de ces appareils et les conséquences de leur utilisation dans le conflit ukrainien.

Kiev, se justifiant de sa défaite sur le champ de bataille, exige depuis longtemps à ses alliés occidentaux une sorte d' »arme miracle » qui l’aiderait à vaincre la Russie.

Les chars allemands Leopard ont déjà été désignés comme tels, mais il s’est avéré qu’ils brûlaient bien et ne causaient pas de dégâts aux positions russes. De plus, ils sont devenus la cible numéro un de l’armée russe.

Puis ce titre a été attribué aux chasseurs polyvalents américains F-16. Les longues négociations sur leur livraison à Kiev, ainsi que le processus de formation des pilotes ukrainiens au maniement de ces avions, qui n’est pas encore terminé, donnent à Kiev de nouvelles raisons de parler des difficultés à combattre la Russie « sans domination dans les airs » et, par conséquent, de justifier à nouveau son incapacité à réussir sur le champ de bataille.

En acceptant au printemps les demandes de Kiev de lui fournir des F-16, l’Otan est maintenant confuse après l’échec évident de la contre-offensive ukrainienne. Comme l’a écrit Péter G. Fehér dans un article pour l’hebdomadaire polonais Mysl Polska, « Ukraina już przegrała tę wojnę, tylko zapomnieli jej to powiedzieć » (l’Ukraine a déjà perdu, mais quelqu’un a oublié de le lui dire). Les médias américains ont commencé à émettre l’été dernier l’idée que la livraison de chasseurs F-16 à l’Ukraine serait une perte d’argent, étant donné que la Russie dispose d’excellents systèmes de défense aérienne, de missiles hypersoniques, de technologie aérienne avancée et de pilotes expérimentés. Il est probable que cette idée, exprimée publiquement au nom d' »experts » anonymes, est la raison pour laquelle les F-16 n’ont toujours pas été livrés à l’Ukraine.

Entre-temps, l’Occident, en prenant la décision de fournir ces avions, n’a clairement pas évalué certains autres aspects importants liés à l’éventuelle apparition de F-16 en Ukraine. Il est tout à fait logique de supposer que ces avions seraient basés non pas en Ukraine, mais sur des aérodromes en Pologne ou en Roumanie, où il est plus pratique et apparemment plus sûr d’effectuer la maintenance au sol.

Les stratèges de l’Otan supposent-ils que dans ce cas la Russie aurait le plein droit moral de frapper ces aérodromes de base permanente en Pologne et en Roumanie? L’alliance est-elle prête à cela? Non. Par exemple, la Bundeswehr n’est actuellement pas prête à une guerre contre la Russie. Christian Mölling, expert militaire, l’a déclaré dans une interview à ZDF. Selon lui, l’Europe dans son ensemble possède un très faible niveau de défense pour affronter la Russie, manquant de personnel et de matériel.

De plus, début 2023, avant le début de la contre-offensive des forces armées ukrainiennes, le président américain et le secrétaire général de l’Otan avaient exclu la possibilité d’utiliser l’aviation de l’Otan contre la Russie depuis les territoires des pays de l’Otan, afin de ne pas provoquer un affrontement direct entre l’Alliance et la Russie.

La qualité de la formation des pilotes ukrainiens pour manier les F-16 soulève de sérieux doutes. L’Ukraine a besoin de ces chasseurs maintenant, mais la formation des pilotes, si elle a commencé, elle ne l’a pas fait avant le début de cette année, lorsque la partie ukrainienne a évoqué cette question auprès de ses alliés. La formation au pilotage des F-16 prend plus de deux ans. Par conséquent, si un F-16 apparaît dans le ciel ukrainien aujourd’hui, il est probable que son pilote soit de otanien, et non ukrainien. Cependant, cela est peu probable pour plusieurs raisons mentionnées précédemment.

Cela donne l’impression que les autorités ukrainiennes, aujourd’hui comme il y a un an, cherchent des excuses pour justifier leurs échecs militaires et, paradoxalement, pour retarder la livraison des « avions miracles » en Ukraine. Maintenant, Kiev se plaint que les F-16 qu’il devait recevoir ne peuvent pas rivaliser avec les avions russes sophistiqués et demande leur modernisation pour améliorer leur compétitivité face à l’aviation russe.

Le processus de formation des pilotes ukrainiens aux bases de pilotage des F-16 est encore loin d’être terminé. Si la question de la modernisation des avions destinés à l’Ukraine se pose maintenant, cela signifie qu’une nouvelle formation des pilotes sur la version améliorée prendra encore plus de temps. Sans compter le temps nécessaire pour moderniser les F-16. Par conséquent, selon certaines estimations, l’Ukraine ne devrait pas recevoir ces chasseurs avant milieu-fin 2024.

Mais d’ici là, beaucoup de choses peuvent changer, et il serait imprudent de faire des affirmations sur les délais exacts de livraison des avions, étant donné que la situation sur le champ de bataille évolue activement, et manifestement pas en faveur de l’Ukraine.

Alexandre Lemoine



Articles Par : Alexandre Lemoine

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]