Qui a perdu le Nil ?

L’Égypte paralysée face à l’Éthiopie et au Soudan

L’édification par l’Éthiopie du barrage de la Renaissance sur le Nil bleu a exacerbé les tensions entre les pays riverains. L’Égypte craint de voir sa part des eaux du fleuve diminuer sensiblement, mais elle semble incapable de s’opposer au projet d’Addis-Abeba qui bénéficie désormais du soutien du Soudan.

« L’Égypte est un don du Nil » ! Tous les écoliers à travers le monde qui ont étudié les pharaons connaissent cette formule du grand historien et voyageur grec Hérodote, qui vécut au Ve siècle avant Jésus Christ. Le Romain Tibulle, au siècle précédant la naissance du Christ, rendait hommage au fleuve, car le « sol que tu arroses ne réclame pas l’eau du ciel, et l’herbe desséchée n’implore pas Jupiter qui distribue l’eau des pluies1. » Pourtant, cette manne multimillénaire est menacée et au Caire, experts comme fonctionnaires, intellectuels comme diplomates reconnaissent, sous couvert d’anonymat, que la bataille menée par l’Égypte pour conserver le contrôle des eaux du plus long fleuve du monde est bien mal engagée.

Avec l’achèvement prévu pour cette année du gigantesque barrage de la Renaissance construit sur le Nil bleu, l’Éthiopie aura la haute main sur le débit des eaux. « Nous avons perdu, reconnaît à contrecœur un officiel égyptien. Nous n’avons pas été capables d’empêcher la construction du barrage ; nous n’avons pas été en mesure d’obtenir des modifications au projet, notamment la réduction de ses capacités. Notre seul espoir, et il est mince, c’est que le remplissage du lac du barrage s’opère sur une période plus longue que les trois ans prévus par Addis-Abeba. » Dans le cas contraire, le pays risque de connaître des pénuries d’eau, peut-être dès l’an prochain. Et l’on évoque encore une fois au Caire l’épisode plus ou moins légendaire du roi éthiopien Dawit II qui à la charnière des XIVe et XVe siècles menaça les sultans mamelouks de barrer les eaux du Nil2.

UNE EXPLOSION DÉMOGRAPHIQUE

Le dossier sur l’usage des eaux du Nil est complexe, alimenté à la fois par le droit international (comment doit-on répartir les eaux d’un fleuve qui traversent plusieurs pays ?), par l’histoire (les nombreux traités signés), par une rhétorique sur les « droits inaliénables » des uns et des autres, et par les rapports de force entre pays riverains. Au risque de schématiser, essayons de dégager les données essentielles du contentieux. Les sources du Nil se situent en Éthiopie, qui alimente le Nil bleu, et au Burundi, qui alimente le Nil blanc. Le Nil bleu et le Nil blanc opèrent leur jonction à Khartoum, le premier fournissant 90 % du total de l’eau. Depuis le début du XXe siècle, l’Égypte a fait reconnaître par différents traités ses droits sur l’eau, d’autant plus cruciaux que le pays en dépend à 97 %, contrairement aux autres pays riverains qui, comme l’Éthiopie, connaissent une pluviométrie élevée.

En 1959, Le Caire signe avec le Soudan, qui a accédé à l’indépendance en 1956, un accord de répartition des eaux : elle obtient 55,5 milliards de m3 et son voisin 18,5 milliards, les 10 milliards restants étant perdus par l’évaporation. Jusque dans les années 1990, malgré les réclamations d’autres pays riverains, les choses étaient restées en l’état : l’Égypte dominait le Nil.

Pourtant, ces données de base en apparence intangibles ont été bouleversées. D’abord, la région a connu une explosion démographique : en 1959 l’Égypte comptait 25 millions d’habitants, le Soudan 11 millions et l’Éthiopie 27 millions. En 2016, leur population respective est de 95 millions, 40 millions (l’amputation du sud du Soudan devenu indépendant en 2011), et 102 millions. Et les autres pays riverains ont vécu un accroissement similaire. À quoi il faut ajouter l’intensification de l’élevage qui représente pour le Soudan et l’Éthiopie la moitié de leur PNB agricole et absorbe de plus en plus d’eau, tandis que la pluviométrie décroit sous l’effet du réchauffement climatique. Enfin, l’urbanisation a progressé rapidement entraînant aussi une consommation grandissante en eau3. Celle-ci est donc devenue une ressource plus rare, plus chère, alors même que la désertification s’étend dans la corne de l’Afrique.

UN PROJET AVANT TOUT POLITIQUE

C’est dans ces conditions que l’Éthiopie lance le projet Renaissance sur le Nil bleu. Ce sera le plus colossal barrage d’Afrique, plus imposant que le Haut-Barrage d’Assouan, construit dans les années 1960 par l’Égypte avec l’aide soviétique et vitrine du régime nassérien. Haut de 175 mètres et long de 1 800 mètres, sa capacité de stockage se montera à 67 milliards de mètres cubes, soit l’équivalent de presque une année de débit du fleuve. Décidée unilatéralement, sa construction commencée en 2013 par une entreprise italienne serait, selon Addis-Abeba, achevée aux deux tiers. Il permettra de produire 6 450 mégawatts (MW) d’électricité.

Pour Hani Raslan, chercheur au Centre d’Al-Ahram pour les études politiques et stratégiques et l’un des principaux spécialistes égyptiens du dossier, le projet éthiopien est « avant tout politique. Il vise à consolider l’unité nationale dans un pays où le pouvoir est accaparé par une petite minorité ethnique, les Tigréens, et se heurte à de nombreuses oppositions, notamment de l’ethnie la plus nombreuse, les Oromos. » Ceux-ci ont notamment manifesté fin 2016-2017 et Addis-Abeba a accusé Le Caire de pousser à la révolte. « Pourquoi vouloir produire plus de 6 000 MW d’électricité, s’interroge Raslan, alors que la consommation de l’Éthiopie et de tous ses voisins réunis atteint à peine 800 MW ? »

« Il aurait été plus rationnel d’un point de vue économique, mais également d’un point de vue écologique, de construire une série de petits barrages », confirme un expert occidental. Car les conséquences de l’édification de ces grands barrages (pas seulement en Afrique) font débat depuis longtemps. Et l’expert de rappeler :« Les barrages retiennent l’eau mais aussi les sédiments charriés par les fleuves et qui servent à fertiliser les terres. »

Mais le régime d’Addis-Abeba a investi son prestige et son autorité dans le barrage, mobilisé toutes ses ressources internes et imposé des contributions forcées à la population. Et rien ne semble pouvoir l’arrêter. « L’Éthiopie se conduit comme la Turquie », s’étrangle Raslan, ce qui dans sa bouche n’a rien d’un compliment : les relations entre Le Caire et Ankara se sont détériorées depuis l’arrivée de Abdel Fattah Sissi au pouvoir en 2013, Recep Tayyip Erdogan étant accusé de soutenir les Frères musulmans, ennemis jurés du régime. Raslan fait référence au projet d’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu Projesi, GAP), avec le grand barrage Atatürk auquel s’est ajoutée une vingtaine d’ouvrages de moindre importance qui a asséché en partie l’Euphrate et le Tigre et privé de ressources en eau la Syrie et l’Irak4. Maintenant, ce serait au tour de l’Égypte d’être « asséchée »…

« LA CRISE EST FINIE, IL N’Y A PAS DE CRISE »

Face à cette détermination éthiopienne et au ralliement soudanais à la position d’Addis-Abeba, l’Égypte a été incapable de mettre en œuvre une stratégie cohérente, oscillant entre un discours ultranationaliste — notamment dans les médias prompts à s’enflammer pour cette cause qu’est le Nil — et une affirmation publique de sa disposition à coopérer qui confine souvent à l’illusion. Ainsi, en marge de la réunion du sommet de l’Union africaine de janvier 2018, on a vu Sissi entouré des deux présidents éthiopien et soudanais prétendre que les problèmes seraient résolus en un mois : « Nous avons les mêmes intérêts, nous parlons comme un seul État, pas comme trois États. La crise est finie, il n’y a pas de crise. » Il renonçait dans le même temps à la demande de médiation de la Banque mondiale qu’il avait proposée quelques semaines plus tôt pour débloquer le dossier. En mars 2015 déjà, un accord intérimaire avait été signé entre les trois pays, que Sissi avait approuvé contre l’avis de nombre de ses proches, dont sa conseillère sur les questions de sécurité nationale Faiza Abou El-Naga. Il est resté lettre morte.

Dans une région où n’existe aucune volonté de coopération, où chacun des trois régimes privilégie une approche nationaliste, l’Égypte se heurte, même si elle ne le reconnaît pas, au déclin de son influence. Comme le note Nabil Abdel Fattah, lui aussi chercheur au centre d’Al-Ahram, bon connaisseur du Soudan, « nos capacités diplomatiques se sont réduites depuis des décennies en Afrique ; nous regardions vers les États-Unis et l’Europe. Nous avons négligé les transformations profondes de ce continent et nous manquons de chercheurs, de diplomates, de militaires qui connaissent vraiment l’Éthiopie. Nous avons même été incapables, pour sortir de l’impasse, d’actionner les réseaux coptes, alors que les Églises des deux pays sont profondément liées ».

COMME LES RAPPORTS ENTRE LA FRANCE ET L’ALGÉRIE

Et le revirement du Soudan, allié traditionnel de l’Égypte ? « L’histoire des relations entre nos deux pays est complexe, explique Nabil Abdel Fattah. Nous avons occupé ce pays pendant la moitié du XXe siècle et celui-ci a accédé à l’indépendance contre notre gré. Il existe entre les deux voisins une forme de relations d’amour-haine similaire à celle qui règle les rapports entre la France et l’Algérie. » Bien après l’indépendance du Soudan en 1956, les relations humaines et économiques sont restées étroites. « Les plus grands écrivains soudanais, note Nabil Abdel Fattah, comme Tayib Salih, auteur de Saison de la migration vers le nord, ont vécu et travaillé au Caire. »

Mais le temps a passé et les relations se sont distendues. Le Caire a négligé son voisin du Sud. Le 30 juin 1989, un coup d’État à Khartoum porte au pouvoir les islamistes avec Omar El-Béchir. « Cela fait vingt-huit ans que ce pouvoir s’est installé, note un diplomate égyptien, et cela fait vingt-huit ans qu’il fait tout pour couper les relations entre les deux pays. Il a fermé les universités égyptiennes au Soudan et alimenté une hostilité à l’égard de l’Égypte, notamment chez les jeunes qui n’ont pas connu la période des relations. En réalité, c’est un pouvoir des Frères musulmans qui veulent se venger de ce qui s’est passé en 2013. »

« Une culture d’exclusion s’est répandue au Soudan, explique Nabil Abdelfattah. Les salafistes ont étendu leur emprise sur la société, sur les jeunes, souvent avec l’aide de l’Arabie saoudite. » Même s’il reconnaît qu’il existe un racisme anti-soudanais en Égypte et que son pays a fréquemment négligé les questions de développement chez son voisin du sud.

Régulièrement agité par Khartoum, un des points de contentieux bilatéral concerne le triangle de Halayib au sud-est de l’Égypte, revendiqué par le Soudan depuis l’indépendance. « Ils parlent d’occupation, s’indigne Raslan et désignent notre armée commemisraili,un mot qui allie l’Égypte (misr) et Israël et établit ainsi un parallèle entre l’occupation de la Palestine et celle de Halyib. Ils ont perdu le Sud-Soudan devenu indépendant et ils lèvent le drapeau de Halayib pour le faire oublier ! » Et les deux capitales s’accusent régulièrement d’abriter leurs opposants respectifs : les Frères musulmans égyptiens ou les insurgés du Darfour. La visite du président Recep Tayyip Erdoğan au Soudan et les débats sur l’installation d’une base militaire ont aussi inquiété au Caire.

ENTRE L’ARABIE SAOUDITE ET LA TURQUIE

Pourtant, au-delà de ses orientations idéologiques, ce qui caractérise Omar El-Béchir — inculpé par la Cour pénale internationale (CPI) pour génocide et crimes contre l’humanité au Darfour — c’est son pragmatisme. Longtemps allié à l’Iran, il a rompu avec ce pays pour se rallier à l’Arabie saoudite en 2014 — ce qui a contribué à la levée des sanctions américaines le 6 octobre 2017 — et envoyé des milliers de soldats au Yémen. Et même en Égypte, on reconnaît que le ralliement de Khartoum à l’Éthiopie sur le dossier du Nil tient d’une forme de réalisme : « Le Soudan a compris que l’Éthiopie allait gagner, explique un diplomate égyptien, et il espère y trouver son compte, une électricité abondante et gratuite. » Cependant, il néglige les retombées écologiques et le diplomate d’agiter la possibilité bien improbable que le barrage s’effondre, et Khartoum « se retrouverait sous dix mètres d’eau ».

Déjà écartelés entre les trois pays, le Nil et la corne de l’Afrique sont devenus les otages des puissances régionales qui s’affrontent au Proche-Orient, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Turquie et l’Iran. Et dans ce jeu d’échecs d’une grande complexité, l’Égypte se trouve plutôt isolée. Après une période difficile avec l’Arabie, les relations se sont améliorées, néanmoins Riyad continue d’octroyer une aide économique indispensable au Soudan, qui vient de dévaluer sa monnaie nationale. « Ils ont versé le prix du sang au Yémen, et pour les Saoudiens, des Bédouins, cela compte » remarque, un peu méprisant, un intellectuel égyptien. Disposant du soutien soudanais et des États-Unis pour qui elle est une alliée-clé dans la guerre contre le terrorisme, notamment en Somalie et dans la corne de l’Afrique, l’Éthiopie a récemment reçu l’appui de la Turquie. Son président Mulatu Teshome s’est rendu à Ankara en février 2018 pour y rencontrer Erdoğan. En novembre 2017, le premier ministre éthiopien a signé à Doha un important accord de coopération bilatéral – et le Qatar a même été accusé par la presse égyptienne de financer la construction du barrage, ce qui relève des fake news5.

UNE GUERRE DE L’EAU ?

Si la diplomatie échoue, une guerre est-elle imaginable ? « Le prochain conflit dans la région du Proche-Orient portera sur la question de l’eau. (….) L’eau deviendra une source plus précieuse que le pétrole », assurait en 1992 l’Égyptien Boutros Boutros-Ghali qui venait de prendre ses fonctions de secrétaire général des Nations unies. Certes, on entend des bruits de bottes et la presse soudanaise a annoncé en janvier la création d’une force commune avec l’Éthiopie destinée, notamment, à protéger le barrage6. La flotte égyptienne croise dans le détroit du Bab Al-Mandeb, dans le cadre de la guerre au Yémen, mais pourrait jouer un rôle en cas de conflit avec l’Éthiopie. Et Le Caire a déployé des troupes en Érythrée, ennemi mortel de l’Éthiopie à qui l’a opposé un conflit meurtrier (1998-2000). « Pourtant, reconnaît un diplomate égyptien, si notre supériorité militaire face à l’Éthiopie est incontestable, un scénario de guerre est peu probable. Il isolerait totalement l’Égypte. » Et l’aventure elle-même serait sans doute moins facile que le pense notre interlocuteur.

« Pour Sissi, note un journaliste égyptien, il est urgent d’attendre et de laisser passer l’élection présidentielle de fin mars. » Mais que se passera-t-il après ? Quand les Éthiopiens commenceront à emmagasiner cet été des milliards de m3 d’eau, privant l’Égypte d’une partie de ses ressources ? Depuis 2013, Sissi a développé une rhétorique nationaliste, voire chauvine ; mais la cession l’an dernier à l’Arabie saoudite des deux îles de Tiran et Sanafir, où des soldats saoudiens viennent de s’installer, a provoqué une levée de boucliers et une chute de sa popularité, même parmi ses soutiens les plus fermes. Peut-il faire perdre à l’Égypte le Nil, la veine jugulaire du pays depuis des milliers d’années ?

Alain Gresh

 

Photo à la Une : Barrage de la Renaissance en construction. tractebel-engie.com
Notes

1Du Nil à Alexandrie, histoires d’eaux, CNRS/Centre d’études alexandrines, 2011.

2Lire l’étude érudite d’A. Caquot, « Aperçu préliminaire sur le Maṣḥafa Ṭēfut de Gechen Amba », Annales d’Éthiopie, 1955 ; p. 89-108.

3Lire Ibrahim Elnur, « The Changing Hydraulics of Conflict and Cooperation in the Nile Basin » in The Burden of Ressurces. Oil and Water in the Gulf and Nile Basin (Sharif E. Elmusa, éd.), Cairo Papers in Social Sciences, Vol. 30, n° 4, hiver 2007.

4Le projet a été lancé dans les années 1980, bien avant l’arrivée du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir.

5L’Éthiopie avait coupé ses relations diplomatiques avec le Qatar en avril 2008 à la suite d’une couverture critique par Al-Jazirah de la situation en Ogaden.

6Al Mihjar, Khartoum, 17 janvier 2018.



Articles Par : Alain Gresh

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]