Qui aurait pensé que Fukuyama tomberait à Gaza?

Ne sous-estimons pas ce que nous avons et ne nous laissons pas tenter par les titres, le luxe, le faste et les lauréats de prix internationaux. Le Christ et le Prophète Mohammad n’avaient rien de tout cela, mais ont changé le monde. 

Et aujourd’hui, ce morceau de terre qu’on appelle Gaza a commencé à défier l’Histoire et ses théories politiques ou sociales, alors qu’elle est moins étendue que n’importe quel quartier de Manhattan et que le politologue américain, Francis Fukuyama, trempe dans la mer de Gaza sa théorie de « La Fin de l’Histoire… » et boit son eau salée, parce que la fin de l’ère impériale se décide en Palestine. 

En effet, Israël étant le prototype de la supériorité occidentale, sa victoire signifierait que l’Occident est toujours aussi fort et gouverne le monde, alors que sa défaite signifierait l’inverse et la fin de l’époque où les puissances européennes pouvaient dévier le cours de l’Histoire et modifier des frontières jusqu’à créer un État contre l’Histoire, contre la Géographie et contre la Logique. 

J’ai toujours dit que les maux de nos sociétés et les faiblesses de notre immunité nationale et morale résultent de la création d’Israël et de ses victoires, lesquelles nous occupent au point de nous empêcher de découvrir qui nous sommes. D’autant plus que toute victoire d’un ennemi porte atteinte au prestige de la patrie et soulève des doutes quant à ses valeurs et ses théories sécuritaire, culturelle et économique. 

C’est ainsi que conformément à la vision du philosophe arabe, Ibn Khaldoun, les civilisations victorieuses militairement dictent aux vaincus leur modèle culturel même si leurs valeurs sont contraires à la logique, parce que celui dont la culture est ébranlée, manque de confiance en lui et en ses valeurs. De plus, il peut finir par penser que la culture de l’ennemi victorieux est non seulement plus puissante que la sienne, mais aussi qu’elle est la source de sa supériorité militaire. 

Et c’est ainsi que l’affaiblissement d’un État vaincu le pousse à rechercher des victoires imaginaires et réveille en lui des contradictions latentes, certaines surgissant des décombres du Temps et des tombes de l’Histoire. De ce fait, les révolutions internes éclatent toujours après de grandes défaites. 

La Révolution française n’a pas éclaté simplement parce que Marie-Antoinette aurait suggéré que les affamés se nourrissent de gâteaux secs à défaut de pain, mais plutôt parce que la France était financièrement affaiblie par les guerres menées à l’étranger et notamment, par la perte de ses colonies en Amérique du Nord au profit des Britanniques. 

Les revers militaires de l’armée russe pendant la Première Guerre mondiale ont permis la propagation des idées bolcheviques, une minorité ayant commencé par considérer que l’inégalité de classes est la raison de la défaite, avant de mener une révolution des masses laborieuses et de construire un modèle différent du modèle tsariste vaincu. Ensuite, la défaite de l’Afghanistan a provoqué la révision de l’ensemble de la théorie communiste. 

De même, les défaites militaires des Ottomans ont mené à la désintégration de leur empire et au retour des nationalismes écrasés lorsque l’État était craint et remportait des victoires. 

Quant à la défaite des Arabes lors de la « catastrophe » de la Palestine [la Nakba], en 1948, elle fut à l’origine des révolutions des officiers libres [en Égypte] et de la série de coups d’État militaires dans la région, les conséquences internes de la défaite ayant rétabli certains équilibres dans la société vaincue. Mais l’effondrement du projet nassérien, en 1967, fut la cause de l’émergence de théories visant à combler le vide et à remplacer le nationalisme vaincu par des projets régionaux et religieux ayant donné naissance aux slogans : « l’Égypte d’abord… la Jordanie d’abord… l’Islam est la solution ! ». [D’où le traité de paix israélo-égyptien signé le 26 mars 1979 à Washington à la suite des accords de Camp David de 1978 ; le traité de paix israélo-jordanien signé le 26 octobre 1994 à Wadi Araba ; les troubles consécutifs à l’activisme des Frères Musulmans dans les années 1980 ; NdT]. 

Ensuite, l’écrasante défaite irakienne en 2003 a inévitablement produit des fissures dans les sociétés arabes, fissures ayant engendré les germes du prétendu printemps arabe à un moment où ces sociétés cherchaient à se raccrocher à un projet qui les sortirait de cette énième catastrophe aussi choquante que la défaite de 1967. 

La défaite d’Israël en 2006 a provisoirement ralenti la fracture jusqu’à ce que le déluge de manœuvres sectaires et de discordes mène au dit printemps arabe : une saison de récolte américano-israélo-européenne de ce qui avait été semé lors de la guerre contre I’Irak.

C’est dans ce contexte que la création d’Israël peut être considérée comme le point culminant des victoires de l’Occident et le signe de la puissance de sa culture ayant imposé au monde la soumission à sa décision de créer un État contre l’Histoire, la Géographie et la Logique. Et c’est pourquoi vaincre Israël reviendrait à vaincre le leadership occidental, ses dernières défaites dans notre région remontant à 900 ans aux mains de Saladin, puis aux mains des Ottomans par la perte de Constantinople. L’Europe s’était alors repliée sur elle-même avant de se tourner vers le nouveau monde américain. 

Ce qui précède confirme donc que chaque événement militaire majeur change le cours de l’histoire, l’équilibre des pouvoirs, la stabilité politique, et mène à des théories politique, culturelle et philosophique alternatives, afin de remédier à la défaite militaire et faire face à ses conséquences. Désormais, le projet sioniste est entré dans cette phase dangereuse, car  la bataille de Gaza est une défaite militaire, idéologique et culturelle pour l’ensemble du projet occidental. 

Bien qu’en 2006 l’armée israélienne n’avait pas réussi à pénétrer dans un village libanais et à y rester, je suis surpris par sa faiblesse devant Gaza en dépit de toutes les révisions et de toutes les aides dont elle a encore bénéficié, en plus des conséquences du soi-disant printemps arabe ayant fragilisé les armées nationales de l’Irak, de la Syrie et de la Libye. 

Cependant, il est clair que l’armée israélienne est incapable de prendre le contrôle de Gaza, ne sait plus qu’assassiner des civils afin de dissimuler son échec militaire, tout en espérant que le Hamas en aura pitié et finira par lui remettre les clés de Gaza sans combats ; autrement dit, tente d’obtenir une victoire facile et ignoble à la fois. Mais il se trouve qu’une large majorité des habitants de Gaza soutiennent le combat des Brigades al-Qassam, la branche militaire du Hamas, contre ses oppresseurs [*]. 

Par conséquent, Israël se trouve face à un grand dilemme, incapable de régler la situation et incapable de battre en retraite. Mais le plus important sera le déclin de sa puissance et le retrait de ses tentacules qui se sont faufilés dans des États et des mouvements arabes, lesquels en sont arrivés à croire qu’Israël les protège et les soutient. 

Auquel cas, les voix des annexes d’Israël et de ses partisans au Liban s’atténueront ou s’étoufferont jusqu’à ce qu’Israël retrouve son prestige, quoique l’attente risque d’être très longue. Il en sera de même pour les prolongements des opposants arabes répandus en Europe et en Amérique, comme pour les terroristes répandus en Syrie et au Moyen-Orient. Pour le moment, nous constatons qu’ils baissent le ton, observant terrorisés et incrédules la correction infligée à l’armée dite invincible. 

Si la victoire de Gaza se concrétise, le Printemps arabe s’éteindra et le rôle des prétendus révolutionnaires arabes, emportés par ledit printemps et par l’idée que le destin d’Israël et des États-Unis est irréversible, déclinera et cherchera à se raccrocher à de meilleures destinées. 

Qui aurait pensé que Fukuyama tomberait à Gaza ? Qui aurait pensé que Gaza vaincrait Manhattan et que l’Histoire est une histoire sans fin, dont le cours ne peut être modifié que par la main de celui qui est prêt à offrir le sang de ses artères tant qu’il le faudra. 

Gaza est donc le point de rencontre de deux théories qui s’affrontent : celle d’Ibn Khaldoun et celle de Fukuyama. De cet affrontement sortira la fin d’un État ou la fin de l’Histoire. Car si le sang initie le début de l’Histoire, la chute d’une théorie entraîne sa fin. 

Finalement, Israël est une théorie qui tend vers sa fin, ainsi que les lignes droites tracées sur les cartes de la région par Sykes-Picot et les couronnes posées sur certaines têtes arabes, tandis que la Palestine ainsi que l’Histoire renaissent de la matrice de Gaza. 

Naram Sarjoun

Célèbre pseudonyme d’un patriote syrien 

14/12/2023

Source : le blog de l’auteur

تأثير هزيمة اسرائيل على مشتقات الربيع العربي ومنتجات سايكس بيكو .. ابن خلدون وفوكوياما يتقابلان في غزة

Traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca 

 

 

[*] Al-Jazeera.net/news : Selon les résultats d’un sondage publié le 13 décembre dernier et mené par le  Palestinian Center for Policy and Survey Research [PSR], en coopération avec la Fondation Konrad Adenauer à Ramallah : le soutien au Hamas en Cisjordanie a triplé par rapport à ce qu’il était avant la guerre. Un deuxième sondage  aurait montré que plus de 60 % des Palestiniens interrogés estiment que la résistance est le meilleur moyen de mettre fin à l’occupation israélienne, et que  72 % déclarent soutenir l’opération « déluge d’Al-Aqsa ».

[استطلاع للرأي يظهر تزايدا لشعبية حماس ورفضا لعباس] 

***



Articles Par : Naram Sarjoun

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]