Print

Qui se souvient du Johan ?
Par Global Research
Mondialisation.ca, 23 décembre 2006
Il manifesto 23 décembre 2006
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/qui-se-souvient-du-johan/4257

« Un accident ? C’en aurait été un si le commandant Zervoudakis aussi avait failli mourir. Mais les choses ne se sont justement pas passées comme ça. Moi je m’en souviens bien : le Johan a foncé sur nous volontairement ». Shahab Ahmad est un des survivants de la plus grande tragédie maritime –connue à ce jour- qui ait touché des migrants en route vers l’Europe : la tragédie du Johan, plus connu sous le nom de « bateau fantôme », parce qu’il a fallu des années avant que les autorités italiennes reconnaissent que, oui, il y avait eu un naufrage.

C’était les premières heures du jour de Noël 1996 : en un lieu imprécis encore aujourd’hui, au sud de Portopalo en Sicile, a coulé une embarcation avec plus de 300 personnes à bord. 289 sont mortes, pour la plupart prisonnières du « ventre » du bâtiment, les « freezers » où on garde le poisson. Une mort horrible. Ils étaient pakistanais, indiens, tamoul du Sri Lanka. Le tramp, dont on ne sait que le sigle, F-147, et qu’il était blanc à raies bleu, avait commencé à prendre l’eau : il était surchargé de passagers et cette nuit là la mer était agitée. Mais il coula à pic quand – pour des raisons non encore éclaircies- le « navire mère », le Johan, battant pavillon hondurien , le percuta, l’éventrant d’un coup net. Mercredi (20 décembre, NDT), aura lieu à Syracuse l’audience du procès dans lequel est inculpé l’armateur du F-147, Tourab Ahmed Sheik. Le lendemain, à Catane, se tiendra une autre audience de la Cour d’appel, où est inculpé le capitaine du Johan, Youssef El Hallal. Les deux hommes sont inculpés d’homicide volontaire multiple.

Shahab et Muhammad Afzal témoigneront  à l’audience de Syracuse : aucun juge ne les a encore entendus jusqu’à présent. Ils ont été retrouvés par l’avocate Simonetta Crisci et les auteurs du spectacle théâtral « Portapalo. Des noms, sur des tombes sans corps », spectacle mis en scène ces jours ci à Rome. Comme nous le raconte l’un des auteurs, Guido Barbieri, l’objectif était de recueillir des témoignages des parents des victimes – qui attendent toujours une indemnisation- mais quand ils ont rencontré Shahab et Muhammad (dont personne en Italie ne connaissait l’existence) ils ont été persuadés qu’il fallait les faire témoigner au tribunal. S’assurer que tous les deux pouvaient venir en Italie n’a pas été une chose facile : voyages à vide à l’ambassade italienne d’Islamabad, pratiques bureaucratiques obscures. A la fin, ils ont réussi, et ils ont pu affronter leur second voyage en Italie, à bord d’un moyen sûr, pour raconter le premier. Nous les rencontrons dans la maison d’Ali, un pakistanais qui vit à Rome. Shahab se souvient de tout, de cette nuit là, il est précis dans la reconstruction, il nous montre une feuille froissée : c’est la page d’un cahier où, quelques jours après le naufrage, il a marqué les noms de tous les jeunes noyés dont il se souvenait. Muhammad parle peu, lui n’était pas à bord du F-147, il était resté à bord du Johan. Le traducteur en italien est Zahir Ahmad, un jeune pakistanais qui vit en Italie : « Nous sommes partis de Karachi en septembre, et de là nous sommes arrivés à Damas et à Latakia. C’est là que nous avons pris le premier bateau : il s’appelait Alex I, raconte Shahab. Mais ça n’a pas été le seul bateau sur lequel nous avons voyagé : à un moment nous sommes montés sur un bateau qui s’appelait Ena, ensuite sur le Friendship et finalement sur le Johan. Ces passages avaient toujours lieu la nuit et en haute mer ». Pour partir, chacun des deux avait payé 7 mille dollars, ils devaient en verser autant à leur arrivée en Italie. Un chiffre énorme.

« Le Johan, continue Shahab, a voyagé pendant un mois environ. Tout l’équipage était très dur, ils nous donnaient à manger quand ils voulaient, et pour boire, pareil. Le 24 décembre, vers dix heures du soir, ils nous ont dit : tenez vous prêts. La petite embarcation est arrivée. Nous la connaissions parce que c’était celle qui apportait les provisions au Johan. De quoi manger, et surtout pas mal d’alcool pour le capitaine et l’équipage. Il y avait souvent Tourab à bord, qui était très ami avec El Hallal, ils buvaient toujours ensemble. Mais cette nuit là Tourab n’y était pas. C’était Zervoudakis qui conduisait le F-147.Nous avions peur parce que nous savions que cette petite embarcation pouvait prendre 80 personnes : et nous avons été 317 à monter à bord. Mais pour nous une seule chose était claire : la mort était de l’un ou de l’autre côté. Et de toutes façons ils nous poussaient. Moi je me suis assis à côté du timon ». Monsieur Eftychios Zervoudakis, un grec, était l’armateur du Johan, et, de ce fait, il a été interrogé à la fois par la Grèce –le premier pays qui a ouvert une enquête- et par l’Italie. Pour le moment, il ne fait plus partie des inculpés, bien que son rôle ait été déterminant. La dernière fois qu’il a fait parler de lui c’était en 99, quand il a été arrêté en Grèce alors qu’il faisait son boulot habituel : transporter des immigrés clandestins.

Avant de partir, le F-147 heurte le Johan. C’est peut-être cet impact qui ouvre la première brèche dans la chaloupe ; le fait est que peu de temps après, des cris signalant la présence d’eau commencent à parvenir des « freezer ». Mais pour Shahab, les choses bizarres avaient commencé avant encore : « Le fait est que cette barque tournait en rond, on a dû rester une heure, une heure et demie en mer, avant le naufrage. Moi je pense que s’ils avaient voulu, on aurait atteint l’Italie ».

La choses la plus étrange arrive un peu avant l’impact : « Quand nous avons entendu qu’il y avait de l’eau dans la soute, nous l’avons dit à Zervoudakis, qui contacte le Johan par téléphone, il disait toujours « dexi, dexi », je ne sais pas ce que ça veut dire. Le Johan  a commencé à s’approcher, rapidement. Mais cinq minutes avant qu’il nous fonce dessus, Zervoudakis a mis son téléphone dans sa poche et a sauté à l’eau.  Nous on ne comprenait pas pourquoi ». Cinq minutes plus tard, le choc, qui déchire un flanc de la barque.
 

Un éperonnement en règle, pour Shahab et Muhammad, qui ne peuvent pas en avoir la certitude, mais en sont persuadés : « C’était très clair : nous nous avions compris depuis quelques temps que le voyage était bizarre. Nous n’avons jamais vu ni un arbre, ni la terre, rien, pendant quatre mois. L’équipage nous donnait très peu à manger. Ils ne nous ont jamais laissé nous raser, ou couper les cheveux. Nous étions devenus des monstres. On avait vraiment l’impression qu’ils ne savaient pas quoi faire de nous. Et puis ce Zervoudakis, comme s’il savait. Et qui se sauve ».

Se sauver n’était pas facile : El Hallal avait tout fait pour qu’il n’y ait pas de survivants. Pendant que les immigrés qui étaient sur le bateau jetaient des cordes, le capitaine – qui était armé, en plus d’être saoul-  disait de laisser tomber, qu’il fallait partir.  « Si on était restés dix minutes de plus, on  aurait sauvé beaucoup plus que 29 personnes », dit Muhammad. Tous les deux se souviennent  d’un jeune indien, qui a été rejeté à la mer sur ordre du commandant : « je m’en souviens bien, dit Shahab, c’était un garçon très jeune, bouclé, avec un bracelet au poignet. Je ne sais pas comment il s’appelait. Mais je sais qu’il était vivant, il était arrivé à attraper la corde en nageant, bien qu’il ait reçu un coup au visage et qu’il perdait du sang ».

Le Johan repart, et transporte les survivants en Grèce. Evidemment, on ne les remet pas à la police, mais on les enferme dans une remise dans la campagne, mais ils parviennent à s’échapper et à tout dénoncer. C’est grâce aux témoignages de ceux qui se sont sauvés, et à la ténacité de quelques journalistes et de militants obstinés des droits de l’homme qu’on a pu arriver au procès.

 

Edition de dimanche 17 décembre 2006 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/17-Dicembre-2006/art12.html


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.