Rapport Chilcot – Et maintenant, il faut juger Tony Blair

Le rapport Chilcot, c’est à dire l’enquête de la commission sur l’engagement britannique dans la guerre d’Irak, a enfin été publié. Il ne fait que confirmer ce que les observateurs indépendants savaient de la situation dans ce pays depuis la Première guerre du Golfe, à savoir que la menace irakienne n’existait que pour ceux qui voulaient renverser Saddam Hussein à tous prix.

L’embargo, seule arme de destruction massive

En janvier 2003, je suis allé à Bagdad, Taji, Bassora et Oum Qasr avec l’écrivain gaulliste Philippe de Saint Robert, un groupe d’officiers français (CR) – spécialistes des armes NBC – des scientifiques, des journalistes et des membres des Amitiés franco-irakiennes. Nous nous sommes rendus sur des lieux mentionnés dans un rapport de Tony Blair comme étant des caches d’armes de destruction massive, notamment au complexe militaire de Zulficar, à Taji, pour constater que les tubes d’aluminium qui y étaient entreposés étaient impropres à quelque utilisation que ce soit en matière nucléaire…

En mars 2003, j’ai visité d’autres sites soi-disant sensibles dans les régions de Bagdad et de Mossoul, avec une autre délégation qui fit le même constat que Philippe de Saint Robert : le rapport Blair était un tissu de mensonges. En Irak «la seule arme de destruction massive, c’était l’embargo ». 

Le bilan du renversement du régime baasiste est effroyable : plus d’un million de civils tués, des destructions sans nombre, l’implosion de la société irakienne, la partition de facto du pays, des millions de déplacés et de réfugiés, le terrorisme, une guerre de religion… en un mot le chaos.

Crimes de guerre et crime contre l’humanité 

Il aura fallu 7 ans pour que l’enquête sur l’engagement britannique en Irak soit publiée, 13 ans pour que la Grande-Bretagne reconnaisse officiellement certains de ses crimes. George Galloway – député exclu du Parti travailliste parce qu’il s’opposait à la guerre– a remercié Sir John Chilcot d’avoir rendu à son pays un peu de son honneur. Un peu, seulement, car il reste à juger Tony Blair pour crimes de guerre. Rien moins. C’est ce que réclament Jeremy Corbyn, chef actuel du Parti travailliste, et plusieurs pétitions en ligne sur Internet. La Cour Pénale Internationale (CPI), accusée à raison de « tropisme africain », pourrait gagner en crédibilité en ordonnant la comparution de l’ancien Premier ministre britannique.

Si ce procès a lieu un jour – qui sait ? – Blair devra s’expliquer sur ses mensonges et leurs conséquences, sa relation de vassalité à l’égard de George W. Bush… et sur la mort plus que mystérieuse, en juillet 2003, de David Kelly, inspecteur de l’ONU expert en armes de destruction massive qui contredisait ses dires.

Gilles Munier



Articles Par : Gilles Munier

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]a