Reprise économique en Europe : mots et réalité

Région :

Les hommes politiques à Paris et Berlin, ainsi que certains médias, s’efforcent de répandre une euphorie de fin de crise. « La plus forte récession depuis la Deuxième Guerre mondiale touche à sa fin, le cauchemar est terminé » écrit Torsten Riecke dans le journal économique Handelsblatt. Selon cette publication l’économie, « avec une forte croissance de 0,3 pour cent », se serait « remise de son état de choc » et ce, « plus vite que prévu ». En 2010, la conjoncture allemande pourrait, toujours selon ce journal, « croître de deux pour cent ».

« La récession est en passe de finir » dans les 16 pays de la zone euro, écrit le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung « grâce aux poids lourds que sont l’Allemagne et la France ». Ce journal souligne que la performance économique de la zone euro n’a « plus que modérément baissé » au cours du deuxième trimestre de cette année. Le service de statistiques Eurostat de Bruxelles fit savoir à la fin de la semaine dernière que le produit intérieur brut (PIB) n’avait reculé que de 0,1 pour cent par rapport à l’année dernière, après avoir baissé de 2,5 pour cent au cours du premier trimestre.  

L’édition allemande du Financial Times titre : « Les analystes misent sur le succès » et écrit : « La crise c’est du passé : les experts boursiers donnent l’estimation la plus optimiste des chances de l’économie allemande depuis 2006. La reprise sur les marchés financiers et les bons chiffres économiques servent à améliorer l’ambiance. » Le Centre européen de recherche économique de Mannheim (ZEW) annonce que l’indice boursier allemand DAX est nettement à la hausse malgré de fortes oscillations.    

La ministre française des Finances Christine Lagarde (UMP) avait déjà, avant la publication officielle des données sur le PIB, dit dans une interview radiodiffusée que l’économie française avait connu une croissance étonnamment forte au printemps.

Il y a dans ces déclarations un mélange de calcul et d’auto-tromperie. Les hommes politiques et les acteurs financiers ont un réel intérêt à promouvoir une ambiance euphorique afin de soutenir la faible hausse de diverses bourses dans le monde. Mais il y a peu de choses dans la situation économique actuelle, en Europe et sur le plan international, pour justifier un tel optimisme.

La croissance minime exprimée par les dernières données économiques n’est guère surprenante étant donné que les gouvernements européens et ceux d’autres pays ont fourni aux banques de l’argent frais puisé dans les caisses de leurs Etats respectifs. Des centaines de milliards d’euros ont été mis à la disposition des institutions financières aux frais des contribuables, sans autre obligation et sans même qu’un seul des banquiers responsables de la récente débâcle financière n’ait à répondre de ses actes. 

Non seulement les banques ont-elles dicté les divers plans de sauvetage aux gouvernements, elles y ont encore gagné beaucoup d’argent. Elles utilisent les milliards mis ainsi à leur disposition par ceux-ci pour continuer leurs opérations spéculatives. Des banques ayant fait l’objet d’un sauvetage imposent des taux d’intérêt et des droits élevés aux gouvernements à la recherche de prêts pour couvrir des dettes qui augmentent à vive allure.

L’élite financière considère que la crise est une bonne occasion de démanteler, avec la collaboration des syndicats, tout ce qui reste des acquis sociaux gagnés par la classe ouvrière au cours de décennies de lutte.

Quelle est la réalité économique derrière l’assertion de la reprise ? L’économie allemande n’a pas perdu moins de sept pour cent par rapport à l’année dernière. Dans quelques mois, la « prime à la casse » expirera, accélérant le déclin de l’industrie automobile et de la sous-traitance, dont les conséquences se sont déjà fait sentir dans l’industrie de l’acier et l’industrie chimique. 

En Allemagne, on a jusqu’à maintenant, évité les licenciements de masse en mettant en place, les renouvelant plusieurs fois, des mesures de réduction du temps de travail. Lorsque les 1,4 million de salariés qui sont au chômage partiel finiront par rejoindre les rangs des chômeurs, les chiffres officiels du chômage atteindront les cinq millions.

Les syndicats allemands et les comités d’entreprise se précipitent pour offrir des baisses de salaires et l’annulation des contrats tarifaires en vigueur. Dans l’intervalle, les réductions de salaire, allant de pair avec la hausse du chômage, entraînent la baisse des recettes fiscales et aggravent le déficit des systèmes de protection sociale.  

Un certain nombre de pays d’Europe de l’Est sont au bord de la banqueroute ainsi que, à l’Ouest, l’Italie, l’Espagne et la Grande-Bretagne. La dette d’Etat augmente elle aussi à un rythme inquiétant en Allemagne et en France. Au début de cette semaine, la Fédération allemande des contribuables annonçait que la dette nationale pour l’Allemagne augmenterait de 140 milliards d’euros en 2009.

Si l’on considère l’ensemble de la dette accumulée au niveau national, régional et local, et des fonds et garanties accordées pour stabiliser les banques, celle-ci se monte pour l’Allemagne à 1600 milliards d’euros en tout. L’intérêt de cette dette coûtera à lui seul au gouvernement allemand 71 milliards d’euros cette année (une estimation).  

Le « frein à la dette » ajouté récemment à la constitution par le parlement allemand signifie que la première priorité de tout gouvernement futur sera des coupes budgétaires drastiques. Les promesses faites par tous les partis qui font actuellement campagne pour l’élection législative iront inévitablement au panier dès que le décompte des voix sera achevé au soir de l’élection législative, le 27 septembre prochain.  

Les belles paroles sur la fin de la crise économique sont aussi destinées à semer la confusion chez les travailleurs et à étouffer les protestations sociales, tandis que dans les coulisses on prépare des attaques sans précédent contre le niveau de vie et la protection sociale.

On peut se faire une idée de ce qui se prépare en lisant le soi-disant « mémoire Guttenberg » rendu public il y a quelques jours. Ce document, intitulé « Propositions pour une politique industrielle durable » fut commanditée par le ministre allemand de l’Economie, Karl-Theodor de Guttenberg, et énonce quelques-unes des mesures brutales que les lobbys d’affaires exigent pour faire face à la crise. Des mesures semblables à celles définies dans ce « Mémoire » sont déjà en préparation dans les ministères concernés, mais il existe un accord entre les divers partis politiques pour que ce sujet ne soit pas abordé au cours de la campagne électorale.

Le quotidien Frankfurter Rundschau rapporte que ce document de 52 pages appelle au « soulagement fiscal des entreprises », à la « réduction des coûts salariaux supplémentaires » et à une « flexibilité accrue du marché du travail ». Le mémoire demande aussi l’affaiblissement de la protection vis-à-vis des licenciements, une réduction du versement du salaire en cas de maladie et l’abandon de propositions de salaire minimum garanti. 

Le ministre de l’économie de Guttenberg, incarne l’arrogance et l’égoïsme de l’aristocratie financière. Du haut de ses trente-huit ans et sans réelle expérience politique, il est convaincu qu’il sera possible de réduire la classe ouvrière aux conditions prévalant au dix-neuvième siècle, sans provoquer de réaction sérieuse.

Il y a aussi des voix qui mettent en garde contre un optimisme déplacé vis-à-vis d’une reprise économique. Dans sa dernière édition, l’hebdomadaire Die Zeit écrit ainsi : « « Enfin la relance! Les banques d’investissement constatent une tendance à la hausse », écrit le New York Times. « Nouveau progrès dans le monde des affaires », rapporte le Wall Street Journal. « Les économistes voient des signes de reprise ». « Forte hausse sur les marchés boursiers » rapportent d’autres encore…Les titres semblent familiers en ce mois d’août 2009. En fait, ils sont de 1931. Ils furent publiés au milieu de la grande Dépression aux Etats-Unis, c’est-à-dire durant l’époque la plus sombre du 20e siècle. »

« A cette époque aussi, le marché des actions se ressaisissait, les commentaires euphoriques des experts ne manquaient pas. Mais tout cela ne durait jamais bien longtemps. L’économie et la bourse ne connurent une relance durable qu’à partir de 1933 et ce, dans un paysage économique fortement rétréci ».

Et, faut-il ajouter, dans des conditions de dictature fasciste réprimant la classe ouvrière dans la violence et ouvrant la voie à une Seconde Gerre mondiale qui ravagera une bonne partie du monde.  

Une fois de plus, la propagande de fin de crise est le prélude à de violents conflits sociaux.

Article original en anglais, WSWS, publié le 20 août 2009.



Articles Par : Ulrich Rippert

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]