Print

Réunion secrète sur la privatisation de la guerre nucléaire tenue le jour d’Hiroshima 2003.
Par Prof Michel Chossudovsky
Mondialisation.ca, 08 août 2020

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/reunion-secrete-sur-la-privatisation-de-la-guerre-nucleaire-tenue-le-jour-dhiroshima-2003/5648146

Le Nuclear Posture Review (NPR) 2018 de l’administration Trump a appelé au « développement de nouvelles armes nucléaires plus utilisables. »

Le NPR 2018 est à bien des égards du Déjà Vu.

Ce qui semble avoir échappé aux nombreux reportages des médias sur le NPR 2018 de l’administration Trump est que le développement d’ « armes nucléaires plus utilisables » avait déjà été mis en avant dans le Nuclear Posture Review 2001 de George W. Bush, qui a été adopté par le Sénat américain fin 2002. A cet égard, le sénateur Edward Kennedy avait accusé l’administration Bush d’avoir développé « une génération d’armes nucléaires plus utilisables », à savoir des armes nucléaires tactiques (mini-nucléaires B61-11) ayant une capacité explosive comprise entre un tiers et six fois celle d’une bombe atomique d’Hiroshima.

Le terme « plus utilisable » émane du débat autour du NPR 2001, qui a justifié l’utilisation d’armes nucléaires tactiques dans le théâtre de guerre conventionnel sous le prétexte que les armes nucléaires tactiques, à savoir les bombes antibunker avec une tête nucléaire, sont « inoffensives pour la population environnante car l’explosion est souterraine », selon l’avis scientifique à la solde du Pentagone,

Michel Chossudovsky, le 6 août 2019, le 3 août 2020

***

Le texte ci-dessous est un extrait de l’ouvrage de Michel Chossudovsky intitulé « Vers un scénario de la troisième guerre mondiale, les dangers de la guerre nucléaire« , publié pour la première fois en 2011.

***

À aucun moment depuis que la première bombe atomique a été larguée sur Hiroshima le 6 août 1945, l’humanité n’a été plus proche de l’impensable – un holocauste nucléaire qui pourrait potentiellement s’étendre en termes de retombées radioactives sur une grande partie du Moyen-Orient.

Toutes les garanties de l’époque de la guerre froide, qui qualifiait la bombe nucléaire d' »arme de dernier recours », ont été supprimées. Les actions militaires « offensives » utilisant des ogives nucléaires sont désormais qualifiées d’actes de « légitime défense ».

Les pertes dues aux effets directs des explosions, de la radioactivité et des incendies résultant de l’utilisation massive d’armes nucléaires par les superpuissances [de l’époque de la guerre froide] seraient si catastrophiques que nous avons évité une telle tragédie pendant les quatre premières décennies qui ont suivi l’invention des armes nucléaires.

Pendant la guerre froide, la doctrine de la destruction mutuelle assurée (MAD) prévalait, à savoir que l’utilisation d’armes nucléaires contre l’Union soviétique entraînerait « la destruction à la fois de l’attaquant et du défenseur ». Dans l’après-guerre froide, la doctrine nucléaire étasunienne été redéfinie.

Les dangers des armes nucléaires ont été occultés. Les armes tactiques ont été maintenues comme étant distinctes, en termes d’impact, des bombes thermonucléaires stratégiques de l’époque de la guerre froide. Les armes nucléaires tactiques sont identiques aux bombes nucléaires stratégiques. Les seules choses qui différencient ces deux catégories de bombes nucléaires sont

1) leur système de vecteurs ;
2) leur rendement explosif (mesuré en masse de trinitrotoluène (TNT), en kilotonnes ou mégatonnes.

L’arme nucléaire tactique ou mini-nucléaire à faible rendement est décrite comme une petite bombe nucléaire, lancée de la même manière que les bombes antibunker pénétrant dans le sol. Les armes nucléaires tactiques, en termes de vecteurs sur le terrain, sont comparables aux bombes larguées sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945.

Le rapport du Pentagone de 2001 sur le dispositif nucléaire envisageait des « plans d’urgence » pour une « première frappe » offensive d’armes nucléaires, non seulement contre les pays de l' »axe du mal » (dont l’Iran et la Corée du Nord), mais aussi contre la Russie et la Chine.

L’adoption du NPR par le Congrès étasunien fin 2002 a donné le feu vert à la mise en œuvre de la doctrine de guerre nucléaire préventive du Pentagone, tant en termes de planification militaire que d’acquisition et de production d’armements. Le Congrès n’a pas seulement levé son interdiction des armes nucléaires à faible rendement, il a également fourni des fonds « pour poursuivre les travaux sur les « mini-nucléaires ». Ce financement a été alloué aux armes nucléaires tactiques bunker buster (pénétrateur terrestre) ainsi qu’au développement de nouvelles armes nucléaires.

Journée d’Hiroshima 2003 : Réunion secrète au quartier général du commandement stratégique

Le 6 août 2003, le jour d’Hiroshima, commémorant le largage de la première bombe atomique sur Hiroshima (6 août 1945), une réunion secrète s’est tenue à huis clos au quartier général du commandement stratégique de la base aérienne d’Offutt dans le Nebraska.

Des cadres supérieurs de l’industrie nucléaire et du complexe militaro-industriel étaient présents. Ce mélange d’entrepreneurs de la défense, de scientifiques et de décideurs politiques n’avait pas pour but de commémorer Hiroshima. La réunion avait pour but de préparer le terrain pour le développement d’une nouvelle génération d’armes nucléaires « plus petites », « plus sûres » et « plus utilisables », qui seront utilisées dans les « guerres nucléaires sur le théâtre des opérations » du XXIe siècle.

Par une cruelle ironie, les participants à cette réunion secrète, qui excluait les membres du Congrès, sont arrivés le jour de l’anniversaire du bombardement d’Hiroshima et sont repartis le jour de l’anniversaire de l’attaque de Nagasaki. Plus de 150 entrepreneurs militaires, scientifiques des laboratoires d’armement et autres responsables gouvernementaux se sont réunis au siège du Commandement stratégique américain à Omaha, Nebraska, pour préparer et planifier la possibilité d’une « guerre nucléaire à grande échelle », en appelant à la production d’une nouvelle génération d’armes nucléaires – des « mini-nukes » plus « utilisables » et des « bunker busters » pénétrant dans la terre, armés d’ogives atomiques.

Selon un projet d’ordre du jour qui a fait l’objet d’une fuite, la réunion secrète comprenait des discussions sur les « mini-nukes » et les bombes « bunker-buster » avec des têtes nucléaires de guerre « pour une utilisation éventuelle contre des États voyous » :

Nous devons changer notre stratégie nucléaire de la guerre froide à une stratégie capable de faire face aux menaces émergentes… La réunion réfléchira à la manière dont nous pouvons garantir l’efficacité du stock (nucléaire).

Privatisation de la guerre nucléaire : les entrepreneurs militaires étasuniens  préparent le terrain

La doctrine des armes nucléaires de l’après-11 septembre était en cours d’élaboration, les principaux entrepreneurs de défense étasuniens étant directement impliqués dans le processus de décision.

Les réunions de la Journée d’Hiroshima 2003 avaient préparé le terrain pour la « privatisation de la guerre nucléaire ». Les entreprises ne récoltent pas seulement des profits de plusieurs milliards de dollars grâce à la production de bombes nucléaires, elles ont également une voix directe dans la définition de l’agenda concernant l’utilisation et le déploiement des armes nucléaires.

L’industrie des armes nucléaires, qui comprend la production d’engins nucléaires ainsi que de vecteurs de missiles, etc., est contrôlée par une poignée d’entreprises de défense, avec Lockheed Martin, General Dynamics, Northrop Grunman, Raytheon et Boeing en tête. Il convient de noter qu’à peine une semaine avant la réunion historique du 6 août 2003, l’administration nationale de la sécurité nucléaire (NNSA) a dissous son comité consultatif qui assurait une « surveillance indépendante » de l’arsenal nucléaire étasunien, y compris les essais et/ou l’utilisation de nouveaux dispositifs nucléaires.

Vidéo en anglais :

 

Article original en anglais :

Secret Meeting on the Privatization of Nuclear War Held on Hiroshima Day 2003. Ce texte en anglais a été publié initialment le 6 août 2011. Il a été publié de nouveau le 3 août 2020 à l’occasion du 75e anniversaire des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki.

Traduction par Maya pour Mondialisation.ca

Le texte ci-dessus est un extrait de l’ouvrage de Michel Chossudovsky (les notes, sources et références se trouvent dans la version originale du livre en anglais):

Vers un scénario de la troisième guerre mondiale, Les dangers de la guerre nucléaire. (En anglais)

Série E-Book n° 1.0
Éditeurs de recherche mondiaux
Montréal, 2011,
ISBN 978-0-9737147-3-9

76 pages (8,5×11)
Tableaux, photographies en couleur, cartes, zones de texte.
Hyperliens actifs vers les principales références dans le texte, notes de bas de page hyperliées.

Pour plus de détails, cliquez ici

Commandez votre exemplaire de ce nouveau livre important auprès de Global Research ici

TABLE DES MATIÈRES DÉTAILLÉE

PRÉFACE

Un nouveau théâtre de guerre en Afrique du Nord
Opération Odyssée Aurore
Des armes nucléaires contre la Libye ? La menace est-elle réelle ?
La longue guerre de l’Amérique : l’agenda militaire mondial
Comment renverser la tendance de la guerre
Scénario de la troisième guerre mondiale
Remerciements

CHAPITRE I : INTRODUCTION

Le culte du meurtre et de la destruction
Les mini-nukes de l’Amérique
La guerre et la crise économique
Crises réelles contre fausses crises

CHAPITRE II : LES DANGERS DE LA GUERRE NUCLÉAIRE

Journée d’Hiroshima 2003 : Réunion secrète au quartier général du commandement stratégique
Privatisation de la guerre nucléaire : les entrepreneurs militaires américains ouvrent la voie
Doctrine militaire du 11 septembre : Les armes nucléaires et la « guerre mondiale contre le terrorisme
Al-Qaïda : « L’énergie nucléaire à venir
La doctrine nucléaire d’Obama : La révision de la posture nucléaire de 2010
Doctrine nucléaire de l’après-11 septembre
« Actions « défensives » et « offensives
« Intégration » des plans d’armement nucléaire et conventionnel
Opérations nucléaires en théâtre (TNO)
Attaques aériennes planifiées contre l’Iran
Guerre mondiale : Le rôle du commandement stratégique américain (USSTRATCOM)
Autorisation de déploiement d’armes nucléaires
Le stockage d’armes conventionnelles et nucléaires par Israël
Le rôle de l’Europe occidentale
Allemagne : L’énergie nucléaire de facto
Guerre nucléaire préventive : le concept stratégique de l’OTAN pour 2010
Le monde est à la croisée des chemins

CHAPITRE III : LA CROISADE SAINTE DE L’AMÉRIQUE ET LA BATAILLE POUR LE PÉTROLE

La croisade de l’Amérique en Asie centrale et au Moyen-Orient
« Terroristes d’origine locale
L’Inquisition américaine
Le programme d’assassinats extrajudiciaires de Washington
La bataille pour le pétrole
Les mensonges pétroliers en terre musulmane
La mondialisation et la conquête des ressources énergétiques mondiales

CHAPITRE IV : PRÉPARATION DE LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE

Désinformation des médias
Une attaque aérienne « préemptive » contre l’Iran conduirait à une escalade
Guerre mondiale
L' »aide militaire » des États-Unis
Le calendrier de constitution et de déploiement des stocks militaires
Scénario de la troisième guerre mondiale
Le Conseil de sécurité des Nations unies
L’Inquisition américaine : Construire un consensus politique pour la guerre

CHAPITRE V : CIBLER L’IRAN AVEC DES ARMES NUCLÉAIRES

Construire un prétexte pour une attaque nucléaire préventive
« Théâtre Iran proche du terme »
La feuille de route militaire : « D’abord l’Irak, ensuite l’Iran »
Scénarios simulés d’une guerre mondiale : le Bouclier Vigilant 07 Jeux de guerre
Le rôle d’Israël
Cheney : « Israël pourrait le faire sans qu’on le lui demande ».
Coordination militaire US-Israël
Armes nucléaires tactiques dirigées contre l’Iran
Retombées radioactives
La « mère de toutes les bombes » (MOAB) sera utilisée contre l’Iran
Destruction massive des infrastructures de l’Iran
L’armement de pointe : « La guerre rendue possible grâce aux nouvelles technologies »
Armes électromagnétiques
Les capacités militaires de l’Iran : Missiles à moyenne et longue portée
Les forces terrestres de l’Iran
Installations militaires américaines et alliées autour de l’Iran

CHAPITRE VI : INVERSER LE COURS DE LA GUERRE

Révéler le mensonge
Le mouvement anti-guerre existant
Dissidence sur la fabrication
Jus ad Bellum : le 11 septembre et les invasions de la Yougoslavie et de l’Afghanistan
Faux militantisme anti-guerre : l’Iran est une menace nucléaire
La voie à suivre
Le mouvement anti-guerre au sein de la structure de l’État et de l’armée
Abandonnez le champ de bataille : Refuser de se battre
Le processus de paix élargi
Ce qui doit être réalisé

Commandez votre exemplaire de ce livre important auprès de Global Research ici

 

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.