S’agit-il vraiment, ‘simplement’, d’un ‘combat inter-palestinien’ ?

Pour les amis, comme pour les ennemis des Palestiniens, il est à la mode de déplorer ce qu’ils qualifient de combats inter-palestiniens. D’aucuns sont allés jusqu’à parler de guerre civile.

Le Hamas et le Fatah sont également tenus pour responsables, dans ce qui veut se faire passer pour de l’observation avisée et fiable, dans divers commentaires.

 MM. Abbas et Dahlan, marionnettes des USA

 MM. Abbas et Dahlan, marionnettes des USA.

En cet âge « béni » du « Nouveau Moyen-Orient » qui nous a été apporté par courtoisie par la bienveillance et le zèle de démocratie de l’Amérique, nous sommes manipulés par la machine à bobards, qui veut nous donner à accroire que des guerres civiles éclateraient, spontanément, en Irak, au Liban, en Somalie et, désormais, en Palestine.

De quelle preuve supplémentaire avons-nous besoin, que nous sommes des sauvages primitifs et non civilisés, qui ont besoin de la grosse matraque des gentils et civilisés occupants occidentaux pour nous empêcher de nous voler mutuellement dans les plumes ?

Par conséquent, l’occupation américaine en Irak ne peut prendre fin, de peur d’une « guerre civile totale ». Aujourd’hui, des Israéliens disent que, seule, la réoccupation de la bande de Gaza serait susceptible de « ramener la paix ».

Pour m’en tenir à l’arène palestinienne, et malgré mes fortes critiques à l’encontre du Hamas, je dois dire sans ambiguïté que je ne saurais considérer que le Hamas et le Fatah auraient des torts comparables.

Ensuite, il faut dire que ce qui est en train de se passer non seulement n’est pas une guerre civile, mais n’est pas non plus un combat palestinien entre le Fatah et le Hamas.

Plus exactement, il est désormais évident qu’une faction, au sein du Fatah, représentée par le (tristement) célèbre Dahlan, et avec la complicité de la marionnette Abbas, est en train de mener un effort dans le style de la Contra, visant à imposer un règne de terreur et un « Etat » policier aux Palestiniens, afin de leur imposer un « règlement » favorable à Israël et de supprimer physiquement toute opposition.

Ce n’est sans doute pas un effet du hasard, si le cerveau qui a concocté ce plan n’est autre que celui d’Elliott Abrams, muni de l’expérience de la CIA dans le renversement de gouvernements, l’armement et le financement d’escadrons de la mort et de forces telles celles de la Contra [intervention militaire extérieure déguisée en insurrection intérieure contre le gouvernement révolutionnaire du Nicaragua, ndt], et les campagnes d’assassinats et de terreur.

Abrams a mis sur pied un plan analogue, visant les Palestiniens, et le Congrès des Etats-Unis a fourni les financements nécessaires à la réalisation dudit projet. Contrairement au marché Iran-Contra, cela n’est cette fois-ci nullement secret, et nous avons pu lire l’opération en détail dans la presse.

Nous savons qu’au minimum 84 millions de dollars ont été débloqués à cette fin par le Congrès.

Nous savons aussi que les Etats-Unis sont en train de former au vu et au su de tous, la Contra palestinienne, avec l’aide de ses deux régimes clients, la Jordanie et l’Egypte.

Nous savons y compris où se déroule cet entraînement !

La vraie surprise, c’est le fait que les différentes factions palestiniennes – il n’en manque pas – ne soient pas déjà sur le pied de guerre, ces détails ayant été révélés. La rue palestinienne, elle aussi, est restée complaisante, face à tout ça, comme si ce plan ne la concernait pas vraiment. Bien entendu, le blocus et les estomacs vides avaient pour but de faire baisser l’opposition à ce plan.

Reste que peu de voix palestiniennes – y compris dans la diaspora – se sont fait entendre.

Un certain brouillard semble entourer ce qui est en train d’être préparé, même si rien n’était secret.

On a l’impression que les Palestiniens ne voulaient pas reconnaître que parmi eux, comme cela se passe chez tous les peuples, il y a des gens prêts à œuvrer contre les intérêts de leur propre peuple, et à œuvrer, de fait, dans l’intérêt des Etats-Unis et d’Israël.

Ce qui est en train de se passer, c’est qu’ordre a été donné par Usraël à sa faction de la Contra palestinienne de mettre en œuvre le plan d’Abrams, coûte que coûte.

Nous lisons ainsi dans Ha’aretz une information sur le projet de Condoleezza [Rice], avec un calendrier très précis de mise en œuvre, qu’Abbas a accepté dans les vingt-quatre heures.

Nous savons aussi que, pour partie, le plan appelle Dahlan à proposer et à mettre en œuvre un plan concernant les modalités de désarmement de la résistance et de l’arrêt des tirs de roquettes artisanales à partir de la bande de Gaza.

La date butoir pour la mise en œuvre de ce plan de « sécurité » est le 21 juin : c’est seulement dans un mois.

Les raisons du déploiement de l’ainsi dite « Garde présidentielle » dans le nord et dans l’est de la bande de Gaza ne sont-elles pas, dès lors, évidentes ?

Ne comprend-on pas parfaitement, maintenant, pour quelle raison près de 500 hommes de la Brigade (palestinienne) Badr, basée et formée en Jordanie, ont été admis à franchir la frontière « palestino » – égyptienne à Rafah (laquelle est la plupart du temps fermée aux civils palestiniens…), depuis l’Egypte ?

Les raisons des larges cargaisons d’armes envoyés à la Contra palestinienne via la Jordanie et l’Egypte ne sont-elles pas désormais évidentes, elles aussi ?

En dépit de mes griefs envers le Hamas, c’est la seule force qui compte capable de résister à la Contra palestinienne et à ses sombres machinations. Nous devons le reconnaître.

Si la Contra « palestinienne » réussit à écraser le Hamas, il n’y aura plus aucune résistance et les droits des Palestiniens seront liquidés.

C’est là ce qu’attendent tous les régimes arabes clients, afin de normaliser leurs relations avec Israël, sur les ruines palestiniennes, en recourant à la feuille de vigne de leur « plan de paix ».

La prise de conscience de l’ensemble de toutes ces dimensions particulièrement funestes de ce qui a été ourdi et de ce qui est en cours d’exécution rend inconcevable, pour tout Palestinien, de se contenter de renvoyer les deux parties dos à dos et de donner des événements une interprétation à base de lutte pour le pouvoir.

Le tableau est clair, et tous les Palestiniens doivent dénoncer et résister aux Contras infiltrés parmi eux.  

Article original en anglais, Palestinian Pundit, 25 mai 2007.

Traduction : Marcel Charbonnier 



Articles Par : Tony Sayegh

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]