Sécheresse sur l’Amazonie: incendie en Bolivie et Amazone peu navigable au Pérou

« Les dégâts écologiques provoqués par l’incendie sont impossibles à évaluer pour le moment » déclare à la presse Carlos Rojas, un responsable local de la protection de l’environnement. « Mais, poursuit-il, il ne fait pas de doute que la faune et la flore vont grandement en pâtir. Une conséquence prévisible est que la disparition des reptiles entraîne une prolifération des rats. »

Une surpopulation de rongeurs ne pourrait qu’entraver une régénération rapide de la forêt. Or, c’est précisément le déboisement intensif de l’Amazonie et le recul des glaciers andins ces dernières décennies qui expliqueraient l’actuelle sécheresse, sans doute sans précédent.

Au Pérou, le président de la Commission de l’Environnement du département du Loreto, Luis Campos Baca, estime que la principale cause de la baisse exceptionnelle des eaux de l’Amazone est la déforestation de l’Amazonie. Elle aurait entraîné un dérèglement du régime de l’évapo-transpiration de la forêt, qui génère 50% des pluies tombant sur le bassin fluvial amazonien. L’autre moitié des pluies provient des glaciers qui sont en recul dans les Andes, où l’Amazone prend sa source. « Avec la déforestation, les pluies se réduisent et ne sont plus cycliques », a expliqué  M. Campos Baca au quotidien péruvien El Comercio.

Le rôle primordial de l’évapo-transpiration dans le cycle des pluies a été mis en évidence lors de deux expéditions scientifiques américano-brésiliennes, en 1985 et 1987, organisées conjointement par la NASA et l’INPE, l’Institut brésilien d’études spatiales.

El Comercio a relevé que l’Amazone, le fleuve le plus puissant de la planète, est à son étiage le plus bas depuis 30 ans. Au-delà, il n’existe pas de statistiques. Un peu en aval d’Iquitos, capitale de l’Amazonie péruvienne, à la confluence de l’Itaya et de l’Amazone, la profondeur des eaux, 15 mètres en temps normal, n’est plus que de 80 cm au lieu-dit La Barra. Du jamais vu.

Aujourd’hui, une barge de 500 tonneaux met 25 jours, au lieu de 4 à 6 avec un étiage normal, pour parcourir, sur l’Amazone et son affluent l’Ucayali, le trajet Iquitos-Pucallpa, soit quelque 600 km. Elle doit désormais louvoyer pour suivre le cours du fleuve là où il est le plus profond afin d’éviter les risques d’échouement sur les bancs qui affleurent.

Le cargo péruvien Yacupuma, qui assure une rotation entre Iquitos et Houston par l’Amazone, n’a pas pu entrer en territoire péruvien et a jeté l’ancre à un peu plus de 1.000 km en aval, au Brésil. Sa cargaison a été transbordée sur des barges.

Un rapport du Service national de météorologie et d’hydrologie (Senamhi) du Pérou indique que les glaciers des Andes, importante réserve d’eau douce, qui contribuaient à maintenir l’étiage de l’Amazone et des ses affluents à la saison sèche, ont vu leur superficie se réduire de 22% au cours des trente dernières années. Ce qui représente une fonte de 11 milliards de m3 de glace. La superficie des glaces dans la région appelée la Cordillère blanche s’est, quant à elle, réduite de 120 km2.

L’Amazonie, ultime grande forêt tropicale, constitue une gigantesque cuvette d’une largeur de 2.000 km nord-sud et d’une longueur de 3.000 km est-ouest. D’un périmètre total de 19.000 km, elle dispose d’une façade maritime de 1.500 km. Ses sept millions de km2 occupent le tiers du continent sud-américain. On considère qu’elle possède 50% de la biodiversité de la planète, dont 70% des végétaux.

Parcourue par l’Amazone -second fleuve du monde par sa longueur (6.400 km) après le Nil, mais premier par sa puissance- l’Amazonie joue, selon de nombreux experts, un rôle qui reste à déterminer dans les équilibres climatiques du globe.



Articles Par : Richard Uzta

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]